La Ville de Poussan recrute 3 policiers municipaux

LA VILLE DE POUSSAN RECRUTE 3 POLICIERS MUNICIPAUX (H/F)
A TEMPS COMPLET
PAR VOIE DE MUTATION OU DE DETACHEMENT

Employeur : Mairie de POUSSAN
1 Place de la mairie
34560 POUSSAN
Située à 13 km de Sète, au cœur du territoire de Sète Agglopôle Méditerranée, 2ème intercommunalité du Département de l’Hérault avec 126 000 habitants, la Commune de Poussan compte aujourd’hui près de 6 000 habitants et 80 agents municipaux dont 7 policiers municipaux.
Département de travail : Hérault
Poste à pourvoir le : 1er janvier 2021
Date limite de candidature : 15 décembre 2020
Type d’emploi : Vacance de poste
Nombre de postes : 3
Famille de métier : Prévention et sécurité publique > Police municipale
Grade(s) recherché(s) : Gardien brigadier
Métier(s) : Policier ou policière municipal

Descriptif de l’emploi :
Dans une volonté de renforcement de ses effectifs, la Ville de Poussan recrute trois agents de Police municipale. Rattachés au Chef de poste, vous exercez les missions de prévention nécessaires au maintien du bon ordre, de la sûreté, de la sécurité et de la salubrité publiques. Vous assurez également une relation de proximité avec la population.
Vous garantissez la bonne mise en œuvre des missions inhérentes aux pouvoirs de police du Maire.
Missions :
Dans le cadre de son activité, les agents de Police municipale assureront les missions suivantes :
• Veiller, prévenir et maintenir le bon ordre, la tranquillité, la sécurité et la salubrité publique ;
• Appliquer et contrôler le respect des pouvoirs et arrêtés de police du Maire sur son territoire d’intervention ;
• Informer préventivement les administrés de la réglementation en vigueur ;
• Réguler la circulation routière et veiller au respect du code de la route;
• Veiller à la sécurité des personnes, des biens et au maintien du bon ordre ;
• Veiller au bon déroulement des manifestations publiques et des cérémonies ;
• Assurer l’interface avec la population ;
• Accueillir et orienter les administrés sur la voie publique et au sein du poste ;
• Analyser les demandes et doléances et formuler des réponses appropriées ;
• Développer l’information et le dialogue auprès de la population ;
• Recueillir des renseignements, les transmettre à la hiérarchie et suivre les résultats ;
• Analyser rapidement une situation ou des évènements imprévus ;
• Rendre compte, par écrit ou par oral, à l’autorité supérieure des évènements survenus pendant le service et des dispositions prises ;
• Établir et rédiger des rapports d’activités, des comptes rendus de mission d’îlotage et de prévention ;
• Appliquer les consignes visant au maintien de l’activité et de la sûreté des locaux, des agents du service et du public accueilli ;
• Organiser les moyens techniques et humains pour assurer la continuité du service ;
• Coopérer avec les différents services de la collectivité ;
• Participer aux réunions du service de la Police municipale.
Relations fonctionnelles :
* Relations internes :
– Echanges réguliers d’informations avec son supérieur hiérarchique.
– Relations avec les élus et autres agents municipaux.
* Relations externes :
– Forces de gendarmerie
– Contacts quotidiens avec les habitants.
– Contacts occasionnels avec les commerçants.

Profil demandé :
* Savoirs / connaissances :
– Textes législatifs, règlement et codes relevant des attributions et compétences des pouvoirs de police du Maire ;
– Fonctionnement des institutions judiciaires et des procédures pénales ;
* Savoirs faire / compétences techniques :
– Participation à la mise en œuvre des orientations de la collectivité en matière de prévention et de sécurité publique
– Mise en œuvre et suivi de l’activité du service de police municipale
– Organisation des actions de prévention et de dissuasion
– Gestion de l’interface avec la population
– Gestion et contrôle des procédures administratives
– Techniques de négociation et médiation
– Maitrise des outils informatiques (Pack Office)
* Savoirs être / aptitudes :
– Bonne condition physique et aptitude au travail de terrain
– Autonomie dans l’organisation du travail et capacité au travail en équipe
– Respect des consignes et des règles de sécurité
– Écoute et capacité à rendre compte à sa hiérarchie de ses activités
– Sens du service public, discrétion professionnelle
– Sens de l’investissement et exemplarité
– Maitrise de soi
* Profil recherché :
– Fonctionnaire titulaire avec au moins 3 ans d’expérience dans le domaine de la sécurité publique
– Titulaire du permis B indispensable
– Formation obligatoire (FCO) à jour
– Formation préalable à l’armement (FPA) effectuée
– Formations d’entrainements obligatoires effectuées
Conditions particulières d’exercice :
– Port de la tenue réglementaire
– Travail à l’extérieur
– Travail en temps annualisé
– Disponibilité et horaires d’amplitude variable (obligations de service public), en horaires décalés et les week-ends.
Temps de travail :
Temps complet (35 heures)
COMMENT CANDIDATER ? Merci d’adresser votre CV et lettre de motivation, avant le 15/12/2020 au plus tard, à l’attention de Madame le Maire de Poussan, et de les envoyer par courriel à l’adresse : rh@ville-poussan.fr en précisant la référence « CANDIDATURE POLICIER MUNICIPAL » dans le titre de votre courriel. Informations complémentaires : rh@ville-poussan.fr / 04 67 78 20 03

