Une cérémonie au cimetière ce 5 décembre

algDSC_0017 (15) Le 5 décembre est une journée nationale d’hommage aux « Morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie. C’est ainsi que cette journée donne lieu chaque année, à des cérémonies à Paris et sur l’ensemble du territoire. algDSC_0005 (24)

Elle a été instaurée par le décret n° 2003-925 du 26 septembre 2003. Elle a donné lieu à une cérémonie d’hommage à Paris, le 5 décembre 2013, en présence du ministre délégué auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants, quai Branly, devant le Mémorial national de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie.algDSC_0008 (24)

  A Poussan, pour commémorer ce 5 décembre, une cérémonie avait lieu ce mardi au monument aux morts à 11 h.algDSC_0012 (19)

En présence de plusieurs anciens-combattants, avec de nombreux représentants de la Mairie et de l’UNC, entourés par peu de Poussannais il fut fait lecture des discours de Monsieur le Président de l’UNC par Monsieur Peytavi, Président de la section locale, et de Mr le secrétaire d’état  délégué aux anciens combattants par Monsieur Jean-Claude Pagnier, Conseiller Municipal de Poussan délégué pour l’occasion…algDSC_0015 (17)

Entre mémoire et fraternité tous deux souhaitent que l’on n’oublie pas ceux qui sont morts pour défendre certaines valeurs : « C’étaient nos frères, c’étaient nos camarades, n’oublions pas leur sacrifice. Il est urgent d’écrire une histoire partagée et objective de cette guerre d’Algérie qui a marqué  une génération. Plus de soixante ans après les faits, l’heure est au dépassement des souffrances et à l’apaisement des mémoires, dont la pluralité doit être respectée et préservée.Tous ceux qui ont laissé leur vie dans cette guerre doivent être associés à notre hommage. Sans oublier les souffrances d’hier, nous devons progresser ensemble vers cet apaisement et continuer à emprunter le chemin de la réconciliation. »

Une minute de silence permettait le recueillement nécessaire. Après avoir chanté la Marseillaise, les participants à la cérémonie ont déposé deux gerbes pour honorer toutes les victimes directes ou indirectes de cette guerre.

Une commémoration en l’honneur de tous les morts pour la France

  Ce samedi, à Poussan, afin de commémorer l’anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918 mais aussi pour rendre hommage à tous les morts pour la France, Une cérémonie Officielle était programmée.novDSC_0005 (41)

Mais auparavant, hors commémoration, une messe était d’abord célébrée en l’église Saint Pierre, durant laquelle les fidèles ainsi que tous les Poussannais étaient invités à prier tout de même pour les morts et les disparus de la guerre mondiale de 14/18 qui a fait plus de 18 millions de victimes et des millions d’invalides ou de mutilés ainsi que pour tous leurs camarades disparus pour la Nation. certains membres de l’association des Anciens Combattants étaient présents. Le Père Bogdan Lesko précisait qu’il fallait réfléchir sur le sens de ces évènements, que ce devait être une journée particulière pour tendre vers une Paix souvent ébranlée.novDSC_0005 (40)

Le Père Bogdan revenait aussi sur ce jour qui est celui de la Saint Martin, un légionnaire qui affecté en Gaule, à Amiens, un soir de l’hiver 334  partagea son manteau avec un déshérité transi de froid, car il n’avait déjà plus de solde après avoir généreusement distribué son argent. Il trancha son manteau ou tout du moins la doublure de sa pelisse : le manteau appartenait à l’armée, mais chaque soldat pouvait le doubler à l’intérieur par un tissu ou une fourrure à ses frais. « La nuit suivante le Christ lui apparaît en songe vêtu de ce même pan de manteau. Il a alors 18 ans. Le reste de son manteau, appelé « cape » sera placé plus tard, à la vénération des fidèles, dans une pièce dont le nom est à l’origine du mot chapelle. »novDSC_0001 (40)

 » Nous devons prier pour tous ceux qui sont morts au combat mais aussi pour ceux qui ont perdu leur vie pour aller vers la paix. »Précisait le Père Bogdan.novDSC_0021 (18)

