Gaz et électricité : faut-il changer de fournisseur ?

Depuis 2007, les marchés de l’énergie sont ouverts à la concurrence. Cela signifie qu’en plus des entreprises historiques, vous avez la liberté de choisir parmi une multitude de fournisseurs et pouvez opter pour différents types d’offres.

geofCapture

Option 1 :
Tarif règlementé et prix du marché, quelles différences ?

Le tarif réglementé est un prix fixé par les pouvoirs publics et appliqué uniquement par les fournisseurs historiques. À l’inverse, les offres dites « de marché » sont souscrites auprès du fournisseur de votre choix, et leur prix est fixé librement dans le cadre d’un contrat. L’offre de marché peut être à prix fixe ou à prix indexé.

Prix fixes et prix indexés, qu’es aquò ?

Les offres de marché à prix indexés varient en fonction de l’évolution d’une valeur de référence indiquée dans le contrat. Par exemple, si le prix de l’énergie est indexé sur les tarifs réglementés, alors le tarif indexé évoluera proportionnellement au tarif réglementé.
Pour les offres de marché à prix fixe, les fournisseurs s’engagent sur le prix pendant une durée déterminée mais les consommateurs peuvent, s’ils le souhaitent, changer d’offre ou de fournisseur à tout moment, sans frais. Mais attention : dans la plupart des offres à prix fixe, les fournisseurs s’engagent sur le prix de l’énergie (en kWh) uniquement. En revanche, l’abonnement et les taxes peuvent évoluer.

Durée du contrat et engagement, quels droits aujourd’hui pour le consommateur ?

Le changement de fournisseur est gratuit : aucun frais de dossier ne peut être réclamé. Le nombre de changements de fournisseur n’est pas limité et il n’y a pas de période minimum d’engagement. Il vous suffit de souscrire chez ce nouveau fournisseur et ce dernier s’occupe de tout. Il n’y aura pas de coupure même brève. Les litiges portent souvent sur les consommations facturées par l’ancien ou le nouveau fournisseur. Vous pouvez donc réaliser vous-même le relevé au moment du changement de fournisseur, et communiqués l’index relevé aux deux fournisseurs.

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter l’Espace INFO→ÉNERGIE de l’Association GEFOSAT au 04 67 13 80 90.

Option 2 – Électricité « verte » : « Green washing » ou réelle opportunité ?


Qu’est-ce que l’électricité « verte » proposée aujourd’hui par la majorité des fournisseurs ? :

Le terme d’électricité « verte » désigne l’électricité produite uniquement à partir de sources
d’énergies renouvelables telles que l’énergie hydraulique, éolienne, solaire, géothermique ou encore
issues de la biomasse (bois, bio-gaz, gaz de station d’épuration…).
Une offre de fourniture d’électricité est dite « verte » si le fournisseur peut prouver qu’il a produit ou
acheté de l’électricité d’origine renouvelable en quantité équivalente à la consommation des clients
ayant souscrit à cette offre. Pour prouver l’origine de l’électricité produite à partir de sources
renouvelables, seules les garanties d’origine ont valeur de certification.

À partir de là, il faut savoir

qu’il existe deux types d’offres « vertes » : les offres dans lesquelles le fournisseur s’engage
uniquement à acquérir suffisamment de garanties d’origine et des offres dans lesquelles le
fournisseur s’engage, en plus, à acheter directement de l’électricité verte à des producteurs locaux.
Pour savoir si une offre est toute ou en partie « verte », il faut consulter les conditions générales de
vente du contrat ou utiliser le comparateur du médiateur national de l’énergie :
http://comparateur.energie-info.fr


Rappelons tout de même que l’électricité la plus verte est celle que l’on ne consommera pas, grâce à
des actions de sobriété énergétique, associés à de la maitrise de l’énergie et à des travaux de
rénovation.


