Motion du Bureau de l’agglo contre la baisse des APL et des loyers sociaux

Ce jeudi 28 septembre le bureau Communautaire de Sète agglopôle méditerranée a voté à l’unanimité une motion contre la baisse des APL  et des loyers sociaux : 

Sète Agglopôle Méditerranée, nouveau nom, nouveau logo pour la grande agglo du bassin de Thau !


« Dans le projet de loi des finances pour 2018, le gouvernement prévoit de réorienter la politique nationale du logement. Un des axes de la « stratégie logement »  annoncé par le ministre, prévoit notamment la baisse des APL et des loyers sociaux, compensée par une baisse des loyers imposée aux organismes de logements sociaux qui permettrait d’alléger le montant des allocations logements versées par l’Etat à 2,3 millions de locataires. Le modèle économique du logement social français repose sur le principe de financements de long terme -composés à 75 % par des emprunts (auprès de la CDC), de fonds propres des bailleurs sociaux (14 % en moyenne) et le reste relevant de subventions de l’Etat et des collectivités locales- et de fixations de loyers très encadrés. »

Sète agglopôle Méditerranée souhaite exprimer ses inquiétudes suite à ces annonces. En effet, les conséquences que nous relevons aujourd’hui sont de natures différentes, mais vont impacter significativement notre bailleur social de rattachement Thau Habitat Sète, qui compte 1871 logements concernés par l’APL sur un total de 3029. En effet, d’ores et déjà nous estimons : la baisse significative des recettes en 2018 à hauteur de 1 126 000€ sur un total prévisionnel de 12 millions d’euros, un assèchement de sa capacité d’investissement qui va impacter la capacité de production, de réhabilitation et d’entretien du parc, le risque d’endettement à terme avec les effets induits pour notre collectivité qui garantit les emprunts des bailleurs sociaux (depuis 2012 nous avons garanti + de 62 Millions €.

« Ces mesures nous amèneront immanquablement à réviser, de concert avec Thau Habitat Sète, sa politique d’investissement, au moment même où l’office s’apprête à engager pour 6 ans sa nouvelle Convention d’utilité sociale avec l’Etat. Cela au détriment du secteur du bâtiment, secteur créateur d’emplois et de dynamisme dans l’investissement, mais aussi au détriment de la qualité du service rendu aux locataires, notamment sur les volets de la gestion de proximité et de l’entretien du parc. Le territoire du Bassin de Thau est classé en zone tendue, 6 communes relèvent de l’art.55 de la loi SRU. La production de logements locatifs sociaux et le rattrapage sont une des priorités du mandat des élus communautaires. Grâce aux moyens financiers, humains et techniques mis en place pour accompagner notre PLH 2012/2017, le taux de production est en moyenne de 180 logements sociaux par an. »

Plus de 49 % de la production est réalisée par Thau Habitat Sète qui se mobilise à la fois sur les réhabilitations dans les centres anciens en particulier sur les périmètres de la politique de la ville et du PNRQAD et sur les constructions neuves. Bien souvent au prix de montages techniques et financiers complexes.

« Aussi, face à la remise en cause du modèle social du logement français et afin d’assurer durablement la poursuite de nos missions d’intérêt général, il est impératif de prendre en compte nos réalités et nos spécificités territoriales, particulièrement sur un territoire dont la grande majorité des habitants est éligible au logement social. Les bailleurs sociaux sont des acteurs incontournables des politiques économiques, de l’emploi, de la cohésion sociale et de l’aménagement de nos territoires. Soucieux de ne pas fragiliser notre pacte républicain, les élus de Sète agglopôle Méditerrannée demandent le retrait de ces propositions. »

Fête de l’anguille 2017 à Marseillan

 3ème édition, le Samedi 7 Octobre à partir de 10H.

  Pendant cette 3ème édition organisée à Marseillan, vous pourrez venir déguster ce poisson typique de notre territoire et pourtant si méconnu.

Les anguilles seront cuisinées et consommables sur place ou pourront être achetées crues pour être préparées chez soi (dans les deux cas, réglables directement au producteur).angDSC_0011 (7)

Un ticket vendu 5 € (récupérable sur place au stand de l’agglopôle) vous permettra de consommer trois verres « dégustation » de vin.

2€ pour 1 verre unique.

L’achat d’une consommation vous donnera droit à une promenade en bateau gratuite sur l’Etoile de Thau (capacité de 35 places).

Différentes animations rythmeront cette journée gourmande :

– marché des producteurs
– dégustations de produits du terroir (vins, moules, huîtres, tiellles, chocolats…).
– animations ludiques pour les enfants autour des métiers de la pêche et de la conchyliculture
– sorties en bateau à la découverte de la pêche à l’anguille…

Place du 14 Juillet, 34340 Marseillan, France

Une voie verte entre Balaruc et Sète…

 Parmi les actions fortes du Plan de Déplacements Urbains 2012-2022 de Thau agglo, le développement de l’offre de réseaux en site propre apparaît comme prioritaire.