Un Concours de chapeaux pour la Sainte Catherine

Un Concours de chapeaux pour la Sainte Catherine : compte tenu de la situation sanitaire que nous vivons et de cette période de confinement, la Foire de la Sainte Catherine ne pourra avoir lieu.

Le service festivités organise sous une formule un peu inédite, un concours du plus beau chapeau des Catherinettes.
Sans défilé sur podium, en restant chez soi, sur un air de re- confinement, poussez tables et chaises, défilez et portez un chapeau extravagant aux tons jaunes et verts confectionné pour ou par vous, et à votre image.
Les photos des participantes seront à envoyer par mail à communication@ville-poussan.fr et seront postées sur la page Facebook de la ville où chacun pourra liker pour la candidate de son choix. Clôture du concours le 10 décembre 2020. La photo la plus likée sera récompensée par un bon d’achat d’une valeur de 50€

aachCaptureMais d’où vient cette tradition ?

« Il s’agit d’une tradition ancestrale où les femmes qui ont atteint l’âge de 25 ans et ne sont toujours pas mariées, mettent un chapeau où prédominent le jaune et le vert, décoré avec des objets faisant allusion à leur personnalité ou à leur profession. »

« La tradition remonte au Moyen Âge lorsque les jeunes filles célibataires invoquaient Sainte-Catherine, le jour de sa fête – le 25 novembre – pour lui demander de les aider à trouver un mari. Catherine en grec vient de « Katharos », qui signifie pur. Ainsi la Sainte est devenue la patronne des Fileuses, des Couturières et des Modistes jusqu’à être reconnue comme celle des jeunes filles célibataires ».

« Chaque couleur a une signification : le vert représente la jeunesse, l’espoir et la connaissance. Quant au jaune, il représente la Foi et le Temps qui passe. »

 

Pour sauvegarder les entreprises et l’emploi, le fonds L’Occal se renforce

Lancé dès juin pour aider les acteurs du commerce, de l’artisanat et du tourisme à faire face à la crise et se relancer, le fonds L’Occal s’adapte. Prolongé jusqu’à fin janvier, il s’ouvre à la culture, l’événementiel, le sport. Ses avances et ses subventions appuient les trésoreries et les investissements, grâce à une dotation de 80 M€ apportée par la Région, la Banque des Territoires et près de 160 Départements et intercommunalités d’Occitanie.

Lancé dès le mois de juin, le fonds L’Occal s’adapte et se renforce pour sauvegarder l’activité et les emplois

C’est un « pack  » puissant associant la Région, la Banque des Territoires, 12 Départements et 145 intercommunalités d’Occitanie, qui porte le fonds L’Occal, doté en juin de 80 M€. Sa mission : parer à l’urgence et sauvegarder l’activité et l’emploi de secteurs essentiels (le tourisme, l’artisanat et le commerce de proximité à l’origine). Près de 1 100 demandes d’aides ont été faites et environ la moitié a déjà été accordée pour un montant de 3 M€.
La crise durant et le confinement pénalisant à nouveau l’économie, la Région prolonge L’Occal et l’ouvre à d’autres secteurs.

Les fermetures imposées par le nouveau confinement risquent d’être fatales si nous ne réagissons pas pour les secteurs du commerce, de l’artisanat, du tourisme et de l’événementiel, particulièrement touchés, souligne Carole Delga.

