Début officiel des vendanges à Poussan.

Pour les viticulteurs poussannais, ce mercredi marquait le départ officiel pour les vendanges. Ouverture générale pour les caves Ormarine et pour celle des Terroirs de la Voie Domitienne.verDSC_0013 (12)

Avec les dernières petites pluies, la chaleur, et avec une maturité précoce pour les raisins les viticulteurs coopérateurs à Ormarine avaient déjà commencé il y a quelques jours.Pour ceux des Terroirs de la Voie Domitienne, si la cave avait fait rentrer les Sauvignon blancs, à partir d’aujourd’hui c’était bien lancé avec les Chardonnay puis avec d’autres cépages en fonction des échantillons analysés. Les Merlot devraient être concernés très rapidement. Un très bon degré : entre 13° et 14.verDSC_0018 (11)

L’agenda des événements œnotouristiques en Occitanie

Du 1er mai 2017 au 30 avril 2018

Découvrez l’agenda des événements œnotouristiques en Occitanie qui vont se dérouler du 1er mai 2017 au 30 avril 2018.

Fêtes, marchés, festivals, dégustations, balades gourmandes, ateliers, vendanges… cet agenda vous propose de découvrir les manifestations diverses et variées liées au vin pour éveiller vos papilles et vous divertir dans une ambiance conviviale.

Plus d’information :
www.lrmp.chambagri.fr

Découvrez le Club Oenotourisme et les Routes Œnotouristiques Sud de France

Pour Lionel, la récolte sera bien moyenne

vigneDSC_0007 (12)Cette année, au printemps, la commune de Poussan a été très impactée par le gel qui fut ravageur pour la totalité des cépages, sur certaines parcelles qui ne seront même pas vendangées car il n’y a pas eu de sorties de grappes secondaires ou très peu.vigneDSC_0002 (13)

« Mais en 2017, de toute façon, ce sera moyen en récolte, bien moins que l’an dernier à Poussan. »

Pourtant la pluviométrie de l’hiver a été correcte et régulière, celle du printemps aussi.

vigneDSC_0006 (12)Pas de sécheresse marquée comme les années précédentes : « Mais peu de raisins », précise Lionel, viticulteur à Poussan « car l’on paye les méfaits de la sécheresse de l’an dernier. » Après une floraison moyenne, les vendanges seront d’une précocité exceptionnelle car la vigne a 10 à 15 jours d’avance.

Elles devraient débuter la semaine prochaine avec vers le 21 août,par  les « Sauvignons Blancs », puis les « Chardonnays » et les « Merlots ».

« Le degré devrait être au rendez-vous et si nous vendangeons à point nous devrions avoir un bon millésime » Rajoutait Lionel. A suivre…

Les derniers gels : un accident climatique à considérer

Carole Delga saisit Bernard Cazeneuve suite aux dégâts causés par le gel dans les cultures d’Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

 Dans un courrier adressé aujourd’hui à Bernard Cazeneuve, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, a alerté le Premier ministre sur les dégâts importants causés par la vague de froid dans les vignes et les vergers de la région ces derniers jours.DSCaaa0067

 « Les premières informations dont nous disposons font apparaitre que plus de 50 000 hectares ont été touchés à des degrés divers. Ponctuellement, les récoltes à venir sont entièrement détruites. Certains opérateurs coopératifs se trouvent aujourd’hui confrontés à des prévisions de récoltes sur leur bassin de collecte inférieure de 80% à une année normale. C’est particulièrement le cas dans l’Hérault, dans l’Aude, dans le Tarn et dans le Lot en viticulture et dans les Pyrénées-Orientales à la fois en viticulture et en arboriculture » écrit notamment la présidente de Région.

