Don du sang, il faut poursuivre les efforts le 13 juillet 2020

citroCaptureLa dernière collecte de sang (le 11 mai) avait permis à de nombreux volontaires de donner du sang  malgré la crise sanitaire.

Laure Mallen-Drouin, Chargée de la planification des collectes précise que le 13 juillet 2020 à la salle Jean Théron, il y aura une nouvelle collecte de sang, à partir de 14 h.Screen Shot 06-03-16 at 12.30 PM

« Les réserves sont toujours bien fragiles. »

« En cette période estivale, les besoins des malades ne faiblissent pas : ensemble, encourageons le plus grand nombre à ajouter le don du sang aux activités! »citro55Capture

Et elle rajoute : « Les besoins sont encore importants et le public doit se mobiliser pour participer à ces collectes qui permettent de subvenir aux besoins de malades. »

La constante augmentation des besoins en produits sanguins des malades rend ardue la tâche de l’EFS qui s’appuie sur la générosité du public. Les prélèvements connaissent des périodes de tensions de plus en plus fréquentes en raison de la difficulté à mobiliser de nouveaux donneurs : actuellement, 96% de la population compte sur 4% des donneurs au plan national.

Belle cérémonie pour Commémorer l’appel du Général de Gaulle

          

A 11 h, ce jeudi 18 juin, au cimetière de Poussan, s’est déroulée la cérémonie commémorant l’appel du Général De Gaulle en présence de plusieurs adjoints et élus du Conseil Municipal de Poussan, du Maire de Bouzigues, Cédric Raja,  d’anciens combattants et membres de l’UNC Poussan-Bouzigues.

Vu les consignes sanitaires la cérémonie se limitait aux membres officiels…giu_DSC2163-1

Des lectures furent faites par le président de l’Union Nationale des Combattants locale, le Major Michel Moreau, et par Pascal Giugleur, adjoint au maire de Poussan délégué à la sécurité, ce dernier faisant lecture du message de Madame la Secrétaire d’État auprès de la Ministre des Armées.giu_DSC2185

Il fut précisé « que cet appel fut un moment décisif de notre histoire nationale en demeurant une référence essentielle de notre mémoire collective… Et aujourd’hui, cela vient nous rappeler qu’il ne faut jamais désespérer et que l’avenir appartient aux audacieux. Nous continuons à écrire l’Histoire de la France et à porter haut les valeurs de la République. Cet héritage du Général de Gaulle, demeure, plus que jamais, de « L’Homme du 18 Juin » , un élément de notre consensus National et une part de notre identité collective »

Dépôts de gerbe, minute de silence et Marseillaise se sont succédés lors de cette cérémonie.giu_DSC2129

Le colonel Moreau Président de l’UNC Poussan- Bouzigues fit alors la lecture de l’appel du Général de Gaulle…

Capture« Le 18 juin 1940, le Général de Gaulle appelait les Français à refuser la défaite et à poursuivre la guerre par tous les moyens disponibles, partout dans le Monde.« 

APPELCapture

Le mardi 18 juin 1940, vers 18 heures, dans les studios de la BBC, à Londres, le général Charles de Gaulle, en uniforme, enregistre un message en français à l’adresse de ses compatriotes « présents sur le territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver ».

Il fait part de sa conviction en la défaite finale de l’Allemagne et invite les officiers et les soldats, les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d’armement à se mettre en rapport avec lui. Pour la première fois, avant même que le gouvernement français ait signé l’armistice avec l’envahisseur allemand, il évoque la « flamme de la résistance française ».

Quatre jours plus tard, le 22 juin 1940, jour de la signature de l’armistice par le gouvernement Pétain, il renouvelle son appel et précise sa volonté de poursuivre le combat. L’enregistrement de cet appel a été conservé à la différence du premier, dont ne reste qu’un brouillon manuscrit et quelques extraits dans les journaux.

Un appel entendu

Deux jours plus tôt, le 16 juin 1940, constatant que le gouvernement dont il faisait partie était déterminé à conclure un armistice, Charles de Gaulle avait quitté Bordeaux dans l’avion du général Spears. Il s’était installé au 7-8 Seamore Grove, près de Hyde Park, dans l’appartement d’un collaborateur, puis avait demandé à Churchill de pouvoir diffuser son appel. Malheureusement, le maréchal Pétain s’étant lui-même exprimé sur les ondes françaises le 17 juin, il avait dû patienter jusqu’au lendemain, anniversaire de Waterloo !

L’Appel est enfin diffusé vers 22 heures, et rediffusé le lendemain 19 juin vers 16 heures.

