La CUMA du Clapas, c’est aussi de l’amitié

Ce samedi 29 septembre à midi, rendez-vous pour tous les viticulteurs de la CUMA du Clapas, chez l’un d’entre eux.

Depuis de nombreuses années, les viticulteurs de la CUMA devenus plus nombreux au fil des ans ainsi que tous  les chauffeurs et leurs épouses, fêtent la fin des vendanges autour d’un bon repas bien convivial.clapasP1140461

Pour 2018, apéritif  en plein air et un bon menu pour le repas accompagné bien-sûr par des bons vins des terroirs de la voie Domitienne.

Car si dans une CUMA l’on partage le matériel et les efforts il est bon de savourer le plaisir de travailler entre amis et de se rencontrer entre passionnés de viticulture.

D’autant que les vendanges ont été bien satisfaisantes avec de très belles journées sans souci météorologique, un degré vraiment correct et de la quantité suivant les catégories et les cépages pour ceux qui ont réussi à contrôler le mildiou. De nombreux voyants sont au vert en attendant une réunion bilan à la cave des Coteaux de la Voie Domitienne, quant au millésime 2018 il devrait être très bon mais il est bien trop tôt pour se prononcer.

Seul souci actuel… Le manque d’eau qui commence à se faire sentir. Un peu de pluie permettrait à la vigne de récupérer avant de rentrer dans l’hiver.

Au Domaine de Roquemale, la passion tout d’abord

roqueCapture

Le Domaine de Roquemale s’étend à Villeveyrac, au pied des éoliennes, entre l’ancienne mine de bauxite et les garrigues plus au nord. Un site magnifique. Le fameux viaduc qui caractérise le site vous montre le chemin à suivre. La Nature est reine à cet endroit : entre les figues de barbarie, les plantes de la garrigue toute proche, le fenouil, les olives et la vigne, tous les sens sont en éveil et surtout au petit matin.

 roquelmoCapture

Pour Valérie et Dominique,  vignerons de Villeveyrac propriétaires de Roquemale, depuis fin août c’est le temps des vendanges. Cette année encore, les maturations avançant, les vendanges ont pu démarrer il y a plus de 3 semaines. Des matinées, surtout pour les Blancs.

roquezrCaptureAvec certains jours sans vendanges, si nécessaire, pour attendre le meilleur moment.
Si leur production de vin est labellisée Agriculture biologique c’est bien parce qu’ils acceptent toutes les contraintes relatives à ce genre de production.

Mais quelle récompense avec des vins qualifiés de structurés et élégants, très frais, digestes !
Les Terrasses, Sans Filet ou le les Rocs Blancs seront excellents pour l’apéritif ou sur de petits plats, tandis que les rouges plus structurés Les Grès, Lema ou Mâle, s’associeront parfaitement avec une pièce de viande.

Que de travail en amont :   si les cépages du domaine sont la Syrah, le Grenache, le Cinsault, l’Alicante, le Mourvèdre, la Marsanne, la Roussanne, le Vermentino, le Grenache Blanc, et le Viognie, Roquemale ou « Mauvaise Roche », est un berceau idéal pour des vignes qui produisent peu de raisins mais avec une très bonne maturité.
Valérie nous précise que ce qui compte ce n’est pas spécialement le degré au moment de la cueillette manuelle, mais les conditions dans lesquelles l’on procède, plutôt avec de la fraîcheur,  ou au petit matin en surveillant la maturité phénolique. Ainsi, ils pourront conserver l’intégrité des baies et apporter à leur vin le maximum d’arômes. Souvent chaque parcelle est vinifiée séparément.

Avec leurs 10 cépages, Dominique et Valérie sauront tirer le meilleur du Millésime grâce à des assemblages. Mais auparavant il faut égrapper, légèrement fouler ou presser, tester. Après, entre la durée des macérations en cuve et les élevages en cuve ou tonneau, une longue alchimie va s’opérer dans la cave pour donner aux vins la structure souhaitée.

roquzP1140418

Et Dominique est intarissable sur ce sujet qu’il maîtrise très bien depuis bien des années, d’autant qu’il agit avec passion et amour pour donner le meilleur de sa récolte.

roquzP1140404« Pour les rosés et les blancs, c’est toujours avant 10 h à cause de la chaleur sinon nous vendangeons en fonction de chacun des cépages en terminant par les tardifs. Les Mourvèdre pour finir. Sur le site, ou En cave, l’on suit l’évolution dans les vignes par des prélèvements, en observant l’évolution du degré, de la maturité, mais aussi en regardant et touchant la grappe et même les pépins. Nous rentrons en cave, cépage par cépage, et ce mercredi matin ce sera pour du rosé. »

Le Domaine possède du matériel adapté et récent.

