L’Assurance Maladie prend en charge à 100% les tests de dépistage pour le Covid-19 pour……

Depuis le 28 mai 2020, l’Assurance Maladie prend en charge à 100% les tests de dépistage pour le Covid-19, pour les personnes représentant un risque de contamination élevé.
Plus d’infos sur Service-Public.fr  https://bit.ly/3gFCTYj

Les membres de la cellule de gestion de crise Covid-19 se sont rendus à l’école des Baux pour faire un point

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et plein airAprès la mise en place des protocoles sanitaires pour les établissements scolaires de la commune, la sensibilisation aux gestes barrières des enseignants, des ATSEM, des animateurs, du personnel de cantine et du personnel de nettoyage, les membres de la cellule de gestion de crise Covid-19 se sont rendus jeudi 4 juin entre 11h45 et 14h15 à l’école des Baux pour faire un point sur le terrain après un peu plus de trois semaines de fonctionnement. A part quelques ajustements minimes, les retours sont positifs.

L’image contient peut-être : 1 personne, assis, table, bureau et intérieur

Prochaine visite école Véronique Hebert.L’image contient peut-être : une personne ou plus, ciel, arbre, plein air et nature

DECONFINEMENT : phase 2

Une nouvelle étape du déconfinement prend effet aujourd’hui jusqu’au 22 juin et pour une durée de trois semaines. L’’occasion de revenir progressivement à la vie normale.
La liberté est la règle mais quelques contraintes subsistent toujours pour limiter la propagation du virus.

Pour obtenir plus d’informations  https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

A Poussan, le centre Covid-19 de dépistage, bien utile pour le secteur depuis une semaine

Le gymnase des Baux zone permettant l’accès au plus grand nombre de patients avec un parking à proximité était désigné. Les choses allaient s’enchaîner très vite grâce à la réactivité des agents du service technique de la ville et à la participation et aux compétences mutualisées de Sophie Benau architecte, des pompiers, de Sète Agglopôle Méditerranée, des Maires des communes concernées, de M. Giugleur adjoint à la sécurité, sous la houlette des coordinateurs du projet, le médecin Nicolas Héran, la cadre de santé Nathalie Raffort, le directeur d’établissement de transport sanitaire Henry-Paul Bonneau et de Florence Sanchez, maire adjointe en charge du dossier.covid56IMG_20200526_125519

Il était rapidement  prêt à fonctionner et  pouvait recevoir 108 patients chaque jour venant des communes de Poussan, Loupian, Villeveyrac, Montbazin, Bouzigues, Gigean, Balaruc les Bains et Balaruc le vieux.

Le centre de consultation Covid-l9 qui n’a pas eu à être utilisé durant le confinement est ensuite devenu centre de test depuis le début du déconfinement. Il a été ouvert juste avant le « Pont de l’Ascension » et ce sont déjà plus de 100 personnes qui y ont été accueillis. Elles venus du secteur précité auquel est s’est rajoutée la ville de Mèze.

Depuis c’est entre 30 et 35 personnes qui sont accueillis dans ce centre Covid-19  ouvert durant près de 4 heures par jour. Il s’agit d’un centre. Aussi, si vous avez des symptômes qui ressemblent au Covid-19 et que votre médecin vous le prescrit, si on vous le demande pour des interventions médicales ou dans d’autres situations, vous pouvezet  vous serez dirigés vers ces centres spécialisés où des infirmiers libéraux se relayeront pour vous accueillir. A Poussan c’est autour du Dct Héran, ainsi que pour l’accueil,  du cadre de santé Nathalie Raffort, et du directeur d’établissement de transport sanitaire Henry-Paul Bonneau.covidIMG_20200526_131930

Le Docteur Héran tient à préciser qu’il travaille depuis longtemps avec une association humanitaire « Médocs Solidaires » qui agit à Madagascar et qui permet de réaliser des actions à plusieurs niveaux auprès des malgaches ! médical, alimentaire…. L’association s’est révélée fort utile par rapport à l’ARS et à l’organisation du centre. (voir vidéo)

Les patients du secteur doivent donc, tout d’abord prendre contact avec leur médecin habituel qui les oriente vers son cabinet ou vers le gymnase en fonction des besoins…

En arrivant au gymnase, les patients sont accueillis par un infirmier qui établi un bilan. Ils sont équipés de masques, et ils sont ensuite dirigés vers l’une des trois zones d’attente disposant de chaises suffisamment espacées.

