MJC : un baby Gala pour le Baby Gym

CaptureCe vendredi 23 juin, en soirée la MJC présentait dans sa salle de gymnastique un spectacle de  Baby Gym avec 7 petits enfants de 3 à 6 ans, adeptes de cette discipline.gym 2 Capture

Ils pratiquent cette activité une fois par semaine à la MJC de Poussan, avec leur professeur, Alice LENY. Que du bonheur pour les parents venus nombreux et que du plaisir pour ces sportifs en herbe. Et avec un petit goûter en prime ce fut le top.gymCapture

MJC : de nombreux jeunes fidèles à la musique

mjc iCe jeudi 22 juin, à 20 h, à la salle de spectacle Paul Vilalte, le gala des élèves des ateliers « Musique » marquait le second acte des soirées de fin de saison pour la MJC qui décidément, avec les écoles, anime ce mois de juin . Nous avions l’occasion d’apprécier le fruit du travail régulier des élèves de  Nan Hansen, de Violaine Allix, de Gilles Daguzan et de Fabien Lefebvre respectivement au piano, au violon, à la guitare et à la batterie. La soirée allait tenir ses promesses avec des prestations de très bonne qualité, des mini concerts pour des élèves qui débutent et pour d’autres plus compétents qui prouvent qu’avec du travail l’on progresse rapidement, des duos, des mix élèves/professeurs.mjcDSC_0266 (5)

Pour cet évènement ouvert à tous, le public n’a pas été déçu et au contraire si les élèves qui semblaient motivés et passionnés, et même unis autour des partitions,  continuent dans ce sens, du classique au moderne, de la batterie à la guitare électrique, Poussan restera un vivier pour la musique. Ils étaient très nombreux cette année.

La salle était bien remplie. Marina  Dumonceaud précisait que comme chaque année les ateliers avaient eu un grand succès : « Toujours avec autant de sérieux mais aussi de plaisir les élèves très sollicités par de nombreuses fêtes ont préparé cette soirée avec minutie et pour certains vont se produire à plusieurs pour vous l’offrir. Un peu d’angoisse mais intérieurement beaucoup de plaisir. »mjcDSC_0272 (3)

Le public allait être ravi. De la qualité, du spectacle, de nombreux musiciens et une grande maîtrise au niveau de l’organisation avec des enchaînements très rapides, avec  et souvent de petits orchestres rassemblant des musiciens bien synchronisés…mjcDSC_0286 (2)

A commencer par le piano avec Clémence, Clarisse, Noémie, Nour et Elsa qui accompagnait son papa qui chantait, de jeunes interprètes qui ont tout de suite placé haut le niveau de la soirée en assurant un maximum avec Offenbach et William Scheller.

Et si en seconde partie Darian, Lucille, et Léna, en solo ou en duo, n’hésitaient pas avec du Mozart ou du Diabelli l’on savourait la fraîcheur de leurs interprétations.mjcDSC_0276 (3)

Pour les guitares il en fut de même. Autour de Gilles Daguzan, que ce soit  la guitare sèche, l’acoustique ou à l’électrique, tous les jeunes ont donné sur scène le meilleur tout en contrôlant leur énergie et en restant concentrés. Les jeunes classiques et les amateurs de rock ont su prouver que cet instrument peut apporter beaucoup de contentements si on s’en donne la peine en travaillant énormément. Transcendés par l’effet collectif, le résultat fut excellent. De Presley à Amir,  des Beatles à Justin Bieber, avec du Rock, du Funk et du Pop, les jeunes et très jeunes guitaristes ont impressionné l’auditoire.mjcCapture

Au violon, même les jeunes élèves n’ont pas fait trembler l’archet. Et quel beau cadeau quand toute la classe accompagnée par des violoncelles, un batteur et des guitaristes a interprété  et Games of thrones (Djawadi) et Walk this way (Aérosmith).mjcDSC_0292

Une attention et un grand bonheur pour un public vraiment emporté tant la qualité des interprétations était de haut niveau.

Concentrés sur leurs instruments les élèves ont savouré ces instants sur scène, dans un même plaisir.mjcDSC_0284 (3)

Même pour  la batterie, ce fut une démonstration de maîtrise avec des compétences qui ne demandent qu’à se développer au fil des ans.