A 11 h, Monsieur le Maire et le conseil municipal avaient convié les Poussannais à se joindre à eux et à de nombreux invités pour prendre la direction du cimetière.   Le 11 novembre 1918 le cessez-le-feu fut effectif à onze heures, entraînant dans l’ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairon et ce samedi, à la même heure, lors de la traversée de Poussan, déjà les participants se recueillaient pour tous les morts. novDSC_0013 (22)

Petit à petit de nombreux Poussannais venaient se joindre au défilé. Les enfants des écoles accompagnés par certains enseignants, les anciens combattants et prisonniers de guerre ainsi que les  combattants d’Algérie  et de la 4ème génération des anciens combattants (Liban, Tchad…) formaient une bonne partie du cortège dans lequel l’on ressentait une profonde émotion mais aussi une certaine ferveur d’être réunis. Les pompiers de Bouzigues et de Gigean et le peloton autoroutier de  la Gendarmerie étaient aussi représentés.novDSC_0029 (12)  Jean-François Éliaou, député de la 4e circonscription de l’Hérault avait tenu à être à Poussan pour sa 1ère cérémonie du 11 novembre, en tant qu’élu. Le circuit était parcouru en musique avec les encouragements de ceux qui étaient sortis pour l’occasion.novDSC_0073 (1)

Le nombre de participants augmentait encore en arrivant au cimetière où une belle assemblée s’était réunie autour du monument aux morts et du mât aux couleurs avec surtout de nombreux élèves des écoles très jeunes mais concentrés sur l’événement.novDSC_0029 (12)

Après une montée des couleurs accompagnée d’une présentation de la cérémonie, Jean-Louis Lafon, Maître de cérémonie, présentait le déroulement de celle-ci…novDSC_0076 (1)

La commémoration  débutait rapidement et avant les dépôts de gerbe, les discours de l’Administrateur National de l’UNC, et du Secrétaire d’État auprès de la Ministre des armées, qui  furent lus, par Monsieur le Maire et par Jean-Claude Peytavi, Président de la section locale (Poussan- Bouzigues) de l’UNC.novDSC_0039 (5)

« Aujourd’hui comme en 1917 il faut tenir, pour combattre la radicalisation, pour enseigner dans les écoles les valeurs qui fondent notre association, pour lutter dans les cités contre les désordres de toute nature, pour que demeure vivante, unie et forte notre Patrie, la France, dans une Europe qui respecte les nations. » ( UNC).novDSC_0041 (4)Ce fut aussi un témoignage public de la reconnaissance de la Nation à tous les anciens combattants, de ceux de 1914, et à tous ceux qui ont péri pour la France.

 » A ceux tombés lors de la Grande Guerre lors de la seconde Guerre Mondiale, lors des Guerres de décolonisation, à ceux tombés hier et aujourd’hui, lors de nos opérations extérieures partout dans le Monde, la Nation reconnaissante rend hommage et perpétue l’indispensable mémoire ». (Ministre)novDSC_0057 (2)

La sonnerie aux Morts permettait à chacun de réfléchir sur cette mémoire qui doit perdurer. Avant la Marseillaise reprise intérieurement par les participants, ainsi qu’une minute de silence vécue intensément, il fut fait l’appel des morts et disparus pour la France de 14/18,  avec la participation de tous les enfants.novDSC_0056 (2)

 Avant que Monsieur le Maire ait remercié tous les participants,  Jean-François Éliaou tenait à prendre la parole pour lui aussi féliciter les nombreux enfants, ceux qui s’étaient associés à cette cérémonie empreinte d’émotion avec aussi, l’UNC du secteur et son Président, sans oublier les Poussannais et la fanfare qui avait interprété le « Chant des Partisans » après le « lever » des couleurs.

« Nous faisons tous partie de la Communauté de la Défense et nous devons rentre hommage à tous ces combattants qui se sont battus pour défendre nos valeurs, « Liberté, Égalité, Fraternité » avec le soutien des familles. Mais nous devons aussi continuer à faire en sorte que ces valeurs perdurent et soient respectées » Précisait Jean-François Eliaou.novDSC_0051 (3)

Le cortège prenait le chemin du retour vers  l’hôtel de ville.

