Soins de proximité par les pharmaciens : ce qui change

Illustration 1Crédits : © Santé publique France

Illustration 1

Au-delà de leur responsabilité traditionnelle dans la distribution des médicaments, les pharmaciens ont un rôle croissant dans l’accès aux soins de proximité : accompagnement, information et prévention. Ils peuvent également être rémunérés pour participer au dépistage de maladies infectieuses et à la coordination des soins.

Le décret du 3 octobre 2018 définit 5 domaines d’intervention du pharmacien d’officine pour permettre un meilleur accès aux soins de ses patients. Le pharmacien peut :

  • mettre en place des actions de suivi et d’accompagnement pharmaceutique garantissant ainsi le bon usage des médicaments et le suivi de l’observance (analyse des informations relatives au patient et à l’ensemble de ses traitements) ;
  • participer à des actions de prévention et de promotion de la santé parmi les domaines d’action prioritaires de la stratégie nationale de santé : campagnes de sensibilisation et d’information sur des sujets de santé publique.

Par ailleurs, il peut être rémunéré pour sa participation :

  • à des actions d’évaluation en vie réelle des médicaments, des dispositifs médicaux et de l’innovation thérapeutique ;
  • au dépistage des maladies infectieuses et des maladies non transmissibles ;
  • à la coordination des soins en collaboration avec l’ensemble des professionnels concourant à la prise en charge du patient.

Pour ce faire, les pharmaciens d’officine doivent remplir certaines conditions : respecter la confidentialité des échanges avec le patient et, pour cela, disposer de locaux permettant « un accueil individualisé », se former et actualiser leurs connaissances. Enfin, avec l’accord du patient, ils doivent intégrer les informations dans son dossier médical partagé (DMP) et assurer un retour d’information au médecin traitant.

Ordinateurs, tablettes, smartphones : contre les rançongiciels, que faire ?

Illustration 1Crédits : © Lozz – Fotolia.com

Illustration 1

Vous venez de lancer sur votre ordinateur, votre tablette ou encore votre smartphone un programme malveillant ? Et votre appareil est maintenant bloqué à cause d’un rançongiciel (ransomware) qui vous réclame de l’argent pour retrouver un usage normal de votre appareil ? Que faire ? Service-public.fr vous explique comment réagir !

En cas de blocage de votre ordinateur, tablette ou smartphone à cause d’un rançongiciel , il vous est demandé de fournir une certaine somme d’argent en échange de la clé de déchiffrement qui devrait permettre de restaurer les fichiers rendus inaccessibles (documents de travail, photos de vacances, musique…). Face à cette situation, Service-public.fr vous recommande :

  • de signaler d’abord le chantage dont vous êtes victime en ligne sur le site www.internet-signalement.gouv.fr  ;
  • et de porter plainte au commissariat ou à la gendarmerie.

Pour vous aider ensuite face à ce type de situation, Service-public.fr vous recommande de consulter le site www.nomoreransom.org , véritable interface entre les victimes et les fournisseurs d’outils et de solutions pour le déblocage et/ou le déchiffrement de vos fichiers bloqués.

 

  Rappel :

Néanmoins, avant tout problème, pensez à protéger vos appareils :

en installant un antivirus et ses mises à jour ;

en mettant en place un logiciel anti-spam ;

et en nettoyant régulièrement votre appareil de ses fichiers temporaires.

De la clinique de l’infertilité aux rendez-vous du désir avec le Docteur Reboul

Vendredi 9 novembre 2018 à 18 h 00, rencontre avec Jean Reboul qui présentera son dernier livre, « De la clinique de l’infertilité au rendez-vous du désir » au Editions Erès en collaboration avec les librairies Sauramps.

A l’Auditorium du Musée Fabre – 39, Boulevard Bonne Nouvelle 34000 Montpellier

Entré libre

Jean Reboul est médecin gynécologue, docteur en psychologie et en biologie humaine, ancien chef de clinique à la Faculté. Il est aussi psychanalyste membre de l’École de la cause freudienne (ECF) et de l’Association mondiale de psychanalyse.

