Nourrir les oiseaux quand il fait froid

  A Poussan, nous avons la chance d’avoir des oiseaux présents toute l’année comme les mésanges charbonnières, les mésanges bleues, les moineaux domestiques, les verdiers d’Europe, les merles noirs, les tourterelles turques, les chardonnerets, les rouges-queues noirs, et l’hiver , on voit aussi, poussés par le froid, des rouges-gorges, des pinsons des arbres, des accenteurs mouchets, des troglodytes mignons et pinsons des arbres…Merle, Oiseau, Oiseau Chanteur, Le Noir

Quand le sol est gelé ou recouvert de neige le plus grand risque de mourir pour les oiseaux sauvages est de ne pas trouver de nourriture plutôt que d’avoir froid.

La lutte contre le froid entraîne une grande déperdition de poids et fait baisser la température interne des petits oiseaux.

Pour compenser ces risques mortels les oiseaux ont un besoin vital de se nourrir presque à longueur de journée et on peut les aider en mettant de la nourriture à leur disposition.Oiseau Pinson Des Arbres, Forêt, Plumage

Quelle nourriture ?

Jacques Bougard, Poussannais, membre de la LPO, nous donne quelques conseils :

  « On peut proposer aux oiseaux des boules de graisse contenant des graines diverses à accrocher en hauteur. Proposer aussi des graines de tournesol qui sont les graines les plus caloriques, disposées dans ou sur des mangeoires mises en place à 1 m 50 du sol pour les mettre à l’abri des chats et autres prédateurs. On mettra aussi des graines au sol pour les oiseaux qui se nourrissent exclusivement au sol comme les Pinsons des arbres, les Rouge-gorges… On peut aussi disposer quelques morceaux de pain sec et de la matière grasse (beurre, margarine). Enfin on mettra un petit abreuvoir à fond plat (assiette par exemple) à disposition pour que les oiseaux puissent boire. Par temps de gel vérifier que l’eau ne gèle pas ou la remplacer régulièrement par de l’eau tiède. Boules de graisse et graines de tournesol se trouvent facilement dans le commerce. »

  Des mangeoires de différentes formes et des supports de boules se trouvent aussi dans le commerce mais on peut très bien bricoler par soi-même, comme de simples plateaux par exemple.

  Pour éviter la transmission des maladies entre oiseaux il faut nettoyer régulièrement ces accessoires à l’eau savonneuse. Positionner ces dispositifs si possible au soleil et à l’abri du vent du nord.

  « A leur réveil, les oiseaux sont frigorifiés et affamés et il faut les nourrir chaque matin dès le lever du jour et le soir une heure avant le coucher. La période va de novembre au printemps selon les intempéries. » Rajoute Jacques, un passionné.

LGV Réunion publique à Poussan le 29 novembre par l’Observatoire du Pays de Thau : retour sur le projet

 Dans la continuité des actions menées depuis 2012 afin de préserver notre territoire du tracé actuel de la nouvelle ligne LGV ; devant non seulement l’avancée soudaine de ce projet, véritable cicatrice environnementale irrémédiable avec danger pour l’étang de Thau et son économie, mais aussi devant l’impact sur la  vie quotidienne des citoyens de Thau, leur manque d’informations et l’inertie de nos représentants de tous bords ; l’Observatoire du Pays de Thau organisait, en présence de Sncf-réseau, une réunion publique

d’information :

La consultation du public par le moyen d’une déclaration d’utilité publique va être réalisée à la fin de l’année.

« POUR L’OBSERVATOIRE DU PAYS DE THAU, IL SERA TROP TARD POUR RÉAGIR. IL FAUT SE MOBILISER MAINTENANT. »

Ce 29 novembre à POUSSAN, l’OPT était à Poussan pour vous donner toutes les informations que vous souhaitiez connaître sur ce projet.

