Un magnifique gala de danse 2019, avec Carmen

   bnjP1240850          Cliquez sur les photos pour les agrandir.

D’autres photographies : https://www.facebook.com/jeanmarie.philipon/media_set?set=a.2554316661259322&type=3

La MJC de Poussan proposait un gala de danse, ce dimanche 30 juin, au Gymnase des Baux, initialement prévu le samedi mais reporté pour cause de canicule. Et comme la fête de l’école devait se dérouler vendredi, cela aurait posé problème dans la cour de récréation. Depuis quelques jours, les répétitions se déroulaient autour du gymnase en principe le matin. Rien n’avait « fuité ». Les espaces extérieurs devaient être utilisés. Certains locaux aussi, c’était l’effervescence, celle qui motive pour atteindre le haut niveau. Une belle excitation, du stress positif et une adaptation nécessaire pour les danseuses, des contraintes mais aussi une autre organisation ce qui fut synonyme de fraîcheur mais heureusement . Comme pour les années précédentes,  il fallait s’organiser, se changer, trouver des solutions. Ce fut possible et, avec de la bonne volonté toujours dans la bonne humeur pour que la synchronisation soit sans failles. Ce fut le cas avec de nombreux bénévoles qui œuvraient efficacement dans l’ombre.

Comme le précisait Marina Dumonceaud, Directrice de la MJC, « grâce à de nombreux bénévoles amis de la MJC et des membres du Conseil d’Administration, cette soirée de gala a pu avoir lieu  bien que remise pour des raisons météorologiques avec bien sûr l’ade la Mairie, des services techniques et des techniciens au son, à la caméra et à la lumière:bnjP1240811

« Aidée par de nombreux intervenants, la MJC avait donc mis en place une infrastructure digne d’un spectacle de professionnels. Avec de très beaux costumes  costumes confectionnés par Anna Douce Marina, coordinatrice directrice de la MJC, précisait qu’une vidéo serait en vente.

Avec Ivan Rousset, bien aguerri, pour le son et les lumières, toute l’équipe de l’association s’était mobilisée pour ce grand événement.bnjP1240825

Les élèves d’Aurélie Bourrit Asselin, qui a conçu le spectacle et qui anime des ateliers hebdomadaires à Poussan depuis plusieurs années présentaient un spectacle de haute volée. Une organisation sans failles pour proposer au public de l’accompagner dans un beau voyage avec Cendrillon avec bien sûr plusieurs styles de danse, du Modern’Jazz, du rock, un zeste de techno et de la danse classique au programme, en associant aussi toutes les catégories d’âge, des maternelles jusqu’aux adultes. Une recherche de l’unité, un équilibre un « mix » quelquefois qui allait certainement plaire aux spectateurs fidèles, au public composé des familles mais aussi des Poussannais qui ont pris l’habitude de participer à ce gala, chaque année.

Ce spectacle finalisait le travail de danse régulier effectué lors de cette saison à la MJC. Isabelle Maselli, la présidente de la MJC et Marina Dumonceaud, la Directrice, ainsi que de nombreux parents félicitaient Aurélie et les danseuses qui pour que cette soirée soit une réussite avaient tout donné lors des répétitions. Il fallait se transcender maintenant. Mais les enfants n’attendaient que ça et les plus grandes maîtrisaient la chose.

Même la synchronisation fut parfaite car dans l’ombre, tout était écrit et programmé.

Carmen est un opéra-comique en quatre actes de Georges Bizet, sur un livret d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy, d’après la nouvelle Carmen, de Prosper Mérimée. Créée le à l’Opéra-Comique sous la direction d’Adolphe Deloffre.

aujourd’hui Carmen est un des opéras les plus joués dans le monde :bnjP1240819

Selon France Musique :

Carmen c’est avant tout de l’émotion, de l’amour, des trahisons, un crime passionnel, des hors-la-loi… le tout à Séville, dans les années 1820. Tout commence sur une place de la ville, entre la caserne de police et une usine de cigares. Don José est brigadier à la caserne tandis que Carmen, la gitane qui charme tous les hommes (et fait enrager les femmes), y travaille comme ouvrière. Railleuse, elle y provoque une bagarre et finit par marquer avec son couteau une croix sur le front son adversaire : Carmen doit être emprisonnée. Mais le brigadier Don José (pourtant déjà fiancé à une jeune fille blonde et naïve du nom de Micaëla) est ensorcelé par la belle brune et la laisse s’enfuir.

À l’acte II on se retrouve dans la taverne de Lillas Pastia, repère de la pègre, où Carmen chante et danse pour séduire le torero Escamillo. Survient Don José, fou de jalousie pour la gitane dont il est tombé éperdument amoureux. Une bagarre éclate. Mais Carmen reproche à son amant de ne pas l’aimer assez pour déserter et s’enfuir avec elle. Il lui déclare alors son amour et accepte de la suivre dans une scène d’un lyrisme passionné, et introduite par un solo de cor anglais.

