L’agence mobile de septembre 2018 à juin 2019

Présence de l’ agence mobile de septembre 2018 à juin 2019 sur la commune  Poussan :

 de 7h30 à 12h30 sur la place de la Mairie.L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

L’agence mobile viendra à votre rencontre pour vous permettre l’achat des titres de transport et d’être informé sur le réseau de bus de Sète Agglopôle Méditerranée.
Pour connaitre le détail des horaires et les tarifs du nouveau réseau de bus, notamment la ligne 21 qui relie Poussan à Sète :
http://www.mobilite.agglopole.fr/content/download/20950/261956/file/fiche-horaire-ligne-21.pdf
http://www.mobilite.agglopole.fr/Pratique/Lignes-et-horaires

Vendredi :

 7,28 septembre

19 Octobre

09,30 novembre

21 décembre

11 janvier

1, 22 février

15 mars

5,26 avril

17  mai

7, 28 juin

L’agence mobile viendra à votre rencontre

Vendredi 17 août de 7h30 à 12h30 sur la place de la mairie, l’agence mobile viendra à votre rencontre pour vous permettre l’achat des titres de transport et d’être informé sur le réseau de bus de Sète Agglopôle Méditerranée.

Pour connaitre le détail des horaires et les tarifs du nouveau réseau de bus, notamment la ligne 21 qui relie Poussan à Sète :
http://www.mobilite.agglopole.fr/…/fiche-horaire-ligne-21.p…
http://www.mobilite.agglopole.fr/Pratique/Lignes-et-horaires

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

L’agence mobile vient à votre rencontre

Vendredi 3 août de 7h30 à 12h30 sur la place de la mairie.
L’agence mobile viendra à votre rencontre pour vous permettre l’achat des titres de transport et d’être informé sur le réseau de bus de Sète Agglopôle Méditerranée.L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air
Pour connaitre le détail des horaires et les tarifs du nouveau réseau de bus, notamment la ligne 21 qui relie Poussan à Sète :
http://www.mobilite.agglopole.fr/…/fiche-horaire-ligne-21.p…
http://www.mobilite.agglopole.fr/Pratique/Lignes-et-horaires

Conseil d’Agglo au centre Léo Malet de Mireval

A 18 heures sonnantes, ce jeudi 19 juillet au centre Léo Malet de Mireval, le Président François Commeinhes fait l’appel et commence à aborder tambour battant les 18 points à l’ordre du jour.

Les élus présents, les employés de l’agglo et la presse disposent d’un dossier avec l’ordre du jour et le contenu de chaque intervention.
Le travail du conseil pourrait sembler bien expéditif à un observateur novice, mais chaque participant a pu étudier à loisir les décisions à prendre.
En fait peu de questions seront posées: trois seulement, et sur des points secondaires.
Tous les votes sont adoptés à l’unanimité, ce qui montre un vrai consensus au niveau des élus de l’Agglo.

Une fois n’est pas coutume, mais pour des raisons d’intendance, on commençait par le dernier point: celui du Conseil de Développement. Les conseils de développement sont des instances de démocratie participative, composée de bénévoles. Ce sont des lieux d’échange sur le devenir du territoire, en partenariat avec les élus, les professionnels et le milieu associatif. C’est un relai entre citoyen et instances élues.
les conseils de développement sont structurés au sein de la région. Il existe même des instance nationales des conseils nationaux … dont le congrès devrait se tenir en octobre au théâtre Molière de Sète.
Le président  nous adressé un tableau optimiste de l’action du conseil de développement, qui s’articule sur trois points:

  •  Innover comme levier du développement de l’économie créative
  • mieux vivre ensemble sur le territoire
  • la lagune de Thau et la Garrigue au coeur de l’agglomération

Le premier point consistait à l’étude des actions mises en place par l’Agglo pour répondre à un certain nombre de recommandations faites par la cour des comptes, en particulier concernant le respect de la durée légale de travail.

Les actions de SAM suite aux préconisations de la CRC

La Chambre régionale des comptes Occitanie a exercé un contrôle des comptes et de la gestion de l’ex-Thau agglo pour les exercices 2010 à 2016. Son rapport avait été communiqué au Conseil communautaire du 20 juillet 2017, date à partir de laquelle la collectivité avait un délai d’1 an pour présenter devant cette même assemblée un rapport précisant les actions entreprises à la suite des observations et des recommandations formulées par la CRC. Sam a mis en place les actions nécessaires suivantes :

  • La constitution de provisions pour risques conformément au CGCT.

  • L’ajustement du prélèvement de la TEOM aux besoins du service.

  • Le respect de la durée légale de temps de travail fixée à 1607 heures.

