L’inauguration de l’Antenne du RAM de Poussan pour un service public de qualité

ram1DSC_0012 (14)

Le Relais Assistants Maternels (RAM) du « canton de Mèze » a ouvert ses portes le 1er Novembre 2002.

Bien que porté et géré par le CCAS de Mèze, le RAM fut  dès le départ intercommunal puisque son animatrice, Christine MORANTA, intervenait sur les communes de Bouzigues, Gigean, Loupian, Mèze, Montbazin, Poussan et Villeveyrac ; Les locaux du RAM étant situés sur la Ville de Mèze.ram2DSC_0025 (8)

Face au nombre important d’assistants maternels recensés sur le territoire, une deuxième antenne, située sur la commune de Poussan a ouvert ses portes le 1er Septembre 2016. Celle-ci a permis d’une part de désengorger l’antenne de Mèze, jusque-là saturée, d’autre part de permettre une plus grande proximité géographique pour les assistants maternels habitant sur les communes de Gigean, Montbazin et Poussan. Cette deuxième antenne est animée par Françoise ADELINO.

Le RAM est un lieu d’information, de rencontre et d’échange au service des parents, des assistants maternels et des professionnels de la Petite Enfance où les parents et les futurs parents peuvent y recevoir gratuitement des conseils et des informations sur l’ensemble des modes d’accueil. L’animatrice les accompagne alors dans les démarches administratives parents-employeurs ; les informe sur les aides auxquelles ils peuvent prétendre ; leur propose une liste actualisée des places disponibles chez les assistants maternels ; établit un échange sur les questions éducatives ou relationnelles…ram3DSC_0023 (9)

C’est aussi un lieu où Les assistants maternels trouvent un soutien et un accompagnement dans leur pratique quotidienne car l’animatrice leur propose une information actualisée sur l’ensemble des démarches administratives (demande d’agrément, statut, missions, droits et obligations) ; un soutien et des conseils dans les relations avec les enfants et/ou les parents-employeurs ; une écoute, un échange et un soutien dans l’exercice quotidien de leurs fonctions ; un accueil pendant les ateliers organisés par le RAM ; des formations et conférences pour se perfectionner dans l’exercice de leur fonctions.ram4DSC_0031 (7)

Mais dans les locaux du RAM des ateliers éducatifs collectifs sont proposés, qui constituent des temps d’éveil et de socialisation pour les enfants accueillis par les assistants maternels, ceux-ci permettent aux enfants de rencontrer d’autres enfants, d’autres adultes ; de participer et découvrir différentes activités pour favoriser leur développement ; de se préparer à la vie en collectivité et notamment l’entrée à l’école au travers d’une socialisation douce et progressive.

Actuellement, près de 160 assistants maternels libéraux, proposant plus de 600 places d’accueil, peuvent bénéficier de ce service en sollicitant les deux animatrices, Christine MORANTA et Françoise ADELINO, toutes les deux étant Éducatrices de Jeunes Enfants.

Il faut savoir que le coût global de fonctionnement du RAM est pris en charge par le Conseil Départemental de l’Hérault, qui participe au financement du salaire des deux animatrices, par la CAF de l’Hérault par le biais de la Prestation de Service Unique (PSU) et la prestation de service dans le cadre du Contrat Enfance Jeunesse (CEJ) et par les 7 communes membres qui financent le reste à charge, au prorata du nombre d’habitants.

L’inauguration du RAM – Antenne de POUSSAN, se déroulait donc ce 30 novembre en présence des Conseillers Départementaux du secteur, des représentants de la CAF, de plusieurs Maires venus des Communes impliquées ou de leurs représentants, de nombreux assistants maternels souvent venus accompagnés par les enfants dont ils ont la charge, de mamans de jeunes enfants et de plusieurs élus de Poussan.

Après avoir visité les locaux de la commune dédiés au RAM, il a été précisé comment les communes et principalement celle de Poussan  soutenaient le RAM dans ses activités.

ram5DSC_0038 (4)

« La ville de Poussan a initié depuis une vingtaine d’année une politique de l’enfance ambitieuse, concrétisée par des partenariats avec la CAF, le département : Contrat temps libre, puis Contrat enfance jeunesse. Le niveau élevé d’offre de services dédiés à l’enfance explique en grande partie l’attractivité de notre ville auprès des familles. Le RAM y a participé activement et nous nous félicitons de l’ouverture de cette antenne poussannaise qui prouve le succès de ses missions et vient renforcer un dispositif qui a su trouver sa place. » Précisait Jacky Adgé, Maire de Poussan qui rajoutait : « Ce nouvel espace de référence apporte un service de proximité aux habitants de Poussan, de Gigean et de Montbazin. Il s’est installé dans un bâtiment communal réhabilité par nos services et constitue un maillon du nouveau pôle attractif que nous sommes en train de mettre en place au jardin public. Il s’inscrit dans une politique d’équipements de proximité en centre-ville, au service des populations, à vocation sociale et culturelle : salle Jean Théron, Foyer des campagnes, future maison des associations. Cette deuxième antenne ouverte au cœur de notre territoire souligne le nombre important d’assistants maternels à Poussan et la diversité de l’offre pour les parents : 1 crèche parentale, 2 micro-crèches… »DSC_0021 (9)