Les jeunes batteurs comme Louka, Julia et Lucien démontraient que dès le plus jeune âge quand on a le sens du rythme on peut tout tenter avec du travail régulier tandis que Matteo et Ugo, avec un peu plus de maturité assuraient avec une certaine maîtrise. D’une année sur l’autre, les habitués peuvent apprécier la technicité des musiciens, leurs progrès, l’assurance qui s’affirme.mjc nbvCaptureLes familles venues en nombre et les amis des musiciens étaient on ne peut plus heureux d’avoir partagé avec eux une soirée musicale : Avec un répertoire varié, avec des orchestres et des classes complètes autour des professeurs avec lesquels les élèves étaient en osmose,  l’on a ressenti un profond plaisir et une belle maturité pour tous les jeunes musiciens que l’on voit progresser d’une année sur l’autre avec toujours la même envie de placer la barre plus haut.

Vraiment, une belle démonstration pour ces jeunes qui ont su nous faire vibrer. Et un grand merci aux professeurs.


Les Ateliers jeunes du Strapontin ont fait salle comble

Salle comble pour les deux ateliers « jeunes », écoliers, collégiens et lycéens, qui présentaient un spectacle unique : « Molière en création », une création justement de Séverine Campagna, ce Dimanche 18 Juin, à 15 h 30, à la salle Paul Vilate. Le public allait découvrir le fruit d’un travail hebdomadaire à raison de deux séances par semaine pour les jeunes et dynamiques animatrices de ces ateliers, le mardi et le jeudi, Julie, Manon, Séverine, Josette et Amélie, aidées par certains hommes quand nécessaire.strapDSC_0268

Avec patience, enthousiasme et de la tonicité, elles ont su, tout au long de la saison, montrer aux enfants et aux Ados comment l’on apprend à se maîtriser sur scène, à travailler l’expression du corps et celle du visage, à progresser en langue orale et à se mouvoir sur scène pour occuper l’espace. Car au théâtre comme pour cette représentation qui regroupait les 29 élèves, il faut jouer collectif, travailler pour soi et pour les autres, s’entraider pour réussir sans jamais prendre la « grosse tête », en étant ambitieux, mais pas prétentieux.strapDSC_0261

Comme le précisait Jeannot Artières, le Président de l’association, quoi de mieux que l’école du théâtre, une discipline dans laquelle l’on se met en danger mais en groupe. Et si certains y reviennent d’une année sur l’autre c’est que ce danger doit faire monter leur taux d’adrénaline.

Vers 15 h 30, celui des artistes en herbe devait être bien élevé mais dès que le rideau fut tiré, sous des premiers applaudissements, ils firent preuve d’une grande maîtrise et d’un naturel époustouflant.

Après s’être mis dans la peau d’acteurs prêts à répéter il faisaient honneur à Molière dans un montage savamment orchestré par Séverine autour et à partir de plusieurs scènes de Molière.strapDSC_0269

 Nous en retrouverons certainement, plus tard, quelques-uns dans le Poulailler du Strapontin ou même dans la troupe.

Venus de Poussan ou des communes voisines certains jeunes acteurs eux ont déjà choisi la scène pour s’exprimer et désirent aller bien plus loin. Un long travail et des efforts les attendent. Mais comme ce dimanche soir, il ne restera que le plaisir et  la fierté d’avoir dépassé ses angoisses quand après le spectacle viendront les applaudissements du public et les félicitations méritées.

D’ailleurs, en introduction, Jeannot Artières, après avoir présenté les activités du Strapontin, détaillé les différents ateliers et groupes qui mènent des activités théâtrales, précisait que certains adultes actuels avaient débuté dans les Ateliers Jeunes.

Fête très réussie qui s’est poursuivie autour de rafraîchissements avec un Strapontin que vous retrouverez, c’est certain, pour les inscriptions dès le mois de septembre, au Forum des Associations.

Et en 2017, les 30 ans du Strapontin, à fêter !

Le Magicien d’Oz : un magnifique gala 2017 pour rêver

AADSC_0225Cliquez sur les photos pour les agrandir.