L’agglopôle s’engage pour le Label Ecomobilité 2018

Sète agglopôle méditerranée poursuit des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, d’économie d’énergie et de promotion des énergies renouvelables. Elle est engagée dans un Plan Climat Energie Territorial et est, à ce titre, reconnue « Territoire à énergie positive pour la croissance verte » par le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer. L’implication de l’agglopôle se traduit dans sa politique globale de mobilité durable par la mise en œuvre d’actions en lien avec l’écomobilité. Considérant que l’Agence de Maîtrise de l’Energie (ADEME) propose un label de l’écomobilité pour les collectivités qui œuvre dans ce secteur, l’agglopôle a déposé un dossier (validé en mars dernier) avec un plan contenant les trois actions suivantes : la mise en place d’un dispositif d’auto stop organisé, la mise en place pour ses agents d’une Indemnité Kilométrique Vélo (IKV) et le remboursement des abonnements transport en commun (TC) à 100%. Les élus communautaires ont voté l’adhésion de l’agglopôle à la charte d’engagement Label « Écomobilité 2018 », à travers lequel SAM s’engage à mettre en œuvre le plan d’actions tel que défini dans son dossier de candidature, et en assurer le suivi, et transmettre à l’ADEME en fin d’année 2018, une fiche d’évaluation des actions réalisées.

Ensuite étaient examinées les modifications de fonctionnement de l’aéroport de Béziers-Cap d’Agde.

Puis la mise à disposition des équipements de la commune, en location, ou en prêts à des associations.

Le point 3 concernait l’aide à certains projets des communes (en particulier 287 000 € pour la requalification de la station balnéaire de Marseillan-plage).

L’agglo soutient les projets structurants pour ses communes

Dans le cadre des subventions d’équipement que l’agglopôle attribue aux communes, SAM participera à hauteur de 287.700 € à la requalification de la station balnéaire de Marseillan-Plage et le développement des modes doux de mobilité sur l’avenue des Campings, ainsi que la création d’espaces publics de convivialité. L’agglo soutient également la réalisation d’une maison de loisirs créatifs à Frontignan (50.000 €), ainsi que des travaux de rénovation et l’acquisition de nouveaux équipements indispensables pour la cantine scolaire à Mireval (53.867 €).

Le point 10 concernait la mutualisation de Sète Agglo et de la ville de Sète pour optimiser les achats concernant des travaux de voirie. La Ville de Sète et Sète agglopôle méditerranée grouperont leurs commandes dans le cadre de travaux d’extension du réseau de collecte des eaux usées (assainissement) et de celui du renouvellement de la conduite d’eau potable du chemin du Glacis. Et ce afin d’optimiser les coûts, mais aussi l’organisation des travaux et la gêne aux usagers. Le montant estimé est de 340.000 € HT (200.000 € pour l’assainissement, financés par l’agglo et 140.000 € pour le réseau potable financés par la ville de Sète).

Le point 12 fixe la taxe de séjour, et précise ceux qui y sont assujettis.

Taxe de séjour

Instaurée en janvier 2017, la taxe de séjour est applicable sur les communes de Balaruc-le-Vieux, Bouzigues, Gigean, Loupian, Mèze, Mireval, Montbazin, Poussan Vic-la-Gardiole et Villeveyrac. Les 4 autres communes de l’agglopôle (Sète, Marseillan, Frontignan et Balaruc-les-Bains) ayant institué la taxe pour leur propre compte. Un reglement d’application de cette taxe est mis en place afin de fixer les modalités de déclaration et de paiement selon les natures d’hébergement assujetties. A compter du 1er janvier 2019, les tarifs sont ainsi fixés : pour les terrains de camping et de caravanage classés en 3, 4 et 5 étoiles, les emplacements des aires de camping-cars et les parcs de stationnement touristiques par tranche de 24h , le tarif est relevé de 0,06 €. Pour les hôtels, résidences ou meublés, de tourisme 4 étoiles, le tarif est ramené de 2,48 à 2,20 €. Pour les hôtels, résidences ou meublés, de tourisme 1 étoile, villages de vacances 1, 2 et 3 étoiles, chambres d’hôtes étoiles, le tarif passe de 0,83 € à 0,88 €. Pour les hébergements en attente de classement ou sans classement (sauf hébergements de plein air, chambre d’hôtes, aires de camping-car), il s’appliquera désormais un pourcentage de 5% -hors taxe additionnelle- sur la nuitée/loyer HT par adulte. Pour les ports de plaisance, la taxe au forfait passe au réel.

