Jusqu’au 30 juillet, de Léonard à Andréa

« Toute connaissance commence par les sentiments ».
C’est ainsi que débute l’histoire d’amour entre un génie, peintre et homme de science italien, Leonardo di ser Piero da Vinci et un architecte toscan de Larciano Andréa Néri.neri 05 05 17 3
Léonard de Vinci est né le 15 avril 1452 dans les environs de Vinci, un petit village de Toscane, en Italie, près de Florence, à seulement 5 kms de Larciano où vit Andréa Néri.
Andréa a toujours vécu dans le milieu du bois. Dans son atelier d’ébénisterie, son père a appris à ses quatre enfants à construire leurs propres jouets. Lui-même construisait ses machines à bois. C’est dire que dans cette famille, le travail du bois et l’amour pour cette matière prédominaient.
«Nous sommes nés dans la sciure de bois», s’amuse à dire Andréa. Au départ Andréa
a créé un pistolet, puis passionné, il s’est penché sur des réalisations plus complexes, des maquettes d’avion, de maison, de bateau comme le Titanic. «Si je n’avais pas consommé autant de bois quand j’avais 13 ans, se souvient Andréa, mon père serait
riche aujourd’hui !».
Puis vint l’amour d’une toute autre discipline, le basket. En jouant à un niveau professionnel, il n’avait alors plus de temps à consacrer au modélisme. Il faut vous dire qu’Andréa mesure 2m, il était donc prédestiné à ce sport !neriCapture
Une rencontre et 150 maquettes plus tard :  Adulte Andréa a toujours cette passion
pour le modélisme. Tout comme Léonard de Vinci, il aime dessiner, il aime comprendre, observer et expérimenter. Il va regarder tout ce qu’il peut améliorer de l’intérieur et décortiquer le fonctionnement d’un objet. Il aime également pardessus tout, l’histoire du Moyen-âge. Alors, avec son frère Alessandro, il intègre un groupe médiéval. Ils vont alors tous deux, rechercher les techniques, les costumes, les tissus de l’époque. Ils vont aussi se mettre à construire leurs propres «machines de guerre» comme la catapulte ou la baliste.neri 05 05 17 2
Ils vont également apprendre à tirer à l’arc en respectant en tous points les techniques
de l’époque. En plus de ce loisir, Andréa devenu architecte (on s’en serait douté,
tant il aime l’histoire et tant il aime construire), va participer à la rénovation du château de Larciano et même prouver à tous que cette bâtisse avait à l’époquequatre tours. Il va aussi se remettre au modélisme. Sa collection compte aujourd’hui 150 maquettes. Et comme son père, il imagine les outils et améliore les machines dont il a besoin pour ses créations. Il a d’ailleurs une foultitude de petits instruments minuscules pour travailler. Et l’on se demande comment avec ses «mains de charpentier», il arrive à concevoir des pièces infiniment petites avec une habileté, une finesse et un geste extraordinairement précis. Une rencontre avec le professeur Carlo Pedretti, historien de l’art Italien, l’un des meilleurs experts actuels de la vie et des œuvres de Léonard de Vinci, va permettre à Andréa d’avoir une autre vision des dessins du génie. Ensemble, ils vont étudier et interpréter les dessins. «Chacun avait sa propre interprétation, explique Andréa, tant historique que technique. Il nous a fallu également nous replonger dans l’univers de l’artiste et dans l’histoire pour ne pas commettre d’erreur dans la construction des maquettes. Impossible par exemple d’utiliser des vis car elles n’existaient pas à l’époque».neri 05 05 17 1
Une exposition incroyable. C’est lors d’une de ces multiples rencontres avec le comité de jumelage et notamment lors d’un dîner avec Nicole Zanetti, professeure au collège de Poussan, qu’est née l’idée d’exposer ici à Poussan, l’intégralité des maquettes représentant les dessins de Léonard de Vinci, réalisées par Andréa. «J‘avais 50 maquettes à exposer, explique Andréa, et en lisant le dossier de présentation de l’exposition, j’ai vu que vous aviez présenté des modèles que je n’avais pas encore construits. Alors pendant trois mois, j’ai vécu, mangé, dormi Leonardo Da Vinci,
pour présenter sept maquettes de plus. Ce n’était pas facile car il faut savoir que le
peintre a fait des dessins sans aucune proportion et qu’il faut donc entrer en quelque sorte
dans son cerveau pour comprendre l’objet et son fonctionnement». Pari tenu, 57 maquettes sont arrivées à Poussan. »neri g 060517
Lorsqu’Andréa a découvert l’exposition pour la première fois, il a été très ému.
«Je n’avais pas de mots, je suis resté bouche bée. L’émotion a été immense, jamais je n’aurais pensé que cela serait aussi beau. Ce fut une très belle surprise. Merci »
. Et si, comme le dit Léonard de Vinci, «toute connaissance commence par les sentiments», alors ici à Poussan, au foyer des campagnes, nous allons tous être riches de ces sentiments tant l’amour, la passion et l’émotion sont présents autour de chacune des maquettes d’Andréa. Merci à vous l’artiste.
Nathalie Chauvet
Foyer des Campagnes de Poussan
Jusqu’au 30 juillet (le samedi et le dimanche : 10h/12h et 15h/19h – Foyer des campagnes à Poussan

