Vacances à la neige : des conseils pour les consommateurs

Illustration 1Crédits : ©Kisa_Markiza – AdobeStock

Illustration 1

Que faire en cas de panne sur l’autoroute ? À quoi engagent les arrhes et les acomptes ? Quelles sont les obligations des professionnels en matière d’affichage des prix ? L’hôtelier peut-il refuser de recevoir des enfants ? Quels sont les recours en cas de litige ? Que faire en cas de vol des skis ? La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) vous conseille pour réussir vos vacances à la neige.

Pour vous permettre de partir confiant à l’assaut des pistes, la DGCCRF met à votre disposition son Guide 2019 des vacances à la neige [application/pdf – 1.5 MB] . Vous y trouverez toutes les informations utiles sur :

  • Les déplacements
    • Louer un véhicule
    • Autoroute
    • Que faire en cas de panne sur autoroute
  • L’hébergement
    • Hôtel
    • Location saisonnière
    • Chambre d’hôtes
    • Chez l’habitant
  • Le ski
    • Matériel
    • Remontées mécaniques
  • La restauration
    • Restaurants
    • Cafés
    • Manger sur le pouce
  • Les discothèques et cabarets

Renouvellement des parcelles aux jardins partagés gérés par TTNS.

Comme chaque année a lieu le renouvellement des parcelles aux jardins partagés gérés par TTNS.

Depuis mai 2013, l’association Terres de Thau, nourricières et solidaires, propose des parcelles de terre pour des jardins collectifs. Ils furent d’abord une dizaine à aménager leurs nouveaux jardins car l’association était à l’initiative d’un projet qui souhaitait mettre à profit la fertilité des terres  des Condamines, grâce à la création de jardins de proximité et en développant le lien social.

Le terrain mis à leur disposition gracieusement par Marc Olivet se composait de 45 parcelles d’environ 100 m² chacune. « Nous avons commencé à aménager le terrain au mois d’octobre 2013. Ce fut un grand succès et les travaux d’aménagement se sont  poursuivis parallèlement afin de fournir de l’eau sur chaque parcelle et clôturer le terrain, de placer un portail et de prévoir un aménagement collectif qui reçoit des déchets végétaux, du fumier et du compost d’Oïkos.

Les jardiniers qui souhaitent rejoindre l’association doivent acquitter de 10€ de cotisation plus une redevance de 5€ par mois.

Il y a quelques parcelles libres.

Les personnes intéressées peuvent contacter Isabelle au: 06 77 58 10 91.

Un entretien et une présentation des jardins seront programmés.

L’association participera au mois de mars à la 14e semaine pour les alternatives aux pesticides.

 

Le planning des permanences Espace Info Énergie 2019

Le planning des permanences Espace Info Énergie 2019  mises en place sur le territoire de Sète agglopôle méditerranée

energieCapture

Comme pour les années précédentes, ce service d’informations sur les économies d’énergie dans l’habitat est proposé à l’ensemble des habitants du territoire gratuitement.

Pour rappel, les permanences sur rendez-vous ont lieu toute l’année à raison d’une fois par mois à Sète et une fois tous les deux mois à Frontignan, Balaruc-les-Bains et Mèze. L’Espace Info Energie est également joignable par téléphone du lundi au vendredi de 9h à 13h au 04 67 123 80 94.

Toutes les permanences ayant été précédées d’un rappel presse ont fait l’objet d’une demande de rendez-vous plus importante.

Qualité de l’eau potable en France

Résultats du contrôle sanitaire de la qualité de l’eau potable en ligne, commune par commune :

https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/article/qualite-de-l-eau-potable

Carte de France

La qualité microbiologique de l’eau du robinet

La présence de micro-organismes (bactéries, virus et parasites) dans les eaux de consommation est le plus souvent due à une dégradation de la qualité de la ressource en eau, à une mauvaise protection ou un manque d’entretien des ouvrages de captages, à une défaillance du traitement de désinfection ou à une contamination de l’eau lors de son transport ou stockage dans le réseau.

La présence de micro-organismes dans l’eau de consommation peut engendrer un risque à court terme pour le consommateur, le tableau clinique des pathologies engendrées est le plus souvent bénin pour la population générale (troubles gastro-intestinaux, diarrhées,…).