La benne équipée d’une vis sans fin arrive donc remplie de raisins.

Grâce à un système hydraulique, la benne se met à niveau,  sa vis se met à tourner (système électrique), elle se surélève et les grappes vont se diriger vers l’égrappoir pour retirer la rafle et ne laisser que les grains. Si la rafle retournera au sol, dans les vignes, pour l’enrichir, le reste prend la direction des cuves pour les rouges ou du  pressoir pneumatique pour les blancs et les rosés.

Car les rosés et les blancs vont fermenter liquides. A l’opposé les rouges fermentent avec les grains, la pulpe et les pépins et vont macérer de 5 à 20 jours .Cette période permet d’extraire, les arômes, les  polyphénols, les anthocyanes, les tanins …..

 « Les tanins sont des substances végétales de la famille des polyphénols, le plus souvent hydrosolubles, d’origine végétale et qui possèdent la capacité de précipiter les protéines, alcaloïdes et polysaccharides, à partir de leur solution aqueuse. et Le tanin dans le vin est une combinaison organique d’acide tannique et de glucose. Du point de vue chimique, les tanins sont des composés phénoliques de natures différentes selon qu‘ils se trouvent dans les tigelles, la peau, les rafles ou les pépins. »

Ensuite rajoute Dominique : « Le processus est le même depuis des décennies mais avec des outils plus modernes qui nous permettent de mieux maîtriser les choses. C’est ainsi que l’on peut ralentir la fermentation alcoolique grâce au froid avec des « drapeaux », des blocs réfrigérants en inox plongés dans les cuves qui  refroidissent les liquides jusqu’à 12°C. D’autre-part cela permettra aux dépôts d’aller au fond de la cuve, avec un jus clair à partir de 24 ou 36 h.

roquzP1140410

L’on reste très vigilant en contrôlant la fermentation au moins deux fois par jour avec un mustimètre qui est est un densimètre utilisé par les vignerons pour évaluer le taux d’alcool probable de leur vin. (http://webetab.ac-bordeaux.fr/Etablissement/LJRudel/svt/sxp-98/98s1b.htm). Et deux fois par semaine l‘oenologue passe pour réaliser des analyses sur la plupart des cuves. En outre, à tous les niveaux, la dégustation est primordiale pour vérifier que tout se passe bien et intervenir si nécessaire. »

Il faudra compter environ une semaine pour les rouges et 15 jours pour les rosés.

Pour les rouges, il faudra bien-sûr décuver à la fourche, presser et on obtient ainsi un jus de coule et un jus de presse que l’on assemble ou pas !

Dominique laissera ensuite vieillir le tout en réalisant régulièrement des analyses. Si le plus dur est fait, le plus fin reste à venir avec des assemblages qui permettront d’obtenir en principe le vin désiré, sachant que d’une année sur l’autre avec la même composition, le vin n’aura pas les mêmes propriétés (Météo, quantité, degré, fermentation… Font la différence… D’où de bons et d’excellents millésimes.

roquzP1140415« En fin de compte, nous sortirons 8 cuvées différentes de la cave. Chacune a ses caractéristiques et pour l’instant elles sont toutes appréciées. » Conclut Dominique qui est toujours en lien avec Valérie par téléphone pour gérer le temps et la logistique. »

Nos vignerons sont de vrais artistes qui grâce à la palette de leurs cépages sauront créer des oeuvres qui de plus, pour notre plaisir, pourront être appréciées par nos papilles et les éveiller. Cette année encore,  grâce au micro-climat qui caractérise leurs 12 Ha, avec un mildiou assez bien maîtrisé et une météo clémente durant ces vendanges,  Valérie et Dominique sont confiants quant à la qualité de la récolte. Une palette haute en couleurs certainement.

Pour en savoir plus : DOMAINE DE ROQUEMALE

http://www.notrecave.com/41_domaine-de-roquemale?gclid=CLD42tjrgc8CFQaNGwod_00Jow

Dominique IBANEZ & Valérie TABARIES

34560 VILLEVEYRAC – France

Des vendanges conviviales pour Jeannot et sa « colle » d’amis

    tone_DSC8811Ce vendredi matin, vendanges manuelles sur une parcelle de Jeannot Gil-Catala, en allant vers Gigean à Ria avec une « colle » motivée, une équipe de vendangeurs composée d’amis (es)… Odette, Ginette, Pierre, Gilbert, Arlette….. Une dizaine de Poussannais à la manoeuvre.

