Un week-end qui s’annonce « fascinant »

Du vendredi 14 au samedi 16 octobre 2022, à l’occasion de l’opération nationale « Un Fascinant Week-End », de nombreuses activités (visites, dégustations, ateliers, balades…) se dérouleront chez les vignerons et partenaires labellisés « Vignobles & Découvertes » de la destination Thau en Méditerranée.AAAAAAFASCCapture d’écran 2022-09-28 135916

Celle-ci qui a misé sur l’alliance « vins et coquillages » pour se différencier, rassemble plus d’une centaine de professionnels (domaines viticoles, mas conchylicoles, restaurants, chambres d’hôtes, gîtes, hôtels ou campings, sites patrimoniaux, ou encore activités de bien-être et de loisirs).

Alors, durant ces trois jours immersifs, laissez-vous « fasciner » par la richesse de nos vignobles à travers ces divers évènements festifs et ludiques, proposés au cœur de paysages exceptionnels.

Téléchargez le programme de l’édition 2022 

Des vendanges qui durent afin de rechercher des conditions de récolte, optimales.

Les vendanges ont débuté voilà 3 semaines mais il faut savoir que certains jours les viticulteurs ne travaillent pas car, soit les cépages de leurs parcelles ne sont pas concernés, soit le degré en sucre ne correspond pas aux attentes des caves coopératives.aaaaanIMG_20220915_183454   

« Certaines vignes ont mûri rapidement et d’autres ont été plus longues à prendre de la maturité (surtout les parcelles gelées en 2021), car trop chargées en raisins. D’autre-part la météorologie a été assez capricieuse les 15 premiers jours de septembre. Il a donc fallu attendre pour « la montée en sucre » ».

Toutefois, les vendanges touchent à leur fin, car il reste principalement les Carignan et les Cabernet rouges, qui ont une maturité plus longue…aaaaanIMG_20220915_183502

Bien que les cépages aient été sélectionnés pour être récoltés au bon moment, le degré est resté moyen.

.La dernière semaine s’annonce belle et sèche. Une belle conclusion pour ces vendanges durant lesquelles il a fallu rester attentif et vigilant pour atteindre les maturités optimales.

Si, il est trop tôt pour établir un bilan sur le secteur, la récolte 2022 s’annonce tout de même bien satisfaisante dans l’ensemble.aaaaanIMG_20220915_183525

La MSA, la sécurité sociale agricole vous informe de l’ouverture d’une ligne téléphonique réservée aux femmes du milieu agricole

La MSA, la sécurité sociale agricole vous informe de l’ouverture d’une ligne téléphonique réservée aux femmes du milieu agricole
 La ligne téléphonique réservée aux femmes du milieu agricole portée par la MSA du Languedoc vient s’inscrire dans la continuité de son engagement auprès des femmes, que celles-ci soient exploitantes, salariées agricole ou vivant sur une exploitation. Elle offre pour ces femmes un lieu d’écoute et de soutien à leurs problématiques, mais aussi des possibilités de réponses, d’informations et d’orientation auprès des services concernés et des partenaires, si nécessaire.Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’m santé famille retraite services L'essentiel plus encore numéro vert 0800 104 042 Lundi 9h 12h Jeudi 13h30- 16h30 Lieu d'écoute et de réflexion sur la création d'actions pour les femmes! avec Ligne téléphonique spécialement dédiée aux femmes héraultaises du milieu agricole: exploitantes, salariées agricoles ou vivant sur une exploitation ??? SUPPORT’

Des vendanges manuelles pour certains viticulteurs de Poussan

aaafffIMG_20220903_102633 Les bennes  circulent sur les routes et sur les chemins tout autour de Poussan. depuis le 15 août Très tôt, le matin, l’on peut identifier le son particulier émis par les moteurs des machines à vendanger. Pour les viticulteurs qui en utilisent elles tournent à plein régime, certains jours, en fonction des cépages demandés par les caves coopératives. rinsaP1280699

Ce samedi, pour François, c’était tout autre chose bien que pour certaines parcelles il vendange lui aussi avec la machine. Pour ses « Grenache », sur une parcelle de « La Bataille »,  il préfère vendanger à la main avec des amis et sa famille car  il souhaite porter beaucoup d’attention aux grappes, un traitement particulier, à l’ancienne avec des sécateurs pour prendre soin des grains.

