Le Mammobile sera présent sur la place de la Mairie le mardi 21 février de 9h à 17h30 sans interruption.

Le Mammobile sera présent sur la place de la Mairie le mardi 21 février de 9h à 17h30 sans interruption.aaaaaaabammCapture d’écran 2023-01-11 083520
 Vous avez entre 50 et 74 ans ? Vous pouvez bénéficier d’un dépistage gratuit !
 Si vous recevez une invitation à domicile : rendez-vous au Mammobile au lieu et à la date indiqués sur la convocation ou sur un autre lieu de votre choix.
Si vous ne recevez pas d’invitation personnelle : vous pouvez vous rendre spontanément au Mammobile lorsque vous le souhaitez, sans rendez-vous, munie de votre attestation papier de sécurité sociale.
 Pour plus de renseignements : contactez le 04 67 61 15 05

 

Un lait en poudre Gallia rappelé dans toute la France

Un lait en poudre Gallia rappelé dans toute la France en raison d’un risque de contamination bactériologiqueSponsored image

Les parents dont les enfants auraient consommé ce lot de boîtes Pré-Gallia Bébé Expert sont invités à consulter leur médecin par précaution.

Un rappel « par mesure de précaution ». La marque Laboratoire Gallia a procédé, vendredi 27 janvier, au rappel d’un lot de lait infantile Pré-Gallia Bébé Expert sur tout le territoire français. Il s’agit du lot 2023.07.13, avec le GTIN (Global Trade Identification Number) 3041091470263, commercialisé à partir du 2 février 2022. Ce produit est livré en métropole à des pharmacies, des grossistes en pharmacies et des hôpitaux, précise le site du gouvernement Rappel conso. Il est également livré via des grossistes et des distributeurs à Mayotte, à la Réunion, en Guadeloupe, en Guyane et en Polynésie.

Ce retrait est effectué « pour suspicion de contamination bactériologique », dans l’attente des résultats d’investigations menées par les autorités sanitaires dans deux établissements de santé à la Réunion et à Mayotte……

Aller plus loin  :https://www.francetvinfo.fr/sante/un-lait-en-poudre-gallia-rappele-dans-toute-la-france-en-raison-d-un-risque-de-contamination-bacteriologique_5628038.html

Le CeGIDD rouvre temporairement, sur décision de l’Agence Régionale de Santé, dans l’attente de la reprise de l’activité par un autre opérateur

Le Centre de Consultation Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic des infections par les virus de l’immunodéficience humaine, des hépatites virales et des maladies sexuellement transmissibles (CeGIDD) rouvre temporairement, sur décision de l’Agence Régionale de Santé, dans l’attente de la reprise de l’activité par un autre opérateur.cgiCapture d’écran 2023-01-24 091248
Le CeGIDD des Hôpitaux du Bassin de Thau sera ouvert à compter du mardi 24 janvier
Il reste situé sur le site de l’hôpital St Clair, boulevard Camille Blanc à Sète (entrée de l’hôpital, devant l’IRM)
 Il conserve ses horaires d’accueil et de RDV les :
 Mardi de 16h à 19h30 (sur RDV)
 Vendredi de 9h30 à 16h30 (sans RDV)
La prise de RDV peut se faire :
 par téléphone au 04 67 46 58 87
 ou en ligne sur le site internet des Hôpitaux du Bassin de Thau :
Un grand merci aux professionnels qui se sont organisés en 3 semaines pour remettre en place cette offre de soins pour la population du Bassin de Thau

 

Santé : un lot de compotes en gourde rappelé en raison d’une mycotoxine

Depuis le 24 janvier, Rappel Conso alerte les consommateurs concernant un lot de compotes de pommes en gourde vendu chez Leclerc. Les produits contiendraient un taux trop élevé de patuline, dangereux pour l’être humain.

La longue liste des rappels alimentaires se poursuit.