A l’échelle du territoire, plusieurs axes structurants sont concernés, et notamment, la RD2 entre Balaruc-le-Vieux et le PEM de Sète. Une première étude d’opportunité a mis en exergue l’intérêt de réalisation d’un Transport en Commun en Site Propre sur cet axe.

Capture

Ce projet de requalification du boulevard doit permettre la réalisation d’un réseau de transport en commun en site propre tout en s’attachant au traitement des modes de déplacements doux par la réalisation d’une voie verte à l’emplacement actuel de la voie ferrée longeant la RD2. Ainsi, il est désormais proposé de passer à une phase que l’on peut qualifier de plus opérationnelle en déclenchant les études de maitrise d’œuvre qui permettront d’aboutir à la réalisation de travaux sur cet axe majeur de notre territoire.

Toutefois sans attendre, la finalisation de ces études, la CABT a obtenu la fermeture administrative de la ligne. L’opération va prochainement débuter par la signature d’une convention d’occupation avec SNCF Réseau puis le démontage d’une partie des rails de la voie ferrée d’ici fin 2017/ début 2018.

Des débats pour le 1er Conseil Communautaire de Sète Agglopôle méditerranée

Sète Agglopôle méditerranée tenait ce jeudi 21 septembre un conseil communautaire avec des thèmes importants pour le territoire et des décisions attendues. Ci-dessous le résumé des points principaux.

cabtDSC_0001 (3)

 Pour un réseau de bus encore plus performant : acté

L’agglo organise les transports urbains et a confié en janvier 2016 la gestion de son réseau à un délégataire (CarPostal). Le bilan 2016 de cette première année s’impose : les 40 bus de l’agglo ont parcouru en tout près de 2,2 millions de kilomètres et transporté 2 533 937 voyageurs (+ 6,6% par rapport à 2015). Le montant des recettes perçues, par le délégataire par le biais de la vente de titres, s’élève à 1,36 M€ HT (+15 %).

L’année 2016 a été notamment marquée par le lancement d’un nouveau réseau dès le 2 janvier, une activité rendue parfois complexe par les travaux du Pont de la gare à Sète, la mise en place d’un réseau spécifique lors d’Escales à Sète et la mise en place de journées gratuites ou à 1€ pour promouvoir le réseau.

Des discussions se sont engagées au niveau de la vétusté des cars  avec certains d’entre-eux trop âgés, sur la sécurité avec des accidents pour lesquels le car est impliqué en étant responsable, pour les arrêts de bus en site propre et pour la rentabilité des lignes.

Il a été précisé qu’il faudra accroître le nombra annuel de bus remplacés en augmentant les achats, que pour la sécurité, la surveillance est accrue avec des consignes aux chauffeurs et au personnel.

Pour la rentabilité des travaux ont impliqué une certaine désaffection des bus par les Sétois et les conditions de circulation aussi au niveau du Boulevard Camille Blanc qui va être rénover et suivant conditions cédé à la ville avec une soulte.

Fourrière automobile :acté

L’agglo a en charge la gestion de la fourrière automobile sur les 8 communes du territoire de l’ex-Thau agglo. Un service qu’elle a délégué à l’entreprise Tom dépannage pour une durée de 5 ans (jusqu’au 31 décembre 2017). En 2016, on constate une diminution de 1,7 % du nombre d’enlèvements, soit 25 demandes d’intervention en moins.

Etant précisé qu’en 2015, le nombre d’enlèvements avait augmenté. Dans 94% des cas, les enlèvements concernent les véhicules de tourisme (1352). Le nombre d’enlèvements de 2 roues est pour sa part de 65 en 2016 (82 en 2015). En fin d’année, le stock de véhicules s’établissait à 72 (86 à la fin 2015).

Le budget global de fonctionnement de la fourrière sur la période est de 210 270.13 € HT. Le coût pour la CABT, qui correspond aux véhicules non récupérés par leur propriétaire, a été de 78 202.87 € HT.

cabtDSC_0008 (3)

Office de Tourisme Communautaire et taxe de séjour 2018 : voté à l’unanimité.

La taxe de séjour a été instaurée le 26 janvier 2017 par délibération du Conseil communautaire sur les communes de la CABT, excepté celles qui ont institué la taxe pour leur propre compte : Sète, Marseillan, Frontignan et Balaruc-les-Bains. Compte tenu des évolutions législatives, il devient nécessaire de remettre à jour les taux sur le territoire.

