DNB : très belle cérémonie au Collège Via Domitia ce 26 novembre

Ce vendredi 26 novembre  au collège Via Domitia, les collégiens ayant obtenu le DNB ou diplôme National du Brevet, en fin d’année scolaire 2020/2021 étaient conviés ainsi que leurs familles à une cérémonie de remise des diplômes du DNB. Ils étaient vraiment très nombreux. Ils étaient …une centaine d’élèves à pouvoir être présents sur les 165 admis aux épreuves du CFG (8) et du DNB (157) sur les 180 élèves de 3ème qui s’y sont présentés l’année dernière. Notons que deux élèves parmi eux (Léo BESSAUD et Axel BRUN) ont réussi aux deux examens

aaaadeco brevet IMG-20211129-WA0000

Comme le précisait  Stéphane Russo, Principal du collège et Amandine ROY, Principale Adjointe, ils peuvent être fiers car ils sont en plus la fierté de leurs parents mais aussi de tous les personnels de l’établissement parce que le taux de réussite DNB de la promotion 2021 s’élève à 89,7 % (soit le 3ème meilleur taux, sur les 8 dernières années, juste après les promos de l’année 2017 et 2019 respectivement à 93% et 90%). Ils ont aussi réussi dans un contexte sanitaire difficile et anxiogène.

[Taux de réussite DNB : Département (87,8 %) / Académie (87,2 %) / France + 5 DOM (88 %)]

Autre magnifique surprise, c’est le taux de mentions au DNB inégalé depuis 8 ans, s’élevant à 84,1 % (contre 75%), soit 132 élèves sur les 157 lauréats. Sur les 132 élèves ayant obtenu une mention, 37% (49 élèves) ont eu la mention TRES BIEN, 27% (36 élèves) la mention BIEN et 36% (47 élèves) la mention ASSEZ BIEN.

Stéphane Russo, aidé par la Principale-Adjointe avec des membres de l’équipe d’encadrement et des professeurs autour de lui ainsi que des membres du Conseil d’administration, accueillait les anciens collégiens, très heureux de se retrouver pour un événement bien structuré tout en restant simple mais bien sympathique, chacun des jeunes récipiendaires étant applaudi pour ses efforts. Car le diplôme national du brevet évalue les connaissances et les compétences acquises à la fin du collège.

 Il est équilibré entre évaluation du socle (contrôle continu) et épreuves finales.

Délivré par un jury, le brevet est un diplôme qui atteste les connaissances et compétences acquises en fin de collège. L’attribution du brevet ne conditionne pas l’accès à une classe supérieure en fin de troisième.

Deux éléments sont pris en compte pour l’attribution du brevet : la maîtrise de 8 compétences qui composent le socle commun, et les notes obtenues aux épreuves finales.

Tout d’abord, le contrôle continu a pour but d’évaluer ton niveau dans chacune des compétences suivantes :

  • Maîtrise de la langue française : compréhension et capacité à s’exprimer à l’écrit et à l’oral ;
  • Comprendre et utiliser une langue étrangère ou régionale pour s’exprimer ;
  • Comprendre les langages mathématiques, scientifiques et informatiques et savoir les utiliser ;
  • Maîtriser les langages artistiques et corporels ;
  • Savoir utiliser des outils et méthodes d’apprentissage ;
  • Formation de la personne et du citoyen ;
  • Les représentations du monde et l’activité humaine ;
  • Les systèmes techniques et les systèmes naturels.

Les évaluations réalisées durant l’année de 3e permettront à tes professeurs de déterminer les connaissances que tu auras acquises.

Pour cela, ils utiliseront un barème à points :

  • 50 points : très bonne maîtrise ;
  • 40 points : maîtrise satisfaisante ;
  • 25 points : maîtrise fragile ;
  • 10 points : maîtrise insuffisante.

Au total, le contrôle continu est notée sur 400 points.

Le brevet étant noté sur 800 points, il semble également important de souligner que le contrôle continu compte pour 50% de ta note finale ! Inutile de dire qu’il ne faut pas négliger cette partie : étudier régulièrement au cours de l’année peut t’apporter un avantage énorme pour le DNB.

