Ce lundi 30 septembre a été décrété jour de deuil national

À la suite du décès de Jacques Chirac, président de la République de 1995 à 2007, ce lundi 30 septembre a été décrété jour de deuil national. Une minute de silence sera organisée devant l’Hôtel de ville de Poussan, à 15h ainsi que dans les administrations publiques et dans les écoles à la demande du porte-parole du gouvernement.L’image contient peut-être : 1 personne, assis

La Saint Jean fêtée par de nombreux Poussannais

mouleP1240274

         En général, les feux de la Saint Jean ont lieu dans la nuit du 23 au 24 juin ou du 24 au 25 juin selon les régions, le 24 juin étant le jour de la Saint-Jean, donc en léger décalage avec le solstice d’été.

Jadis, en Syrie et en Phénicie, le solstice donnait lieu à une grande fête en l’honneur de Tammuz, qui commençait la veille au soir, comme dans la Saint-Jean traditionnelle.

Les feux de la Saint-Jean, repris par les chrétiens, auraient été copiés sur les rites celtes et germaniques de bénédiction des moissons. La théorie selon laquelle ces rites seraient eux-mêmes directement dérivés du culte moyen-oriental de Baal est aujourd’hui réfutée. mais le feu est aussi un symbole de purification, d’où l’utilisation du bûcher pour certaine condamnation (cf. supra). Ce symbole provient sans doute de certaines pratiques agraires qui consistent à brûler la terre pour la rendre plus fertile (brûlis), mais il est certain que cette symbolique tient son origine de plusieurs sources. Pourtant, le feu comme symbole de purification était pratique courante pour les chrétiens du Moyen Âge ; avec le temps ces pratiques (ordalies, bûcher, etc.) se sont perdues ou ont tout simplement été interdites.

Le culte du feu associé au solstice d’été se retrouve également en Chine, en Turquie, dans les rites vaudous et chez les Incas.mouleP1240276

Le bûcher de la Saint-Jean se pratiquait jadis à Paris, les autorités de la ville se chargeant de son organisation. Le feu était traditionnellement allumé par le roi de France en personne sur la Place de Grève (actuellement Place de l’Hôtel-de-Ville), coutume qui perdura jusqu’en 1648, date à laquelle Louis XIV officia pour la dernière fois.

A Poussan, nous avons conservé cette tradition qui permet aux habitants de se retrouver au Jardin public pour sauter par-dessus le feu et partager une bonne soirée offerte par la Municipalité.mouleP1240286

Si autrefois, l’on disait tantôt que le saut permettrait de se marier dans l’année, tantôt qu’il préservait des furoncles ou des sortilèges, tantôt encore qu’il portait bonheur ou qu’il “donnait force aux os et préservait des rhumatismes”, maintenant la plupart des adeptes du saut y attachent moins d’importance… Pourtant, comme les vieillards qui ne pouvaient plus sauter par-dessus le feu et qui se contentaient alors d’enjamber une braise, ce lundi 24 juin, bon nombre d’enfants ont osé sauter un mini feu pour se faire plaisir avant tout mais pour 2019, même les plus jeunes ont été téméraires en osant sauter par dessus le plus grand, les adultes restant timides .

Dès 19 h 30, de nombreux élus du Conseil Municipal et particulièrement ceux de la commission animation et culture étaient à l’œuvre pour proposer une bonne brasucade aux Poussannais. Et jusqu’à 21 h 30 ils ne se sont pas arrêtés vu le beau succès de cette soirée estivale.

Pas question d’improviser car, cerise sur le gâteau, si la brasucade qui précédait le rite du saut était gratuite, l’équipe organisatrice se chargeait aussi du service avec l’aide de Miss Poussan et de ses dauphines, ce qui rendait l’ambiance détendue et beaucoup plus sereine en permettant des échanges et des contacts bien amicaux durant lesquels l’on oubliait contraintes et « boulot ». fghP1240293

D’autant que chacun avait tenu à apporter des salades ou des pâtisseries pour que cette brasucade prenne des accents de banquet. D’autre part, l’on retrouvait Jean-Pascal Destaebel et un de ses amis guitaristes, qui assuraient la partie musicale pour le plus grand bonheur des convives qui se laissaient porter tantôt par les salsas, tantôt par sa musique Jazzy, reggae ou par des slows toujours bien « soft »..mouleP1240278

.Des kilos et des kilos de moules, plus de 250, des vins pour se désaltérer  et chacun se délectait en profitant de cette douce soirée.mouleP1240283

Entre salades, pizzas, jambon et fromage et autres mets délicieux sans compter les gâteaux, les tartes et les crèmes les plats circulaient et revenaient périodiquement. Il suffisait de s’asseoir et de se laisser aller un petit peu, car l’été était bien là, synonyme de décontraction avec un minimum de relâchement, pour le plaisir, le rire, pour partager des bons moments.Le temps passait et à l’heure du dessert, quand les flammes du feu se firent plus petites, certains décidèrent de sauter sous le contrôle des responsables. Jacques Adgé et Danièle Bourdeaux avaient souhaité à tous une excellente soirée remerciant les convives d’être venus bien nombreux.mouleP1240300

Tandis que l’équipe d’animation prenait des forces et que Jean-Pascal nous faisait voyager, les sauteurs se firent de plus en plus nombreux. Les jeunes et les plus grands en osmose, s’essayaient une première fois puis repassaient confiants en essayant de réaliser des figures quelquefois mais on calmait les plus intrépides .mouleP1240307

