En peinture, Claire Aton, aime relever des défis

Claire Aton et la Mairie de Poussan vous proposent une exposition au foyer des campagnes de Poussan. L’exposition est ouverte du 23 mai au 1er juin, du mardi au dimanche, de 17h à 20h. Entrée libre.

Le vernissage de l’exposition de Claire Aton avait lieu ce vendredi 23 mai en présence de l’artiste, Claire Aton, qui est une spécialiste des peintures murales et des tableaux.

Elle partage son temps entre ces deux styles. Un jour en haut d’un échafaudage, l’autre dans le calme de son atelier, elle précisait qu’elle était passionnée par son travail, de la réalisation de petites toiles ou de maquettes à la réalisation d’œuvres pouvant aller jusqu’à plus de mille m2.Travailler dans le vent, le froid ou par grande chaleur, s’attaquer à une immense surface ou se concentrer sur un plus petit format… rien ne l’effraie. L’amour de son travail décuple les forces.

Les outils que sont le dessin, la peinture, la couleur, la perspective sont mixés différemment. La concentration, la rigueur sont là. Dans une décor mural, souvent , même si ce n’est pas une règle absolue après tout, le contexte est essentiel; le lieu, l’utilisation de celui-ci, son histoire, la personnalité des  »clients  », aussi, leurs goûts et leurs désirs sont primordiaux dans la réflexion et la création d’une maquette qui servira de trait d’union entre l’imagination du peintre et leurs souhaits. Cette maquette est une projection de ce décor qui, très bientôt, apparaîtra. Car Claire peint là où on le lui demande : A Poussan, à Gigean comme à Lyon ou à Annecy et sur tous les supports, le papier, les murs, les toiles , les bordures de piscine… Elle a d’énormes ressources.

En la recevant au Foyer ce vendredi soir, Florence Sanchez, Adjointe au Maire de Poussan, déléguée à la Culture précisait qu’elle nous faisait le plaisir de présenter certaines de ses œuvres qui témoignent de toutes ses possibilités.

Pour Claire la peinture c’est une espèce de chimie, de magie que de voir se matérialiser tout un processus de lâcher-prise et de maîtrise mélangés. C’est une bataille féroce avec, parfois des instants de grâce, lorsque le cerveau et le pinceau se font alliés. Coule alors une écriture claire et limpide, aussi bien dans le tourment que le calme… et la toile apparaît.

Et Michel Bernabeu rajoutait : « Vous pouvez profitez d’Aton dedans et d’Aton dehors car si cette exposition présente d’une part des toiles et des maquettes de peintures murales, d’autre part, vous pouvez découvrir la Fresque des enfants en cours de réalisation : « Garrigue et étang de Thau« 

Pour habiller le mur qui jouxte l’entrée du foyer des campagnes et le jardin
d’enfant, la commune de Poussan a sollicité Claire afin de réaliser une
fresque avec les élèves des écoles élémentaires de Poussan.

Ce projet impulsé par le service culture fait partie du programme d’initiation à l’art proposé aux enfants de la ville. Une exposition des études, maquettes, dessins des œuvres murales de Mme Aton est donc présentée en même temps que la réalisation de la fresque au foyer des campagnes :
« La Mairie de POUSSAN m’a demandé de réfléchir à la réalisation d’une peinture murale avec les enfants des écoles. Le lieu choisi est Le mur jouxtant le Foyer des Campagnes. Le thème de « la garrigue et de l’étang de Thau » a été rapidement choisi. Il fallait en effet un thème où les enfants pourraient se projeter et s’investir. Leurs repères quotidiens facilitent l’approche.


Le mur est tout en longueur (environ 16 m sur 2 m de hauteur) et il est intéressant de pouvoir y dérouler un décor : d’un côté la terre ferme et ses collines, de l’autre l’étang de Thau et ses parcs à huîtres.
Enfants, instituteur (trice) et moi-même, nous sommes rencontrés plusieurs fois.