Le point 13 concerne Initiative Thau, une plateforme formé de professionnels bénévoles pour soutenir la création d’entreprise, la reprise, par l’octroi de prêts sur l’honneur, sans intérêts. Ainsi Initiative Thau a soutenu depuis sa création 485 projets pour un montant de 6,7 millions d’€, permettant la création ou le maintien de 1425 emplois. L’Agglo a décidé de soutenir Intiative Thau à hauteur de 62 500 €.Initiative Thau (association Loi 1901 créée en 1998) est une plateforme d’initiative locale qui soutient le créateur ou le repreneur d’entreprise par l’octroi d’un prêt d’honneur sans garantie et sans intérêt, à titre personnel. SAM participe au Fonds d’intervention de l’association, ainsi qu’à son fonctionnement, sur la base de 0,50 € par habitant. Le montant alloué à l’association est réparti à 40% sur le fonds d’intervention et à 60% sur le fonctionnement de la structure.

Sur l’année 2018, Initiative Thau a effectué 224 nouveaux contacts dans la filière générale ; 66 dossiers ont été instruits par les comités d’agrément ; 41 projets ont été financés dans le cadre du prêt d’honneur Initiative représentant 584 500 €. Au vu des bons résultats de cette structure, les élus communautaires ont voté l’attribution d’une subvention de 62 500 € à Initiative Thau, au titre de l’exercice 2018, répartie comme suit : 60% sur le fonctionnement (soit 37 500 €) et 40% sur le fonds de prêt (soit 25 000 €) ; ce dernier s’auto-alimentant par les remboursements des entreprises. Depuis sa création, Initiative Thau, avec plus de 6,7 M€ de prêts accordés, a soutenu 485 créations ou développements d’entreprises, permettant la création ou le maintien de 1425 emplois.

Le point 16 concerne l’adhésion de Sète Agglopôle Méditerrannée au label « EcoMobilité », proposé par l’ADEME, en particulier en mettant en place un dispositif d’auto-stop organisé, en remboursant les agents utilisant les transports en commun, et en attribuant à ceux qui viennent au travail à vélo une indemnité kilométrique.
Pour les lecteurs intéressés, voir notre article sur la concertation préalable au Plan de Déplacement Urbain de l’agglo.

19 heures sonnantes, la séance est levée et les membres du conseil vont aller se divertir à la joyeuse Festivale proposée ce soir là à Mireval : musiques, dégustation de produit du terroir, ambiance festive…

Estivales de Thau : rendez-vous jeudi à Mireval !

La 4ème édition des Estivales de Thau bat son plein les jeudis soirs d’été, organisée tour à tour dans les communes du territoire. Venez découvrir les vins et produits du terroir, dans une ambiance festive et apéritive, avec des amis ou en famille. laveAffiche A3 estivales (1)

Des stands de dégustations (vins, huîtres, moules, tielles, charcuterie, biscuits, chocolats, glaces…) prennent place à ciel ouvert pour le plaisir de tous. 5€ les trois dégustations du vin de votre choix ou 2€ la simple dégustation (les aliments solides sont à acheter directement sur les stands de producteurs).

Rendez-vous ce jeudi 19 juillet à Mireval, puis les 26 juillet à Sète, 2 août à Marseillan, 9 août à Loupian, 16 août à Montbazin et 23 août à Frontignan.

Téléchargez le nouveau numéro du magazine « Notre agglopôle »

lagCaptureAu programme de ce numéro d’été de nombreux sujets abordés, dont :

  • un dossier sur la promotion de notre destination touristique (avec l’évolution de l’Office de Tourisme Intercommunal)
  • la présentation des projets « Culture & Patrimoine » de l’agglopôle
  • un coup de projecteur sur la nouvelle saison de la Scène Nationale Archipel de Thau
  • un retour sur la pose de la première pierre du futur Centre balnéaire Fonquerne à Sète
  • un zoom sur le chantier en cours du Pôle multimodal de la Gare de Sète
  • un point d’étape de notre Projet de territoire…

Version PDF du magazine  Version feuilletable du magazine Bonne lecture !

Marchés publics : vers le 100% dématérialisation

La dématérialisation va bousculer les habitudes et propulser la commande publique dans l’ère du 3.0. en s’imposant à toutes les étapes de la passation des marchés publics et des concessions.

publCapture

En pratique, et dès le 1er octobre 2018, tout change au-dessus du seuil de 25 000 € HT : plus d’offre papier, des échanges 100% numériques tout au long de la procédure, la généralisation de la signature électronique et l’obligation, pour l’acheteur, d’accepter le Dume et de publier les données essentielles.

Sète agglopôle méditerranée organise, en partenariat avec l’APOH, 2 conférences-débats le lundi 9 juillet 2018, une de 14h30 à 16h30 à destination des collaborateurs, une de 18h à 20h à destination des chefs d’entreprise.