Sans hésiter ou avec beaucoup de précautions, les volontaires goûtaient aux joies du saut en espérant que la chance leur sourit toute l’année.mouleP1240303

Que du bonheur pour tous ces adeptes du feu de la Saint Jean qui cette année au moment de sauter furent surtout jeunes et très très nombreux à prouver que cette fête a encore de l’avenir, annonçant un été dont il faut profiter sans attendre.mouleP1240314

Une belle cérémonie pour Commémorer l’appel du Général de Gaulle

   sauvP1230905      A 11 h, ce mardi 18 juin, au cimetière de Poussan, s’est déroulée la cérémonie commémorant l’appel du Général De Gaulle en présence de plusieurs élus du Conseil Municipal, de Florence Sanchez , Adjointe au Maire de Poussan (le représentant),  d’anciens combattants et membres de l’UNC Poussan-Bouzigues et de quelques Poussannais.

Des lectures furent faites par le président de l’Union Nationale des Combattants locale, Jean-Claude Peytavi et par Jean-Louis Lafon,  Conseiller Municipal délégué aux Anciens Combattants, ce dernier faisant lecture du message de Madame la Secrétaire d’État auprès de la Ministre des Armées.sauvP1230914

Il fut précisé « que cet appel fut un moment décisif de notre histoire nationale en demeurant une référence essentielle de notre mémoire collective… Et aujourd’hui, cela vient nous rappeler qu’il ne faut jamais désespérer et que l’avenir appartient aux audacieux. Nous continuons à écrire l’Histoire de la France et à porter haut les valeurs de la République. »sauvP1230911

Dépôts de gerbe, minute de silence et Marseillaise se sont succédés lors de cette cérémonie.

Le colonel Moreau fit alors la lecture de l’appel du Général de Gaulle…sauvP1230912

Capture« Le 18 juin 1940, le Général de Gaulle appelait les Français à refuser la défaite et à poursuivre la guerre par tous les moyens disponibles, partout dans le Monde.« 

Le verre de l’amitié, offert par la municipalité, a clôturé cette manifestation.

Ce 8 mai à Poussan : une commémoration pour rester en Paix

      nucP1220067    Ce mercredi 8 mai, pour la commémoration, en France, de la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie et la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, Élus du Conseil Municipal, anciens combattants et Poussannais désirant participer s’étaient rassemblés pour un moment de souvenir et de recueillement à 11 h à l’Hôtel de ville de Poussan. Ce 8 mai, c’est le 74e anniversaire de la victoire contre le nazisme

 

A 11 h 15, après un petit quart d’heure de préparation, avait lieu le départ du cortège de l’Hôtel de Ville vers le cimetière, avec, en tête, la Pena Bastid And Co, suivie des porte-drapeaux, de quelques enfants, des anciens combattants, de Madame la 1ère Adjointe et des autorités, avec aussi le conseil municipal, de Miss Poussan et une de ses dauphines,  les invités et la population ainsi que des représentants du peloton de Gendarmerie de Balaruc et du peloton autoroutier. Le circuit empruntait le Boulevard Prosper Gervais pour arriver jusqu’au cimetière, face au monument aux morts.nucP1220084

 Quelques Poussannais se joignaient alors au défilé tandis que d’autres étaient déjà au cimetière mais le temps n’était pas bien engageant et une pluie fine se faisait persistante.nucP1220122

Marseillaise, dépôts de gerbes par les anciens combattants et par la Mairie se sont succédés après que différents messages aient été lus et qu’une minute de silence ait été respectée avec intensité et dignité par tous les participants. Jean-Claude Peytavi, le Président de la section de Poussan-Bouzigues, était représenté par Jean-Louis Lafon (UNC et Conseiller municipal délégué aux Anciens Combattants) et transmettait à l’auditoire le message de l’UNC, qui invitait la population à se souvenir et à se recueillir afin d’honorer des millions de civils, de soldats de résistants et de « déportés » morts pour la France :nucP1220100 «Aujourd’hui, des idéologies anciennes et nouvelles minent la cohésion de notre Patrie, la France. Comme nos anciens des combats de la Libération, sachons dépasser nos différences pour édifier la France de demain ».

 nucP1220104

C’était donc l’occasion de transmettre un message d’espérance en invitant la jeunesse à respecter les valeurs nationales pour rester unis.nucP1220130

Yolande Puglisi, 1ère Adjointe au Maire de Poussan, au nom du Secrétaire d’État auprès de la Ministre des armées, après être revenue sur l’année 1945, concluait.

« Aujourd’hui, nous nous remémorons les déchirures de notre continent et l’ampleur du désastre humain et moral. Ainsi, rassemblés, nous mesurons la valeur de la paix. Elle est notre héritage. Elle est la clé de voûte de la construction européenne. Elle est notre raison de vivre, préservons-la ! »nucP1220112

La Marseillaise et une minute de silence avaient clôturé ce moment de recueillement collectif avant que le cortège ne reprenne le chemin de l’hôtel de ville mais avant que les participants ne partagent un vin d’honneur, la Pena Bastid And Co jouait une petite aubade pour remercier tous ceux qui avaient accompagné le défilé.