La MJC de Poussan proposait un gala de danse, ce samedi 17 juin, à l’école élémentaire des Baux, dans la cour de récréation qui possède un bel amphithéâtre et des infrastructures suffisantes pour recevoir un nombreux public. Depuis quelques jours, les répétitions se déroulaient autour du groupe scolaire. Les espaces extérieurs maternelle et élémentaire pouvaient être utilisés. Certains locaux aussi, c’était l’effervescence, celle qui motive pour atteindre le haut niveau. Une adaptation nécessaire pour les danseuses, des contraintes mais aussi de l’espace et de l’air ce qui fut synonyme de fraîcheur mais heureusement toute relative. Comme pour les années précédentes, il fallait s’adapter, se changer en plein air, trouver des solutions. Ce fut possible et toujours dans la bonne humeur pour que la synchronisation soit sans failles. Ce fut le cas avec de nombreux bénévoles qui œuvraient efficacement dans l’ombre.AADSC_0002 (30)

Comme le précisait Marina Dumonceaud, Directrice de la MJC, « grâce à des bénévoles amis de la MJC et des membres du Conseil d’Administration, cette soirée de gala a pu avoir lieu :

« Aidée par la Municipalité, les services techniques et de nombreux intervenants, la MJC avait mis en place une infrastructure digne d’un spectacle de professionnels. Anna Douce s’était occupée des costumes et Marina, coordinatrice de la MJC, précisait que des photographes étaient sur place et qu’une vidéo serait en vente.aaDSC_0003 (30)

Avec Ivan Rousset pour le son et les lumières, toute l’équipe de l’association s’était mobilisée pour ce grand événement.

Les élèves d’Aurélie Bourrit Asselin, qui a conçu le spectacle et qui anime des ateliers hebdomadaires à Poussan depuis plusieurs années présentaient un spectacle. Mais cette année elle a été aidée par Hermine et Chloé qui l’ont remplacée momentanément pour la réalisation d’un heureux événement, dans lequel elles proposaient au public de les accompagner dans un beau voyage avec le Magicien d’Oz avec bien sûr plusieurs styles de danse, du Modern’Jazz et de la danse classique au programme, en associant aussi toutes les catégories d’âge, des maternelles jusqu’aux adultes. Une recherche de l’unité, un équilibre qui allait certainement plaire aux spectateurs fidèles, au public composé des familles mais aussi des Poussannais qui ont pris l’habitude de participer à ce gala, chaque année.

Ce spectacle finalisait le travail de danse régulier effectué lors de cette saison à la MJC. Isabelle Maselli, la présidente de la MJC et Marina Dumonceaud, la Directrice, ainsi que de nombreux parents félicitaient Aurélie et les danseuses qui pour que cette soirée soit une réussite avaient tout donné lors des répétitions. Il fallait se transcender maintenant.

Le Magicien d’Oz et sa Comédie Musicale,  allaient être mise en scène à partir de danses et de saynètes qu’Aurélie avait adaptées. Une bien belle idée après Alice au Pays des Merveilles et de Notre Dame de Paris.AADSC_0007 (24)

Le Magicien d’Oz (titre original : The Wonderful Wizard of Oz) est un roman pour enfants écrit par Lyman Frank Baum et publié aux États-Unis en 1900 :  » On y découvre une petite fille prénommée Dorothée (ou Dorothy selon les versions) et son petit chien Toto, qui habitent au Kansas, sont enlevés avec leur maison par une tornade et transportés dans un pays merveilleux du nom d’Oz. La maison tombe sur la méchante sorcière de l’Est et la tue sur le coup ; Dorothée récupère les souliers d’argent (de rubis dans le film de 1939) de la sorcière. Pour trouver un moyen de rentrer au Kansas, la gentille sorcière du Nord lui conseille de s’adresser au grand et puissant magicien d’Oz, qui réside dans la cité d’Émeraude. Pour s’y rendre il faut suivre une route de brique jaune. AADSC_0013 (20)« En chemin, Dorothée rencontre un épouvantail qui se plaint de ne pas avoir de cerveau, un bûcheron en fer blanc qui regrette de ne pas avoir de cœur, et un lion qui déplore son manque de courage. Suivant Dorothée, tous les trois se rendent auprès du magicien pour qu’il leur accorde ce qui leur manque. Le magicien accepte, à condition qu’ils éliminent la méchante sorcière de l’Ouest. Dorothée y parvient, en jetant un seau d’eau sur la sorcière, ce qui la fait fondre. Mais le magicien se trouve être un imposteur…« AADSC_0020 (17)

