La Ville de Poussan organise son concours de la plus belle vitrine de Noël

Comme chaque année, sous l’impulsion de M. Pagnier adjoint aux festivités, la Ville de Poussan organise son concours de la plus belle vitrine de Noël. Pour les commerçants, la période des fêtes s’annonce cruciale. Les élus de la commission festivité se mobilisent pour animer la ville et soutenir le commerce local.
Un jury composé de petits Poussannais âgés de 6 à 12 ans départagera les plus belles réalisations. Des bulletins d’inscription pour faire partie du jury sont à disposition à l’accueil de la mairie, à ramener avant le 20 décembre. Le vitrine la plus originale sera récompensée et recevra un lot de produits locaux.

Le Secrétariat du Père Noël de La Poste est ouvert

https://pere-noel.laposte.fr/accueilLetter

https://pere-noel.laposte.fr/

Le secrétariat du père Noël est ouvert !

Vous pouvez adresser vos lettres avec des adresses à votre convenance mais en retenant que votre courrier sera en premier lieu acheminé à

Un Concours de chapeaux pour la Sainte Catherine

Un Concours de chapeaux pour la Sainte Catherine : compte tenu de la situation sanitaire que nous vivons et de cette période de confinement, la Foire de la Sainte Catherine ne pourra avoir lieu.

Le service festivités organise sous une formule un peu inédite, un concours du plus beau chapeau des Catherinettes.
Sans défilé sur podium, en restant chez soi, sur un air de re- confinement, poussez tables et chaises, défilez et portez un chapeau extravagant aux tons jaunes et verts confectionné pour ou par vous, et à votre image.
Les photos des participantes seront à envoyer par mail à communication@ville-poussan.fr et seront postées sur la page Facebook de la ville où chacun pourra liker pour la candidate de son choix. Clôture du concours le 10 décembre 2020. La photo la plus likée sera récompensée par un bon d’achat d’une valeur de 50€

aachCaptureMais d’où vient cette tradition ?

« Il s’agit d’une tradition ancestrale où les femmes qui ont atteint l’âge de 25 ans et ne sont toujours pas mariées, mettent un chapeau où prédominent le jaune et le vert, décoré avec des objets faisant allusion à leur personnalité ou à leur profession. »

« La tradition remonte au Moyen Âge lorsque les jeunes filles célibataires invoquaient Sainte-Catherine, le jour de sa fête – le 25 novembre – pour lui demander de les aider à trouver un mari. Catherine en grec vient de « Katharos », qui signifie pur. Ainsi la Sainte est devenue la patronne des Fileuses, des Couturières et des Modistes jusqu’à être reconnue comme celle des jeunes filles célibataires ».

« Chaque couleur a une signification : le vert représente la jeunesse, l’espoir et la connaissance. Quant au jaune, il représente la Foi et le Temps qui passe. »

 

Halloween, les enfants de l’ALSH remportent le concours avec leur épouventail

Vu les conditions sanitaires il n’y a pas eu cette année de fête d’Halloween à Poussan. Une fête qui d’habitude rassemble bon nombre de familles dans la convivialité et le plaisir de se retrouver avant l’hiver. Le service festivités de la Mairie sous la houlette de Jean-Claude Pagnier, adjoint au maire de la ville délégué aux Festivités a proposé un concours d’épouvantails. Les participants étaient invités à faire preuve de créativité en fabriquant et exposant leur épouvantail sur leur terrasse ou leur balcon, dans leur jardin, et en envoyant une photo au service communication de la commune.

Jean-Claude Pagnier était satisfait du retour avec 15 photos qui témoignent de la créativité des Poussannais de tous les âges même si un sentiment de frustration restera dans le coeur de chacun.

  Le jury composé des membres de la commission festivité après avoir voté a décidé de remettre le prix, aux enfants de L’ALSH pour saluer l’engagement des plus jeunes.

Jean-Claude Pagnier et Mariane Arigo, adjointe à la vie associative, alors que Sonia Reboul, adjointe aux affaires scolaires ne pouvait se libérer, sont allés remettre le prix, le mercredi 18 novembre à 14h00 à un maximum de participants, aux enfants de l’ALSH pour leur magnifique épouventail qui surveille leur jardin au groupe scolaire des Baux. Le prix, un château de confiseries et de sucettes, réalisé par la boulangerie Jeanson a comblé les enfants super surpris, très contents et heureux de le recevoir.