Ensuite, ils sont reçus individuellement  sous les barnums pour réaliser un test(RT-PCR).

Ce test permet de préciser si, à un instant T, la personne est porteuse ou non du virus.  Il s’agit d’un test non invasif, qui ne prend que quelques secondes.
Ce test consiste à prélever des cellules nasales profondes à l’aide d’un écouvillon, une sorte de long coton-tige que l’on insère dans les cavités nasales, jusqu’à 15 cm environ.

En général il faut 24 h pour que l’on vous communique le résultat du test.

Les tests virologiques (RT-PCR) peuvent être faits dans les laboratoires publics et privés, y compris les laboratoires de recherche et vétérinaires, mais également dans les points de dépistage

(Deux types de professionnels de santé sont habilités à faire ce prélèvement : les infirmiers et infirmières, et les biologistes)rbt

Santé.fr met en ligne une carte regroupant tous les centres et lieux de prélèvement permettant de faire un dépistage du Covid-19, territoire par territoire.

Cette carte permet une recherche par géolocalisation, et donne des informations détaillées pour chaque point de dépistage : ses coordonnées, les modalités d’accès et de prise de rendez-vous, les horaires d’ouverture au public, et éventuellement des précisions sur des services particuliers.
Les données sont issues d’une base portée par la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère des Solidarités et de la Santé. Elles proviennent de déclarations des laboratoires et établissements de santé, auprès des Agences régionales de santé.
Ces données sont mises à jour quotidiennement.covid89IMG_20200526_125442

A savoir

Afin de répondre aux besoins actuels de connaissance et de surveillance de l’épidémie à coronavirus, covidnet.fr (qui remplace depuis le 30 mars 2020 le dispositif grippeNet.fr, mis en place par Santé publique France et le réseau Sentinelles) collecte les données épidémiologiques remontées directement par la population via internet. Ce recueil des données anonyme permet d’étudier les symptômes des personnes malades qui n’ont pas recours au système de soins.

covidnet.fr complète ainsi les données transmises par les médecins libéraux et les hôpitaux pour suivre l’évolution de l’épidémie de Covid-19. Il permet aussi le recueil de données pour comprendre le comportement des malades et connaitre le ressenti et le vécu de la population au sujet de la maladie (niveau de connaissance, perception du risque, niveau d’anxiété, confiance dans les autorités…).

Les patients peuvent s’inscrire gratuitement sur le site www.covidnet.fr.

Déconfinement, dépistage massif et cas contacts
La demande de consultation COVID-19

Dépistage du COVID19 : vous devez faire un test.

Retrouvez tous les points de prélèvement des tests virologiques (RT-PCR) autour de chez vous.Voir les points de dépistage : https://sante.fr/recherche/trouve/DepistageCovid
Questions et réponses : https://sante.fr/coronavirus-covid-19-questions-et-reponses…

COVID19. Un test de dépistage dès les premiers symptômes

La sortie du confinement s’accompagne d’une augmentation massive des tests de dépistage pour toutes les personnes qui présenteraient des symptômes et toutes celles qui auraient été en contact avec des personnes malades.#COVID19. Dépistage

Des tests systématiques pour les personnes malades et leurs contacts

La sortie du confinement s’accompagne d’une augmentation massive des tests de dépistage pour toutes les personnes qui présenteraient des symptômes et toutes celles qui auraient été en contact avec des personnes malades.

Ces tests diagnostiques virologiques (RT-PCR) permettent de détecter la présence du virus via un prélèvement par voie nasale.