Par conséquent, le Conseil a voté une réactualisation des tarifs de la taxe de séjour applicables à compter du 1er janvier 2018 (voir tableau complet) pour les communes de :

Balaruc-le-Vieux, Bouzigues, Gigean, Loupian, Mèze, Mireval, Montbazin, Poussan, Vic-la-Gardiole, Villeveyrac. Les natures d’hébergement concernées sont : les palaces, les hôtels de tourisme, les résidences de meublés, les meublés de tourisme, les villages de vacances, les chambres d’hôtes, les emplacements dans les aires de camping-cars et les parcs de stationnement touristiques, les terrains de camping, les terrains de caravanage ainsi que tout autre terrain d’hébergement de plein air et, enfin, les ports de plaisance.

Pour Eliane Rosay qui présentait le rapport, c’est le fruit d’un gros travail avec une harmonisation des taux progressive qui devrait se poursuivre dans les années à venir.

Projet de restructuration pour le village de vacances Le Lazaret : voté, une abstention.

Le Conseil communautaire a voté le soutien financier du projet de restructuration du village de vacances Le Lazaret, à Sète (180 000 €, sur 4,4 M€ HT au total, soit 4% de l’assiette éligible). Cet acteur du tourisme est fortement ancré sur le territoire depuis 150 ans, en particulier dans le domaine du tourisme social et solidaire. Créé en 1865, il est classé 3 étoiles, et notamment labellisé Qualité Tourisme Sud de France et Tourisme et Handicap. Il dispose de 156 chambres, de 2 restaurants et de plusieurs salles de réunions; le tout sur un parc de 3 hectares.

Ouvert à l’année, hors période de fin d’année, il emploie 33 salariés (ETP) et génère un chiffre d’affaire annuel de 3 M€ par an. Il est géré par l’association Centre Familial du Lazaret (association loi 1901 fiscalisée à la TVA). Si un vaste projet de rénovation a été mené de 2007 à 2010 pour réhabiliter le patrimoine et offrir des prestations plus adaptées aux attentes de la clientèle, il reste encore des aménagements structurants à créer pour répondre aux demandes des clients, rationaliser l’activité et cibler de nouveaux marchés en faveur du tourisme et de l’attractivité du territoire.

Ainsi, le site proposera une offre d’occupation tout au long de l’année et plus particulièrement sur les segments de clientèle affaire et groupe aux ailes de saisons et en été. Ainsi, le programme d’investissements pour la rénovation prévoit les dépenses suivantes :

→ Création d’un restaurant panoramique de 350 couverts et transformation de la salle de restaurant actuelle en espace salon (1 800 000 € HT);
→ Construction de 36 chambres vue mer de confort 3 étoiles et amélioration globale du confort dans les chambres existantes (1 750 000 € HT); → Implantation d’une piscine à couverture amovible (350 000 € HT)
→ Amélioration de l’accès PMR (150 000 € HT)
→ Etudes et frais administratifs (362 500 € HT) ;

Ce programme, chiffré initialement en 2015 à 3,6 M€ HT, s’élève à 4 412 500 € HT (hors mobilier) au 12 juin 2017.

Il est programmé en 2 ou 3 tranches avec un démarrage prévu en septembre 2017, sans fermeture de l’établissement. Compte tenu de la nature du projet et des investissements à réaliser, l’Association a été bénéficiaire ou sollicite des subventions, à savoir :

une subvention par la Région (361 330 €),

une subvention par le Département de l’Hérault (180 000 €)

et une subvention de l’Agence Nationale des Chèques Vacances (ANCV) à hauteur de 160 000 €.

Aujourd’hui, l’agglo est financièrement sollicitée sous deux formes :

→ Une subvention de 180 000 €,
→ Une garantie d’emprunt sur 1 800 000 €, soit 50% du prêt Crédit Agricole (l’autre moitié étant garantie par la Fondation du Protestantisme).

Le solde du montage financier est réalisé par autofinancement de l’Association et par emprunts auprès du Crédit Agricole (à hauteur de 3,6 M€), de BPIFrance et de France Active.

Fête des vendanges de Montmartre du 13 au 15 octobre 2017 : unanimité

Dans le cadre de sa compétence en matière de promotion touristique et de la labellisation «Vignobles et Découvertes» de la destination « Pays de Thau », Sète agglopôle méditerranée sera présente cette année encore à la Fête des Vendanges de Montmartre qui aura lieu du 13 et 15 octobre 2017. Historiquement, cette manifestation fête, depuis 1934, l’arrivée des cuvées provenant des vignes de la Butte.

Aujourd’hui, nombre de destinations viticoles sont présentes pour mettre en avant leurs produits et leurs professionnels auprès des quelques 500 000 visiteurs. L’agglo assure donc la présence de la destination « Pays de Thau » dans le village des Régions, permettant à des professionnels viticoles et conchylicoles, partenaires de la destination du label «Vignobles et Découvertes » et à un office de tourisme du territoire d’être présents sur place. Transfert de la compétence supplémentaire « Soutien aux structures d’insertion économique et sociale et gestion du dispositif.