En espérant qu’en 2021 la déambulation d’Halloween organisée par le carré d’as puisse se dérouler car même s’il y a eu pour l’organisation de ce concours de très bons retours, rien ne peut remplacer le vécu…On croise les doigts.

Retrouvez les photos des épouvantails réalisés par les Poussannais à l’occasion du concours Halloween

Retrouvez les photos des épouvantails réalisés par les Poussannais à l’occasion du concours Halloween organisé par le service festivité. Nous remercions tous les participants qui ont fabriqué et exposé leurs épouvantails à leurs balcons, fenêtres ou jardins.
Nous vous donnons rendez-vous l’an prochain dans les rues de notre ville pour le défilé d’halloween.
Vous pouvez retrouver cette vidéo sur la chaîne Youtuube de la Ville de Poussan : https://youtu.be/8btUNXQiwoA

Concours d’épouvantails organisé par la service festivités de la Ville de Poussan

Isolé, Épouvantail, L'Automne, Forest

Fabriquez, exposez votre épouvantail devant chez vous sur votre balcon, fenêtre, portail, vitrine… et envoyez vos photos avec votre Nom et Prénom avant le 10 Novembre à communication@ville-poussan.fr.
Un jury composé d’élus votera pour élire les gagnants d’un panier spécial Halloween
Vous pouvez également  faire parvenir des photos de vous déguisés, de votre extérieur ou intérieur décorés … pour un book municipal et la diffusion sur nos supports de communication !
« Nous comptons sur votre créativité pour faire de Poussan une Halloween City… »

 

Pour Halloween, un concours du meilleur épouvantail, à Poussan

Compte-tenu de la situation sanitaire que nous vivons et des contraintes qu’elle engendre, le 31 octobre, la soirée d’Halloween ne pourra avoir lieu.

Le service festivités vous propose donc un concours d’épouvantails !

Fabriquez, exposez votre épouvantail devant chez vous sur votre balcon, fenêtre, portail, vitrine… et envoyez vos photos avec Nom et Prénom avant le 10 novembre à communication@ville-poussan.fr

Un jury composé d’élus votera pour élire les gagnants d’un panier spécial Halloween.epouAff-halloween-20

Vous pouvez également  faire parvenir à la Mairie (communication) des photos de vous déguisés, de votre extérieur décoré…pour un book municipal et la diffusion sur les supports municipaux de communication !

Nous comptons sur votre créativité pour faire de Poussan une Halloween City !

Une des théories sur les origines historiques d’Halloween

Eric Blandin, un internaute, nous a proposé une approche sur les origines historiques d’Halloween en nous donnant ses principales sources :

- « Satanism – The Seduction of America’s Youth » de Bob Larson. Traduction : C. Voumard et P.-A. Perrin
– Article « Halloween », CD Rom, Microsoft Encarta, 94 – Revue « La classe Maternelle » n° 62, octobre 97
– Article « Pomone », dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Larousse 91
– Revue « Réponse à Tout » par Magali Pacary, octobre 99
– Magazine chrétien « Shadrack » – Article de Christian Willi
– L’Evènement 11/1998 et VSD 11/1998hallDSC_0008

« 300 ans avant J.-C., une société secrète de druides tenait sous son emprise le monde celte du vieux continent, y compris les Gaulois. Chaque année, à cette période de l’année, ceux-ci célébraient en l’honneur de leur divinité païenne Samhain, un festival de la mort. C’était la nuit où Samhain revenait avec les esprits des morts. Ces derniers devaient être apaisés, c’est pourquoi il fallait traiter avec eux. »

« A ce moment-là, les druides exécutaient des rituels dans lesquels un chaudron symbolisait l’abondance de la déesse. Ils avaient alors coutume d’allumer de grands feux dans le but d’éloigner tous les mauvais esprits et d’apaiser les puissances surnaturelles qui contrôlaient les processus de la nature. Des prêtres se déplaçaient de maison en maison et distribuaient le « feu sacré » qui assurait la protection du foyer, en réclamant des offrandes pour leur dieu, exigeant parfois des sacrifices humains. En cas de refus, ils proféraient des malédictions de mort sur cette maison, d’où le « Trick or Treat », « Présent ou malédiction », ou pour être plus clair : « Une offrande, sinon la malédiction. »

Les Romains, après avoir conquis la Grande-Bretagne, ajoutèrent aux traditions celtes des rites issus d’une de leurs propres fêtes de la moisson, qui avait lieu le 1er novembre en l’honneur de Pomone, déesse étrusque annexée par la religion romaine, nymphe des fruits et des fleurs. En 308, l’empereur romain Constantin apaisa la population des territoires païens nouvellement conquis en leur accordant le droit de conserver leur ancien rite du jour de Samhain.

