Le rapport « Développement Durable » de SAM, 2018 est arrivé

Sète agglopôle présente un bilan synthétique des actions et des politiques publiques menées par Sète agglopôle (plus de 100 actions) dans les domaines de l’habitat et de la rénovation urbaine, du transport, de la culture, de la gestion des déchets ou encore de la préservation des espaces naturels…qui contribuent particulièrement aux objectifs du développement durable.vbnCapture
Le rapport est décliné en 5 axes :
  • lutte contre le changement climatique,
  • préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources,
  • cohésion sociale et solidarité entre les territoires et les générations,
  • épanouissement de tous les êtres humains,
  • production et consommation responsable.

Synthèse du rapport 2018 en matière de développement durable 

Plan de déplacements urbains : c’est parti pour les réunions publiques

L’image contient peut-être : une personne ou plus
Mobilités, ensemble, inventons demain ! Parce que la mobilité, c’est l’affaire de tous !
Vélo, train, bus, voiture, navettes maritimes… Autant de moyens de transport de notre quotidien, en lien direct avec l’environnement, la sécurité, l’accessibilité, la qualité de l’air, le stationnement, …
Venez échanger et donner votre avis sur les nouvelles solutions de mobilité pour les 10 prochaines années. Pour cela, 5 réunions publiques sont ainsi organisées sur le projet de Plan de déplacements urbains de Sète agglopôle méditerranée.


– A Poussan : mercredi 28 novembre, à 18h30, à la Maison des jeunes et de la Culture (1 rue des Horts)

– A Mèze : jeudi 29 novembre à 18h30, salle Louis Jeanjean, Parc du Château de Girard (rue Sadi Carnot)

– A Balaruc-le-Vieux : lundi 3 décembre, à 18h30, salle polyvalente
(17 place de la Mairie)

– A Frontignan : mercredi 5 décembre, à 18h30, médiathèque Montaigne
(1 place du Contr’un)

– A Sète : jeudi 6 décembre, à 18h30, espace Le Palace – cinéma
(24 avenue Victor Hugo).

Plus d’informations sur pdu.agglopole.fr

Connaître les jours et horaires de collecte

Trier ses déchets et les jeter, rien de bien compliqué… à condition de savoir quand sortir sa poubelle et où trouver les conteneurs.

collCapture

Les habitants des 6 communes * formant la partie Nord du territoire (Bouzigues-Loupian-Montbazin-Mèze-Poussan et Villeveyrac) ont toujours  à leur disposition le traditionnel calendrier des collectes.

Si vous habitez :

Poussan
 Le plan des secteurs de Poussan  Calendrier Poussan Secteur 1  Calendrier Poussan Secteur 2

* Cas particulier des centres anciens (collecte en sacs)

Mémo pratique pour Loupian et Poussan 

Acrobaties et autres roues arrière à moto, en scooter ou quad sont interdites

L’image contient peut-être : texteMaintenant, sur la route, les acrobaties et autres roues arrière à moto, en scooter ou quad sont interdites. Leurs auteurs s’exposent à :
un an de prison (2 ans à plusieurs)
15 000 € d’amende (30 000 € à plusieurs)
Tous les détails sur Service-Public.fr  http://bit.ly/2SiFk6A

Plan de déplacements urbains : c’est parti pour les réunions publiques

Mobilités, ensemble, inventons demain ! Parce que la mobilité, c’est l’affaire de tous ! 

Vélo, train, bus, voiture, navettes maritimes… Autant de moyens de transport de notre quotidien, en lien direct avec l’environnement, la sécurité, l’accessibilité, la qualité de l’air, le stationnement, …

Venez échanger et donner votre avis sur les nouvelles solutions de mobilité pour les 10 prochaines années. Pour cela, 5 réunions publiques sont ainsi organisées sur le projet de Plan de déplacements urbains de Sète agglopôle méditerranée.deplaCapture

- A Poussan : mercredi 28 novembre, à 18h30, à la Maison des jeunes et de la Culture (1 rue des Horts)

- A Mèze : jeudi 29 novembre à 18h30, salle Louis Jeanjean, Parc du Château de Girard (rue Sadi Carnot)

- A Balaruc-le-Vieux : lundi 3 décembre, à 18h30, salle polyvalente
(17 place de la Mairie)

- A Frontignan : mercredi 5 décembre, à 18h30, médiathèque Montaigne
(1 place du Contr’un)

- A Sète : jeudi 6 décembre, à 18h30, espace Le Palace – cinéma
(24 avenue Victor Hugo).