Il a été précisé que la communauté d’agglomération ne pouvait présenter que quatre producteurs ce qui implique du fait de la fusion CCNBT/CABT des difficultés pour pouvoir sélectionner ceux-ci même en fonction d’un règlement précis le but étant de promouvoir le territoire. Pour Yves Michel, ce sera peut-être à revoir si nécessaire.

cabtDSC_0010 (2)

Atelier de pédagogie personnalisée : 1 voix contre

Sète agglopôle méditerranée poursuit une politique active en faveur de l’insertion économique et sociale. Elle soutient des structures d’insertion telle que la MLIJ et permet la réalisation d’actions d’insertion. Elle développe son implication dans des dispositifs d’accueil et l’accompagnement tel que les ateliers de pédagogie personnalisée (APP).

L’agglo intervenait au titre de la compétence économique d’intérêt communautaire «insertion par l’économique». La loi Notre l’ayant supprimée, il est donc nécessaire de se doter d’une compétence supplémentaire permettant à l’agglo de poursuivre son action en faveur de l’accompagnement des publics relevant de structures et de dispositifs d’insertion.

Aussi, l’agglo sollicite, de la part de ses communes membres, le transfert de la compétence supplémentaire «Soutien aux structures d’insertion économique et sociale et gestion du dispositif Atelier de pédagogie personnalisée». Les communes devront délibérer dans le délai de 3 mois sur le transfert de la compétence supplémentaire proposée, après notification de la délibération par la CABT. Le transfert de compétence est prononcé par arrêté du représentant de l’Etat dans le département.

A noter que près de 350 personnes sont concernées actuellement, qu’elles sont au courant en principe du projet avec des contrats qui apparemment devraient être identiques.

Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations (GEMAPI) Acté

A compter du 1er janvier 2018, Sète agglopôle méditerranée exercera de plein droit la nouvelle compétence obligatoire de Gestion des Milieux Aquatiques et Protection des Inondations (GEMAPI).

Dans le cadre général du schéma d’aménagement et de gestion des eaux, cette compétence permet à la collectivité d’entreprendre l’étude, l’exécution et l’exploitation de tous travaux, actions, ouvrages ou installations présentant un caractère d’intérêt général ou d’urgence, dans quatre domaines :

- L’aménagement d’un bassin ou d’une fraction de bassin hydrographique ;

- L’entretien et l’aménagement d’un cours d’eau, canal, lac ou plan d’eau, y compris les accès à ce cours d’eau, à ce canal, à ce lac ou à ce plan d’eau ;

- La défense contre les inondations et contre la mer ;

- La protection et la restauration des sites, des écosystèmes aquatiques et des zones humides ainsi que des formations boisées riveraines.

Le législateur a créé une taxe dédiée à l’exercice de la compétence GEMAPI. Elle est exclusivement réservée à l’EPCI qui exerce la compétence, même en cas de transfert partiel ou total à un syndicat. Le montant de la taxe GEMAPI est plafonné à 40 €/habitant DGF. La CABT exerce déjà une partie des missions de la GEMAPI au travers de l’entretien des rivières, de la lutte contre l’érosion du trait de côte, de la gestion des zones humides et de sa compétence eaux pluviales avec notamment la création de bassins d’écrêtement permettant de lutter efficacement contre les inondations.

La taxe permet d’envisager un programme d’actions pour l’année prochaine tant en investissement qu’en fonctionnement. L’évaluation des dépenses à réaliser dans le champ de la GEMAPI est d’environ 23,50 € / Hab DGF pour 2018.

Il est donc proposé d’instaurer la taxe GEMAPI au 1er janvier 2018 et de fixer le produit attendu en 2018 à 3,5 M€ TTC soit 23,50 € / Hab DGF.

A noter que les travaux prévus seront aussi financés en partie par d’autres structures, la taxe étant instaurée en 2018. Pour les Conseillers communautaires il ne faut pas viser trop haut au niveau des projets avec cette taxe qui viendra se rajouter dans une colonne, proportionnelle aux autres taxes pour le contribuable.

Pour Pierre Bouldoire, la loi est voté, il faut l’appliquer sachant que derrière cette taxe il y a du service assuré sur le territoire.

Il faudra prendre en compte les problèmes des villages du haut de la Communauté. Mais c’est certainement le taux de base locative qui servira de référence.

Le débat s’est orienté ensuite sur l’émissaire en mer avec un gros incident cet été ainsi que sur la station d’épuration qui évacue en mer les eaux avec une capacité de 135 000 habitants.

L’émissaire est très ancien et la station doit être modernisé pour arriver à prévenir les problèmes. Le président, François Commeinhes et les techniciens sont prêts à recevoir un cabinet d’étude et en attendant des modifications d’envergure, des travaux sont à mener, était-il précisé.

Bilan 2016 de l’UVE : acté

La CABT a confié l’exploitation de l’UVE à la société SETOM, au travers d’un marché public de conception réalisation exploitation d’une durée de 8 ans (2012-2020). En 2016, l’UVE a enregistré la réception de 42 905 tonnes réceptionnées, dont 40 027 tonnes incinérées.