Les prélèvements sont effectués sur prescription médicale, par un professionnel de santé.

Des capacités d’analyse démultipliées en Occitanie

Au plan logistique, la mobilisation de tous les acteurs publics et privés a été très forte dans la région. La capacité d’analyse a été démultipliée ces dernières semaines pour pouvoir réaliser à ce jour jusqu’à 20 000 tests par jour.

Cette très forte capacité régionale a déjà permis de réaliser en Occitanie près de 25 000 tests de dépistage organisés dans près de 200 établissements d’hébergement pour personnes âgées.

Pour intensifier ces dépistages sans pénurie matérielle, l’ARS Occitanie a acheté 1,7 million d’écouvillons qui sont actuellement stérilisés par des établissements hospitaliers publics et privés de la région. Ce stock considérable permettra de poursuivre partout en Occitanie cette démarche de dépistages ciblés.

Un test réalisé sur prescription médicale

Au plan médical, ces tests ne présentent pas d’intérêt préventif en l’absence de symptômes ou sans contact avec une personne malade. Chaque résultat est le reflet d’une situation individuelle au moment du prélèvement. Une personne rassurée par un test négatif peut devenir porteuse du virus dès le lendemain de ce test.

Pour cette raison, un usage systématique de ces tests ne présente pas d’intérêt auprès de personnes qui ne présentent aucun des symptômes associés au Covid-19 et qui n’auraient pas été en contact avec des personnes malades.

A contrario, l’ARS en préconise un usage systématique dès qu’une suspicion de cas est signalée. C’est le sens des orientations portées avec l’ensemble des professionnels de santé et laboratoires d’analyses mobilisés en Occitanie.

Où trouver un centre de dépistage ?

Les tests virologiques (RT-PCR) sont effectués dans des centres de dépistage dont la liste est disponible sur le site Internet Santé.fr

Covid 19 : Que faire de votre matériel de protection après utilisation ?


Voici les consignes pour protéger les autres et l’environnement :
▪️ Utilisez un sac dédié et fermé.
▪️ Après 24h, déposez-les avec les ordures ménagères.
Ne pas les jeter avec les déchets recyclables 
Plus d’infos actu.fr/…/deconfinement-tissu-jetables-faire-ses-masques-us…

Coronavirus : Êtes-vous vraiment incollable sur les mesures de protection du COVID-19 ?

 Testez-vous en 20 questions pour connaître le verdict !Aucune description de photo disponible.
Ce quiz en ligne est anonyme, gratuit, accessible par ordinateur, tablettes et smartphone. Le joueur obtient une note sur 20, des conseils et des explications synthétiques. Il donne aussi accès à des références fiables pour en savoir plus.
A vous de jouer !  https://deconfinement.preventioninfection.fr/

Manger un aliment contaminé peut-il nous rendre malade du Covid-19 ?

Aujourd’hui, aucune donnée scientifique ne laisse penser que le virus peut nous contaminer par voie digestive. Toutefois la possibilité d’infecter les voies respiratoires lors de la mastication d’un aliment contaminé ne peut pas être totalement exclue. Si vous êtes malade, vous devez absolument éviter de manipuler des aliments et de cuisiner pour les autres.

Comment supprimer le virus sur les fruits et légumes ?

Après un achat, avant de les consommer ou de les cuisiner, il faut bien laver ses fruits et légumes.
L’eau claire suffit, n’utilisez surtout pas de désinfectant ou de détergent comme l’eau de javel, vous risqueriez une intoxication s’il était mal rincé. L’utilisation du vinaigre blanc pour rincer ses fruits et légumes n’est pas nécessaire. Après lavage à l’eau claire, essuyer les aliments avec un essuie-tout à usage unique aide à éliminer d’éventuelles particules virales. Ces gestes sont particulièrement importants lorsque les fruits et légumes sont mangés crus.

Peut-on manger ses fruits et légumes crus tels quels ? Faut-il les cuire ?