L’observatoire du Pays de Thau, est une association qui agit pour les amis de l’environnement, pour celles et ceux qui souhaitent un développement harmonieux sur le territoire du Bassin de Thau, la préservation du cadre de vie, la protection des paysages…

Un groupe constitué d’habitants d’origines diverses, respectueux des engagements de chacun.
L’association précisait :

 

AAAABFlyer Thau LGV verso

Près de 200 personnes, de nombreux Poussannais et tout autant de résidents du Bassin de Thau participaient à cette réunion publique. L’on notait parmi bon nombre d’élus la présence de plusieurs Maires de communes de SAM, (Poussan, Montbazin, Villeveyrac…), des élus municipaux de certaines communes (Frontignan, Loupian, Balaruc le Vieux, Sète, Balaruc Les Bains, parmi d’autres), de Jean-François Eliaou, Député de notre circonscription, De Christophe Morgo, Conseiller Départemental, Vice Président du Conseil Départemental délégué à l’environnement, de Madame Calueba, Vice-Présidente du Conseil Départemental, Circonscription de Sète, de Mr Carabasse, Conseiller Communautaire, groupe minoritaire et de Mr Hercé, Conseiller Municipal de Sète et élu EELV, qui ont pris la parole.

Les membres de l’association s’étaient occupés de l’Organisation de la soirée et dans un premier temps, Madame Brigitte Cohen, Présidente de l’OBS du Pays de Thau revenait sur l’historique du projet car depuis plus de 20 ans, dans le secteur l’on entend régulièrement parler de la ligne LGV. D’ailleurs souvenez-vous :

En février 2021 nous avions communiqué à ce sujet sur le sujet mais à propos de la éclaration d’intention
au titre de l’article L 121-18 du Code de l’Environnement

LGV plan 2021

 

Projet de Ligne nouvelle Montpellier Perpignan

PHASE 1 : SECTION MONTPELLIER-BEZIERS

Mise en compatibilité des documents d’urbanisme

SNCF Réseau, gestionnaire du réseau ferré national, et le Ministère en charge de l’Environnement autorité compétente pour mener la procédure d’enquête publique ou l’autorité à qui il délègue la compétence (préfecture), publiaient la déclaration d’intention relative au projet de Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan concernant la mise en compatibilité des documents d’urbanisme (MECDU) à venir dans le cadre de la procédure d’enquête publique préalable à la DUP, en application des articles L.121-18 et R121-25 du Code de l’environnement.

Elle était consultable à partir du 15 février 2021 jusqu’au 17 avril 2021:

  • Sur le site internet de SNCF Réseau aux adresses suivantes :

sncf-reseau.com/ligne-nouvelle-montpellier-perpignan/declaration-intention-mecdu

https://www.ligne-montpellier-perpignan.com/

  • Sur le site internet de préfecture de l’Hérault à l’adresse suivante :

http://www.herault.gouv.fr/Publications/Consultation-du-public/Declaration-d-intention-de-projet-au-titre-de-l-article-L121-18-du-code-de-l-environnement

Le projet de Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan avait déjà fait l’objet de nombreuses démarches de participation du public, et avait été soumis, en 2009, à débat public. La déclaration d’intention prévue par l’article L. 121-18 du code de l’environnement s’appliquait à la mise en compatibilité des documents d’urbanisme liée à la déclaration d’utilité publique à venir du projet. En ce sens, la déclaration d’intention portait uniquement sur la phase 1 du projet de Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan, sur la section Montpellier – Béziers.

 Remontons dans le temps, car en  novembre 2018, il était communiqué que la décision ministérielle du 1er février 2017 avait acté le principe d’une réalisation phasée du projet de ligne nouvelle Montpellier Perpignan en retenant comme objectif une présentation à l’enquête préalable à la déclaration d’utilité publique de la section la plus circulée entre Montpellier et Béziers, dans un premier temps.

Il était alors précisé : L’enquête d’utilité publique au titre du code de l’environnement et du code de l’expropriation de la section Montpellier – Béziers permettra d’assurer l’information et la participation du public ainsi que la prise en compte des intérêts des tiers lors de l’élaboration des décisions susceptibles d’affecter l’environnement et de nécessiter l’acquisition de parcelles par voie d’expropriation. Les observations et propositions qui seront formulées pendant cette phase ultérieure de consultation seront prises en considération par le maître d’ouvrage et par l’autorité compétente pour prendre la décision de déclaration d’utilité publique de la section Montpellier – Béziers.

Préalablement à l’organisation de l’enquête d’utilité publique de la section Montpellier – Béziers du projet de ligne nouvelle Montpellier – Perpignan, la décision ministérielle du 1er février 201 7 a également demandé l’engagement des démarches permettant de qualifier l’intégralité de la ligne entre Montpellier et Toulouges en projet d’intérêt général (PIG) sur la base du fuseau retenu dans la décision ministérielle du 29 janvier 2016, et selon les modalités prévues par les articles L. 102-1 et R. 102-1 du code de l’urbanisme.