Dans une bonne ambiance, à l’ancienne car la superficie du terrain s’y prêtait, Jeannot et ses amis ont coupé des grappes de merlot (15°). Une récolte qui partait directement à la cave coopérative : à peu près, une tonne 180 kg, soit 200kg de plus que l’an dernier.tone

Le merlot est un cépage rouge, aux petites baies noires, apparu à la fin du 18ème siècle.

« De couleur sombre et dense, avec des arômes de fruits rouges et noirs et une superbe palette aromatique, le merlot se transforme au cours de son vieillissement pour laisser place à des notes de pruneaux, de sous-bois, d’épices. »

Du plaisir, de la camaraderie et des gestes qui rappellent le bon vieux temps.

Et le plaisir est toujours le même pour ces vendangeurs heureux de partager une matinée dans l’effort mais aussi dans le réconfort.tone_DSC8830

+ Colle : groupe de vendangeurs de 8 coupeurs, 2 hommes transporteurs de comportes, 1 homme presseur de raisin dans la comporte, 1 videur de seaux.

 

A Poussan, de bien belles vendanges

gniP1130529  Des conditions idéales en ce moment pour des vendanges qui sont correctes en quantité, mais exceptionnelles au niveau du degré.

« Que cela continue », précisent les viticulteurs poussannais, du moins ceux qui ont pu grâce à des traitements raisonnés passer au travers du mildiou qui a été galopant cette année.gniP1130522

« Pluie du printemps et humidité ensuite, conjuguées avec chaleur » ont donné un résultat bien satisfaisant, et si l’on ne peut comparer avec la récolte de l’an dernier (gel), celle de 2018 s’annonce bien satisfaisante avec des « Merlot » et des « Syrah » qui oscillent entre 14° et 15° et qui ont produit un maximum du côté de l’Olivette.

D’excellentes conditions qui motivent les viticulteurs. Si à partir du 10 septembre, avec l’ouverture générale de la cave des Terroirs de la Voie Domitienne, chacun pourra vendanger en fonction de la maturité de la vigne dans ses parcelles, pour l’instant l’on suit un programme établi et vendredi ce sera une matinée spéciale pour le « Rosé » avec la récolte des « Cinsault, grenaches et Caladoc », ce dernier étant un croisement obtenu en 1958 entre le grenache noir et le côt ou malbec.gniP1130527

« Le Caladoc donne un vin de garde très corsé et typé, rond, chaleureux, avec une couleur intense et une structure tannique très intéressante : les tanins très présents sont à la fois souples sans amertume et fins. Il permet également d’obtenir des vins rosés, fruités et équilibrés. Propension toutefois a une acidité volatile. Arômes de framboise, épices, … »

Que le temps se maintienne et tout ira très bien…GNI

 

Vendanges : c’est parti depuis quelques jours

lionCaptureEn fonction des prélèvements effectués par des viticulteurs coopérateurs dans leurs vignes, la cave coopérative des Terroirs de la Voie Domitienne, comme les autres, établit un programme pour les vendanges. C’est donc en fonction de ceux-ci que Lionel, Guilhem, Régis, Frédéric et d’autres viticulteurs de Poussan ont entamé les opérationsScreen Shot 09-03-16 at 07.22 AMAprès une première ouverture pour certains blancs, c’est au tour des « Sauvignon » depuis mercredi, jusqu’à vendredi.

Tout a commencé par les « Chardonnay » ce lundi, avec un degré de l’ordre de 14° et des quantités satisfaisantes.

Grâce à l’humidité, et aux dernières chaleurs, si aucun élément majeur ne vient troubler cette période, pour ceux qui ont réussi à contrôler le mildiou ce devrait être une bonne année.

Ce  vendredi, les « Merlot » pourront être aussi cueillis : Le Merlot fait partie de la famille des Carmenets. Il pourrait venir du vignoble du Libournais où il est cité pour la première fois en tant que « merlot ». Son nom pourrait provenir du merle (en occitan, le merlòt est un petit merle) de par sa couleur noire comme les merles, ou du goût de ces derniers pour le raisin.

