« Comme un destin à écrire » de Blandine Rouger

En 2016, nous avions découvert le roman de Blandine Rouger, qui nous avait prouvé qu’elle avait des talents pour l’écriture avec un très beau livre, « Tu aimeras ton Prochain comme Toi-Même ».

Résidant à Poussan depuis plus de quarante ans, élevée dans des valeurs d’entraide, elle a toujours été portée par un esprit bienveillant. D’autant qu’ayant pas mal voyagé, et souvent dans des conditions simples avec sa famille et ses amis, elle a pu apprécier la beauté de notre planète et acquérir ainsi une ouverture d’esprit qui lui a permis d’explorer son moi-intérieur et la richesse de celui des autres.rougerP1150263

Après avoir commencé un premier livre, elle dut attendre la conjugaison de différentes expériences vécues qui ne la laissèrent pas indifférente pour que celui-ci puisse se réaliser avec entre-autres, sa participation à un mariage et des observations lors d’un vol, Paris/Montpellier…

Car Blandine aime écrire et depuis le Lycée elle sait qu’en fermant les yeux, en se concentrant, parviennent les mots et les idées pour les mettre en page et la possibilité de retranscrire ce qu’elle ressent et ce que son imaginaire lui dicte.

Monsieur Pills, le personnage principal de son premier roman sut captiver les lecteurs. Avec sa personnalité exécrable, il en a surpris plus d’un et Blandine a vécu, grâce à la mise en avant de son livre, une belle expérience avec des retours très variés et inattendus.

« Plusieurs sens ont été donnés à ce premier roman, même politique et social … « J’ai été surprise par l’étonnement des lecteurs et ravie par le fait que ceux-ci lui attribuent des valeurs d’espoir. Chacun d’eux met sa plume après moi car si l’auteur se livre, toutes les lectures qui en découlent sont différentes. Les lecteurs, à partir de mes lignes, me raconteront leur propre histoire. Les échanges avec eux n’en sont que plus enrichissants et me permettent de recevoir énormément. » précise Blandine qui rajoute :

« Ecrire et présenter « Tu aimeras ton Prochain comme Toi-Même » fut donc un grand plaisir et une expérience passionnante et ne fit que renforcer l’envie d’écrire un second  livre, mais, celui-ci, pas du tout dans la continuité du premier. »

En effet, l’histoire de cet opus va débuter au début du 20ème siècle en Algérie et se terminera en France dans les années 2000. Blandine fut poussée par le désir de décrire au travers d’une vision romanesque, pas du tout historique et sans à priori, le destin d’un couple plongé dans l’épopée des Français d’Algérie: « Une façon de laisser une trace et de rendre hommage à ses grands-parents qui malgré vents et marées entre disparitions et décès, dans un monde de brassage, fait de trajets, de « bruits », de couleurs, d’odeurs, de joie de vivre allaient de l’avant guidés par des vecteurs multi-culturels.

« Une façon d’ancrer dans la mémoire collective une culture qui disparaissait progressivement et de rendre hommage à des personnes essentielles dans ma vie en les replongeant dans une autre vie ».

Pour Blandine, l’écriture est en fait devenue une sorte de jeu avec les mots. L’écrit permettant de laisser des traces presque indélébiles, elle compte bien poursuivre dans ce sens. Son premier roman, portait presque une unité de lieu, de temps et d’action. Dans ce second roman, il s’agit de découvrir un parcours de vie fait de déplacements géographiques avec des évolutions et des rencontres.

 » En 2007, j’avais commencé à écrire quelques pages de ce roman en me remémorant mes voyages à Malte et en Algérie (Constantine, Alger, Annaba…). L’Algérie est un pays magnifique, contrasté, posé entre mer, déserts, montagnes, marqué par l’histoire romaine, maure… qui m’offrit des visions féériques. C’est aussi un pays marqué par la douleur, les luttes fratricides. D’où sont natifs mes grands-parents… »rougerP1150255

Mon 1er livre m’a boosté pour reprendre l’écriture de ce qui pour moi, fut comme « un destin à écrire », un destin porté par des valeurs : l’acceptation de la différence, l’absence de certitudes, le choix du libre arbitre, le désir de construire ou reconstruire sa vie, de lui donner un sens avec, en outre et surtout, la force offerte par le sentiment amoureux. Des valeurs qu’il faut transmettre aux autres. »

Deux personnages principaux vont animer ce parcours dans « Comme un destin à écrire ».

Louis, sensible à la Nature, en perpétuelle réflexion sur « l’être humain » ainsi qu’Alice, bonne vivante, d’origines maltaise et espagnole et commerçante.