Certains élèves réussissent même à obtenir leur brevet seulement avec leurs notes de contrôle continu !

Les épreuves finales du brevet

Tous les candidats, qu’ils soient scolaires ou individuels, devront passer des épreuves pour obtenir le brevet.

Les candidats scolaires

En fin d’année scolaire, ils doivent en effet passer 5 épreuves, dont une orale :

  • Français (100 points) : d’une durée de 3 heures, elle est composée de 3 parties ; une analyse de documents, une dictée et un exercice de rédaction ou réécriture ;
  • Maths (100 points) : l’épreuve dure 2 heures et se divise en plusieurs exercices, dont l’un basé sur le programme d’informatique ;
  • Sciences (50 points) : l’épreuve d’une heure est composée de 2 parties portant sur deux matières choisies entre la technologie, les SVT et la physique-chimie ;
  • Histoire-géographie et EMC (50 points) : elle dure 2 heures et comporte 3 exercices d’analyse de documents liés à chacune des disciplines ;
  • Épreuve orale de soutenance (100 points) :  il s’agit de présenter un projet en lien avec un thème étudié en histoire des arts, en enseignements pratiques inter-disciplinaires ou issu d’un parcours éducatif.
 Les candidats individuels doivent passer 5 épreuves écrites. 4 sont communes à tous les candidats (scolaires ou non) : français, mathématiques, sciences, histoire-géo et EMC). La durée et le barème de notation sont les mêmes.

La dernière épreuve, propre aux candidats individuels donc, est celle de langue vivante, elle est notée sur 100 points.

 L’attribution du brevet des collèges

Afin d’obtenir le DNB, les candidats scolaires doivent avoir un minimum de 400 points au total. En outre, pour ceux qui le passent en candidat libre, l’objectif à atteindre est de 200 points.

Pour viser une mention grâce aux épreuves finales :

  • Assez bien : à partir de 480 points ;
  • Bien : dès que tu obtiens un minimum de 560 points ;
  • Très bien : avec 640 points et plus.

Concernant les candidats libres, les scores sont respectivement de 240, 280 et 320.

 Mais ce vendredi la cérémonie se voulait donc Républicaine, comme le précisait Monsieur Russo, car elle marquait de la part de la Nation, la reconnaissance des efforts fournis par les collégiens pour obtenir le DNB qui marque aussi l’acquisition d’un certain niveau dans les apprentissages.

Monsieur le Principal précisait : « C’est un honneur de présider cette cérémonie, entourés d’élu.e.s de La République et de toute la communauté éducative du collège. Il y a dans la vie des jours heureux qui comptent, qu’il faut savourer et célébrer à leurs justes valeurs, comme ce jour de fierté, de bonheur qu’est la remise des diplômes.

Un jour particulier pour les élèves en premier lieu, pour leurs familles ensuite, pour les personnels du collège et ceux des écoles (enseignants, AED, CPE, AESH, ATC, personnel médico-sociaux )également, et enfin, pour tous celles et ceux qui ont contribué dans l’ombre à ce succès : les collectivités locales (le département, la commune) et les associations : FCPE et PNE-PNE, la coopérative du collège, l’Association Sportive) par l’accompagnement financier des projets développés qui ont été supports de vos oraux du brevet des collèges pour un grand nombre d’entre vous.

Toutes ces personnes, chacune de leur place, vous ont entourés, souvent ensemble et ont fait en sorte que vous soyez « bien dans vos baskets afin d’être bien dans vos têtes » pour aborder sereinement votre premier examen scolaire, d’autant plus que vous êtes la 1ère génération d’élèves à avoir présenté l’examen après deux années perturbées par des confinements, et par voie de conséquence, des cours en distanciel. »

En effet, cette cérémonie de remise de diplôme représente pour tous un moment infiniment joyeux car il marque la fin d’une période de la vie et également le début d’un nouveau parcours qui  transforme le jeune adolescent  jusqu’à devenir un jeune majeur.e.