Pour clôturer la matinée, un vin d’honneur fut alors servi, dans le hall de la Mairie en écoutant les musiques entraînantes de la Pena Bastid & Co…Un moment bien convivial allait s’en suivre.DSC_0036 (7)

Un soleil de feu fêté dignement avec la Saint Jean

En général, ils ont lieu dans la nuit du 23 au 24 juin ou du 24 au 25 juin selon les régions, le 24 juin étant le jour de la Saint-Jean, donc en léger décalage avec le solstice d’été.feu 26 06 17DSC_0260 (12)

Jadis, en Syrie et en Phénicie, le solstice donnait lieu à une grande fête en l’honneur de Tammuz, qui commençait la veille au soir, comme dans la Saint-Jean traditionnelle.feu 24 06 17DSC_0300

Les feux de la Saint-Jean, repris par les chrétiens, auraient été copiés sur les rites celtes et germaniques de bénédiction des moissons. La théorie selon laquelle ces rites seraient eux-mêmes directement dérivés du culte moyen-oriental de Baal est aujourd’hui réfutée. mais le feu est aussi un symbole de purification, d’où l’utilisation du bûcher pour certaine condamnation (cf. supra). Ce symbole provient sans doute de certaines pratiques agraires qui consistent à brûler la terre pour la rendre plus fertile (brûlis), mais il est certain que cette symbolique tient son origine de plusieurs sources. Pourtant, le feu comme symbole de purification était pratique courante pour les chrétiens du Moyen Âge ; avec le temps ces pratiques (ordalies, bûcher, etc.) se sont perdues ou ont tout simplement été interdites.

Le culte du feu associé au solstice d’été se retrouve également en Chine, en Turquie, dans les rites vaudous et chez les Incas.feu 24 06 17DSC_0278 (9)

Le bûcher de la Saint-Jean se pratiquait jadis à Paris, les autorités de la ville se chargeant de son organisation. Le feu était traditionnellement allumé par le roi de France en personne sur la Place de Grève (actuellement Place de l’Hôtel-de-Ville), coutume qui perdura jusqu’en 1648, date à laquelle Louis XIV officia pour la dernière fois.

A Poussan, nous avons conservé cette tradition qui permet aux habitants de se retrouver au Jardin public pour sauter par-dessus le feu et partager une bonne soirée offerte par la Municipalité.

Si autrefois, l’on disait tantôt que le saut permettrait de se marier dans l’année, tantôt qu’il préservait des furoncles ou des sortilèges, tantôt encore qu’il portait bonheur ou qu’il “donnait force aux os et préservait des rhumatismes”, maintenant la plupart des adeptes du saut y attachent moins d’importance… Pourtant, comme les vieillards qui ne pouvaient plus sauter par-dessus le feu et qui se contentaient alors d’enjamber une braise, ce 24 juin, bon nombre d’enfants ont osé sauter un mini feu pour se faire plaisir avant tout.Dès 19 h 30, de nombreux élus du Conseil Municipal et particulièrement ceux de la commission animation et culture étaient à l’œuvre pour proposer une bonne brasucade aux Poussannais, aidés par certains bénévoles.Screen Shot 06-24-16 at 09.48 PMPas question d’improviser car, cerise sur le gâteau, si la brasucade qui précédait le rite du saut était gratuite, l’équipe organisatrice se chargeait aussi du service ce qui rendait l’ambiance détendue et beaucoup plus sereine en permettant des échanges et des contacts bien amicaux. feu 24 06 17DSC_0305

D’autant que Miss Poussan participait énergiquement à l’opération avec beaucoup de gentillesse. D’autre part, l’on retrouvait Jean-Pascal Destaebel et un de ses amis guitaristes, qui assuraient la partie musicale pour le plus grand bonheur des convives qui se laissaient porter tantôt par les salsas, tantôt par sa musique Jazzy ou par des slows…feu 24 06 17DSC_0307Des kilos et des kilos de moules, plus de 250, du pain, du vin des Terroirs de la voie Domitienne et chacun se délectait en profitant de cette douce soirée.feu 26 06 17DSC_0261 (12)

Certains avaient tout prévu : salades, pizzas, jambon et fromage et autres mets délicieux sans compter les gâteaux, les tartes et les crèmes. Il suffisait de s’asseoir et de se laisser aller un petit peu, car l’été était bien là, synonyme de décontraction avec un minimum de relâchement même au niveau des calories.feu 24 06 17DSC_0311Le temps passait et à l’heure du dessert, quand les flammes du feu se firent plus petites, certains décidèrent de sauter sous le contrôle des responsables.feu 24 06 17DSC_0270 (10)

Tandis que l’équipe d’animation prenait des forces et que Jean-Pascal nous faisait voyager, les sauteurs se firent de plus en plus nombreux. Les plus jeunes d’un côté, les grands de l’autre, l’on s’essayait une première fois puis l’on repassait confiant en essayant le second niveau quelquefois.feu 24 06 17DSC_0265 (12)

A deux, avec son enfant, en famille ou entre copains, sans hésiter ou avec beaucoup de précautions, les volontaires goûtaient aux joies du saut en espérant que la chance leur sourit toute l’année.