De leur jeunesse à la fin de leur vie nous les découvrirons dans leurs relations amicales, familiales, professionnelles, avec leur attachement à leur ville mais aussi à leurs racines ainsi qu’à leurs traditions…

Au sein de leur vie souvent difficile, ils côtoieront bon nombre de personnes, souvent des gens simples de différents milieux et de toutes religions. Ils vivront avec eux, parviendront à nouer des relations privilégiées et partageront leur destin. L’importance de ce brassage. Un message universel et toujours actuel. Le « vivre ensemble »

« D’autant qu’entre mauvais et bons souvenirs, leurs valeurs et leur envie de vivre furent des chances qu’il fut bon de mettre en avant pour que nous nous en inspirions. » Leur forte capacité à avancer malgré une réalité de vie objectivement douloureuse. Leur jeunesse, la douleur de l’exode forcé. Une reconstruction difficile mais réussie.

A ce sujet, Blandine nous précise qu’elle a été marquée indéniablement par ceux qui ont guidé ses premiers pas : « le fait d’en parler permet d’ancrer les traces qu’ils ont laissées et leur assure une sorte d’éternité en les inscrivant dans l’histoire :  Romancer, c’est devenir historien avec sa propre réalité historique, tout en restant lucide ».

Avec « Comme un destin à écrire » plongez donc dans une nature envoûtante, en allant à la rencontre de Louis, l’enfant qui marche dans la montagne, dans les traces de pas de son grand frère, au cœur de l’Algérie, dans un matin glacial d’hiver, vers la lanterne de la connaissance. « Malgré l’aide de son aîné, sa vie ne sera pas facile. Mais il portera toujours en lui cette belle trace de pas et la transmettra, avec ses valeurs et sa joie de vivre, à ceux qu’il a aimé. En construisant cette formidable épopée qu’est la vie. En écrivant son destin. »

 Le livre de Blandine ROUGER est en vente sur le site Amazon https://www.amazon.fr/

Pour en savoir plus sur son auteur :

http://aufilsdelalune.wixsite.com/aufilsdelalune

Guy Dhotel : un énorme succès avec « Survivante ».

Guy Dhotel a présenté son roman « Survivante »  en signant chacun de ses livres, ce samedi 10 février, salle Jean Théron à Poussan, en compagnie de  l’éditeur venu spécialement pour l’événement…  dhoP1000326

« Son roman, essentiellement maritime, est un thriller qui fait voyager loin tant en distance, vers le Honduras par exemple, qu’en réflexion. Pour lui, une vie n’est jamais une ligne droite, mais une ligne brisée, et le premier accident ou incident qui provoque la première cassure induit toutes les autres. »

Pour Guy Dhotel, c’est le roman d’une vie parmi d’autres mais pas n’importe laquelle. C’est ce que tenait à préciser Franck Martin, l’éditeur du livre : « Mon choix a été très rapide. J’ai été attiré par le manuscrit de ce roman qui vous tiendra en haleine. Au-delà de la rencontre avec Guy Dhotel qui est un homme passionné et passionnant, son roman saura vous emporter dans un autre univers, vous faire participer au voyage. »dhoP1000329

En effet cela commence fort : « Un architecte naval quitté par sa femme va entreprendre une traversée de la Méditerranée et de l’Atlantique seul sur un petit voilier après un pari stupide. Il va couler, frappé par une « vague scélérate » (ce que l’on appelait avant vague séculaire). Récupéré par un beau voilier, son propriétaire et sa compagne. La vraie histoire commence là, alors que le début a semblé mouvementé.  »

Guy Dhotel et son éditeur remerciaient Jacques Adgé et la Mairie de Poussan (Service culturel) pour leur soutien, mais l’auteur n’oubliait pas d’associer à ses remerciements tous ceux qui ont rendu possible cette parution qui n’est certainement pas la dernière, de son épouse aux soutiens multiples.dhoP1000336

Un grand succès avec des visiteurs très nombreux venus acheter, un, deux ou trois livres pour eux et leur entourage.

Si vous n’avez pu être présent, pas de soucis, vous pouvez commander et acheter ce livre par internet, chez l’éditeur, aux Éditions l’Ancre de Marine, avec de plus une belle Libraire en ligne : http://www.ancre-de-marine.com/boutique/liste_rayons.cfm

Ce livre vous fera plaisir ou saura attirer l’attention de vos amis.

Pour en savoir plus sur Guy Dhotel : http://blog.ville-poussan.fr/?p=109442

 

dhotCapture

Cliquez sur l’image pour l’agrandir puis zoomez.