Acte III : rien ne va plus entre les deux amants, devenus contrebandiers dans les montagnes alentours. Carmen n’aime plus Don José, et Micaëla (sa fiancée qu’il a quitté) est à sa recherche. C’est alors que Escamillo, le torero bad boy, fixe à Carmen un rendez-vous aux prochaines corridas. Au dernier acte, tout finit de nouveau sur une place de Séville. Aux portes des arènes, la foule acclame Escamillo qui s’avance avec Carmen à son bras. Don José paraît, et supplie Carmen de lui revenir, mais elle le repousse. Résultat : l’amant rejeté la poignarde avant de se rendre à la police.

L’amour est enfant de Bohême…

L’air de La Habanera (acte I) est un des plus célèbres airs de Carmen. C’est aussi le seul thème de cet opéra directement pris du répertoire espagnol .

Lien : https://www.francemusique.fr/opera/tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu-savoir-sur-carmen-de-bizet-34978bnjP1240567

Nous restions à Poussan, ce samedi soir, c’était plus simple, car notre Carmen était bien là.

 Avant qu’elle n’apparaisse, en introduction, des danseuses ayant gagné des concours dans leur catégorie évoluaient avec grâce pour nous montrer l’étendue de leurs compétences. Que ce soit en solo ou en groupe, ces jeunes filles ont de très solides compétences et elles nous le prouvaient. Avec beaucoup  de légèreté l’ambiance était donnée . bnjP1240571

L’on était emporté dans l’Andalousie. Les Ados et les pré-ados, le groupe Éveil, les CP  et les CM1 CM2 , nous faisaient plonger avec naturel et simplicité dans le rêve et . Nous allions être enveloppés peu à peu par une ambiance sévillane , par l’énergie de chacun des groupes, par des jeunes danseuses évoluant comme des pros sur des rythmes  soutenus et des petits bien dans leur corps oubliant le public en restant décontractés. bnjP1240661

Des rues de Séville , aux Bohémiennes que nous rencontrions, nous étions bien partis dans une ambiance de feu.

Du naturel pour les danseurs mais aussi le souci de donner le meilleur, de se transcender comme toujours avec des garçons aussi l’aise que les filles.bnjP1240741

.Impressionnantes par leur grâce et leur technicité, les Ados et Pré-Ados nous permettaient d’assister à la rencontre de Carmen avec Don José. bnjP1240761

Le public était captivé, pas un mot, il était concentré sur la scène se laissant emporter ans cet univers avec des adultes maîtrisant à merveille leurs chorégraphies, des danseuses qui se dépassaient des Cps jusqu’aux adultes.bnjP1240796

Une pause avait permis à chacun de respirer un peu pour pouvoir mieux poursuivre cette formidable aventure. .L’intensité du spectacle était soutenue tandis que les très belles chorégraphies avec une exploitation maximale de l’espace scène rajoutaient du mouvement à l’ensemble. Et quelquefois, l’action se jouait même sur l’avant-scène. Les Ados et les Adultes prenaient le relais pour accentuer le caractère exceptionnel du moment, avec une rencontre avec le toréador puis avec Don José libéré. Mais la jalousie va s’instaurer.


Le spectacle allait atteindre un sommet entre l’arrivée du Toréador, puis la folie de Don José pour se conclure par la Mort de Carmen.bnjP1240776


Les enchaînements avaient été instantanés et le spectacle intense de très grande qualité.

Toutes les danseuses et danseurs y avaient mis du cœur pour enchanter un public subjugué qui applaudissait longuement sans retenue.bnjP1240861

Ce Bonheur d’avoir partagé presque 3 heures de scène pour les 150 danseurs (ses) allait se poursuivre jusqu’au bout avec des fleurs, des applaudissements nourris et des félicitations envers les danseuses et leur professeur. Aurélie avait le mot de la fin en remerciant les parents pour leur implication et les enfants pour leur admirable participation et leur naturel ainsi que leur leur sérieux à toute épreuve.bnjP1240865

Félicitations aussi à tous ceux qui ont œuvré pour présenter un aussi beau spectacle dont on retiendra outre les chorégraphies et la grâce des danseuses leur joie et leur plaisir d’avoir pu se produire devant un public si nombreux mais aussi cette année une variété de musiques et de tendances entre opéra et variété, entre classique et moderne, qui a su satisfaire une belle palette de spectateurs.

Que du plaisir et des moments inoubliables qui sentaient bon la fraîcheur, celle de la jeunesse, celle de la création et celle des liens qui unissent les élèves à leur professeur qui sait toujours leur donner de multipes moyens pour aller jusqu’au bout de leur passion…

Les commentaires sont fermés.