D’après les mesures du degré, cela devrait donne au moins du 13°.  Ce sont les caves qui fixent les caractéristiques des récoltes du jour, et celle d’Ormarine ne déroge pas elle fixe les jours d’ouverture en fonction des cépages. Et aujourd’hui, pour François qui est rattaché à « Ormarine », il fallait s’y mettre et amener sa benne de Grenache bien remplie à Villeveyrac » et y être avant midi. En fonction de prélèvements il sait que la récolte du jour correspondra aux attentes de la cave.aaafffIMG_20220903_102738

Dans quelques jours, François et ses amis s’y remettront pour les « Syrah et les Carignan », en adaptant toujours le mode de vendanges à la structure et à l’état de ses vignes qui sur ses 2 hectares n’ont pas trop souffert de la chaleur estivale, mais  en s’adaptant aussi aux contraintes techniques, économiques et qualitatives..

De bonnes vendanges qui rappelleront à certains de très bons souvenirs…

Des vendanges toujours partagées pour Jeannot et sa « colle » : une belle amitié

    En ce début septembre, au matin, l’on pouvait apprécier des vendanges manuelles sur une parcelle de Jeannot Gil-Catala, en allant vers Gigean,  à Ria avec une « colle »+ motivée, une équipe de vendangeurs composée d’amis (es)… Plusieurs Poussannais (aises) à la manœuvre, comme Josette, Dany, Ginette, les 2 Philippe….

Dans une bonne ambiance, à l’ancienne car la superficie du terrain s’y prêtait, Jeannot et ses amis ont coupé cette année encore des grappes de merlot avec toujours un degré très élevé. Du 14°. Une récolte qui partait directement à la cave coopérative Cournonsec Montagnac : une récolte supérieure à celle de l’an dernier et surtout presque le double de celle de 2020. Extraordinaire. Il a réalisé 4 voyages avec une benne très bien remplie. Les dernières pluies depuis le 15 août ont été très bénéfiques.tone_DSC8811

De belles baies et de jolies grappes de merlot, un cépage rouge, aux petites baies noires, apparu à la fin du 18ème siècle.

« De couleur sombre et dense, avec des arômes de fruits rouges et noirs et une superbe palette aromatique, le merlot se transforme au cours de son vieillissement pour laisser place à des notes de pruneaux, de sous-bois, d’épices. »

Du plaisir, de la camaraderie et des gestes qui rappellent le bon vieux temps. Et puis au bout de l’effort le réconfort…Raisin, Merlot Vin, Grappe Raisin

+ Colle : groupe de vendangeurs de coupeurs, hommes transporteurs de comportes,  homme presseur de raisin dans la comporte, 1 videur de seaux, en principe..

C’est bien parti pour les vendanges, à Poussan

Que les viticulteurs soient coopérateurs à Ormarine ou à Montagnac-Domitienne, ceux de Poussan ont attaqué les vendanges.

Pour certains ce fut ce mardi 23 août, dès 3 h du matin, afin de « rentrer » les Chardonnay à la fraîcheur.

Cela permet en effet  d’éviter les grosses chaleurs tandis que les raisins sont frais au moment de la vinification. Il faut s’adapter avec ces vendanges bien précoces.verDSC_0013 (12)

Le degré alcoométrique était alors de 13° ce qui correct par rapport à la demande de la cave, pour Montagnac Domitienne…

Un des viticulteurs nous précise : « Alors que les chardonnay seront récoltés tout au long de la semaine, les Sauvignon blancs, se terminent sur le secteur Montbazin,Gigean… »

Pour l’instant, les quantités à l’hectare semblent satisfaisantes vu cette année de sécheresse.

Les deux orages consécutifs du 15 août ont été bénéfiques et ont permis d’amener les raisins à maturité.cuisiIMG_20200819_082733

Et pour Montagnac-Domitienne, s’enchaîneront ensuite en fonction des degrés, les Merlot précoces et les Syrah, car l’objectif est de cueillir les raisins en sur-rmaturité, vu la demande du marché.

Il faut compter environ 3 semaines de récolte .

Si les Cabernet et les cépages tardifs seront certainement les derniers cueillis, les viticulteurs suivront au mieux la maturité des différents cépages pour optimiser la récolte.Sponsored image

Qu’est-ce qui a forgé la personnalité de Poussan ?

Poussan avec un territoire communal vaste d’un peu plus de 3000 ha occupe la partie la plus méridionale du Bassin de Montbazin qui forme une sorte de couloir bordé au nord par la montagne de la Moure et au sud par le massif de la Gardiole.