Maria Paz a eu cent ans ce 14 avril

Maria Paz est née le 14 avril 1919 près de Huesca

Avec Madame Guigou, qui aura bientôt 101 ans elles sont les deux centenaires, à priori, de la commune.

Maria, toujours éveillée et avec un grand sens de l’humour a « toute sa tête », et seules les jambes lui posent quelques problèmes. Elle est née en Espagne, en Aragon près de Huesca et y a grandi jusqu’à ses 20 ans. En 1939, en février, elle rentre en France grâce à la fin de la Guerre Civile en Espagne,  direction Les Vosges avec toute sa famille. Mais durant la seconde guerre mondiale elle sera rapatriée dans le Cantal.

C’est à ce moment-là qu’elle fera la connaissance de Diégo , ouvrier agricole et ils s’installèrent alors à Séverac le Château dans l’Aveyron. Il eurent deux enfants, Joseph et Sébastien et profitèrent de la vie de famille.

Quand Diégo pris la retraite il descendirent à Poussan. Cela fait 40 ans.

Diégo disparut en 92 et depuis,  l’aîné de ses fils, Joseph est mort aussi.

De la rue des Horts elle déménagea à la Rue de l’Hôtel de ville tandis que Sébastien partit travailler au Pérou, à Lima. Il n’oublie pas sa maman et revient la voir régulièrement.

Soutenue  par un service d’aide à domicile avec plusieurs intervenantes, une infirmière et une kinésithérapeute (absente sur photo) Maria a fêté ce dimanche ses 100 ans avec beaucoup de joie, entourée aussi par son fils et sa belle-fille. Que du Bonheur…  pazP1210714

 

Et ce lundi 15 avril, avec plusieurs membres du Conseil Municipal, dont Danièle Bourdeaux Adjointe déléguée aux Festivités et ressources humaines, et Florence Sanchez, Adjointe déléguée à la Culture, au Patrimoine et à la communication, Jacques Adgé, Maire de Poussan,  a tenu à lui rendre visite pour la féliciter et pour l’encourager à poursuivre sa vie le plus longtemps possible. Tous ont partagé quelques instants conviviaux et bien sympathiques  autour d’une Centenaire bien heureuse d’être ainsi fêtée.pazP1210720

Les curiosités du carnaval de Poussan

Parmi toutes les festivités qui marquent chaque année le carnaval de Poussan, certaines sont synonymes de traditions ou de cérémonies. Les plus curieuses sont celles qui se placent le Mardi Gras, avec particulièrement le fameux Branle de la chemise.

Certains anciens ont pu le voir avant la guerre de 40/45. Il survit encore. Tel un livre d’histoire que l’on ouvre chaque année pour vérifier que ce n’est pas un rêve, entre 80 et 200 Poussannais participent ce jour-là à cette curieuse procession qui déroule ses arabesques à travers le village.

Vers 21 h, le Mardi Gras, l’on voit devant les Halles de Poussan, se former une étrange théorie composée d’hommes portant des chemises de nuit et des bonnets de femme, tandis que pour les dames, c’est l’inverse. Chacun porte à la main une bougie protégée maintenant par du papier aluminium.

A la lueur des flambeaux et des lanternes, pendant que les hautbois et les tambours font retentir une trépidante musique, les danseurs sauteurs vont en une curieuse procession traverser le village ancien pour se rendre au Foyer des Campagnes.

Pour certains cette tradition viendrait du Moyen Age, pour d’autres ce serait une survivance unique en France de farces tusculanes, où s’exprimaient la joie des colons du Latium et des vétérans de la 7ème Légion.

Un colimaçon géant va  se former alors pour s’enrouler et s’enrouler encore jusqu’à ce qu’une farandole délirante emporte ses participants dans un tourbillon sympathique, jusqu’à l’épuisement.

Tandis que les musiciens vont reprendre des airs  de chants occitans, les derniers danseurs, main dans la main tourneront encore avant de libérer la piste.

Si vous voulez participer, rendez-vous en tenue (chemise de nuit et bonnet de nuit, les 2 blancs) avec une bougie, le soir du Mardi-Gras, vers 20 h 45, devant les Halles de Poussan.

Si quelquefois, l’on a pu voir la danse de  l’échelle pratiqué par des volontaires, la tête entre les barreaux, c’est celle du chevalet sur laquelle vont  se concentrer tous les regards.

Celle-ci se pratique dans de nombreuses localités. Traditionnellement appelé le « cheval-jupon », cette coutume serait d’abord née en Provence ou en Espagne, vers la fin du Moyen-âge et aux débuts de la Renaissance.

A Montpellier, on la retrouve dans la danse du Chibalet qui fait partie de celle des Treilles.
On pensait jadis qu’il s’agissait d’une parodie des tournois. Aujourd’hui, Les avis sont partagés car certains y voit la volonté de domestication du cheval par l’homme tandis que d’autres y voit une allusion au Centaure ou à un vieux mythe où un homme revêtu d’une peau de cheval, coiffé d’une tête, symboliserait une union rituelle.

Pourtant, la danse, réglée comme un ballet, est composée de figures qui se suivent selon un ordre fixe et la coutume est restée tellement ancrée que l’on fabriquait, il y a peu de temps encore, de nouveaux chevaux quand on en avait besoin. Dans certaines communes Ils portent des clochettes et alternativement s’éloignent de leur donneur d’avoine ou le poursuivent ; un serviteur les accompagne avec un chasse-mouche fait d’une queue de cheval. A Poussan, un autre danseur tient la brosse et l’étrille, et enfin le 5ème, à l’arrière, tient une tenaille et un marteau. Il représente le maréchal ferrant chargé de ferrer le cheval.

