LGV Réunion publique à Poussan le 29 novembre par l’Observatoire du Pays de Thau : retour sur le projet

 Dans la continuité des actions menées depuis 2012 afin de préserver notre territoire du tracé actuel de la nouvelle ligne LGV ; devant non seulement l’avancée soudaine de ce projet, véritable cicatrice environnementale irrémédiable avec danger pour l’étang de Thau et son économie, mais aussi devant l’impact sur la  vie quotidienne des citoyens de Thau, leur manque d’informations et l’inertie de nos représentants de tous bords ; l’Observatoire du Pays de Thau organisait, en présence de Sncf-réseau, une réunion publique

d’information :

La consultation du public par le moyen d’une déclaration d’utilité publique va être réalisée à la fin de l’année.

« POUR L’OBSERVATOIRE DU PAYS DE THAU, IL SERA TROP TARD POUR RÉAGIR. IL FAUT SE MOBILISER MAINTENANT. »

Ce 29 novembre à POUSSAN, l’OPT était à Poussan pour vous donner toutes les informations que vous souhaitiez connaître sur ce projet.

L’observatoire du Pays de Thau, est une association qui agit pour les amis de l’environnement, pour celles et ceux qui souhaitent un développement harmonieux sur le territoire du Bassin de Thau, la préservation du cadre de vie, la protection des paysages…

Un groupe constitué d’habitants d’origines diverses, respectueux des engagements de chacun.
L’association précisait :

 

AAAABFlyer Thau LGV verso

Près de 200 personnes, de nombreux Poussannais et tout autant de résidents du Bassin de Thau participaient à cette réunion publique. L’on notait parmi bon nombre d’élus la présence de plusieurs Maires de communes de SAM, (Poussan, Montbazin, Villeveyrac…), des élus municipaux de certaines communes (Frontignan, Loupian, Balaruc le Vieux, Sète, Balaruc Les Bains, parmi d’autres), de Jean-François Eliaou, Député de notre circonscription, De Christophe Morgo, Conseiller Départemental, Vice Président du Conseil Départemental délégué à l’environnement, de Madame Calueba, Vice-Présidente du Conseil Départemental, Circonscription de Sète, de Mr Carabasse, Conseiller Communautaire, groupe minoritaire et de Mr Hercé, Conseiller Municipal de Sète et élu EELV, qui ont pris la parole.

Les membres de l’association s’étaient occupés de l’Organisation de la soirée et dans un premier temps, Madame Brigitte Cohen, Présidente de l’OBS du Pays de Thau revenait sur l’historique du projet car depuis plus de 20 ans, dans le secteur l’on entend régulièrement parler de la ligne LGV. D’ailleurs souvenez-vous :

En février 2021 nous avions communiqué à ce sujet sur le sujet mais à propos de la éclaration d’intention
au titre de l’article L 121-18 du Code de l’Environnement

LGV plan 2021

 

Projet de Ligne nouvelle Montpellier Perpignan

PHASE 1 : SECTION MONTPELLIER-BEZIERS

Mise en compatibilité des documents d’urbanisme

SNCF Réseau, gestionnaire du réseau ferré national, et le Ministère en charge de l’Environnement autorité compétente pour mener la procédure d’enquête publique ou l’autorité à qui il délègue la compétence (préfecture), publiaient la déclaration d’intention relative au projet de Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan concernant la mise en compatibilité des documents d’urbanisme (MECDU) à venir dans le cadre de la procédure d’enquête publique préalable à la DUP, en application des articles L.121-18 et R121-25 du Code de l’environnement.

Elle était consultable à partir du 15 février 2021 jusqu’au 17 avril 2021:

  • Sur le site internet de SNCF Réseau aux adresses suivantes :

sncf-reseau.com/ligne-nouvelle-montpellier-perpignan/declaration-intention-mecdu

https://www.ligne-montpellier-perpignan.com/

  • Sur le site internet de préfecture de l’Hérault à l’adresse suivante :

http://www.herault.gouv.fr/Publications/Consultation-du-public/Declaration-d-intention-de-projet-au-titre-de-l-article-L121-18-du-code-de-l-environnement

Le projet de Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan avait déjà fait l’objet de nombreuses démarches de participation du public, et avait été soumis, en 2009, à débat public. La déclaration d’intention prévue par l’article L. 121-18 du code de l’environnement s’appliquait à la mise en compatibilité des documents d’urbanisme liée à la déclaration d’utilité publique à venir du projet. En ce sens, la déclaration d’intention portait uniquement sur la phase 1 du projet de Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan, sur la section Montpellier – Béziers.

 Remontons dans le temps, car en  novembre 2018, il était communiqué que la décision ministérielle du 1er février 2017 avait acté le principe d’une réalisation phasée du projet de ligne nouvelle Montpellier Perpignan en retenant comme objectif une présentation à l’enquête préalable à la déclaration d’utilité publique de la section la plus circulée entre Montpellier et Béziers, dans un premier temps.

Il était alors précisé : L’enquête d’utilité publique au titre du code de l’environnement et du code de l’expropriation de la section Montpellier – Béziers permettra d’assurer l’information et la participation du public ainsi que la prise en compte des intérêts des tiers lors de l’élaboration des décisions susceptibles d’affecter l’environnement et de nécessiter l’acquisition de parcelles par voie d’expropriation. Les observations et propositions qui seront formulées pendant cette phase ultérieure de consultation seront prises en considération par le maître d’ouvrage et par l’autorité compétente pour prendre la décision de déclaration d’utilité publique de la section Montpellier – Béziers.