Une version presque intégrale du texte est communiquée par la BBC à la presse française et publiée dans la presse encore libre du sud de la France. La Dépêche de Toulouse, par exemple, publie un article à ce propos, avec la photo du général, dans son exemplaire du mercredi 19 juin. Aucun Français, dans ces conditions, ne peut prétendre avoir été tenu dans l’ignorance de l’Appel…

Le résistant et député gaulliste Lucien Neuwirth se souvient encore avec émotion des yeux brillants de sa mère à l’écoute de la radio anglaise. Lui-même répond à l’Appel et se rend en Angleterre pour s’engager comme Français Libre.

Quelques personnalités font de même dans les semaines qui suivent l’invasion : les généraux Catroux et Legentilhomme, l’amiral Muselier (qui introduira la croix de Lorraine et d’Anjou comme symbole du mouvement), des officiers… Parmi les pionniers figurent également des rescapés de l’expédition de Narvik (Norvège) et des marins.

Le verre de l’amitié, offert par la municipalité, a clôturé cette manifestation.

La ronde des Piochs 2020 : une très belle rando sous le soleil

    19EME RANDO        Si en 2019 même les plus tardifs des coureurs avaient pu profiter du soleil tardivement cette fois il était franc. Des conditions bien correctes pour fêter le VTT et pour le pratiquer en participant à cette édition de la ronde des Piochs, la course annuelle transformée en randonnée pour des raisons réglementaires imposées par la Préfecture depuis plusieurs années, une épreuve organisée par l’ECP, avec des circuits de 16, 33 et près de 10 kms en option pour les plus courageux et les plus entraînés.   piochsIMG_20200308_082235   

Pour cette Rando, avec un départ de la Mairie, les inscriptions se faisaient dans la salle sous la crèche et elle ne fut pas envahie cette fois, car elles ont débuté avant 8 h et se sont poursuivies après 9 h, pour quelques cyclistes plus tardifs. Pour tous c’était l’occasion de réaliser une belle balade tout de même bien sportive et assez ludique avec un circuit bien modifié offrant aux coureurs différentes options : Sportives, ludiques, panoramiques….

De nombreux bénévoles étaient déjà sur le tracé à des points stratégiques pour guider les cyclistes ou pour  assurer leur sécurité et leur ravitaillement. Rien n’avait été oublié. Ils avaient été réunis dernièrement pour un dernier briefing.  Le samedi les responsables de l’ECP s’étaient assurés que marques, rubalises, flèches et panneaux étaient en place. Un travail vraiment nécessaire pour la sécurité des cyclistes. Il le fallait car la surveillance était maximale. piochsIMG_20200308_082146

Un bon bilan quantitatif : 375 inscrits au total, un peu moins que 2019 qui avait battu des records, et  pour les 33 km environ 330, tandis que 45 sportifs participaient aux 16 km : la renommée de l’épreuve poussannaise, avait attiré les vététistes locaux ou ceux du bassin de Thau et même certains d’autres secteurs venus apprécier les circuits. debaliCapture

Avant de partir, la tension ne montait pas du tout car depuis plusieurs années le départ est échelonné . L’on remarquait quelques Poussannais, mais peu de dames sur l’ensemble des participants.piochsIMG_20200308_081013

Avant le départ, chacun se recentrait sur soi-même et  vérifiait alors minutieusement son équipement et son matériel pour qu’aucun problème ne l’empêche de terminer le circuit. Enfin, il était temps de se désaltérer, d’aller aux toilettes, et, en route, souvent par petits groupes en fonction des affinités, avec ou sans vélo à assistance électrique…piochsIMG_20200308_081535

Le parcours répondait aux attentes de tous : les parties techniques alternaient avec celles plus sportives et physiques qui demandaient de l’endurance .

Les longs parcours de cette année avaient des variantes techniques, des passages sensibles, où « le pilotage » prenait toute sa signification. Car il fallait s’adapter à un circuit modifié : direction le nord ouest de Poussan avant de séparer en fonction de l’option retenue

Que du plaisir comme le précisaient de nombreux cyclistes heureux d’avoir pu participer et rouler sur un sol sec.  debalireCapture Avec des monotraces, des grimpettes et de belles descentes, du vrai VTT pour les jeunes et sur le parcours sportif de 33km plus exigeant de multiples relances, des passages techniques et d’autres pistes…

Chacun s’adaptait en fonction de ses possibilités.

Sur le 17 km, c’était plus plat : Les moins entraînés et les « ados » trouvaient avec lui des sentiers ludiques et un bon ravitaillement.