Gigean : la 10ème Foire aux Ânes

Foire aux Ânes​ au Jardin-Public à partir de 9h

 

Programme de la 10ème foire aux ânes le 30 juillet 2017 de 9h à 19h à Gigean au profit de l’association Espoir Pour Un Enfant.

Vente et exposition ânes poneys chevaux chèvres poules etc…

Balades à dos d’Âne

Spectacle équestre

Repas en musique

Spectacles et interventions diverses

Jeux de société avec Arts et Jeux pour les enfants

Recherche de foulards

Pour la décoration du site du Festival d’Arts et d’Agapes le 10 septembre 2017
Nath’, la chef décoratrice, récupère foulards et  chutes de tissus colorés.
Vous pouvez la joindre directement par mail à cette adresse : nathaliedesbrueres@orange.fr.
Merci pour votre participation.

Déambulation au JAM avec l’artiste Guët

Le jeudi 27 juillet de 17 h 30 à 18 h 30 a lieu au Jardin Antique Méditerranéen, une déambulation dans le jardin avec l’artiste Guët et des artistes musiciens pour découvrir l’exposition « Jardin Artistique en mouvement » d’une manière musicale !jamCapture

Celle ci est gratuite, et s’adresse à tout public.

Nombre limité à 25 personnes. Inscription au 04 67 46 47 92 ou jam@thau-agglo.fr

Laissez des mémoires pour Traces#1, d’Arts et d’Agapes

En vue de la création du spectacle d’ouverture du Festival d’Arts et d’Agapes du 10 septembre 2017, une collecte de paroles est réalisée par le Théâtre des Origines.
Des boîtes de recueil ont été mises en place à la mairie et au bar « Chez José », afin de recevoir ces évocations. 
Isabelle, comédienne du Théâtre des Origines viendra relever les boîtes et discuter avec les poussannais sur le marché ce vendredi 30 juin :
Ecrivez un souvenir, une mémoire, une anecdote sur votre vie à Poussan, 
un moment de fête ou de tristesse, un lieu ou quelqu’un qui vous a marqué.
Vos mémoires ici récoltées seront présentes et inspirerons  « Traces # 1″ ,le spectacle d’ouverture du Festival d’Arts et d’Agapes créé avec la population par le Théâtre des Origines le 10 septembre 2017.
Pour participer au spectacle et en savoir plus rendez-vous :
Réunion d’information le mercredi 23 Août à 18h30 Jardin de la grotte (Lieu sous réserve, sera confirmé avant la réunion),
Pour des ateliers de préparation aux Halles de Poussan de 14h à 16h30 les samedi 26 Aout et dimanche 3 septembre 
Et pour une répétition générale départ des Halles samedi 9 septembre à 18h
Inscriptions recommandées et renseignements par mail:  theatre.des.origines@gmail.com 
ou sur la fiche d’inscription disponible à l’accueil de la mairie de Poussan.
N’hésitez pas à participer !