Elle a fonctionné pendant 8294 heures (2 arrêts techniques programmés ainsi que plusieurs arrêts imprévus), produit 122 089 tonnes de vapeur, dont 75 004 tonnes pour SAIPOL et 4569 tonnes dédiées au séchage des boues de la station d’épuration voisine. Les émissions à la cheminée sont inférieures aux seuils réglementaires.

Le suivi annuel des retombées (jauges « Bergerhoff ») ne montre pas d’influence de l’UVE dans son environnement. Les analyses de dioxines furanes et métaux lourds réalisées dans les sols et végétaux ne mettent pas en évidence d’influence significative de l’UVE sur la qualité sanitaire des légumes. Le rapport annuel 2016 du prestataire de l’unité de valorisation énergétique de Sète, communiqué au Préfet pour information, est tenu à la disposition du public au siège de l’agglo. Prévention et gestion des déchets ménagers.

En 2016, 71 116 tonnes de déchets ménagers et assimilés (hors installation de stockage de déchets inertes) ont été pris en charge par le service public, soit 733 kg/hab./an ; un chiffre par habitant en baisse depuis 2007. Les collectes sélectives du verre et des emballages augmentent quant à elles légèrement : 27 kg/hab. pour le verre, 32 kg/hab./an pour les emballages et le papier.

Seuls 12 % des ordures ménagères sont valorisées au travers des collectes sélectives. Engagée dans une démarche de prévention des déchets, Thau agglo constate une baisse du tonnage de 8 % de ses ordures ménagères entre 2012 et 2015, malgré une légère remontée du tonnage brut depuis 2 ans. En 2016, 49 conteneurs enterrés supplémentaires ont été installés afin de poursuivre le programme de développement de la collecte sélective à l’habitat vertical et d’optimiser la collecte des ordures ménagères.

Concernant l’ex-CCNBT, les principaux indicateurs techniques indiquent 22 347 tonnes de déchets ménagers et assimilés pris en charge par le service public soit 819 kg/hab./an. 20% des ordures ménagères sont valorisés au travers des collectes sélectives. Les collectes sélectives du verre et des emballages continuent de progresser. Un coût aidé toutes taxes comprises du service de 125€/tonne et 103€/habitant en 2016.

Fourrière animale : unanimité

La CABT met en oeuvre sur son territoire, le service public de la fourrière animale, en charge de l’accueil et de la garde, pendant un délai légal de 8 jours, des animaux dangereux ou errants.

La fourrière animale Noé est située à Villeneuve-lès-Maguelone. Elle est exploitée par la SPA au travers d’un marché public passé sous la forme d’un groupement de commande publique entre Montpellier Méditerranée Métropole coordonnateur du groupement, la CABT, les communes de Mauguio et de Palavas. La fourrière animale est attenante à un chenil mis à disposition de la SPA à titre gratuit par convention avec Montpellier Méditerranée Métropole.

La CABT prend également en charge, sur son territoire, la capture des animaux errants ou dangereux au travers d’un marché public attribué à la SACPA. Les animaux capturés sont transférés à la fourrière Noé. En 2016, 531 animaux en provenance de Thau agglo ont été accueillis à la fourrière animale; chiffre en recul par rapport aux années précédentes.

Le service de capture a assuré plus de 75% des entrées à la fourrière animale, les 25% restants étant le fait de particuliers qui ont apporté eux-mêmes les animaux à la fourrière. Le coût net pour Thau agglo en 2016 a été de 190 904 € TTC.

Un groupement de commandes publiques pour les prestations d’entretien des locaux et bâtiments : unanimité

La commune de Poussan, le CCAS de Sète, l’OT de Sète, le SMBT et la CABT ont émis la volonté de contracter pour la réalisation de prestations d’entretien des locaux et bâtiments un groupement de commandes publiques, formalisé par une convention. Le montant maximum des commandes tous lots et tous membres confondus sur la durée totale des marchés est estimé à un maximum de 2 740 000 € HT soit 3 288 000 €TTC.

Le Conseil communautaire a approuvé les termes de la convention constitutive de ce groupement de commandes publiques. Les prestations sont réparties en 10 lots comme suit :

- Lot n° 1 : Entretien du Théâtre Molière à Sète
– Lot n° 2 : Entretien des médiathèques de la Communauté d’Agglomération du Bassin de Thau
– Lot n° 3 : Entretien des locaux pole déchets de la Communauté d’Agglomération du Bassin de Thau
– Lot n° 4 : Entretien du complexe Oikos à Villeveyrac
– Lot n° 5 : Entretien du parc scientifique et environnemental Ecosite à Mèze, du Jardin Antique Méditerranéen à Balaruc les Bains, de l’Office de Tourisme de Mèze, du musée de la Villa Loupian et du musée de l’étang de Thau
– Lot n° 6 : Entretien des locaux du Syndicat Mixte du Bassin de Thau
– Lot n° 7 : Entretien des locaux de la ville de Poussan
– Lot n° 8 : Entretien des locaux du CCAS de la ville de Sète
– Lot n° 9 : Entretien des locaux de l’Office de Tourisme de Sète
– Lot n°10 : Entretien des locaux du Centre de Formation des Apprentis de Sète Groupement de commandes pour des travaux à Poussan

