« Monsieur de Pourceaugnac » ce vendredi pour les collégiens

Il reste encore une centaine de places, tous les collégiens de Montbazin, Gigean ou Poussan accompagnés de leurs parents sont conviés.
La FCPE, en collaboration avec la Direction du collège ainsi que l’équipe enseignante, propose aux collégiens et leur famille, la pièce de théâtre :
« Monsieur de Pourceaugnac » de MOLIÈRE, jouée par « Le Poulailler », Atelier adultes de la Compagnie du Strapontin.Screen Shot 02-23-17 at 06.48 PM VENDREDI 24 FEVRIER 2017 à 20 H 30 (MJC de Poussan – 1, rue des Horts – Salle Paul Vilalte)

Cette représentation, dans un lieu culturel autre que le collège, est une incitation à la découverte du monde du théâtre et permet une approche vivante et concrète des œuvres de Molière étudiées régulièrement au collège.

La FCPE offre l’entrée aux élèves du collège Via Domitia ainsi qu’à leurs parents.

Le nombre de places dans la salle étant limité (132), il est fortement conseillé de réserver via le site internet : http://www.compagniedustrapontin.fr/
(Vous trouverez les différentes possibilités de réservation sur le site).

Le cochon, l’animal totémique de Poussan

A Poussan, lors de la cavalcade du carnaval, les spectateurs peuvent toujours observer en tête du défilé, le cochon emblématique de la commune.           

Depuis longtemps, les archéologues comme Marc Lugand, de la CCNBT, pensent qu’un certain Lulius Porcius aurait été le propriétaire, durant l’antiquité Romaine, d’une belle villa et d’un domaine non loin du centre du village actuel. Car, selon les étymologistes, les terminaisons ac,argues et an signifieraient, le domaine de…

Le cochon figurant dans les armes de la commune, l’origine de notre animal totémique serait liée à l’association des mots Poussan (nom du village) et porcèl , le nom occitan du petit cochon. Mais la majorité des animaux totémiques a été créée à partir du XVIe siècle. Un des plus lourds est le poulain de Pézenas, le plus gros est le chameau de Béziers. Tout naturellement, l’énorme cochon rose avec sa forme rebondie est devenu celui de Poussan.

Il possède 8 paires de pattes et défile lors du carnaval du village porté par des costauds qui doivent le faire rouler, le soulever et le présenter à la foule.

Et si la symbolique de l’animal totémique est très manichéenne il est souvent accompagné par un autre animal « totem », le  » chevalet « , commun à de nombreuses communes de la Région mais aussi de France. Nous les retrouverons bientôt, tous les deux, à Poussan, à partir du 26 février.

                                          _____________________________________

Et pour le cochon, ce sera encore son anniversaire, lui qui est né dans un garage de l’avenue de Sète chez Gisou et Gilles aidés par un groupe d’amis du Rugby devenus aujourd’hui “ Les Amis du Cochon “.

La tradition au groupe scolaire des Baux

Ce jeudi après-midi, c’était Carnaval à l’école maternelle des Baux et à l’élémentaire aussi. Les deux établissements en ont  profité pour partager des instants festifs et ludiques.AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAADSC_0011 (5)Ce fut pour les élèves des 2 structures l’occasion de découvrir deux danses traditionnelles de la commune et de la Région, le Chevalet interprété par des grands et le fameux Branle de la Chemise dansé par des volontaires du Carré d’As…AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAADSC_0020 (2)

En effet, des élèves de CM1 de l’école élémentaire ont montré avec beaucoup de sérieux en quoi consistait la « danse du Chevalet » qu’ils préparent depuis plusieurs semaines avec Michel Bernabeu et qu’ils auront le plaisir et l’honneur de danser au foyer des Campagnes le mardi 28 février.AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAADSC_0036 (2)

Vers 15 h, avec une dizaine de membres du Carré d’As, ces danseurs ont donc animé la récréation de l’école élémentaire en leur interprétant leur danse, puis celle du Branle de la Chemise.AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAADSC_0042

Et pour que que cette démonstration se poursuive par une initiation, les enfants se sont lancés dans la danse, ainsi que leurs enseignantes, pour les plus petits.AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAADSC_0026 (2)Tandis que la fête se poursuivait en musique à la maternelle,  l’on pensait déjà au goûter qui allait suivre, autour de crêpes

Une initiation aux danses traditionnelles qui devrait motiver bon nombre de ces jeunes écoliers pour être plus tard de bons carnavaliers. Ce jeudi, ils commençaient leur carnaval par une mise en train avant de le poursuivre, dès dimanche, pour la cavalcade, et même, au Foyer des Campagnes, lundi , avec leur bal masqué.

Les conférences programmées au Musée Villa-Loupian pour 2017

Les conférences débutent à 18h30 et sont en entrée libre (dans la limite des places disponibles).    Résultat de recherche d'images pour "musee villa loupian"La Communauté d’agglomération du Bassin de Thau et le Musée de site gallo-romain Villa-Loupian vous invitent au cycle de conférences « DE LA NARBONNAISE ROMAINE A LA SEPTIMANIE WISIGOTHIQUE »,  Archéologie en Languedoc du Ve au VIIIe siècle.