                                                    ——————————————

J’ai demandé aux enfants de créer le plus possible de dessins, croquis, peintures… sur le thème choisi, en particulier sur la faune et la flore. Ce qu’ils ont fait avec beaucoup de spontanéité, de sensibilité.
A partir de ces trésors, j’ai pu élaborer une trame, un cadre, des rythmes dans lesquels la fraîcheur de leurs créations pourraient s’épanouir. Leurs dessins ont servi également à la composition d’un lettrage animalier dans lequel un « g » apparaît sous la forme d’un flamand rose, un « a » sous celle d’une avocette, par exemple.
Le résultat devrait être vivant et ludique, avec une pointe de poésie je l’espère. » Précise Madame Aton qui ne tarit pas d’éloges sur les élèves qui ont peint avec elle : « J’ai apprécié leur contact. Peindre à l’extérieur développe les échanges tandis que dans mon atelier le dialogue est plutôt intérieur. Les deux styles m’apportent beaucoup de bonheur. »

Contact :
Mairie de Poussan
Service culture : 06 81 31 48 24 – culture@ville-poussan.fr
Service communication : 04 67 78 99 56 – communication@ville-poussan.fr
www.ville-poussan.fr et blog.ville-poussan.fr

 

Irène attend des réponses

Irène et Jean-Pierre Dacher exposent leurs œuvres du 25 avril au 11 mai, du mardi au dimanche, de 17h à 20h au foyer des Campanes. Entrée libre.

« Irène peint et écrit avec frénésie d’autant qu’elle le fait en s’appropriant des alphabets et même en ayant réalisé son propre alphabet non identifiable mais chargé de sens : « Sa main est un sismographe. » Précisait son mari.

Il faut dire qu’Irène a grandi à Paris, dans le 18ème, à Montmartre et elle a donc baigné dans une ambiance très artistique dès son plus jeune âge.

« Il n’était pas rare de boire l’apéro avec des musiciens, des peintres, des acteurs… »

« Mais mon cœur était resté dans le sud, le pays de mes grands-parents et je suis très heureuse d’y résider actuellement. De « Montmartre aux artistes », je suis parti à l’école Normale supérieure de Cachan et j’y ai connu mon mari. » Départ pour l’Algérie puis direction Strasbourg pour l’enseignement avec des cours de communication visuelle, de stylisme et de design de l’environnement et de l’espace. »

« Je peignais un  peu mais c’est à la retraite que j’ai pu vraiment consacrer du temps à cette passion. »

D’ailleurs elle en a profité pour lier celle-ci à une seconde passion, la lecture et l’écriture avec des jeux de lettres, des calligraphies, des signes de toutes les civilisations.

Du Gabon au Mexique, elle a voyagé avec toutes les calligraphies en les associant avec des collages à des supports de sa fabrication : « J’accumule les journaux, je les colle et les contre-colle, j’en mets différentes couches. A l’intérieur, j’ai écrit ma vie, mes différentes étapes, mes sentiments et mes réactions face à l’actualité, quelquefois mes cris… »

Comme des lettres adressées à des destinataires inconnus, ses œuvres attendent des réponses.

« J’associe l’acrylique, la peinture à l’huile, les feutres et les pinceaux, les stylos-plume et toutes sortes d’autres outils scripteurs qui donnent à la peinture une résonance. Si mes outils sont variés, mes supports aussi mais je reste toujours fidèle au papier sous toutes ses formes. Grâce aux collages je garde une part de moi-même car tout est en suggestion comme des réponses à ce que j’ai vécu. » Rajoute Irène.

Elle est en pleine évolution. L’écriture va rester importante pour elle pourtant elle a envie d’aller plus loin comme sa « Lettre ouverte ». Elle veut que le visiteur puisse poursuivre sa toile et elle est à la recherche de possibilités.

« Mes réalisations sont comme des incantations ou des messages de style tibétain, j’attends des réponses. »

Un stage conte à la MJC

La conteuse Delphine Nappée propose les 3 et 4 Mai un stage conte à la MJC de Poussan.
 

 

PUBLIC ADULTE

 Ce stage se compose de deux ateliers de 3 h 30*, samedis  3 et dimanche 4 mai 2014  de 9 h 30 à 13 h 00.

Lieu : MJC de Poussan

Tarif : 45 € les deux ateliers.

Contact : cie.empreinte@outlook.fr  06 84 23 86 48

Il s’adresse à toute personne adulte désireuse de s’initier ou d’approfondir sa connaissance des contes et de l’art de conter.

Pourquoi s’intéresser au Conte ?

Le conte est  un élément fort de la relation parent/enfant ou plus généralement adulte/enfant.

Choisir un conte, l’explorer, l’intégrer pour le raconter c’est investir la rencontre et  faire fonction de passeur.  Le conteur met sa mémoire, sa sensibilité, sa présence, sa langue, son style au service du conte pour le faire entendre pleinement.

Le conte, notamment le conte merveilleux est riche de symboles, d’invitations  à s’ouvrir aux mystères de la nature et de la psyché .

Programme du stage :

Apports théoriques : Les genres de la littérature orale. Définition du Conte. Les fonctions du Conte.