Jean 2

Son dernier livre « De la clinique de l’infertilité aux rendez-vous du désir » est un essai clinique personnel, qui se lit comme un roman, sur le mystère du commencement, l’énigme du féminin, le mystère de l’amour et celui de la vie…

jean2Capture

« A partir de l’histoire clinique d’une femme infertile confrontée au paradoxe de son désir d’enfant et de son désir d’être mère, l’auteur, gynécologue et psychanalyste, témoigne des effets déterminants d’une rencontre. Formé aux biotechnologies les plus avancées, il montre que seule la reconnaissance de l’effet du langage comme extérieur au corps permet de comprendre pourquoi dans l’expérience clinique médicale, il y a un hiatus entre la cause et l’effet qui va à l’encontre d’un déterminisme supposé. »

                                                                                                   Jean Reboul

L’écriture de cet essai est du pour Jean Reboul a une une nécessité de transmission.

L’expérience clinique a été le fondement de sa recherche.

« Il est important de découvrir, chacun de sa place, qu’une élaboration purement objectivante laisse toujours échapper la vie. Dans la rencontre nous pouvons repérer ce que les patients nous enseignent : la question du sujet, celle du corps, la question du désir, du symptôme, du langage et du temps. La clinique nous révèle dans la rencontre un irréductible, un point de réel qui échappe à la science et sur lequel la parole a des effets.

La question: « qu’en est-il du sujet à l’heure des neurosciences » a suscité cette année de passionnants échanges où les neuroscientifiques les plus avertis ont ouvert l’espace incontournable du sujet.

Dans le plus grand respect des découvertes biologiques nous laisserons encore cette année parler la clinique pour mieux entendre notre interrogation : « qu’en est-il du désir à l’heure de la technique ? » Dans laquelle résonne déjà, au fil du temps, un invariant toujours source de vie.

jean3Capture

JEAN ARTIERES, avec son groupe  » FEU DE CAMP INTERDIT « 

COUP DE CŒUR ET DE PROJECTEUR
JEAN ARTIERES, avec son groupe  » FEU DE CAMP INTERDIT « , chante et raconte Hugues AUFRAY
SAMEDI 20 OCTOBRE à 21 H
LOUPIAN
CENTRE NELSON MANDELA
RUE DES HORTS
ENTREE : 5 €
Infos / Réservations : Mairie de Loupian
04 99 04 07 02

Hugues AUFRAY … Quelques décennies de succès ont ancré son nom dans notre mémoire et notre patrimoine culturel.
Jean ARTIERES et son groupe « FEU DE CAMP INTERDIT » nous invitent à (re)découvrir quelques-unes de ses chansons,
mais aussi quelques pages de sa vie, avec un mélange d’humour, d’émotion … et de nostalgie !
Une soirée à ne pas rater !

Jean ARTIERES : chant, guitare
Dominique DENIZE : accordéon, clavier, basse, chœurs
Daniel MOULIN : percussions, chœurs
Jeff BARD /Pierre ROBERT : régie lumière, projection

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes souriantes, texte

C’est pour 2 rire à Poussan le 10 novembre

OUF623CaptureC’est pour 2 rire est un spectacle humoristique où on rigole de trucs qui font rire et d’autres non, mais on rigole quand même, enfin normalement…

Bref le mieux c’est de venir pour voir si ça fait rire ou pas. Au programme :

liberté d’expression (ou pas), la téléphonie (ou pas), la téléréalité (ou pas), et d’autres choses (ou pas). Vous venez ? (ou vous venez ?)

Remaniement et composition du nouveau gouvernement

Illustration 1Crédits : © elysee.fr

Illustration 1

Dans le cadre d’un large remaniement du gouvernement, un communiqué de la Présidence de la République en date du mardi 16 octobre 2018 vient d’annoncer un certain nombre de nominations au sein du gouvernement.

