Des vendanges conviviales à Poussan

Les bennes  circulent sur les routes et sur les chemins tout autour de Poussan. Très tôt, ce lundi matin, l’on pouvait identifier le son particulier émis par les moteurs des machines à vendanger. Pour les viticulteurs qui en utilisent elles tournent à plein régime. rinsaP1280699

Ce mardi, pour François, c’était tout autre chose bien que pour certaines parcelles il vendange lui aussi avec la machine. Pour des ses Syrah, sur un demi hectare,  il préfère vendanger à la main avec quelques amis car  suite à la canicule il doit porter beaucoup d’attention aux grappes, un traitement particulier, à l’ancienne avec des sécateurs pour enlever des grains qui ne sont pas bien développés.rinsaP1280701

D’après les mesures du degré, cela devrait donner du 13°5.  Ce sont les cave qui fixent les jours d’ouverture en fonction des cépages. Et aujourd’hui, pour François qui est rattaché à « Ormarine », il fallait s’y mettre et amener sa benne bien remplie à Villeveyrac qui s’occupe des « rouges ». Car « Ormarine » regroupe les caves coopératives de Villeveyrac, Pinet, Florensac, Cournonterral et d’autres caves qui sont venues se rajouter.

Dans quelques jours, François et ses amis s’y remettront pour les « rosés », en adaptant toujours le mode de vendanges à la structure et à l’état de ses vignes, mais aussi aux contraintes techniques, économiques et qualitatives.rinsaP1280695

Les vendanges se poursuivent sous le soleil

A un rythme régulier, la récolte des viticulteurs de Poussan est rentrée sans soucis météorologiques. Pour ceux qui sont coopérateurs à la cave coopérative des Terroirs de la voie Domitienne, tout est programmé lors de réunions en fonction des cépages et des prélèvements effectués.

  oibP1280456 (1)Après les Chardonnay, c’est actuellement les Merlots et les Syrah et petit à petit ce seront les grenaches, les Carignan et d’autres cépages peu répandus.

Toujours un gros déficit en quantité mais un bon degré entre 13 et même du 15 quelquefois…

A noter que le samedi les vendanges sont en principe réservées au Bio, à la Cave, ce qui correspond aussi à une demande croissante des consommateurs..oibP1280479

A Poussan Frédéric Fabre développe cette culture sachant qu’il faut 4 ans de bio pour être homologué. Cette année son Merlot est déjà en conversion deux (années) à la Faïsse…

Poussan, une petite récolte se confirme

Pour les coopérateurs des Terroirs de la Voie Domitienne et donc pour de nombreux Poussannais viticulteurs ou possédant des vignes les vendanges ont débuté.  gregP1280461Après un 1er ramassage des Sauvignon blancs avec une seconde partie selon le stade de maturité des grappes, cette semaine ce sont après les Chardonnay bio tous les autres cépages, avec surtout des Syrah et des Merlot d’au moins 13°.gregP1280468

Côté degré pas de soucis, mais ces premières journées confirment ce que l’on attendait : « Les baies et les grappes sont petites suite à la canicule qui a fait du mal et au manque d’eau en août.  Il faut s’attendre à 30% de moins par rapport à une année moyenne et au moins le double en pourcentage par rapport à la récolte de 2018. »gregP1280471

Le programme à venir sera défini ce mardi 3 au soir…

.

Les vendanges pour les coopérateurs des Terroirs de la Voie Domitienne

Cluster, Raisins, Grain De Raisin, SyrahPour les coopérateurs des Terroirs de la Voie Domitienne et donc pour de nombreux Poussannais viticulteurs ou possédant des vignes les vendanges vont se développer progressivement en fonction des prélèvements effectués et donc de la maturité des raisins .

Pour l’instant, il est prévu pour les coopérateurs qui sont concernés un 1er ramassage des Sauvignon blancs dès ce jeudi 29 août avec une seconde partie selon le stade de maturité des grappes, la semaine prochaine.Raisins, Vin, Vigne, Vignoble, Fruits

Pour les Chardonnay bio ce sera samedi 31 août, puis en fin de semaine prochaine tous les Chardonnay.

Pour tous les autres cépages, en fonction du degré ce sera à partir du lundi 2 avec à priori des Syrah et des Merlot d’au moins 13°.

A partir du mardi 3 au soir un nouveau calendrier sera établi, toujours en fonction de la maturité des raisins.