Après le reblochon, les chocolats Kinder ou encore la charcuterie, c’est cette fois au tour des compotes de faire l’objet d’une alerte de la part de Rappel Conso, explique BFMTV, vendredi 27 janvier. Il s’agirait en particulier des compotes de pommes en gourde de la marque « Douceur du Verger », vendues par pack de 12 chez Leclerc, en tant que « marque repère »

Le motif de ce rappel, selon Rappel Conso, serait la présence trop importante de patuline, une « mycotoxine produite par des champignons microscopiques », précise le site. La patuline peut causer des problèmes au niveau gastro-intestinal. Le lot concerné porte le code-barres 3564700416037. Il est donc recommandé de ne pas consommer le produit et de le retourner en magasin jusqu’au 20 mars, en échange d’un remboursement.

D’autres compotes concernées par les rappels………… En savoir plus : https://actu.orange.fr/france/sante-un-lot-de-compotes-en-gourde-rappele-en-raison-d-une-mycotoxine-magic-CNT000001XRKAN.html

Rappel de produit : un pesticide interdit détecté dans des paquets de riz

Du riz basmati complet de la marque Taureau Ailé, vendu dans un grand nombre de supermarchés français, fait l’objet d’un rappel produit. Le groupe Lustucru en est à l’origine, explique l’Indépendant. Riz Basmati, Riz, Grains De Riz

Du riz basmati complet de la marque Taureau ailé fait l’objet d’un rappel.

Un pesticide interdit a été repéré dans des paquets conditionnés en sachets de 500 g, selon Alerte Conso, repris par l’Indépendant

Vendu chez Carrefour, Auchan, Galec, Cora, Intermarché, Casino…

En savoir plus : https://actu.orange.fr/france/rappel-de-produit-un-pesticide-interdit-detecte-dans-des-paquets-de-riz-magic-CNT000001XF3j9.html

La « pilule du lendemain » est prise en charge à 100 % sans ordonnance pour toutes les femmes

Afin de prévenir les grossesses non désirées, la contraception d’urgence aussi appelée « pilule du lendemain » est disponible en pharmacie, sans prescription médicale et sans avance de frais, pour toute femme mineure ou majeure depuis le 1er janvier 2023.La Contraception D'Urgence

Afin d’améliorer la prévention des grossesses non désirées, depuis le 1er janvier 2023, la « pilule du lendemain » est disponible en pharmacie, gratuitement et sans ordonnance, pour toutes les femmes en âge de procréer, mineures et majeures, et quel que soit le médicament utilisé. En effet, l’efficacité de la contraception d’urgence est maximale dans les 24 heures qui suivent le rapport à risque de grossesse.

Jusqu’à cette date, la contraception d’urgence n’était prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie que pour les femmes de moins de 26 ans avec une ordonnance et pour les moins de 18 ans sans ordonnance. Pour les femmes de 26 ans et plus, la pilule du lendemain était prise en charge à 65 % par l’Assurance maladie sur présentation d’une prescription.

Cette mesure est inscrite dans la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2023.

Comment obtenir la contraception d’urgence en pharmacie ?

Pour obtenir un médicament de contraception d’urgence, vous pouvez vous rendre dans la pharmacie de votre choix le plus tôt possible (dans les heures qui suivent le rapport non protégé, pas au-delà de 3 à 5 jours) et présenter votre carte Vitale ou une attestation de droits (téléchargeable sur votre compte ameli) ou votre carte de l’aide médicale d’État (AME).

Si vous êtes mineure, une simple déclaration sur l’honneur suffit à justifier votre âge ou votre statut d’assuré social (ou de bénéficiaire de l’AME). Vous pouvez demander le secret de la délivrance du médicament, si vous le souhaitez.

Le pharmacien vous recevra dans un espace de confidentialité et vous donnera des conseils et des recommandations sur l’utilisation de cette contraception d’urgence. N’hésitez pas à lui poser toutes vos questions. Il vous délivrera aussi des informations sur les moyens réguliers de contraception.

La contraception d’urgence hormonale est désormais prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie, sans avance de frais.

  À savoir : La contraception d’urgence est un seul comprimé à prendre le plus rapidement possible et au plus tard dans les 3 jours qui suivent le rapport sexuel sans contraception pour les spécialités à base de levonorgestrel et dans les 5 jours pour la spécialité à base d’ulipristal acétate.

  Attention : La contraception d’urgence hormonale ne peut être qu’une contraception exceptionnelle, il est donc important de choisir un moyen de contraception régulier et de se protéger des infections sexuellement transmissibles (IST) comme le VIH.

