La Police Municipale a encore constaté ce mercredi 31 mars des dépôts sauvages

sacCaptureMalgré le travail des agents et les efforts mis en place pour une ville propre, la Police Municipale a encore constaté, ce mercredi 31 mars, des dépôts sauvages. Après enquête, elle a réussi à identifier le contrevenant, ce dernier a été verbalisé. Les Services Municipaux sont plus que jamais mobilisés face à ces incivilités qui nuisent à notre belle ville !

L’agglopôle finance l’installation d’arceaux de stationnement à des emplacements stratégiques du territoire

La crainte du vol est un des principaux freins à l’acquisition et à l’usage du vélo. Pour y remédier l’agglopôle finance l’installation d’arceaux de stationnement à des emplacements stratégiques du territoire. La campagne qui a déjà démarré à Balaruc-le-Vieux, Mèze et Poussan, est en train de s’intensifier.
27 d’entre eux viennent d’être posés dans la commune de Mireval (écoles, mairie, stade, poste, …) et 29 autres devant le Conservatoire Manitas de Plata, Quai des Moulins à Sète. D’autres suivront très prochainement, à Balaruc-les-Bains et Frontignan notamment….ne manquent plus que vos vélos !Peut être une image de plein air

Retour en images sur les activités du temps méridien à l’ALP de l’école maternelle Véronique Hébert.

Peut être une image de plein air
Au programme : ateliers créatifs sur les thèmes du cirque (clown, peinture sur vitre), du printemps et de Pâques (panier d’œufs, arbre de Pâques..).
Autres photographies sur : https://www.facebook.com/villedepoussan/Peut être une image de enfant et intérieur

Vous ne souhaitez plus l’installation de cookies quand vous allez sur les sites Internet ?

Lorsque vous naviguez sur internet, vous devez fréquemment accepter ou refuser des cookies. Ces traceurs utilisés par les sites internet pour stocker notamment les données de navigation nécessitent en effet le consentement préalable de l’internaute. L’internaute doit être clairement informé des objectifs de ces cookies et il doit être aussi facile pour lui de les refuser que de les accepter. À partir du 1er avril 2021, tous les sites web français devront être conformes aux nouvelles règles : dans le cas contraire, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) pourra contrôler les sites concernés et éventuellement prononcer des sanctions.

Certains cookies sont indispensables au bon fonctionnement d’un site internet. Ils servent, par exemple, à mémoriser le contenu d’un panier d’achats ou bien des préférences d’affichage. D’autres ne servent qu’à collecter des informations sur l’internaute afin de lui adresser de la publicité personnalisée selon ses goûts et ses centres d’intérêts.

Avant de cliquer sur « accepter », l’internaute doit comprendre facilement à quoi servent les traceurs publicitaires : publicité personnalisée ou non, publicité géolocalisée, personnalisation du contenu ou encore partage d’information avec les réseaux sociaux. Le site doit l’informer, de façon claire et synthétique, de ce à quoi ils vont servir.

Surveiller, Binaire, Système Binaire

Pixabay

L’internaute doit aussi pouvoir refuser les cookies aussi facilement qu’il lui est proposé de les accepter, comme l’a jugé le Conseil d’État en juin 2020 . Il ne doit pas être obligé de passer par un paramétrage complexe et dissuasif.

En effet, lorsqu’un seul clic est requis pour « accepter les cookies » tandis que plusieurs actions sont nécessaires pour paramétrer un refus, l’internaute, qui souhaite généralement accéder rapidement au site, risque d’être influencé.

Si un site ne respecte pas les règles de protection des données, il est possible d’adresser une plainte à la CNIL .

  A savoir : en complément de ses lignes directrices et sa recommandation publiées en octobre 2020, la CNIL met à votre disposition de nombreuses fiches pratiques et une foire aux questions pour tout comprendre sur les règles applicables.

Rénovation énergétique : les Coups de pouce évoluent

Pour payer des dépenses pour le remplacement d’un chauffage ou pour faire des travaux d’isolation, la prime énergie dite aussi Coup de pouce énergie peut vous aider. Un arrêté paru le 13 mars 2021 au Journal officiel modifie les modalités d’attribution des différentes aides dans le cadre du dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE). Il précise aussi le cadre de l’audit énergétique préalable et les conditions de réalisation de la visite du logement pour la réalisation de cet audit.

Afin de poursuivre une politique environnementale en faveur des économies d’énergie, la prime énergie dite Coup de pouce permet de valoriser l’installation d’équipements de chauffage performants, notamment ceux fonctionnant avec des énergies renouvelables. Pour remplacer une chaudière vieillissante par un système utilisant des énergies renouvelables (pompe à chaleur, chauffage au bois, biomasse), une prime est attribuée pour la réalisation des travaux.

Pixabay

Cette prime peut être versée par chèque, par virement, elle peut être déduite de la facture des travaux ou prendre la forme de bons d’achat.

Les nouvelles conditions d’attribution

Les modalités d’attribution des aides évoluent :

  • Pour les opérations engagées à compter du 1er avril 2021 et pour les opérations achevées à compter du 1er octobre 2021, les ménages en situation de grande précarité énergétique sont remplacés par les ménages en situation de précarité énergétique et deviennent la seule catégorie de ménages bénéficiaires des CEE « précarité énergétique ».
  • Il est créé une nouvelle catégorie de ménages modestes bénéficiant de Coups de pouce  Chauffage, Isolation  et  Rénovation performante d’une maison individuelle. Cette nouvelle catégorie de ménages modestes entre en vigueur à compter du 14 mars 2021 pour les chartes Coup de pouce Chauffage et Isolation, et à compter du 1er avril 2021 pour la charte Coup de pouce Rénovation performante d’une maison individuelle. Les seuils de revenus permettant de bénéficier de la surprime (prime bonifiée) liée à ces Coups de pouce restent inchangés.

  A savoir : Les chartes sont signées par les entreprises (principalement les vendeurs d’énergie) qui les transmettent ensuite à la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC). Les entreprises qui ont signé les chartes Coups de pouce Chauffage et Isolation avant le 14 mars 2021 n’auront pas à signer une nouvelle fois ces chartes.

  A noter : Les bonifications (primes bonifiées) associées aux opérations réalisées au bénéfice des ménages en situation de grande précarité énergétique demeurent jusqu’au 31 décembre 2021.

Le dispositif Coup de pouce Thermostat avec régulation performante n’est pas concerné par les changements opérés par l’arrêté.

Un nouvel encadrement de l’audit énergétique préalable et des travaux

Les Coups de pouce Rénovation performante de bâtiment résidentiel collectif et Rénovation performante d’une maison individuelle connaissent les évolutions suivantes :

  • une meilleure définition et contrôle de l’audit énergétique préalable à la réalisation des travaux de rénovation ;
  • l’interdiction, pour l’organisme qui contrôle une opération, d’avoir réalisé l’audit énergétique de cette même opération ;
  • l’entreprise réalisant l’audit énergétique ne peut pas sous-traiter tout ou partie de l’étude, et elle doit se déplacer sur le lieu de l’opération pour assurer la visite du bâtiment ou de la maison ;
  • l’exigence d’un taux de chaleur renouvelable d’au moins 50 % (au lieu de 40 % auparavant) pour obtenir la une surprime (prime bonifiée).

  A savoir : Les entreprises qui ont déjà signé les chartes Coups de pouce Rénovation performante de bâtiment résidentiel collectif » et « Rénovation performante d’une maison individuelle doivent signer les nouvelles versions de ces chartes s’ils souhaitent continuer leur engagement.