Vigilance avec les nids de frelons

Attention, ne pas s’approcher et signaler rapidement

Avec la chute des feuilles des grands arbres l’on découvre souvent des nids de frelons en automne. Qu’ils soient européens ou asiatiques il vaut mieux ne pas s’approcher.

Que faire ?

Ne prenez pas le risque de détruire le nid vous-même, faites appel à des professionnels.

Téléphonez au GDSA pour vous renseigner :

Groupement de Défense Sanitaire Apicole (GDSA34) – Abeille34 …

Rappel : Le GDSA a passé une convention avec la société « Nuisibles & Co » pour la destruction des nids. Cette convention prévoit un tarif forfaitaire de 50€ pour les apiculteurs adhérents au GDSA et Abeille Héraultaise . La société intervient sur tout le département. contact 06 66 66 54 07 ou 09 83 54 20 87. ( Voir aussi la Page FaceBook)

a) Sur le domaine privé, c’est une entreprise privée relevant de l’activité « services de désinfection, dératisation et désinsectisation » qui intervient.

b) Sur le domaine public, ce sont les sapeurs-pompiers qui interviennent dès lors qu’il y a un risque particulier pour des tiers. Cependant, il est constaté que les services des pompiers ne se déplacent que très rarement pour détruire des nids.

Il n’y a pas d’urgence à enlever un nid de frelons découvert à l’automne, ce nid est présent depuis plusieurs mois, il faut prendre le temps de faire analyser sa dangerosité.

La destruction des nids en hiver (à partir de novembre) n’est d’aucune utilité car les jeunes fondatrices fécondées ont déjà quitté le nid. La population restante va péricliter avec les gelées hivernales. Les quelques fondatrices pouvant rester dans le nid durant l’hiver ne seront très certainement pas aptes à recommencer un cycle.

Le nid de frelons non détruit ne sera pas réinvesti l’année suivante. Il y a peu de probabilité qu’un nid se reconstruise à proximité immédiate de l’ancien nid l’année d’après. Le nid se dégradera naturellement avec la pluie et les oiseaux.

Plus d’information sur la destruction d’un nid sur le site.

Les interventions sur la voie publique et dans les bâtiments communaux sont gratuites, En revanche les particuliers doivent s’informer en premier lieu à la Mairie ou au 112 quant celle-ci est fermée.

Le frelon européen (Vespa crabro) est une espèce d’hyménoptère eusocial de la famille des vespidés ressemblant à une guêpe commune mais de taille deux fois plus importante ; c’est en fait la plus grosse des espèces de guêpes européennes. La reine atteint jusqu’à 35 mm, les ouvrières font de 18 à 25 mm et les mâles de 21 à 28 mm. Rayé de jaune et de noir sur l’abdomen, la tête, le thorax, l’abdomen et les antennes sont teintés de roux.Ses colonies annuelles ne survivent pas aux premiers froids, à l’exception des jeunes reines fécondées. Au printemps, celles-ci créent dans les arbres morts, murs de pierre sèche, greniers ou cheminées, voire dans les vieilles bottes de paille, un tas de compost ou de vieux chiffons, dans les charpentes ou soupentes, un nid en papier mâché (fibres végétales mâchées) abritant les premières alvéoles où elles pondent les premiers œufs. Après éclosion des larves, les reines qui ont survécu jusque là les nourrissent elles-mêmes jusqu’à la mue.