Des aides prolongées et renforcées

Le fonds L'Occal est prolongé jusqu'en janvier 2021 et étendu notamment au secteur sportif

Le fonds L’Occal est prolongé jusqu’en janvier 2021 et étendu notamment au secteur sportif

L’Occal sera poursuivi jusqu’à fin janvier 2021 dans un premier temps. En outre, l’Assemblée plénière de la Région doit adopter, lors de sa session de novembre, l’ouverture de L’Occal aux acteurs de la culture, de l’événementiel, du sport, de l’agritourisme et de l’œnotourisme, ainsi qu’aux centres équestres.
L’Occal intervient sous deux formes : des avances remboursables pour soutenir les trésoreries et des subventions aux investissements pour s’adapter aux mesures sanitaires, relancer l’activité et adopter les outils numériques.

Soutien aux trésoreries

Le fonds L'Occal donne aussi de l'air aux trésoreries des entreprises

Le fonds L’Occal donne aussi de l’air aux trésoreries des entreprises

Pour donner de l’air à la trésorerie des entreprises, L’Occal peut accorder des avances remboursables à taux zéro, sans garantie. L’intervention peut aller jusqu’à 50% du montant éligible. L’avance est plafonnée à 25 000 €, mais les comités départementaux d’engagement peuvent décider de déplafonner l’aide pour les secteurs les plus en difficulté. Régulièrement, de nouvelles sociétés sont soutenues : la Commission permanente de la Région du 16 octobre a validé des dizaines de demandes d’aides à la trésorerie, pour un total de 411 000 €. En ont bénéficié des entreprises des 13 départements d’Occitanie, à l’image du camping aveyronnais La Belle Etoile et des sociétés Come (Tarn), Pizzart (Hérault) ou 5 Sens à la toque (Tarn-et-Garonne).

Appui aux investissements

Des mesures sanitaires nécessaires à la relance de l'activité

Des mesures sanitaires nécessaires à la relance de l’activité

Les subventions accompagnent des investissements engagés pour la protection sanitaire et la relance de l’activité. Le fabricant de tielles Chez Gillou et Lolo de Frontignan a ainsi été aidé à prendre les bonnes mesures et à acheter un four à pizza pour se diversifier. La péniche-gîte La Compagnie du Canal, basée à Villepinte dans l’Aude, a pu engager les mesures de protection nécessaires pour poursuivre ses croisières sur le canal du Midi. Le Petit train touristique de Perpignan s’est équipé avant l’été de séparations en plexiglass, d’oreillettes à usage unique… « Ça a rassuré nos clients  », explique le gérant dans Le Journal de ma Région.

Nouveautés : L’Occal peut désormais financer du conseil, de la formation et des investissements liés à la digitalisation de l’activité, tels des outils de travail à distance, un service click and collect, la gestion informatisée des stocks, d’un système de paiement sécurisé… À l’avenir, la priorité́ sera donnée aux commerces de moins de 20 salariés. Le taux d’intervention atteint 70%. Plafonnées à 23 000 €, les subventions peuvent aller au-delà pour les secteurs les plus en difficulté.

Le RAM Nord Bassin de Thau est ouvert sur rendez-vous uniquement pour les parents en présentiel.

Suite à ce second confinement, les parents ont comme auparavant accès aux mêmes renseignements et accompagnements :

recherche d’assistantes, aide pour le contrat de travail et écoute entre autres.

Pour les animations, le RAM remercie vraiment les élus des communes du périmètre (Poussan, Gigean et Montbazin) qui lui permettent de continuer à exercer et de remplir ses missions d’accompagnement des assistantes maternelles en proposant des animations dans les salles.adelkPhoto Poussan

Mais aussi le personnel d’entretien des locaux qui contribue à cette continuité du service. Comme les écoles ou les structures d’accueil petite enfance, les enfants se rencontrent et vivent des moments fondamentaux à leur épanouissement.

Les professionnelles se retrouvent et partagent des temps de lecture, art graphique ou manipulation voire de motricité libre pour le tout-petit qui leur permet d’explorer son corps. Un protocole sanitaire plus strict est en place et transmis aux assistantes maternelles et parents employeurs dont les enfants fréquentent le relais.