Les méthodes pour rechercher les germes pathogènes dans l’eau sont longues et complexes, c’est pourquoi la qualité bactériologie de l’eau est appréciée à partir de la recherche de germes témoins de contamination fécale (Escherichia coli et entérocoques). La mise en évidence de ces germes dans l’eau témoigne de la possibilité de présence de germes pathogènes.

Les nitrates dans l’eau du robinet

La présence des nitrates dans les eaux est due :
- à leur présence naturelle dans l’environnement,
- à une contamination de la ressource en eau par des activités humaines (rejets urbains ou industriels, pollution agricole due aux engrais minéraux et organiques).

Dans l’organisme humain, les nitrates se transforment en nitrites. Ces derniers peuvent présenter un risque pour la santé, par la modification des propriétés de l’hémoglobine du sang en empêchant un transport correct de l’oxygène par les globules rouges. Chez les très jeunes enfants de moins de 6 mois, cette maladie appelée méthémoglobinémie, provoque des cyanoses parfois sévères. Les femmes enceintes et les nourrissons sont les populations les plus sensibles.

Les nitrates sont recherchés au niveau des ressources en eau utilisées pour la production d’eau potable, à la sortie des installations de production d’eau potable ou sur le réseau de distribution publique.

Pour en savoir plus sur les nitrates (origines, effets sur la santé), sur la qualité de l’eau du robinet vis-à-vis des nitrates, les actions de prévention et les traitements :

L’agenda de la LPO pour le mois de février

- Samedi 2 :
> « La galerie éphémère« , ateliers pédagogiques en parallèle d’expositions et performances d’artistes, sur le site naturel protégé de Villeneuve-lès-Maguelone
>« Des Loutres dans nos étangs?« , conférence et sortie de terrain dans le cadre des Journées Mondiales des Zones Humides à la Maison de la Nature de Lattes

– Lundi 4 : « Quelles plantations pour les oiseaux?« , échange dans le cadre des rencontres du « Groupe Local LPO Biterrois » à Béziers

- Mardi 5 : « Tout sur les chauves-souris« , conférence à la bibliothèque de Balaruc-les-bains

- Samedi 9 : « Rencontre des Refuges LPO » sur le thème, entre autres, des abris à chauves-souris, à Soubès

- Samedi 16 : « La Réserve Nationale du Bagnas« , sortie d’observation avec l’association ADENA à Agde

- Jeudi 21 : « Les oiseaux nocturnes de la haute vallée« , conférence dans le cadre des rencontres mensuelles du Groupe Local LPO « Haute Vallée de l’Orb » à Bédarieux

- Samedi 23 et Dimanche 24 : « Week-end de prospection dans l’Escandorgues« , réservé aux membres du « Groupe Jeunes Naturalistes LPO », à Ceilhes et Rocozels

- Dimanche 24 : « A l’affût du Cincle plongeur« , sortie de terrain organisée par les bénévoles du Groupe Local LPO Haute Vallée de l’Orb à Bédarieux

Retrouvez le détail de ces actions et l’agenda complet sur:  herault.lpo.fr/agenda

Mobilité : la ville de Poussan a adhéré au Rezo Pouce

Mobilité : la ville de Poussan a adhéré au dispositif de covoiturage Rezo Pouce qui valorise l’auto-stop.
Inscrivez-vous et téléchargez l’appli ! bit.ly/2CrcGfT
A Poussan, 3 arrêts ont été mis en place :
– Arrêt école Véronique Hebert : Chemin des Frères
– Arrêt Boulevard René Tulet : Centre Ville
– Arrêt Cave Coopérative: Route de SèteL’image contient peut-être : 1 personne, sourit, texte

Logement : l’ADIL vous conseille gratuitement

Maisons, La Propriété, Immobilier, RealL’ADIL (Association Départementale pour l’Information sur le Logement) vous conseille en mettant gratuitement à votre disposition des juristes spécialisés dans le droit, le financement et la fiscalité du logement (accession à la propriété, location, bail, loyers, charges, problèmes de copropriété).

Des permanences sont assurées toute l’année, où chacun peut obtenir des réponses précises, complètes et objectives, à leurs interrogations.

