EscapadeS vous propose une soirée théâtre avec COLPORTEURS

EscapadeS vous propose une soirée théâtre et musique avec le spectacle
COLPORTEURS
De Jacques Bonaffé et Louis Sclavis
Vendredi 9 mars à 20h30
Au théâtre Molière à SètecolcolCapture
« Le colportage c’est aller chez le voisin et en revenir, déformer les faits, les arranger ou les raconter ». Jacques Bonaffé le comédien et Louis Sclavis le clarinettiste sont ici « deux solistes pour un duo au sommet. Ils semblent surgir du sol et voler dans l’espace ».
Pour en savoir plus sur ce spectacle vous pouvez suivre ce lien : http://www.theatredesete.com/2e-carte-blanche-jacques-bonnaffe-colporteurs-avec-louis-sclavis« Au pays du sourire, nous jasons, nous jazzons… »« Rencontre féconde pour cette 2ème Carte blanche avec le clarinettiste Louis Sclavis, improvisateur hors pair. Deux trouvères qui possèdent l’art de l’intervention rapide pour une grande performance. »

« Jacques Bonnaffé conteur, bateleur, aussi créateur d’une émission radio et Louis Sclavis jazzman clarinettiste improvisateur hors pair colportent écrits, anecdotes ou récits cueillis au gré des tournées. Ils les transforment en concertextes, y manipulant des dossiers brulants, des extraits de textes d’anthologie, sportif, cycliste, drôlerie poétique, la politique et la raillerie. Un duo en grande performance ! »

+ Escapade à Sète le jeudi 8 mars 2018 c’est aussi :

Le Printemps des poètes montpelliérain jette des ponts chez ses voisins sétois qui accueillent son parrain Jacques Bonnaffé, en partenariat avec la Maison de la poésie Jean Joubert.

>> à 12h, dans la Petite Salle du Théâtre Molière, assistez à un MIDI POESIE, entre l’ardeur et l’acteur, une performance de Jacques Bonnaffé où il nous offre un florilège de ses rencontres les plus marquantes au contact des poètes.

>> à 13h, restez pour « bruncher » en compagnie de Jacques Bonnaffé et les poètes présents.

>> à 18h, le Musée Paul Valéry vous propose une lecture musicale avec les poètes Pilar Gonzalès et Daniel Leuwers, saxophone Daniel Séverac.

Le prix des places est de 12€
                                          8€ pour les enfants de moins de 11 ans et les personnes bénéficiaires des minimas sociaux.
 
Si vous êtes intéressés, merci d’en informer le plus rapidement possible Escapades au 06.15.31.80.55 et de faire parvenir le règlement avant le 23 février.
 

Le carnaval fêté au groupe scolaire des Baux

Ce vendredi, c’était Carnaval à l’école maternelle des Baux et à l’élémentaire aussi. Les deux établissements en ont  profité pour partager des instants festifs et ludiques avec la plupart des enfants déguisés pour l’occasion.BAUXIMG_7616

Ce fut pour les élèves des 2 structures l’occasion de se replonger avant les congés, une dernière fois, dans l’ambiance carnaval.bauxP1010623 (1)

Il y a 15 jours, des danseurs du Carré d’As avaient animé la récréation de l’école élémentaire en leur interprétant leur danse, puis celle du Branle de la Chemise et ils avaient fait de même à la maternelle.

Ce vendredi, des danses, des jeux et de la musique pour animer des instants ludiques tandis qu’à l’élémentaire comme à la maternelle,  l’on pensait déjà au goûter qui allait suivre, autour de crêpes

Une belle entrée en matière pour des congés scolaires qui seront les bienvenus.BauxIMG_7611

Préparez-vous pour l’incontournable Branle de la chemise

    Si durant les 5 jours de festivités carnavalesques la cavalcade du dimanche après-midi est incontournable, la cérémonie du mardi Gras, cette année le 13 février, reste un événement important tant pour son côté rituel que par son côté exceptionnel.