Et Monsieur Russo rajoutait :

« Vous vous rendrez compte tout au long de votre vie personnelle et professionnelle que le collège où vous avez fait vos classes demeure une référence qui vous accompagne et d’où vous puiserez vos forces :

  • Ces forces se trouvent dans le souvenir de tel ou tel enseignement, de tel ou tel travail, qui vous auront demandé beaucoup d’engagement et dont vous réaliserez assez vite l’importance quand vous serez habiles et sereins dans l’exécution d’un travail qui vous sera demandé pour lequel vous avez été formé.

  • Ces forces vous les puiserez aussi, dans le souvenir de tous ceux qui ont accompagnés votre réussite : vos parents, les équipes enseignantes, d’éducation, d’orientation, administratifs et techniques, médico-sociaux et de la direction ; mais aussi vos camarades, ceux qui ont planché à vos côtés et qui vous entourent aujourd’hui.

La vie ne sera pas toujours facile car nous vivons dans un monde complexe et incertain. Le monde et notre pays traversent des crises qu’il nous faut surmonter collectivement.

Vous rencontrerez parfois des difficultés, des moments de doute, vous sentirez la fatigue et serez peut-être tentés par une certaine résignation. Dans ces moments-là, pensez à ce qui représente une force pour vous, pourquoi pas à ce moment actuel de fierté et de bonheur pour retrouver la confiance et relever tous les défis qui se présenteront à vous. »

« Vous pouvez toutes et tous vous applaudir car cela est le fruit de votre travail et de votre persévérance, de votre résilience. »

Le diplôme qui symbolise des atouts importants, en termes de connaissances et de compétences, pour la vie à venir, qu’elle soit personnelle ou professionnelle, était remis aux récipiendaires.

Un premier diplôme et une cérémonie symbolique pour marquer la fin des années « Collège » et ouvrir la porte à d’autres acquisitions et apprentissages. Les représentants du Collège Via Domitia et les Elus présents des Mairies de Poussan, Montbazin, Gigean,  félicitaient les heureux diplômés qui étaient bien contents d’avoir ce DNB et, pour certains, peu importait si l’on avait obtenu une mention ou pas, le principal étant de tenir le diplôme dans ses mains.

 La distribution de ceux-ci avec des applaudissements à la clef permettait aux adolescents de vivre des moments intenses Une belle réussite soulignée encore par Monsieur le Principal qui rajoutait : « Encore toutes nos félicitations !!! »bdnP1300577

 

Une cérémonie des nouveau-nés touchante et toute en douceur ce samedi 6 novembre

  aaaanes2222IMG_20211106_111048
Ils ont été 89. C’est le nombre d’enfants nés entre juillet 2020 et août 2021, dont les parents sont domiciliés à Poussan.
Un nombre impressionnant mais rassurant qui montre que la ville de Poussan accueille de nombreux couples assez jeunes. Plus de 20 parmi eux ont répondu à l’appel de la Mairie de la Ville qui les invitait à une cérémonie des nouveau-nés ce samedi 6 novembre au Foyer des Campagnes  à 11H.
Une fin de matinée conviviale, ludique  et toute en douceur pour des bébés et des petits enfants bien épanouis qui accompagnés de leurs parents se sont fait un plaisir de partager un moment d’échanges.aaaanes
Après un accueil individualisé, durant lequel les enfants ont pu profiter de Mickey, d’un lapin,  et de ballons de baudruche, Florence Sanchez, Maire de Poussan,  Géraldine Lacanal, Adjointe au Maire Déléguée au social et à la santé et Pierre Mariez, Conseiller Municipal, délégué à l’environnement, accompagnés de plusieurs élus du Conseil Municipal, ont tenu à adresser quelques mots aux parents en précisant le sens de cette cérémonie…
Il s’agissait d’accueillir les nouvelles et nouveaux Poussannais dans la commune et de marquer leur arrivée dans une cité où certainement, de l’école maternelle au collège et peut-être de la crèche au centre de loisirs ainsi qu’au Club Ados, ils grandiront et s’épanouiront pour devenir des adultes.aaaanesdfgIMG_20211106_114007
S’ils auront des photos en souvenir, individuelles et collectives, si pour marquer cette cérémonie un ensemble « City Lunch » leur a été offert,  pour chacun d’entre-eux un arbre sera planté et une seconde cérémonie sur le site, permettra de valoriser cette première année et pour les enfants, à long terme, de voir grandir leur arbre, au cours des années, comme un symbole de vie en s’inscrivant dans celle de Poussan.
Des instants conviviaux et des échanges ont agrémenté la fin de cette belle cérémonie…