Nominations

Sur proposition du Premier ministre, le Président de la République a nommé :

  • Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse ;
  • Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur ;
  • Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales ;
  • Franck Riester, ministre de la Culture ;
  • Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation ;
  • Marc Fesneau, ministre auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement ;
  • Sébastien Lecornu, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales, chargé des Collectivités territoriales ;
  • Julien Denormandie, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales, chargé de la Ville et du Logement ;
  • Marlène Schiappa, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations ;
  • Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire ;
  • Christelle Dubos, secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé ;
  • Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances et du ministre de l’Action et des Comptes publics ;
  • Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances ;
  • Gabriel Attal, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse ;
  • Laurent Nunez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur.

  À savoir :

En parallèle, il a été mis fin aux fonctions de :

  • Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires ;
  • Françoise Nyssen, ministre de la Culture ;
  • Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation ;
  • Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances.

Vaccination contre la grippe : c’est maintenant !

Illustration 1

La campagne 2018 de vaccination contre la grippe saisonnière débute le 6 octobre 2018 et se poursuivra jusqu’au 31 janvier 2019. Elle bénéficie cette année d’une procédure simplifiée pour les personnes à risque.

Qui est concerné ?

La grippe est une maladie particulièrement dangereuse pour les personnes fragiles. Elle touche chaque hiver entre 2 et 8 millions de personnes et est responsable de nombreuses hospitalisations et décès, en particulier chez les personnes à risque, comme :

  • les personnes âgées ou atteintes de certaines maladies chroniques ;
  • les femmes enceintes ;
  • les personnes obèses dont l’IMC est supérieur ou égal à 40 ;
  • les nourrissons.

Des complications peuvent alors apparaître, telles que :

  • une infection pulmonaire bactérienne grave (ou pneumonie) ;
  • une aggravation d’une maladie chronique déjà existante (diabète, bronchopneumopathie chronique obstructive, insuffisance cardiaque…).

La vaccination antigrippale représente le moyen le plus efficace de prévention de la grippe saisonnière. Elle réduit le risque de complications graves et de transmission du virus. Le rapport bénéfice/risque est en faveur de l’acte vaccinal : peu, voire pas, d’effets secondaires (le plus souvent des réactions locales légères et transitoires, plus rarement des effets systémiques bénins tels que de la fièvre, des douleurs musculaires ou articulaires, des céphalées, des malaises), alors que la diminution du nombre de décès grâce à la vaccination est importante (environ 2 000 décès évités en moyenne chaque année chez les personnes âgées).

Qui peut bénéficier de la gratuité du vaccin ?

Toutes les personnes majeures éligibles à la vaccination, déjà vaccinées précédemment ou non, bénéficient désormais d’une procédure simplifiée.

Si vous êtes concerné (personnes âgées de 65 ans et plus ou atteintes de certaines maladies chroniques, femmes enceintes, personnes obèses, entourage familial des nourrissons à risque de grippe grave), vous recevez de votre caisse d’Assurance Maladie une invitation et un bon de prise en charge qui vous permettent de retirer gratuitement le vaccin chez le pharmacien et de vous faire vacciner par le professionnel de votre choix. Les personnes de moins de 18 ans doivent bénéficier d’une prescription médicale préalable à la vaccination.

Si vous êtes éligible mais que vous n’avez pas pu être identifié et invité par l’Assurance Maladie, votre médecin, votre sage-femme ou votre pharmacien pourront vous délivrer un bon de prise en charge vous permettant d’obtenir gratuitement le vaccin.

Le vaccin antigrippal est pris en charge à 100 % et l’injection est quant à elle prise en charge dans les conditions habituelles, sauf pour les patients pris en charge à 100 % au titre d’une des ALD (affections de longue durée) concernées.

