Le Patrimoine avec Sète Agglopôle: le programme été/automne est arrivé !

Enfin Vous pouvez aller à sa rencontre après ce premier semestre 2020 pour le moins perturbé.SAMICapture

A l’image de notre territoire, vous découvrirez une programmation riche, variée et ouverte à tous, petits et grands.

Sète Agglopôle vous souhaite une très belle saison culturelle. Avec le plaisir de vous accueillir très vite dans les équipements patrimoniaux de SAM.

TÉLÉCHARGEZ LE PROGRAMME PATRIMOINE DE JUILLET A NOVEMBRE 2020 EN SAVOIR + =====> https://patrimoine.agglopole.fr/

 

Le cochon, l’animal totémique de Poussan

A Poussan, lors de la cavalcade du carnaval, les spectateurs peuvent toujours observer en tête du défilé, le cochon emblématique de la commune.           

Depuis longtemps, les archéologues comme Marc Lugand, de la CCNBT, pensent qu’un certain Lulius Porcius aurait été le propriétaire, durant l’antiquité Romaine, d’une belle villa et d’un domaine non loin du centre du village actuel. Car, selon les étymologistes, les terminaisons ac,argues et an signifieraient, le domaine de…

Le cochon figurant dans les armes de la commune, l’origine de notre animal totémique serait liée à l’association des mots Poussan (nom du village) et porcèl , le nom occitan du petit cochon. Mais la majorité des animaux totémiques a été créée à partir du XVIe siècle. Un des plus lourds est le poulain de Pézenas, le plus gros est le chameau de Béziers. Tout naturellement, l’énorme cochon rose avec sa forme rebondie est devenu celui de Poussan.

Il possède 8 paires de pattes et défile lors du carnaval du village porté par des costauds qui doivent le faire rouler, le soulever et le présenter à la foule.

Et si la symbolique de l’animal totémique est très manichéenne il est souvent accompagné par un autre animal « totem », le  » chevalet « , commun à de nombreuses communes de la Région mais aussi de France. Nous les retrouverons bientôt, tous les deux, à Poussan, à partir du 22 février.

                                          _____________________________________

Et pour le cochon, ce sera un nouvel anniversaire, lui qui est né dans un garage de l’avenue de Sète chez Gisou et Gilles aidés par un groupe d’amis du Rugby, de l’ASP.

Le patrimoine de Sète agglopôle a son programme…et le nouveau vient de sortir

Le patrimoine de Sète agglopôle a son programme…et le nouveau vient de sortir !

Nous vous proposons de nombreuses activités tout au long de l’année avec l’espoir de vous donner envie de (re)venir visiter nos équipements.

Que vous réservent donc les prochains mois ? https://bit.ly/3aVDtyb

L’image contient peut-être : texte

Le chevalet se prépare activement

CHEVP1320573Plusieurs fois par semaine, depuis début janvier, des élèves des écoles de Poussan ont droit à des cours de danse particuliers par un spécialiste de celle du Chevalet, qui depuis de longues années transmet la tradition aux générations futures. Les différentes formations devraient être prêtes pour le prochain Mardi Gras. Il y en aura 5 des 2 écoles en 2020.


Avec beaucoup de sérieux et conscients d’être des témoins de cette tradition, les enfants ne ratent pas les entraînements réguliers. Des progrès de séance en séance…

185 convives pour un repas en honneur du jumelage

Convivialité et fraternité avant tout, amitié aussi, ainsi que fidélité car les échanges scolaires avec les deux communes qui vont se poursuivre ont débuté il y a plus de trente ans : l’association italienne de Jumelage Larciano-Poussan et celle de Poussan ont pris l’habitude de se rencontrer et fêtent particulièrement leurs attaches lors de la Foire de la Sainte Catherine, à Poussan.

Elles ont des projets  pour le futur mais pour ce week-end festif, une délégation italienne avec près de 12 membres dont des enfants, était reçue à Poussan.   Elles auront l’occasion de se revoir, en Italie au mois  de mai pour une fête médiévale exceptionnelle qui chaque année marque les mémoires. C’est toujours un moment très fort qui renforce les liens, comme la Sainte Catherine  chez nous…

A Poussan, l’association tient à préciser qu’elle propose toujours de suivre des cours d’italien une fois par semaine, durant l’année et qu’elle poursuivra ses activités avec de nouveaux échanges à la clef…