Pour plus d’information sur la maitrise de l’énergie, la production d’énergie, ou la rénovation
énergétique, vous pouvez contacter l’Espace INFO→ÉNERGIE de l’association GEFOSAT au 04 67 13
80 90. Conseils neutres et gratuits.

Plan Vigipirate renforcé

vigipirate
 
 L’ensemble du territoire national est élevé au niveau VIGIPIRATE « Urgence Attentat »

Compte-tenu des circonstances et des risques de réplique, la priorité est de  renforcer la sécurisation des lieux de rassemblement et des grands  espaces de commerce marqués par une forte affluence lors des fêtes de  fin d’année. Les principales mesures additionnelles activées sont :

  • Le renforcement de la surveillance et le contrôle des rassemblements, au niveau national, avec une attention particulière sur les marchés de Noël (vigilance accrue lors des contrôles mis en place aux différents accès de ces rassemblement);
  • Le renforcement des contrôles des accès des personnes, des véhicules et des objets entrants, avec un effort au niveau national sur les grands espaces de commerce;Le renforcement de la sécurité des établissements de santé dans la zone Est;
  • Le renforcement, la coordination des services assurant la mission de garde frontière, en particulier frontière Franco-Allemande, ainsi que les frontières Belge, Luxembourgeoise et Suisse.

Le plan Vigipirate poursuit deux  objectifs : 

  • développer une culture de la vigilance et de la sécurité dans l’ensemble de la société,  afin de prévenir ou déceler, le plus en amont possible, toute menace d’action terroriste ;
  • assurer en permanence une protection adaptée des citoyens, du territoire et des intérêts de la France contre la menace terroriste.

Plus d’informations sur : www.herault.gouv.fr

 
 
 

Point sur la sécurité publique à Poussan

David Feret, le nouveau chef de poste, a mis en place de nouveaux horaires permettant une couverture de présence plus large dès le début d’année 2019. Dès à présent, des patrouilles plus nombreuses et mieux ciblées ont été développées, souvent en relation étroite avec la gendarmerie.

Ces actions répétées qui vont encore se renforcer commencent à porter leurs fruits.secuCapture

Vitesse

Dans le cadre des patrouilles, des contrôles de vitesse plus réguliers sont mis en place, de nombreux automobilistes roulent encore trop vite en ville. Nous vous rappelons que beaucoup de rues et axes principaux sont limités à 30 km/h.

Civisme

De nombreux Poussannais ont encore la fâcheuse habitude de laisser les besoins de leurs animaux domestiques sur nos trottoirs. Rappelons quelques règles de civisme élémentaire : la municipalité a mis à votre disposition dans plusieurs points du village des petits sacs pour ramasser les déjections de votre animal.

Rappel de la loi : Il est rappelé aux propriétaires de chiens, que le fait de laisser son animal faire ses besoins en dehors des emplacements prévus à cet effet ou non ramassés, est passible d’une contravention de 2° classe, soit pouvant atteindre 135 € , infraction prévue par l’article R 632-1 du code pénal. Il en est de même pour la divagation d’un animal, infraction prévue par l’article R 622-2 du code pénal. Les patrouilles auront à charge de constater les infractions en cas de non-respect durant leur service notamment pédestre.

Tranquillité

La police municipale est présente et fait le maximum pour maintenir le calme à Poussan. Elle organise même des rondes de nuit, en relation avec la gendarmerie. Nous pouvons les aider en restant vigilants à ce qui nous entoure. N’hésitez pas à communiquer toute information susceptible d’aider les policiers municipaux et la gendarmerie à accomplir leur mission de sécurité publique pour qu’il fasse bon vivre à Poussan. Les informations ainsi recueillies sont précieuses. C’est ensemble que nous pourrons être encore plus efficaces. A l’approche des fêtes de fin d’année et des vacances scolaires nous vous rappelons que vous pouvez faire appel à la police municipale dans le cadre de l’opération tranquillité vacances. Pour bénéficier du dispositif, il faut faire une demande en passant au poste de police au moins 2 jours avant la date de votre départ afin de remplir le document reprenant les informations nécessaires au passage des agents.