Où obtenir la contraception d’urgence gratuitement ?

En dehors des pharmacies, la contraception d’urgence hormonale peut également être obtenue gratuitement :

  • dans les centres de santé sexuelle : les femmes majeures sans couverture sociale peuvent se procurer les médicaments de contraception d’urgence sans prescription médicale et de façon anonyme ;
  • dans les centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic des virus de l’immunodéficience humaine (VIH), des hépatites et des infections sexuellement transmissibles (CeGIDD) : les médicaments nécessaires à la contraception d’urgence peuvent être délivrés sans prescription médicale et de façon anonyme ;
  • dans un centre de planning familial ;
  • dans les établissements d’enseignement du second degré : les infirmiers scolaires peuvent délivrer aux élèves mineures et majeures une contraception d’urgence ;
  • dans les services de santé universitaire : les infirmiers peuvent délivrer aux étudiantes (en général majeures) la contraception d’urgence.

Les gestes qui sauvent

Illustration de la rubrique les gestes qui sauvent

Connaître les gestes qui sauvent est devenu une priorité pour de nombreux Français. Ces dernières années, et notamment à la suite des attentats, les formations et initiations se sont multipliées. En septembre 2016, la campagne « Adoptons les comportements qui sauvent » a notamment été décrétée Grande Cause nationale.

On vous sensibilise ici sur les gestes à retenir, pour sauver des vies.


Face à n’importe quelle situation d’urgence, 4 étapes sont à retenir avant de réaliser les gestes de premier secours.

1. Sécurisation du lieu de l’accident et des personnes impliquées.

Veillez à ne pas vous mettre en danger en approchant le lieu de l’accident, après avoir vérifié les conditions de sécurité et les potentiels risques supplémentaires (circulation incendie, électricité …)

Dans le cas où vous ne pouvez pas agir sans prendre de risque, alertez les services d’urgence, puis établissez un périmètre de sécurité autour de l’accident, en attendant leur arrivée.

2. Appréciation de l’état de la victime

Pour rassurer la victime, présentez-vous à la victime puis vérifiez qu’elle est consciente et capable de respirer. Ces informations sont indispensables et à transmettre aux secours dès que possible.

3. Demande d’aide

Voici les numéros à contacter pour obtenir l’aide des services d’urgence :

  • Le 18 : les sapeurs-pompiers pour tout problème de secours, notamment accident, incendie.
  • Le 15 : le Samu pour tout problème urgent de santé, c’est un secours médicalisé.
  • Le 17 : la police ou la gendarmerie pour tout problème de sécurité ou d’ordre public.
  • Le 112 : numéro d’appel unique des urgences sur le territoire européen, recommandé aux étrangers circulant en France et aux Français circulant à l’étranger.
  • Le 115 : le Samu social pour toute personne qui présente une détresse sociale comme les personnes sans domicile ou sans abri et exposées aux intempéries.

Voici les informations à fournir aux services d’urgence :

  • le numéro de téléphone ou de la borne d’où vous appelez,
  • si nécessaire, votre nom,
- la nature du problème (maladie ou accident),
  • les risques éventuels (incendie, explosion, effondrement…),
  • la localisation précise de l’événement,
  • le nombre de personnes concernées,
  • l’état de chaque victime,
  • les premières mesures prises,

Vous devez également répondre aux questions qui vous seront posées par les secours ou par le médecin.

4. Réalisation des gestes de premiers secours

En cas d’étouffement

Souvent lors d’un repas, il faut agir vite :

Si la victime ne peut pas répondre mais est consciente, en émettant des sifflements ou en essayant de tousser sans émettre de bruit, donnez un maximum de 5 claques dans le dos de la victime. Après chacune d’entre elle, vérifiez son état.