Programme de Février à Décembre 2017    

Jeudi 23 Février : Christophe Pellecuer – Conservateur du Patrimoine (DRAC Occitanie – Service Régional de l’Archéologie) Le domaine de Loupian, le devenir d’une propriété rurale dans la Narbonnaise première du Ve siècle   Jeudi 23 Mars 2017 : Loïc Buffat – Archéologue (SARL Mosaïques Archéologie) Chercheur associé à l’UMR 5140. Occupation du sol dans la cité de Nîmes entre le Ve et le VIIIe s.

    Jeudi 27 Avril 2017 : Archéologie du funéraire (date et titre sous réserve de modifications)     Jeudi 18 Mai : MP Jezegou- Ingénieur d’étude – DRASSM Marseille Les épaves et la permanence du commerce maritime en Méditerranée occidentale durant l’Antiquité tardive.   Jeudi 15 Juin :  Odile Maufras – Archéologue – Ingénieure de recherche – INRAP – Chercheur associé à l’UMR 5140 Nîmes entre Antiquité et Moyen Âge : évocation de l’évolution urbaine (IIe-XIIIe s.).  

Jeudi 21 Septembre : Sylvie Blétry – Maître de conférences en Archéologie et Histoire de l’Art des mondes romains – Université Paul Valéry – Montpellier III  Les enjeux de la frontière de l’Euphrate au VIè siècle : campagnes militaires et constructions édilitaires.

 Jeudi 19 Octobre :  Laurent Savarese –   Responsable du centre de recherche archéologique R. Marichal, Ruscino. Direction du patrimoine historique et archéologique de la ville de Perpignan- Chercheur associé à l’UMR 5140 Ruscino (Château-Roussillon, Perpignan). Entre la fin du royaume wisigoth et la conquête franque VIIe VIIIe s. de n. è. Regards sur les ensembles mobiliers.

  Jeudi 16 Novembre : Benoît Favennec- Docteur en Archéologie- Chercheur associé à l’UMR 5140

« L’artisanat céramique gaulois entre la fin de l’époque romaine et le début de l’époque wisigothique (IVe / VIe siècles) : l’exemple de la Narbonnaise ».

 Jeudi 14 Décembre : Claude Raynaud – Directeur de recherches CNRS – UMR 5140

Maguelone : naissance d’un évêché à la fin de l’Antiquité

 Avec le soutien de :  la Direction Régionale des Affaires Culturelles Occitanie – Service Régional de l’Archéologie

Le Conseil Départemental de l’Hérault- La région Occitanie Pyrénées-Méditerranée

L’Association Archéo’Factory.

Les curiosités du carnaval de Poussan

Parmi toutes les festivités qui marquent chaque année le carnaval de Poussan, certaines sont synonymes de traditions ou de cérémonies. Les plus curieuses sont celles qui se placent le Mardi Gras, avec particulièrement le fameux Branle de la chemise.

Certains anciens ont pu le voir avant la guerre de 40/45. Il survit encore. Tel un livre d’histoire que l’on ouvre chaque année pour vérifier que ce n’est pas un rêve, entre 100 et 200 Poussannais participent ce jour-là à cette curieuse procession qui déroule ses arabesques à travers le village.

Vers 21 h, le Mardi Gras, l’on voit devant les Halles de Poussan, se former une étrange théorie composée d’hommes portant des chemises de nuit et des bonnets de femme, tandis que pour les dames, c’est l’inverse. Chacun porte à la main une bougie protégée maintenant par du papier aluminium.

A la lueur des flambeaux et des lanternes, pendant que les hautbois et les tambours font retentir une trépidante musique, les danseurs sauteurs vont en une curieuse procession traverser le village ancien pour se rendre au Foyer des Campagnes.

Pour certains cette tradition viendrait du Moyen Age, pour d’autres ce serait une survivance unique en France de farces tusculanes, où s’exprimaient la joie des colons du Latium et des vétérans de la 7ème Légion.

Un colimaçon géant va  se former alors pour s’enrouler et s’enrouler encore jusqu’à ce qu’une farandole délirante emporte ses participants dans un tourbillon sympathique, jusqu’à l’épuisement.

Tandis que les musiciens vont reprendre des airs  de chants occitans, les derniers danseurs, main dans la main tourneront encore avant de libérer la piste.

Si quelquefois, l’on a pu voir la danse de  l’échelle pratiqué par des volontaires, la tête entre les barreaux, c’est celle du chevalet sur laquelle vont  se concentrer tous les regards.

Celle-ci se pratique dans de nombreuses localités. Traditionnellement appelé le « cheval-jupon », cette coutume serait d’abord née en Provence ou en Espagne, vers la fin du Moyen-âge et aux débuts de la Renaissance.