Vidéo protection

Les travaux de la vidéo protection sont terminés comme prévu et les réseaux des caméras sont opérationnels à 100%. Pas moins de 24 caméras ont été posées et raccordées aux endroits les plus sensibles, entrées de ville, carrefours, stops, etc… La sécurisation du centre ville est une priorité, entre les patrouilles de la police municipale et la gendarmerie, les caméras sont un atout précieux, la haute qualité du matériel choisi est à la hauteur et nous ne ménageons pas nos efforts.

Une veille technologique et une étude d’extension sont prévues pour faire évoluer le système de la manière la plus efficace possible.

Circulation à vélo

Les casques de vélo sont obligatoires pour les moins de 12 ans, qu’il soit conducteur ou passager. Attention, un vélo est un véhicule et il ne doit pas circuler sur les trottoirs et prendre les sens interdits. En cette période hivernale où la nuit tombe vite, pensez à mettre le gilet de sécurité pour plus de visibilité !

 

 

Météo : une vidéo pour tout comprendre sur les niveaux de vigilance

Illustration 1Crédits : © He2 – Fotolia.com

Illustration 1

Vents violents, pluie, orages, neige, grand froid… : quelle vigilance en cas de danger météorologique ? Pour tout savoir sur le sujet, retrouvez notre vidéo avec toutes les réponses pratiques aux questions que vous vous posez sur les niveaux de vigilance météorologique.

Cette vidéo sur les niveaux de vigilance météorologique vous informe en effet des différents échelons de risques établis par Météo France en fonction de la nature des phénomènes météorologiques prévus.

4 couleurs correspondant à des niveaux de risque sont utilisées :

  • Vert : pas de vigilance particulière.
  • Jaune : soyez attentif. Si vous pratiquez des activités sensibles au risque météorologique ou exposées aux crues, des phénomènes habituels dans la région mais occasionnellement et localement dangereux (ex. mistral, orage d’été, montée des eaux ) sont en effet prévus. Tenez-vous au courant de l’évolution de la situation.
  • Orange : soyez très vigilant. Des phénomènes dangereux sont prévus. Tenez-vous au courant de l’évolution de la situation et suivez les conseils de sécurité émis par les pouvoirs publics.
  • Rouge : une vigilance absolue s’impose. Des phénomènes dangereux d’intensité exceptionnelle sont prévus. Tenez-vous régulièrement au courant de l’évolution de la situation et respectez impérativement les consignes de sécurité émises par les pouvoirs publics.

Sur la carte de France de vigilance météorologique , Météo France met une couleur à chaque département en fonction de la situation météorologique du moment. En cas de vigilance pour vagues-submersion, le littoral des départements côtiers concernés est également coloré.

  À savoir :

En vigilance orange et rouge, un pictogramme précise sur la carte le type de phénomène prévu : vent violent, vagues-submersion, pluie-inondation, inondation, orages, neige/verglas, avalanches, canicule, grand froid. La carte est alors accompagnée de bulletins de vigilance, actualisés aussi souvent que nécessaire. Ces bulletins précisent l’évolution du phénomène, sa trajectoire, son intensité et sa fin, ainsi que les conséquences possibles de ce phénomène et les conseils de comportement définis par les pouvoirs publics.

Plan de déplacements urbains : à l’heure des réunions publiques

       L’image contient peut-être : une personne ou plus
Mobilités, ensemble, inventons demain ! Parce que la mobilité, c’est l’affaire de tous !
Vélo, train, bus, voiture, navettes maritimes… Autant de moyens de transport de notre quotidien, en lien direct avec l’environnement, la sécurité, l’accessibilité, la qualité de l’air, le stationnement, …

Ce mercredi 28 novembre, à la MJC de Poussan, vous pouviez échanger et donner votre avis sur les nouvelles solutions de mobilité pour les 10 prochaines années. Pour cela, 5 réunions publiques sont en effet organisées sur le projet de Plan de déplacements urbains de Sète agglopôle méditerranée.