Comme le précisait Maurice Chauvet dans ses Itinéraires du Pays d’Oc, le Branle de la chemise est un exemple de survivances certainement unique en France. Ce cérémonial remonterait au temps des seigneurs. Afin de faire pénitence pour avoir manqué de respect au Seigneur de Provence ce dernier aurait obligé les Poussannais à danser en chemise de nuit. Deux siècles après, la punition serait devenue une danse.


Pourtant selon Chauvet, pour trouver de semblables survivances il faudrait remonter aux temps des romains  avec les Attelances de Campanie ( région d’Italie méridionale   ) où s’exprimait la joie rustique des colons du Latium et des vétérans de la 7ème légion.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Colonie_romaine_de_Cosa

Toujours est-il, que depuis plusieurs décennies et même entre les 2 guerres mondiales, tous les Mardis-Gras, l’on voit se former dans le village une longue théorie composée d’hommes portant des chemises de nuit et des bonnets de femme et inversement de femmes affublées de chemises d’homme et d’un bonnet à mèche.

Avec une bougie allumée à la main ( protégée par du papier) la procession va dérouler ses arabesques à travers le village, dans le centre ancien et quelque fois jusqu’à la place de l’église. Depuis plusieurs années, les hautbois et les tambours sont nombreux pour accompagner les danseurs sauteurs tout au long du circuit. Durant plus d’une 1/2 heure retentira le fameux «  Diga mé Jacou, diga mé Margarida », sur une musique lancinante et trépidante. Arrivés au foyer des campagnes d’autres danses du pays d’Oc prendront le relais.


Mais attention, naguère,  à minuit, chacun devait rentrer chez lui sans tarder. Pour conjurer le mauvais sort, la patrouille fescennine composée de costauds, parcourait les rues avec des serments de vignes pour caresser le dos des retardataires. Ils avaient eu le temps de faire halte devant les cambuses, de rompre avec le quotidien durant trois jours. Finie la retraite gastronomique, finies les réjouissances, Carnaval était alors bien mort, avec le mercredi des Cendres, l’on prenait le Carême.

Talents prometteurs et jeunesse musicale sur scène

En passant

Talents prometteurs et jeunesse musicale réunis sur scènetataP1000241

La MJC de Poussan organisait ce vendredi soir une soirée  jeunes talents, à la salle de spectacle Paul Vilalte. Pour certains candidats c’était l’occasion de découvrir la scène, pour d’autres de s’affirmer et de se tester en public. Des larmes, des rires, des défections, c’est ainsi que le spectacle vit avec la capacité de certains à exceller sur scène. Près de 20 jeunes de moins de 19 ans avaient relevé le défi.DSC_0041 (3)Ce 9 février, à l’heure des Victoires de la Musique à Paris, pour Poussan, musiques, danses et  chansons étaient au programme. Comme le précisait Marina Dumonceaud, la scène était ouverte à toutes sortes de talents, mais les arts du cirque ou la magie, par exemple, n’ont pas eu de succès comme les années passées, cependant, encore une fois Marina remerciait les professeurs des élèves des ateliers musique auxquels ils avaient donné de bons conseils. tataP1000292En souhaitant que d’une année sur l’autre de plus en plus de jeunes montent sur les planches, elle était très heureuse d’être épaulée par Mustapha à la Régie. D’autant que de très bonnes surprises attendaient le public venu très nombreux.

 Marina confiante dans les talents très prometteurs des jeunes qui allaient investir la scène lui souhaitait  une excellente soirée.tataP1000263

Très belle intro avec Julien au piano qui avec ses 6 ans s’est attaqué merveilleusement à la valse de l’Empereur de Strauss puis avec Maxance, chant et guitare, qui a tout aussi impressionné l’auditoire par sa belle maîtrise du chant et de sa guitare.

Toujours avec la même qualité, le même souci d’approcher le meilleur, Arthur au violon, faisait preuve de très sérieux en montrant toutes ses compétences.