Il n’est formellement identifié comme cépage qu’au XVIIIe siècle. Il apparaît en 1789 dans la collection du jardin du Luxembourg sous le nom de bigney rouge.

Sa sensibilité vis-à-vis de la coulure en fait un cépage de seconde catégorie. C’est le phylloxéra qui va provoquer son essor. Le greffage du malbec N donne une grosse production de raisins, aqueux et très sensible à la pourriture. C’est donc le merlot N qui va lui succéder pour apporter rondeur, finesse et complexité au cabernet-sauvignon N. La sélection clonale va améliorer sa régularité de production dans les années 60. Il devient alors un cépage facile à cultiver et à vinifier, donnant un vin complexe, facile à boire et qui ne nécessite pas de long vieillissement, même s’il se conserve longtemps.

Si pour la cave des Terroirs de la Voie Domitienne, l’ouverture générale sera le 10 septembre comme pour la plupart des caves de la Région, dès le 3,  les « Syrah » aussi seront concernées : la Syrah de France est le cépage puissant et épicé par excellence. « Il rapproche avec style les femmes et les hommes »  car il donne un vin envoûtant aux arômes, de mûre, poivre et violette…

En attendant quelques observations par Lionel : « degrés et quantités sont satisfaisants. Toujours en fonction de la gestion du mildiou, ce devrait être correct si nous continuons à vendanger dans de bonnes conditions météorologiques. »

Bonnes vendanges.

Des triplées et un anniversaire au Mas d’Aimé

suzaP1110523C’est fait. Depuis les vendanges 2017, ils étaient en préparation. Si cela avait débuté il y a quelques semaines, le Mas d’Aimé a le plaisir de vous annoncer la naissance de ses dernières triplées, qui se sont multipliées car ce 8 août, leurs 3 papas ont finalisé leur mise en bouteille :

Tout d’abord les triplées :

* Adélaïde 2017
* Jeanne 2017
* Suzanne 2017 100% Chardonnay, une nouvelle cuvée prometteuse à découvrir !

Et un rouge de cuve, la cuvée anniversaire « 20 ans-40 ans ».

 Ce mercredi matin régnait au Mas d’Aimé une effervescence particulière dès l’arrivée du camion de l’entreprise Cammas, spécialisée en Produits Oenologiques et Articles de Chais. Une unité mobile s’intégrant parfaitement aux besoins tout en respectant le vin : embouteillage, étiquetage…

Et ce fut ensuite le conditionnement pour les heureux papas. « N’hésitez pas à leur rendre visite à la cave à l’occasion, ils seront ravis de vous les présenter !« , Avenue de Bédarieux, à Poussan.

Le Facebook : https://www.facebook.com/masdaime/

La vigne sous surveillance

trepP1110306Au niveau phénologique, la vigne en est actuellement au stade de la véraison, avec une petite semaine de retard par rapport à une année 2017 précoce mais cela la place donc dans un cycle normal. En effet, la vigne semble bien résister à la canicule actuelle grâce à d’importantes pluies printanières et suivant les sols elle continue même à pousser.

« Il faut s’attendre donc à une récolte correcte sur Poussan, dans tous les cépages, pour les viticulteurs qui n’auront pas été trop impactés par un mildiou galopant. »

« Celui-ci a pu rapidement se développer toute la saison grâce à l’humidité, depuis fin avril »

Le mildiou est un nom générique qui désigne différentes maladies cryptogamiques, c’est-à-dire des maladies causées aux plantes par des champignons parasites.

Il existe non pas une mais plusieurs formes de mildious, qui sont causées par différents champignons microscopiques, par exemple :
Plasmopara viticola qui attaque la vigne.trepP1110310
Phytophthora infestans qui attaque la pomme de terre et la tomate

D’autres champignons provoquent des dommages comparables sur les laitues, les rosiers ou les carottes.

Ces champignons parasites se développent très rapidement en cas d’humidité élevée et de températures comprises entre 12 et 25°C. Ils produisent des spores qui assurent la propagation de la maladie. Ils sont même capables d’hiverner sur les résidus de plantes mortes et de repartir au printemps suivant.