Face à cette situation, Carole Delga redoute que l’ensemble des filières concernées soient fortement déstabilisées : « la viticulture, déjà confrontée à des problèmes de marchés, se trouve à nouveau pénalisée par ces accidents climatiques. Les producteurs mais aussi les caves coopératives seront, dans certains cas, contraints de mettre en œuvre des mesures d’activité partielle voire de suspension d’activité. Il en va de même pour certains opérateurs de la filière fruits et légumes ».DSCaaaaa0068

Elle propose donc au Premier ministre que les services de l’État puissent procéder, conjointement avec les partenaires locaux et les collectivités territoriales à un diagnostic précis à l’échelle régionale de la situation afin d’évaluer l’impact de cet accident climatique. Cette évaluation permettrait alors de mettre en œuvre les dispositifs et mesures adaptées à la situation dans un cadre partenarial.

Rappelant enfin que le gel est un risque assurable, au même titre que la grêle, et que trop peu d’agriculteurs souscrivent à ces garanties d’assurances du fait du coût élevé des cotisations, Carole Delga demande à ce qu’une réflexion collective soit lancée avec les professionnels. L’objectif étant d’étudier « les mesures qui permettraient de développer la couverture assurancielle des risques climatiques et ce afin de garantir une protection à long terme des filières mais aussi d’assurer une protection adaptée face aux risques accrus du fait de l’évolution climatique ».

 

Des vignes impactées par le gel

Dans la région, la nature « était bien avancée » avec les fortes chaleurs de ces derniers jours. Depuis 48 heures, avec la  forte baisse des températures, surtout nocturnes, les viticulteurs le craignaient et ce matin, certains d’entre-eux pouvaient constater les dégâts liés au gel sur certaines de leurs parcelles situées dans des bas-fonds, que ce soit en allant vers Gigean ou derrière La Maleska, par exemple.DSCaaa0067Moins deux degrés certainement et les jeunes pousses n’ont pas résisté. « Au printemps : les dégâts provoqués par ces gelées sont plus fréquents mais moins graves pour la pérennité des souches. La vigne est sensible dès l’apparition des jeunes feuilles qui sont riches en eau. En situation de forte humidité, les jeunes pousses peuvent geler à partir de -2 à -3°C alors qu’en situation plus sèche (hygrométrie <60%), elles peuvent résister à -4 voire -5°C. Ces gelées n’entraînent jamais la mort de la vigne même si elles peuvent détruire la récolte. Elles prennent la forme de gelées blanches.« DSCaaaaa0068Il existe des techniques pour lutter contre le gel mais elles sont assez onéreuses et souvent réservées aux grands crus.

A priori, dans ces parcelles, la vigne repartira mais l’on peut s’attendre à une récolte très très limitée.

Portes ouvertes au Domaine de Roquemale

  Samedi 25 et Dimanche 26 Mars 2017

· Dégustation de nos vins bio Languedoc et Grés de Montpellier accompagnés des fromages de chèvres du Mas St Farriol.

· Exposition des créations de l’artiste Muriel Avril « Femmes compositrices du 19e et 20e siècle » ·

Dimanche à 14H30 visite des vignes en compagnie du vigneron. ·

Dimanche à 16 h venez écouter « L’Orchestre de rue de l’école de musique de Balaruc les Bains »

Ouvert à tous Samedi et Dimanche de 14h à 19h00 .

Mob:+33 6 85 93 51 64
Visiter le site /: www.roquemale.com

Ils font swinguer les levures

Sébastien Durand  et Franck Rudelle deux hommes à la base d’un projet innovant ont participé dernièrement à Vinisud 2017, le salon International des Vins et Spiritueux Méditerranéens à Montpellier. Pourtant ils n’ont pas de caves, ne sont pas vignerons mais ils mettent à la disposition de ces derniers un outil permettant d’innover, de diversifier leur production et de se différencier. Ainsi une cave pourra monter en gamme, valoriser son image et marquer sa notoriété grâce à leur technique, si elle le souhaite.Screen Shot 02-10-17 at 04.13 PM

Il y a quatre ans, Sébastien et Franck, ont eu l’idée de tenter une expérience au fond de leur garage avec quelques hectolitres de vin, dans deux cuves, une équipée de musique, l’autre non. S’apercevant qu’après fermentation, le vin obtenu était bonifié par la musique, ils ont tenté l’expérience à plus grande échelle à la Cave des Terroirs de la Voie Domitienne à Cournonsec, puis au Domaine de l’Octroi en Agde.