Enfin, après s’être rapprochés de la plaine l’arrivée n’était pas loin pour les vaillants coureurs avec son beau final, la descente acrobatique des escaliers entre la Mairie et la crèche.farr22Capture

Le ravitaillement proposé était animé par des volontaires et ils permettaient  aux organismes de récupérer, mais aussi de multiplier des échanges dans la convivialité qu’offre ce style  de course.

Vers 10 h 30 , les premiers participants s’approchaient de la ligne d’arrivée.piochsIMG_20200308_111144

Tous étaient contents d’avoir pu terminer la boucle, enchantés par des circuits qui demandaient des efforts soutenus en appréciant les boucles optionnelles. Pas de vainqueurs dans les différentes catégories pour cette ronde qui s’est transformée en randonnée mais des remises de coupe aux clubs les plus représentatifs et aux plus jeunes.

Philippe  Brun, Président, se félicitait de la motivation de ses troupes, mais aussi de l’aide des nombreux bénévoles avec mention très bien à l’entente course a pied pour le dé-balisage « royal »…
Challenge du nombre remporté par le Rac Mireval club très fidèle à la ronde !
Challenge Jean Raibaut remis a Evan Tourette, 7 ans.
Mars 2021, 20ème anniversaire ! On en parle déjà…

 

Tous remerciaient les membres de l’ECP, Hérault Sport, les sponsors et les bénévoles du village qui avaient permis de faire de cette matinée un beau succès car une telle épreuve, demande une organisation rigoureuse.piochsIMG_20200308_110450

Un dernier moment de partage pour tous les concurrents qui avaient reçu des lots offerts par les sponsors, à leur arrivée : ils pouvaient  reprendre des forces au buffet spécialement adapté aux sportifs . Et félicitations aussi Avant de partager un petit apéritif entre sponsors et organisateurs, les membres de l’ECP prenaient  rendez-vous avec les vététistes pour la prochaine édition, en mars 2021.piochsIMG_20200308_111219

La journée s’annonçait printanière et tous en profitaient…debalireugugugugCapture

Le bon Paillasse, bouc émissaire, a flambé pour expier nos maux

       llaisseIMG_20200226_183211

Cette année, Paillasse encore une fois été puni mais cette fois pas de double peine car il a profité auparavant des festivités, il a pu profiter de la foule qui à cette occasion pouvait l’encourager mais pourtant ce soutien n’a pas suffi. Du côté du public l’on était dans la moyenne avec un foyer des Campagnes bien rempli,  la Cour du Strapontin bien représentée avec un procureur venu de Montpellier. Précédés par la fanfare,  les membres de la cour, ont pris place face au nombreux public. Ils le remerciaient.  Le show médiatique pouvait commencer. Le public était presque tout acquis pour que la Cour le mettre dans sa poche.

Si dès le début du jugement qui était filmé pour FR3 le débat s’annonçait animé, il apparu que l’on ne pourrait peut-être pas juger Paillasse tant que la réforme des retraites ne serait pas votée. Hors ce serait trop long, il y avait des contrats à respecter, des commissions par derrière et donc il fallait que Paillasse soit jugé rapidement.

Et comme il avait joui cette année du beau spectacle de la Cavalcade il aura tout de même pu profiter de quelques réjouissances avant son jugement. llaisseIMG_20200226_184119

Depuis l’an dernier que de malheurs sur notre planète et que de maux qui ont fait souffrir les terriens. Et il semble que depuis février, au niveau National et Mondial surtout, il y a eu du mal et du bien comme d’habitude mais que tout se soit accéléré, du réchauffement climatique aux maladies.

Toujours des souffrances et des massacres, des populations qui sont opprimées, d’autres qui sont déplacées,  toujours le chômage, des catastrophes ou événements malheureux, des problèmes de société, des soucis pour l’environnement. Ceux-ci nous ont ébranlés et ont noirci notre quotidien et que de disparitions, encore et encore.. Mais si cette année Paillasse était « un vrai, un vivant » au moment du procès c’est parce-que, comme Mitterrand il renaît de ses cendres, tel un phénix…llaisseIMG_20200226_190423

Et c’est ainsi qu’il accélère tous les ans le réchauffement climatique d’autant  qu’il est aussi le conseiller de Trump à qui il a proposé de monter continuellement la Clim…

Puis il aurait-été le confident de Chirac dans ses derniers jours mais il aurait accélérer son décès par mégarde en marchant sur le tuyau d’oxygène. Mais ce n’est pas tout. A Poulidor qui souhaitait être vigoureux à 83 ans il aurait donné des produits dopants, beaucoup trop pour que son cœur soit assez solide

Les Poussannais savaient bien que l’on pouvait rendre Paillasse responsable de bon nombre de nos malheurs d’entre eux et particulièrement de ceux qui ont touché la commune, ils allaient découvrir que ce personnage a un peu tout « compliqué » : Les colonnes de Buren sur le parking du gymnase c’est lui pour une exposition,  une tribune sur la place de la Mairie pour voir Jeannot Artières sortir de chez lui, c’est encore Paillasse et ensuite il a invité Quentin Tarentino pour tourner un film au Chemin de la Garenne et il doit même revenir.


