La police municipale participe toujours à tranquillité vacances

Il est bon de savoir que durant toute l’année et particulièrement l’été, la police municipale de Poussan peut, à votre demande, assurer une surveillance discrète de votre logement, maison ou appartement.

Si durant l’été, elle participe activement à l’opération « tranquillité vacances » en assurant des rondes régulières autour de votre domicile, elle peut assumer la même surveillance tout au long de l’année et quand vous vous absentez.

Il vous suffit de remplir un imprimé en passant au poste de police du Riverain.

Ces dispositions ont pour effet de réduire le nombre des cambriolages. Elles ont également permis de démontrer depuis longtemps que l’action des malfaiteurs était trop souvent facilitée par l’absence ou l’insuffisance de précautions de la part des victimes.

Vous pourrez aussi vous informer et prendre des conseils pour améliorer la protection de votre domicile :

Contact : police municipale,
4, Boulevard du Riverain
04 67 53 23 80 – 06 83 41 48 09

Prendre un rendez-vous.

Jusqu’au XIVème, le 1er objectif pour Poussan : se défendre

Après l’occupation des sites gallo-romains par les Barbares jusqu’en 725 environ, les Arabes occuperont pendant 40 ans le territoire de Poussan. Le monde méditerranéen de l’Antiquité s’éteindra alors, pour celui  du nouveau monde du nord, celui des Francs. Les comtes vont donner un nouveau dynamisme qui conduira à la création du castrum.

La voie Domitienne sera alors délaissée au profit d’un tracé plus méridional le long de l’étang de Thau, avec à Poussan, deux lieux de culte qui se développeront : Saint-Vincent et Saint-Cléophas. Poussan est toujours une limite, mais entre deux évêchés, celui d’Agde et de Maguelone.

De St-Cléophas-des-Moulières il ne reste aucune trace. Exploitation agricole devenue hôpital pour permettre aux pèlerins de se reposer, il fut détruit durant la guerre de Cent ans, certainement. En revanche, Saint-Vincent-de-Jonquières, en bordure de la nouvelle voie, était un prieuré dépendant des Bénédictins de la Chaise-Dieu et un noyau d’habitat se serait constitué autour de l’église dont il reste certaines ruines, aujourd’hui. D’autres lieux de culte comme celui de Saint-Sulpice-de-Thoron, ou celui de l’Ermitage en allant vers le Puech Gayès montrent avec d’autres sites comme celui du Cous où une nécropole a été mise à jour, que des points de peuplement, bien que très dispersés, étaient nombreux sur la commune.

                Tous disparaîtront à plus ou moins long terme car certainement à partir de l’ancienne villa Porcianus ou plus précisément sur son territoire vont apparaître l’église Saint-Pierre et le château. L’église sera mentionnée en 960 certainement construite sur un lieu de culte du IXe siècle. En 990, elle est associée à un château construit à la place d’une tour qui l’aurait précédé.

Le village ou castrum ne sera clairement cité qu’en 1105 se développant d’abord sur les flancs sud et ouest du plateau où dominent église et château. Le premier plan cadastral  de Poussan, datant de 1823, fut dressé sur ordre de Napoléon 1er. L’on y distingue l’ensemble des parcelles formant le vieux village avec au centre, mais déporté vers l’orient, le château Montlaur et tout autour un ensemble de bâtiments officiels.

La place centrale, espace public, était à la fois agora et acropole, le reste du village étant réservé à l’habitat. La structuration du paysage bâti avec des plans basés sur la forme circulaire ne doit pourtant rien à l’évolution récente. Ce serait, d’après Krzysztof Palowski, architecte et urbaniste, un héritage qui remonterait à l’an mille.
Poussan qui fait partie de cette catégorie de villes ou villages avec une organisation spatiale basée sur la circularité est à ce titre-là une circulade. Car l’agglomération est née au pied d’un château et d’un prieuré bénédictin gardant une forme spécifique avec une partie haute et une basse contournées par une double enceinte de forme circulaire, abritant du bâti non structuré.