A Poussan aussi, pour faire honneur au cheval de trait, il est nécessaire que le chevalet soit exécuté correctement. Il faut 5 bons danseurs vêtus avec un pantalon blanc, une chemise et des tennis blancs, un gilet, une cravate et une taillole rouge ainsi qu’un chapeau de paille (canotier).


Alors rendez-vous au foyer des campagnes vers 21 h 30, le jour du Mardi-Gras pour ce ballet dansé dans les règles de l’art.

À l’approche des festivités poussannaises, quelques liens peuvent vous intéresser :

Poussan : cavalcades 2015 et 2016

https://www.youtube.com/playlist?list=PLpEACJ_B6vrnakOWkdMIqixgZKFe7S4P7

Poussan : branles de la chemise 2015 et 2016

https://www.youtube.com/playlist?list=PLpEACJ_B6vrm32lA1TNfbBc_1POIOREfS

Poussan : jugement de Paillasse 2015 et 2016

https://www.youtube.com/playlist?list=PLpEACJ_B6vrnZ2uYeuQDwNgyq9Fh7TfsB

Carnaval de Poussan 2018 : cavalcade

https://youtu.be/hNXpZU40PQg

Les vœux du Centre de Secours de Bouzigues pour 2019

Ce samedi 26 janvier, le Lieutenant Olivier Archimbeau Chef de centre du CS BOUZIGUES présentait devant plusieurs élus, dont les maires de Bouzigues et de Poussan,  devant des élus du Conseil Municipal de Bouzigues et des représentants de la Gendarmerie de Mèze,  les vœux du Centre de Secours de Bouzigues.

 

Christophe Morgo, Conseiller Départemental, et plusieurs membres dirigeants de la grande famille des pompiers étaient excusés car pris par leurs fonctions.
POMPIERSP1180493

Il était entouré par les sapeurs-pompiers de Bouzigues, par certaines de leurs familles et par des amis de la caserne : « C’est avec émotion et plaisir que je me présente à vous ce soir pour la traditionnelle cérémonie des vœux des Sapeurs pompiers de Bouzigues …Cela fait très chaud au cœur de voir autant de pompiers, proches, conjoints et autorités à nos côtés ce soir. Ceci témoigne un attachement à notre corporation et plus particulièrement au centre de Bouzigues. »

« En préambule, je dédie cette soirée à tous les pompiers qui ont été blessés ou sont décédés en service commandé en 2018 et aux disparus proches de certains pompiers de la caserne…

« Mesdames et messieurs, l’encadrement et moi-même vous avons convié ce soir pour vous remercier publiquement pour votre patience et votre gentillesse. » Précisait le Lieutenant Archimbeau.POMPIERSP1180485

2018 a été synonyme de 556 déclenchements soit plus de 1,5 départ par jour.

On note une stabilité des opérations pour le centre pour cette dernière année malgré la montée en puissance des ambulances dédiées dans le secteur.

 Les pompiers du centre de secours de Bouzigues sont intervenus notamment :

- sur les feux de Mèze, Poussan, Gigean et Villeveyrac

  • sur les accidents de la route (rd 613 notamment sur la commune de Poussan)

  • sur des accidents de personne

  • sur des feux de véhicules à Bouzigues, Poussan et Gigean,

  • sur certaines interventions beaucoup plus dramatiques lors d’accidents domestiques ou malaise à domicile encore tout dernièrement.

Au final sur 556 interventions, les sapeurs de Bouzigues ont effectué :

  • 52 départs de feux
  • 44 départs pour feux urbains et fuites ou odeurs de gaz
  • 56 départs pour interventions diverses :

– ouvertures de portes, fuites d’eau, sauvetage d’animaux, sécurité sur l’Etang de Thau, nids de guêpes/frelons etc.….

Et 404 contre 423 (en 2017) secours à personne (soit rien que pour cette catégorie plus d’1 départ par jour).

 Tous ces départs ont pu être réalisés grâce à la disponibilité des sapeurs pompiers et notamment pour les départs en journée grâce aux agents municipaux libérés pour ces missions lorsque le personnel disponible n’est pas en nombre suffisant. Et à ce sujet Olivier Archimbeau rajoutait : « il serait bien que les maires ici présents, imposent d’intégrer le centre de Bouzigues aux nouvelles recrues dans les mairies tel qu’il se pratiquait jadis. »

L’année 2018 a aussi été marquée par des évolutions et pas n’importe lesquelles au sein du centre avec l’acquisition de la bâtisse qui jouxte la caserne pour en faire l’extension et des travaux depuis ces dernières années :

(escalier (côté cimetière), cuisine, douches, ouverture porte des vestiaires vers les sanitaires, peintures du centre, vestiaires pour les filles, bureau de l’amicale, carrelage du centre, changement du pylône qui améliore la réception des alertes, la création d’un bureau pour les adjoints et la pharmacie, la réfection de l’éclairage du centre)

 Pour 2019, avec l’aide des mairies présentes…. Et du service bâtiment du SDIS il est prévu de lancer la première phase de l’extension de la caserne qui permettra aux dames d’avoir des vestiaires aux normes, les jsp et pompiers d’exercer leur vocation et passion dans de meilleures conditions, et  avec le personnel qui le souhaite,  de continuer à faire fonctionner le musée qui recommence 2à accueillir de manière sérieuse des visiteurs et des groupes. Nouvelle association a vu le jour tout dernièrement avec JF Bouisset.