Enfin, pour conclure, il serait le conseiller des 3 candidats à la Mairie de Poussan. Chacun d’entre eux « en prenait pour son grade » tandis qu’il aurait dit à  Jacques Adgé de demander un passage protégé très large au Riverain pour suivre le conseil de Mr Macron, traverser la rue et trouver du travail, mais en face il y a le Café Beauséjour et c’est don raté. D’autant que l’on annonce la venue de Jacques Pradel car plus de 12604 touristes se seraient perdus durant les travaux.llaisseIMG_20200226_190632

Après réflexion le verdict allait-être communiqué.

Les problèmes qui ont fait souffrir uniquement ses concitoyens viennent souvent s’y rajouter. Pour lui, une infime chance d’être déclaré non coupable ou d’être gracié car les Poussannais se sentent toujours mieux s’il est condamné et oublient les erreurs et les fautes de l’année passée. Et il permet en ce Mercredi des Cendres de nous faire de rentrer dans une période de Carême en étant plus serein, mais il annonce aussi le Printemps.

Il savait donc en se réveillant, chez les pompiers de Bouzigues, ce mercredi des Cendres, (C’est un comble…) qu’il allait mourir sur le bûcher le soir même, car étant un exutoire, il devait être brûlé pour que chacun puisse se sentir revigoré.. Jamais son jugement ne lui avait permis d’échapper à la crémation et ce mercredi ce serait le cas.

Tandis que déjà Paillasse était accusé.S’iI avait été acquitté, plus de subventions municipales pour le Strapontin !llaisseIMG_20200226_190717

 

Il ne fut donc pas nécessaire d’entendre la plaidoirie de la défense ! PAILLASSE allait être brûlé ! On l’amenait rapidement au bûcher, à quelques dizaines de mètres.

Le Président du tribunal, vu ses fautes présumées et avec l’approbation du public avait rapidement décidé, en effet, qu’il meure par crémation au Jardin Public.

La foule des grands jours s’était déplacée. Partagée entre joie et tristesse elle avait doublé à l’heure fatidique et le vent a accéléré les choses ensuite en attisant le feu…llaisseIMG_20200226_191159

Alors que la Fanfare de Villeveyrac, respectant la sentence, accompagnait Paillasse vers les cieux par la marche funèbre, alors que quelques prières étaient dites pour qu’il soit pardonné dans l’au-delà, le public restait silencieux jusqu’à ce que le coupable disparaisse en fumée. Il n’était pas ignifugé.

Sans dire un mot, Paillasse a flambé, sa tête a résisté puis son squelette fut réduit rapidement en poussière par les flammes et par plus de 1000 pétards.llaisseIMG_20200226_191458

Le public l’oubliait vite, les sourires remplaçaient la tristesse. L’on pouvait tourner la page. Pour clôturer le Carnaval 2020 en beauté, un carnaval calme et sympathique, vécu en douceur, l’apéritif offert par la Mairie qui réunissait tous les acteurs et les spectateurs, les carnavaliers et les musiciens, avait une saveur particulière et connaissait un beau succès.  Chacun aura pu trouver durant ces 5 jours des animations à son goût……llaisseIMG_20200226_191808

Carnaval était terminé.Tout irait mieux pour quelques temps car Paillasse s’était envolé avec ses maux, en brûlant, pour que nous repartions de plus belle toujours en 2020, sans fautes et sans lui.

 Paillasse s’en est allé. Rendez-vous en 2021. Merci à tous les participants.


Le carnaval fêté à la maternelle des Baux

  Ce vendredi, c’était Carnaval à l’école maternelle des Baux qui en a profité pour partager des instants festifs et ludiques avec la plupart des enfants déguisés pour l’occasion. naval55IMG_20200228_160649

Ce fut pour les élèves l’occasion de se replonger dans l’ambiance carnaval de Poussan qui vient de se terminer.navalIMG_20200228_161041

Ce vendredi, des danses et de la musique pour animer des instants ludiques tandis que les enfants de la maternelle pensaient déjà au goûter qui allait suivre, autour de crêpes. Que du bonheur, sous le soleil…


La tradition qui honore Poussan et son « Histoire »

      

    Cliquez sur les photographies pour les agrandir.       