Une commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 empreinte d’émotion

       Ce jeudi, à Poussan, afin de commémorer l’anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918 mais aussi pour rendre hommage à tous les morts pour la France, une cérémonie Officielle était programmée.

Les Poussannais étaient invités à y participer  pour ne pas oublier et avoir des pensées particulières pour les morts et les disparus de la guerre mondiale de 14/18 qui a fait plus de 18 millions de victimes et des millions d’invalides ou de mutilés ainsi que pour tous leurs camarades disparus pour la Nation. aaaabroIMG_20211111_110508

 A 11 h, Madame le Maire et le conseil municipal avaient convié les Poussannais à se joindre à eux et à de nombreux invités au cimetière de Poussan.   Le 11 novembre 1918 le cessez-le-feu fut effectif à onze heures, entraînant dans l’ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairon et ce jeudi, à la même heure, lors de cette cérémonie, les participants pouvaient se recueillir pour tous les morts.

Petit à petit de nombreux Poussannais venaient se joindre à l’assemblée . Quelques enfants des écoles , les anciens combattants ainsi que les  combattants d’Algérie  et de la 4ème génération des anciens combattants (Liban, Tchad…) avec les Porte-drapeaux entouraient le Monument aux Morts, tandis que les Officiels lui faisaient face. Pour tous, l’on ressentait une profonde émotion mais aussi une certaine ferveur d’être réunis. Les pompiers de Bouzigues et des représentants de  la Gendarmerie de Balaruc étaient aussi présents.aaaabroIMG_20211111_112002

Le nombre de participants augmentait encore une fois alors que la cérémonie protocolaire commençait.

Après une montée des couleurs accompagnée d’une présentation de la commémoration, Jean-Louis Lafon, Maître de cérémonie, présentait le déroulement de celle-ci…aaaabroIMG_20211111_111910

La commémoration  débutait rapidement et avant les dépôts de gerbe, les discours de l’Administrateur National de l’UNC, et du Secrétaire d’État auprès de la Ministre des armées, qui  furent lus, par Madame le Maire  et par le Lieutenant -Colonel Moreau, pour l’UNC.

« Ayons une pensée pour tous nos militaires notamment ceux des OPEX et OPINT engagés actuellement face à cet ennemi polymorphe qu’est le terrorisme. Ils défendent les intérêts de notre pays et contribuent au rayonnement des valeurs de la République : Liberté, Egalité, Fraternité, ciment de notre cohésion…… » ( UNC).

Car ce fut aussi un témoignage public de la reconnaissance de la Nation à tous les anciens combattants, à ceux de 14/18, mais aussi à tous ceux qui ont péri pour la France.aaaabroIMG_20211111_111817Vidéo : https://youtu.be/XwOQgo9bGGc

« La Flamme des compagnons s’est éteinte avec le décès d’Hubert Germain, l’ultime Compagnon de la Libération, mais nous sommes les dépositaires de ses braises ardentes. Entretenons-les sans cesse, ravivons les  inlassablement, en honorant ceux qui donnent leur vie pour la France, ceux qui la servent avec dévouement et courage.« . (Ministre)

Vidéo : https://youtu.be/3LZbJsY-Tn8aaaabroIMG_20211111_112120

La sonnerie aux Morts permettait à chacun de réfléchir sur cette mémoire qui doit perdurer. Avant la Marseillaise reprise intérieurement par les participants, ainsi qu’une minute de silence vécue intensément, il fut fait l’appel des morts et disparus pour la France de 14/18, de 39/45 et de ceux disparus depuis juillet 2020  avec la participation de tous les enfants.