Car un diagnostic des déplacements a été réalisé, dressant un état des lieux sans concessions de la mobilité sur les 14 communes de Sète agglopôle méditerranée.

dupCapture

Chaque jour, 435 000 déplacements sont réalisés sur notre territoire. Cela représente près de 4 déplacements par habitant en moyenne. Et malheureusement, une grande partie sont encore trop souvent réalisés en voiture, qui reste largement majoritaire (60%), avec son cortège de nuisances : bouchons, pollution, insécurité routière, bruit. Il est urgent de trouver des solutions alternatives pour éviter l’embolie du territoire, notamment lors de la saison estivale durant laquelle la population double, voire triple selon les secteurs…

Un diagnostic des déplacements riche d’enseignements

- Agrandir l'image, .JPG 589Ko (fenêtre modale)Un territoire hautement touristique

Plus du 1/3 des déplacements est réalisé pour aller au travail tous les jours. Or, lorsque l’on étudie plus précisément l’usage de la voiture, on ne comptabilise qu’1,3 passager par véhicule ! Cela signifie que ces voitures circulent majoritairement à vide, offrant de grandes opportunités de développement pour le covoiturage par exemple.

En moyenne, nous passons 50 à 65 minutes par jour dans les déplacements, pour un trajet moyen de 7,5 km. Ainsi, beaucoup d’entre nous perdent beaucoup de temps coincés dans les bouchons… en voiture ou en bus.

- Agrandir l'image, .JPG 316Ko (fenêtre modale)50 à 65 minutes par jour passées en moyenne dans les déplacements

Autre enseignement, le cœur d’agglomération constitué par le triangle Sète-Frontignan-les 2 Balaruc concentre la majorité des équipements publics, des zones d’emplois et des grandes zones commerciales, générant de très nombreux déplacements. C’est donc dans ce secteur que l’on retrouve les grands corridors de déplacements, avec une concentration des difficultés circulatoires en particulier aux heures de pointe.  Ainsi, chaque jour, 184 500 déplacements sont réalisés dans ou en liaison avec la ville centre, Sète, qui connait une embolie circulatoire chaque été, avec l’afflux massif de visiteurs. Cette situation ne peut raisonnablement pas durer, pour la qualité de vie des habitants, mais aussi des touristes. Des solutions sont à trouver pour accéder au cœur d’agglomération en transports en commun, voire… en navettes maritimes inter-étang de Thau.

- Agrandir l'image, .JPG 283Ko (fenêtre modale)Les navettes maritimes intercanaux

Pour terminer, avec près de 70 000 déplacements externes, rentrants ou sortants du territoire, Sète agglôpole méditerranée reste une agglomération orientée vers l’extérieur, et notamment la Métropole voisine. Des pistes d’amélioration sont également à envisager vers les territoires voisins.

Pour le moment, la voiture demeure la reine des déplacements sur notre territoire. Pourtant, un changement des habitudes de déplacements, et notamment de la dépendance à la voiture est devenu indispensable. Cela passe par le déploiement et le développement de solutions alternatives crédibles et efficaces : transports en commun, navettes maritimes, modes actifs, covoiturage…. C’est tout l’enjeu du Plan de Déplacements Urbains de Sète agglopôle méditerranée.

« Un changement indispensable des habitudes de déplacements et notamment vis-à-vis de la voiture.

La concertation citoyenne sur le Plan de Déplacements Urbains de Sète agglopôle Méditerranée avait été lancée officiellement mardi 26 juin par Norbert CHAPLIN, Vice-président délégué aux politiques de mobilité. Il était accompagné de Laura Jourdan, en charge du PDU et des bureaux d’Etudes Horizon Conseil et Stratis. »

Plus de 200 acteurs du territoire ont été mobilisés sur l’élaboration du PDU

A chaque phase d’élaboration du PDU, une concertation partenariale avec les acteurs techniques, socio-économiques et associatifs du territoire a été mise en place.