Inscription auprès de Florence SANCHEZ : florence.sanchez@ville-beziers.fr

Bulletin d’inscription 

DOCUMENTS A CONSULTER

La dématérialisation pour les acheteurs  La dématérialisation pour les entreprises  Les obligations de dématérialisation 

1/ Le profil d’acheteur

Clés de voûte du « tout démat’ », des plateformes sécurisées accessibles en ligne centralisent tous les outils nécessaires à la dématérialisation de la procédure de marché.

Notre profil : AWS-Achat

Accès direct : http://www.agglopole.fr/l-agglo-pole/la-vie-de-l-agglopole/les-marches-publics-3/

Pour les opérateurs économiques, c’est la garantie d’une sécurité totale des procédures (aucune possibilité de fraude : tout sera enregistré, horodaté…) et d’un gain de temps qui vous permettra de peaufiner votre offre.

2/ La signature électronique : un cap difficile

La signature se heurte à certains obstacles. Au plan de l’organisation, il faut remettre à plat les circuits de validation et les délégations. Au plan technique, il s’agit d’acquérir un certificat de signature qui valide l’identité du signataire et s’obtient auprès d’un fournisseur agréé après contrôle en face-à-face, sous forme de clé sécurisée ou de carte à puce. Autre source de complexité, les différents niveaux de sécurité possibles.

Niveau minimum de sécurité requis : RGS « deux étoiles »

Formats de signature acceptés : Pades, Cades ou Xades

Sous-traitant, cotraitant : co-signature (lien vers document : AWS_Procedure_Co-signature)

3/ Le e-Dume : déploiement général au 1er octobre 2018

L’idée consiste à reprendre les fonctionnalités du MPS, avec un formulaire pré-rempli, où l’acheteur comme l’entreprise n’auraient que quelques cases à compléter. Un certain nombre d’attestations seront récupérées automatiquement à partir du seul numéro Siret de l’opérateur économique, ainsi que sa taille ou son chiffre d’affaires.

4/ Les données essentielles : la transparence affichée

L’exigence de publication des données essentielles des marchés introduit l’open date dans la commande publique pour les marchés supérieurs à 25 000 €HT.

Ce flux de données essentielles (nom du marché, nature, objet, procédure, lieu d’exécution, montant, durée…) a vocation à être mis à disposition soit sur le profil d’acheteur, soit sur toute autre plateforme de mutualisation existante, comme « data.gouv.fr ».

Pour que ces données puissent être exploitées, il faut qu’elles soient standardisées, c’est-à-dire « structurées » dans des formats internationaux (XML par exemple).

 

Projet de territoire : une démarche participative

Le Président François Commeinhes a proposé aux communes du territoire et au Conseil de développement de s’engager dans une démarche de co-construction de notre projet de territoire qui doit définir la priorisation des actions à mener par l’agglopôle à l’horizon 2040.terrCapture

Ainsi, des rencontres ont eu lieu avec les conseils municipaux, à l’issue desquelles, les maires ont nommé un représentant pour intégrer un groupe de travail  complété de 5 membres du Conseil de développement, représentatifs de la société civile. Mardi 29 mai, les travaux sont entrés en phase « opérationnelle » avec la validation d’une méthode et la synthèse des idées majeures émises par les 14 communes. Le Conseil de développement a également présenté les réflexions portées dans ses 4 ateliers créés spécifiquement pour le projet de territoire (économie innovante et créative, cadre de vie de demain, modes de transport, cohésion sociale et sociétale).

Mercredi 30 mai, Sonia Lavadinho, anthropologue et géographe, de renommée internationale est intervenue à Sète devant une centaine de personnes, élus municipaux, communautaires… pour évoquer notamment les stratégies territoriales à adopter pour garantir notre attractivité tout en prenant en compte la transition économique, écologique et comportementale qui s’impose à nous.

Enfin, le vendredi 1er juin, les travaux se sont poursuivis en ateliers. Par groupes de 3, ils ont lancé les jalons de ce que pourrait être notre territoire, à l’horizon des 20 ans. Le territoire a été modélisé, à partir de thématiques identifiées en amont et les habitants ont été placés au cœur des réflexions.

L’objectif est de parvenir à la production d’un document final d’ici fin 2018, début 2019 où il sera soumis au vote du Conseil communautaire.

pdu.agglopole.fr, participez nombreux pour inventer ensemble la mobilité de demain

 

terre33CaptureDémarche et Diagnostic du PDU Lancement officiel de la concertation citoyenne