Pour les enfants, en ce Mardi gras, le rendez-vous avait été fixé à 18 h, devant la Mairie. Alors que les jeunes danseurs du Branle de la chemise allaient être soit des petits de la Maternelle soit de l’élémentaire, et même des plus jeunes très en forme cette année, 5 groupes étaient présents pour le chevalet, des élèves de niveau CM1 venant des deux écoles : 4 de l’une et 1 de l’autre, des formations entraînées par des spécialistes de ces danses traditionnelles. Les beaux chevaux étaient prêts, les outils aussi car pour la fête, les enfants étaient bien motivés.       VALETIMG_20200225_180403

Pas de vent, pas de pluie, un beau ciel bleu, il faisait bon, tout était OK, pour une belle soirée…

Les candidats au fameux branle de la chemise, le tube de la soirée, étaient assez  nombreux, ils avaient répondu présents, et ils assuraient la relève devant un public toujours plus impressionnant.  Tous se sont rassemblé pour prendre le départ d’un défilé ludique et jovial.  La plupart des danseurs du « Branle de la chemise » avaient un peu répété la chorégraphie avec son saut particulier quand leurs parents la connaissait et si ce n’était pas le cas, il suffisait d’observer et de garder le rythme.

En présence de Miss Poussan 2020, Tiphany Alibert, et de ses trois dauphines, en première ligne,  Séverine Campagna, Maître de cérémonie, a lancé les festivités qui ont pu commencer rapidement. Et la soirée a débuté, sur le parvis de l’Hôtel de Ville.VALETIMG_20200225_182504

Sous la houlette de plusieurs adultes , une belle chenille a pris forme. Pas de bougies, mais des enfants suivant tant bien que mal le rythme imprimé par la dizaine de musiciens sur l’air du : « Diga-me Jacou, Diga-me Margarita, per de qu’aves mes la camisa poulida? ». Tous sentaient qu’ils vivaient un moment important, au cœur de la tradition poussannaise et prenaient du plaisir, encouragés par des spectateurs qui partageaient sans retenue ces instants uniques.VALETIMG_20200225_180801 Souriants et naturels, ils ont déambulé avec sérieux et organisation. Les candidats à la danse se sont faits de plus en plus nombreux. Habillés de blanc, même pour les plus petits, ils n’avaient pas tous la tenue réglementaire. Leurs ancêtres les pardonneront, ils préfèrent que des jeunes soient prêts à prendre le relais ce qui est bien nécessaire.VALETIMG_20200225_181020

Car si la légende veut qu’il y a des siècles, des Poussannais, lassés par les exigences de leur seigneur, se présentèrent un soir devant le château, affublés d’une chemise de nuit en attestant qu’ils n’avaient plus rien, ils doivent être fiers que Poussan ne les ait pas oubliés.VALETIMG_20200225_182117

Pas question de se séparer sans quelques rondes et farandoles toujours sur des airs de notre beau Languedoc ou de la Provence toute proche. Des enfants qui ont fait honneur à cette danse ancestrale en terminant par une belle ronde. Ils étaient même félicités par les musiciens car ils ont tenu le coup bien longtemps, toujours motivés.VALETIMG_20200225_180636

 Les meneurs de ces derniers étaient venus de Mauguio, Jean-Michel et Marie-Josée Lhubac, formés par des Poussannais comme Fabien Martinez, Messieurs Larose et Patissier. Eux qui n’oublient jamais ce rendez-vous étaient sur scène pour assurer l’accompagnement musical. Ils avaient invité des amis et rajoutaient même des paroles à leurs interprétations musicales.

D’autres étaient sur la route, car à 21 h, de Pézenas, de Lézignan la Cèbe, de Montpellier et de Saint Pons,  des Cévennes, de l’Ardèche ou de la Montagne noire, du bassin de Thau ou du bord de mer, fifres, clarinettes et hautbois, tambours traditionnels et boudègues allaient se se rassembler pour réveiller dans son château, l’esprit de ce seigneur. Poussan devenant ainsi un haut lieu de rendez-vous pour les hautboïstes.VALETIMG_20200225_182342

En attendant, un foyer des campagnes très bien rempli, accueillait avec chaleur et ferveur les danseurs en herbe.