 Après que que Madame le Maire ait remercié tous les participants, ceux qui le souhaitaient avec bien-sûr les enfants qui le désiraient, suivaient le Lieutenant-Colonel Moreau pour fleurir chacune des tombes du cimetière dans lesquelles reposent des victimes de la Guerre 14-18.aaaabroIMG_20211111_112923

Pour clôturer la matinée, un vin d’honneur fut ensuite servi, dans le hall de la Mairie…

Le devoir de mémoire à travers le destin de deux combattants Languedociens

Mercredi 10 novembre à 18h à la salle de spectacle MJC, le service culture et patrimoine de la Ville de Poussan organisait une projection de films réalisés par M. Frayssinet sur le thème du devoir de mémoire à travers le destin de deux combattants Languedociens : Jules Poudou, pour la première guerre mondiale et Maurice Fontès pour la seconde guerre mondiale.  aaaafontesIMG_20211110_182616 
Ces films ont été réalisés à partir d’archives, de photographies, de livres, de documents et de lettres, de recherches diverses sur des sites…
Jean Frayssinet, un ancien enseignant installé à Balaruc-les-Bains nous retrace grâce à ses films sur les deux guerres mondiales l’itinéraire de deux enfants de notre région.
Jules, natif de l’Aude, a donné sa vie, comme 45 des 363 soldats mobilisés dans notre commune durant la guerre de 14-18.et il eut le courage des Poilus qui rencontrèrent l’effroi au fond des tranchées, le sacrifice de ces jeunes hommes mobilisés.

Maurice quant à lui fut un des hommes qui, quand il a fallu réagir, a choisit  l’honneur et le courage et ainsi guidé par l’espoir en la Résistance. a parmi tant d’autres permis  à la France de se relever sans être humiliée, sans être battue. Il est même allé au-delà en suivant plus-tard son Régiment en tant que soldat, jusqu’aux portes des Pays de l’Est et même en Grèce.aaaafonteshjhgihihihiIMG_20211110_185512

Devant un public nombreux qui avait assisté à la projection et à la présentation des films par Mr Jean Frayssinet,  M. Maurice Fontès, ancien combattant poussannais, était mis à l’honneur pour son engagement dans la défense de son pays et de la liberté. Il recevait par Florence Sanchez, Maire de Poussan, accompagnée par Michel Bernabeu, Adjoint au Maire, Délégué aux Anciens Combattants, la Médaille de la ville de Poussan avant de revenir sur son engagement au service de la Nation.
aaaafonteshig_u_to
Maurice Fontès né en 1927 a reçu de nombreux honneurs au cours de sa vie dont plus de huit médailles et décorations . Il est Chevalier de la Légion d’Honneur, Médaillé Militaire, Croix de guerre 39/45 avec étoile d’argent et Médaillé de la Résistance, entre-autres…. Et pour ses actes héroiques, ce grand homme de l’ombre fait partie de ceux qui font la fierté de notre pays.
 aaaafontesIMG_20211110_190658

 

La cérémonie commémorant l’Armistice de la Guerre 14/18 aura lieu jeudi 11 novembre

Madame le Maire de Poussan, M.Bernabeu Adjoint aux Anciens combattants et le Conseil municipal vous convient à la cérémonie commémorant l’Armistice de la Guerre 14/18 qui aura lieu jeudi 11 novembre 2021 à 11h au Monument aux morts du cimetière de Poussan. La cérémonie sera suivie d’un vin d’honneur à l’Hôtel de Ville.Peut être une image de une personne ou plus, personnes debout, monument et plein air
Pass sanitaire / test PCR et port du masque exigés

 