POMPIERSP1180487

2018 ce fut aussi un nouveau bureau de l’amicale avec beaucoup d’idées et très dynamique, composé de :

-Nouveau président B COUDERC

-vice président B PASTOUREL

-trésorier M CONTE

-secrétaire L BAQUE

 2018 c’est au niveu humain,  l’arrivée d’un nouveau CCF sur le centre, le maintien du PC de Site avec et c’est un souhait un pc de colonne

Enfin, SEPT nouvelles recrues intègrent le centre, il s’agit de :

– Mme Christian Racca Margan (Médecin Capitaine)

– M. Le Breton Loic

- M. Bonnay Thomas

- M. Do Nicolas

- M. Blanquet Morgan

– M. Lahary Mickael

– M. Culiolo Pierre

- Deux doivent encore rejoindre les rangs prochainement. « Le souhait pour le centre est de tourner avec quatre gardes de 9 personnes. »

Le centre de Bouzigues fêtera ses 40 bougies en 2019, et une belle journée viendra fêter cet anniversaire où tous les habitants de Bouzigues, Poussan et venant d’ailleurs pourront participer. Une autre soirée se tiendra au sein du centre la FIRE PARTY.

 Le Lieutenant O Archimneau terminait en souhaitant à tous les présents une année 2019 remplie de joie et bonheur dans tous les domaines et activités qu’ils entreprendront.

 Et pour les pompiers : « Une année de sollicitable ou astreinte, une année paisible, une année prospère dans tous les domaines autant personnel que professionnel, une année tournée vers la positivité mais avant tout …. Une année de santé car sans la santé nous ne pouvons rien faire et encore moins exercer notre passion. »

 Les Élus prenaient la parole pour s’associer à ces vœux tout en insistant sur le fait qu’ils essayeraient de faire en sorte que le centre de Bouzigues puisse se développer et vivre dans de bonnes conditions, car tous les jeunes qui y participent auprès d’autres plus aguerris sont vraiment des symboles car ils permettent d’assurer notre sécurité et de sauver des vies.  » Prenez bien soin de vous » rajoutait Madame Rosay.

Avant de partager le verre de l’amitié c’était l’heure des remises des diplômes et des nominations aux grades supérieurs.

POMPIERSP1180501

REMISE DE GRADES :

Élévation au grade de Caporal : Conte Maxime

Caporal Chef : Lagand Sébastien

Sergent chef : Couderc benoit

Appellation ADJUDANT :  Stéphan Bénézech

 

 

2019, une année pour réussir ensemble

Ce jeudi 3 janvier, alors que 2019 vient tout juste de débuter, face à un public nombreux qui l’a écouté avec sérieux et attention, Jacques Adgé, accompagné de son conseil municipal, présentait ses vœux à la population poussannaise. polyvP1170890

En guise d’introduction un film permettait au public d’apprécier les profonds changements qui ont marqué l’évolution de la commune depuis près de 18 ans, avec de nombreux investissements qui ont permis à Poussan d’aller de l’avant.polyvP1170831

Pour cette cérémonie, en présence du député de la circonscription, Jean-François Eliaou, des Sénateurs Jean-Pierre Grand et Henri Cabanel,  d’André Lubrano, Conseiller Régional de la Région Occitanie, des Conseillers Départementaux Audrey Imbert et Christophe Morgo, entouré par les maires de nombreuses villes de Sète Agglopôle Méditerranée (Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Bouzigues, Gigean, Loupian, Montbazin, Villeveyrac, Mireval), ceux de Paulhan, Causses-et-Veyran et accompagnés de représentants d’autres communes dont plusieurs adjoints de Sète, Frontignan, Mèze, Cournonsec. Le Maire de Poussan profitait de cette occasion pour revenir un court moment sur l’année 2018 qui vient de s’achever.polyvP1170833

Il insistait sur les évènements et les moments forts qui ont marqué 2018 avec notamment les nombreuses réformes engagées par le gouvernement, des réformes attendues et nécessaires pour dépoussiérer une législation parfois archaïque, mais le plus souvent, des réformes arbitraires et incomprises fautes d’explications par l’État.

Pour Jacques Adgé, ce fut aussi l’augmentation de la pression fiscale, par des
décisions souvent non justifiées, avec un manque de concertation qui confine à l’arrogance, qui a conduit à un rejet de la part de nombreux citoyens déjà durement touchés au niveau de leur pouvoir d’achat.