Après être revenu sur le désengagement de l’État au niveau  de cette aide aux parents il concluait en confirmant que les élus locaux devaient  rester les garants et les défenseurs d’un service public de proximité et de qualité. «  Cette antenne du RAM représente un soutien et un accompagnement utile pour les parents et les acteurs de la petite enfance. Un lieu d’échange, de partage et d’apprentissage, dans un esprit ludique et convivial, qui participe à l’épanouissement des petits Poussannais, des Montbazinois et des Gigeanais et de leurs parents. Je remercie les intervenants qui s’impliquent dans son fonctionnement et je lui souhaite le succès qu’il mérite. »

Le ruban pouvait être coupé  et la plaque dévoilée dans la joie avant que des jeunes enfants aux élus, des assistants maternels aux parents, entourés par des intervenants, tous se retrouvent à la salle Jean Théron, toute proche, pour un moment récréatif et convivial.

Jacky Adgé revient sur le dernier Congrès des Maires de France

La semaine dernière, Jacques Adgé, Maire de Poussan, a participé avec plusieurs milliers d’élus au dernier Congrès des Maires de France. L’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité (AMF) organisait son Congrès, du 20 au 23 novembre, à Paris. Un moment important au cours duquel l’AMF célébrait la centième édition de ce rassemblement exceptionnel, renouvelait ses instances (Présidence, Bureau et Comité directeur) et accueillait les plus hautes autorités de l’État.maireCaptureCliquez sur la photographie pour l’agrandir.

« Réussir la France avec ses communes » était le thème de cette 100ème édition. Le Congrès se tenait du 21 au 23 novembre au parc des expositions de Paris concomitamment avec le Salon des maires et des collectivités locales (SMCL).

A cette occasion,Plusieurs grands débats sur des thèmes majeurs rythmaient les travaux du Congrès dont il est possible de consulter le détail sur le site www.amf.asso.fr : changement climatique et catastrophes naturelles ; les communes et les intercommunalités moteurs d’une nouvelle dynamique ; les territoires ruraux, acteurs incontournables d’une véritable alliance des territoires .

La plénière du jeudi 23 novembre portait sur les finances publiques locales : quelle nouvelle donne ? Une dizaine d’ateliers (très haut débit, politique locale de sûreté, gestion du foncier, développement économique, petite enfance, réussite éducative, civisme et citoyenneté, alimentation, enjeux européens,…) et des point-infos ou forums (urbanisme, achat public local et responsable, communes nouvelles, gestion des bases fiscales, place des femmes dans les exécutifs locaux,…) étaient au programme sans oublier l’héritage territorial à construire avec les JO Paris 2024, proposé également aux congressistes.

Trois temps forts ont marqué cette centième édition du Congrès :
• l’Assemblée générale de l’AMF,  avec trois séquences : la partie statutaire (rapports d’activités et finances de l’association), la présentation du renouvellement des instances et le débat d’orientation générale ;
• la célébration du 100ème Congrès à travers plusieurs événements. Une exposition multi-supports permanente qui retraçait l’histoire de l’AMF à travers ses Congrès.
• la présence et le discours du Président de la République le jeudi 23 novembre dans le grand auditorium.

Enfin, une résolution générale a été adoptée à l’unanimité par le 100e Congrès des maires et des présidents d’intercommunalités de France. Elle a été présentée par André Laignel en présence du Président de la République lors de la séance solennelle de clôture, le 23 novembre 2017.

Télécharger la Résolution générale (23/11/2017)

mai22220171122_193335Jacques Adgé nous précise que le discours d’Edouard Philippe (qui  a été Maire), fut très pédagogique. Comprenant les inquiétudes des Maires, il n’a pas hésité à aborder tous les sujets même ceux qui font polémique.

« Le message est assez bien passé auprès des participants. Toutes les mesures que le Gouvernement a prises ou va prendre ont été présentées, afin d’expliquer la politique de « En Marche ». »

Pour Jacques Adgé, il ne faut pas s’étonner : « Quand il a présenté son programme, Monsieur Macron, qui ensuite a été élu démocratiquement avait annoncé certaines de ces mesures. »

Le problème actuel, c’est le fait qu’il travaille par ordonnance, car c’est beaucoup plus rapide. Il est donc nécessaire que les partenaires sociaux s’adaptent très rapidement à cette façon d’agir et soient beaucoup plus réactifs pour rester des forces de proposition. »

« Avec des mesures difficiles pour beaucoup de Français et pour les Maires aussi dans la gestion de leur commune, il faut d’après lui s’adapter et se remettre en question à tous les niveaux. »

Même s’il a eu l’honneur d’être un des 15 élus héraultais reçus à l’Élysée  par le Président de la République, pour Jacky Adgé, les Mairies doivent fonctionner en faisant des économies, en essayant d’optimiser leurs moyens.

« Niveau pratique, cela signifie, par exemple, au sujet des contrats-aidés,  que les associations ou les Mairies qui fonctionnaient avec ceux-ci en plus ou moins grand nombre, devront s’adapter, trouver des solutions, faire appel aux services civiques… Et sur les autres dossiers,  comme la disparition progressive de la taxe d’habitation, la baisse des crédits affectés au Logement social, il en est de même… Avec en attendant, des incertitudes et des interrogations. »