Au milieu du XIX ème siècle il avait été écrit : « Sol béni du ciel et fécondé par les hommes, Poussan se suffit à lui-même. Entre la voie Domitienne et la route de Lyon à Béziers, Poussan côtoie la Méditerranée, entretient d’incessantes relations avec le port de Cette et ses magnifiques vignobles émaillés de champs fertiles et d’olivettes lui valent d’abondantes récoltes. »

De nos jours, les choses ont bien changé mais historiquement, ce sont les voies de communication, l’ouverture sur l’étang, les qualités agronomiques du terroir  et les ressources de la garrigue qui ont forgé la personnalité de la commune.

Le bassin géographique joue en effet le rôle d’un couloir entre Montpellier et l’étang de Thau avec les principaux axes du Languedoc.

Le plus ancien serait la voie Héracléenne tracée selon la légende par Héraclès. En 218 avant J-C, Hannibal choisit de l’utiliser et pour de nombreux chercheurs, et la voie Domitienne reprendrait intégralement la précédente. Elle traverse le territoire communal en biais, du Nord-est au Sud-ouest passant au pied du Puech Gayes qui fut occupé par un oppidum protohistorique. Ce fut une route à caractère « international ». La via Domitia a été construite à partir de 121 avant J.C. Les traces visibles aujourd’hui appartiennent à celle-ci, une voie bien rectiligne qui fut rapidement modifiée pour le commerce.

_______________________________________________________________________

D’ailleurs pendant l’époque médiévale les chemins de pèlerinage (camin romieu) et plus tard au XVI ème le chemin de la Poste préféreront un parcours plus méridional, passant par Gigean et Bouzigues. Il sera repris par la RN 113 puis par l’autoroute A9.

Car si avant, l’étang touchait le camin Romieu, cette partie s’est comblée lentement. Mais l’on sait que parmi les Poussannais il y avait alors des pêcheurs qui l’utilisaient . D’autres s’en servaient pour les algues.  De plus, le réseau hydrographique et lui aussi bien développé, avec plusieurs  sources et de nombreux puits dans la commune. Si la Lauze qui traverse Poussan devait être en eau une bonne partie de l’année, le cours d’eau majeur de la commune reste La Vène. A Poussan, au XIX ème siècle, la rivière était assez puissante pour actionner six moulins entre Montbazin et Balaruc, dont celui de Frescaly, encore visible.

A Poussan, elle assurait l’irrigation de 30 ha de terres selon Marc Lugand qui aidé par Alain Degage, Jean-Paul Lacanal et Jean Laforgue a écrit un livre sur l’histoire de Poussan.

Et l’ouverture sur l’étang procure bien des richesses comme les algues, la salicorne (savon) mais surtout le sel, qui était utilisé par les Poussannais.

Certaines enquêtes comme celle de 1744, par l’intendant du Languedoc, le précisent.

Côté agricole, le bassin de Montbazin est né pendant l’ère tertiaire (35 millions d’années). Il a été submergé par la mer miocène (23 millions d’années) puis par la mer pliocène (5 millions d’années) avec une phase de volcanisme et des glaciations à l’ère quaternaire. Avec la remontée du niveau de la mer (18 000 ans) et la formation du cordon littoral (vers 6000 ans), la Vène édifiera un petit delta avec des marécages et des étangs.

Avec successivement des dépôts de coquilles brisées et de marnes, le bassin agricole ainsi formé ne sera pas parfaitement uniforme. Les promontoires serviront aux installations humaines et des zones entières resteront elles aussi boisées.

D’un point de vue agronomique les sols se prêtent à plusieurs cultures et avant que la vigne ne domine, celle des céréales était prépondérante au XIX ème siècle comme au Moyen Age.

Pourtant la vigne était bien présente à Poussan dès l’antiquité, occupait 1/3 des terres en 1630, et n’a culminé qu’au début du XX ème siècle.

Quant aux reliefs, il faut savoir qu’il y a 35 millions d’années, les vagues de la mer touchaient le bas de Moure. Tout a bien changé, les reliefs jurassiques constituant un milieu assez ingrat avec le rocher omniprésent, avec une terre rare, une végétation pauvre et l’eau souvent absente.

En 1870, après plusieurs dons et ventes qui avaient déjà eu lieu, la commune accepte de vendre des terres de garrigue à ceux qui l’on fécondée de leur sueur. La population ouvrière put alors trouver une augmentation de ses revenus  et espérer ainsi accéder à la propriété.