Le Conseil communautaire vient d’approuver les termes d’une convention constitutive d’un groupement de commandes publiques pour la réalisation des travaux d’aménagement du chemin de la Mouline à Poussan. Ces travaux, formalisés par une convention, seront réalisés dans le cadre d’un programme coordonné entre la commune de Poussan, la CABT et le SBL. Unanimité.

Ils visent l’extension du réseau d’eau potable de compétence du SBL, l’extension du réseau public d’assainissement et du réseau d’eaux pluviales de compétence de la CABT, ainsi que des travaux de voirie de compétence de la commune de Poussan. Le montant maximum des travaux tous lots et tous membres confondus est estimé à 278 327,09 € HT soit 333 993,48 €TTC.

A noter que Monsieur Liberti aurait préféré une présentation différente au public pour le Logo et le nom de la Communauté d’Agglomération, François Commeinhes précisant que les choix ont été collectifs et le fruit de travaux en commissions.

Journée « ECO MOBILITE » attrayante

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, ciel et plein air

 

Belle journée « Eco-Mobilité » à Balaruc-les-Bains, les Balarucois, les curistes et les gens de passage ont pu tester des engins non polluants, des plus classiques au plus insolites. Voiture et trottinette électriques, gyropode, overboard, mono roue, vélo avec ou sans pédales ont été mis à leur disposition.

Une randonnée verte, une balade contée, de nombreuses animations avec des ateliers et des stands ; les visiteurs ont pu échanger et essayer librement sur toutes les nouvelles façons de circuler.

Chacun a partagé avec celles et ceux qui veulent faire bouger les lignes du quotidien, limiter la pollution et lutter contre l’exclusion.

Cette journée de l’Eco-Mobilité s’inscrivait dans le cadre de la Semaine Européenne de la mobilité et de la Journée Nationale des transports publics.

Le sujet est sensible : 362 000 déplacements quotidiens sont prévus à l’horizon 2020 sur le Bassin de Thau…

Les élus communautaires, réunis lors de cette journée, en sont conscients et certaines stratégies ont déjà été élaborées pour limiter l’usage de la voiture dans le PDU (Plan de déplacements urbains) approuvé en 2012. Il prévoit notamment la construction d’un pôle d’échange multimodale à Sète et la création d’une voie de transport en commun parallèle à la RD2 entre Sète et Balaruc-les-Bains.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

 Avec l’élargissement de l’agglo au Nord du Bassin de Thau, le diagnostic réalisé en 2012 va être réétudié en 2018. Après concertation et enquête publique, un nouveau PDU sera ensuite rédigé pour la période 2019-2029.

Outre les enjeux environnementaux, l’objectif est de favoriser la mobilité professionnelle, de lutter contre l’exclusion sociale et économique et d’améliorer la sécurité des usagers de la route.

De belles études prévues donc mais il faudra du temps…

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes sur scène, personnes debout et plein air

Le nouveau nom et le nouveau logo de la Communauté d’agglomération du Bassin de Thau

Aucun texte alternatif disponible.

Le nom de la ville de Sète apparaît comme dans la plupart des grandes communautés d’agglomération autour d’une grande ville, Sète étant un repère au niveau National.

Pour de nombreuses personnes la Méditerranée est un repère Mondial qui va permettre de situer la Communauté d’agglomération, tandis que l’Archipel de Thau précise que le Bassin de Thau offre de multiples services et a de nombreux atouts.

AggloPôle, car cette communauté est devenue un centre qui attire au niveau touristique mais aussi économique.

Côté illustration, l’on peut retrouver, le Massif de La Gardiole et les Collines de la Moure sous un soleil multicolore qui rayonne avec des couleurs identifiées dans les communes de la communauté tandis qu’en bas du logo l’on remarque une vague de la mer Méditerranée.

C’est aussi une façon pour AgglOpôle de rayonner autour de lui.

Pour François Commeinhes, ce changement était devenu obligatoire à la demande de l’Etat et de la Préfecture, après une période de transition suite à la fusion de la CABT et de la CCNBT.

Coût de l’opération 25000€, qui se situe dans la moyenne d’un tel projet, mis en oeuvre par une entreprise de communication de Lattes,  avec des changements progressifs qui sont facilités maintenant par les nouvelles techniques et surtout moins onéreux.