Un beau cimetière pour célébrer les morts

aureP1150269À l’approche de la Toussaint et de la journée des Morts, le cimetière de Poussan a droit à toutes les attentions. S’il est bien entretenu tout au long de l’année par des agents techniques municipaux ces derniers temps ils ont tout fait pour l’embellir, car il commence à recevoir depuis quelques jours, les familles et les amis des défunts qui viennent nettoyer les tombes et les fleurir avec attention, même si pour certains, en temps normal, les visites à ceux qui ont quitté notre monde sont régulières, quelquefois journalières.  aaaabchIMG_20211028_190427  La Toussaint est une fête catholique appelée également la ‘’fête des morts’’. Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, la célébration des morts a lieu le 2 novembre, le 1er novembre étant la fête de tous les saints Cette coutume a vu le jour au XIème siècle. A l’époque, les familles déposaient des bougies sur les tombes des défunts et au fil du temps les fleurs les ont remplacées. Actuellement, les fleurs les plus achetées sont les chrysanthèmes. Symbolisant l’immortalité au Japon, cette fleur est devenue la fleur de la Toussaint grâce à sa floraison automnale et sa résistance à la basse température.aaaabchIMG_20211028_190600 Les chrysanthèmes que nous connaissons actuellement ressemblent peu à l’espèce d’origine que l’on retrouve à l’état sauvage et qui ressemblent à des marguerites (Glébonis Coronaria) qui sont de la même famille. Le cyclamen, fleur délicate et robuste à la fois, s’est également fait une place de premier choix dans le cercle très fermé des fleurs belles et résistantes.

siroP1290980

Une cérémonie, ce 18 juin 2021, pour commémorer l’appel du Général de Gaulle

appelhigyijojpk

A 11 h, ce vendredi 18 juin, au cimetière de Poussan, s’est déroulée la cérémonie commémorant l’appel du Général De Gaulle en présence de Florence Sanchez, Maire de Poussan, et de Michel Bernabeu, Adjoint au Maire de Poussan, délégué aux Anciens Combattants, d’anciens combattants, et membres de l’UNC Poussan-Bouzigues.

Vu les conditions sanitaires la cérémonie se limitait aux membres officiels…

Des lectures furent faites par le président de l’Union Nationale des Combattants locale, le Major Michel Moreau, et par Madame le Maire de Poussan, celle-ci faisant lecture du message de Madame la Secrétaire d’État auprès de la Ministre des Armées.appel_DSC8114

Il fut précisé « que cet appel fut un moment décisif de notre histoire nationale en demeurant une référence essentielle de notre mémoire collective… Et aujourd’hui, cela vient nous rappeler qu’il ne faut jamais désespérer et que l’avenir appartient aux audacieux. Nous continuons à écrire l’Histoire de la France et à porter haut les valeurs de la République. Cet héritage du Général de Gaulle, demeure, plus que jamais, de « L’Homme du 18 Juin » , un élément de notre consensus National et une part de notre identité collective »

Dépôts de gerbe, minute de silence et Marseillaise se sont succédés lors de cette cérémonie.

Vous pouvez retrouver cette vidéo sur la page YouTube de la Ville de Poussan : https://youtu.be/_twJGq1UgsQnavirus_DSC8132

Le colonel Moreau  fit alors la lecture de l’appel du Général de Gaulle…

Capture« Le 18 juin 1940, le Général de Gaulle appelait les Français à refuser la défaite et à poursuivre la guerre par tous les moyens disponibles, partout dans le Monde.« 

APPELCapture

Le mardi 18 juin 1940, vers 18 heures, dans les studios de la BBC, à Londres, le général Charles de Gaulle, en uniforme, enregistre un message en français à l’adresse de ses compatriotes « présents sur le territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver ».

Il fait part de sa conviction en la défaite finale de l’Allemagne et invite les officiers et les soldats, les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d’armement à se mettre en rapport avec lui. Pour la première fois, avant même que le gouvernement français ait signé l’armistice avec l’envahisseur allemand, il évoque la « flamme de la résistance française ».

Quatre jours plus tard, le 22 juin 1940, jour de la signature de l’armistice par le gouvernement Pétain, il renouvelle son appel et précise sa volonté de poursuivre le combat. L’enregistrement de cet appel a été conservé à la différence du premier, dont ne reste qu’un brouillon manuscrit et quelques extraits dans les journaux.