Si les claques dans le dos n’ont pas d’effet, vous pouvez réaliser un maximum de 5 compressions abdominales. Si l’étouffement continue, alternez 5 claques dans le dos et 5 compressions abdominales ;

Si la victime perd connaissance, posez-la doucement au sol et contactez en urgence les secours, avant de début une réanimation cardio-pulmonaire. Débutez par 30 compressions thoraciques et poursuivez jusqu’à l’arrivée des secours ou reprise d’une respiration normale de la victime

En cas de saignement

Si le sang gicle ou coule de façon continue de la plaie, une pression doit être exercée directement sur celle-ci afin de l’arrêter au plus vite :

Évitez si possible d’être en contact avec le sang de la victime en lui demandant de comprimer elle-même sa blessure. Si elle ne peut pas s’en charger, protégez-vous les mains (gants jetables, sac plastique, linge …) puis exercez une pression directement sur la plaie.

Après avoir allongé la victime en position horizontale, contactez les secours si vous êtes seul, ou si une personne est présente, demandez-lui de s’en charger pour rester auprès de la victime.

Si la plaie saigne toujours, maintenez la compression fermement jusqu’à l’arrivée des secours. Si vous devez relâcher la compression, pour donner l’alerte par exemple, appliquez un tampon relais.

Après avoir effectué ces premiers secours, lavez-vous les mains.

En cas d’inconscience

Si la victime respire :

Après avoir trouvé la victime, vérifiez qu’elle n’a aucune réaction. Si son inconscience est confirmée, libérez les voies aériennes, puis vérifiez de nouveau si elle respire.

Placez-la ensuite en position latérale de sécurité, puis allez chercher de l’aide si vous êtes seul. Si une autre personne est présente, demandez-lui d’alerter les secours. Jusqu’) leur arrivée, vérifiez régulièrement la respiration de la victime.

Si la victime ne respire pas :

Vérifiez que la victime n’a aucune réaction et ne respire pas normalement. Si vous êtes seul, alertez immédiatement les secours d’urgence (15 ou 18) et apportez un défibrillateur automatisé externe Si quelqu’un d’autre est présent, demandez-lui de s’en occuper pendant que vous restez auprès de la victime.

Commencez par 30 compressions thoraciques, puis 2 insufflations. Alternez ensuite les 2 actions et poursuivez la réanimation jusqu’à l’arrivée des secours d’urgence ou une reprise normale de la respiration.

En cas de malaise cardiaque

Si la victime se plaint d’une douleur thoracique, parle ou se sent mal, posez-lui des questions sur son état, puis alertez immédiatement le Samu-Centre 15 qui jugera du degré d’urgence.

Les signes à observer lors d’un malaise cardiaque :

Si la victime se plaint d’une douleur dans la poitrine, celle-ci peut se propager dans d’autres parties du corps (bras, épaule, cou, mâchoire inférieure ou estomac). Ces signes peuvent également se cumuler à des sueurs, nausées, difficultés respiratoires ou douleurs abdominales.

Que faire face à ces signes de malaise cardiaque ?

Même si la victime vous répète que ce n’est pas grave, la prise en charge doit se faire le plus rapidement possible. Il ne faut jamais sous-estimer la gravité de la situation ou de l’état de la victime.

Posez-lui des questions sur la durée du malaise, sur la récurrence, si elle a un passif hospitalier ou si elle prend des médicaments liés à ce problème.

Si vous êtes seul, alertez immédiatement les secours ou si une personne est présente, demandez-lui de s’en occuper.

Placez la victime au repos dans une position qui lui est confortable (allongée, semi-assise ou assise), puis vérifiez régulièrement qu’elle est consciente et respire normalement jusqu’à l’arrivée des secours.
Les gestes qui sauvent par Ministere_interieur

S’initier aux gestes essentiels du secours d’urgence

Ces gestes peuvent être pratiqués lors d’accidents de la vie quotidienne ou de situations exceptionnelles comme les événements tragiques du 13 novembre 2015 à Paris ou encore du 14 juillet 2016 à Nice.

Ces sessions sont organisées sur l’ensemble du territoire français. Elles ne donnent pas lieu à la délivrance d’un diplôme mais chaque participant recevra une attestation délivrée par le formateur au nom du préfet.

Les personnes intéressées peuvent s’inscrire via le site Internet de leur préfecture de département (carte portée ci-dessous).

Où s’initier aux gestes qui sauvent ? Aller sur : https://www.interieur.gouv.fr/A-votre-service/Ma-securite/Les-gestes-qui-sauvent?fbclid