Pour inventer ensemble la mobilité de demain car c’est l’affaire de tous, parce qu’elle touche à de nombreux aspects de notre vie quotidienne : car l’avis de chaque habitant est important  et pour donner son avis sur les déplacements de demain : aller sur le site

 pdu.agglopole.fr

http://pdu.agglopole.fr/concertation/la-parole-est-a-vous-206.html

Etant la 2ème agglomération de l’Hérault avec 14 communes, consciente de l’importance des déplacements dans la vie quotidienne de ses 125 000 habitants, Sète agglopôle méditerranée s’est engagée dans l’élaboration de son Plan de Déplacements Urbains (PDU).
Outil de planification, le PDU 2020-2030 doit préciser sur les 10 prochaines années l’organisation du transport des personnes et des marchandises, la circulation et le stationnement sur notre territoire. Jusque-là l’ancien PDU, volet déplacement du SCOT, mis en place en 2010-2012 était en cours.
Conformément aux orientations nationales en matière de protection de l’environnement, l’objectif principal du PDU est de réduire la place et l’usage de la voiture, au profit d’autres modes de déplacements moins polluants et moins consommateurs d’énergie, tels que les transports publics routiers, ferroviaires, fluviaux et maritimes, le vélo et la marche.
« Avec le PDU, une formidable occasion nous est proposée de repenser la chaîne globale des déplacements et d’offrir à tous, habitants ou visiteurs, des conditions de mobilité harmonieuses, respectueuses de l’environnement et… innovantes. » Précisaient François COMMEINHES, Président et Norbert CHAPLIN, vice-président délégué à la mobilité, ce dernier présentant, entouré de techniciens de Startis la méthodologie et la démarche de concertation du PDU et le diagnostic des déplacements sur le territoire de Sète agglopôle méditerranée ce mardi 26 juin 2018, au siège de Sète agglopôle méditerranée.

Il s’agit d’une « Une ambition forte : réduire la place de la voiture » en lien avec les 11 objectifs légaux du PDU*

  • L’équilibre durable entre mobilité et protection de l’environnement
  • Le renforcement de la cohésion sociale et urbaine
  • L’amélioration de la sécurité de tous les déplacements
  • La diminution du trafic automobile
  • Le développement des transports collectifs, du vélo et de la marche
  • L’amélioration de l’usage du réseau principal de voirie d’agglomération
  • L’organisation du stationnement
  • L’organisation des conditions d’approvisionnement de l’agglomération
  • L’amélioration du transport des personnels des entreprises et des collectivités publiques
  • L’organisation d’une tarification et d’une billettique intégrées dans les transports en commun
  • La réalisation d’infrastructures de charges pour les véhicules électriques ou hybrides
  • * Article L. 1214 du code des transports
  • pudP1070963A ce sujet Norbert Chaplin rajoutait :
  • « Nous allons mener  une réflexion globale sur l’avenir de nos déplacements car ils influent directement sur notre cadre et notre qualité de vie.L’innovation doit être au centre de nos réflexions, afin de projeter dès aujourd’hui le futur de nos déplacements, avec une mobilité connectée, une mobilité respectueuse de notre patrimoine et une mobilité valorisant un territoire hautement touristique. Le PDU 2020-2030 de Sète agglopôle méditerranée sera élaboré en 3 phases (Diagnostic du territoire et des déplacements – scénarios et pistes de solutions – projet). Tout au long de son élaboration, une large concertation sera mise en oeuvre.Pour élaborer son PDU, Sète agglopôle méditerranée s’appuie sur des experts, spécialisés dans le transport, mais aussi l’urbanisme, l’environnement, la concertation ou l’accessibilité. »

  • Le PDU est élaboré avec le soutien financier de l’ADEME.Par ailleurs, les partenaires institutionnels naturels sont associés à la démarche : Etat, Région Occitanie, Département de l’Hérault, communes membres, Conseil de Développement, agglomérations voisines…

    Ainsi, un Comité de Pilotage (élus) et un Comité Technique (techniciens) sont mis en place et sollicités à chaque étape clé.

pudP1070964Phases d’élaboration

La première phase d’élaboration du PDU est constituée par le diagnostic. celui-ci s’appuie sur les éléments du premier PDU de Thau Agglo réalisé en 2012 et sur l’Enquête Globale Déplacements de 2013. Il dégage un état des lieux assez complet du territoire

Lors de la deuxième phase, des scénarios d’actions envisageables sont étudiés. ceux-ci s’appuient sur les enjeux du diagnostic, mais aussi sur les attentes issues des premières phases de concertation.

Lors de la troisième phase, un projet de PDU est élaboré, en tenant compte des choix réalisés par les élus de l’agglomération et des contraintes financières. C’est ce projet de PDU 2020-2030 qui est alors soumis à l’ensemble de la population du territoire, dans le cadre d’une très large concertation citoyenne.

Calendrier prévisionnel d’élaboration du PDU

Depuis octobre 2017, Sète agglopôle méditerranée a engagé l’élaboration de son Plan de Déplacements Urbains. 2018 est une année charnière de l’élaboration du PDU 2020-2030

L’objectif est d’arrêter le projet PDU pour la fin d’année 2018. Celui-ci sera alors soumis aux Personnes Publiques Associées et fera l’objet d’une enquête publique courant 2019.