La requalification des zones d’ Activités Économiques a débuté

Le territoire de la communauté d’ agglomération du bassin de Thau a la chance d’être au carrefour de plusieurs axes de communication ; mais, pour attirer des entreprises et pérenniser leur présence, il était devenu nécessaire de réhabiliter et développer les Zone d’ Activités Économiques et de les rendre plus attractives : rénovations des chaussées, des accotements, des terres-pleins, des équipements de sécurité, de la signalétique, des éclairages.clauDSC_0020 (27)

C’est l’aboutissement d’un dossier initié en 2014, lorsque les élus du conseil d’agglomération de Thau agglo avaient déclaré à l’unanimité, d’intérêt communautaire les zones d’activités du territoire, permettant par là même d’uniformiser l’action territoriale et d’éviter des situations de traitements inégalitaires. Car on ne peut pas être performant sans une gestion globale, sans maîtrise foncière, sans animation.

 clauDSC_0006 (38)

Les  différents critères ont permis d’identifier les ZAE prioritaires suivantes :

La ZAE de la Clau (I et II) à Gigean et de Massilia (Pioch Pomiès) à Marseillan en régie directe.

Balaruc Loisirs pour la finalisation des travaux d’urgence.

Les 3 ZAE du cœur d’agglomération : les Eaux Blanches, le Parc Aquatechnique et la zone de la Peyrade, sous concession publique d’aménagement à la SPL du Bassin de Thau. Cette concession représente un montant total de 17,7 M€ dont 7,6 M€ de participation de l’agglomération.

Cette concession intègre en sus des requalifications de ces 3 ZAE, la réalisation du lotissement d’activités des Eaux Blanches sur l’ancienne friche industrielle Flexsys (surface : 11 ha environ ; 18 lots à la commercialisation)

En parallèle du programme de requalification, l’agglomération interviendra à compter de la fin d’année 2017, sur le déploiement d’une nouvelle signalétique à l’intérieur de l’ensemble des 18 ZAE communautaires.

Un jalonnement routier, pris en charge entièrement par le département est quant à lui effectif depuis juin 2017. Depuis le 1er janvier 2017, l’ex Thau agglo et l’ex CCNBT ont fusionné.

11 ZAE supplémentaires viennent compléter ainsi le nombre de ZAE sous gestion communautaire, pour un total de 29 ZAE, représentant plus de 800 entreprises et près de 6 000 emplois sur 275 hectares. Un travail de diagnostic sur ces ZAE va être réalisé d’ici la fin de l’année 2017.

C’est ainsi que la Communauté d’agglomération du Bassin de Thau s’est engagée dans un programme de requalification de 5 de ces parcs d’activités : . Massilia à MARSEILLAN, . La Clau à GIGEAN, . La Peyrade à FRONTIGNAN, . Les Eaux Blanches et le Parc Aquatechnique à SETE pour un montant total de 14 M€ TTC.

clauDSC_0015 (33)

 A Gigean, les travaux ont démarré le lundi 28 Août 2017 et consistent à refaire les bitumes des rues, l’éclairage public, les réseaux d’assainissement ou encore l’aménagement d’espaces verts. Ils vont durer environ 7 mois. François Commeinhes, Président de la Communauté d’agglomération du bassin de Thau, Yves Michel, Vice-président délégué au développement économique, et Francis Veaute, Maire de Gigean, vice-président de la CABT, en présence des représentants de la CCI Hérault, des maîtres d’oeuvres et des entreprises ont présenté l’ampleur de ces requalifications.

  Créées par vagues successives entre 1991, 2000 et 2008, le Parc d’activités de la Clau (Clau I, II et III) accueille 43 entreprises et 460 emplois environ.

Le montant des travaux réalisés  sera de 925 102,22 € HT (hors MOE)avec comme Maitrise d’œuvre : TECTA Terrassement, pour la voirie, Réseaux Humides, Plantations : BRAULT TP et pour les réseaux secs : CITELUM.

Le chantier a démarré le 28 août 2017 pour une durée de 7 mois  avec 2 zones de travaux :

• ZONE 1 : Rues de la Clau, Ampère et Langevin : les travaux auront lieu du 28 août 2017 au 22 décembre 2017

• ZONE 2 : Rues Lavoisier, Copernic et impasse de Coulomb : les travaux se dérouleront du 30 décembre 2017 au 29 mars 2018.

(Bientôt la vidéo réalisée par Michel Campion)

La Journée de l’éco-mobilité pour se déplacer autrement

ecomobileCapture

 Samedi 16 septembre 2017, de 10h à 17h, à Balaruc-les-Bains, parc Charles-de-Gaulle, la Journée de l’éco-mobilité pour se déplacer autrement et gagner de l’énergie.

Pour la 2e année consécutive, l’agglomération du bassin de Thau, son Conseil de développement et la ville de Balaruc-les-Bains unissent leurs efforts et idées novatrices pour vous proposer de découvrir gratuitement et en famille, de nouveaux modes de déplacements doux.