En vue de la prise d’un arrêté préfectoral qualifiant le fuseau acté par la décision ministérielle du 29 janvier 2016 en projet d’intérêt général, un dossier est disponible à l’accueil de la mairie du lundi 22 octobre au vendredi 23 novembre prochain, les participants pourront formuler leurs remarques sur le site internet : pig-lnmp.com« 

Mais déjà auparavant, en 2015

Screen Shot 04-26-15 at 04.58 PM

avait eu lieu à Poussan une réunion publique sur le projet de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan organisée par la SNCF

Voilà ce que proposait alors la LNMP et Edouard Parant, qui était chargé de Mission sur ce projet.

Celle-ci rentrait dans le cadre des réunions de concertation car si le projet de la future ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan a été présenté aux élus et aux habitants des communes concernées depuis début avril, il semble loin de faire l’unanimité.

 

« Pour la LNMP qui avait en charge le dossier : « Pour faire de la grande vitesse, entre 300 et 320 km/h en vitesse commerciale, il faut une ligne spécifique. Surtout si la ligne doit aussi servir au fret. Et la SNCF précise  » Stratégique pour le développement et le rayonnement de la région Languedoc-Roussillon, la Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan s’inscrivait dans le programme des grands projets ferroviaires nationaux conduits par Réseau Ferré de France. »La LNMP rajoutait : « Avec l’objectif de mieux desservir les territoires pour faciliter la mobilité des hommes et générer de nouvelles richesses pour la croissance de la région, le projet de Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan est aussi un enjeu majeur de développement durable. Il répond aux objectifs du Grenelle de l’Environnement en Languedoc-Roussillon.Le projet de Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan, parce qu’il a une forte dimension transfrontalière, répond à la volonté de l’État et de l’Union européenne de réaliser un réseau européen structurant et performant, tant pour la grande vitesse que pour le fret. Ce faisant, la région Languedoc- Roussillon devient un carrefour à la croisée des lignes d’Ouest en Est, vers l’Europe du sud, Espagne et Italie avec l’arc méditerranéen et vers l’Europe du nord, via Nîmes et Lyon. Mi-octobre, la Commission européenne a annoncé son intention de consacrer 26Mds€ sur la période 2014/2020 pour réaliser 9 corridors. La  LNMP fait partie du corridor méditerranée »

Et ses représentants précisaient déjà : « Le dynamisme du Languedoc-Roussillon est une réalité. Son positionnement stratégique sur l’arc méditerranéen reliant l’Espagne et l’Italie, ses bassins urbains à forte croissance démographique, son attractivité touristique et culturelle, son rayonnement européen et ses pôles de recherche universitaire reconnus, en font une région attractive, à fort potentiel de développement. La demande croissante de mobilité est l’un des enjeux majeurs de développement du territoire pour les 25 ans à venir. C’est bien pour accompagner, dans la durée, ce développement constant et faire face aux défis sociaux, économiques et environnementaux de demain, que le projet de Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan est un véritable projet d’avenir pour les hommes et pour les territoires. »

Cette réunion concernait les communes de Balaruc le Vieux, Villeveyrac, Loupian, Bouzigues, Mèze, Montagnac et Poussan et une fois précisés les objectifs du projet les intervenants présentaient :

  • Le tracé de 100 mètres proposé qui sera porté à l’enquête publique.
  • Les sites précis des gares nouvelles de l’agglomération de  Béziers et de Narbonne.
  • La définition du projet.

Screen Shot 04-26-15 at 05.12 PMCliquez sur l’image pour l’agrandir.

Plus de 350 personnes avaient participé à cette réunion qui avec une déclinaison des objectifs suivie d’un premier débat, puis avec une présentation du projet de tracé a duré près de 3 heures.

-« L’acceptabilité sociale et les coûts de réalisation avaient été déterminants dans les choix de la LNMP » selon les intervenants, en 2015 .

