L’astronomie à Bouzigues avec « Ciel mon ami »

L’association d’astronomie  « Ciel, mon ami » a pour vocation d’organiser et d’animer des soirées d’astronomie au profit d’organismes publics, médiathèques, municipalités, offices du tourisme ainsi que des structures privées, tels les campings, villages de vacances.Screen Shot 08-05-16 at 06.50 PMEt avec elle on passe en général un moment délicieusement magique…

Ce samedi 12 août, l’association d’astronomie “Ciel, mon ami” organise de 17 h à minuit sur la promenade des Beauces à Bouzigues, près de l’école de voile, une soirée d’observation du ciel.

« Depuis 17 h, on observe le soleil puis, dès que la nuit est tombée, les étoiles, les planètes et la lune à l’aide de télescopes de diamètre important. Ce sont des moments magiques et très formateurs car encadrés par des passionnés. »

L’association d’astronomie  « Ciel, mon ami » regroupe  des astronomes amateurs confirmés, possédant du matériel personnel de grande valeur permettant une observation détaillée et maximum des objets célestes tels que la Lune, les planètes, les nébuleuses ou galaxies.P1520489 (2)Attachés à transmettre leur modeste savoir par des explications simples et compréhensibles de tous, petits et grands, ils sont également soucieux de faire partager au mieux leur passion.

Ils animent bénévolement tout au long du printemps et de l’été, des soirées dans l’Hérault et vous attendent dans les campings, village de vacances, sur les plages ou place du village.

Depuis 17 h, observation du Soleil avec Lunette H alpha permettant de voir les protubérances solaires (les « flammes » du Soleil) et les tâches solaires.

Ils sont attachés à transmettre leur savoir et le font de façon ludique, accessible à tous. Tout est réuni pour que ces instants soient magiques et inoubliables pour les petits et les grands.bouz120817DSC_0006 (14)

Ciel, mon ami » renforce aussi son effort en direction des jeunes par davantage d’interventions en milieu scolaire et par des classes de découverte en astronomie.

Cette année si vous allez aux Beauces, vous aurez la chance de pouvoir observer, la nuit venue, la planète JUPITER et la planète SATURNE.

Vous verrez également comment trouver l’étoile polaire et d’autres constellations, amas d’étoiles, galaxies, le triangle de l’été : VEGA, ALTAÏR et DENEB ainsi que bien d’autres objets « stellaires ».

Screen Shot 08-05-16 at 06.53 PM

Ces soirées d’animation de Lunel, à Lodéve, de Béziers à Nant permettent à tous, petits et grands, lors de soirées publiques et gratuites de recevoir une formation simple et ludique en astronomie, d’observer le Soleil, des étoiles, des planètes, la Lune à l’aide de télescopes de diamètre important et enfin de découvrir le contour des principales constellations et les légendes mythologiques attachées à celles-ci.

Jusqu’à minuit, cette soirée « astronomie » est animée par un des passionnés de l’association « ciel mon ami » présidée par Michel Gravereau.

   Ce ne sera que du bonheur pour tous les touristes ou pour les Bouzigauds, qui avant le coucher du soleil, ont l’occasion d’observer le soleil ainsi que certaines de ses éruptions avec une lunette spécialement adaptée. Et quelle surprise de pouvoir identifier autour de cette étoile du Système solaire ces éruptions d’une hauteur bien plus grande que celle du diamètre de la terre. Dans la classification astronomique, c’est une étoile de type naine jaune, composée d’hydrogène (75 % de la masse ou 92 % du volume) et d’hélium (25 % de la masse ou 8 % du volume)8. Autour de lui gravitent la Terre (à la vitesse de 30 km/s), sept autres planètes, au moins cinq planètes naines, de très nombreux astéroïdes et comètes et une bande de poussière. Le Soleil représente à lui seul 99,86 % de la masse du Système solaire ainsi constitué, Jupiter représentant plus des deux tiers du reste.(Wikipédia)   L’énergie solaire transmise par le rayonnement solaire rend possible la vie sur Terre par apport d’énergie lumineuse (lumière) et d’énergie thermique (chaleur), permettant la présence d’eau à l’état liquide et la photosynthèse des végétaux. Les UV solaires contribuent à la désinfection naturelle des eaux de surfaces et à y détruire certaines molécules indésirables (quand l’eau n’est pas trop turbide). La polarisation naturelle de la lumière solaire (y compris de nuit après diffusion ou réflexion, par la Lune) ou par des matériaux tels que l’eau ou les cuticules végétales est utilisée par de nombreuses espèces pour s’orienter.