Préalablement à l’organisation de l’enquête d’utilité publique de la section Montpellier – Béziers du projet de ligne nouvelle Montpellier – Perpignan, la décision ministérielle du 1er février 201 7 a également demandé l’engagement des démarches permettant de qualifier l’intégralité de la ligne entre Montpellier et Toulouges en projet d’intérêt général (PIG) sur la base du fuseau retenu dans la décision ministérielle du 29 janvier 2016, et selon les modalités prévues par les articles L. 102-1 et R. 102-1 du code de l’urbanisme.

En vue de la prise d’un arrêté préfectoral qualifiant le fuseau acté par la décision ministérielle du 29 janvier 2016 en projet d’intérêt général, un dossier est disponible à l’accueil de la mairie du lundi 22 octobre au vendredi 23 novembre prochain, les participants pourront formuler leurs remarques sur le site internet : pig-lnmp.com« 

Mais déjà auparavant, en 2015

Screen Shot 04-26-15 at 04.58 PM

avait eu lieu à Poussan une réunion publique sur le projet de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan organisée par la SNCF

Voilà ce que proposait alors la LNMP et Edouard Parant, qui était chargé de Mission sur ce projet.

Celle-ci rentrait dans le cadre des réunions de concertation car si le projet de la future ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan a été présenté aux élus et aux habitants des communes concernées depuis début avril, il semble loin de faire l’unanimité.

 

« Pour la LNMP qui avait en charge le dossier : « Pour faire de la grande vitesse, entre 300 et 320 km/h en vitesse commerciale, il faut une ligne spécifique. Surtout si la ligne doit aussi servir au fret. Et la SNCF précise  » Stratégique pour le développement et le rayonnement de la région Languedoc-Roussillon, la Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan s’inscrivait dans le programme des grands projets ferroviaires nationaux conduits par Réseau Ferré de France. »La LNMP rajoutait : « Avec l’objectif de mieux desservir les territoires pour faciliter la mobilité des hommes et générer de nouvelles richesses pour la croissance de la région, le projet de Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan est aussi un enjeu majeur de développement durable. Il répond aux objectifs du Grenelle de l’Environnement en Languedoc-Roussillon.Le projet de Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan, parce qu’il a une forte dimension transfrontalière, répond à la volonté de l’État et de l’Union européenne de réaliser un réseau européen structurant et performant, tant pour la grande vitesse que pour le fret. Ce faisant, la région Languedoc- Roussillon devient un carrefour à la croisée des lignes d’Ouest en Est, vers l’Europe du sud, Espagne et Italie avec l’arc méditerranéen et vers l’Europe du nord, via Nîmes et Lyon. Mi-octobre, la Commission européenne a annoncé son intention de consacrer 26Mds€ sur la période 2014/2020 pour réaliser 9 corridors. La  LNMP fait partie du corridor méditerranée »

Et ses représentants précisaient déjà : « Le dynamisme du Languedoc-Roussillon est une réalité. Son positionnement stratégique sur l’arc méditerranéen reliant l’Espagne et l’Italie, ses bassins urbains à forte croissance démographique, son attractivité touristique et culturelle, son rayonnement européen et ses pôles de recherche universitaire reconnus, en font une région attractive, à fort potentiel de développement. La demande croissante de mobilité est l’un des enjeux majeurs de développement du territoire pour les 25 ans à venir. C’est bien pour accompagner, dans la durée, ce développement constant et faire face aux défis sociaux, économiques et environnementaux de demain, que le projet de Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan est un véritable projet d’avenir pour les hommes et pour les territoires. »

Cette réunion concernait les communes de Balaruc le Vieux, Villeveyrac, Loupian, Bouzigues, Mèze, Montagnac et Poussan et une fois précisés les objectifs du projet les intervenants présentaient :

  • Le tracé de 100 mètres proposé qui sera porté à l’enquête publique.
  • Les sites précis des gares nouvelles de l’agglomération de  Béziers et de Narbonne.
  • La définition du projet.

Screen Shot 04-26-15 at 05.12 PMCliquez sur l’image pour l’agrandir.

Plus de 350 personnes avaient participé à cette réunion qui avec une déclinaison des objectifs suivie d’un premier débat, puis avec une présentation du projet de tracé a duré près de 3 heures.

-« L’acceptabilité sociale et les coûts de réalisation avaient été déterminants dans les choix de la LNMP » selon les intervenants, en 2015 .

DSC_0075Au départ de la commune de Mèze, nous embarquions sur la ligne en trois dimensions pour arriver à celle de Gigean : Les remblais ou les déblais, ainsi que les ouvrages d’Art auront entre 10 et 30 m de haut, les constructions situées en-deçà de 50 m de la Ligne seraient achetées…

DSC_0081 (2)Réactions en chaîne du public lors de cette réunion qui pensait déjà que la Nature sera it fortement impactée avec en plus plusieurs des campagnes ou maisons très proches de l’axe LGV, avec des sites comme la zone des Clash ou le parc d’Issanka sous ou bien près de la Ligne.

Pour certains qui avaient découvert en images le projet de réalisation, les réactions furent instantanées : « C’est une Honte », « Cela va tout changer », « Pas de quoi être fier »…

Le débat était alors déjà lancé.

Chacun avait pu réagir soit sur internet avec www.lalignenouvelle.com soit à l’aide de fiches à imprimer, mais au gré des priorités européennes et celle de l’Etat, le projet a été mis en sommeil avant qu’il ne soit remis au goût du jour avec des interventions répétées de Carole Delga, Présidente de la Région, tandis que depuis qu’il est premier Ministre, Jean Castex, Maire de Prades (PO) à abonder dans son sens. Il n’en fallait pas plus.

D’autant que l’ensemble des élus communautaires de Sète Agglopole à l’exception de ceux de Poussan et Montbazin ont accepté le financement de cette ligne…

D’où une nouvelle consultation du public par le moyen d’une déclaration d’utilité publique qui va être réalisée à partir du 14 décembre.