Et Le Magicien d’Oz a été transformé en un spectacle musical par L. Frank Baum lui-même. Une libre adaptation de son roman de 1900 a d’abord été joué à Chicago en 1902 puis a été un succès à Broadway l’année suivante.

 Mais déjà en introduction des danseuses ayant été remarquées dans un concours à Montbazin évoluaient avec grâce pour nous montrer l’étendue de leurs compétences. Que ce soit en solo comme Sarah qui a fini 1ère dans sa catégorie ou en groupe, ces jeunes filles ont de très solides compétences et elles nous le prouvaient. Avec beaucoup  de grâce et de légèreté l’ambiance était donnée . AADSC_0024 (17)L’on était emporté dans le rêve. Les Ados et les pré-ados, le groupe Éveil, les CP  et les CM1 CM2 , nous faisaient plonger avec naturel et simplicité dans l’aventure et dans la comédie Musicale. Nous allions être saisis par l’énergie de chacun des groupes, par des CM1 CM2 évoluant comme des pros sur des rythmes  soutenus et des petits bien dans leur corps. De la vie à la ferme, aux rencontres et à l’errance dans la forêt, un beau voyage avec Dorothée.

  Nous étions dans le rêve. Du naturel pour les danseurs mais aussi le souci d’être au top comme toujours avec un jeune garçon aussi l’aise que les filles AADSC_0043 (21).Impressionnantes par leur tonus, les Ados allaient à la rencontre du bûcheron, tandis que les CE1/CE2 étaient à la fête avec une rencontre du lion bien sympathique.

Le public ne bougeait plus, il était concentré sur la scène se laissant emporter ans cet univers avec des adultes maîtrisant à merveille leurs chorégraphies, des danseuses qui se dépassaient.AADSC_0045 (19)Une pause permettait à chacun de respirer un peu pour pouvoir mieux poursuivre cette formidable aventure.AADSC_0054 (21) .Et nous nous retrouvions avec beaucoup de plaisir les plus jeunes pour investir le palais du magicien. L’intensité du spectacle était soutenue tandis que les très belles chorégraphies avec une exploitation maximale de l’espace scène rajoutaient du mouvement à l’ensemble. Les Ados prenaient le relais pour accentuer une tension correspondant à l’enlèvement de Dorothée.AADSC_0060 (17)

Et pourtant tout allait se calmer avec la mort de la sorcière et une Dorothée libérée mais bien triste.AADSC_0082 (14)Les spectateurs ne bougeaient plus, projetés eux-mêmes sur scène par la pensée.

Dorothée était bien triste et le groupe des adultes traduisait cette ambiance lourde qui pesait sur le conte.AADSC_0132 (3)

Avec la rencontre du magicien, le spectacle avait atteint un sommet sur lequel il allait rester perché.AADSC_0103 (6)

Les séquences se succédaient avec des tableaux, les uns plus beaux que les autres.AADSC_0114 (4)Mais avec les chaussettes magiques interprétée par des Ados très motivées, l’espoir était de retour. Une dernière fois les jeunes filles pouvaient donner le meilleur, des danseuses toujours aussi toniques et gracieuses.AADSC_0108 (5)

Les enchaînements étaient instantanés avec un spectacle de très grande qualité. L’âme de Dorothée allait marquer le premier point final de cette belle histoire comme pour mieux se graver dans notre mémoire visuelle qui avait été très sollicitée durant le spectacle.AADSC_0165Le public revenait à la réalité, les élèves d’Aurélie aussi, s’unissant pour un final magnifique.Tous les danseurs y mettaient du cœur pour enchanter un public concentré et avide d’images.AADSC_0178