DSC_0075Au départ de la commune de Mèze, nous embarquions sur la ligne en trois dimensions pour arriver à celle de Gigean : Les remblais ou les déblais, ainsi que les ouvrages d’Art auront entre 10 et 30 m de haut, les constructions situées en-deçà de 50 m de la Ligne seraient achetées…

DSC_0081 (2)Réactions en chaîne du public lors de cette réunion qui pensait déjà que la Nature sera it fortement impactée avec en plus plusieurs des campagnes ou maisons très proches de l’axe LGV, avec des sites comme la zone des Clash ou le parc d’Issanka sous ou bien près de la Ligne.

Pour certains qui avaient découvert en images le projet de réalisation, les réactions furent instantanées : « C’est une Honte », « Cela va tout changer », « Pas de quoi être fier »…

Le débat était alors déjà lancé.

Chacun avait pu réagir soit sur internet avec www.lalignenouvelle.com soit à l’aide de fiches à imprimer, mais au gré des priorités européennes et celle de l’Etat, le projet a été mis en sommeil avant qu’il ne soit remis au goût du jour avec des interventions répétées de Carole Delga, Présidente de la Région, tandis que depuis qu’il est premier Ministre, Jean Castex, Maire de Prades (PO) à abonder dans son sens. Il n’en fallait pas plus.

D’autant que l’ensemble des élus communautaires de Sète Agglopole à l’exception de ceux de Poussan et Montbazin ont accepté le financement de cette ligne…

D’où une nouvelle consultation du public par le moyen d’une déclaration d’utilité publique qui va être réalisée à partir du 14 décembre.

Et Brigitte Cohen allait nous en dire un peu plus lors de la réunion du 29 novembre 2021…

1 ère vidéo sur :https://youtu.be/bSDyBeptfTY

DSC_0087 (2)Rien n’est encore arrêté et toutes les observations devraient être prises en compte même si certains pensent que « tout est déjà ficelé ».aaaablgvCapture

Déroulement de la réunion à venir…

UNE SECONDE JOURNEE CITOYENNE PRES DES « PINS DES SOLDATS »

Dans un souhait d’associer les habitants de la commune à la réalisation d’actions citoyenes, la Ville de Poussan avait organisé le 29 mai  une première matinée « restauration d’une ancienne oliveraie ». iiver_DSC6913Le site retenu se situe sur un terrain communal non loin des  « Pins des Soldats », en allant vers Loupian après l’entreprise Pierres et traditions. Il avait été proposé de débroussailler les pied et les pourtours  des anciens oliviers sur un mètre, d’effectuer une pré-taille de ces derniers, de remonter des murs de pierres sèches ainsi qu’entreprendre la restauration d’une capitelle, avec l’aide de certains membres de l’association, Pierres et chemins de la Moure… Qui accompagnaient volontaires et néophytes pour les initier… aaaacapiIMG_20211127_091658

Côté taille, un employé communal avait alors initié les bonnes volontés à celle de l’olivier afin de respecter certains principes qui lui assureront longévité.

Cette action qui devrait redonner à ce lieu une autre vie après plusieurs opérations, a connu son second épisode ce 27 novembre avec plus d’une dizaine de volontaires motivés venus dès 9 h pour poursuivre les opérations de débroussaillement tandis que d’autres s’occupaient de dégager les pierres qui étaient tombées au centre de la capitelle avant de penser à sa restauration.

Mr Mariez, Conseiller Municipal  délégué à l’environnement, qui coordonnait les opérations a lancé la matinée. Venus en individuel ou membres d’associations comme  Pierres et chemins de la Moure, des spécialistes,  les Poussannais se sont mis en action…aaaacapiIMG_20211127_091951

Des groupes se sont formés et armés de sécateurs, râteau et autres outils non mécaniques, avec énergie et surtout avec le sourire chacun s’est investi pour que les oliviers reprennent goût à la vie en n’étant plus « étouffés » par des arbustes ou des plantes grimpantes, comme la salsepareille envahissante, puissent à nouveau respirer.