 Les idées d’activités pour faire vivre le jumelage par un maximum de personnes dans chacun des villages ne manquent pas et dans les deux associations, italienne et poussannaise l’on essaye de perpétuer les liens qui les unissent .  solaP1300767 

Et d’ailleurs, cette année, pour la foire de la Sainte Catherine  Lisa Amidei a pu se libérer durant tout le week-end. Comme d’habitude les membres de la délégation pourront découvrir ou redécouvrir la commune avec son Riverain requalifié et son centre historique ainsi qu’avec des animations propres au village et bien-sûr ils n’ont pas oublié leurs produits locaux très demandés qu’ils proposent durant la foire avec de nombreuses préparations culinaires à déguster et à acheter et des articles tels que des balais ou des maquettes, du savon…

  Avant de vivre une journée de foire animée, un repas était organisé au foyer des campagnes pour que se développe dans la bonne humeur cette amitié franco-italienne et la fraternité entre des cités pourtant éloignées.

Plus de 185 convives allaient partager celui-ci. Accompagnés de vins  allaient être proposés après un apéritif, du foie gras, du confit de canard… Des profiteroles au chocolat.solaP1300779

Une très bonne soirée durant laquelle l’italien allait s’insinuer dans les dialogues. Et d’ailleurs, cela avait débuté durant l’apéritif. Mais avant la fête Mme Zanetti, Présidente de l’association du Jumelage et Monsieur le Maire de Poussan accompagnés par des Adjoints et des Conseillers municipaux, tenaient, avant que les convives ne chantent réunis une Marseillaise et l’hymne italien de tout leur cœur, à animer un moment plus protocolaire pour marquer avec insistance le jumelage entre les 2 cités.solaP1300775

Nicole Zanetti, présidente de l’association poussannaise, se félicitait que ces rencontres Franco-Italiennes se poursuivent, avec pour objectif des actions communes et des échanges à tous les niveaux. Une belle maturité, un bon signe pour la suite.

Jacques Adgé précisait que c’était toujours un plaisir de recevoir la délégation pour la Foire avec maintenant de nombreux souvenirs communs, des souvenirs et des relations d’amitié toujours gravés dans son cœur. Toujours un certain bonheur que de recevoir la délégation pour un week-end, un bel exemple comme dans de nombreuses communes dont les pays et les nations devraient s’inspirer.solaP1300765

C’était aussi le sens du discours en français de Madame Amidei qui se félicitait de pouvoir découvrir Poussan avec qui de nombreux habitants de Larciano ont maintenant de solides attaches.

C’était le moment des cadeaux pour marquer cette rencontre qui ouvrait les festivités de cette fête de la Sainte Catherine

Entre chants, musiques et danses, avec Julien et Eric pour l’animation musicale elle aussi plus ou moins italienne, le repas s’annonçait bien convivial et festif.

« Longue vie au jumelage »

Découvrez les livres sur Poussan qui sont actuellement en vente :

L’image contient peut-être : 2 personnes, texte
– Histoire de Poussan vendu au prix de 10 €
– Les Poilus de Poussan vendu au prix de 9 €
– Livre catalogue de l’exposition Maxime Lhermet vendu au prix de 15 €
Vous pouvez vous les procurer auprès de la mairie
du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30

« Mémoires choisis » par Louis Esparza en vente à Poussan

Ma photo bio Jpeg

Mémoires choisis de Louis Esparza peut désormais être acheté à
la Boulangerie pâtisserie La cerise sur le gâteau
   35, place de la mairie à Poussan
Et toujours par Internet sur le site TheBookEdition
   même prix, 18 euros

 

Né à Poussan où il a passé sa jeunesse, Louis Esparza publie ses mémoires dans lesquelles il consacre plus de 80 pages à Poussan et ses environs, Frescaly, Issanka…

Livre en auto-édition, dont il donne les raisons de ce choix : «  si vous êtes une personnalité connue, vous pouvez écrire n’importe quoi, vous intéresserez les éditeurs car ils savent que votre bouquin se vendra. Mais si vous n’avez pas de notoriété, vous pouvez avoir écrit ’’Le Petit Prince’’, aucun éditeur ne vous le prendra…d’où l’auto-édition ».

Admirateur de Chateaubriand dont il reprend des citations à plusieurs reprises…il a commencé à écrire pour répondre aux questions des nouvelles générations dans les réunions de famille, et il a continué en réalisant qu’écrire des mémoires devait largement valoir une psychanalyse réussie  : « Et j’en suis sorti avec une vision plus claire sur bien des événements que je n’avais pas bien compris jusque-là…».