Un appel entendu

Deux jours plus tôt, le 16 juin 1940, constatant que le gouvernement dont il faisait partie était déterminé à conclure un armistice, Charles de Gaulle avait quitté Bordeaux dans l’avion du général Spears. Il s’était installé au 7-8 Seamore Grove, près de Hyde Park, dans l’appartement d’un collaborateur, puis avait demandé à Churchill de pouvoir diffuser son appel. Malheureusement, le maréchal Pétain s’étant lui-même exprimé sur les ondes françaises le 17 juin, il avait dû patienter jusqu’au lendemain, anniversaire de Waterloo !

L’Appel est enfin diffusé vers 22 heures, et rediffusé le lendemain 19 juin vers 16 heures.

Une version presque intégrale du texte est communiquée par la BBC à la presse française et publiée dans la presse encore libre du sud de la France. La Dépêche de Toulouse, par exemple, publie un article à ce propos, avec la photo du général, dans son exemplaire du mercredi 19 juin. Aucun Français, dans ces conditions, ne peut prétendre avoir été tenu dans l’ignorance de l’Appel…

Le résistant et député gaulliste Lucien Neuwirth se souvient encore avec émotion des yeux brillants de sa mère à l’écoute de la radio anglaise. Lui-même répond à l’Appel et se rend en Angleterre pour s’engager comme Français Libre.

Quelques personnalités font de même dans les semaines qui suivent l’invasion : les généraux Catroux et Legentilhomme, l’amiral Muselier (qui introduira la croix de Lorraine et d’Anjou comme symbole du mouvement), des officiers… Parmi les pionniers figurent également des rescapés de l’expédition de Narvik (Norvège) et des marins.

 

Journée nationale d’hommage aux morts pour la France en Indochine

En ce mardi 8 juin, à Poussan comme partout en France, nous avons une pensée pour ces soldats français qui se sont battus en Indochine, parce que c’était leur devoir, pour « un bout de France » qui avait nourri l’imaginaire de millions de Français,
Des soldats qui se sont battus pour leurs frères d’armes, légionnaires, parachutistes, aviateurs, marins, métropolitains, algériens, africains, vietnamiens.
Des soldats qui se sont battus contre un adversaire courageux, résolu ; contre la maladie, les éléments, contre la distance, contre l’indifférence.DIENCapture
Parce que c’était leur devoir.
Cette guerre nous oblige à poursuivre le travail de mémoire. Parce qu’une grande nation, c’est une nation qui regarde son histoire en face.

Discours de Geneviève DARRIEUSSECQ, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la mémoire et des anciens combattants.

 » Ce 8 juin, la nation française rend un hommage solennel aux morts pour la France en Indochine. En s’inclinant avec respect devant les anciens combattants de 40 et de 45, devant les anciens de la guerre d’Indochine, la France affirme une nouvelle fois sa reconnaissance à ceux qui ont combattu sous notre étendard et porté nos armes.

La République n’oublie aucune guerre, aucune génération du feu, aucune mémoire. Elle se souvient de l’histoire douloureuse que fut le coup de force japonais du 9 mars 1945 et de l’âpreté du conflit indochinois.

De 1946 à 1954, ce sont 500 000 membres du corps expéditionnaires français qui ont servi notre pays. A l’instar du lieutenant Bernard de Lattre, tué au combat il y a 70 ans, ils l’ont fait avec dévouement et sens du devoir, parfois dans l’indifférence ou dans l’incompréhension. Dans les airs, sur les mers, sur la terre, en combattant, en soignant, en assurant la logistique et le soutien, les militaires, supplétifs et personnels des armées ont lutté contre un adversaire résolu et ardent, en défiant la dureté des éléments et de la géographie, en repoussant la fatigue et la peur. Nombreux sont ceux qui ont subi une usante captivité, la plupart d’entre eux n’en sont pas revenus.