 Françoise  Adélino, Responsable RAM Nord Bassin de Thau Gigean-Montbazin-Poussan  nous précise : 

« Le plaisir est toujours partagé pour les participants, certaines professionnelles restent en contact avec le RAM soit par téléphone, mail ou via la page FB en attendant une amélioration de la situation sanitaire. »

Nourrir les oiseaux quand il fait froid

  A Poussan, nous avons la chance d’avoir des oiseaux présents toute l’année comme les mésanges charbonnières, les mésanges bleues, les moineaux domestiques, les verdiers d’Europe, les merles noirs, les tourterelles turques, les chardonnerets, les rouges-queues noirs, et l’hiver, on voit aussi, poussés par le froid, des rouges-gorges, des pinsons des arbres, des accenteurs mouchets, des troglodytes mignons et pinsons des arbres…

Quand le sol est gelé ou recouvert de neige le plus grand risque de mourir pour les oiseaux sauvages est de ne pas trouver de nourriture plutôt que d’avoir froid.

La lutte contre le froid entraîne une grande déperdition de poids et fait baisser la température interne des petits oiseaux.

Pour compenser ces risques mortels les oiseaux ont un besoin vital de se nourrir presque à longueur de journée et on peut les aider en mettant de la nourriture à leur disposition.

Quelle nourriture ?

Jacques Bougard, Poussannais, membre de la LPO, nous donne quelques conseils :

  « On peut proposer aux oiseaux des boules de graisse contenant des graines diverses à accrocher en hauteur. Proposer aussi des graines de tournesol qui sont les graines les plus caloriques, disposées dans ou sur des mangeoires mises en place à 1 m 50 du sol pour les mettre à l’abri des chats et autres prédateurs. On mettra aussi des graines au sol pour les oiseaux qui se nourrissent exclusivement au sol comme les Pinsons des arbres, les Rouge-gorges… On peut aussi disposer quelques morceaux de pain sec et de la matière grasse (beurre, margarine). Enfin on mettra un petit abreuvoir à fond plat (assiette par exemple) à disposition pour que les oiseaux puissent boire. Par temps de gel vérifier que l’eau ne gèle pas ou la remplacer régulièrement par de l’eau tiède. Boules de graisse et graines de tournesol se trouvent facilement dans le commerce. »

  Des mangeoires de différentes formes et des supports de boules se trouvent aussi dans le commerce mais on peut très bien bricoler par soi-même, comme de simples plateaux par exemple.

  Pour éviter la transmission des maladies entre oiseaux il faut nettoyer régulièrement ces accessoires à l’eau savonneuse. Positionner ces dispositifs si possible au soleil et à l’abri du vent du nord.

  « A leur réveil, les oiseaux sont frigorifiés et affamés et il faut les nourrir chaque matin dès le lever du jour et le soir une heure avant le coucher. La période va de novembre au printemps selon les intempéries. » Rajoute Jacques, un passionné.

Jeudi 19 novembre une réunion d’information sur les dispositifs d’aides financières aux commerces

Suite à la proposition faite aux commerçants lors de la réunion du 9 novembre M. Vandermeersch délégué à l’économie locale et la CCI de l’Hérault organisent en partenariat une réunion d’information sur les dispositifs d’aides financières aux commerces mis en œuvre pendant cette période de confinement Jeudi 19 novembre de 9h à 12h au Foyer des Campagnes. Tous les commerçants sont invités à participer à cette rencontre.L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes sur scène et intérieur
Au programme de la réunion collective :
Présentation des dispositifs d’accompagnement des entreprises
Présentation des actions collectives de relance
Échanges sur les problématiques / propositions à faire remonter aux pouvoirs publics compétents.
Des rendez-vous individuels auront lieu à l’issue de la réunion collective.

Chapelle des Pénitents Blancs de Poussan, un bail emphytéotique de 66 ans

beniIMG_20201113_143418Bail emphytéotique sur la Chapelle des Pénitents Blancs

La municipalité de Poussan a signé ce vendredi 13 novembre un bail emphytéotique de 66 ans avec l’association Saint-Vincent, pour la Chapelle des Pénitents Blancs.anitCapture

Si l’association était représentée par son président, Fabrice Bertrand et par Nicole Portero, Florence Sanchez, Maire de Poussan, Henry-Paul Bonneau, 1er Adjoint et Michel Bernabeu, Adjoint délégué à la Culture et au Patrimoine, représentaient la municipalité.

Tous se sont félicités que cette Chapelle, haut lieu patrimonial de Poussan puisse grâce à ce bail retrouver bientôt un certain éclat et devenir certainement un lieu culturel et patrimonial dans lequel des événements ouverts aux Poussannais pourront être réalisés.