   Le rayonnement solaire est aussi responsable des climats et de la plupart des phénomènes météorologiques observés sur la Terre. En effet, le bilan radiatif global de la Terre est tel que la densité thermique à la surface de la Terre est en moyenne à 99,97 % ou 99,98 % d’origine solaire. Comme pour tous les autres corps, ces flux thermiques sont continuellement émis dans l’espace, sous forme de rayonnement thermique infrarouge ; la Terre restant ainsi en « équilibre dynamique ».

  Et puis, durant la nuit, avec un télescope traditionnel d’un diamètre conséquent de 300 mm c’est plein feu sur le ciel avec les astres et les étoiles, mais surtout sur la reine de l’été, Saturne avec ses anneaux, avec aussi des nébuleuses qui sont des amas d’étoiles. Et comment ne pas en profiter pour observer ce que nous appelons les Étoiles filantes. Chaque année entre mi-juillet et mi-août environ, l’orbite de la Terre croise l’essaim des Perséides, une trainée de débris laissé par la comète Swift-Tuttle. Pour les terriens, c’est l’occasion de s’émerveiller lorsque ces minuscules fragments – des poussières – se consument dans l’atmosphère, formant la fameuse pluie d’étoiles filantes. Les participants à cette animation n’ont qu’à lever les yeux au ciel.CapturePour en savoir un peu plus : http://www.cielmonami.com/

Capture  Une bien belle soirée avec les yeux tournés vers les étoiles.

De la terre au pigment et Laque d’Occident à Loupian

De la terre au pigment, Raku et Laque d’OccidentraklouDSC_0045 (4)

Ce vendredi 28 juillet, avant que Loupian ne célèbre ses Augustales 2017, la Chapelle Saint Hyppolite était en fête pour le vernissage de l’exposition « De la terre au pigment, Raku et Laque d’Occident », d’Aurélia Gritte et d’Yvon Nogier, qui se déroule du 27 juillet au 20 août, et qui sera visible du jeudi au dimanche de 10 h à 12 h et de 16 h à 19 h.

Les artistes étaient félicités par le public et les Élus de la ville très heureux de les recevoir pour plusieurs semaines. Inversement les artistes remerciaient la Ville de Loupian pour cet accueil si chaleureux dans cette chapelle étincelante.raklDSC_0036 (6)Aurelia Gritte peintre laqueur, Yvon Nogier sculpteur, sont tous les deux de Frontignan.

L’univers d’Yvon : il est fait de figurines et de temples en raku, enfumés, oxydés, étranges et très contrastés : « Le raku contemporain est une adaptation des méthodes traditionnelles du raku à l’art contemporain des arts du feu et de la céramique : « C’est dans le Japon du XVIe siècle que naît la technique du raku, fruit de la collaboration entre un maître du thé et un potier qui fondera sa dynastie. À cette époque, le raku est intimement lié à la philosophie zen. Cet échange produit une céramique simple et naturelle, dénuée de toute sophistication superflue et en harmonie avec l’esprit du thé. Cinq cents ans plus tard, les artisans céramistes perpétuent la technique traditionnelle. Spontanée par essence et simple dans sa mise en œuvre, la réalisation d’un raku n’en requiert pas moins une rigoureuse technicité. Le raku est une succession de stress appliqués à une pièce unique, dégourdie à 980 °C : un émaillage, une rapide montée en température dans un four rudimentaire, un choc thermique qui provoque le tressaillage de l’émail, un enfumage, la rencontre avec l’eau. Autant d’événements impossibles à reproduire à l’identique pour deux poteries, tant les paramètres d’une même action sont variables. » (Wikipédia) »rakloupDSC_0031 (7)

Cependant, le respect de procédés avérés, l’observation attentive des phénomènes successifs et une certaine concentration dans l’action aident à pondérer les hasards, en vue d’aboutir à un travail déterminé. Et Yvon apprécie cette technique qui dans l’esprit correspond à ce qui se passe dans notre vie avec tous les jours, des surprises et de l’inattendu.

Celui d’Aurélia Gritte qui perpétue la tradition de la laque, en associant le savoir-faire asiatique traditionnel (dorure, incrustations…), aux décors, techniques et thématiques plus contemporains kawaii, collage, outils divers est très technique mais a des corrélations avec le travail d’Yvon au niveau des résultats :
« Mon travail s’appuie sur une tradition artistique française, vieille de 300 ans, issue des méthodes chinoise et japonaise de laque : pigments naturels, feuille d’or, d’argent, de cuivre, incrustations, empreintes… et d’un vernis à l’huile français. J’associe ce savoir-faire asiatique, aux décors et thématiques occidentaux, afin d’essayer de perpétuer cette tradition, tout en aspirant a participer à l’évolution de cette matière et a ses possibilités créatives et contemporaines quasi-infinies. Je mets autant de passion dans mon métier d’artisan d’art, que dans mon travail plus artistique et personnel de peintre. » rakloupDSC_0028 (8)