Aujourd’hui, nous transmettons avec ferveur cette mémoire et nous saluons celles et ceux qui la portent. Elle nous rappelle que notre pays peut compter, génération après génération, sur des hommes et des femmes prêts à l’engagement et au combat.

Aujourd’hui, nous rappelons également notre attachement à cette mémoire partagée, socle de notre amitié avec l’adversaire d’hier devenu un partenaire durable. « 

Cérémonies et fêtes de mariage : quelles sont les règles jusqu’au 30 juin ?

Couple, Mariage, Parc

La saison des mariages a débuté. À la mairie ou dans un lieu de culte (église, temple, synagogue, mosquée…), il est possible de se marier entouré de sa famille et de ses amis dans le respect d’un protocole sanitaire. Cérémonies civiles ou religieuses, quelles sont les règles ? Comment organiser ses noces ? Quelles sont les règles pour les repas et les fêtes de mariage ? Découvrez ce qui est actuellement possible et ce qui est annoncé pour les prochaines étapes du déconfinement jusqu’au 30 juin 2021.

Quelles sont les règles dans les lieux de culte et les mairies ?

Les offices de mariage peuvent se tenir dans les lieux de culte dans le respect d’un protocole sanitaire. Le port du masque est imposé.

Jusqu’au 8 juin 2021, seul un emplacement sur trois peut être occupé et le positionnement doit être organisé en quinconce entre chaque rangée. Les invités doivent donc être installés de manière à ce que deux sièges soient libres entre chaque personne ou entité familiale. Une seule rangée sur deux peut être occupée.

Dès le 9 juin 2021, il sera possible d’organiser le lieu de culte en laissant libre un siège sur deux entre chaque personne ou entité familiale.

À compter du 30 juin 2021, les restrictions seront levées.

Les mariages civils peuvent avoir lieu en appliquant des règles similaires à celles en vigueur dans les lieux de culte. Le nombre de personnes pouvant assister à la cérémonie peut varier en fonction de la taille de la salle. Il convient de se renseigner auprès de la mairie.

Quelles conditions pour les repas et les fêtes ?

Jusqu’au 8 juin 2021, la restauration n’étant pas autorisée en intérieur, les fêtes et repas de mariage ne peuvent être organisés qu’en extérieur dans le respect des protocoles sanitaires, et le cas échéant, des jauges applicables aux établissements qui les accueillent, comme les restaurants, les gîtes, les hôtels, ou les châteaux. Le nombre de convives est donc défini en fonction des types d’établissements et de leur capacité d’accueil. Par exemple, sous un chapiteau, la jauge est fixée à 35 % de la capacité. Les invités doivent se restaurer assis, à raison de 6 personnes maximum par table.

Entre le 19 mai et le 30 juin 2021, les fêtes de mariage organisées dans l’espace public, comme par exemple dans des parcs et jardins publics, sont limitées à 10 personnes, comme tous les autres rassemblements.

À compter du 9 juin et jusqu’au 30 juin 2021, les repas de mariage seront de nouveau autorisés en intérieur mais les participants devront rester assis et leur nombre ne devra pas dépasser 50 % de la capacité d’accueil de la salle, avec un maximum de 6 personnes par table. La restauration debout, comme les cocktails et les buffets, ainsi que les pistes de danse en intérieur demeureront interdites.

À compter du 30 juin 2021, les mariages pourront être organisés sans restrictions, en intérieur comme en extérieur, mais dans le respect des mesures barrières et des règles de distanciation, et avec un protocole de test adapté.

Quelles sont les jauges dans les salles des fêtes et les salles de réunion ?

Depuis le 19 mai 2021, ces établissements sont autorisés à rouvrir avec une jauge fixée à 35 % de l’effectif autorisé, et un maximum de 800 personnes.

Dès le 9 juin 2021, la jauge sera réévaluée à 65 % de l’effectif autorisé, le plafond à 5 000 personnes maximum. Le pass sanitaire devra être utilisé au-delà de 1 000 personnes.

À compter du 30 juin 2021, la jauge ne sera plus en vigueur. Le pass sanitaire devra toujours être utilisé au-delà de 1 000 personnes.