Et Brigitte Cohen allait nous en dire un peu plus lors de la réunion du 29 novembre 2021…

1 ère vidéo sur :https://youtu.be/bSDyBeptfTY

DSC_0087 (2)Rien n’est encore arrêté et toutes les observations devraient être prises en compte même si certains pensent que « tout est déjà ficelé ».aaaablgvCapture

Déroulement de la réunion à venir…

Une conférence instructive sur « les progrès en cancérologie », par le Professeur Jean Bernard Dubois

Dans le cadre d’Octobre Rose, la Ville de Poussan organisait une conférence sur « les progrès en cancérologie » par le Professeur Jean Bernard Dubois, Président du Comité de l’Hérault de la Ligue contre le cancer ce 14 octobre à la salle de spectacle de la MJC.Madame le Maire, Florence Sanchez, son 1er Adjoint, Henry-Paul Bonneau et Géraldine Lakanal, Adjointe Déléguée à la Santé et au affaires sociales, accueillaient le Professeur Dubois devant un public assez nombreux, avec bien-sûr des Poussannais ,des membres locaux de la Ligue contre le Cancer,  plusieurs élus Poussannais,  mais aussi ceux de communes voisines, venus s’informer.
Vidéo de présentation : https://youtu.be/X_biCUgeQY4
aaaacun33IMG_20211014_184508

Le Professeur allait durant plus d’une heure aborder différents composants de la cancérologie, revenant sur le passé, pour faire un point sur les situations actuelles (Bilans, traitements) avant de se projeter dans un avenir qui pour lui est plein d’espoir puisque en 10 ans, que l’on parle en terme de prévention, de détection, de soins, de traitements et de dépistages, de guérison, d’adaptation aux soins, de méthodologie , pour la prise e charge des patients et leurs suivis, tout s’est accéléré, même si en 2020, le COVID devrait avoir mis un coup de frein au niveau prévention.
Malgré ces progrès, face à de très nombreux cancers il faut sans cesse se remettre en question pour aller plus loin, tous ensemble…  
 
Créée en 1918, la Ligue contre le cancer est une association loi 1901 à but non lucratif et reconnue d’utilité publique. Premier financeur associatif de la recherche contre le cancer en France, elle regroupe 103 Comités départementaux qui luttent dans trois directions complémentaires : la recherche ; l’information, la prévention et la promotion des dépistages ; et les actions pour les malades et leurs proches.
 2 autres vidéos de la conférence en téléchargement
Plus d’informations : http://www.ligue-cancer.net

https://youtu.be/lnnQv8bcQVw

aaaacun22

Informer, sensibiliser, prévenir pour lutter efficacement contre le cancer

La Ligue communique régulièrement sur les bienfaits d’une hygiène de vie adaptée, sur les facteurs de risque et sur l’importance des programmes de dépistages organisés. Nous agissons pour le respect ou le renforcement des lois et des réglementations visant à interdire la diffusion de produits industriels nuisibles à la santé.

Vidéo conférence n°2 : https://youtu.be/NLCpKG-YsNw

  • Prévenir pour protéger

    La prévention des cancers

    40% des cancers sont évitables ! En modifiant certaines habitudes ou notre mode de vie, nous pouvons agir au quotidien.

    Les premiers facteurs de risque de cancer sont le tabac et l’alcool.

    Le tabac est directement responsable de cancers bronchiques, de la vessie ou de la vésicule biliaire. Le tabagisme actif et/ou passif est le premier risque à éradiquer pour un mode de vie équilibré. L’arrêt du tabac permet de réduire le risque de cancer. Voir tous les conseils ici.

    L’alcool, et particulièrement lorsqu’il est associé au tabac majore le risque de développement des cancers de la langue, de la gorge, de l’œsophage du pharynx, du sein et du foie. En France, 7 % à 10 % des cancers seraient associés à une consommation d’alcool trop importante. Il est conseillé de limiter sa consommation d’alcool à 10 verres par semaine, sans dépasser 2 verres par jour, et avec 2 jours d’abstinence par semaine.

    Une alimentation équilibrée et la pratique régulière d’une activité physique jouent aussi un rôle protecteur dans l’apparition des cancers

    La prévention secondaire des cancers s’adresse à des individus qui ne sont pas malades mais qui présentent un certain risque. Il s’agit du dépistage, qui consiste à rechercher de façon systématique dans une population en bonne santé les porteurs de symptômes latents. Le dépistage vise à abaisser la mortalité liée au cancer, seul critère permettant de juger de son efficacité.

     

    Aujourd’hui, de nombreuses affections cancéreuses sont imputables à un déséquilibre alimentaire. L’influence de l’apport calorique en graisses semble de plus en plus établi dans le développement des cancers du sein, du côlon, de la prostate et de l’endomètre. L’obésité joue un rôle important dans les cancers du côlon chez l’homme et du sein chez la femme. Dans ce contexte, surveiller son poids et son alimentation devient essentiel dans le cadre de la prévention du cancer. L’alimentation se doit d’être variée et équilibrée, adaptée aux besoins métaboliques individuels.

    Dans tous les cas, une activité physique adaptée à la condition de chacun s’impose. Moralement et physiquement, les bienfaits de l’activité sportive sont démontrés. Elle contribue à l’entretien et au maintien de la santé. Une demi-heure de marche chaque jour ou une heure d’activité sportive vigoureuse par semaine sont de bonnes habitudes à adopter pour limiter les risques de cancer.