Toujours pour cette année 2018 il précisait que ce fut une année synonyme de restrictions budgétaires drastiques sur les finances locales des communes, déjà bien
entamées par le précédent mandat, des restrictions qui ont également
entraîné une coupure avec la France profonde, un sentiment de maltraitance des populations dans le besoin qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts.polyvP1170881

Il ajoutait :  » Pour comprendre les français, encore faut-il les côtoyer et les respecter. Nous, les Maires, nous avions senti ces inquiétudes, nous avions senti ces craintes et ce désespoir grandissant d’une bonne partie de nos populations. Nous l’avions senti car nous sommes, par nos fonctions, proches de nos concitoyens et souvent à leur écoute. Malheureusement nous n’avons pas toujours les moyens et les solutions pour régler leurs problèmes. J’ai personnellement été surpris par l’ampleur du mouvement des gilets jaunes. Je peux comprendre ce sentiment de désespoir qui touche de plus en plus de français, et même trouver légitime de nombreuses protestations et revendications de ce mouvement. »

Et Jacques Adgé reprenait :  » Ce que j’ai plus de mal à admettre c’est la violence aveugle et toutes les dégradations qui se sont produites : même en évoquant le désespoir, rien ne peut justifier cette violence. Il reste toutefois l’espoir que cette grande enquête nationale dont les communes seront chargées pour faire remonter les revendications et les doléances de la population, puisse faire entendre la détresse de nos concitoyens et améliorer leur quotidien. Il semble aujourd’hui nécessaire que l’État revienne sur son train de vie : augmentations et indemnités indécentes, pléthore de hauts fonctionnaires, de préfets hors cadre, y compris les avantages extraordinaires octroyés aux anciens présidents, ministres, députés… et j’en passe… »

Pour Monsieur le Maire, la France ne compte pas forcément trop de fonctionnaires, mais une meilleure répartition serait nécessaire avec moins d’agents du côté des ministères, régions, départements, communes et plus au profit de la santé, justice, police, gendarmerie, éducation, et social.

Enfin, pour lui, il est difficile d’accepter la dette faramineuse et le déficit budgétaire récurrents de l’État, comparés à l’obligation faite aux communes de présenter des
budgets équilibrés au risque de mise sous tutelle avec interdiction d’emprunt et d’investissement :  » selon que vous serez puissants ou misérables… »

« L’État qui exerce le contrôle de légalité devrait nous montrer l’exemple, et depuis trop longtemps : beaucoup de problèmes actuels n’ont pas été réglés depuis une quarantaine d’années, droite et gauche confondues. D’une élection à une autre, notre pays change de bord politique, mais cette fameuse alternance n’a pas semblé apporter les résultats escomptés, et le pays reste difficile à diriger et à réformer. Je ne suis pas un fervent pratiquant des discours de politique nationale, mais il m’a semblé important, en tant que Maire d’une petite commune, de donner mon opinion sur le malaise qui touche actuellement notre pays. »

Si avec ses collègues, il se rend chaque année au congrès des Maires à Paris, ils ont
souvent l’impression de ne pas être entendus et ils savent eux aussi ce que c’est de vivre
dans la solitude décisionnelle : « Oui, Monsieur le Président, avec tout notre respect, et sans tenir compte des étiquettes politiques, nous pouvons avoir des idées, des analyses, des propositions, même au niveau national, qui concernent le quotidien des français. »
Car les Maires, élus de proximité au contact de leurs administrés, au courant de leurs difficultés, méritent le respect et surtout la reconnaissance pour leur dévouement au service de la population. Respect et la reconnaissance qu’ils ont le sentiment d’avoir perdus : plus de 50% des maires ne comptent pas se représenter en 2020… Cherchez l’erreur.

Il se recentrait alors sur la communauté d’agglomération en abordant notre fonctionnement au sein de Sète Agglopôle Méditerranée.

«  Notre mariage avec nos voisins du sud, il y a 2 ans maintenant, est une réussite et
nous sommes aujourd’hui la première intercommunalité du département, derrière la
métropole de Montpellier, avec 125 000 habitants. Je confirme ce que j’avais évoqué l’an dernier à la même époque, cette mise en place a été d’une surprenante rapidité, je remercie, une fois n’est pas coutume, les services et les élus qui ont été très,
très efficaces, il faut le souligner. Cela a été pour nous un changement d’habitudes,
de passer d’une structure familiale à une institution plus importante avec une puissance financière et des moyens humains conséquents, des services adaptés qui restent efficaces malgré un peu de lourdeur administrative liée à l’importance de la structure.
Nous bénéficions aujourd’hui de compétences nouvelles, qui justifient les taxes supplémentaires votées, et qui concernent des travaux que beaucoup de communes n’avaient pas les moyens d’assumer seules. Pour la GEMAPI, par exemple, Poussan percevra cette année 690 000 euros pour la création de bassin de rétention, de chenal de crue, etc.., parmi d’autres communes concernées jusqu’à épuisement de la somme annuelle de 3,5 millions d’euros
alloués à ce projet de protection des inondations, des crues et du bassin versant de l’étang de Thau. »

Jacques Adgé rajoutait que Poussan bénéficiait également d’autres actions, dans
le respect de ses propres approches communales, en ayant trouvé et pris une place dans cette nouvelle agglo sans aucun regret, en étant heureux et enchantés de faire partie de la SAM.

La Mairie aurait certes souhaité que la loi lui attribue plus de sièges pour mieux associer les élus communaux aux décisions communautaires mais ils le font tout de même au travers des commissions. Le Maire de Poussan remerciait le Président de SAM, ses chers collègues, mais aussi tout le personnel, car le travail se fait dans une bonne ambiance et tous vont dans le même sens pour faire avancer cette belle institution.