Que du bonheur pour tous ces adeptes du feu de la Saint Jean qui cette année au moment de sauter furent nombreux à prouver que cette fête a encore de l’avenir, annonçant un été dont il faut profiter sans attendre.

 

Une belle cérémonie pour Commémorer l’appel du Général de Gaulle

A 11 h, ce samedi 18 juin, au cimetière de Poussan, s’est déroulée la cérémonie commémorant l’appel du Général De Gaulle.apppel

Des lectures furent faites par le président de l’Union Nationale des Combattants locale, Jean-Claude Peytavi et par Monsieur Jean-Louis Lafon, Conseiller Municipal délégué aux Anciens Combattants, ce dernier faisant lecture du message de Madame la Ministre déléguée aux anciens combattants.appel100_6825Capture« Le 18 juin 1940, le Général de Gaulle appelait les Français à refuser la défaite et à poursuivre la guerre par tous les moyens disponibles, partout dans le Monde. » Le Lieutenant Colonel Roselyne Moreau lisait   l’appel du 18 juin 1940, du Général de Gaulle.Capture

Dépôts de gerbes, minute de silence et Marseillaise se sont succédés.

Le verre de l’amitié, offert par la municipalité, a clôturé cette manifestation.

Ce 8 mai : Une commémoration pour des valeurs de paix

Screen Shot 05-08-16 at 10.16 AM   Ce dimanche 8 mai, pour la commémoration, en France, de la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie et la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, à 10 h, il était prévu une messe célébrée à l’église Saint Pierre. Élus du Conseil Municipal, anciens combattants et Poussannais désirant y participer s’étaient rassemblés pour ce moment de prière.DSC_0002 (11)Le Père Bogdan Lesko   précisait que  cette journée devait être celle de la prière pour tous ceux qui souffrent, de l’espoir en un monde de Paix mais aussi qu’il fallait prier pour toutes les victimes directes et indirectes de cette guerre.cere 8 5 17A 11 h 15, après un petit quart d’heure de préparation, avait lieu le départ du cortège de l’Hôtel de Ville vers le cimetière, avec, en tête, la Pena Bastid And Co, suivie des porte-drapeaux, des anciens combattants, de Madame la 1ère Adjointe et des autorités, avec aussi le conseil municipal, les invités et la population et même Miss Poussan et sa 1ère Dauphine ainsi que des représentants du peloton autoroutier de Gendarmerie. Le circuit empruntait le Boulevard Prosper Gervais pour arriver jusqu’au cimetière, face au monument aux morts.cere 2 8 5 17Quelques Poussannais se joignaient alors au défilé tandis que d’autres étaient déjà au cimetière.cere 3 DSC_0023 (2)Marseillaise et dépôts de gerbes par les anciens combattants et par la Mairie, se sont succédés après que différents messages aient été lus et qu’une minute de silence ait été respectée avec intensité et dignité par tous les participants. cere 4 8 5 17 Jean-Claude Peytavi, le Président de la section de Poussan-Bouzigues, transmettait à l’auditoire le message de l’UNC, qui invitait la population à se souvenir et à se recueillir afin d’honorer des millions de civils, de soldats de résistants et de « déportés » morts pour la France : « Aujourd’hui, alors que surgit et se développe une nouvelle idéologie totalitaire, ne pas subir, c’est la connaître pour mieux la combattre. C’est s’opposer partout et sans relâche à ceux qui s’attaquent à nos valeurs  car la Liberté, l’Egalité, la Fraternité sont indissociables. « cere 5 8 5 17  C’était donc l’occasion de transmettre un message d’espérance en invitant la jeunesse à respecter les valeurs nationales.