Et l’on enchaînait avec Loana, Ludivine et Charlotte , respectivement au chant, à la danse et au violon qui prennent de la maturité d’une année sur l’autre en s’affirmant.tataP1000259

C’était le moment d’écouter « Vois sur ton chemin » interprété par des choristes, des élèves de Dominique qui anime un groupe à la MJC.tataP1000269

Le public saluait le courage des artistes et déjà l’on enchaînait avec des jeunes danseuses, Morgane et Marie, avec de la grâce et de belles chorégraphies.

Des élèves douées qui ont un peu l’habitude du public. Mais un exercice délicat car le trac est toujours un élément perturbateur. Elles  s’en sont « très bien sorties » tout comme Emilie avec « Prélude N°1 de Bach » au piano. Un beau morceau joué par une jeune musicienne qui fit preuve d’une grande maîtrise.

Avec son Violoncelle, Yannis entouré par Arthur et Maël aux violons, allait lui aussi impressionner un public attentif et subjugué par sa virtuosité.talenIMG_9942

Dans un autre registre, Alexandre Gonzales, venu de Sète,  interprétait du Johnny Hallyday d’une très belle voix qui impressionnait le public. Du tonus et de l’énergie au service du chant.tataP1000285

Pour tous l’on imaginait déjà que des heures et des heures de travail avaient été nécessaires  pour que les résultats soient à la hauteur de leurs espérances.     talentsIMG_9913

Après un court entracte, Célia se lançait dans la danse orientale toujours avec sensualité, tandis qu’en solo, en duo ou en groupe   cette seconde partie de la soirée se déroulait avec une belle synchronisation.talentsIMG_9920 Vraiment, toujours de très belles interprétations de « You I’m no Good  » et du « Jour qui se rêve » de Matt Pokora par Lise et Alexandre, parmi d’autres…

Romain et sa guitare électrique allaient électriser la salle quelques instants.talentIMG_9955

L’on arrivait à un final collectif bien rafraîchissant et plein d’espoir car cette promotion 2018 fut exceptionnelle à tous les niveaux. Cela laisse présager des années à venir bien musicales à Poussan, pour le bonheur de tous.talenIMG_9964

Pour chacun dans son domaine et à son niveau, ces jeunes talents ont montré que dés le plus jeune âge, si l’on trouve sa voie et si l’on de donne les moyens d’y rester l’on peut atteindre des niveaux inattendus qui permettent en devenant adulte de s’épanouir et de se dépasser.talenIMG_9957

Tous  ont relevé le défi ce vendredi soir et ont confirmé ce que précisait Maxime Gorki : « Pour avoir du talent il ne faut pas être un génie mais avoir foi en soi-même, en ses propres forces ».

RTT, jusqu’au dimanche 4 février à Poussan

« RTT » de Stéphane TITECA PAR LA COMPAGNIE DU STRAPONTIN, c’était la première ce samedi 2 février devant une salle comble.rttDSC_0026 (8)

« Il s’agit d’une comédie acide à prendre avec humour, sur fond de crème amincissante, d’enfants, d’adultères, et de ruptures. Une comédie qui décrit sans concession les rapports homme / femme. Aucun des deux sexes n’en sort indemne et il est vrai que cela décoiffe les spectateurs et spectatrices en mettant en avant les tendances et les traits qui caractérisent chacun des 2 sexes. »rttDSC_0030 (8)

A noter qu’il reste quelques places pour le dimanche 4 février à 17 h et vous pouvez réserver encore sans attendre.
La pièce est jouée à la SALLE PAUL VILALTE (BATIMENT MJC) : http://www.compagniedustrapontin.fr/formulaireresaspect.htm

« Cinq femmes qui fréquentent la même salle de sport. »

« Cinq femmes totalement différentes, avec chacune son histoire.
Cinq femmes en week-end sur la Côte d’Azur.
Pour décompresser…mais surtout pour oublier les hommes! Les hommes …
Elles vont nous dire tout le mal qu’elles en pensent…
Une comédie acide et hilarante, sur fond de crème amincissante, d’enfants,
d’adultères, et de ruptures.
Une comédie qui décrit sans concession les rapports homme / femme.
Aucun des deux sexes n’en sortira indemne !!! »rttDSC_0025 (16)