 

 

« Survivante », de Guy Dhotel, le roman d’une vie parmi d’autres

Guy Dhotel, un Poussannais, va présenter son roman « Survivante »  avec  une séance de signatures à partir de 15 heures le samedi 10 février, salle Jean Théron à Poussan, en compagnie de  l’éditeur. 

DhotelCapture

Guy Dhotel a pu éditer son roman et peut le présenter maintenant avec le soutien du Maire de Poussan ainsi qu’avec l’aide du service culturel de la Ville de Poussan.

 » Ce roman, essentiellement maritime, est un thriller qui fait voyager loin tant en distance, vers le Honduras par exemple, qu’en réflexion : une vie n’est jamais une ligne droite, mais une ligne brisée, et le premier accident ou incident qui provoque la première cassure induit toutes les autres. Un architecte naval quitté par sa femme va entreprendre une traversée de la Méditerranée et de l’Atlantique seul sur un petit voilier après un pari stupide. Il va couler, frappé par une « vague scélérate » (ce que l’on appelait avant vague séculaire). Récupéré par un beau voilier, son propriétaire et sa compagne. La vraie histoire commence là, alors que le début a semblé mouvementé.  »

En 1993, ce Picard de naissance avait déjà écrit une autobiographie, « Le roi des îles », éditions Littera

Sudiste par choix, et Poussannais d’adoption depuis fin 2008, à 72 ans, il a eu plusieurs vies car durant son enfance, il voulait être pilote de course automobile mais suivant la logique de ses parents, il a fait des études de médecine, puis de chirurgie dentaire à Lille, et en même temps il s’alignait sur les courses de motos, puis de voitures.

 » J’ai un premier accident grave à 22 ans en moto et l’année 1967 se passera sur des béquilles, mais je rencontre rencontre alors deux Amiénois qui construisent une voiture de course et comme ils n’ont ni moteur, ni pilote, en échange d’innombrables heures de mécanique et de verve commerciale, on me prêtera un moteur. A 24 ans, je gagnerai ma première course, et aussitôt, nous aurons six commandes fermes pour nos voitures. Une marque est créée, J’abandonnerai mes études en fin de 4e année ».

Il s’inscrira à un concours lancé par la Shell pour choisir un pilote international de monoplace en 1970 et il sera retenu parmi 450 autres pilotes.  Il vivra deux saisons de monoplace financées par la Shell. Et il rajoute : « 

« Dans le même temps, nos prototypes de course se font connaître : double début de carrière, poursuivre deux lièvres à la fois n’est jamais bon. En 1973, un important sponsor s’intéresse à moi et nous signons pour deux ans. Tout va bien. Jusqu’à cette petite course sans grande importance mais que je veux gagner, bien-sûr. Ce sera la fin de ma carrière de pilote. Le choc effrayant à 220kmh de face dans un talus. Je survis de justesse. Amputé des deux jambes à 28 ans, debout sur des prothèses à 29, je suis viré des constructions de prototype car plus très utile ? mauvais pub ? Et les amies se font plus rares aussi. »

Il décide alors de rompre avec ce passé. Avec ce que lui verse l’assurance, il achète un voilier en 1975, toujours dans ses années d’insouciance de jeunesse et il vivra 5 ans sur ce bateau, tout en enchaînant régates, courses hauturières, convoyages et skipper. 6 ans de mer et d’océans qui lui feront découvrir et apprendre la beauté ainsi que la force sans limite des mers, l’hospitalité des îles, mais aussi la fatigue extrême avec ses prothèses et la limite trop souvent franchie.

En 1981, il rencontrera Lydia qui deviendra sa femme. Elle le sauve. Il était temps !!

Guy précise alors : « mon premier livre date de 1993. « Le roi des îles » raconte ma vie de marin, mes excès et la douleur toujours présente, parfois infernale, tant des amputations que des prothèses. Puis nous naviguons encore, Lydia et moi, puis le corps se venge des excès de fatigue : opérations des hanches, des épaules plus récemment, me laissent le temps de réfléchir à mon passé et d’en tirer un premier  roman : « Survivante », qui est accepté par l’éditeur « L’ancre de marine. » Nous arrivons à ce début de 2018 et à la sortie de ce roman, un thriller maritime. »dhotCapture

Cliquez sur l’image pour l’agrandir puis zoomez.

Sa première idée est de montrer que la vie, ligne que l’on croit droite quand on est encore enfant, est une ligne que l’on découvre brisée. Brisée parfois par un simple incident, une rupture, qui va induire de plus en plus de choix, de cassures, d’embranchements, qui dépendront de moins en moins de nous au fur et à mesure que l’on avance. Il s’est embarqué, c’est le cas de le dire, dans ses souvenirs de mer, le mélange de la mer et de cette ligne de vie a donné ce roman. La mer, l’océan se sont imposés comme fond du livre pour vivre ces fameuses ruptures, ces surprises de la vie, bonnes ou mauvaises. Le grand large ou les ports concentrent une vie de rencontres, de solitude ou de dangers. De survie parfois. De surprises toujours, bonnes ou mauvaises.