     L’exposition au soleil

    L’exposition au soleil est un facteur de risque pour les cancers de la peau. Ceux-ci apparaissent principalement au niveau des zones exposées du visage, des bras et des mains. Il est recommandé d’éviter l’exposition au soleil, de se couvrir en portant t-shirts, lunettes, chapeaux, et d’éviter de s’exposer entre 12h et 16h. Lorsqu’il n’est pas possible d’éviter de s’exposer, l’utilisation de crèmes solaires à forts indices de protection est vivement encouragée.aaaacunIMG_20211014_195409

    De nombreux produits chimiques, agents physiques ou poussières biologiques

    Ils peuvent s’avérer extrêmement dangereux pour la santé de l’appareil respiratoire. Ces substances constituent un réel danger en cas d’exposition prolongée et sont souvent à l’origine de cancers professionnels ou environnementaux :

    • L’amiante
    • Le radon
    • La pollution atmosphérique
    • Les rayonnements selon leur type et leur qualité
    • Le glyphosate utilisé dans les produits de jardinage
    • Le nickel
    • L’arsenic

    Les dépistages permettent également de détecter les cancers tôt et donc de mieux de soigner. Le dépistage organisé incite l’ensemble des personnes concernées à se faire dépistage, mais un dépistage personnalisé peut être proposé aux personnes qui présentent des facteurs de risque particulières ou des antécédents personnels et/ou familiaux.

    Vidéo conférence n°3 : https://youtu.be/aFYRV79gFaA

    Les dépistages organisés sont les suivants :

    • le dépistage du cancer du sein : les femmes de 50 à 74 ans sont invitées, tous les deux ans, à se faire dépister (mammographie et examen clinique) ;
    • le dépistage du cancer colorectal : les hommes et les femmes de 50 à 74 ans sont invités, tous les deux ans, à réaliser à domicile un test de recherche de sang dans les selles ;
    • le dépistage du cancer du col de l’utérus (depuis 2018) : les femmes de 25 à 65 ans sont invitées, tous les trois ans, à se faire dépister (est de dépistage cervico-utérin).
    • (Cliquez sur l’image pour l’agrandir)
    • aaaacunhuguhuhCapture

  •  Trois facteurs de risque concourent à l’augmentation du nombre des cancers durant le XXéme siècle

    • L’accroissement de la population française
    • L’accroissement de la fréquence des cancers avec l’âge
    • L’allongement de la durée de la vie

    Il faut donc examiner la fréquence dans chaque tranche d’âge, ou considérer une population dans laquelle la proportion de personnes dans chaque tranche d’âge serait restée constante.

    L’évolution du nombre de cancers varie avec le type de cancer

    • La mortalité par cancer de l’estomac a été divisée par 5 depuis 1950
    • La mortalité par cancer du poumon chez l’homme a augmenté jusqu’en 1985, et diminué depuis 1990
    • La mortalité par cancer du poumon chez la femme a augmenté depuis 1960
    • Chez les non fumeurs la mortalité par cancer du poumon est stable

    Les causes de modification de l’incidence (nombre de cas) et de la mortalité (nombre de morts) sont notamment liées à des modifications démographiques ( liées à la taille de la population et à la durée de la vie).

    • dans la certification des décès
    • dans les méthodes diagnostiques
    • dans le dépistage ou le diagnostic plus précoce
    • dans l’exposition aux risques ou aux facteurs de protection
    • dans l’accessibilité ou l’efficacité des thérapeutiques pour la mortalité

    Le cancer est la première cause de mortalité en France

    Au cours de la période 2004-2008, le cancer a représenté la première cause de décès en France chez l’homme (33 % de l’ensemble des décès masculins) et la deuxième cause chez la femme (24 % de l’ensemble des décès féminins). En moyenne, 148 737 décès par cancer ont été enregistrés chaque année en France dont 88 378 hommes et 60 359 femmes.

    Dans 50 % des cancers, la cause est identifiée

    Dans ce cas les causes avérées du cancer en France sont :

    Les données précédentes extraites du rapport du CIRC peuvent sous-évaluées pour les expositions professionnelles, la pollution et l’alimentation / Chiffres : 2000

    Quelques conseils pour pallier les effets secondaires du traitement du cancer

    Le traitement du cancer peut provoquer une chute de cheveux

    Afin de limiter la chute de cheveux pendant le traitement du cancer, faites une coupe de cheveux plus courte et moins épaisse qu’à l’habitude pour permettre au casque réfrigérant de mieux refroidir le cuir chevelu ; évitez les permanentes, les décolorations et teintures, le sèche-cheveux. Utilisez des shampooings doux.

    Les nausées et vomissements causés par le traitement du cancer

    • Prenez les médicaments antinauséeux et anti-émétiques prescrits par votre médecin
    • Evitez de boire pendant les repas, mais beaucoup avant et après
    • Buvez 1 à 1,5 litre d’eau, de bouillon, tout au long de la journée pour ne pas vous déshydrater
    • Vous pouvez boire des boissons gazeuses qui peuvent améliorer vos nausées
    • Buvez des boissons froides ou glacées et choisissez des plats froids ou tièdes (moins d’odeurs)
    • Mangez souvent, en petites quantités, lentement et en mastiquant bien
    • Fractionnez vos principaux repas en 5 ou 6 repas plus légers
    • Evitez les repas gras, les aliments épicés ou trop sucrés qui pourraient majorer la sensation d’écoeurement
    • Reposez vous après les repas

    Le traitement du cancer peut entraîner un mauvais goût dans la bouche

    Outre les nausées et les vomissements, le goût est souvent perturbé par la chimiothérapie : nausées et mauvais goût peuvent conduire à une modification des habitudes alimentaires. Parlez-en à votre médecin.