Le calme se fit, les spectateurs rassemblés côté scène : les 5 groupes d’interprètes du chevalet allaient se succéder, réunis 2 par 2, pour une danse rituelle qui chaque année fait honneur aux chevaux et à tous les métiers qui s’y rattachent.VALETIMG_20200225_182527

C’était parti, l’on prenait du plaisir et l’on appréciait la synchronisation des danseurs qui assureront plus tard le respect de la tradition. De longs applaudissements les remerciaient puis tous défilèrent comme des « pros », heureux d’avoir fait eux aussi honneur à Poussan souvent devant leurs familles attentives. Un grand succès qui prouve la bonne santé de cette danse traditionnelle. chevaletP1330749

Avant que les adultes ne se rassemblent vers 20 h 45, il faisait bon partager un dernier repas tiré du sac. Une ambiance calme pour commencer, mais le cœur y était et  les corps et les cœurs commençaient à chauffer a l’issue de ce repas convivial.          La musique permettait aux initiés de se préparer et aux hautboïstes de s’entraîner activement…chevaletP1330724

Le Branle de la chemise prenait sa source au centre du Riverain.

 Les musiciens mettaient toute leur énergie pour rassembler les volontaires, la famille « chemise blanche » était au complet mais elle aussi avec plus de membres que ces 3 dernières années, dans les 160 personnes.chevaletP1330728

(Cliquez sur les photos pour les agrandir.)chevaletP1330733

A 21 h, à partir des Halles, puis du café Beauséjour qui fut envahi rapidement et visité dès le départ, une théorie de silhouettes blanches s’est formée avec l’accompagnement motivé des musiciens qui s’étaient rassemblés.      chevaletIMG_20200225_212908

Une fois accrochés les uns aux autres, les sauteurs-danseurs, derrière Séverine Campagna, ainsi que derrière les dauphines de Miss Poussan, se sont engagés dans les ruelles du Centre Ancien à la  lueur des flambeaux et des lanternes.https://youtu.be/M_tlgB7FFCQ

Ils ont longé l’église et le château Montlaur, déambulé à travers les rues, allant narguer le fantôme du Seigneur qui avait fait souffrir leurs ancêtres, ont exploré le haut centre ancien puis  le Peyrou tout en chantant.

 Ils sont alors redescendus vers le foyer en décrivant de joyeuses arabesques sur les Boulevards Prosper Gervais et René Tulet.

De plus en plus forte, la musique a alors entraîné les danseurs dans une queue leu-leu se transformant en farandole.

Un moment inoubliable pour eux comme pour les musiciens heureux de partager leur passion. Le tout s’est terminé par un petit colimaçon bien sympathique, les danseurs remerciant les 20 musiciens avec énergie.burst

Danses occitanes et provençales ont encore permis au public et à certains danseurs de découvrir une infime partie de ce patrimoine culturel.  Une bonne participation et ce moment ludique fut très apprécié…chevaletIMG_20200225_213442

Mais déjà, les équipes qui allaient interpréter le  chevalet dans les  règles de l’art se présentait :  Jérémie Galindo était au cheval, , Kévin Cabanac, Jérémie Garcia Terry Adgé et Olivier Bernabeu l’accompagnant. Ils sont alors apparus très motivés, Jérémie Galindo tenant son bébé au bras, pour le plus grand plaisir des spectateurs qui allaient vivre un moment toujours inoubliable. Leur danse fut  appréciée par le publicavec une motivation sans limites suivant une chorégraphie de légende. Ils donnaient le meilleur d’eux-mêmes.chevaletIMG_20200225_220922

Et comme en 2019 un autre groupe fit une apparition, un groupe féminin : en effet l’idée avait germé en 2018, elle se réalisait en 2019 et se ré-éditait avec bonheur,  avec au cheval, Séverine Campagna, entourée par Laure Artières,  Gaëlle Guénal, Sophie Souverain et Fleur Boédot… Ce fut une très belle interprétation qui fit sensation d’autant que garçons et filles dansèrent ensuite en commun…

Il fallait tout de même se séparer après avoir profité des groupes, enfants et adultes, qui ont dansé ce chevalet. Quelques carnavaliers poursuivaient la soirée par des danses traditionnelles qui résonnaient encore beaucoup plus tard dans les cœurs et dans les corps et même dans les rues. Si le chevalet allait rendre visite au café Beauséjour c’était pour poursuivre ce carnaval et finir en beauté cette belle soirée. Des moments de tradition vécus et revécus par des passionnés.chevaletIMG_20200225_220849