Début officiel des vendanges à Poussan.

Pour les viticulteurs poussannais, ce mercredi marquait le départ officiel pour les vendanges. Ouverture générale pour les caves Ormarine et pour celle des Terroirs de la Voie Domitienne.verDSC_0013 (12)

Avec les dernières petites pluies, la chaleur, et avec une maturité précoce pour les raisins les viticulteurs coopérateurs à Ormarine avaient déjà commencé il y a quelques jours.Pour ceux des Terroirs de la Voie Domitienne, si la cave avait fait rentrer les Sauvignon blancs, à partir d’aujourd’hui c’était bien lancé avec les Chardonnay puis avec d’autres cépages en fonction des échantillons analysés. Les Merlot devraient être concernés très rapidement. Un très bon degré : entre 13° et 14.verDSC_0018 (11)

La vigne a souffert mais elle résiste

Au niveau phénologique, la vigne en est actuellement au stade de la véraison, avec 10 jours de retard par rapport à une année 2018 un peu précoce mais cela la place donc dans un cycle normal, celui des dernières décennies, pas de soucis à ce niveau. Les raisins « tournent » et changent de couleur. Le coup de froid du mois d’avril a tout décalé…  gnacP1260282« Il faut s’attendre donc à des vendanges en septembre mais pour les viticulteurs qui ont été impactés par la canicule elles auront un goût un peu amer… »

La forte canicule de fin juin a laissé des traces. Il manquera des grappes. Des parcelles ont été particulièrement touchées avec des cépages comme le Syrah et le Carignan, plus sensibles que le Cinsault et le Merlot. Une baisse de production suivant les parcelles entre 20 et 80 %, les vignes sur les coteaux exposés au soleil ayant été particulièrement impactées.

gnacP1260284« Si une pluie le 15 août serait la bienvenue, si l’on peut l’espérer, il faut surtout protéger les feuillages pour les nouveaux plantiers car ceux-ci continuent à pousser jusqu’au mois de septembre ».

Mais en ce moment,l’on traite surtout contre le ver de grappe qui est un ravageur de la vigne de l’ordre des lépidoptères. Le papillon mesure de 5 à 8 mm de long et de 10 à 13 mm d’envergure : il est légèrement plus petit que cochylis. Il possède une touffe d’écailles sur la partie dorsale du thorax. Les ailes antérieures sont bleutées avec des taches sombres et les ailes postérieures sont grises. Et il faudra s’occuper de la cicadelle de la flavescence dorée (La cicadelle de la flavescence dorée qui ne cause aucun dégât direct mais elle est vectrice du phytoplasme de la flavescence dorée. Cette maladie cause aux ceps infectés des symptômes graves, décoloration foliaire, non aoûtement des bois, dessèchement des bois entraînant la mort du cep.) ainsi que contre le ver de grappe (papillon, dont la taille varie selon 3 espèces). »gnacP1260285

Question météorologie, que le beau temps continue sans chaleurs excessives.

Rendez-vous fin août début septembre pour commencer à préparer les vendanges.

 

 

Ils font chanter le vin

Sébastien Durand et Franck Rudelle deux hommes à la base d’un projet innovant permettant à une cave de monter en gamme, valoriser son image et marquer sa notoriété grâce à leur technique…
Ils ont eu l’idée de tenter une expérience au fond de leur garage avec quelques hectolitres de vin, dans deux cuves, une équipée de musique, l’autre non. S’apercevant qu’après fermentation, le vin obtenu était bonifié par la musique, ils ont tenté l’expérience à plus grande échelle à la Cave des Terroirs de la Voie Domitienne à Cournonsec, puis au Domaine de l’Octroi en Agde.swing-it-2

Parallèlement, ils ont fondé leur société, « Swing it », une start-up de Poussan, « Swing It«  , pour lancer cette vinification musicale, avec un protocole effectif durant la fermentation (3 semaines) afin d’agir sur les organismes vivants, les levures, qui contribuent à révéler les arômes et qui apportent une plus grande typicité ainsi qu’une structure gustative plus complexe et plus riche. « Dans de nombreuses régions, la Musique est connue pour ses effets bénéfiques sur le monde animal et végétal. Il nous fallait l’essayer sur les fameuses levures. Et le constat fut à la hauteur des espérances car les qualités organoleptiques du vin obtenu étaient supérieures à celles des autres vins » précisent-ils.