Il faut savoir que la confrérie des Pénitents Blancs a été fondée en 1464 par Sébastien de Coeuret « pour faire obstacle au démon qui, profitant des malheurs de l’époque, cherchait à étendre son empire. ».

La chapelle de Poussan a été construite, ainsi qu’en témoignent divers devis retrouvés dans les archives, en 1656 (face au presbytère) afin d’accueillir les célébrations de la confrérie des pénitents blancs, une des plus puissantes du Bassin de Thau, et qui avait été fondée le 1er novembre 1590 à Poussan, en réaction au développement du culte protestant dans notre secteur.

La confrérie des pénitents blancs de Poussan a joué un rôle majeur dans la vie sociale poussannaise durant l’Ancien régime jusqu’aux années 1880, offrant assistance et secours entre ses membres. On peut dénombrer plus de 300 de nos prédécesseurs qui en ont été membres. Ils revêtaient le sac, c’est-à-dire cette tunique blanche, dont chacun de nous a gardé la mémoire et qui témoignaient d’une volonté d’égalité.beniIMG_20201113_144231

Les membres de la confrérie étaient de fervents catholiques mais n’étaient ni prêtres ni moines (ce sont des laïques).

Ils se retrouvaient pour la prière collective, participaient aux pèlerinages et aux processions.

En signant un bail emphytéotique de 66 ans avec l’association Saint-Vincent, la municipalité de Poussan a souhaité que ce lieu emblématique, chargé d’une longue histoire, retrouve sa place au sein du patrimoine poussannais. Après les travaux nécessaires à sa sécurisation, la chapelle pourra être utilisée à des fins culturelles et patrimoniales, toujours dans un souci de respect du lieu : expositions, conférences, petits concerts, chorales…

Elle sera bien entendu incluse dans les visites historiques de la ville.beniIMG_20201113_144258

A ce sujet, Fabrice Bertrand tient à préciser que la signature de ce bail emphytéotique n’a d’autre objectif pour l’association Saint Vincent que de permettre à ce bâtiment de retrouver sa place dans ce riche patrimoine que la commune de Poussan se doit de reconquérir et de mettre en valeur, un patrimoine qui témoignera de l’importance de notre cité dans les siècles passés et qui forgera le socle d’un cadre de vie agréable pour les prochaines générations.

Et il nous confie quelques données précieuses sur cet élément majeur du patrimoine poussannais, »qui participe au caractère exceptionnel de la place de l’Eglise, où se concentrent toutes les formes de pouvoir de l’Ancien régime : pouvoir seigneurial avec le château de Montlaur, pouvoir ecclésiastique avec l’église, le presbytère (au niveau de l’impasse de la Clastre) et le prieuré bénédictin des religieux de la Chaise Dieu, actuel presbytère, pouvoir consulaire avec le premier hôtel de ville, et pouvoir des notables qui y avaient fait construire les plus beaux hôtels particuliers de notre ville.

Edifice fort simple, en adéquation avec les aspirations religieuses des Pénitents, la chapelle des Pénitents se présente sous la forme d’une nef unique éclairée à l’origine par 6 baies, dont deux oculus, et se termine par un chevet quadrangulaire dans lequel a été peint au 18ème siècle un décor en trompe-l’œil d’architecture, assez intéressant, pouvant apparaître comme le troisième décor peint d’intérêt majeur de Poussan (château de Montlaur, château de Malbois).beniIMG_20201113_142536

Au 19ème siècle, après la renaissance de la confrérie sous le premier Empire, la chapelle bénéficie d’importants travaux d’embellissement, et se voit parée de riches objets (tableaux, lustres de cristal, objets liturgiques) qui ornent l’église Saint-Pierre et qui sont devenus patrimoine communal. Profitant d’une nécessaire campagne de travaux sur la toiture, les pénitents y aménagent deux voûtes d’apparence gothique dont les empreintes sont encore visibles sur le haut des murs.