Octobre 2017 – Mars 2018 : Diagnostic du territoire et des déplacements
Avril – Septembre 2018 : Enjeux et pistes de scénarios
Octobre – Décembre 2018 : Projet PDU
2019 : Enquête publique et adoption du PDU
2020 : Mise en œuvre du PDU 2020-2030

Pour connaître les attentes et souhaits de l’ensemble des publics concernés,  est nécessaire une concertation avec tous les acteurs et habitants.

Sète agglopôle méditerranée met en place tout au long de l’élaboration du PDU une très large concertation avec les acteurs socio-économiques, techniques, associatifs et… les habitants du territoire.

L’objectif de cette concertation est simple : s’appuyer sur les expertises du territoire pour garantir le succès des actions futures à engager dans le cadre du PDU.

3 niveaux de concertation pour co-construire le projet PDU

« Nous sommes tous concernés par les déplacements. C’est dans ce cadre que les élus de Sète agglopôle méditerranée ont souhaité mettre en place une intense concertation avec l’ensemble des habitants et acteurs du territoire, afin d’élaborer le PDU de SAM.
Parce qu’elle touche à de nombreux aspects de notre vie quotidienne, la démarche PDU ne peut réussir que si elle est menée de manière concertée. » Précise Sète Agglopôle.

3 niveaux de concertation sont mis en oeuvre :

Une concertation « institutionnelle » entre les divers acteurs publics et leurs opérateurs

Il faut articuler l’action entre les diverses institutions : État, Région Occitanie, Département de l’Hérault, communes membres de SAM, Conseil de Développement agglomérations et territoires voisins, ADEME, gestionnaires de voirie, exploitants de réseaux de transports publics… Un Comité de Pilotage (élus) et un Comité Technique sont ainsi mis en place et sollicités à chaque étape clé de l’élaboration du PDU.

Une concertation « partenariale » avec les acteurs techniques, socio-économiques, associatifs et partenaires du territoire

Des ateliers de concertation sont menés avec les acteurs et partenaires du territoire pour travailler sur les problématiques et objectifs du PDU. Ces travaux ont pour objectif principal d’enrichir et d’ouvrir la vision purement technique, en s’appuyant sur le dialogue et les expertises de terrain. 2 séries d’ateliers sont prévus : en mars 2018 pour travailler sur le diagnostic des déplacements et les enjeux du PDU et en septembre-octobre 2018 pour travailler sur les solutions et les actions à envisager.

Une concertation « citoyenne » pour préparer le changement de comportements

La réussite du PDU ne pourra être obtenue qu’avec la participation active des habitants et usagers du territoire. Il est donc essentiel que chacun puisse prendre part aux choix majeurs qu’implique le PDU pour les 10 prochaines années. L’avis du public est déterminant, notamment sur le diagnostic et les enjeux des déplacements, mais aussi et surtout pour le pré-projet qui fera l’objet d’une très large concertation à l’automne 2018 (expositions, réunions publiques…).

Une première session d’ateliers sur le diagnostic et les enjeux du PDU s’est déroulée :

Une session d’ateliers, 3 thématiques et 1 transversal, s’est déroulée à l’Hôtel d’Agglomération de Sète agglopôle méditerranée à Frontignan les 13 et 14 mars 2018.

Ils étaient consacrés au diagnostic et enjeux des déplacements sur le territoire : principaux dysfonctionnements, actions déjà menées, grands projets, enjeux pour le PDU.

Plus de 130 acteurs représentatifs du territoire mobilisés

  • Cette première série d’ateliers a donné lieu à des débats riches et des échanges productifs avec :
  • une représentativité des 14 communes membres,
  • une bonne connaissance des problématiques de déplacements,
  • des dysfonctionnements, des attentes  mais aussi des points positifs soulignés.

Cette première session constitue une véritable force de propositions pour la co-construction du PDU. Elle permet de dégager des enjeux thématiques forts, et de nombreuses attentes pour le PDU qui anticipent l’architecture des scénarios et du projet.

terre2Capture

Synthèse des enjeux issus de la concertation

1 : Transports en commun et intermodalité

  • Améliorer l’offre en transports en commun : TCSP, amplitudes, dessertes, PMR…
  • Favoriser l’intermodalité : correspondances, PEM, billettique unifiée…
  • Informer et communiquer sur les transports en commun et l’offre en mobilité
  • Renforcer l’offre en transports en commun en été
  • Promouvoir et développer les navettes maritimes inter-étang et dans Sète
  • Renforcer les liaisons avec les territoires voisins : TER, cars départementaux…