5 à 7 semaines après la première ponte, ces premières ouvrières matures déchargeront alors la reine de la plupart des travaux.  En automne, la colonie atteint son apogée, de jeunes reines et des mâles naissent, prélude du cycle suivant. Les nids sont souvent composés de 5 à 10 (voire 12) rangées de plateaux superposés constitués d’alvéoles toujours orientés vers le bas, mais la configuration générale du nid peut fortement varier selon l’endroit où il est construit. La couleur et les motifs du papier varie selon la fibre végétale collectée par les ouvrières.  Un nid comprend en moyenne 5 000 alvéoles. Le nid, fin août, peut dépasser une capacité de 25 litres et la longueur ultime de son grand-axe (en région méridionale, juste avant les premiers froids) peut atteindre un mètre.Frelons, Hornet, Frelons Reine

Les plus grands nids se rencontrent dans les charpentes et les arbres creux car ces emplacements offrent le plus de surface de fixation. Plus la bonne saison est longue (cas de la région méditerranéenne), plus les colonies seront développées et plus les nids seront volumineux en fin de saison. Les jeunes mâles et femelles qui apparaîtront en juin ou juillet ne participent pas à la construction du nid. Lors des premiers froids automnaux, les mâles et femelles et la reine de la saison meurent, ainsi que les ouvrières. Ce sont les jeunes femelles récemment fécondées qui passeront l’hiver pour constituer de nouvelles colonies.

La piqûre de cet insecte, comme celles des autres vespidés est très douloureuse à cause du diamètre du dard et de la composition du venin, celle-ci n’est pas mortelle même lorsqu’une personne est attaquée par plusieurs dizaines de frelons. Néanmoins une seule piqûre peut tuer si l’individu est allergique, en particulier en cas d’œdème de Quincke ou de choc anaphylactique.

Pour les frelons asiatiques,

La couleur du frelon asiatique est particulièrement foncée. Sa tête est noire, sa face et ses pattes sont jaunes. Il mesure entre 2,5 et 3 cm. Comme le frelon européen, le frelon asiatique construit des nids principalement élaborés à base de particules de bois prélevées sur les arbres. Bien souvent, il fixe son nid en hauteur, dans les arbres. Cette habitation sphérique peut attendre jusqu’à 100 cm de diamètre.

frelDSC_0011 (15)

Il est vivement recommandé d’informer la FDGON (Fédération départementale des groupes de défense contre les organismes nuisibles) de la présence d’un nid. Très peu de sapeurs-pompiers interviennent dans la destruction des nids repérés. Mieux vaut faire appel à des entreprises spécialisées pour s’en débarrasser. Une prestation payante dont les prix diffèrent selon les professionnels « La reine mesure jusqu’à 3,5 cm. Sa durée de vie est d’un an. Chaque reine fonde sa propre colonie au printemps du mois de mars jusqu’à début août.

Elle se compose alors de larves qui deviendront les premières ouvrières, aussi appelées ouvrières de « première caste ». À partir du début du mois de juin, la colonie est composée d’ouvrières adultes et vers la fin de l’été, également de mâles et de femelles sexuées. Les femelles sexuées, futures reines, passent l’hiver en diapause dans un endroit abrité, souvent enterré, et sortent au printemps pour fonder de nouvelles colonies. » Wikipédia. Le nid ou « guêpier », fait de fibre de cellulose mâchée comme chez la majorité des guêpes (certaines, non Vespidae, construisent avec de la boue), peut atteindre un mètre de haut et 80 cm de diamètre.

Construit au printemps, il est aérien, le plus souvent situé dans des arbres à plusieurs mètres de hauteur, quelquefois au ras du sol, sous une charpente ou dans des cheminées.

Ce frelon étant opportuniste, son nid est retrouvé aussi bien dans des habitations que sur du mobilier urbain. Il est généralement de forme sphérique et possède un orifice de sortie latéral.

Chaque nid abrite quelque 2 000 frelons, dont plus de 550 fondatrices qui peuvent, l’année suivante, nidifier si elles sont fécondées. Cependant, un grand nombre de ces reines ne passeront pas l’hiver. Il est abandonné pendant l’hiver. Durant cette période, il a été observé en France que certains oiseaux ravageaient le nid. Ce comportement n’a aucune conséquence sur la pérennité de l’espèce puisque le nid est vide.

Frelon Asiatique, Vespa Velutina

  La plupart du temps, une piqûre de frelon asiatique n’est pas plus dangereuse qu’une piqûre de guêpe pour l’homme. Elle le devient si les personnes piquées développent une réaction allergique. Dans ce cas, les répercussions peuvent être dramatiques. Une simple piqûre peut ainsi entraîner une forte baisse de tension, un œdème ou encore un choc anaphylactique.