Il remerciait aussi d’autres structures institutionnelles :  le Conseil Régional pour ses aides financières, notamment partenariale avec un projet qui tarde un peu mais qui devrait quand même se concrétiser prochainement, le Conseil Départemental pour ses aides financières et ses services conseils, Hérault-Energie, dont il est un des vice-présidents, pour les subventions sur l’éclairage public, les économies d’énergie, l’enfouissement des réseaux, l’électrification rurale et urbaine et pour terminer,  l’Europe, qui, au travers du programme FEDER nous a soutenus ces dernières années.polyvP1170849

Il développait ensuite ses vœux pour Poussan :

 » Comme vous l’avez constaté dans le diaporama sur les travaux réalisés depuis une vingtaine d’années, Poussan se modernise peu à peu. Ce travail accompli avec les équipes municipales que j’ai eu le plaisir de diriger n’a pu se faire qu’avec la confiance que vous nous avez accordée et renouvelée. Ce paisible village viticole languedocien, que l’implantation de l’autoroute A9 et la proximité de Sète, Montpellier et Béziers a transformé en une petite ville active, accueillera dans les prochaines années une partie de la croissance dynamique du bassin de Thau. « 

 » Nous avons fait notre part pour accompagner cette évolution, que nous n’avions pas forcément voulue, et pour préserver notre qualité de vie, nos traditions et notre environnement naturel. Durant ces années, Poussan s’est forgée une réputation dans notre région, qui doit autant au caractère bien trempé de ses habitants qu’à la qualité de ses infrastructures et de son cadre de vie. »

Jacques Adgé continuait en rajoutant qu’en 2018 s’était poursuivi activement ce programme de rénovation de l’espace public notamment pour la voirie : rue de la Salle, rue du Languedoc : la sécurisation du cheminement piéton entre le centre-ville et les quartiers périphériques qui devrait être quasiment achevée avec les travaux prévus en 2019.

La commune continue également la rénovation de l’éclairage public et des menuiseries pour plus d’économies d’énergie et l’accessibilité des bâtiments publics aux handicapés avec l’Hôtel de ville et la nouvelle maison des associations.

Les écoles ne seront pas oubliées et la mairie a équipé toutes les classes élémentaires des groupes scolaires de vidéoprojecteurs.

Avec des finances saines et une bonne capacité d’autofinancement cela lui permettra de poursuivre en 2019 ce programme ambitieux d’investissement au service des usagers qui devrait se concrétiser d’abord par la rénovation complète avec création de trottoirs de la rue de la République en début d’année et le début de la 2e tranche de rénovation de la circulade qui sera détaillé au cours d’une réunion publique d’information.

Il précisait que  » Ces investissements devraient être accompagnés, ce que nous espérons, par l’acquisition de bâtiments rue du sergent Bonnet pour la création de parking permettant de compenser les pertes de place sur le Riverain. Ce sera le gros chantier de l’année 2019. Devrait suivre la rénovation complète de la rue des Horts et sa mise en sens unique et la rénovation partielle du chemin du Giradou, côté autoroute. Nous entamerons la dernière tranche de la rénovation de l’éclairage public avec notamment le chemin des Fossés, celle également du remplacement des menuiseries dans les bâtiments publics et pour finir, l’enfouissement des réseaux à Maleska qui clôtureront les travaux engagés dans ce secteur depuis des années. »

Le lancement d’une grande étude de faisabilité, avec Hérault Ingénierie, pour la circulation du rond-point d’entrée de ville, route de Sète via la rue Marcel Palat jusqu’à la banque Dupuy, devrait être possible afin de prendre en compte le passage des bus, problématique dans certains secteurs.

Pour le Maire, il restera à prévoir dans un budget futur la rénovation des halles et des rues attenantes et si les finances et les subventions le permettent, la rue de la coopérative et une partie du chemin du Cous. Pour en finir avec les travaux, au-delà de la future ZAC de Sainte-Catherine dont la procédure suit son cours avec la désignation de l’aménageur, la mairie espère voir se concrétiser le projet de création d’un hôtel sur le site de l’ancienne cave coopérative. Cette vente devrait voir l’implantation de logements sociaux et privés, de salles de sports, de bureaux et d’un local de 300 m2 dédié à la commune qui pourra y implanter une activité culturelle ou artistique : médiathèque ou autre.

Jacques Adgé remerciait alors l’ensemble de ceux qui font tourner la machine municipale : élus et agents qui œuvrent pour le service des habitants avec une pression réglementaire et financière de plus en plus contraignante :

Le CCAS, sous la direction de Mme Puglisi, 1ère adjointe, épaulée par Jacqueline, œuvre toute l’année pour aider les plus démunis, et les accompagner dans leur démarche…

Le service financier mutualisé maintenant avec Sète Agglopôle : car devant l’importance croissante de ses missions, le service financier de la ville avait besoin d’évoluer, l’adjoint aux finances, Ghislain Natta, devant assumer une part trop importante du travail quotidien de ce service.   » Merci Ghislain pour tout ce travail accompli et merci aussi à Marie-Pierre et Sandrine qui ont rejoint les services de la SAM en 2019. »

« Même constat pour les ressources humaines qui devaient fonctionner avec un seul agent responsable du service et une adjointe omniprésente et efficace, Dany Bourdeaux, qui n’a pas eu souvent le meilleur rôle. Manon a également rejoint la SAM en 2019. »