Cette journée de l’éco-mobilité s’inscrit dans le cadre de la Semaine européenne de la mobilité et la Journée nationale des transports publics.

L’objectif affiché est une fois encore particulièrement clair : changer progressivement nos habitudes pour s’engager dans une démarche responsable, éco-citoyenne et pérenne. En effet, les centres villes sont aujourd’hui arrivés à saturation du nombre de voitures dans les cœurs de ville.

Ces journées tournées vers l’éco-mobilité sont des manières de réfléchir collectivement et de commencer à s’engager vers des démarches innovantes pour penser un avenir plus responsable.

Cette 2e édition de la journée de l’éco-mobilité sera l’occasion de découvrir et de tester des engins des plus classiques aux plus insolites, tous ayant bien sûr comme dénominateur commun d’être non polluant.

Ainsi, tout au long de ce samedi 16 septembre, chacun pourra essayer voitures, trottinettes électriques mais aussi s’essayer au gyropode, à l’overboard, à la monoroue…

Les plus jeunes pourront se tester sur la maniabilité des vélos, les plus petits découvriront les plaisirs des draisiennes (vélos sans pédales), sur des parcours sécurisés.De très nombreuses animations ludiques émailleront cette journée :

balades contées, lectures de  paysages, randonnées vertes. Les plus bricoleurs pourront apprendre à entretenir leur vélo grâce aux précieux conseils de spécialistes qui vous attendront sur leur stand.

Vous aurez également la possibilité de faire graver gratuitement votre vélo afin de le protéger contre le vol. Chacun pourra échanger librement avec celles et ceux qui veulent faire bouger les lignes du quotidien.

Les temps forts

10h : départ de la randonnée verte pour découvrir Balaruc-les-Bains avec un autre regard, à bord de tout moyen de locomotion, roulant et non polluant.
10h30 et 11h30 : balades en gyropodes 10h30 : départ de balade contée et « lecture de paysages »
11h : conférence sur l’éco-mobilité
11h30 : remise officielle d’un chèque aux bénéficiaires d’une subvention accordée par la Cabt pour l’achat d’un vélo électrique
14h30 et 15h30 : balades en gyropodes Tout au long de la journée… – Présentation d’un bus électrique autonome (sans chauffeur) – Parcours ouverts aux plus jeunes autour de la maniabilité d’un vélo et de draisiennes (vélos sans pédales) – Ateliers gratuit de petites réparations et de gravage de vélos contre le vol – Découverte de la quinzaine de stands dédiés à l’éco-mobilité

Rejoindre le site  en vélo, en trottinette, à pieds, en étant le plus éco-responsable possible.

En bateau, au départ de Sète,  en bus, lignes n° 10, 14 N et 14 S.

Programme sur le site de l’agglo : http://www.thau-agglo.fr/

Tél. : 04 67 46 47 79.

Conseil communautaire de juillet 2017

cabt170707DSC_0353 (4)

Brèves du Conseil communautaire du 20 juillet 2017, à Mèze.

1)Dans le cadre de sa compétence « Construction, aménagement, entretien et gestion d’équipements culturels et sportifs« , la CABT mène une action sportive ambitieuse. Pour les équipements sportifs aquatiques, deux axes principaux de développement pour le territoire :

-Modernisation et extension du Centre balnéaire Raoul Fonquerne à Sète
-Développement de nouveaux équipements.

Trois projets sont déclarés d’intérêt communautaire :

Frontignan : remplacement de la piscine Di Stefano.

Mèze : déclaré d’intérêt communautaire par l’Ex CCNBT.

Gigean : déclaré d’intérêt communautaire par l’ex-Thau agglo.

A Gigean, la future structure devra répondre à un besoin du territoire nouvellement élargi. Ce programme devrait se situer Rue de la Clau, la livraison est prévue à l’automne 2019 avec un coût estimé à 9 000 000€.

cabt 20 07 17DSC_0350 (4)

2) Les tarifs au Conservatoire à rayonnement intercommunal antenne de Sète et Frontignan et dans les piscines communautaires vont être harmonisés et permettront un meilleur équilibre.

3) Convention d’objectifs entre la CABT et Eco-emballages : pour un recyclage plus performant,  Eco-emballages valorisera les déchets d’emballages ménagers en déployant un dispositif de collecte sélective et en valorisant les matières sur son territoire. La CABT pourra obtenir un retour sous forme de recettes.

4) Aide à l’immobilier d’entreprises, par la CABT pour favoriser l’installation, le maintien et le développement d’entreprises sur le territoire communautaire en diminuant le coût de l’acquisition, du Foncier et/ou de la construction, de la location,de l’acquisition, de la location-vente ou du crédit-bail de locaux à usage industriel, artisanal, tertiaire ou service. Cette aide prend la forme de d’une subvention.

(Investissement supérieur à 300 000€, montant de l’aide plafonné à 200 000€).