Tout en s’adaptant aux éléments préexistants, et à la configuration du terrain, la tendance vers la circularité s’est faite par rapport aux remparts construits selon les historiens vers 1350 par le seigneur de Lévis Mirepoix.

Si les anciennes fortifications endommagées en 1748 par une grave inondation sont bien conservées dans la partie haute, elles sont encore lisibles dans la partie basse avec des portes d’entrée sauvegardées.

Pour Palowski : « L’homogénéité de l’ensemble est assurée par le bâti qui épouse la forme circulaire des enceintes fortifiées, les limites de la première enceinte étant bien déterminées par la place du Marché et de la République. En gardant ce caractère authentique, Poussan nous montre que les impératifs de défense ont certainement joué un rôle primordial dans son développement. »

Techniquement les constructeurs devaient connaître l’arpentage, pourtant, il fallait aussi que la population veuille bien se regrouper et organiser un système de défense planifié, d’abord autour du château puis en s’en éloignant.

Se succèderont à la tête des seigneuries de puissantes familles languedociennes comme  les Castres, les Montlaur, les Lévis de Mirepoix, les de Ricard, de Crussol ou encore Barrière et Tournezy. Celles-ci lègueront des demeures d’exception. Du Xe siècle jusqu’au premier tiers du XIVe siècle, il n’existait qu’une seule seigneurie dont le siège se trouvait au château de Montlaur.

En 1300 il y avait trois co-seigneurs de Poussan, issus des familles de Ricard, de Crussol et de Lévis. Poussan était alors à l’aube d’une expansion prodigieuse.

Poussan des origines : du néolithique aux Romains.

A l’heure des visites guidées de Poussan, il est bon de se souvenir que l’occupation actuelle du site est le résultat d’une très longue évolution qui débutait à l’époque du néolithique. Si bien plus tard, l’agglomération de Poussan se développera autour du château Montlaur, l’on a retrouvé des traces de l’époque du Néolithique avec une fréquentation humaine dans la périphérie de la commune. L’époque Paléolithique n’a pas de représentation à Poussan qui vivait alors sous le régime de la dernière glaciation (entre 80 000 et 35 000 ans) .

Le site le plus proche occupé par l’homme de Néandertal serait celui de la grotte d’Antonègre, à Montbazin. Entre 3 200 et 2 500 ans av J-C l’homme, qui est devenu agriculteur, se serait installé sur le territoire communal. Il y a certainement vécu auparavant, mais aucune trace ne permet de l’affirmer.

Il y fabriquait des haches, il réalisait des poteries, et commença à travailler le cuivre au Chalcolithique jusqu’en 1 800 av. J-C.

D’après Raymond Monjardin et Marc Lugand, tous les deux archéologues, une dizaine de sites présentent alors des signes d’habitat avec des tessons de céramique comme à l’Estaque, aux Ors ou à Roumège, avec deux haches trouvées autour du Puech Bruneaud et du Mas Blanc et même avec un mobilier céramique qui concerne La garenne, les Oulettes ou Glauga.

L’implantation des habitats alors constitués de cabanes réalisées avec des matériaux périssables est de préférence choisie sur des hauteurs en forme de terrasses, à l’abri du vent du nord. Certains d’entre eux ont en outre vue sur l’étang de Thau.

Cette ouverture sur la Méditerranée aura une influence déterminante aux périodes suivantes : celles de l’Age du Bronze et de l’Age du Fer.

Bien plus tard, en 121 av J-C, les Romains victorieux à Marseille des Valques, créent une capitale, Narbonne et une voie de communication, la voie Domitienne.
Traversée par cette Via Domitia, le secteur poussannais est mis en valeur, et le cadastre se formalise, dans un but fiscal. On en retrouve encore des traces sur la commune. Et comme les terres doivent être exploitées, celles de Poussan dépendront du territoire de Nîmes.