Constructions de murailles et de capitelles se succéderont car les parcelles étaient souvent éloignées de Poussan. Les cultures resteront donc limitées : Celle de la vigne et celle de l’olivier seront dominantes.

Il faut y ajouter l’élevage de troupeaux d’ovins, avec plus de 12 bergeries signalées par le plan cadastral napoléonien et près de 5000 bêtes à Poussan.

L’industrie de la Pierre se développa aussi avec des carrières qui furent nombreuses comme au XIX ème siècle où les ouvriers ont œuvré pour le développement de Sète. S’il en subsiste aujourd’hui, le travail de la pierre pour les meules rotatives et pour la chaux a quant à lui totalement disparu

Faisant souvent débat, causant de multiples désagréments, la garrigue attire et fascine car elle provoque un sentiment de liberté qui est combattu par une volonté tenace de domestiquer la nature.

——————————

Attachés à leurs terres agricoles et aux ressources liées à la garrigue, avec une ouverture sur l’étang et des liens privilégiés avec Sète, utilisant les voies de communication qui leur étaient offertes, aussi, les Poussannais se sont toujours adaptés pour vivre et pour certains survivre dans la commune en utilisant au mieux ce que le territoire communal leur offrait.

 

Bientôt le début des vendanges pour les coopérateurs du secteur, de Montagnac Domitienne

Les vendanges à Poussan devraient commencer pour les viticulteurs coopérateurs de Montagnac Domitienne sur le secteur de Poussan-Montagnac le lundi 22 ou le mardi 23 août .Sponsored image

Illustration

Avec ces dernières pluies les raisins sont gorgés d’eau.

Sur le secteur de Montagnac les viticulteurs ont commencé à rentrer les Sauvignon blancs.

Mais sur le secteur de Poussan-Montbazin-Gigean le degré satisfaisant n’est pas encore atteint..

Les dernières intempéries ont modifié toutes les données et donc le calendrier prévisionnel.

Sur le secteur, les premiers Chardonnay » devraient être rentrés lundi ou mardi en fonction des analyses.

Des vendanges bien précoces, suite aux chaleurs de cet été, avec dix jours d’avance par rapport à  2021…

 

IllustrationSponsored image

Vous n’avez toujours pas profité de l’opération Viti Foliz ?

La période des vacances, c’est le moment idéal pour vous faire plaisir et en faire profiter vos proches.. avec modération. Plus d’infos sur le site de Keetiz => https://www.keetiz.fr/vitifoliz
Vous n’avez toujours pas profité de l’opération Viti Foliz qui vous rembourse à hauteur de 30% de vos achats de vin (jusqu’à 60 € par caviste et par jour) ?
Le principe est pourtant très simple, il vous suffit de télécharger simplement sur votre smartphone l’application Keetiz. Il est également possible de cagnotter par CB pendant les Estivales de Thau, tous les jeudis de l’été, directement auprès des stands de vente de vin. Cette semaine, ce sera à Balaruc les Bains. Alors faites-vous plaisir !

 

La Vigne est en alerte « Orange »

aviIMG_20220720_120615Vu les températures que notre Département de l’Hérault subit depuis  deux semaines, la vigne qui jusqu’à fin juin s’était très bien développée, commence à donner des signes de souffrance. Si certaines souches ayant subi des chocs thermiques les années précédentes se meurent, l’on peut constater actuellement, ce 20 juillet, l’échaudage de certains raisins plus ou moins marqués selon les cépages et l’exposition.aviIMG_20220720_114802

Les 41° du vendredi 15 juillet, à 19 h, ne leur ont pas de fait de cadeau. Comme le précisent les viticulteurs, pour limiter le phénomène, il est conseillé de ne plus écimer…

Ainsi les raisins seront mieux protégés des rayons du soleil qui peuvent les atteindre.aviIMG_20220720_115017

Toutefois, il ne faudrait pas que les températures dépassent encore les 41° car les dégâts seraient irrémédiables sur certaines parcelles plus exposées, comme en juin 2019.

D’autant que les réserves d’eau de l’Hiver (en sous-sol) s’épuisent rapidement vu la multiplication des épisodes caniculaires.aviIMG_20220720_114922

Si, par arrêté préfectoral, il reste un traitement à effectuer pour préserver la vigne d’un insecte ravageur qui détruit le cep,( la flavescence dorée), l’avenir de la récolte dépendra des vicissitudes et des caprices du temps…

Il faut espérer qu’il ne soit pas trop coléreux…