Et il ajoute : « sachant qu’aujourd’hui on twitte plus qu’on ne lit, chaque chapitre est assez indépendant du reste pour que les nouvelles générations qui ont une propension à lire en diagonale, puissent avoir une idée de ce que furent et comment vécurent leurs anciens dans le contexte de leur temps ».

Situant sa démarche à l’opposé d’une biographie, il reprend ses souvenirs pour en tirer des réflexions singulières sur le dessous des cartes de pratiquement tous les événements et les sujets qui ont marqué le siècle et l’actualité : la décolonisation, Mai 68, la démographie, le précepte de Colbert, l’écologie, la décroissance… Ancien du nucléaire et féru de politique, il a le sens de la formule : « Anne Lauvergeon étant entrée chez Areva à l’âge où Macron est entré à l’Elysée, espérons qu’il ne laissera pas la France dans l’état où elle a laissé Areva… ». Mémoires couverture simple JpegPoussan, un village qui se suffisait à lui-même.

Chapitre de plus de 80 pages qu’il commence par la citation de René Tulet gravée sur la façade de sa maison : « Nous sommes Français c’est vrai, mais avant tout nous plaçons l’amour de notre langue et de notre Poussan ». Montrant ainsi que cette réflexion  «nous éclaire d’emblée sur la spécificité du village et sa vocation à une sorte d’autonomie tant culturelle qu’économique ». Et il développe le contexte économique fondée sur la viticulture…la façon de vivre des gens du village, les festivités dont le fameux carnaval, la jeunesse qui se réunissait dans les cambuses… avec quelques portraits de figures locales dont les musiciens qui animaient les bals de l’après-guerre au Café de la Paix… et Mr Larose qui jouait du hautbois sur une barque de joutes à Sète pour la Saint-Louis : « comme on peut le voir quelques secondes filmé par Claude Sautet dans César et Rosalie (Yves Montand, Romy Schneider…accessible sur Internet, voir vers la 73ième minute du film».

Décrivant son enfance à Frescaly à partir d’une anecdote où se mêlent la mer que l’on aperçoit de la terrasse avec la chanson de Trénet qu’il entend dans un phonographe…

Les pages consacrées à Frescaly étant probablement les plus touchantes… Et il se souvient des fêtes à Issanka pour Pâques et le 15 Août « l’ambiance inimaginable aujourd’hui », comme lors d’un Tour de France quand arrivent deux coureurs avec plus d’un quart d’heure d’avance et qu’on leur fait boire du vin rosé… Pour repartir : « les deux coureurs avaient du mal à se remettre en selle, et on les a aidés, mais en les dirigeant en sens inverse de la course, si bien qu’ils se sont vite retrouvés face aux autres coureurs qui arrivaient, provoquant une pagaille monstre, pendant que les farceurs et les spectateurs se tordaient de rire…».

Les amateurs d’Histoire apprécieront ses réflexions sur Mai 68 et le Gaullisme, ses commentaires sur le problème que pose la forme exponentielle prise par la démographie… et autres analyses sur les sujets essentiels qui nous préoccupent…

Livre qu’il termine avec sagesse, à partir de vers d’Albert Samain qu’il cite pour étayer son commentaire. Une sagesse de terrien pouvant inspirer ses contemporains.

Mémoires choisis, 386 pages. En auto-édition, distribué sur Internet par TheBookEdition, livre papier (18 euros) et numérique (5,29€).

Mémoires 4e de couverture modif en Jpeg

Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine à Poussan

Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine qui auront lieu le week-end du 21/22 septembre, le service culturel de la ville vous propose de découvrir le patrimoine architectural du centre ancien avec Aurélie Malbec illustratrice.Aucune description de photo disponible.

Atelier croquis limité à 15 personnes – Gratuit samedi 21 de 14h à 16h départ devant les Halles, inscription obligatoire spectacle@ville-poussan.fr.

Poussan des origines : du néolithique aux Romains.

Il est bon de se souvenir que l’occupation actuelle du site est le résultat d’une très longue évolution qui débutait à l’époque du néolithique. Si bien plus tard, l’agglomération de Poussan se développera autour du château Montlaur, l’on a retrouvé des traces de l’époque du Néolithique avec une fréquentation humaine dans la périphérie de la commune. L’époque Paléolithique n’a pas de représentation à Poussan qui vivait alors sous le régime de la dernière glaciation (entre 80 000 et 35 000 ans) .