    Quelques conseils :

    • Sucez des bonbons mentholés ou rincez-vous la bouche au citron
    • Lavez-vous les dents après chaque repas
    • Faire des exercices de relaxation avant et pendant le traitement peut être efficace
    • Emportez avec vous votre activité préférée lors du traitement, pour moins y penser
    • Surveillez votre poids

    Le traitement du cancer peut provoquer des diarrhées

    Quelques conseils :

    • Privilégiez des aliments, comme le riz, les carottes, les bananes et le chocolat
    • Buvez en grande quantité (au moins 2 litres d’eau ou bouillon/soupe par jour)
    • Evitez les légumes crus, fruits frais et laitages
    • Parlez en à votre médecin si la diarrhée se prolonge

    La constipation : effet secondaire du traitement du cancer

    Quelques conseils :

    • Mangez des aliments riches en fibres : légumes verts, fruits, pain complet ou au son…
    • Buvez en grande quantité (2 l par jour)
    • Ne prenez jamais de laxatif sans avis médical

    Le traitement du cancer peut accentuer la fatigue

    Ne culpabilisez pas. Parlez-en à l’équipe soignante. Adaptez votre activité (déléguez ou fractionnez dans la journée les tâches difficiles), faites une sieste après les repas, mais gardez une activité physique régulière dans la mesure du possible.

    Les aphtes dus au traitement du cancer

    La chimiothérapie peut entrainer des effets secondaires tels que l’irritation de la bouche, la gorge et plus rarement l’œsophage (brûlures, aphtes) et provoquer des réactions douloureuses. Ces réactions sont plus irritantes si la chimiothérapie est associée à une radiothérapie de la tête ou du cou. Grâce à une bonne hygiène de votre bouche, vous pouvez en prévenir ou guérir les effets secondaires.

    Quelques conseils :

    • Brossez-vous les dents avec une brosse souple, avant et après chaque repas, au moins trois fois par jour
    • Utilisez des bains de bouche qui sont prescrits par le médecin
    • Supprimez ou réduisez tabac et alcool, surtout dans les semaines qui suivent le traitement
    • Evitez les aliments trop épicés ou acides (jus de citron, vinaigrette, moutarde)
    • Si vous avez un dentier, enlevez-le pour la nuit, avant votre dernier bain de bouche
    • Si vous avez la bouche sèche, sucez des glaçons, des sorbets

    Après un temps réservé aux questions dans la salle de spectacle, les échanges pouvaient de poursuivre durant un moment plus convivial dans la salle d’accueil.

Le Conseil de développement fait sa rentrée

 coopCapture
Le Conseil de développement de Sète Agglople Méditerranée (CODEV), désormais constitué, se réunira mardi 7 septembre à 18h à Poussan, pour adopter sa feuille de route et définir les participants aux différents groupes de travail.
 
Le CODEV est une instance citoyenne et bénévole, dont la pertinence est renforcée par la loi n°2019-1461 du 27/12/2019, relative à l’engagement dans la vie locale et la proximité de l’action publique.
Le CODEV s’organise librement dans son mode de fonctionnement, mais aussi dans les sujets dont il souhaite s’emparer. L’Assemblée communautaire doit se prononcer sur les avis et contributions qu’il formule. Le CODEV peut être également saisi ou missionné par l’agglomération.
Le CODEV précédent est ainsi fort de sa contribution décisive au projet de territoire, voté à l’unanimité par le Conseil communautaire, ce qui en fait aujourd’hui un acteur reconnu des élus.
 
Certes, l’installation du nouveau CODEV a été ralentie par la crise sanitaire. Néanmoins, sa composition, une centaine de membres, a pu être arrêtée après un large appel à candidatures auprès des citoyens. Son Président, José Cohen a été désigné par le Président de Sète agglopôle Méditerranée, et un bureau provisoire s’est constitué, qui sera complété après la réunion avec l’ensemble des membres du CODEV.
 
Un projet de feuille de route pour les travaux à venir, déclinant par des thèmes et des actions concrètes, les principales orientations du projet de territoire, a pu ainsi être élaboré.
Ce projet a été présenté à chacun des 14 maires, par le Président du Codev et la rapporteuse du CODEV. Il a constitué la base d’un échange extrêmement fructueux qui a permis de constater une adhésion profonde aux actions proposées, dans le droit fil du projet de territoire, mais aussi de les compléter.

L’Assemblée plénière du mardi 7 septembre permettra d’exposer et d’enrichir ce projet de feuille de route, de recueillir remarques et propositions, et de permettre à chacun de se prépositionner sur les groupes thématiques qu’il compte suivre.
 dvpCapture
 
Que peut-t -on attendre du CODEV ?
 
Le CODEV est au cœur des nouveaux enjeux :
→ Il donne un cadre concret à l’objectif de participation des citoyens, désormais incontournable dans les politiques publiques,
→ Il contribue à cimenter l’identité de la jeune agglomération, par sa composition représentative de la diversité du territoire, et de ses forces vives, dans un esprit d’indépendance et de liberté,
→ Il peut « faire bouger les lignes » sur de nombreux sujets, repris dans le projet de feuille de route.

Un groupe prospectif transversal regroupant élus et membres du CODEV, élaborera des scenarii d’évolution du territoire à l’horizon 2040/2050 et alimentera les travaux thématiques.
 
Le groupe gouvernance et relations aux territoires
Elaborera les outils nécessaires pour répondre à l’objectif de participation des habitants (notamment recours à l’imagerie virtuelle dans la concertation sur les projets) et organisera régulièrement des Journées du Codev pour partager les enjeux du territoire avec les habitants.
Etudiera la faisabilité de transfert de nouvelles compétences à l’agglomération
Posera les bases d’un outil de maîtrise d’ouvrage d’excellence de l’agglo, au service de tous
Etudiera les modalités d’un plan d’exemplarité environnementale des bâtiments publics
Fera des propositions pour une ouverture accrue vers les territoires extérieurs
Analysera comment l’agglomération pourrait devenir championne des labels environnementaux.