Comme cela a été dit dans la question précédente, il est important de laver ses fruits et légumes à l’eau claire. Vous pouvez également les peler comme pour les pommes ou les poires.

Pour les légumes, il faut savoir qu’il suffit d’une cuisson à 63°C – c’est-à-dire à feu moyen – pendant 4 minutes pour détruire le virus potentiellement présent. Rien ne sert de « sur-cuire » ses aliments donc, sauf si la recette ou vos goûts personnels l’exigent… ! Pour les crudités, un lavage à l’eau claire suffit à diminuer le risque de transmission par contamination croisée – à savoir risque de transmission du virus par les mains.

Faut-il chauffer son pain ?

Le pain est cuit à haute température lors de sa préparation, ce qui élimine toute trace de virus. Les boulangers comme les autres professions de l’alimentation sont fortement sensibilisés aux règles d’hygiène (lavage de main régulier et/ou port de gants pour servir, utilisation d’un sac pour ranger le pain…). Dans ces conditions, le risque de transmission du virus est négligeable, il n’est donc pas nécessaire de faire chauffer son pain.

Si vous êtes malade, vous devez absolument éviter de manipuler le pain.

Source : Anses

Il faut continuer à être prudent et respecter les gestes barrières

Les membres de la cellule de gestion de crise Covid-19 vous informent : le déconfinement ne signifie pas que le virus n’est plus présent, il faut continuer à être prudent, respecter les gestes barrières (se laver les mains le plus souvent possible (rappel les gants sont de faux amis), porter un masque…), pour se protéger et protéger les autres.Aucune description de photo disponible.

SMBT : LA START-UP IAGE VA DETECTER LA PRÉSENCE DU CORONAVIRUS DANS LES EAUX USÉES

Covid19, Coronavirus, Virus, Covid-19COVID-19 : LA START-UP IAGE VA DETECTER LA PRÉSENCE DU VIRUS DANS LES EAUX USÉES  
 
La détection du virus COVID-19 dans les eaux usées pourrait permettre de suivre l’évolution de l’épidémie sur la population. Un nouveau procédé va être expérimenté dans le cadre de la plateforme d’innovation territoriale du bassin de Thau.

Des études récentes, en particulier celles menées dans l’agglomération parisienne, ont montré que la quantité de coronavirus détectée dans les eaux usées reflète le niveau du virus dans la population. Une fois excrété par le corps, le virus se retrouve en effet dans les selles et donc dans les eaux usées. A ce stade, il présente peu de risque d’être infectieux et est sans conséquence pour l’environnement mais sa détection pourrait permettre de suivre l’évolution de l’épidémie.

Spécialisée dans la recherche génétique appliquée à l’environnement, la start-up IAGE va expérimenter un procédé original, la PCR digitale, plus sensible que les méthodes classiques employées jusqu’alors, pour détecter la présence du virus dans les eaux usées.

Ce procédé va être expérimenté dans le cadre du Lab’Thau, plateforme d’innovation territoriale dédiée à l’expérimentation d’idées nouvelles au service de la transition écologique et de la résilience des territoires littoraux.

En intégrant la plateforme, la start-up bénéficiera de l’accompagnement des acteurs et partenaires scientifiques du territoire et notamment de l’unité MIVEGEC de l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement) de Montpellier, de la Région Occitanie et de Sète agglopôle Méditerranée, gestionnaire du réseau d’assainissement.  bassinCapture

Elle s’appuiera également sur la connaissance très fine du fonctionnement des réseaux d’assainissement développée par le SMBT depuis plus de quinze ans pour veiller sur la qualité de l’eau de la lagune.

Si les tests s’avèrent concluant, cet indicateur pourrait renforcer les suivis épidémiologiques déjà en vigueur. Un suivi régulier permettrait d’estimer l’évolution de la circulation du virus dans le temps et d’anticiper tout rebond de l’épidémie (les fragments du virus excrétés par le corps sont détectables en moyenne quatre jours après la contamination alors que les premiers symptômes surviennent quinze jours plus tard).