« Remerciements pour la commission urbanisme qui a eu la responsabilité de l’élaboration du PLU. Merci à son toujours efficace, Serge Cuculière, assisté dans cette mission souvent ingrate par Jean-Louis, Jésus et Pierre, avec l’aide de Thérèse-Marie à l’administration. »

Et Jacques Adgé poursuivait  : «  En charge des travaux, rôle que j’assume volontiers je suis aidé par Jésus Valtierra et les chefs de services du technique : Gérard, Guillaume et Jeannot qui se dévouent. Merci à eux pour leur patience et leur professionnalisme. Merci au service technique, à tous les agents représentant les nombreux corps de métiers qui sont chargés de la voirie, des bâtiments, des écoles, des véhicules, des installations sportives, et d’innombrables menus travaux. »polyvP1170877

Sous la houlette de Florence Sanchez, assistée de Michel et de Nathalie, le service culture et communication de la ville évolue également et a intégré de nouvelles compétences avec le protocole, les prêts de salle et de véhicules, tout en continuant à assumer ses missions quotidiennes : gestion de l’information, internet, informatique, télécom, merci à Philippe, Jérôme et Pierre.

Jacques Adgé en profitait pour saluer l’arrivée d’un nouveau chef de poste à la police municipale, David Feret, ce qui porte son effectif à 7 personnes car il était important
de franchir une étape dans l’efficacité de ce service et au-delà du personnel, la création d’un réseau performant de vidéosurveillance de 24 caméras va permettre d’améliorer la sécurité dans notre ville. Il remerciait donc Pascal Giugleur, Jean-Louis et Delphine qui l’assistent ainsi que les agents de la police municipale.

 Monsieur le Maire tenait à n’oublier personne en rappelant que nous avions   accueilli Tesy Nolesini, la nouvelle directrice au pôle enfance jeunesse qui a marqué son arrivée par un nouveau management devenu nécessaire sous la houlette de l’adjointe Arlette Raja qui chapeaute ce service en toute discrétion mais avec beaucoup d’efficacité, assistée par Sonia et Jean-Claude. « Merci aux Atsem, animateurs, personnels de service ou d’administration »

Il remerciait également Michaël Desquerre, le DGS et Fabienne, Christian et Aude qui assurent l’administration générale de la commune, de l’accueil, au secrétariat des élus, des élections aux dossiers divers et variés.

Il leur associait tout le personnel avec lequel il travaille depuis parfois 17 ans, regrettant de n’avoir pas pu les nommer tous car ils sont trop nombreux, au service enfance, à la police municipale et au service technique…

Pour terminer toutes les associations qui sont très présentes sur la commune étaient mises en avant :

Les sportives avec des bénévoles qui se dévouent au service des autres sans compter leur temps et dont l’adjoint Jésus Valtierra, assisté de Terry et Jean-Claude, s’occupent en Mairie.
Les associations culturelles ou patrimoniales, qui travaillent souvent dans
l’ombre mais sont un maillon important dans la préservation de notre patrimoine, de nos valeurs, de notre histoire, en témoigne les célébrations du centenaire de la Grande Guerre, organisées par Florence Sanchez et son équipe.

Et enfin le comité des fêtes cher au Président Jean-Gil Cathala et à son équipe qui
depuis 10 ans déjà anime une partie de nos festivités avec une maestria et une efficacité redoutable, sans oublier le service animation et festivités de la ville qui organise la fête nationale, l’élection de Miss Poussan, la Sainte-Catherine sous la supervision dynamique de Dany Bourdeaux assisté de Marianne, Paula, Jean-Claude et Terry.

Pour être complet, Jacques Adgé saluait et félicitait tous ceux connus ou anonymes qui
contribuent à faire de notre ville un lieu où il fait bon vivre, par leur engagement, leur disponibilité leur bonne volonté, leur civisme ou simplement par leur gentillesse et qui méritent la reconnaissance de toute la population :  » Les associations caritatives qui se dévouent pour aider les plus fragiles de notre société et qui sont malheureusement de plus en plus nombreux chaque année : tous les bénévoles du Téléthon, des Secours catholique et populaire, d’Espoir pour un enfant. Ils font un travail remarquable. »polyvP1170894

Monsieur le Maire concluait avec une pensée pour ceux qui nous ont quitté l’année dernière, pour tous ceux qui souffrent et qui arrivent difficilement à joindre les deux bouts, à se soigner, à élever leurs enfants, à vivre décemment :

«  Que cette année 2019 puisse améliorer le quotidien des français. Que les décideurs : État, collectivités, politiques prennent conscience de l’urgence à remonter le pouvoir d’achat des plus démunis. Je suis peut-être naïf, mais il me semble que travailler
à une meilleure répartition des richesses serait un bon début. J’espère le retour à une société apaisée, fraternelle et confiante dans l’avenir, et en vous souhaitant, au nom du Conseil Municipal, pour cette année 2019, nos meilleurs vœux de santé et de prospérité pour vous et vos familles. Bonne et heureuse année à tous, ce n’est qu’ensemble que nous réussirons « polyvP1170897

Les élus et le public venu nombreux entonnaient  » La Marseillaise  » chantée avec beaucoup de conviction avant que ne soit remis, par Jean-Claude Pagnier et Élora Leduc, Miss Poussan 2019,  le prix de la plus belle décoration des vitrines de Noël. 26 commerçants locaux ont participé à ce concours bien sympathique tandis que 1200 personnes ont voté, un grand succès.