Le groupe accueil de l’innovation et des entreprises étudiera comment s’y prendre pour réussir une approche plus volontariste en la matière :
Acceptabilité, attentes vis-à-vis des entreprises
Mise en exergue des nombreux atouts du territoire
Détermination des réseaux locaux, nationaux, mondiaux, à mobiliser
Inventaire des aides disponibles aux porteurs de projets

Le groupe épanouissement individuel et collectif couvrira les champs suivants :
L’ « assiette durable », ou comment proposer au consommateur, dans les établissements scolaires, les EHPAD, et les restaurants, une « assiette » optimisée en termes de qualité environnementale et de santé
Sport/bien-être/santé : Il s’agira d’étudier comment développer des synergies entre les acteurs de ces secteurs, comment favoriser le développement du sport pour tous.
Culture : Après avoir identifié les lieux potentiels ou reconnus d’intérêt culturel sur le territoire, il s’agira d’examiner la faisabilité de valorisation de ce potentiel et d’étudier les conditions d’une plus grande synergie entre culture d’excellence et culture pour tous.
Tourisme : Il s’agira de favoriser la création de circuits culture/nature pour diversifier les centres d’intérêt touristique mais aussi d’étudier comment répondre à la diversité croissante de la demande, notamment avec l’émergence d’un tourisme haut de gamme et de l’importance de la qualité environnementale.
 
Le groupe Territoire de demain réfléchira aux évolutions de l’équipement et de l’aménagement de notre agglomération :
Mobilité et hydrogène : il posera les bases d’une participation active de l’agglomération elle-même à l’avènement de l’hydrogène, seule énergie susceptible à terme de suppléer les énergies fossiles, et pour laquelle l’Occitanie est pilote, par exemple, conception d’une installation autonome de production à l’échelle du territoire, par électrolyse de l’eau utilisant une énergie renouvelable.
Les villes et villages de la rencontre de demain devront être aussi être résilients par rapport aux défis de la montée des eaux, de l’élévation des températures, de l’accroissement des épisodes cévenoles, de la transition énergétique, de la qualité environnementale. Mais aussi à l’objectif de mixité sociale.

Les particules de plastique : vigilance avec l’Observatoire du Pays de Thau

Les particules de plastique : une soirée  information et débat à Montbazin ce 25 mai :

 En 2019,  avait organisé une passionnante et enrichissante table ronde en présence de scientifiques. Cette réunion, dont on parle encore, avait connu un franc succès. L’on avait appris qu’il neigeait du plastique ! Comme il y a deux ans, la Réunion de ce mardi a été présentée par le Dr Brigitte Cohen, Présidente de « l’Observatoire du Pays de Thau »…

 » L’Observatoire du Pays de Thau est une Association non subventionnée, donc indépendante, qui intervient en interpellant les différents acteurs institutionnels et la population à propos de toutes les questions écologiques et environnementales du bassin, de ce patrimoine unique de part ses herbiers, ses hippocampes, ses huîtres, sa pêche, mais très fragile que constitue l’Etang de Thau. Il convient donc de le protéger « .

Puis est intervenu Christophe Morgo, Vice-président du Conseil Départemental, délégué à l’Environnement à propos du territoire de Thau et Vice-président de l’Observatoire du Pays de Thau qui a précisé combien les plastiques et les particules de plastique pouvaient être néfastes et dangereux pour l’humanité, pour notre territoire en particulier en impactant nos sols, notre air, et en se dirigeant vers l’étang ou la mer Méditerranée lors d’épisodes pluvieux, impactant alors le monde marin.

Il est temps de se rendre compte que nous courrons à la catastrophe et de réagir aussi…

Depuis 2020 nous vivons une pandémie mondiale, que nous avons néanmoins cru propice à réflexion sur nos habitudes, qui laissait espérer de nouveau comportements plus respectueux de notre planète.

Il n’en est rien, la consommation de plastique augmente avec son leurre du recyclage…

L’Observatoire du Pays de Thau a décidé de rouvrir ce dossier et de l’examiner sous un autre angle : l’addiction au plastique et les industriels du plastique qui organisent la fabrique du doute (comme nous l’avons vécu avec les industriels du tabac ou Monsanto et les pesticides).

Petit rappel : les plastiques sont partout : emballages, vêtements, mobiliers, cosmétiques, véhicules… La production mondiale a augmenté de façon exponentielle et a doublé durant les 10 dernières années. Exemple de la bouteille plastique : plus d’1 Million de bouteilles achetées chaque jour dans le monde, la France est dans le top 5 ; 5 ème pays buveur d’eau embouteillée sachant que le temps de décomposition d’une bouteille plastique est de 400 ans minimum… Près de 77 % des plastiques ne sont pas recyclés et, de plus, le recyclage complet du plastique est impossible. C’est une re-transformation qui nécessite la réinjection de plastique neuf .Donc l’utilisation du plastique génère obligatoirement des particules fines dans l’environnement et des nano-particules.

Vidéos : https://youtu.be/lZvuvoEVRJA

https://youtu.be/rUTDi5TNoZw

A l’inverse du verre, par exemple, qui se recycle complètement et indéfiniment, ces particules plastiques finissent dans l’eau, dans l’air ou enfouies dans le sol. Nous les avalons, nous les ingérons, nous les absorbons par la peau.