Un procédé scientifique

Comme chacun sait, la musique comme tous les sons est constituée d’énergie acoustique due aux vibrations du milieu parcouru. La fréquence des sons audibles par l’oreille humaine va de 16 hertz (son très grave) à 16 000 hertz (son très aigu) en dehors de cette plage, on trouve les infra-sons et les ultra-sons qui eux aussi peuvent être émis par les instruments de musiques mais ne sont pas perçus par l’homme. Le son se propage particulièrement bien en milieu aqueux et donc dans le vin. L’atténuation due à l’absorption et à la diffusion est beaucoup plus faible pour les ondes acoustiques que pour les ondes électromagnétiques. Chaque musique est donc associée à un ensemble de fréquences de vibration dont les effets sur le milieu traversé sont spécifiques.
Une mystérieuse alchimie des ondes se superpose ainsi à l’alchimie de la vinification, l’art de la musique bonifiant l’art du vigneron. Une mystérieuse alchimie des ondes se superpose ainsi à l’alchimie de la vinification, l’art de la musique bonifiant l’art du vigneron. A musique différente, ondes et effet différents. Si la musique classique a été concluante à Cournonsec (Quatre saisons de Vivaldi), en Agde ce fut du Jazz.

Un procédé breveté

Beaucoup de personnes ont encore du mal à admettre l’impact de la musique sur la qualité du vin. Pourtant des tests de dégustation menés en aveugle et des analyses organoleptiques le prouvent.
Travaillant avec des chercheurs et des spécialistes dans les domaines musical et scientifique, Swing-it a pu déposé un brevet sur la base d’un solide dossier, étayé par des expériences concluantes. La jeune société pionnière désire maintenant aller plus loin, elle optimise son procédé avec des moyens techniques très élaborés et des capteurs connectés pour mesurer les paramètres à contrôler.

Un procédé innovant à fort potentiel

Certains voient déjà dans le procédé Swing-it une innovation aussi porteuse de développement en terme de qualité et de marketing que ne le fut il y a quelques années celle du conchyliculteur Tarbouriech avec le procédé d’exondation des huîtres.

« Nous recherchons donc des partenaires pour continuer » précisent les dirigeants de la start-up ajoutant que « si certains sont prêts à tenter l’aventure avec nous, dans la Région que nous aimons, nous sommes prêts, car cette technique a de l’avenir.  »

L’aventure commence mais le parcours sera difficile. De même que Tarbouriech à ses débuts a eu du mal à être crédible auprès des conchyliculteurs, Swing-it rencontre encore beaucoup de scepticisme chez les viticulteurs.

Pourtant, comme pour Tarbouriech, il y a gros à parier qu’une fois encore, et presque par définition, les modernes l’emporteront sur les anciens. Sébastien et Franck, ces précurseurs qui font chanter le vin, finiront par être reconnus.

Pour en savoir plus :
Facebook : Swing it – Le vin qui chante
Tel : 06.84.11.77.45

Pour la vigne, à Poussan, le début du printemps a compliqué les choses

A Poussan, comme en témoigne Lionel, viticulteur, la récolte de l’an dernier a été très bonne pour ceux qui ont pu préserver leurs parcelles du mildiou.

Mais le manque d’eau de cet hiver n’a pas permis à la vigne après avoir bien « donné », de se refaire une santé.nelioP1220140 

Même en sous-sol, les réserves hydriques sont très faibles, et ce à quarante jours de l’été.

« Le vent du nord asséchant l’atmosphère cela accentue l’effet de sécheresse en surface ».

Il faut savoir qu’en février les bonnes températures et l’ensoleillement ont permis à la vigne de démarrer précocement.nelioP1220139

Malheureusement, mars et avril frileux ont retardé le développement de cette dernière.Actuellement, au stade dit « des grappes séparées », même si certains bourgeons sortent encore, il y a des irrégularités dans le cycle de développement de la vigne.

Le processus sera guidé par la météorologie des semaines à venir.