Ce travail s’inscrit dans le plan de gestion des collines de la Moure, lancé récemment par Sète agglopôle et qui couvre 5 communes du territoire (Loupian, Montbazin, Poussan, Villeveyrac et Bouzigues). Près d’un million d’euros y sera consacré par Sète Agglopôle pour les 10 prochaines années, afin d’entretenir et de valoriser cet espace naturel remarquable du territoire.iiverUne bien belle matinée sous le signe de la convivialité, de la protection de l’environnement et de la conservation d’un patrimoine auquel nous tenons car il fait partie de l’histoire de Poussan. Une action citoyenne qui devrait, à priori, être suivie par de nouvelles opérations sur ce site… ou sur d’autres…

Journée citoyenne : « Restauration d’une ancienne oliveraie et d’une capitelle »

aaaacapOlivier-02

Pour faire suite à la première journée de restauration d’une ancienne oliveraie et d’une capitelle qui a eu lieu le 29 mai, une nouvelle matinée aura lieu sur le même site le 27 novembre de 9h à 12h.aaaacapuiCapture

Cette matinée permettra de finaliser le débroussaillement de la parcelle et de continuer le travail de restauration des murets et de la capitelle. Nous serons aidés en cela par l’association « Pierres et chemins de la Moure ».aaaacapOliveraie Plan

Nous vous attendons donc le 27 novembre de 9h à 12h selon vos disponibilités sur le site (voir plan) armés de sécateurs, pioches, pelles, râteaux..aaaaCap-02

Bientôt l’hiver, les mangeoires sont de sortie!

La LPO ne préconise pas nécessairement le nourrissage artificiel de la faune sauvage, cependant, elle entend le souhait de nombre de personnes souhaitant donner un coup de pouce aux oiseaux à la « mauvaise » saison, prendre plaisir à les observer ou réaliser des actions d’éducation à l’environnement par ce biais.
Ainsi, elle vous conseille avant tout de planter des arbustes à baies  et laisser monter en graines  les plantes au jardin, voir par exemple de réserver des fleurs de tournesol avec leurs graines à ressortir en hiver.Geai, Oiseau, Direction Générale De La
Pour celles et ceux qui voudraient malgré tout nourrir sur une mangeoire, elle préconise afin d’éviter la transmissions de maladies  de ne le faire :
- qu’en période de gel prolongé
- sur des mangeoires silos au lieu de plateaux
- en évitant de déposer des boules de graisse par temps humide
Il est par ailleurs nécessaire de choisir des aliments adaptés (proscrire le pain par exemple).
️Afin d’être cohérent pour préserver le vivant il est préconisé d’acheter ces produits sans emballages, sans produits animaux, cultivés localement et en agriculture biologique
« Nous proposons ainsi à la vente du tournesol BIO produit en région Occitanie en sacs de 5 ou 15kg à venir chercher aux heures d’ouverture de notre siège départemental à Villeveyrac (vous pouvez apporter votre propre contenant). » Précise la LPO.
Les bénéfices de ces ventes contribuent au financement du Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage LPO Occitanie – Villeveyrac

 

La signature du Contrat de gestion intégrée et de transition écologique (CGITE) qui concernent 4 agglomérations, 27 communes… Et…

Ce mardi 23 novembre se déroulait la signature du Contrat de gestion intégrée et de transition écologique (CGITE) qui concernent 4 agglomérations, 27 communes, les associations, les citoyens, les chercheurs et les élus : c’est un engagement sans précédent qui mobilise l’ensemble des acteurs du bassin de Thau
Peut être une image de texte qui dit ’CONTRAT DE GESTION INTÉGRÉE ET DE TRANSITION ÉCOLOGIQUE DU TERRITOIRE DE THAU (2020-2025) (2020-’
 Coordonné par le Syndicat mixte du bassin de Thau (SMBT) avec le soutien de nombreux partenaires financiers, c’est un contrat innovant et fédérateur. Il est prévu de mobiliser 600 M € sur cinq ans autour de la transition écologique.
 Sa vocation est de protéger les milieux et le bassin de Thau en agissant sur l’environnement, les activités portuaires, le soutien aux filières, la prévention des inondations ou encore l’alimentation en eau. Sa feuille de route s’articule autour de trois axes majeurs (aménagement résilient et durable, économie littorale globale et innovante et gestion environnementale équilibrée).
Selon le SMBT :  » L’avenir du bassin de Thau se dessine aujourd’hui grâce à une vision transversale doublée d’une action collective orchestrées par l’expertise des équipes du SMBT en matière de gestion intégrée. Les nouvelles technologies et les compétences rassemblées sont au service de l’environnement et des habitants. L’innovation est centrale dans ce contrat ; de même que la participation citoyenne…
Un contrat gagnant-gagnant ! »
aaaacsmbtCapture
 Signature en présence des signataires suivants :
Yves Michel (Président Syndicat mixte bassin de Thau), François Commeinhes (Président de Sète Agglopôle Méditerranée), Gwendoline Chaudoir (Vice-présidente Communauté d’agglomération Hérault), Véronique Négret (Vice-Présidente de Montpellier Méditerranée Métropole), Karine Bonacina (Directrice Régionale de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse), Sébastien Denaja (Conseiller régional Occitanie), Patrice Lafont (Président du Comité Régional Conchylicole de Méditerranée), Bernard Perez (Président du Comité régional des pêches et des élevages marins d’Occitanie) représenté par le Directeur et Thierry Laurent (Sous-préfet, secrétaire général de la préfecture de l’Hérault).