Agressifs, les frelons, et particulièrement les asiatiques, n’aiment pas que l’on s’approche de leur nid, il vaut mieux rester à distance si vous en avez un chez vous ou si vous en découvrez un, et le signaler en Mairie qui vous conseillera si nécessaire.

Alimentation, plastiques, produits phytosanitaires, bien-être animal…

 Ce que dit la loi EGalim

Illustration 1Crédits : © HQUALITY – Fotolia.com

Illustration 1

Favoriser une alimentation plus saine, réduire l’utilisation du plastique dans le domaine alimentaire, améliorer les conditions sanitaires et environnementales de la production agricole, renforcer le bien-être animal… C’est ce que prévoit notamment la loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous (dite « loi EGalim ») publiée au Journal officiel du 1er novembre 2018.

Parmi les mesures contenues dans cette loi, il faut retenir en particulier :

  • la suspension de l’emploi du dioxyde de titane dans les produits alimentaires (E171) utilisé couramment dans les confiseries, les desserts, les crèmes glacées, les sauces d’assaisonnement ou encore les plats préparés ;
  • la possibilité d’emporter les aliments ou les boissons non consommés dans les restaurants et les débits de boissons (avec mise à disposition par les professionnels de contenants réutilisables ou recyclables) ;
  • l’interdiction en 2020 des bouteilles d’eau en plastique dans les cantines scolaires mais aussi des touillettes et pailles en plastique dans la restauration, la vente à emporter, les cantines et les commerces alimentaires ;
  • l’obligation d’atteindre 50 % de produits locaux ou sous signe d’origine et de qualité dans la restauration collective publique à partir de 2022 ;
  • l’interdiction des produits phytosanitaires à base de néonicotinoïdes ;
  • le renforcement de la protection des riverains habitant à proximité des zones de traitements phytosanitaires ;
  • l’extension du délit de maltraitance animale en élevage aux activités de transport et d’abattage ;
  • la désignation d’un responsable de la protection animale dans chaque abattoir ;
  • l’expérimentation de la vidéo-surveillance dans les abattoirs volontaires ;
  • l’interdiction de mise en production de tout bâtiment d’élevage nouveau ou réaménagé de poules pondeuses en cage.

Dossier PIG LGV disponible à l’accueil de la mairie

La décision ministérielle du 1er février 2017 a acté le principe d’une réalisation phasée du projet de ligne nouvelle Montpellier Perpignan en retenant comme objectif une présentation à l’enquête préalable à la déclaration d’utilité publique de la section la plus circulée entre Montpellier et Béziers, dans un premier temps.

L’enquête d’utilité publique au titre du code de l’environnement et du code de l’expropriation de la section Montpellier – Béziers permettra d’assurer l’information et la participation du public ainsi que la prise en compte des intérêts des tiers lors de l’élaboration des décisions susceptibles d’affecter l’environnement et de nécessiter l’acquisition de parcelles par voie d’expropriation. Les observations et propositions qui seront formulées pendant cette phase ultérieure de consultation seront prises en considération par le maître d’ouvrage et par l’autorité compétente pour prendre la décision de déclaration d’utilité publique de la section Montpellier – Béziers.

Préalablement à l’organisation de l’enquête d’utilité publique de la section Montpellier – Béziers du projet de ligne nouvelle Montpellier – Perpignan, la décision ministérielle du 1er février 201 7 a également demandé l’engagement des démarches permettant de qualifier l’intégralité de la ligne entre Montpellier et Toulouges en projet d’intérêt général (PIG) sur la base du fuseau retenu dans la décision ministérielle du 29 janvier 2016, et selon les modalités prévues par les articles L. 102-1 et R. 102-1 du code de l’urbanisme.

En vue de la prise d’un arrêté préfectoral qualifiant le fuseau acté par la décision ministérielle du 29 janvier 2016 en projet d’intérêt général, un dossier est disponible à l’accueil de la mairie du lundi 22 octobre au vendredi 23 novembre prochain, les participants pourront formuler leurs remarques sur le site internet : pig-lnmp.com