La soirée avait tenu ses promesses, calmement, avec sagesse mais avec plaisir, toujours avec ferveur et passion.chevalet22Capture

Ils sauront profiter de cette joie intérieure jusqu’à ce que Paillasse ne soit jugé ce mercredi.chevaletIMG_20200225_221100

L’esprit de Poussan était bien passé sur le village, poussé par la tramontane, en cette belle soirée de partage et en souvenir de ceux qui ont permis à la cité de perdurer, il y a des siècles et des décennies…chevaletP1330758


Une soirée violon ce 3 février à la MJC

Isabelle Maselli, Présidente de la MJC, et le Conseil d’Administration de la MJC avaient invité tous les élèves des ateliers Musique ‘Violon « de la MJC et leurs parents, ce lundi 3 février à 18 h 30 pour participer à une soirée musicale tout en partageant le verre de l’amitié.  voiceP1330201

  Les violoncellistes et violonistes de l’association présentaient leurs réalisations artistiques. Ils étaient près d’une dizaine. Il faut dire comme le précisait Marina Dumonceaud, qu’ils sont très assidus, que leur professeur « ne compte pas ses heures », qu’ils font des prouesses en suivant les cours de Violaine Allix.

Tous les parents des plus jeunes virtuoses s’étaient déplacés, et avaient rempli la salle d’accueil, alors que pour les adultes, ils profitaient des encouragements de leurs enfants ou de leur ami.

voiceP1330205L’écoute était maximale. Quant aux plus jeunes des musiciens, ils n’étaient pas impressionnés mais fiers de montrer leurs progrès à un auditoire conquis avec un instrument très difficile à maîtriser.

Pour les débutants comme Margot ce fut certains extraits tandis que pour les confirmés ce fut des morceaux complets,  « Strangers in the Night », « Rowing Boat », avec pour le plaisir de tous un accompagnement au piano par Violaine . Toujours de bonnes surprises avec les prestations d’Anne, de Margot, de Drack, de Zoée, de Charlotte, de Maëlle et de tous les autres…

  Du sérieux et de la motivation pour tous les petits qui à leur niveau ont interprété des morceaux leur demandant de gros efforts.

Car le violon est un instrument difficile qu’il faut savoir apprivoiser. Et seul le temps en est la clé.voiceP1330206

Alors que certains s’en sortent après seulement deux ans de pratique, d’autres vont mettre de nombreuses années avant de pouvoir montrer leur talent. Il n’y a donc pas de durée précise quant à l’apprentissage du violon. Mais sachez que pour savoir réaliser un morceau avec cet instrument, il faudra d’abord maîtriser :

  • La tenue de l’archet,
  • La position des poignets,
  • La position des doigts,
  • La position du corps.

Mais aussi les bases du solfège : de nombreuses connaissances qu’il est impossible d’assimiler en seulement une année. Et donc pour les grands c’était aussi délicat  avec des difficultés supplémentaires comme des démanchés et des positions plus techniques.

Ce fut un bon moment partagé sans modération par les musiciens en herbe et par leurs familles.

Félicitations à tous pour ce petit concert bien sympathique avec ces jeunes et moins jeunes virtuoses.

La mammographie, un acte de prévention

 Dernièrement, le mammobile a attendu sur le parking de l’hôtel de ville, les dames âgées de 50 à 75 ans pour effectuer un mammotest, une radiographie des deux seins qu’il faut réaliser tous les deux ans. Sensibilisées par le message :

« Le mammobile, c’est 100% utile même dès 40 ans. », elles sont venues nombreuses. »

Silvia Loy-Morel, Administrateur AMHDCS précise que la commune participe à ce dépistage, tout comme le Conseil Général de l’Hérault, Groupama et les caisses d’assurances maladies.

En cas de besoin, un N° vert est toujours à votre disposition, 0 800 801 301

Les curiosités du carnaval de Poussan

Parmi toutes les festivités qui marquent chaque année le carnaval de Poussan, certaines sont synonymes de traditions ou de cérémonies. Les plus curieuses sont celles qui se placent le Mardi Gras, avec particulièrement le fameux Branle de la chemise.

Certains anciens ont pu le voir avant la guerre de 40/45. Il survit encore. Tel un livre d’histoire que l’on ouvre chaque année pour vérifier que ce n’est pas un rêve, entre 80 et 200 Poussannais participent ce jour-là à cette curieuse procession qui déroule ses arabesques à travers le village.

Vers 21 h, le Mardi Gras, l’on voit devant les Halles de Poussan, se former une étrange théorie composée d’hommes portant des chemises de nuit et des bonnets de femme, tandis que pour les dames, c’est l’inverse. Chacun porte à la main une bougie protégée maintenant par du papier aluminium.