Au Domaine de Roquemale, la passion tout d’abord

roqueCapture

Le Domaine de Roquemale s’étend à Villeveyrac, au pied des éoliennes, entre l’ancienne mine de bauxite et les garrigues plus au nord. Un site magnifique. Le fameux viaduc qui caractérise le site vous montre le chemin à suivre. La Nature est reine à cet endroit : entre les figues de barbarie, les plantes de la garrigue toute proche, le fenouil, les olives et la vigne, tous les sens sont en éveil et surtout au petit matin.

 roquelmoCapture

Pour Valérie et Dominique,  vignerons de Villeveyrac propriétaires de Roquemale, depuis fin août c’est le temps des vendanges. Cette année encore, les maturations avançant, les vendanges ont pu démarrer il y a plus de 3 semaines. Des matinées, surtout pour les Blancs.

roquezrCaptureAvec certains jours sans vendanges, si nécessaire, pour attendre le meilleur moment.
Si leur production de vin est labellisée Agriculture biologique c’est bien parce qu’ils acceptent toutes les contraintes relatives à ce genre de production.

Mais quelle récompense avec des vins qualifiés de structurés et élégants, très frais, digestes !
Les Terrasses, Sans Filet ou le les Rocs Blancs seront excellents pour l’apéritif ou sur de petits plats, tandis que les rouges plus structurés Les Grès, Lema ou Mâle, s’associeront parfaitement avec une pièce de viande.

Que de travail en amont :   si les cépages du domaine sont la Syrah, le Grenache, le Cinsault, l’Alicante, le Mourvèdre, la Marsanne, la Roussanne, le Vermentino, le Grenache Blanc, et le Viognie, Roquemale ou « Mauvaise Roche », est un berceau idéal pour des vignes qui produisent peu de raisins mais avec une très bonne maturité.
Valérie nous précise que ce qui compte ce n’est pas spécialement le degré au moment de la cueillette manuelle, mais les conditions dans lesquelles l’on procède, plutôt avec de la fraîcheur,  ou au petit matin en surveillant la maturité phénolique. Ainsi, ils pourront conserver l’intégrité des baies et apporter à leur vin le maximum d’arômes. Souvent chaque parcelle est vinifiée séparément.

Avec leurs 10 cépages, Dominique et Valérie sauront tirer le meilleur du Millésime grâce à des assemblages. Mais auparavant il faut égrapper, légèrement fouler ou presser, tester. Après, entre la durée des macérations en cuve et les élevages en cuve ou tonneau, une longue alchimie va s’opérer dans la cave pour donner aux vins la structure souhaitée.

roquzP1140418

Et Dominique est intarissable sur ce sujet qu’il maîtrise très bien depuis bien des années, d’autant qu’il agit avec passion et amour pour donner le meilleur de sa récolte.

roquzP1140404« Pour les rosés et les blancs, c’est toujours avant 10 h à cause de la chaleur sinon nous vendangeons en fonction de chacun des cépages en terminant par les tardifs. Les Mourvèdre pour finir. Sur le site, ou En cave, l’on suit l’évolution dans les vignes par des prélèvements, en observant l’évolution du degré, de la maturité, mais aussi en regardant et touchant la grappe et même les pépins. Nous rentrons en cave, cépage par cépage, et ce mercredi matin ce sera pour du rosé. »

Le Domaine possède du matériel adapté et récent.

La benne équipée d’une vis sans fin arrive donc remplie de raisins.

Grâce à un système hydraulique, la benne se met à niveau,  sa vis se met à tourner (système électrique), elle se surélève et les grappes vont se diriger vers l’égrappoir pour retirer la rafle et ne laisser que les grains. Si la rafle retournera au sol, dans les vignes, pour l’enrichir, le reste prend la direction des cuves pour les rouges ou du  pressoir pneumatique pour les blancs et les rosés.

Car les rosés et les blancs vont fermenter liquides. A l’opposé les rouges fermentent avec les grains, la pulpe et les pépins et vont macérer de 5 à 20 jours .Cette période permet d’extraire, les arômes, les  polyphénols, les anthocyanes, les tanins …..