Toutefois, le désintérêt des Poussannais à la fin du 19ème siècle pour cette confrérie vieillissante, en butte avec la laïcisation de la société a entraîné son abandon. Les voûtes se sont effondrées, laissant apparaître à terme une toiture fort endommagée qui fut consolidée par une solide charpente et des tuiles de récupération, provenant de la gare des Oulettes.beniIMG_20201113_142607

C’est dans ce contexte qu’en 1980, face aux importants travaux que l’état du bâtiment nécessitait, la municipalité de Poussan décide de s’en séparer. Plusieurs acquéreurs se présentent et souhaitent faire disparaître l’édifice. L’association Saint-Vincent, animée par M. Jean-Marie Négri, parvient, grâce au don d’une poussannaise bien connue pour sa générosité, Mme Vinas, à en devenir propriétaire. L’association Saint-Vincent a en quelque sorte permis le sauvetage de cet élément majeur de notre patrimoine »…

En savoir plus : http://blog.ville-poussan.fr/?p=105872

Gestionnaire du collège Via Domitia, Mr wittemberg est là pour assurer même en temps de Covid 19

Monsieur RUSSO, le Principal du collège Via Domitia nous précisait il y a plus d’un mois : «Tout est fait au collège  pour que les acteurs de la communauté éducative composent, afin de donner du sens aux actions, de l’envie pour tous. ».

Si au niveau pédagogique durant le temps scolaire les professeurs sont actifs pour tendre vers ces objectifs, si tous les personnels sont aussi motivés, le nouveau gestionnaire de l’établissement , Mr Wittemberg, en relation avec l’équipe de Direction, et sous l’autorité de Monsieur Russo, est en charge de deux domaines essentiels.  Il s’occupe de la gestion matérielle et financière de l’établissement en étroite relation avec le Principal.

Il est aussi le chef de service des agents du Département… Car finances et matériels sont souvent nécessaires à la mise en œuvre des actions…awiIMG_20201109_104920 (1)

Et avec le protocole National relatif à la lutte contre la propagation du Covid 19, tout est un peu plus complexe : des réserves de gel hydro-alcoolique au remplacement de personnels…

il faut gérer, penser, anticiper, planifier…

Une organisation minutieuse.

Heureusement, il n’est pas tout seul, et travaille pour la gestion du collège avec Christine Morales qui a en charge (entre-autres), les encaissements, les dossiers de bourses, les factures, les mandats…) Mais qui est aussi, en relation avec les professeurs….

Avec Madame Roy, Principale Adjointe (pédagogie), avec, la CPE (gestion des surveillances et de l’éducatif en hors-classe au niveau des élèves) Christophe Wittemberg exerce une fonction essentielle pour qu’évolue au mieux l’établissement (finances, administratif, gestion des personnels du Département, gestion matérielle…).

Ses études et sa formation lui permettent d’être des plus opérationnel car il est issu de l’Institut Régional de l’Administration (IRA).

Il peut donc travailler dans une Préfecture, dans un Ministère, dans un Rectorat ou dans un Collège.

Issu d’une famille lorraine, il est pourtant Sétois.

 Il a grandi dans l’Ile Singulière, est passé par « Paul Valéry » avant de partir à Montpellier à « Joffre », pour des classes préparatoires. Il a fait quelques études de Philo et de gestion sanitaire avant de rejoindre l’IRA de Bastia.

1er poste dans un collège en centre-ville de Narbonne comme gestionnaire d’établissement avant de revenir sur notre territoire et de se rapprocher de sa famille, à Poussan.

Au Collège Via Domitia, il est en relation tous les jours avec le Pôle Education du Département en tant que responsable du personnel du Département et gère donc les ressources humaines : planning, temps de travail, gestion de la cantine… Pour 12 agents.

« Pour l’accueil, la cantine, le service général, la maintenance, ce sont : 1 agent technique, 1 agent de poste, 7 agents au service général et 3 en cuisine, sans oublier la gestion des remplacements sous l’autorité du Département… Et ce doit être souvent traité rapidement… »

Mais il ne faut pas oublier, la gestion du gros et du petit matériel, la tenue du Budget, le fonctionnement technique de l’établissement, les commandes, les achats…

Car le Département et propriétaire du Collège. Ce qui implique, investissement mais aussi fonctionnement, donc des travaux réguliers… Il faut faire des choix, obtenir des autorisations, permettre à certains projets de se réaliser tout en répondant aux besoins et aux nécessités. Cela peut aller, de la modification des toilettes jusqu’à la réalisation d’un potager.

Si au niveau des gros travaux le Département est le décideur en assurant l’investissement, pour le reste, l’établissement a son propre budget qui le laisse autonome et qui est géré par délégation.

Il faut donc tenir « les cordons de la bourse »  en se servant prioritairement du fonds de roulement qui assure une certaine sécurité. Mais cela est réalisé avec l’accord du Conseil d’Administration du collège..