De cette période, l’on a retrouvé un Cippe funéraire  (monument funéraire sous la forme d’un pilier bas qui signalait l’emplacement d’une tombe ), celui de de Lulius Chrysio, dans la basse-cour du Château au XVIIème siècle. D’après Gilles Sauron, Chrysio était un citoyen romain, un notable, propriétaire à Poussan, d’une villa et d’un domaine. Sa villa devait être source de profit mais aussi lieu d’une résidence luxueuse avec des bains.

Il semblerait qu’un autre notable, Porcius, ait possédé un domaine semblable qui serait à l’origine du nom de Poussan.

Depuis 1960, plusieurs sites ont été découverts comme celui des Clachs, une exploitation agricole d’une superficie de 1 ha 1/2, avec un bâtiment composé de plusieurs pièces à vocation agricole et résidentielle. son occupation prendra fin vers le VIème siècle.

A 400 m de là, à « Roumège », un établissement Gallo-Romain fut aussi découvert : habitat luxueux, thermes avec tubulure de chauffage et cellier viticole pour ce domaine de trente hectares entre la colline et l’étang.
D’autres sites comme celui du « Cateau », ou celui de la Fontaine de « Glauga » ont été étudiés, mais l’ activité du premier cessera vers le IIIème siècle, tandis que la source de Glauga fut divinisée et  le lieu occupé jusqu’à la fin de l’Antiquité..
Enfin, au Mas Blanc, sur le site de Tarroussel aussi et au Puech Gayès, l’occupation connaîtra un développement jusqu’au VIème siècle.

De l’étang de Thau à Montbazin, la plaine n’est alors pas déserte même si le Puech Gayès n’est pas devenu une agglomération. La voie Domitienne y joue le rôle de frontière, mais la Pax Romana (jusqu’en 180 à l’annonce de la mort de l’empereur Marc-Aurèle) aurait fait perdre au Puech sa valeur stratégique. Poussan avait des campagnes exploitées avec des fermes et des villas. Il faudra attendre le Moyen Age pour voir le phénomène urbain se manifester

Une matinée du 14 juillet ludique et conviviale

140717DSC_0279 (29)Ce 14 juillet, bien que la nuit ait été courte pour certains, le service animation de la mairie de Poussan avait organisé une matinée récréative surtout pour les enfants . 140717DSC_0278 (29)

  Le baromètre était au beau fixe pour tous même avec la chaleur et avec quelques rafraîchissements en guise d’apéritif, les choses étaient facilitées, question moral.170717DSC_0274 (35)

Les plus jeunes n’avaient pas oublié le rendez-vous puisqu’ils arrivaient petit à petit, sur le boulodrome du Jardin Public. Les jeux ont un peu changé pourtant le plaisir est resté le même. D’autant que cette année, un effort était notable avec de nombreux ateliers revenus au goût du jour : La course au sac, la farine, la pêche aux canards… Mais aussi avec d’autres plus modernes…140717DSC_0276 (31)

Avec le jeu du fil électrique, celui du chamboule tout, les volontaires élus ou d’autres spontanés faisaient le bonheur de chacun. Le jeu de la farine avec ses jetons faisait un malheur et avec des bonbons en prime, les petits étaient aussi heureux que leurs aînés.DSC_0274 (35) DSC_0268 (41)Et pour les plus grands avec la course au sac ou celle des garçons de café la motivation était toujours la même.140717DSC_0262 (45)Et vers 11 h 40, tous les participants ainsi que les spectateurs se retrouvaient autour d’un apéritif républicain du 14 juillet qui ne l’oublions pas fête la prise de la Bastille qui est aujourd’hui considérée comme le symbole de la Révolution française dont elle marque le commencement. 140717DSC_0262 (46)Une bonne ambiance et un nouveau départ pour l’été jusqu’au 15 août.140717DSC_0268 (42)