« Il a fallu traiter raisonnablement mais régulièrement avec des produits systémiques pour proposer à chaque étape les nouvelles pousses. »

« Par contre, actuellement, l’on traite contre le ver de grappe qui est un ravageur de la vigne de l’ordre des lépidoptères. Le papillon mesure de 5 à 8 mm de long et de 10 à 13 mm d’envergure : il est légèrement plus petit que cochylis. Il possède une touffe d’écailles sur la partie dorsale du thorax. Les ailes antérieures sont bleutées avec des taches sombres et les ailes postérieures sont grises. Et il faudra s’occuper de la cicadelle de la flavescence dorée (La cicadelle de la flavescence dorée qui ne cause aucun dégât direct mais elle est vectrice du phytoplasme de la flavescence dorée. Cette maladie cause aux ceps infectés des symptômes graves, décoloration foliaire, non aoûtement des bois, dessèchement des bois entraînant la mort du cep.) ainsi que contre le ver de grappe (papillon, dont la taille varie selon 3 espèces). »

L’on traite aussi avec du cuivre, quand nécessaire pour maintenir le feuillage de la vigne atteinte par le mildiou.

Question météorologie, que le beau temps continue sans chaleurs excessives.

Rendez-vous vers le 25 août pour commencer à préparer les vendanges.

 

 

Prix des terres agricoles : le nouveau barème est paru

Illustration 1Crédits : © pixabay

Illustration 1 undefined

Un barème indicatif de la valeur vénale moyenne des terres agricoles et des prairies naturelles est publié chaque année par arrêté. Il s’applique aux terres agricoles, parcelles ou exploitations entières, non bâties, destinées à conserver, au moment de la transaction, leur vocation agricole.

Ce barème permet d’avoir une vision indicative des prix pratiqués lors des transactions effectuées dans chaque région.

Sont ainsi observés, les prix hors taxes, frais d’acte non compris :

  • des terres libres de tout bail, ou dont le bail est résilié dans l’acte de vente, à partir de 70 ares ;
  • des terres louées totalement ou en partie, et d’une superficie supérieure ou égale à un seuil adapté aux particularités de chaque département, seuil inférieur à 70 ares ;
  • des terres à la vente dans les départements d’outre-mer ;
  • des vignes à la vente.

La valeur dominante correspond au prix le plus souvent pratiqué tel qu’il a été constaté ou estimé.

Pour une réponse plus précise, il est nécessaire de contacter la chambre d’agriculture de votre département ou un notaire.

Les valeurs maximum et minimum (ou moyenne des prix hauts et moyenne des prix bas selon les tableaux) correspondent respectivement aux prix pratiqués pour les terres les plus chères et les moins chères, compte tenu des conditions locales du marché.

Les Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) ont mis en ligne une base de données des ventes (caractéristiques des biens et prix) enregistrées sur les différents marchés fonciers ruraux, canton par canton : terrains à destination agricole, bois et forêts, landes, friches, étangs, terrains à bâtir (accès payant).

Vignes : c’est maintenant l’humidité qu’il faut surveiller !

lioP1040092 Dès les premières chaleurs, la vigne s’est mise à pousser très rapidement car, conjuguées à l’humidité ambiante de ces 15 derniers jours, elles ont déclenché le processus qui n’attendait que ça.

Et depuis, malgré des sols gorgés d’eau, les viticulteurs doivent s’adapter et travailler à l’ancienne ou encore, trouver des solutions innovantes, car les tracteurs et certains gros engins ne peuvent pas rentrer dans certaines parcelles.lioP1040090

C’est ainsi que des quads de loisirs ont été reconvertis et se sont adaptés pour assurer certaines opérations.

En effet, labourer, désherber, finir de broyer et surtout traiter contre le mildiou sont actuellement à l’ordre du jour.lioP1040094

A noter que pour les vignes impactées à 100% par le gel, l’an dernier, la sortie est correcte, tandis que pour d’autres, dont le bois mort n’a pas toujours pu être détecté, la sortie est plus irrégulière.

Durant le mois de mai, la vigilance s’imposera donc…

10 avril, Assises de l’oenotourisme 2018

assiCaptureassi22Capture

C’est au Château de  Girard, Rue de Girard, 34140 Mèze, le mardi 10 avril 2018, à 9h, que se tiendra la sixième édition des assises de l’œnotourisme.

Ces rencontres réunissent plus de 120 professionnels qui se mobilisent pour participer aux tables rondes et aux échanges, autour d’une problématique commune : le Pays de Thau.

Vignerons, conchyliculteurs, restaurateurs, hébergeurs, agences réceptives, guides touristiques et représentants des structures de tourisme et de loisirs peuvent ainsi faire un bilan des actions menées en 2017 avant de lancer des pistes pour développer l’attractivité du territoire.