  • A Sète : 17, rue Pierre Sémard (du lundi au vendredi : sans rendez-vous le matin de 9h30 à 12h30 pour les questions exclusivement locatives / sur rendez-vous de 14h à 17h).
  • A Frontignan : 7, rue des Raffineries, espace Muammad Yunus (sur rendez-vous les troisièmes mardis après-midi du mois de 14h à 17h, soit les 29 janvier, 19 février et 19 mars pour le 1er trimestre 2019).
  • ADIL DE L’HERAULT
  •   04 67 55 55 55
  •   Site officiel

    4 Bis Rue Rondelet

  •  Montpellier

Neige et verglas, comment circuler ?

 

« Le Département de l’Hérault construit, aménage et exploite près de 4 500 kilomètres de routes départementales pour répondre aux besoins de mobilité de la population héraultaise, améliorer la sécurité routière et assurer au quotidien les meilleurs conditions de circulation possible. Afin de permettre la circulation hivernale lors des épisodes neigeux, nous mobilisons des moyens spécifiques conséquents, répartis sur tout le territoire, pour traiter et dégager les chaussées et offriR toujours un bon niveau de service aux usagers. »

Kléber Mesquida, Président du Conseil Départemental de l’Hérault

Les itinéraires principaux sont salés en priorité. Malgré l’importance des moyens, toutes les routes départementales ne peuvent pas être traitées et dégagées en même temps.
  • Si vous devez conduire, utilisez des équipements spéciaux et privilégiez les grands axes 
  • Soyez vigilants ! Le sel sur la route n’agit pas immédiatement et en dessous de -6°C, il n’a plus d’efficacité
  • Prudence : un seul véhicule en travers peut bloquer l’accès aux véhicules de salage et de déneigement
  • En cas de fortes chutes de neige ou verglas généralisé, limitez ou reportez vos déplacements
Suivez l’état des routes départementales sur Inforoute 34 

 

Nourrir les oiseaux quand il fait froid

  A Poussan, nous avons la chance d’avoir des oiseaux présents toute l’année comme les mésanges charbonnières, les mésanges bleues, les moineaux domestiques, les verdiers d’Europe, les merles noirs, les tourterelles turques, les chardonnerets, les rouges-queues noirs, et l’hiver, on voit aussi, poussés par le froid, des rouges-gorges, des pinsons des arbres, des accenteurs mouchets, des troglodytes mignons et pinsons des arbres…

Quand le sol est gelé ou recouvert de neige le plus grand risque de mourir pour les oiseaux sauvages est de ne pas trouver de nourriture plutôt que d’avoir froid.

La lutte contre le froid entraîne une grande déperdition de poids et fait baisser la température interne des petits oiseaux.

Pour compenser ces risques mortels les oiseaux ont un besoin vital de se nourrir presque à longueur de journée et on peut les aider en mettant de la nourriture à leur disposition.

Quelle nourriture ?

Jacques Bougard, Poussannais, membre de la LPO, nous donne quelques conseils :

  « On peut proposer aux oiseaux des boules de graisse contenant des graines diverses à accrocher en hauteur. Proposer aussi des graines de tournesol qui sont les graines les plus caloriques, disposées dans ou sur des mangeoires mises en place à 1 m 50 du sol pour les mettre à l’abri des chats et autres prédateurs. On mettra aussi des graines au sol pour les oiseaux qui se nourrissent exclusivement au sol comme les Pinsons des arbres, les Rouge-gorges… On peut aussi disposer quelques morceaux de pain sec et de la matière grasse (beurre, margarine). Enfin on mettra un petit abreuvoir à fond plat (assiette par exemple) à disposition pour que les oiseaux puissent boire. Par temps de gel vérifier que l’eau ne gèle pas ou la remplacer régulièrement par de l’eau tiède. Boules de graisse et graines de tournesol se trouvent facilement dans le commerce. »

  Des mangeoires de différentes formes et des supports de boules se trouvent aussi dans le commerce mais on peut très bien bricoler par soi-même, comme de simples plateaux par exemple.

  Pour éviter la transmission des maladies entre oiseaux il faut nettoyer régulièrement ces accessoires à l’eau savonneuse. Positionner ces dispositifs si possible au soleil et à l’abri du vent du nord.

  « A leur réveil, les oiseaux sont frigorifiés et affamés et il faut les nourrir chaque matin dès le lever du jour et le soir une heure avant le coucher. La période va de novembre au printemps selon les intempéries. » Rajoute Jacques, un passionné.