Le conte et l’enfant. Les différents types de contes.  Le conte merveilleux : structures et symboles.

Propositions de groupe mettant en jeu l’expression : corps, voix, rythme,  écoute, adresse, images…

Analyser un conte. Dégager sa trame.

Mémorisation et images mentales.

 Mise en pratique de l’art de conter. Mettre en œuvre la présence, les images, l’adresse, le rythme, l’écoute. S’interroger sur son répertoire et son style de conteur.

Expression des ressenties. Retours. Conseils pratiques.

 *Afin de maintenir un groupe stable et cohérent, et d’assurer de bonnes conditions d’apprentissage et d’expérimentation, les deux ateliers ne peuvent être dissociés.

http://fr.ulule.com/escapade-de-printemps/

Sur l’A9, un cinquième radar est placé près du péage Sète-Poussan

Sur l’autoroute A9, dans le sens Béziers/Montpellier, sur une portion où la vitesse est limitée à 130 km/h pour les véhicules légers et à 90 km/h pour les poisds lourds, à partir du 5 mai vous rencontrerez un radar de plus sur le bassin de Thau.
Ce radar fixe sera présignalé par un panneau d’annonce,
“Discriminant”, il différenciera les catégories de véhicules, et cela s »avère utile
car sur cette portion le trafic poids lourds est intense, de l’ordre de 7 000 par jour.

Utilité de ces radars?  (http://www.controleradar.org/radar-discriminant)

Les récents accidents impliquant des poids lourds et des voitures, ont montré la dangerosité des poids lourds lors de ce type d’accident. Le respect des vitesses autorisées pour les poids lourd semble donc une bonne idée pour améliorer la sécurité routière.

Immatriculation d’un véhicule

Immatriculation d’un véhicule : avec quels documents prouver son domicile ?

Les documents admis diffèrent selon les situations.

Personne ayant un justificatif de domicile à son nom

Il faut fournir un des documents suivants :

Les Vétérans en Finale de la Coupe de l’Hérault

Ce samedi soir à 20 h, les Vétérans du CAP Poussan qui excellent en Championnat, jouaient en 1/2 finale de la Coupe de l’Hérault, à domicile contre le FC Sète, à 20 h.

Les 3 semaines d’entraînement intensif ont payé puisque le score à la fin du match était de 4 à 0 avec un 3 à 0 à la pause.

                                                   ——————

Avec 2 buts de Farid et 2 d’Algarah, le CAP a démontré qu’il était supérieur aux visiteurs. Il a surclassé son adversaire devant pas mal de supporters. Avec l’aide de joueurs comme Bonato, Milereau et Gervais, les Bleus n’ont pas tremblé. La finale devrait se jouer fin mai. Au programme, le Petit Bard ou Frontignan. Allez les Bleus.

 

Le théâtre de Villeneuve les Maguelone vous invite

 Aujourd’hui et demain. CINEMA en FAMILLE. Entrée Libre

THEATRE VILLENEUVE LES MAGUELONE
Cinéma , entrée libre

 MARDI 29 AVRIL – 19H30
Film d’animation – Tout public
PINOCCHIO
Film Enzo D’Alo – 2012 – 1h20

Le succès du conte de Pinocchio, depuis toujours, tient à son intemporalité. A la fois réaliste et fantastique, le portrait fantasque de ce petit pantin fort de toute son imperfection, tellement humain, drôle et parodique, touche son public de génération en génération.
« Sur un rythme trépidant, c’est un feu d’artifice visuel qui enchantera petits et grands. »
Marie-Noëlle TRANCHANT, Le Figaroscope.

MERCREDI 30 AVRIL – 19H30
Film – Tout public
Entrée libre
RENOIR
Film de Gilles Bordos
France – 2012 – 1h40
Avec le grand acteur Michel Bouquet dans le rôle de Renoir
1915. Sur la Côte d’Azur. Au crépuscule de sa vie, Auguste Renoir est éprouvé par la perte de son épouse, les douleurs du grand âge, et les mauvaises nouvelles venues du front : son fils Jean est blessé…
Mais une jeune fille, Andrée, apparue dans sa vie comme un miracle, va insuffler au vieil homme une énergie qu’il n’attendait plus. Lorsque Jean vient passer sa convalescence dans la maison familiale, il découvre à son tour, fasciné, celle qui est devenue l’astre roux de la galaxie Renoir.
« Dans un portrait tout en nuances qui n’efface pas les côtés désagréables du personnage, Michel Bouquet donne une image saisissante du peintre, qui, devenu un vieil homme continue à peindre pour se perfectionner encore. »
Jean A. GILI, Positif.