  Yolande Puglisi, 1ère Adjointe au Maire de Poussan, au nom du Secrétaire d’État auprès du Ministre de la Défense, chargé des Anciens Combattants et de la mémoire, après être revenue sur l’année 1945, concluait :  « En ce jour, nous mesurons l’étendue de la responsabilité que nous avons reçue en héritage et la nécessité impérieuse de le préserver, pour que le désastre que fut la seconde guerre Mondiale ne se reproduise jamais.« cere 6 8 5 17

  La Marseillaise et une minute de silence avaient clôturé ce moment de recueillement collectif avant qu’une autre cérémonie ne prenne le relais.  cere 7 8 5 17Cliquez sur la photo pour l’agrandir.

En effet, Monsieur Peytavi remettait à Marie Crespillo, Porte-drapeau, la médaille des 10 ans de Porte-drapeau accompagnée d’un diplôme.cere 8 8 5 17

   Le cortège a alors repris le chemin de l’hôtel de ville mais avant que les participants ne partagent un vin d’honneur, la Pena Bastid And Co jouait une petite aubade pour remercier tous ceux qui avaient accompagné le défilé.cere 9 8 5 17

Les curiosités du carnaval de Poussan

Parmi toutes les festivités qui marquent chaque année le carnaval de Poussan, certaines sont synonymes de traditions ou de cérémonies. Les plus curieuses sont celles qui se placent le Mardi Gras, avec particulièrement le fameux Branle de la chemise.

Certains anciens ont pu le voir avant la guerre de 40/45. Il survit encore. Tel un livre d’histoire que l’on ouvre chaque année pour vérifier que ce n’est pas un rêve, entre 100 et 200 Poussannais participent ce jour-là à cette curieuse procession qui déroule ses arabesques à travers le village.

Vers 21 h, le Mardi Gras, l’on voit devant les Halles de Poussan, se former une étrange théorie composée d’hommes portant des chemises de nuit et des bonnets de femme, tandis que pour les dames, c’est l’inverse. Chacun porte à la main une bougie protégée maintenant par du papier aluminium.

A la lueur des flambeaux et des lanternes, pendant que les hautbois et les tambours font retentir une trépidante musique, les danseurs sauteurs vont en une curieuse procession traverser le village ancien pour se rendre au Foyer des Campagnes.

Pour certains cette tradition viendrait du Moyen Age, pour d’autres ce serait une survivance unique en France de farces tusculanes, où s’exprimaient la joie des colons du Latium et des vétérans de la 7ème Légion.

Un colimaçon géant va  se former alors pour s’enrouler et s’enrouler encore jusqu’à ce qu’une farandole délirante emporte ses participants dans un tourbillon sympathique, jusqu’à l’épuisement.

Tandis que les musiciens vont reprendre des airs  de chants occitans, les derniers danseurs, main dans la main tourneront encore avant de libérer la piste.

Si quelquefois, l’on a pu voir la danse de  l’échelle pratiqué par des volontaires, la tête entre les barreaux, c’est celle du chevalet sur laquelle vont  se concentrer tous les regards.

Celle-ci se pratique dans de nombreuses localités. Traditionnellement appelé le « cheval-jupon », cette coutume serait d’abord née en Provence ou en Espagne, vers la fin du Moyen-âge et aux débuts de la Renaissance.

A Montpellier, on la retrouve dans la danse du Chibalet qui fait partie de celle des Treilles.
On pensait jadis qu’il s’agissait d’une parodie des tournois. Aujourd’hui, Les avis sont partagés car certains y voit la volonté de domestication du cheval par l’homme tandis que d’autres y voit une allusion au Centaure ou à un vieux mythe où un homme revêtu d’une peau de cheval, coiffé d’une tête, symboliserait une union rituelle.

Pourtant, la danse, réglée comme un ballet, est composée de figures qui se suivent selon un ordre fixe et la coutume est restée tellement ancrée que l’on fabriquait, il y a peu de temps encore, de nouveaux chevaux quand on en avait besoin. Dans certaines communes Ils portent des clochettes et alternativement s’éloignent de leur donneur d’avoine ou le poursuivent ; un serviteur les accompagne avec un chasse-mouche fait d’une queue de cheval. A Poussan, un autre danseur tient la brosse et l’étrille, et enfin le 5ème, à l’arrière, tient une tenaille et un marteau. Il représente le maréchal ferrant chargé de ferrer le cheval.