 « Les tanins sont des substances végétales de la famille des polyphénols, le plus souvent hydrosolubles, d’origine végétale et qui possèdent la capacité de précipiter les protéines, alcaloïdes et polysaccharides, à partir de leur solution aqueuse. et Le tanin dans le vin est une combinaison organique d’acide tannique et de glucose. Du point de vue chimique, les tanins sont des composés phénoliques de natures différentes selon qu‘ils se trouvent dans les tigelles, la peau, les rafles ou les pépins. »

Ensuite rajoute Dominique : « Le processus est le même depuis des décennies mais avec des outils plus modernes qui nous permettent de mieux maîtriser les choses. C’est ainsi que l’on peut ralentir la fermentation alcoolique grâce au froid avec des « drapeaux », des blocs réfrigérants en inox plongés dans les cuves qui  refroidissent les liquides jusqu’à 12°C. D’autre-part cela permettra aux dépôts d’aller au fond de la cuve, avec un jus clair à partir de 24 ou 36 h.

roquzP1140410

L’on reste très vigilant en contrôlant la fermentation au moins deux fois par jour avec un mustimètre qui est est un densimètre utilisé par les vignerons pour évaluer le taux d’alcool probable de leur vin. (http://webetab.ac-bordeaux.fr/Etablissement/LJRudel/svt/sxp-98/98s1b.htm). Et deux fois par semaine l‘oenologue passe pour réaliser des analyses sur la plupart des cuves. En outre, à tous les niveaux, la dégustation est primordiale pour vérifier que tout se passe bien et intervenir si nécessaire. »

Il faudra compter environ une semaine pour les rouges et 15 jours pour les rosés.

Pour les rouges, il faudra bien-sûr décuver à la fourche, presser et on obtient ainsi un jus de coule et un jus de presse que l’on assemble ou pas !

Dominique laissera ensuite vieillir le tout en réalisant régulièrement des analyses. Si le plus dur est fait, le plus fin reste à venir avec des assemblages qui permettront d’obtenir en principe le vin désiré, sachant que d’une année sur l’autre avec la même composition, le vin n’aura pas les mêmes propriétés (Météo, quantité, degré, fermentation… Font la différence… D’où de bons et d’excellents millésimes.

roquzP1140415« En fin de compte, nous sortirons 8 cuvées différentes de la cave. Chacune a ses caractéristiques et pour l’instant elles sont toutes appréciées. » Conclut Dominique qui est toujours en lien avec Valérie par téléphone pour gérer le temps et la logistique. »

Nos vignerons sont de vrais artistes qui grâce à la palette de leurs cépages sauront créer des oeuvres qui de plus, pour notre plaisir, pourront être appréciées par nos papilles et les éveiller. Cette année encore,  grâce au micro-climat qui caractérise leurs 12 Ha, avec un mildiou assez bien maîtrisé et une météo clémente durant ces vendanges,  Valérie et Dominique sont confiants quant à la qualité de la récolte. Une palette haute en couleurs certainement.

Pour en savoir plus : DOMAINE DE ROQUEMALE

http://www.notrecave.com/41_domaine-de-roquemale?gclid=CLD42tjrgc8CFQaNGwod_00Jow

Dominique IBANEZ & Valérie TABARIES

34560 VILLEVEYRAC – France

A Poussan, de bien belles vendanges

gniP1130529  Des conditions idéales en ce moment pour des vendanges qui sont correctes en quantité, mais exceptionnelles au niveau du degré.

« Que cela continue », précisent les viticulteurs poussannais, du moins ceux qui ont pu grâce à des traitements raisonnés passer au travers du mildiou qui a été galopant cette année.gniP1130522

« Pluie du printemps et humidité ensuite, conjuguées avec chaleur » ont donné un résultat bien satisfaisant, et si l’on ne peut comparer avec la récolte de l’an dernier (gel), celle de 2018 s’annonce bien satisfaisante avec des « Merlot » et des « Syrah » qui oscillent entre 14° et 15° et qui ont produit un maximum du côté de l’Olivette.

D’excellentes conditions qui motivent les viticulteurs. Si à partir du 10 septembre, avec l’ouverture générale de la cave des Terroirs de la Voie Domitienne, chacun pourra vendanger en fonction de la maturité de la vigne dans ses parcelles, pour l’instant l’on suit un programme établi et vendredi ce sera une matinée spéciale pour le « Rosé » avec la récolte des « Cinsault, grenaches et Caladoc », ce dernier étant un croisement obtenu en 1958 entre le grenache noir et le côt ou malbec.gniP1130527

« Le Caladoc donne un vin de garde très corsé et typé, rond, chaleureux, avec une couleur intense et une structure tannique très intéressante : les tanins très présents sont à la fois souples sans amertume et fins. Il permet également d’obtenir des vins rosés, fruités et équilibrés. Propension toutefois a une acidité volatile. Arômes de framboise, épices, … »

Que le temps se maintienne et tout ira très bien…GNI