Et déjà il consacre une partie de son temps à un second roman, et à une refonte de « Le roi des îles ». Il espère que « Survivante » connaîtra le succès et attend cette parution avec impatience car avec la littérature une nouvelle vie peut s’ouvrir pour lui…

On le lui souhaite de tout cœur.

 

 

Blandine Rouger à l’atelier littérature de la bibliothèque

Comme elle le font régulièrement, une fois par mois, (le 1er lundi), les participantes à l’atelier Littérature de la Bibliothèque de la MJC animé par Mireille Ory, une spécialiste des livres, s’étaient réunies et pour décembre, avaient invité Blandine Rouger, romancière, pour des échanges sur son livre « Tu aimeras ton Prochain comme Toi-Même ».litDSC_0002 (30)

Car Blandine désire transmettre, donner du plaisir aux lecteurs et développer leur imaginaire en leur diffusant un certain espoir dans l’avenir qui est très souvent riche de rencontres :

Screen Shot 04-11-17 at 09.48 AM« Un message sur la nature humaine qui veut s’échapper du dictât de la norme. Un dictât qui s’impose aux femmes…Et également aux hommes, aux prises avec l’évolution de la société et qu’il ne faut pas oublier, eux non plus… Malgré les apparences…Et les apparences, il ne faut pas se fier qu’à elles. Toute personne, malgré sa carapace, a de la bonté au fond d’elle, une sensibilité, qui, lorsqu’elles se révèlent la rendent très attachante. »

« Et quand cette personne a peur de se retrouver face au miroir, elle a, elle aussi, une seconde chance. Qu’elle devra saisir avec sa sensibilité.« …

Pour en savoir plus : http://blog.ville-poussan.fr/?p=98791

Ce lundi 4 décembre Blandine a eu l’occasion de présenter son livre, de répondre à toutes les questions que se posaient les lectrices, de l’écriture des textes jusqu’à la conception et à l’édition du livre. Un après-midi bien apprécié par toutes les participantes.

Monsieur Pills suit son chemin… Allez à sa rencontre le 21 mai

Pour Blandine Rouger, séance de dédicace pour le dimanche 21 Mai, au matin, au kiosque de Poussan.

« Tu aimeras ton Prochain comme Toi-Même » est le titre du dernier roman de Blandine Rouger, Poussannaise depuis quarante ans, après avoir vécu ses plus jeunes années à Montpellier et à Sète.Screen Shot 04-08-17 at 11.14 AM

Après avoir commencé un premier livre, elle dut attendre la conjugaison de différentes expériences vécues qui ne la laissèrent pas indifférente : un mariage dans son village, des observations lors d’un vol, Paris/Montpellier furent déterminantes.

Il lui fallait fixer l’instant, lui donner forme et vie avec sa vérité : « Je me suis saisie de mon billet d’avion pour écrire fiévreusement toutes les pensées que cet événement déclenchait dans ma tête à cet instant précis… Ce moment-là, béni, ce fourmillement d’idées, instant de grâce, il ne fallait pas le laisser s’échapper… En quelques minutes, Mr Pills avait pris vie. Et le lien avec les mots entendus lors du mariage de l’été précédent m’apparut comme une évidence troublante, et si cohérente. Il ne me restait donc qu’à modeler par écrit, les mois suivants, le destin si étrange de Mr Pills….« 

C’est l’évolution qui permettra à Mr Pills de se transformer : « ce très bel homme de trente-neuf ans, français aux yeux clairs, au visage fin, de haute taille, à l’élégance sophistiquée et à l’allure athlétique, remarquablement intelligent…mais misogyne, vaniteux, exécrable avec tout le monde, va contribuer, pourtant, à de bonnes choses. Rencontres et relations lui feront lâcher prise. Et retrouver l’essentiel.« Screen Shot 04-11-17 at 09.48 AM

  Et Mr Pills aurait pu être une femme : « Car pour chacun d’entre-nous, rencontres et découvertes sont la plupart du temps enrichissantes : « Derrière tout échange, toute relation, il y un optimisme qu’en général la vie nous réserve. C’est le côté magique de la vie« .

Vous pouvez entre autres acheter « Tu aimeras ton Prochain comme Toi-Même » au « Kiosque » à Poussan, et le 21 mai, Blandine vous accueillera pour une matinée dédicace.