Pour les entrées : la dotation du Département, celle de l’Etat, le paiement des bourses, les subventions pédagogiques, le paiement des cantines, les voyages et sorties scolaires.

Pour les sorties : les fournitures, les petits travaux, la viabilisation, les aides d’urgence et sociales, le paiement des bourses, les dépenses pour la cantine, les frais de cantine, les voyages….

Si monsieur Wittemberg est rarement en relation avec les élèves sauf pour la réalisation de projets et pour la cantine, pour les parents  c’est au niveau des fonds sociaux….

Il l’est un beaucoup plus avec le personnel…. Dépendant du Département, mais aussi des autres services pour la mise en place et l’organisation du temps, et en ce moment du Protocole sanitaire, pour l’organisation générale des services et la réalisation de projets particuliers…

 Monsieur Wittemberg conclut ;

« En ce moment nous sommes bien occupés d’une part par la gestion des stocks, mais surtout par celle des urgences relatives aux nombreux problèmes ou contraintes liés à la pandémie. Avec une grosse organisation, un agenda bien rempli, nous parvenons à faire face, c’est nécessaire… Car nous ne l’oublions jamais, les élèves doivent être toujours en sécurité et nous faisons tout ce que l’on peut à notre niveau pour qu’il en soit ainsi. »

Dans un format adapté à la crise sanitaire « la cérémonie commémorative de l’Armistice » à Poussan.

richjkCapture     Commémoration du 11 novembre, ce mercredi à Poussan dans le respect des règles sanitaires.Résultat de recherche d'images pour "gerbe mortuaire images libres"

Au cimetière en l’honneur des soldats poussannais morts pour la France, face au monument aux morts en présence de Florence Sanchez, Maire de Poussan, de Michel Bernabeu, Adjoint au Maire de Poussan, de représentants, d’anciens combattants dont le Président de l’UNC Poussan-Bouzigues, Michel Moreau, du Général de Brigade, Jean-Luc Brousse, d’un porte-drapeau et de représentants des sapeurs-pompiers de Bouzigues a eu lieu dans un format adapté à la crise sanitaire « la cérémonie commémorative de l’Armistice »….ricgugu

 

 Après la levée des couleurs, ont eu lieu les discours de l’UNC et de la secrétaire d’état aux Anciens combattants, Geneviève Darrieussecq, respectivement lus par Michel Moreau et par Madame le Maire, ainsi que par Michel Bernabeu, Adjoint au Maire de Poussan avec un hommage appuyé pour les soldats morts pour la France en opérations extérieures, dont ceux décédés en 2020. rucCaptureEnsuite, une minute de silence, et un dépôt de gerbes, se sont succedés avant que la Marseillaise ne soit chantée .ricdsCapture

Les soldats morts pour la France en 2020 ont donc été nommés pour que leur engagement ne soit pas oublié .

Pour terminer, Monsieur Hurabielle-Péré Jacques a reçu la médaille militaire des mains du Général Brousse…

M. Jacques HURABIELLE PÉRÉ est né le 11 octobre 1938 à NAY, petite ville béarnaise des Pyrénées Atlantiques.
« Il s’engage dans l’armée de l’air en 1956 à l’âge de 18 ans sur la base aérienne de NÎMES-GARONS. De là, il part pour la base de ROCHEFORT en Charente-Maritime afin de suivre une formation de mécanicien avion. Il effectuera sa spécialité sur des avions de type DC 3, Dassault 315, Mistral….
En juillet 1958 il est volontaire pour partir en Algérie où après un bref passage, il rejoindra la base 156 de BIZERTE-SIDI AHMED au nord de la Tunisie. Il y restera jusqu’en 1961.
Pendant son séjour, il fait la connaissance de Melle Paméla ACAYNA. Ils se marient à MENZEL BOURGUIBA le 20 octobre 1959. Ils auront un fils Serge, qui leur donnera deux petites-filles, Caroline et Clémence.
Libéré de ses obligations militaires en 1961, il travaille, toujours comme mécanicien, chez GIRAFRANCE, une entreprise de transport agricole, puis chez AIR SERVICE LOCATION, entreprise de travaux publics.
Poussannais depuis 1990, Il prend sa retraite le 1er octobre 1998.
Monsieur HURABIELLE PÉRÉ est Médaillé Militaire, titulaire de la Croix de la valeur militaire, de la Croix du Combattant, avec citation à l’ordre du régiment, du Titre de Reconnaissance de la Nation.
Il fut longtemps porte-drapeau de l’UNC et il est médaillé de bronze du Mérite UNC.
Au nom de tous les poussannais, nous adressons toutes nos félicitations à Monsieur Jacques HURABIELLE PÉRÉ. »