Ce Bonheur allait se poursuivre jusqu’au bout avec des fleurs, des applaudissements nourris et des félicitations envers les danseuses et leurs professeurs. AADSC_0219Aurélie avait le mot de la fin en remerciant les parents pour leur implication et les enfants pour leur admirable participation ainsi que leur leur sérieux à toute épreuve.AADSC_0229

Félicitations aussi à tous ceux qui ont œuvré pour présenter un aussi beau spectacle dont on retiendra outre les chorégraphies et la grâce des danseuses leur joie et leur plaisir d’avoir pu se produire devant un public si nombreux.AADSC_0236   Le partage avait été total. Que du plaisir et des moments inoubliables qui sentaient bon la fraîcheur, celle de la jeunesse, celle de la création et celle des liens qui unissent les élèves à leur professeur.AADSC_0238

Beau succès pour l’atelier fête des Pères

Après celui de la fête des Mères , la MJC proposait aux enfants de 6 à 10 ans, ce mercredi 14 juin, un atelier manuel animé par Cathy Pézerat aidée par Simone .mjcDSC_0006 (19)

 Plus de 9 enfants présents, que des filles, pour s’occuper de leurs papas, les autres ayant peut-être préféré profiter de la plage. Un succès tout de même pour une bien belle animation durant laquelle il fallait travailler avec minutie durant les activités mais aussi faire appel à son sens artistique pour décorer de jolis éléments…

mjcDSC_0001 (21)Des magnets qu’il fallait d’abord réaliser à l’aide de picots avec goût et finesse.

Un long travail de décoration commençait alors avec des grilles prévues à cet effet.

Un long travail donc, qui en plus demandait beaucoup d’attention, d’autant qu’après, pour réaliser de la même façon un porte-clef, il n’y avait pas de contraintes artistiques.

DSC_0007 (18)

Mais pas question d’en rester là, les volontaires décoraient de belles cartes qui auront elles aussi beaucoup de succès auprès des papas. Et avec un texte ou une poésie très tendre pour des papas l’après-midi est passé très très vite..

Il s’est bien-sûr terminé par un bon goûter collectif.

A la MJC, la belle exposition des ateliers de peinture

aDSC_0009 (20)Du 15 au 30 juin, après l’exposition des ateliers d’art, c’est au tour des ateliers de peinture de montrer une grande partie de leurs réalisations dans la salle d’accueil de la MJC. aDSC_0005 (22)Le vernissage de cette exposition avait lieu ce jeudi 15 juin, à 18 h. C’est toujours très rafraichissant de voir que des amateurs conseillés par leur professeur, peuvent grâce à leurs dons mais aussi leur passion, créer et se dépasser pour réaliser des œuvres qui seront appréciées par leurs pairs. aDSC_0003 (23)

(Cliquez sur les tableaux pour les agrandir.) Et pour la plupart de ces artistes féminines, elles le font depuis plusieurs années avec un grand plaisir et beaucoup d’énergie.aDSC_0015 (16)

Monique, Yolande, Marie-Christine, Aline, Aurore, Suzy, Ghislaine et Dominique étaient très heureuses d’exposer. Comme le précisait Marina Dumonceaud, c’est toujours très enrichissant pour les visiteurs de pouvoir apprécier des réalisations d’amateurs qui ont mis tout leur cœur dans leur travail :DSC_0014 (16)  » Et il est important que bon nombre de personnes puissent en profiter. Avec les galas et les spectacles en juin, ce devrait être possible. Félicitations à vous toutes. »DSC_0016 (16)

aDSC_0006 (22)Marie-Jo Ligas, le professeur qui anime ces ateliers depuis plus de 12 ans, précisait qu’avec ses élèves qui sont devenues des copines, c’est toujours un plaisir de se retrouver dans une passion commune : « Je les aime, mais je souhaite aussi qu’elles aient un espace de liberté pour pouvoir s’exprimer grâce à la Peinture. »

Toujours est-il que les réalisations de qualité témoignent de bases solides pour chacune des artistes qui exposent et pour toutes celles qui viennent d’une année sur l’autre, que de progrès techniques et artistiques. Alors, n’hésitez pas, un petit tour à la MJC ne peut être que bénéfique.