« A la Sainte Catherine… Tout bois prend racine… Oui mais ! »

« A la Sainte Catherine…

Tout bois prend racine… Oui mais ! »

ETE22CaptureAvant de suivre ce dicton populaire, il faut en faire une interprétation. Car dans ce dicton, il s’agit bien « de bois qui prend racine », on peut donc en déduire que les « anciens » avaient remarqué qu’autour de cette date, les arbres avaient beaucoup plus de chances de reprises. Les arbres, mais pas seulement, car à cette époque de l’année en novembre la sève a déjà quitté les parties supérieures des végétaux. C’est une période de repos favorable aux plantations. Bien sûr, s’il pleut, s’il vente, s’il gèle…, il faut s’abstenir de planter à la Sainte Catherine.

Ce dicton pris au pied de la lettre, semble bien faire référence au bouturage, et petit à petit il s’est transformé en une incitation à planter tout et n’importe quoi au jardin, quels que soient les végétaux et les conditions climatiques. Dans ce cas le jardinier s’expose alors à de nombreuses désillusions car les paramètres à prendre en compte sont nombreux avant de planter en cette saison.ETE66Capture

Planter un arbre en novembre permet donc à son système racinaire de bien s’installer avant les grands froids. Au printemps, l’arbre repartira avec d’autant plus de vigueur que son système racinaire sera bien développé. Il sera également plus résistant en cas de sécheresse, mais attention il faut une terre sèche, sinon la gelée tuera votre plantation. On arrosera ensuite, et par précaution, n’oubliez pas de « pailler » le pied.ETECapture

Georges Cantin

Amélioration du Cadre de Vie : fin des travaux dans le quartier de Maluzan

Peut être une image de arbre et plein airAmélioration du Cadre de Vie : fin des travaux dans le quartier de Maluzan : réfection partielle de la voirie et des trottoirs, mise aux normes pour les personnes à mobilité réduite, stationnement et création de zone espaces verts pour améliorer le cadre de vie des habitants du quartier.Peut être une image de arbre et plein air

La stratégie et quelles sont les actions menées par Sète agglopôle méditerranée pour lutter contre le réchauffement climatique

Quelle est la stratégie et quelles sont les actions menées par Sète agglopôle méditerranée pour lutter à l’échelle de son territoire, contre le réchauffement climatique, atténuer les pollutions ou amplifier le recours aux énergies renouvelables ?
La réflexion autour du Plan Climat Air Énergie Territorial lancée fin 2017 vient d’être finalisée avec l’adoption définitive d’un plan d’actions lors du Conseil communautaire du 21 octobre 2021.Aucune description de photo disponible.
Le document a été élaboré en concertation avec les élus et acteurs locaux du territoire. 53 M€ y sont consacrés entre 2021 et 2026 à travers 60 actions. Plus d’infos sur https://bit.ly/3ori9rR

Vous voulez savoir s’il y a ou non une modification du ramassage des déchets dans votre secteur d’habitation le 11 novembre ?

Jeudi c’est le 11 novembre, un jour férié !
Vous voulez savoir s’il y a ou non une modification du ramassage des déchets dans votre secteur d’habitation ? Ayez le bon réflexe en consultant l’outil dédié aux usagers des 14 communes du territoire.
Il vous suffit de saisir votre adresse et de cliquer à l’endroit habituel de dépôt pour connaitre les jours de ramassage de vos ordures ménagères et de vos bacs de tri sélectif. Vous pouvez également localiser la déchetterie et les points d’apport volontaire les plus proches de chez vous (verre, papier…).