A la lueur des flambeaux et des lanternes, pendant que les hautbois et les tambours font retentir une trépidante musique, les danseurs sauteurs vont en une curieuse procession traverser le village ancien pour se rendre au Foyer des Campagnes.

Pour certains cette tradition viendrait du Moyen Age, pour d’autres ce serait une survivance unique en France de farces tusculanes, où s’exprimaient la joie des colons du Latium et des vétérans de la 7ème Légion.

Un colimaçon géant va  se former alors pour s’enrouler et s’enrouler encore jusqu’à ce qu’une farandole délirante emporte ses participants dans un tourbillon sympathique, jusqu’à l’épuisement.

Tandis que les musiciens vont reprendre des airs  de chants occitans, les derniers danseurs, main dans la main tourneront encore avant de libérer la piste.

Si vous voulez participer, rendez-vous en tenue (chemise de nuit et bonnet de nuit, les 2 blancs) avec une bougie, le soir du Mardi-Gras, vers 20 h 45, devant les Halles de Poussan.

Si quelquefois, l’on a pu voir la danse de  l’échelle pratiqué par des volontaires, la tête entre les barreaux, c’est celle du chevalet sur laquelle vont  se concentrer tous les regards.

Celle-ci se pratique dans de nombreuses localités. Traditionnellement appelé le « cheval-jupon », cette coutume serait d’abord née en Provence ou en Espagne, vers la fin du Moyen-âge et aux débuts de la Renaissance.

A Montpellier, on la retrouve dans la danse du Chibalet qui fait partie de celle des Treilles.
On pensait jadis qu’il s’agissait d’une parodie des tournois. Aujourd’hui, Les avis sont partagés car certains y voit la volonté de domestication du cheval par l’homme tandis que d’autres y voit une allusion au Centaure ou à un vieux mythe où un homme revêtu d’une peau de cheval, coiffé d’une tête, symboliserait une union rituelle.

Pourtant, la danse, réglée comme un ballet, est composée de figures qui se suivent selon un ordre fixe et la coutume est restée tellement ancrée que l’on fabriquait, il y a peu de temps encore, de nouveaux chevaux quand on en avait besoin. Dans certaines communes Ils portent des clochettes et alternativement s’éloignent de leur donneur d’avoine ou le poursuivent ; un serviteur les accompagne avec un chasse-mouche fait d’une queue de cheval. A Poussan, un autre danseur tient la brosse et l’étrille, et enfin le 5ème, à l’arrière, tient une tenaille et un marteau. Il représente le maréchal ferrant chargé de ferrer le cheval.

A Poussan aussi, pour faire honneur au cheval de trait, il est nécessaire que le chevalet soit exécuté correctement. Il faut 5 bons danseurs vêtus avec un pantalon blanc, une chemise et des tennis blancs, un gilet, une cravate et une taillole rouge ainsi qu’un chapeau de paille (canotier).


Alors rendez-vous au foyer des campagnes vers 21 h 30, le jour du Mardi-Gras pour ce ballet dansé dans les règles de l’art.

À l’approche des festivités poussannaises, quelques liens peuvent vous intéresser :

Poussan : cavalcades 2015 et 2016

https://www.youtube.com/playlist?list=PLpEACJ_B6vrnakOWkdMIqixgZKFe7S4P7

Poussan : branles de la chemise 2015 et 2016

https://www.youtube.com/playlist?list=PLpEACJ_B6vrm32lA1TNfbBc_1POIOREfS

Poussan : jugement de Paillasse 2015 et 2016

https://www.youtube.com/playlist?list=PLpEACJ_B6vrnZ2uYeuQDwNgyq9Fh7TfsB

Carnaval de Poussan 2018 : cavalcade

https://youtu.be/hNXpZU40PQg

Les rois 2020 du tatami

Encore un bon moment au JAP.

Pour fêter la nouvelle année et se retrouver tous réunis, le bureau, aidé de  bénévoles, avait décidé de fêter les rois avec de nombreux licenciés après les entraînements.  

Au programme : combats de SUMO.

Les participants ainsi que leurs familles ont pu se régaler avec les royaumes et galettes locales.


Un moment bien sympathique qu’apprécie le JAP. Les adultes furent aussi gourmands que les plus jeunes. L’image contient peut-être : 1 personne

  Le JAP avait des rois et des reines qui espéraient bien, pour 2020, être à nouveau couronnés sur le tatami, en Occitanie et bien au-delà.