Une soirée festive à la MJC

L’arrivée des vacances scolaires et celle de la saison estivale sont synonymes de repos pour les animateurs, pour les professeurs et les membres du bureau ou les bénévoles de la MJC qui se sont investis et qui ont  donné de leur temps pour que toutes les activités, tous les cours, spectacles ou galas se déroulent au mieux durant dix mois. Ce jeudi 6  juillet, l’association clôturait sa saison qui comme d’habitude fut très riche en évènements de toutes sortes, par un Conseil d’Administration puis par un temps récréatif. Si la MJC restera ouverte quelques jours ce sera surtout pour finir le travail administratif et préparer la saison prochaine.mjc 06 07 17P1550106

Mais celle-ci, ce fut par exemple pour les visiteurs, des expositions dans la salle d’accueil, avec celles les élèves adultes ou enfants  des ateliers « peinture ou mosaïques », avec celle des ateliers de peinture mais aussi avec de la musique jouée par des enfants qui ont montré leurs compétences et leurs progrès dans chacun des domaines.

Avec pour terminer, plus de 3 galas (danse et musique), des récitals, du théâtre,  des petits concerts, la MJC poursuit sa route. La salle de spectacle utilisée par le Strapontin, les écoles et par les compagnies invitées, pour les séances de cinéma et les assemblées générales, a été sollicitée.

Si les salles annexes ont fait le bonheur d’associations sportives ou culturelles, la bibliothèque et les ateliers ont aussi bien tourné. Partageant un repas convivial, ceux qui s’investissent pour la MJC étaient heureux de se retrouver une dernière fois avant l’été, autour d’un bon repas.

La MJC ouvrira à nouveau ses portes début septembre pour le plus grand bonheur de ses nombreux adhérents.

Les ALP fêtent aussi la fin de l’année scolaire

 alp 4 7 17DSC_0263 (28) 
Ce mardi 4 juillet durant le temps méridien, les animateurs et les enfants du centre de loisirs dans le cadre des ALP ont pu, avant les congés scolaires profiter de bons moments au jardin de la Grotte près de l’école Véronique Hébert. Après un bon pique-nique partagé à l’ombre les enfants avaient le choix entre de nombreux stands et des structures gonflables qui étaient mis à leur disposition par le Pôle enfance Jeunesse de Poussan.DSC_0265 (27)
Un moment très apprécié que cette petite kermesse avec tout ce qu’il fallait pour s’amuser un maximum. Déjà un pied dans les congés d’été.alp 4 7 17DSC_0266 (27)

Plus de 330 convives pour le repas des Aînés

odeon2Capture

Ce mardi 13 juin, avant que chacun ne vaque à ses occupations estivales ou participe à d’autres événements, comme chaque année, la municipalité avait tenu à rassembler les Aînés du village pour une journée placée sous le signe de l’amitié, de la convivialité et de la fête.odeon1Capture

Tout avait été mis en œuvre pour que le maximum de  personnes participent avec même un transport pour certains qui le nécessitaient. Ils avaient donc répondu très nombreux à cette invitation plus de 330 d’abord pour le  traditionnel repas annuel puis pour l’après-midi récréatif qui suivait (Plus de  participants dans deux salles, pour l’occasion) : il s’agissait d’un repas dansant qui avait lieu à l’Odéon, cette année, après un apéritif chaleureux qui a permis à certains de renouer des liens.odeon3Capture

Jacques Adgé et Yolande Puglisi, 1ère Adjointe au Maire de Poussan, ainsi que de nombreux adjoints et conseillers municipaux ont souhaité  à tous un bon repas et une bonne après-midi heureux de voir autant de Poussannais se retrouver dans la bonne humeur et pour la plupart en bonne santé. Ils n’ont pas oublié pour autant ceux et celles qui sont partis en cours d’année. Mais la convivialité a vite prédominé dans une très bonne ambiance.

Après l’entrée, la musique a su entraîner quelques amateurs sur la piste. De la valse au madison, et même pour les slows, les participants étaient bien motivés.

En fin d’après midi, plus en forme que jamais, ces plus de 65 ans,  se sont séparés en promettant de revenir encore plus nombreux, en 2018.