La réunion publique s’est poursuivie avec deux expertes passionnées, reconnues, auteures de récents ouvrages afin de mieux comprendre et surtout être informés sur l’existence de solutions et d’alternative même si tout est fait pour nous tromper et nous laisser croire que l’on réduit la production de plastique dans le monde :

 hhhhhhhhhIMG_20210525_190438

 

Directrice de recherche à l’INRAE, Nathalie Gontard  qui a écrit « Plastique, le grand emballement »* après avoir été chercheuse au CIRAD et Professeur à l’Université de Montpellier et Kyoto,  explore l’univers du plastique sur tous les continents du monde et fait un constat implacable : « tous les inventeurs, tous les recycleurs ne suffiront pas, il faut supprimer la source du danger…arrêter de croire au progrès par l’innovation qui permettrait toujours plus de consommation de plastique. »

 Et Dorothée Moisan n’est pas rassurante pour notre avenir « Les plastiqueurs » ** Journaliste, elle a enquêté sur ces industriels qui nous empoisonnent et minimisent les risques de ce poison présent dans l’air, dans l’eau, et dans le sol, pour se retrouver dans notre corps. Même si l’industrie promet de participer au financement du recyclage, ce n’est qu’un alibi, la production mondiale du plastique va doubler d’ici 2040 ! La règlementation progresse mais la production augmente…

Si les questions environnementales mobilisent de plus en plus et si cela doit être le combat de tous dans l’intérêt de la nouvelle génération qui arrive, il y a urgence car nous sommes tous impactés, les animaux, les humains, et les nano-particules qui suivent le cycle de l’eau sont en mer, dans les airs, invisibles mais nocives, à court et à long terme.

Ces particules sont souvent des perturbateurs endocriniens car dans la chimie moderne les groupes industriels ont généralisé et facilité l’emploi de matières plastiques, de pesticides et ont inventé de nombreux objets de notre vie quotidienne qui contiennent des composés chimiques. Ces substances chimiques d’origine naturelles ou artificielles, mais étrangères à l’organisme humain vont interférer avec le fonctionnement du système endocrinien. Cela implique : des maladies chroniques, de l’obésité, une baisse du nombre de spermatozoïdes chez l’homme, des maladies graves en étant des agents, cancérigènes et mutagènes…

Un grand intérêt du public conscient que l’avenir est dans les mains de l’Homme, conscient aussi, comme l’Observatoire du Pays de Thau et les deux intervenantes, que même si l’on progresse dans un sens, dans l’autre cela ne s’arrange et au contraire, car la production de plastique se développe en mettant notre planète en danger.

 

*« Plastique : Le grand emballement » Nathalie Gontard – Ed Stock – Nov. 2020

**« Les plastiqueurs » Dorothée Moisan – Ed Kero – Mars 2021

Les particules de plastique : information et débat à Montbazin le 25 mai

Les particules de plastique : information et débat à Montbazin le 25 mai :

rty

Les particules plastiques

En 2019, l’Observatoire du Pays de Thau avait organisé une passionnante et enrichissante table ronde en présence de scientifiques. Cette réunion, dont on parle encore, a connu un franc succès. L’on avait appris qu’il neigeait du plastique !

Depuis nous vivons une pandémie mondiale, que nous avons néanmoins cru propice à réflexion sur nos habitudes, qui laissait espérer de nouveau comportements plus respectueux de notre planète.

Il n’en est rien, la consommation de plastique augmente avec son leurre du recyclage.

L’Observatoire du Pays de Thau a décidé de rouvrir ce dossier et de l’examiner sous un autre angle : l’addiction au plastique et les industriels du plastique qui organisent la fabrique du doute (comme nous l’avons vécu avec les industriels du tabac ou Monsanto et les pesticides).

Réunion publique avec deux expertes passionnées, reconnues, auteures de récents ouvrages afin de mieux comprendre et surtout être informés sur l’existence de solutions et d’alternative:

 Nathalie Gontard « Plastique, le grand emballement »* Directrice de recherche à l’INRAE après avoir été chercheuse au CIRAD et Professeur à l’Université de Montpellier et Kyoto, elle explore l’univers du plastique sur tous les continents du monde et fait un constat implacable : tous les inventeurs, tous les recycleurs ne suffiront pas, il faut supprimer la source du danger…arrêter de croire au progrès par l’innovation qui permettrait toujours plus de consommation de plastique.

 Dorothée Moisan « Les plastiqueurs » ** Journaliste, elle a enquêté sur ces industriels qui nous empoisonnent et minimisent les risques de ce poison présent dans l’air dans l’eau dans le sol pour se retrouver dans notre corps. Même si l’industrie promet de participer au financement du recyclage, ce n’est qu’un alibi, la production mondiale du plastique va doubler d’ici 2040 ! La règlementation progresse mais la production augmente…

*« Plastique : Le grand emballement » Nathalie Gontard – Ed Stock – Nov. 2020

**« Les plastiqueurs » Dorothée Moisan – Ed Kero – Mars 2021

Le musée Fabre propose des conférences en ligne à partir du 29 avril.

Conférences en ligne
Le musée Fabre propose des conférences en ligne à partir du 29 avril. Animées par les conservateurs et les médiateurs, elles explorent les collections et les expositions du musée selon des thèmes variés.Peut être une image de 12 personnes et texte qui dit ’Marion Boutellier Vive Castelnau! Theriacque A. Florence FlorenceHudowicz Hudowicz Louis Croix- Trois bâtons E. Vulnairaire Maud Marron-Wojewodzki 120 Pierrette Pie Bloch StéphaneBrdaie Stéphane Bordarier Pierre Stépanoff Marie Marie(entélétravail) (en Jeune homme’
Le musée Fabre vous donne rendez-vous :
Les jeudis à 13h avec les conservateurs à partir du 29 avril
Les mercredis à 10h avec les médiateurs à partir du 5 mai. Un rendez-vous destiné aux enfants à partir de 6  ans et consacré à un regard sur une œuvre du musée.
Pour vous inscrire et obtenir plus d’informations, cliquez ici:

 

L’église Saint Pierre témoin de l’histoire de Poussan

P1520424(Cliquez sur les photos pour les agrandir).

 

eeeeeeeeeP13101681-1024x7681 Si vous avez l’occasion d’aller à la découverte de l’église Saint-Pierre, apôtre, de Poussan, profitez-en car c’est une vaste église qui occupe une place particulière parmi celles du Bassin de Thau. Car Poussan, village languedocien, est situé sur le tracé de la Via Domitia entre garrigue et étang. Le territoire poussannais présente une occupation continue depuis l’antiquité, riche de plusieurs villas gallo romaines.