2 : Circulation, stationnement, sécurité

  • Offrir des alternatives à la voiture, permanentes ou ponctuelles
  • Organiser le stationnement en rabattement vers les transports en commun : parkings-relais et parkings intermodaux
  • Lutter contre l’insécurité routière
  • Canaliser les flux de poids lourds et les livraisons
  • Développer de nouveaux modes déplacements plus vertueux pour l’environnement : covoiturage, autopartage, électromobilité…

3 : Modes actifs et nouvelles mobilités

  • Mieux partager l’espace public au profit des modes actifs et des transports en commun
  • Favoriser l’usage du vélo, comme mode de déplacement au quotidien et touristique
  • Encourager la marche à pied : itinéraires piétons, jalonnement…
  • Améliorer les déplacements des Personnes à Mobilité Réduite
  • Promouvoir les modes actifs : communication, sensibilisation…
  • Déployer des Plans de Mobilité en direction des salariés

.Il est urgent de proposer de nouvelles solutions de mobilité

(Un diagnostic des déplacements a été réalisé, dressant un état des lieux sans concessions de la mobilité sur les 14 communes de Sète agglopôle méditerranée.)

Chaque jour, 435 000 déplacements sont réalisés sur notre territoire. Cela représente près de 4 déplacements par habitant en moyenne. Et malheureusement, une grande partie est encore trop souvent réalisée en voiture, qui reste largement majoritaire (60 %), avec son cortège de nuisances : bouchons, pollution, insécurité routière, bruit. Il est urgent de trouver des solutions alternatives pour éviter l’embolie du territoire, notamment lors de la saison estivale durant laquelle la population double, voire triple selon les secteurs…

terreCapture

En effet, le territoire de Sète agglopôle méditerranée, hautement touristique connaît un afflux massif de visiteurs en été, et donc… de besoins de déplacements supplémentaires.

30 % des trajets en voiture font moins de 2 km

Un enjeu fort : accroître la performance des transports en commun

50 à 65 minutes par jour passées en moyenne dans les déplacements

Plus du 1/3 des déplacements est réalisé pour aller au travail tous les jours. Or, lorsque l’on étudie plus précisément l’usage de la voiture, on ne comptabilise qu’1,3 passager par véhicule ! Cela signifie que ces voitures circulent majoritairement à vide, offrant de grandes opportunités de développement pour le covoiturage par exemple.

En moyenne, nous passons 50 à 65 minutes par jour dans les déplacements, pour un trajet moyen de 7,5 km. Ainsi, beaucoup d’entre nous perdent beaucoup de temps coincés dans les bouchons… en voiture ou en bus.

Un changement indispensable des habitudes de déplacements et notamment vis-à-vis de la voiture

Autre enseignement, le cœur d’agglomération constitué par le triangle Sète-Frontignan-les 2 Balaruc concentre la majorité des équipements publics, des zones d’emplois et des grandes zones commerciales, générant de très nombreux déplacements.

C’est donc dans ce secteur que l’on retrouve les grands corridors de déplacements, avec une concentration des difficultés circulatoires en particulier aux heures de pointe. Ainsi, chaque jour, 184 500 déplacements sont réalisés dans ou en liaison avec la ville centre, Sète, qui connaît une embolie circulatoire chaque été, avec l’afflux massif de visiteurs.

Cette situation ne peut raisonnablement pas durer, pour la qualité de vie des habitants, mais aussi des touristes. Des solutions sont à trouver pour accéder au cœur d’agglomération en transports en commun, voire… en navettes maritimes inter-étang de Thau.

Pour terminer, avec près de 70 000 déplacements externes, rentrants ou sortants du territoire, Sète agglôpole méditerranée reste une agglomération orientée vers l’extérieur, et notamment la Métropole voisine. Des pistes d’amélioration sont également à envisager vers les territoires voisins.

Pour le moment, la voiture demeure la reine des déplacements sur notre territoire. Pourtant, un changement des habitudes de déplacements, et notamment de la dépendance à la voiture est devenu indispensable. Cela passe par le déploiement et le développement de solutions alternatives crédibles et efficaces : transports en commun, navettes maritimes, modes actifs, covoiturage… C’est tout l’enjeu du Plan de Déplacements Urbains de Sète agglopôle méditerranée.

mobilité : forces et faiblesses

Les points forts du territoire

  • Territoire exceptionnel au croisement des circulations des hommes et des marchandises
  • Richesse écologique importante
  • Dynamique de progrès dans les transports en commun: Réseau SAM en flèche et s’étend
  • Sécurisation des grands axes routiers
  • Inversion du regard en faveur de la marche dans les circulades et centres urbains
  • Projets de TCSP et transport maritime
  • Projets de pôle d’échanges multimodaux (PEM) sur Sète et Frontignan
  • TCSP sur la D2
  • Schéma vélo d’agglomération engagé
  • Projets d’équipements cyclables : Eurovéloroute 8
  • Démarche Smart City sur Sète
  • Doublement D600 au service de l’accessibilité du territoire