A Poussan aussi, pour faire honneur au cheval de trait, il est nécessaire que le chevalet soit exécuté correctement. Il faut 5 bons danseurs vêtus avec un pantalon blanc, une chemise et des tennis blancs, un gilet, une cravate et une taillole rouge ainsi qu’un chapeau de paille (canotier).
Alors rendez-vous au foyer des campagnes vers 21 h 30, fin février pour ce ballet dansé dans les règles de l’art.

À l’approche des festivités poussannaises, quelques liens peuvent vous intéresser :

Poussan : cavalcades 2015 et 2016

https://www.youtube.com/playlist?list=PLpEACJ_B6vrnakOWkdMIqixgZKFe7S4P7

Poussan : branles de la chemise 2015 et 2016

https://www.youtube.com/playlist?list=PLpEACJ_B6vrm32lA1TNfbBc_1POIOREfS

Poussan : jugement de Paillasse 2015 et 2016

https://www.youtube.com/playlist?list=PLpEACJ_B6vrnZ2uYeuQDwNgyq9Fh7TfsB

Tamara Foncillas élue Miss Poussan 2017

  Ce samedi 28 janvier 2017 avait été retenu par les amateurs et les habitués de l’événement depuis bien longtemps : « Élection Miss Poussan avec repas et spectacle », une fête bien sympathique synonyme de grâce et de beauté accompagnée souvent d’un beau spectacle avec un bon repas. Plus de 200 personnes allaient participer à cette soirée festive toujours animée.DSC_0351 (1)Pour les 6 candidates, depuis plus d’un mois des répétitions avaient eu lieu, et même durant ce samedi, c’était l’occasion pour elle de mettre au point les chorégraphies et de s’essayer sur la scène avec cette année, une particularité, un podium surélevé qui faisait merveille.

A la fin de cette soirée une nouvelle Miss Poussan 2017 serait élue pour représenter sa commune avec charme, douceur et fierté. Elle allait avoir l’occasion de se présenter durant le Carnaval de Poussan, dans 4 semaines. De nombreux Poussannais apprécient cet événement qui depuis plus de 15 ans anime la fin de ce mois de janvier. La soirée s’annonçait bien conviviale. Des représentants de différentes communes voisines avaient même tenu à y participer avec  plusieurs maires.

De l’apéritif avec de la Soupe Champenoise et des amuses-bouches, au café gourmand avec des nougats glacés, le repas et le service était pris en charge par un traiteur qui devait s’adapter au rythme du spectacle tandis que Rézone contrôlait la partie sonorisation. La synchronisation avec ses différents actes devait permettre à tous une bonne participation mais  aussi une bonne dégustation en toute tranquillité. Tout un art, mais, à cet effet, le service animations et culture de la mairie veillait au bon déroulement des opérations.

Autour de Danielle Bourdeaux qui s’occupait particulièrement des candidates et du spectacle, d’autres élus étaient chargés de la réception des convives. Ils s’activaient pour satisfaire le public et les accueillir individuellement. Ils avaient en charge l’organisation de toute la soirée, la préparation des candidates et celle du gymnase. Et Madame Bourdeaux s’était aussi occupée des répétitions et de la programmation.

Ce samedi matin, ils avaient été nombreux à venir prêter main forte à cette équipe restreinte pour la mise en place, Heureusement, pour tout ce groupe motivé, c’était toujours  Thierry Mazard de la société OCP, très connu dans le milieu des Miss, qui avait en charge le spectacle, mais malade, il était remplacé pour l’occasion par Marie-Charlotte, une de ses collaboratrices. De leur côté les jeunes prétendantes qui allaient monter sur scène avaient encore une dernière fois répété les chorégraphies tout comme les mannequins, dans l’après-midi. Mais ensuite passage chez la plupart des coiffeuses poussannaises qui participent depuis 2008.uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuDSC_0084 (9)

Le Dressing d’Isa et Isabelle Dupéré s’étaient occupés de certaines tenues tandis que la fleuriste locale, de Rosée d’étoiles, avait réalisé de très belles compositions. Et même le maquillage des jeunes Poussannaises était assuré par Jessica et Céline de l’institut Ambre et Sens. D’ailleurs, les commerçants de Poussan étaient remerciés pour les cadeaux offerts à toutes les candidates, la société GSM pour son soutien exceptionnel et Rosée d’étoiles pour ses compositions florales.