Le site le plus proche occupé par l’homme de Néandertal serait celui de la grotte d’Antonègre, à Montbazin. Entre 3 200 et 2 500 ans av J-C l’homme, qui est devenu agriculteur, se serait installé sur le territoire communal. Il y a certainement vécu auparavant, mais aucune trace ne permet de l’affirmer.

Il y fabriquait des haches, il réalisait des poteries, et commença à travailler le cuivre au Chalcolithique jusqu’en 1 800 av. J-C.

D’après Raymond Monjardin et Marc Lugand, tous les deux archéologues, une dizaine de sites présentent alors des signes d’habitat avec des tessons de céramique comme à l’Estaque, aux Ors ou à Roumège, avec deux haches trouvées autour du Puech Bruneaud et du Mas Blanc et même avec un mobilier céramique qui concerne La garenne, les Oulettes ou Glauga.

L’implantation des habitats alors constitués de cabanes réalisées avec des matériaux périssables est de préférence choisie sur des hauteurs en forme de terrasses, à l’abri du vent du nord. Certains d’entre eux ont en outre vue sur l’étang de Thau.

Cette ouverture sur la Méditerranée aura une influence déterminante aux périodes suivantes : celles de l’Age du Bronze et de l’Age du Fer.

Bien plus tard, en 121 av J-C, les Romains victorieux à Marseille des Valques, créent une capitale, Narbonne et une voie de communication, la voie Domitienne.
Traversée par cette Via Domitia, le secteur poussannais est mis en valeur, et le cadastre se formalise, dans un but fiscal. On en retrouve encore des traces sur la commune. Et comme les terres doivent être exploitées, celles de Poussan dépendront du territoire de Nîmes.

De cette période, l’on a retrouvé un Cippe funéraire  (monument funéraire sous la forme d’un pilier bas qui signalait l’emplacement d’une tombe ), celui de de Lulius Chrysio, dans la basse-cour du Château au XVIIème siècle. D’après Gilles Sauron, Chrysio était un citoyen romain, un notable, propriétaire à Poussan, d’une villa et d’un domaine. Sa villa devait être source de profit mais aussi lieu d’une résidence luxueuse avec des bains.

Il semblerait qu’un autre notable, Porcius, ait possédé un domaine semblable qui serait à l’origine du nom de Poussan.

Depuis 1960, plusieurs sites ont été découverts comme celui des Clachs, une exploitation agricole d’une superficie de 1 ha 1/2, avec un bâtiment composé de plusieurs pièces à vocation agricole et résidentielle. son occupation prendra fin vers le VIème siècle.

A 400 m de là, à « Roumège », un établissement Gallo-Romain fut aussi découvert : habitat luxueux, thermes avec tubulure de chauffage et cellier viticole pour ce domaine de trente hectares entre la colline et l’étang.
D’autres sites comme celui du « Cateau », ou celui de la Fontaine de « Glauga » ont été étudiés, mais l’ activité du premier cessera vers le IIIème siècle, tandis que la source de Glauga fut divinisée et  le lieu occupé jusqu’à la fin de l’Antiquité..
Enfin, au Mas Blanc, sur le site de Tarroussel aussi et au Puech Gayès, l’occupation connaîtra un développement jusqu’au VIème siècle.

De l’étang de Thau à Montbazin, la plaine n’est alors pas déserte même si le Puech Gayès n’est pas devenu une agglomération. La voie Domitienne y joue le rôle de frontière, mais la Pax Romana (jusqu’en 180 à l’annonce de la mort de l’empereur Marc-Aurèle) aurait fait perdre au Puech sa valeur stratégique. Poussan avait des campagnes exploitées avec des fermes et des villas. Il faudra attendre le Moyen Age pour voir le phénomène urbain se manifester

Escapade à Lacaune pour le Cochon de Poussan !

coch190729_051850_2Ce dimanche 28 Juillet 2019, dès l’aube, le cochon rose de Poussan, son Animal Totémique, prenait la route  pour participer à la fête de la charcuterie à Lacaune, où il fut très remarqué et très applaudi.coch

Il faut dire qu’il avait fait peau neuve car Jeannot , le Président du carré d’As l’avait repeint !coch190729_051851_12-1

Merci aux personnes qui ont accompagné certains membres du Carré d’As dans cette belle aventure. Petit détail  : les confréries  présentes dans la déambulation ont pu apprécier la musique du cochon jouée  par 2 amis venus de Cournonterral : Jacques et  ¨Patricia…coch190729_051851_11