Parallèlement, ils ont fondé leur société, « Swing it », pour lancer cette vinification musicale, avec un protocole effectif durant la fermentation (3 semaines) afin d’agir sur les organismes vivants, les levures, qui contribuent à révéler les arômes et qui apportent une plus grande typicité ainsi qu’une structure gustative plus complexe et plus riche.

« Dans de nombreuses régions, la Musique est utilisée pour le monde animal, végétal. Il nous fallait l’essayer sur les fameuses levures. Et le constat fut à la hauteur des espérances car les qualités organoleptiques du vin obtenu étaient supérieures à celles des autres vins. » Précisent-ils.Screen Shot 02-10-17 at 04.14 PM

Il s’agit d’ondes qui traversent le liquide en se propageant mieux que dans l’air : et si la musique classique a été concluante à Cournosec (Quatre saisons de Vivaldi), en Agde ce fut du Jazz. L’I Coop Vin (Services aux Entreprises viti-vinicoles), a constaté des différences positives pour ce style de vin blanc ou rosé, pourtant beaucoup de personnes ont encore du mal à admettre qu’il s’agit de l’impact de la musique même si des tests et des analyses gustatives semblent le prouver.

S’ils effectuent avec des spécialistes des recherches dans les domaines, musical et scientifique, si le brevet a été déposé, ils désirent aller plus loin avec un protocole scientifique bien défini. Grâce à un environnement connecté, entre nouveaux usages et moyens de communication adaptés, face à un certain scepticisme, ils espèrent tout de même que leur vinification musicale technique liée à leur marketing va porter ses fruits.

Screen Shot 02-10-17 at 04.15 PM« Nous recherchons donc des partenaires pour continuer. Si certains sont prêts à tenter l’aventure avec nous, dans la Région que nous aimons, nous sommes prêts, car cette technique a de l’avenir. Des progrès sont encore réalisables, nous sommes dans un autre monde où tout est réalisable. »

A la recherche de partenaires, Swing it, domiciliée à Poussan, suscite des interrogations auprès des médias et des consommateurs.

Sébastien et Franck sont des précurseurs qui font chanter le vin. Reste à sensibiliser les viticulteurs en leur prouvant que l’utilisation de cet outil ne peut que bonifier le vin. En premier lieu il faut le goûter.

Entre Jazz, Reggae, Classique, Salsa et autres styles, tout est possible…

Pour en savoir plus :

Facebook : https://www.facebook.com/Swing-it-Le-vin-qui-chante-1619216215007550/?fref=ts

Tel : 06.84.11.77.45

Le Mas d’Aimé ouvrira ses portes le dimanche 11

Le Mas d’Aimé ouvrira ses portes le dimanche 11 décembre de 11 h à 16 h.
screen-shot-12-09-16-at-05-44-pm
Vous pourrez y déguster les vins, des tapas et un ragout de mouton
façon mémé!

L’animation musicale sera assurée par « Joseph Anonimes », qui nous
viennent spécialement de Nîmes!screen-shot-12-09-16-at-05-41-pm
http://josefanonimes.wix.com/josef-anonimes

Manu ( Zaragraf ) se la joue  « lonesome cowboy Nîmois  » et mixe ici avec
bonheur ses influences musicales. Avec son complice Alex Abassi , franc
tireur du jazz , le duo sculpte un univers évolutif où le blues rapeux
rencontre le trip hop , où le rock flirte avec quelques fantômes sixties
, où le jazz improvisé s’extirpe de la rime …

Sous le soleil du midi , les pieds dans l’actualité, les Josef Anonimes
osent et vous invitent dans un univers chaleureux et intimiste pour un
moment précieux hors du temps !