Pour cette élection 2017, 6 candidates allaient monter sur scène, Sarah Béraud, Alizée Cazaban, Tamara Foncillas, Lucie Hernandez, Julie Matheau et Sarah Soria. Même avec de l’entraînement, chacune d’elles avait l’estomac un peu serré, mais avait envie de se dépasser pour atteindre le titre suprême. Le compte à rebours était lancé dès 18 h pour la plupart des jeunes filles qui découvraient ce genre de cérémonie.

On y était presque, place au spectacle, à la musique, à la grâce. Tandis que les derniers convives se mettaient à table, l’apéritif était servi. La tension montait d’un cran. De la sonorisation, aux jury, l’on se concentrait,

Tout était en place. Hari,qui remplaçait Vincent, le présentateur et l’animateur habituel qui était souffrant, annonçait le début des festivités en indiquant que Poussan ouvrait toujours la saison des Miss. Dany Bourdeaux souhaitait à tous une agréable soirée en précisant qu’au-delà des candidates nous allions profiter d’un beau spectacle très varié.

Miss Poussan 2016, Mathilde Broutin qui  était applaudie, assurait avec brio une transition entre 2016 et 2017 après avoir représenté Poussan dans différentes manifestations, presque toutes d’ailleurs.
Virginie Guillin, candidate au titre de Miss France était très applaudie ainsi que la 1ère dauphine de Miss France, Aurore Kichenin, resplendissantes toutes les deux.xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxDSC_0387 (1)

Le jury était alors présenté avec 4 membres spécialisés soit dans la couture soit dans le monde des Miss ou de la communication : Isabelle Dupéré, Marie-Charlotte, Thomas et Marcel.

Danielle Bourdeaux remerciait tous ceux qui avaient permis la réalisation de l’événement, Monsieur le Maire et surtout les candidates sérieuses et très gentilles et  les mannequins ouvraient la soirée par un défilé qui mettait le feu aux poudres question applaudissements sur des musiques entraînantes avec pour Thème Kenzo et Paco Rabane puis Givenchy et Dior.

Pour rentrer dans le vif du sujet, les prétendantes montaient directement sur scène pour un premier show à l’américaine qui donnait déjà l’occasion aux supporters de déclarer leur soutien.uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuDSC_0163 (1)
.Chacune d’elles précisait ensuite ses motivations et donnait des renseignements sur sa vie privée, sur ses études, ses loisirs.
Et toujours un petit clin d’œil à Poussan qu’elles apprécient souvent.

Une première présentation des mannequins dévoilait le charme  et la féminité de jeunes fille reconnues au niveau régional sur une très belle chorégraphie. De l’élégance et de la jeunesse que l’on allait retrouver chez les prétendantes poussannaises en tenue de ville, après un petit show en intermède, mais surtout après avoir écouté ,et observé durant  une longue séquence Philippe Leconte, ventriloque, lors de son passage : « un spectacle très amusant avec NICKY le lapin blanc frimeur aux allures de rockeur. Une animation de très grande qualité où, rires et fou-rires étaient assurés.
Et pour pimenter, les spectateurs risquaient de devenir la marionnette de Philippe Lecomte comme deux d’entre-eux partis dans des discussions et même dans des chansons. uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuggggttttL’on retrouvait peu après les mannequins  avec un show dansant puis les candidates poussannaises pour une démonstration et  une invitation à l’été avec cette fois-ci, des tenues balnéaires.
Les prétendantes défilaient avec aisance pour le plus grand plaisir des supporters qui donnaient de la voix. Sur des chorégraphies bien travaillées chacune des candidates se mettait en valeur Et si l’on appréciait leur professionnalisme, l’on en profitait aussi pour se restaurer avec un le fondant de chapon sauce morilles avec pommes de terre et marrons.