Qui peut vous vacciner contre la grippe ?

Dans le cadre de l’élargissement de l’offre vaccinale et de la simplification du parcours, les compétences des différents professionnels de santé impliqués dans la vaccination contre la grippe ont été élargies. Ainsi, sont désormais habilités à vacciner :

  • les médecins ;
  • les infirmier(e)s (sauf pour les personnes présentant des antécédents de réaction allergique sévère à l’ovalbumine ou à une vaccination antérieure, selon un arrêté du 25 septembre 2018 ; un décret du 25 septembre 2018 permet par ailleurs aux infirmiers de vacciner les personnes n’ayant encore jamais été vaccinées contre cette maladie) ;
  • les sages-femmes (pour les femmes enceintes et l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois) ;
  • les pharmaciens autorisés participant à l’expérimentation dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle Aquitaine, Hauts-de-France, Occitanie pour la vaccination des personnes majeures.

  À savoir :

Conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, le vaccin grippal 2018 contient les virus suivants :

  • un virus de type A/Michigan/45/2015 (H1N1) pdm09 ;
  • un virus de type A/Singapore/INFIMH-16-0019/2016 (H3N2) ;
  • un virus de type B/Colorado/06/2017 (lignée B/Victoria/2/87) ;
  • un virus de type B/Phuket/3073/2013 (lignée B/Yamagata/16/88).

A Villeveyrac, Vendanges sans toi 1914 – 1918

centenairepiece de theatre

Vendanges sans toi
       1914 – 1918

Septembre 1918.

Dans ce village du Languedoc blotti entre les vignes, non loin des étangs, la récolte s’annonce prometteuse. Pourtant, pour la quatrième année consécutive, Justinien Poujol ne sera pas là. Mobilisé en 1914, sur le front entre Amiens et Château-Thierry dans la Marne. L’absence est lourde pour ceux qui attendent ; leur quotidien est fait d’inquiétude, d’angoisses mais aussi d’espérance. Les bras des femmes, des anciens, peinent aux tâches matérielles mais les lourdes grappes bien mûres d’Aramon et de Carignan ne sauraient attendre…

« Au nord, loin de la douceur de Septembre qui baigne le Midi, c’est un quotidien de boue, de peur, de feu qui rythme la vie des soldats. Justinien le vigneron, Justinien le laboureur, Justinien dont la terre est le quotidien, la découvre brulée, martyrisée, ne faisant qu’un avec tous ces hommes enfouis dans les tranchées. Cette terre de France pour qui tant de camarades sont déjà tombés…
A l’orée de l’automne qui vient, « Vendanges sans toi » nous propose le temps d’un spectacle, d’entendre tous ces hommes, toutes ces femmes. Sur le front, Justinien le vigneron, le lieutenant Moïse Vernet, Fleury Barthes, le jeune Alexandre et ses vingt ans… A l’arrière, Gabrielle la femme de Justinien, son père Lubin, Marthe la jolie chanteuse qui, le temps d’un refrain, nous fait oublier le tragique du quotidien… »

Texte et Mise en scène : Jacques Brun
Décor et Création Lumière : José Guardiola
Création Vidéo : Nicolas Crespo
Costumes : Christabelle Saint Loup
Accessoires : Gérard Gomez
Recherche Son : Sébastien Rexovice
Recherche Documentaire : Patrick Gominet, Françoise Brun

Avec :
Charlotte Perrin de Boussac : Gabrielle
Jérôme Sanchez : Soldat Justinien Poujol
Didier Lagana : Lieutenant Moïse Vernet
Éric Colonge : Soldat Fleury Barthes
Philippe Maynadié : Lubin
Alexandre Fidel : Soldat Alexandre Jalabert
Marc Delpech : Soldat Pialot
Louis Poujol : Arthur Martinez
Ainsi que la Chanteuse Véronique Pain et l’accordéoniste Christine PosoccokioCapture