!! Attention prenez une petite laine il peut faire un peu frais dans la
cave… !!

Le Mas d’Aimé, av. de Bédarieux
06 85 90 96 75

Journées Portes ouvertes à Roquemale, les 10 et 11 décembre

JOURNEES PORTES OUVERTES AU DOMAINE DE ROQUEMALEscreen-shot-11-10-16-at-12-00-pm-001

Villeveyrac, les samedi 10 et Dimanche 11 Décembre 2016

  • Dégustation de nos vins bio Languedoc et Grés de Montpellier accompagnés des fromages de chèvres du Mas St Farriol.
  • Exposition des dessins humoristiques de Michel ROMAN « Je passe au rouge »
  • Dimanche à 14H30 dégustation sur cuve des premiers assemblages 2016 et visite des vignes.
  • Animation musicale Dimanche à 16h
  • Samedi et Dimanche de 14h à 19h00 .

25 Route de Clermont – 34560 VILLEVEYRAC FRANCE

Mail: contact@roquemale.com – ou site : www.roquemale.com

Claude Bonnel reste confiant en l’avenir

Depuis le 1er juillet 2016, Claude Bonnel a pris la succession de Jacques Fournier comme Directeur de la cave coopérative des Terroirs de la Voie Domitienne, sur le Site de Cournonsec. Depuis 1991, il y était déjà Directeur adjoint après avoir dirigé la cave coopérative de Cournonsec. Une succession logique plébiscitée par le Conseil d’Administration des Terroirs.zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzdsc_0057-1

Rapidement, mais il avait tout de même l’habitude, il a eu des décisions à prendre pour préparer les dernières vendanges et leur déroulement.

Le personnel de la cave qui est toujours le même l’a aidé à franchir ce cap avec des vendanges qui se sont bien déroulées en interne et pour les coopérateurs aussi : « Il y a eu un orage au milieu qui a impliqué une réorganisation qui a été profitable pour la récolte. Les coopérateurs ont alors transmis de nombreuses informations pour optimiser la reprise et le déroulement de la fin des vendanges. » Précise Claude.

Et même si la sécheresse a impacté certaines zones qui ne sont pas irriguées grâce à l’eau du canal du Bas-Rhône, comme à Poussan qui n’est pas encore desservi, cela a été fonction des parcelles.

« Avec un état sanitaire exceptionnel, cela a équilibré la diminution de 6% en quantité par rapport à l’an dernier. Une très bonne qualité qui satisfait déjà les clients qui en principe ont déjà réservé 100% de la récolte et qui confirment actuellement leurs réservations. A ce sujet, le doigté de Delphine Bristac, l’œnologue de la cave, y est aussi pour quelque chose. »screen-shot-11-22-16-at-10-18-pm

Après échantillonnages et contrôles analytiques associés à d’autres tests comme celui de la dégustation, la date du début des vendanges a donc été déterminée . Les différents cépages ont alors été vinifiés séparément sauf demandes particulières des clients : 5800 hl en blancs, 31 000 hl en vins de Pays d’Oc Rouge, 11 300 hl en IGP (Colline de la Moure et Vin de l’Hérault), et 25 000 hl en vins sans IGP.

Soit 73100 hl , pour 830 ha et 240 coopérateurs.

« La vinification s’est déroulée en fonction des souhaits des clients et des objectifs prévus par la cave. Car le marché est tout de même devenu fragile en 2016. La vigilance s’impose pour maintenir un prix raisonnable. Des importations venues d’Italie et surtout d’Espagne ont déstabilisé le marché dans lequel il faut défendre sa place, face à des pays dans lesquels la réglementation est moins stricte. »

En principe, pas de soucis particuliers pour cette récolte mais il faut déjà réfléchir sur des options en fonction de la concurrence étrangère sur certains segments.

Et Claude conclut en précisant : « Chaque type de production doit trouver le meilleur  écoulement possible et le plus valorisant. C’est le souhait que je formule pour les années à venir. »