Il changea la date du prédécesseur chrétien d’Halloween, soit la Toussaint des catholiques romains en la fixant au 1er novembre alors qu’à l’origine, elle était célébrée en mai. Le panthéon de Rome, un temple construit pour adorer une multitude de dieux, fut converti en église. Pendant que les chrétiens célébraient leurs saints disparus, les païens dédiaient la nuit précédente à leur « seigneur de la mort ». En 840, le pape Grégoire IV instaure la Toussaint, déclarant que le 1er novembre et la veille (le 31 octobre), les morts seraient célébrés. D’où le mot de Halloween (« Allhallowmas » en Celte), contraction de: « All Hallow » (tout ce qui est saint) et de « Even » (la veille). . En 998, Odilon, abbé de Cluny, institue, le 2 novembre, une journée consacrée à la commémoration de tous les fidèles trépassés, qui elle sera religieuse. Le pape Léon IX (pape de 1049 à 1054) approuvera cette décision.

La commémoration des fidèles défunts se répand alors dans toute la chrétienté. Au XIIIe siècle, elle entre dans la liturgie romaine et devient une fête universelle dans l’Église.

Les origines d’Halloween sont donc complètement païennes, puisqu’il s’agit de célébrer les esprits des morts. Plus récemment, les immigrants européens, et plus particulièrement les Irlandais (qui, poussés par une terrible famine, partirent s’établir en Amérique), introduisent leurs coutumes en Amérique dont la fête des morts avec Samhain. A la fin du 19ème siècle, leurs coutumes étaient devenues célèbres. C’était l’occasion de renverser des cabinets extérieurs, d’infliger des dommages aux propriétés et de se permettre des fourberies qui n’auraient pas été tolérées à d’autres moments de l’année.

Une fête prisée dans les milieux occultes Aujourd’hui, dans le monde entier, Halloween est la fête la plus importante pour les satanistes. La date du 31 octobre pour fêter Halloween n’est pas une coïncidence. Ce jour est l’un des quatre plus importants sabbats de sorcières, les quatre jours « cross-quarter » du calendrier celtique. Le premier, le 2 février, populairement connu comme le jour du « ground-hog » en l’honneur de Brigit, la déesse païenne de la guérison.

Le deuxième, un jour férié de mai nommé Beltane, signalait le temps des plantations pour les sorcières. Ce jour-là, les druides exécutaient des rites magiques, pour favoriser la croissance des récoltes. Le troisième, un festival des récoltes en août en l’honneur du dieu soleil, commémorait celui qui brille, Lugh. Ces trois premiers jours « cross-quarter » marquaient le passage des saisons, le temps de planter et le temps de récolter, de même que le temps de la mort et de la résurrection de la terre. Le dernier, Samhain, marquait l’arrivée de l’hiver. A ce moment-là, les anciens druides exécutaient des rituels dans lesquels un chaudron symbolisait l’abondance de la déesse. On disait que c’était un temps de « betwixt and between », une saison sacrée empreinte de superstition et de conjurations spirites.

zzzzzzzzzdsc_0038-1

Ce jour est aussi le nouvel an du calendrier des sorciers. Le « World Book Encyclopedia » affirme que c’est le commencement de tout ce qui est « Cold, dark and dead » (froid, obscur et mort). Le 31 octobre est devenu un prologue pour amener à accepter l’occulte, Halloween étant en quelque sorte devenu le jour du diable, rituellement reconnu par certains adorateurs de Satan et certains groupes occultes (notamment aux USA, et de plus en plus en Europe). Les satanistes pratiquent des sacrifices humains, cette nuit-là, aux Etats-Unis et en Australie. Pour les personnes ayant des pouvoirs « psychiques », les voyants et ceux qui se disent visionnaires, la période de Hallowen est la plus occupée de l’année.

Les éditeurs de livres sur des sujets classés entre astrologie et sorcellerie indiquent une forte augmentation des ventes.

Salem, une ville du Massachusetts, siège de la sorcellerie américaine, célèbre maintenant un « événement hanté », lors d’Halloween, pour prolonger sa saison touristique d’été. Le 31 octobre, c’est le bal de l’horreur et du plaisir : enfants comme adultes craquent tous pour cette vaste fête. Et pour l’origine des citrouilles d’Halloween Pour éclairer leur chemin en allant de maison en maison, les prêtres celtes portaient des navets évidés et découpés en forme de visage, où brûlait une bougie faite avec de la graisse humaine de sacrifices précédents.