MJC : Un gala pour le plaisir

POUSS 28 06 17DSC_0331 (2)Ce mardi 27 juin, à 20 h 30, à la salle de spectacle Paul Vilalte, la MJC organisait une autre soirée de fête réservée à la danse avec au programme, le gala des participants à l’atelier Gym Dansée,  Zumba et Danses orientales. Mais en plus, le public allait profiter des prestations d’un duo classique, et des Zumba Kids toujours aussi motivés pour monter sur scène. Un bon programme avec de très belles musiques. Un spectacle très joli et tonique pourtant moins dense que d’habitude pour différentes raisons, mais la salle de spectacle était tout de même  bien remplie pour cette soirée de fête.

Les ateliers de la MJC présentaient à un public attentif, composé des parents ainsi que des amis des danseurs, le fruit du travail de la saison écoulée, Pas de stress, pas du tout de trac mais que du plaisir sur scène et dans la salle que l’on soit enfant ou adulte. Les familles étaient heureuses de partager ces moments inoubliables où les interprètes se lâchent et oublient tout, où les plus jeunes en rajoutent pour montrer qu’ils maîtrisent avec leur naturel et où les adultes épanouis sont heureux d’être applaudis pour leurs belles prestations.DSC_0326 (2)

.Marina Dumonceaud, Directrice de la MJC, remerciait professeurs et élèves qui avec de l’engagement et du sérieux avaient préparé ce gala.POUSS 28 06 17DSC_0287 (8)

Le public était conquis dès le départ  où les plus jeunes faisaient preuve d’une énergie débordante avec le Zumba Kids. Sur des mélodies orientales, une élève de Djémila  Capucine, montrait son savoir faire en valorisant par l’art de la danse orientale mais aussi sa sensualité. De la grâce et une grande maîtrise.POUSS 28 06 17DSC_0294 (5)Venaient ensuite des danseuses de Modern Jazz toujours très concentrées et gracieuses, du Step très tonique sous la direction  de Nathalie Teulier puis les élèves d’Ermine Liguori pour une Gym dansée bien soutenue, une bonne façon d’oublier que l’on fait des efforts en dansant.POUSS 28 06 17DSC_0306 (3) Beaucoup de tonus et des chorégraphies au top pour ces adeptes du mouvement qui ont compris qu’il était plus agréable de dépenser de l’énergie en dansant. Du bonheur pour tous ses adeptes et un bel esprit collectif qui satisfait bon nombre de danseuses.Capture

Avec des évolutions concoctées par Nathalie Theulier, avec des musiques qui s’appuient sur des rythmes musclées qui engagent aux mouvements l’équipe de la Zumb de la MJC nous montrait en fin de seconde partie que le sport rime souvent avec musique pour développer ses possibilités.POUSS 28 06 17DSC_0311 (3)

POUSS 28 06 17DSC_0316 (2)Mais auparavant deux membres de la Zumba Kids nous avaient mis l’eau à la bouche.

Les démonstrations s’enchaînaient toujours avec beaucoup de décontraction car la maîtrise des gestes était au rendez-vous même pour les plus jeunes. 

DSC_0318 (2)

Avec beaucoup de fraîcheur, tous les participants  aux différents ateliers, femmes et hommes, de tous les âges, avaient prouvé qu’ils « s’éclataient » dans leur domaine. Et n’est-ce pas le principal ?POUSS 28 06 17DSC_0322 (2)

Et même en fin de soirée, avec une mise en scène bien réglée, les différents groupes avec les encouragements du public, donnaient le meilleur avec aisance et décontraction. Ils confirmaient bien que bouger harmonieusement sur de la musique est un excellent moyen pour s’épanouir, rester en forme et surtout se faire plaisir.Et avec un très beau final  l’on n’en doutait plus du tout..

Au terme d’une saison durant laquelle chacun des participants s’est investi, souvent après une journée bien remplie, pour les danseurs, cette soirée était une récompense, un cadeau offert par le public venu le soutenir.DSC_0304 (3)

Grâce à ses ateliers la MJC permet à toutes les générations de s’exprimer, de se libérer et en plus, en groupe. Un très beau résultat qui donne le pep’s.