L’entracte avait permis au public de reprendre son souffle, de faire le point et d’échanger les premières impressions sur les chances de chacune des postulantes. Même les membres du jury faisaient un rapide bilan sans toutefois tirer de conclusions trop hâtives. La seconde partie allait-elle renforcer leurs choix ?
En attendant, place à la convivialité et au repas que les convives semblaient déguster avec  délectation.uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuumhligtutgu

Après la pause l’on avait repris avec un show dansant des mannequins toujours sur le thème de grands couturiers avant de les voir présenter des chorégraphies en portant des robes de cocktail et de soirée de la créatrice balarucoise, Isabelle Dupéré, toujours aussi imaginative. Quelques minutes après ce fut en robe de mariée et ce fut un florilège de nuances et de tendances toujours adaptées à des mannequins très gracieuses..

uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuDSC_0199
Mais auparavant le spectacle était monté en puissance avec l’arrivée de Virgil. chanteur et auteur-compositeur français principalement connu pour avoir été la doublure vocale officielle de Michel Sardou lors des concerts de ce dernier de 1977 à 1984, Pour lui : « La scène est un lieu magique où l’alchimie du verbe et des sons fusionnent pour donner vie à l’émotion ; celle qui se fait Lumière pour réchauffer le cœur des autres. Car l’homme, comme l’artiste, se nourrit de partages. » Il nous le prouvait en mettant le feu à la salle où tournaient les serviettes.uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuDSC_0221 (1)

Avant cette séquence dédiée à la Variété française, les jeunes candidates étaient revenues en tenue de soirée, arpentant le podium où crépitaient de nombreux flashs. Chacun avait apprécié la grâce des jeunes filles.

Tandis que le voyage s’était poursuivi  avec un défilé de mode en robes de mariée ouvert par une de nos mannequins, Virginie Guillin, toujours aussi belle, l’on sentait que la phase finale avait été déterminante.

Le sort en était jeté, il fallait attendre les délibérations du jury. Ses membres se concertaient durant ce magnifique défilé. Aussi belles l’une que l’autre, Virginie Guillin et les Mannequins y participaient.uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuDSC_0299 (1)

L’ensemble des jeunes filles étaient réunies pour une dernière présentation que le public accompagnait par ses applaudissements soutenus. L’on approchait du résultat. Monsieur le Maire et Danielle Boudeaux montaient sur scène. Jacques Adgé et Aurore avaient droit à une petite chanson pour leur anniversaire. Les élus précisaient encore  » que cette soirée avait été magnifique et que chacune des candidates pouvait être félicitée pour son engagement en alliant l’élégance,  la beauté et le naturel de la jeunesse. » Tous les partenaires et les sponsors ainsi que tous les participants étaient félicités. Dany Bourdeaux remerciait les Poussannais présents, et ceux qui avaient œuvré pour que cette élection soit exceptionnelle et soit une réussite.uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuDSC_0319 (1)Les spectateurs étaient impatients. Étaient déclarées seconde dauphine, la candidate N°4, Lucie Hernandez, et première dauphine, Sarah Soria.
L’on retenait son souffle. Les candidates accrochaient leur regard à leur famille et Hari annonçait : « Miss Poussan 2017, Tamara Foncillas ».xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxDSC_0324Tandis que de longs applaudissements saluaient l’élue du jour, ceint de son écharpe et couronnée,  Tamara restait bien « solide », se maîtrisait et réalisait ce qui lui arrivait, illuminant la salle par son sourire discret mais empli de lumière, en saluant le public et en allant à sa rencontre accompagnée par la rayonnante Mathilde Broutin.xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxDSC_0373Revenant sur l’honneur qui lui était offert, elle se prêtait avec douceur et gentillesse à la séance photos.

Si elle aime le Sambo elle sait allier la féminité et la grâce avec le sport, Dans sa catégorie elle a été championne de France 2016 et continue son beau parcours en 2017. Étudiante à Joliot Curie elle compte porter haut les couleurs de Poussan en essayant d’être très disponible et d’illuminer la commune par sa présence lors des manifestations.uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuDSC_0363 (1)

2017 sera une année bien remplie avec des rendez-vous comme celui du Carnaval dans 4 semaines et des études à poursuivre mais ce 1er titre va lui donner des ailes.xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxjkhxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxDSC_0330 (1)C’était le moment des cadeaux, une façon de remercier toutes les candidates.
Entraînées par la commission « animation », elles ont travaillé sans relâche pour Poussan, depuis près d’un mois et toutes, sans exception, peuvent être félicitées. 

Cliquez sur les photographies pour les agrandir.