Les points faibles

  • Risques d’asphyxie économique, sanitaire et routière accentué par le phénomène de métropolisation de la ville de Sète
  • Blocage des accès aux pôles d’emplois et de développement (entrée Est…)
  • Territoire marqué par des pollutions liées aux transports (30% GES)
  • Stationnement trop facilité sur les grands pôles d’emplois et absence de Parcs Relais
  • Maillage routier restreint : des grands chantiers à initier (D600 /Barreau liaison vers Entrée Est)
  • Utilisation ancrée de la voiture, les transports en commun et les modes actifs à inscrire dans les usages
  • Intermodalité à développer
  • Transports en commun bloqués dans les bouchons et absence de réalisation en TCSP
  • Risque routier pour tous les usagers
  • Maintien d’une urbanisation diffuse
  • Réseau cyclable discontinu
  • Raréfaction des finances publiques et nécessité de maitriser les dépenses de fonctionnement

1er séminaire « projet de territoire » ce vendredi

C2D

« Les élus du territoire poursuivent avec énergie et détermination leurs travaux autour du projet de territoire. » Précise Sète Agglopôle.

Après une première série de rencontres début juin, les élus des 14 communes ont poursuivi leurs travaux lors d’un 1er séminaire qui s’est déroulé ce vendredi 22 juin.

En ce début d’année, François Commeinhes, Président de Sète agglopôle méditerranée, a proposé aux 14 communes de l’agglopôle et au Conseil de développement de s’engager dans une démarche de co-construction d’un projet de territoire. Ainsi, 14 rencontres ont eu lieu avec les Conseils municipaux, en présence de Jean-Guy Majourel, Président du Conseil de développement. A l’issue de celles-ci, les maires ont nommé un représentant pour faire partie d’un groupe de travail spécialement composé pour l’élaboration collective du projet de territoire. Ce groupe étant complété de 5 membres du conseil de développement, représentatifs de la société civile.

Une première rencontre a eu lieu le 29 mai dernier pour une première réunion opérationnelle où une méthode de travail a été élaborée, essentiellement basée sur une collaboration active et participative.

Le lendemain, sous l’impulsion du Conseil de développement, Sonia Lavadinho, anthropologue et géographe de renommée internationale est intervenue à Sète devant une centaine de personnes, élus municipaux, communautaires et un public d’anonymes. Cette conférence était orientée vers les défis que nous devrons relever collectivement sur les nouveaux moteurs de l’économie, les stratégies territoriales à adopter pour garantir notre attractivité, tout en prenant en compte la transition économique, écologique et comportementale qui s’impose à nous.

Un 3e temps fut alors consacré à des travaux en ateliers, animés par Mme Lavadinho au cours desquels les membres du groupe dédié au projet de territoire ont lancé les jalons de ce que pourrait être notre territoire à l’horizon 20 ans.

Puis est arrivé le temps du 1er séminaire où le groupe a approfondi les réflexions, en s’enrichissant des premières étapes franchies quelques semaines auparavant. Ce vendredi, ensemble, ils ont commencé à dégager des idées maîtresses.

Chaque élu présentera donc, dans sa commune, les idées qui ont été dégagées. Lors du prochain séminaire, celle-ci seront débattues et à nouveau approfondies.

« La force de ce groupe », précise l’un d’entre eux, « est que nous sortons de nos problématiques communales pour penser un périmètre élargi à l’échelle de notre territoire, prendre de la hauteur pour voir plus loin ensemble. Ce n’est pas un exercice facile mais cette démarche novatrice est riche car elle est basée sur vraie une liberté d’expression, de pensée. Nous pensons « collectif », à la manière d’une équipe sportive qui ensemble veut atteindre un cap ambitieux, pour les générations futures ».

« Le groupe formé de 20 membres progresse, sans aucun doute, avec dynamisme et enthousiasme pour faire naître un projet de territoire. « Chacun est ici animé d’une volonté grandissante d’amener notre territoire à entrer dans les vingt années à venir, en étant fort de nos nombreux atouts, » confiait François Commeinhes, en marge de ce séminaire. « Nous voulons le meilleur pour les habitants, dans toutes nos communes. L’énergie qui se dégage de ces séances de travail en est ici la preuve. « 

* * * * * * *

Qu’est-ce qu’un projet de territoire ?

Un projet de territoire peut être considéré comme un guide de l’action publique. Il est fondé sur un diagnostic de l’existant, la définition d’orientations et de priorisations d’actions à mener sur le territoire, à l’horizon 20 ans.