Mise en scène : Séverine CAMPAGNA

Distribution :
Manon ARTIERES, Josette BARD, Amélie BENEZECH, Séverine CAMPAGNA et Julie LESIGNE

Régie Son et Lumière : Jef BARD et Pierre ROBERT

Costumes et Décors : Jef BARD / Chantal ARTIERES / Dany LESIGNE

Chorégraphie et Photographie : Laure ARTIERES

Affiche : Laure ARTIERES et Séverine CAMPAGNA

 

Inscriptions ouvertes pour « En Poussan ta porte » de mai

La prochaine soirée organisée par En Poussan ta porte aura lieu à Poussan le 11 mai avec un spectacle de la compagnie très connue dans les arts de rue “Les 3 points de suspension”. Les réservations sont déjà ouvertes !

11 Mai : 3 Points de suspentions, « La grande saga de la françafrique ».

Infos et réservations : 06 77 54 88 45

https://www.compagnie-surprise.fr/contact

«Tant que les lions n’auront pas leurs historiens, les histoires de chasse continueront à faire l’éloge des chasseurs.»
(Proverbe africain)

« À l’aube des indépendances, Jacques Foccart, futur directeur des affaires africaines, découvre, dans un village abandonné du sud Dahomey, un livre ancestral qui lui procure les pouvoirs maléfiques nécessaires pour établir les réseaux occultes reliant la France à l’Afrique. Ici commence le récit de la course effrénée du pouvoir hexagonal pour garder la mainmise sur les richesses de ses anciennes colonies. »

La Grande saga de la françafrique convie, de 1958 à nos jours, mercenaires, politiciens, hommes d’affaires et travailleurs humanitaires à rejouer, entre tragédie, Incomédie musicale et documentaire, cette partie de l’histoire encore trop méconnue.

En Poussan ta porte : pour Joblard, l’ivresse est toujours plus forte que l’amour

La seconde soirée de la saison “En Poussan ta porte” 2017-2018, déjà la 3ème édition, se déroulait ce 26 janvier !
Cet événement s’annonçait encore une fois particulier car il allait se dérouler dans un caveau, Avenue de Bédarieux, au Mas d’Aimé, chez Philippe Rustan.
poussaDSC_0035 (6)
Au Mas d’Aimé, pour les 3 camarades qui s’occupent de la gestion de la cave, le vin est un produit de la terre, la quintessence de leur terroir amenée jusqu’à vos lèvres ! Car le vin, c’est  un ambassadeur poète, qui parlera bien mieux de leur culture et de leur philosophie que de longs discours !poussaDSC_0046 (5)
Et comme ils le font régulièrement, durant le week-end, ils rencontrent leurs clients régulièrement pour expliquer leur démarche et déguster ensemble car le vin est synonyme de rencontre et de convivialité.
Une soiré pluvieuse mais heureuse s’annonçait car le caveau assez grand allait permettre un très bon déroulement du spectacle, bien à l’abri, pour plus de 110 spectateurs bien concentrés tant le monologue de Joblard allait être intense et autour de l’alcool.
Comme le précisait Mathilde Feurbach, toujours fidèle aux principes de fonctionnement c’est toujours un plaisir de recevoir autant de spectateurs qui vont être surpris..
. »Cette année, nous voulions vous montrer des spectacles parlant de l’altérité, mettant en avant l’homme avec tout ce qu’il a de touchant. Ce spectacle est pleinement dans le thème. Apprêtez-vous à passer une soirée que vous n’oublierez pas de sitôt… »
Coup de cœur de cette année, cette nouvelle création est un coup de poing !poussaDSC_0053 (5)
 Avec une organisation très correcte, un apéritif à l’accueil,  tout allait au mieux  pour que l’on puisse apprécier « Joblard. L’histoire comique de ma vie ratée »
« Joblard veut se foutre à l’eau, ce qui ne veut pas dire qu’il va arrêter de boire. C’est pour ça qu’il est là, face à nous, à faire le bilan de sa vie en attendant d’avoir le courage de rejoindre les canards une bonne fois pour toutes. »
« Au bord du canal de l’Ourcq il recompte la mitraille qu’il a dans les poches et fait le bilan de sa vie, total : 2,20 euros. De quoi se payer un demi. Décidément ça serait dommage de quitter ce bas monde sans se jeter le « Der ». Bien mal lui en prend, son envie de boire va l’entraîner dans une longue succession de déboires. En effet, la « Chôse » réapparaît et avec elle des Russes, des flics, des cadavres et une belle ribambelle de clampins… On a beau vouloir en finir avec la vie, c’est toujours elle qui a le dernier mot.« 
La grande simplicité de ce spectacle (pas d’artifices, pas de mise en scène compliqué, juste un homme, un tabouret et un mange-debout) met en avant un texte d’une puissance énorme. Il nous fait rire en nous racontant la vie de Joblard, pour finalement nous bouleverser et nous porter les les larmes aux yeux…
Jean-Marc Royon, acteur réputé du théâtre de rue frappe encore fort avec se texte issu de son roman Joblard, t’es le meilleur ! poussaDSC_0047 (5)
Cela lui correspond car Jean-Marc Royon est né par hasard en 1972. Très tôt réfractaire à l’effort et à l’autorité il abandonne Hypokhâgne pour se faire comédien. Usant la patience des uns et usé par les projets des autres, il décide de devenir l’interprète de ses propres envies.