RICGHCapture

11 NOVEMBRE 2020 / Discours de Geneviève DARRIEUSSECQ

L’UNC précisait :

 « Il y a cent ans, le 11 novembre 1920, un soldat inconnu achevait le long périple l’amenant du champ de bataille sur lequel il est tombé à l’Arc de Triomphe. Parce qu’il n’a pas d’identité, parce qu’on ne sait pas où il est mort, il représentait tous les soldats morts au cours de ce conflit que les survivants ont appelé la Grande Guerre. »

« Aujourd’hui, il représente tous ceux qui sont morts pour défendre notre Patrie : la France. Par-delà ceux qui sont tombés, le soldat inconnu représente tous ceux qui ont combattu sous le drapeau tricolore :
Ø Les Français de Métropole et d’Outremer,
Ø Les ressortissants des territoires sur lesquels notre drapeau a flotté,

Ø Et les étrangers ayant deux patries : la leur et la France.

Par-delà les combattants, le soldat inconnu représente les familles, éprouvées pour la plupart, qui ont tenu au prix de sacrifices souvent oubliés. Et par-delà les familles, le soldat inconnu représente une civilisation :

Ø Affirmant que tous les êtres humains naissent libres et égaux en droit, Ø Voulant que la liberté de chacun s’arrête là où commence la gêne des autres,
Ø Confiant à chacun de ses membres la propriété du patrimoine culturel, matériel et spirituel de notre Patrie.
En un temps où ce patrimoine est menacé, chacun d’entre nous a le devoir impératif de se montrer digne de ceux qui ont défendu la France au prix de leur vie.

L’église Saint Pierre un si bel édifice !

Comprendre comment l’église Saint Pierre est devenue un si bel édifice.

P1520424(Cliquez sur les photos pour les agrandir).

L’église de Poussan est vraiment un témoin de l’histoire de la commune.

eeeeeeeeeP13101681-1024x7681 « L’église Saint-Pierre, (apôtre, de Poussan), est une vaste église qui occupe une place particulière parmi celles du Bassin de Thau. Car Poussan, village languedocien, est situé sur le tracé de la Via Domitia entre garrigue et étang. Le territoire poussannais présente une occupation continue depuis l’antiquité, riche de plusieurs villas gallo romaines. »

« C’est à partir du Xe siècle que nous avons mention de l’existence d’une église Saint Pierre de Poussan et d’une tour, ancêtre du château. »

« Ces deux éléments du pouvoir, attirent alors l’habitat, et le village voit le jour, autour ce binôme. L’église et le château, éléments fondateurs du village, forment le noyau central du premier habitat et s’entoure d’une première enceinte. Avec la croissance démographique, au XIVe siècle, une seconde enceinte est construite afin d’englober les nouveaux quartiers. Au Moyen Age, Poussan connaît la prospérité malgré les épidémies, les guerres et les crises économiques que connaît le Languedoc. L’époque contemporaine voit l’agglomération sortir de ses murs et les habitations s’installer le long des voies d’accès plus larges autour des remparts. »P1520429 (2)L’histoire de sa construction et de son évolution ont été étroitement liées au développement de Poussan.

DSC_0048Des 2 églises de Poussan (Saint Vincent, Saint Pierre) qui la précédaient, à l’église actuelle, de nombreux événements ont rendu cet édifice un joyau pour la commune et le bassin de Thau. De 1350 à son agrandissement en 1496, de la révolution à l’arrivée de l’abbé Gept en 1827 elle est devenue une église simple à l’extérieur et « conquérante » à l’intérieur.

P1520441Reconstruit au XIXème siècle, cet édifice, par ses dimensions et ses ornements, est un témoignage de l’histoire de Poussan, de l’attachement des habitants de cette localité à la pratique religieuse. La plupart des grands événements, même civils et politiques, du Moyen-Age jusqu’à la Révolution, y étaient organisés.

DSC_0040Avec des voûtes magnifiques, un chœur à la hauteur de ses ambitions et une chaire à prêcher de haute facture, la Bourgeoisie Poussannaise avait tenu à matérialiser sa puissance.

P1330807Il en est de même pour les nombreux objets liturgiques qui y sont encore présents.

DSC_0071 (2)