C’est à partir du Xe siècle que nous avons mention de l’existence d’une église Saint Pierre de Poussan et d’une tour, ancêtre du château. Ces deux éléments du pouvoir, attirent alors l’habitat, et le village voit le jour, autour ce binôme. L’église et le château, éléments fondateurs du village, forment le noyau central du premier habitat et s’entoure d’une première enceinte. Avec la croissance démographique, au XIVe siècle, une seconde enceinte est construite afin d’englober les nouveaux quartiers. Au Moyen Age, Poussan connaît la prospérité malgré les épidémies, les guerres et les crises économiques que connaît le Languedoc. L’époque contemporaine voit l’agglomération sortir de ses murs et les habitations s’installer le long des voies d’accès plus larges autour des remparts.P1520429 (2)Sa construction et son évolution ont été en rapport avec le développement de Poussan.

DSC_0048Des 2 églises de Poussan (Saint Vincent, Saint Pierre) qui la précédaient, à l’église actuelle de nombreux événements  ont rendu cet édifice un joyau pour la commune et le bassin de Thau. De 1350 à son agrandissement en 1496, de la révolution à l’arrivée de l’abbé Gept en 1827 elle est devenue une église simple à l’extérieur et « conquérante » à l’intérieur.

P1520441Reconstruit au XIXème siècle, cet édifice, par ses dimensions et ses ornements, est un témoignage de l’histoire de Poussan, de l’attachement des habitants de cette localité à la pratique religieuse. La plupart des grands événements, même civils et politiques, du Moyen-Age jusqu’à la Révolution, y étaient organisés.

DSC_0040Avec des voûtes magnifiques, un chœur à la hauteur de ses ambitions et une chaire à prêcher de haute facture, la Bourgeoisie Poussannaise avait tenu à matérialiser sa puissance.

P1330807Il en est de même pour les nombreux objets liturgiques qui y sont encore présents. En effet, l’église de Poussan est très riche. 

DSC_0051 (2)Elle recèle en effet de très nombreux trésors : des tableaux de grande qualité exécutés par des grands maîtres, des croix de procession, des reliquaires, et de beaux autels de marbre.

DSC_0071 (2)Chacune des chapelles de celle de Saint Roch à celle de Sainte Philomène a sa personnalité.

L’église, est un grand témoin du passé de la commune.

 

Forum Sport & Santé

Forum Sport & Santé organisé par le quotidien « Le Monde » et « Sète Agglopôle Méditerranée » qui se déroulera aux Thermes de Balaruc-les-Bains le jeudi 6 février prochain, de 9h à 17h.

PROGRAMME

9h : Ouverture du Forum

Par le Président de Sète Agglopôle Méditerranée et Gilles van Kote, Directeur délégué du Monde

9h15 : Réconcilier les jeunes et l’activité physique

Comment lutter contre l’attraction des écrans et redonner aux enfants et aux adolescents le goût du sport ?

Avec Stéphane Arias, directeur régional de l’Union du sport scolaire (UNSS), François Carré, cardiologue du sport et membre du collectif Pour une France en forme, Sébastien Ratel, maître de Conférences en physiologie de l’exercice – UFR STAPS, David Thivel, chercheur et membre du comité scientifique de l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (onaps)

10h30 : Coup de projecteur sur le Grand Défi Bougez Vivez

Avec Florence Cousson-Gélie, directrice scientifique à l’Institut du Cancer de Montpellier

10h45 : Pause

11h00 : Intermède « YOGIST »

11h10 : Natation pour tous : une question de moyens ?

L’augmentation du nombre de noyades en France en 2018 remet la question de l’apprentissage de la natation à l’ordre du jour. Le ministère des sports a réagi en lançant l’opération Aisance aquatique mais les moyens et infrastructures sont-ils suffisants pour apprendre à nager à tous les enfants ?

Avec Bernard Dalmon, trésorier de la Fédération française de natation (FFN), Christèle Gautier, cheffe de projet Stratégie Sport Santé au Ministère des sports, Axel Lamotte, secrétaire général du Syndicat national professionnel des maîtres-nageurs sauveteurs (SNPMNS), un représentant du monde scolaire.

12h30 : Pause déjeuner

13h50 : Intermède « YOGIST »

14h00 : Après la blessure, le temps de la réathlétisation

Entre le coup d’arrêt constitué par la blessure et la reprise de l’entraînement et de la compétition, la phase de la réathlétisation, longtemps négligée, est cruciale. Elle pose notamment la question de la relation entre l’encadrement sportif et le staff médical.

Avec Pierre Vaultier, double champion olympique de snowboardcross, Anne-Laure Morigny, préparatrice physique en charge de la réathlétisation et de la prévention des blessures à l’Insep (INSEP), Marine Tanguy, chargé de projet à la mairie de Balaruc-les-Bains, Guilhem Guirado, joueur de rugby (sous réserve).

15h15 : Pause

15h30 : Faire de Paris 2024 un tremplin pour le sport santé

Avec le lancement de sa stratégie Bouger Plus, le comité d’organisation Paris 2024 montre son intérêt pour le sport santé. Mais au-delà des déclarations d’intention, comment faire pour que les Jeux olympiques contribuent concrètement à développer l’activité physique chez les Français ?
Avec Marie Barsacq, directrice « Impact & Héritage de Paris 2024, Jackie Benoist, médecin CROS Occitanie, Christèle Gautier, cheffe de projet Stratégie Sport Santé au Ministère des sports, Joana Ungureanu, Manager du programme « Bouger plus Paris 2024 ».

17h00 : Conclusion

JE M’INSCRIS