Les spectateurs ont donc pu apprécier un spectacle décoiffant, qui, durant prés de deux heures les a pris et ne les a plus quittés, avec un acteur qui captive et qui vit à fond ce qu’il joue pour transmettre ses messages,.

Exceptionnelle interprétation qui fut saluée par de très longs applaudissements, et des félicitations qui ont fait l’unanimité dans le public.

 Joblard t’es le meilleur, Jean-Marc Royon, c’est à lire aux éditions Aaarg!

  Joblard t’es le meilleur c’est une poésie éthylique qui mérite d’être lue et écoutée. Jean-Marc Royon nous y embarque dans les aventures d’Etienne, un alcoolique qui souffre mais qui lutte, un dépressif perdu dans ses propres vapeurs d’alcool. L’on imagine les ballons de rouge, les blancs, les bières et les petits jaunes qui s’enchaînent au comptoir, on savoure les conversations éthylico-philosophiques dans des lieux qui nous semblent grâce à Joblard presque familiers.

Joblard, ancien technicien au théatre Mogador, s’est perdu dans l’alcool. Il se déteste, veut disparaître en se jetant dans le canal mais au fond de lui quelque-chose lui dit qu’il faut survivre…  Mais il boirait bien un dernier petit coup avant.

Il se suicidera plus tard, et décide de repartir vers celle qu’il appelle la « Chôse » et se retrouve plongé dans des aventures rocambolesques et incontrôlables à son niveau.

Entre 2 « cuites » Joblard émerge, essaye de redevenir un bon garçon, celui qu’il était avant. El le tout avec la poésie qui le caractérise avec finesse, sensibilité,

On se laisse porter par ses humeurs et ses rencontres, et quelquefois l’on est transporté à Paris, dans les troquets, suivant Joblard dans ses aventures, dans ses souffrances intérieures car pour lui quoiqu’on en dise, l’ivresse sera toujours plus forte que l’amour.

 

RTT : la Générale ce jeudi 25 janvier

Ce jeudi 25 janvier c’était la Générale pour RTT une pièce de Stéphane TITECA jouée prochainement  par LA COMPAGNIE DU STRAPONTIN :

 RTT : les VENDREDI 2 FEVRIER A 21 H et SAMEDI 3 FEVRIER A 21 H
à la SALLE PAUL VILALTE (BATIMENT MJC). Poussan rttDSC_0026 (8)
« Il s’agit d’une comédie acide et hilarante, sur fond de crème amincissante, d’enfants,
d’adultères, et de ruptures. Une comédie qui décrit sans concession les rapports homme / femme. Aucun des deux sexes n’en sort indemne et il est vrai que cela décoiffe. »rttDSC_0030 (8)

Mise en scène : Séverine CAMPAGNA

Distribution :
Manon ARTIERES, Josette BARD, Amélie BENEZECH, Séverine CAMPAGNA et Julie LESIGNE.