Tranquillité vacances, il faut y penser

Durant toute l’année, la police municipale de Poussan peut, à votre demande, assurer une surveillance discrète de votre logement, maison ou appartement.

Durant vos congés, comme elle participe activement à l’opération « tranquillité vacances » elle assurera des rondes régulières autour de votre domicile, si vous devez vous absenter plusieurs jours. Il vous suffit de remplir un imprimé en passant au poste de police du Riverain.

Ces dispositions ont pour effet de réduire le nombre des cambriolages en assurant une surveillance autour de votre logement. Elles ont également permis de démontrer que l’action des malfaiteurs était trop souvent facilitée par l’absence ou l’insuffisance de précautions de la part des victimes. Vous pourrez à cette occasion vous informer et prendre des conseils pour améliorer la protection de votre domicile.

Contact : poste de police municipale
4, Boulevard du Riverain
04 67 53 23 80 – 06 83 41 48 09

Journée de fête au jardin de la grotte

pouss 25 6 17DSC_0293 (2) Comme les années précédentes, le comité kermesse de la Paroisse du Bon Pasteur organisait ce dimanche, à partir de 9 h, la kermesse paroissiale des 3 villages, Montbazin, Gigean et Poussan, au jardin de la Grotte.  Pour la messe, dès 10 h, les fidèles étaient très nombreux dans ce cadre enchanteur mais cette fois le soleil était au rendez-vous, et sans vent. L’on prenait place, à l’abri, ce qui resserrait les liens.  En présence des Maires des  communes une belle journée s’annonçait pour tous comme le désirait le Comité.DSC_0287 (5)

Avec une mini chorale et un accompagnement musical les chants des participants prenaient de la hauteur. D’autant que le Père Bogdan désirait que ce soit une journée radieuse avec en plus durant la cérémonie, le baptême d’une petite Marie, tout un symbole.

Le Père Bogdan Lesko précisait que ce dimanche était synonyme de partage et de joie puisque c’était la fête, que le trésor de la Paroisse c’était les enfants bien nombreux dans les premiers rangs, et qu’une journée conviviale comme celle-cil permettait d’échanger et de réfléchir au sens de la communauté.  Avec l’aide de chanteurs et avec de nombreux fidèles présents les chants et les prières prenaient un caractère particulier dans ce cadre de verdure.Les pensées et le cœur des participants étaient donc en osmose avec la nature pour mieux se diriger vers les cieux.pouss 25 6 17DSC_0291 (2)

Après ce premier partage, à midi, c’était l’heure de se désaltérer et d’effectuer des achats devant des stands bien achalandés : Tandis que les petits découvraient quelques jeux comme la pêche ou les anneaux, tandis que des gâteaux, des livres, des bibelots et des plantes étaient proposés, l’on découvrait des stands richement décorés comme celui du petit jardin de la Paroisse.DSC_0285 (5)

Pendant que les cuisiniers surveillaient la cuisson de la paella à l’extérieur, d’autres s’affairaient pour terminer la réalisation du repas qui regroupait plus de 150 convives.poussan 25 6 17DSC_0319

Ils n’allaient pas uniquement déguster un repas convivial mais ils allaient savourer  le bonheur de se retrouver pour ce jour de fête. La bonne humeur et le soleil étaient aussi au menu. L’humour, l’amitié, la gentillesse…poussan 25 6 17DSC_0326 En début d’après-midi, place à la détente. L’on profitait de la sérénité régnant dans le jardin, le vent s’étant calmé, pour proposer des jeux aux enfants et relancer certains stands. DSC_0315ddDSC_0325Le tir au but avait beaucoup de succès. 

L’on appréciait ce moment où le temps semblait s’être arrêté puis quand le besoin s’en fit sentir, les adultes entamèrent quelques bonnes parties de loto ou une partie de pétanque avant que ne soit tirée la tombola.

Chaleureuse et festive, cette journée restera un souvenir bien ancré dans le cœur des croyants.