2 phases d’ateliers ont été réalisées.

La première phase d’ateliers sur le diagnostic et les enjeux en mars 2018, a mobilisé près de 130 acteurs représentatifs du territoire.

La seconde phase, menée en septembre 2018 était consacrée au pré-projet PDU, en s’appuyant sur les enseignements de la première phase et sur les actions envisagées dans le pré-projet par le bureau d’études. Cette 2ème phase d’ateliers de concertation a mobilisé plus de 80 personnes représentatives du territoire intercommunal. Elle avait un double objectif : évaluer les actions envisagées et proposer des solutions complémentaires.

 

dup22Capture

Les ateliers étaient organisés autour des 4 grands objectifs du pré-projet PDU :

  • Atelier 1 – Des transports en commun plus performants et attractifs
  • Atelier 2 – Un meilleur partage de l’espace dans les centres des communes
  • Atelier 3 – Une mobilité apaisée sur les courtes et moyennes distances
  • Atelier 4 – De nouvelles pratiques de mobilité pour des déplacements plus harmonieux

« A cet égard, cette concertation partenariale a constitué un véritable foisonnement d’idées et de propositions, permettant surtout d’enrichir la vision technique et l’acceptabilité du pré-projet PDU.
Elle a dégagé ainsi des attentes fortes pour l’avenir de nos déplacements, avec des propositions complémentaires émergentes, portées à la connaissance des techniciens et élus du territoire qui feront des choix d’intégration ou pas de certaines au projet. Le projet PDU qui en découle sera ensuite soumis à l’ensemble des habitants du territoire dans le cadre d’une concertation citoyenne élargie fin 2018. »

Ce mercredi à Poussan, le projet a été présenté afin que les participants à la réunion et les personnes intéressées présentes puissent donner leurs avis avant que celui-ci ne soit définitivement proposé aux élus de Sète Agglopôle et puis voté en Conseil Communautaire début 2019, en principe.

dup3Capture

 dup4Capture

dup5Capturedup569Capture
Jacques Adgé, Maire de Poussan et Vice Président de SAM avec Norbert Chaplin, Vice Président aussi, délégué aux politiques de mobilité : organisation des transports publics, aménagement des infrastructures, plan de déplacement urbain et accessibilité présentaient la soirée puis laissaient rapidement la parole aux différents techniciens.
Près de cinquante personnes allaient écouter attentivement les orateurs avant de poser des questions ou de donner des pistes de réflexions aux techniciens ouverts à la concertation : voies douces ou pistes cyclables, utilisation des anciennes voies ferrées, financement, qu’est-ce qui sera privatisé ou associatif ? le maillage pour les pistes cyclables, les TER, les horaires des bus…
(Nous vous en dirons un peu plus, une fois toutes les réunions terminées).
dup9999Capture
Le projet devrait être validé définitivement fin 2019 et si des actions pourraient voir le jour en 2021, il devrait se développer pleinement à partir de 2022 et  ceci jusqu’à 2030, progressivement, car au-delà des actions et des infrastructures il y a le comportement des habitants du territoire (SAM) qui devra peu à peu évoluer en fonction de ce qui leur sera proposé.
dup777Capture

Le rapport « Développement Durable » de SAM, 2018 est arrivé

Sète agglopôle présente un bilan synthétique des actions et des politiques publiques menées par Sète agglopôle (plus de 100 actions) dans les domaines de l’habitat et de la rénovation urbaine, du transport, de la culture, de la gestion des déchets ou encore de la préservation des espaces naturels…qui contribuent particulièrement aux objectifs du développement durable.vbnCapture
Le rapport est décliné en 5 axes :
  • lutte contre le changement climatique,
  • préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources,
  • cohésion sociale et solidarité entre les territoires et les générations,
  • épanouissement de tous les êtres humains,
  • production et consommation responsable.

Synthèse du rapport 2018 en matière de développement durable