Ces navets représentaient l’esprit qui allait rendre leurs malédictions efficaces. Au 18ème et 19ème siècle, quand cette coutume est arrivée aux Etats-Unis, les navets ont été remplacés par des citrouilles. Le nom donné à l’esprit qui habitait dans la citrouille était: « Jock » qui est devenu « Jack qui habite dans la lanterne », d’où le nom de « Jack-o-Lantern », tiré d’un conte dans lequel un homme célèbre, nommé Jack, fut chassé à la fois du ciel et de l’enfer. Contraint d’errer sur terre comme un esprit, le diable pour le consoler lui aurait donné un charbon ardent tiré de la fournaise, que Jack mit dans une rave évidée pour éclairer son chemin dans la nuit.

A noter que les couleurs orange et noire rappellent la lumière et les ténèbres, et peuvent être aussi reliées à l’occulte. Elles étaient en rapport avec les messes commémoratives pour les morts, qui avaient lieu en novembre. Les bougies en cire d’abeille, habituellement de couleur écrue, étaient orange lors de la cérémonie et les cercueils du cérémonial étaient couverts de draps noirs. »

Halloween 2020, dans la rue Eugène Lisbonne à Poussan la joie de vivre existe encore

« Covid, Corona virus, Restrictions, Confinement, Gestes barrières, Masques, Gel hydroalcoolique, malades, hôpitaux, voici les termes entendus par nous et nos enfants depuis mars 2020… » Précisent les habitants de la rue…  noll123144204_360945198308437_8556834900842916258_n
 Dans la rue Eugène Lisbonne à Poussan, il est hors de question que cette triste réalité laisse croire aux enfants que la joie n’existe plus, avec déjà des anniversaires passés sans familles ou copains, avec bientôt un Noël sous la même tendance morose, mais crise oblige, tous restent très prudents, pour eux, leurs proches et pour espérer voir enfin le bout de ce tunnel.nollP1140442
Donc non à la déprime, c’est reparti pour un tour, vive la décoration chacun chez soi, Halloween est a leurs portes et bien que celles-ci doivent rester closes et que le porte à porte est annulé pour la sécurité de chacun, il n’empêche que les activités vont bon train.
Chacun se lance avec quelques toiles d’araignées, des squelettes et des citrouilles … Cette année ils décorent la rue et leurs habitations non pas pour montrer qu’ils ont des bonbons a partager mais que leur joie de vivre et toujours là ….nollP1140448

Un beau cimetière pour célébrer les morts

À l’approche de la Toussaint et de la journée des Morts, le cimetière de Poussan a droit à toutes les attentions. S’il est bien entretenu tout au long de l’année par des agents techniques municipaux attentifs, ces derniers temps ils ont tout fait pour l’embellir, car depuis quelques jours, les familles et les amis des défunts viennent nettoyer les tombes et les fleurir avec attention, même si pour certains, en temps normal, les visites à ceux qui ont quitté notre monde sont régulières, quelquefois journalières. siroP1290980

Car la Toussaint est une fête catholique appelée également la ‘’fête des morts’’. Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, la célébration des morts a lieu le 2 novembre, le 1er novembre étant la fête de tous les saints Cette coutume a vu le jour au XIème siècle.cimeIMG_20201029_175134

Pourquoi mettre des fleurs ? C’est un signe d’affection et de souvenir. Cela signifie : je ne t’oublie pas. Les fleurs sur une tombe au cimetière symbolisent une marque à la fois de respect, d’amitié, d’amour et de tendresse envers le défunt.

A l’époque, les familles déposaient des bougies sur les tombes des défunts et au fil du temps les fleurs les ont remplacées. Actuellement, les fleurs les plus achetées sont les chrysanthèmes. Symbolisant l’immortalité au Japon, cette fleur est devenue la fleur de la Toussaint grâce à sa floraison automnale et sa résistance à la basse température. Les chrysanthèmes que nous connaissons actuellement ressemblent peu à l’espèce d’origine que l’on retrouve à l’état sauvage et qui ressemblent à des marguerites (Glébonis Coronaria) qui sont de la même famille. Le cyclamen, fleur délicate et robuste à la fois, s’est également fait une place de premier choix dans le cercle très fermé des fleurs belles et résistantes.cimeIMG_20201029_175119