A Montpellier, on la retrouve dans la danse du Chibalet qui fait partie de celle des Treilles.
On pensait jadis qu’il s’agissait d’une parodie des tournois. Aujourd’hui, Les avis sont partagés car certains y voit la volonté de domestication du cheval par l’homme tandis que d’autres y voit une allusion au Centaure ou à un vieux mythe où un homme revêtu d’une peau de cheval, coiffé d’une tête, symboliserait une union rituelle.

Pourtant, la danse, réglée comme un ballet, est composée de figures qui se suivent selon un ordre fixe et la coutume est restée tellement ancrée que l’on fabriquait, il y a peu de temps encore, de nouveaux chevaux quand on en avait besoin. Dans certaines communes Ils portent des clochettes et alternativement s’éloignent de leur donneur d’avoine ou le poursuivent ; un serviteur les accompagne avec un chasse-mouche fait d’une queue de cheval. A Poussan, un autre danseur tient la brosse et l’étrille, et enfin le 5ème, à l’arrière, tient une tenaille et un marteau. Il représente le maréchal ferrant chargé de ferrer le cheval.

A Poussan aussi, pour faire honneur au cheval de trait, il est nécessaire que le chevalet soit exécuté correctement. Il faut 5 bons danseurs vêtus avec un pantalon blanc, une chemise et des tennis blancs, un gilet, une cravate et une taillole rouge ainsi qu’un chapeau de paille (canotier).
Alors rendez-vous au foyer des campagnes vers 21 h 30, fin février pour ce ballet dansé dans les règles de l’art.

À l’approche des festivités poussannaises, quelques liens peuvent vous intéresser :

Poussan : cavalcades 2015 et 2016

https://www.youtube.com/playlist?list=PLpEACJ_B6vrnakOWkdMIqixgZKFe7S4P7

Poussan : branles de la chemise 2015 et 2016

https://www.youtube.com/playlist?list=PLpEACJ_B6vrm32lA1TNfbBc_1POIOREfS

Poussan : jugement de Paillasse 2015 et 2016

https://www.youtube.com/playlist?list=PLpEACJ_B6vrnZ2uYeuQDwNgyq9Fh7TfsB

Poussan : réunion publique sur le projet de PLU

Plus de 80 personnes assistaient ce lundi soir à une réunion publique sur le projet de PLU concernant celui de la ville de Poussan, un document de travail qui n’est pas encore finalisé, donc soumis à modifications. La réunion était présidé par la1ère Adjointe au Maire de Poussan et animé par l’Adjoint Délégué à l’urbanisme, à l’environnement et à l’Agenda 21.AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAADSC_0004 (3)

Depuis plusieurs années les services et élus de Poussan travaillent sur le PLU avec différentes structures et institutions (DTM, Etat, ABF, SMBT, Conseil Départemental). La dernière réunion PLU avait eu lieu en 2013. Mais la préfecture avait demandé de suspendre la procédure jusqu’à ce que le SCOT soit opposable.

Le document était présenté par Philippe Faure, chargé d’études, urbaniste de l’Agence information et territoires en comparant celui-ci avec le projet de 2013 avec une échéance de ce dernier à 2030.AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAADSC_0007 (2)

Les objectifs du projet sont liés à 5 thématiques : faciliter le développement agricole et renforcer la fonction agricole sur Poussan, conforter le statut de la ville de Poussan en contrôlant son développement démographique, structurer le tissu urbain, accompagner le développement de Poussan avec en particulier son développement économique et social et enfin, anticiper le développement économique du territoire.

Séquence par séquence, le Projet était développé, avec ses zones protégées, la nécessité d’homogénéisation des règles.

Des précisions étaient données sur le SCOT. Les zones, agricoles, artisanales, et autres étaient étudiées. Il y a eu évolution du zonage avec le déclassement de certaines zones.

Retour sur la chronologie des opérations avec arrêt du PLU le 6 mars 2017. Il passera en Conseil Municipal, puis sera adressé aux différentes structures et institutions.

Délai de 3 mois avant une synthèse en juin, (en principe), puis enquête publique, juste avant ou après les congés d’été. « Il sera soumis à l’enquête publique durant laquelle il sera possible de rencontrer un commissaire enquêteur indépendant et faire des observations qui seront analysées. »

Toujours en principe, approbation possible pour décembre 2017, opposable à tiers fin février 2018…

Le débat était lancé avec des demandes sur les zones définies ou protégées, avec des discussions sur la nature des terrains de la zone est, sur les nouvelles voies d’accès, les places de parking…

L’auditoire très concentré précisait ses premières impressions avant de pouvoir analyser ce projet plus profondément et de noter les observations à l’aide des moyens mis à sa disposition ultérieurement…

Des avis différents étaient donnés sur le développement de Poussan alors que plusieurs questions portaient sur le développement de la viticulture, la construction de hangars agricoles, la cabanisation, les problèmes des terres agricoles sans agriculteurs…

Entre irrigations et transports en commun, la séance des questions se terminait. Tous les documents qui doivent être communiqués le seront soit en consultation à la Mairie, soit par publication sur le site internet de la Mairie et sur son blog.

Compte-rendu audio : http://www.ville-poussan.fr/actualite/reunion-publique-sur-le-plu.html