Alors rendez-vous le week-end prochain pour découvrir ce que Cinq femmes en week-end sur la Côte d’Azur peuvent bien partager…

Réservations :
Par téléphone 04 67 18 16 24 (laisser un message au répondeur)…

Par mail : contact@compagniedustrapontin.fr

ou http://www.compagniedustrapontin.fr/formulaireresaspect.html

Prix Martin : le Strapontin jouait pour la Ligue contre le Cancer

LA COMPAGNIE DU STRAPONTIN  interprétait ce week-end sa création « LE PRIX MARTIN » D’Eugène  LABICHE, une comédie  burlesque et hilarante qui  fait un tabac à chacune des représentations !AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAADSC_0021 (16)

L’on y retrouvait  Ferdinand Martin, mari trompé, poussé à la vengeance par son cousin Hernandez Martinez.  Ira-t-il jusqu’à précipiter dans un ravin son vieil ami Agénor dont il a découvert qu’il était l’amant de sa femme ? » Vous ne le saurez que grâce au Strapontin.AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAADSC_0058 (9)

 Le Prix Martin est en effet  une comédie en trois actes d’Eugène Labiche qui  en collaboration avec Émile Augier l’a créée au théâtre du Palais-Royal à Paris le   ce genre de comédie est aussi difficile à jouer qu’une tragédie de Racine. » D’autant qu’Eugène Labiche ne lésine pas sur les moyens : « Une pièce est une bête à mille pattes qui doit toujours être en route. Si elle se ralentit, le public bâille ; si elle s’arrête, il siffle. Pour faire une pièce gaie, il faut avoir un bon estomac. La gaieté est dans l’estomac. ». La pièce est donc de longue haleine, près de deux heures.

Screen Shot 02-02-17 at 08.35 PM 001

 Ce dimanche 21 janvier  à 17 h 30 h c’était pour la bonne cause car le Strapontin jouait devant un salle assez bien remplie afin de remettre un chèque de 400€ à Danielle Bourdeaux, Présidente de la section locale de la Ligue contre le cancer.  ligDSC_0030 (5)Un très beau geste pour aider la Ligue à lutter contre le cancer et à augmenter sa capacité de soins…

 Au sujet de la pièce, Marie-Anne Mouraret avait précisée que si dans sa mise en scène,  restée assez fidèle à la configuration classique, cette comédie traite de sujet « forts » sur un ton humoristique. Il fallait donc avoir deux niveaux de lecture car au 19ème siècle, certains thèmes restaient bien sous-entendus sous peine d’être censurés ou trop choquants comme l’homosexualité ou bien encore la lutte des classes.AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAADSC_0049 (9)

Malgré son âge le Prix Martin réside dans un rapport, à l’amitié, au cocufiage. Derrière le « cinéma » de l’amant, derrière des situations loufoques, il y a analyse sans concession sur la lassitude des émois amoureux.AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAADSC_0050 (9)

L’on y propose la tolérance comme solution en oubliant la réflexion morale. Et le goût bourgeois pour le folklore des Gens qui pour se montrer sont prêts à se ridiculiser. Labiche rajoute du piment tout en finesse en se voulant critique pour ceux qui se croient au-dessus des autres.

Avec une mise en scène de Marie-Anne sobre, assez classique,  le jeu de scène permet aux acteurs de valoriser leurs prestations  tout en s’accordant quelques actualisations.

Du rire, de l’énergie et surtout une attirance vers une scène où se mêle comédie et analyse de comportements qui n’ont rien perdu de leur fraîcheur.ligDSC_0033 (5)

Un très bon moment de théâtre .