Car pour une œuvre, il faut être très patient, près de deux mois. Aurélia rajoute : « Nous prenons du plaisir à exposer avec Yvon car nous sommes un peu complémentaires dans l’imaginaire et dans nos techniques et la sculpture donne de la vie à mes œuvres et inversement. Je suis diplômée des Métiers de l’Art en Laques à la française ou Vernis Martin (En 1728, les frères Martin de Paris mettent au point une imitation de laque à base de copal, le vernis Martin, destiné à concurrencer les laques de Chine et du Japon.) et j’essaye pour chaque réalisation de dompter une matière qui réserve toujours des surprises. Chacune est réalisée comme un mille-feuilles avec entre chaque couche, 2 à 3 jours de séchage. »

Mais que de plaisir pour Yvon et Aurélia quand ils découvrent un résultat final qui ne les laisse pas insensible et qui surprend toujours le visiteur. Alors, n’attendez-plus, allez à la découverte de ces œuvres très particulières. 

Réduisez la vitesse de votre véhicule dans toute l’agglomération

Comme dans la plupart des communes, la vitesse de votre véhicule doit se limiter à 50 km/h, en agglomération. Certains automobilistes trop pressés se permettent de l’oublier. Pourtant nous devons tous rester dans la réglementation pour préserver notre vie et celle des autres.voi 080717DSC_0001 (12)

Ce fut le cas ce jeudi 10 août dans la rue Marcel Palat. Un véhicule roulant très vite à obligé une jeune conductrice à l’éviter et à rentrer en contact avec une voiture en stationnement… Des dégâts matériels conséquents mais pas de blessés.Cela aurait pu être bien plus grave.

Mais attention pour des zones sensibles situées à certaines entrées de Poussan, la vitesse du véhicule est limitée à 30 km/h. Afin de vous sensibiliser au respect de cette vitesse des radars pédagogiques vous indiquent à quelle vitesse votre véhicule va pénétrer dans cette zone. Vous pouvez ainsi l’adapter en ne dépassant pas les 30km/h, pour la sécurité de tous ainsi que pour la vôtre.Screen Shot 05-14-16 at 04.51 PM 001Et selon, linternaute.com, comme son appellation le laisse facilement deviner, un radar pédagogique est un type de radar automatique dont l’objectif n’est pas répressif, mais préventif. Sa fonction première est ainsi d’informer le conducteur de sa vitesse réelle, une mission qu’il réalise grâce à l’utilisation de l’effet Doppler. Selon les modèles de radar pédagogique, le conducteur peut également être informé sur le nombre de points qu’il pourrait perdre en cas de véritable contrôle radar classique et/ou le montant de l’amende qu’il encourt. D’autres se contentent d’afficher un smiley pour féliciter le conducteur ou le désapprouver. Screen Shot 05-14-16 at 04.51 PMhttp://www.linternaute.com/auto/pratique/divers/16895/radar-pedagogique-fonctionnement-amendes-points-perdus.html

Risque-t-on une amende avec un radar pédagogique ?
Le rôle premier du radar pédagogique n’est pas de sanctionner les conducteurs en situation d’excès de vitesse, mais de les inciter à lever le pied et à adapter leur allure. Les radars pédagogiques sont d’ailleurs souvent implantés à proximité des écoles ou à l’entrée des villes, pour rappeler aux conducteurs qu’ils circulent dans une zone où il est nécessaire de réduire leur vitesse. Un excès de vitesse constaté sur un radar pédagogique n’entraîne pas, comme c’est le cas avec un radar classique, de PV ni d’amende. En revanche, il n’est pas rare qu’un deuxième radar, répressif cette fois-ci, soit installé quelques mètres en aval du radar pédagogique pour sanctionner les conducteurs qui n’auraient pas compris le message délivré par le premier radar.

La Festa de la Locomocion : honneur à toutes les anciennes

retDSC_0029 (3)Cette année encore la Festa de La Locomocion a rayonné dans le secteur faisant honneur à toutes les anciennes de la bicyclette aux Harley en passant par les voitures américaines ! La météo de la veille laissait penser que le temps serait capricieux, que nenni, tout s’est bien passé avec un dimanche radieux et chaud ! Un temps magnifique ! DSC_0010 (6)De la grosse chaleur et pas trop de vent une journée bien agréable, d’autant que l’on avait tout prévu car le service du repas ce faisait dans le gymnase !
 
festaP1420233-2-1024x179Beaucoup de véhicules présents (environ 150), et de nombreux visiteurs en anciennes qui restent manger (180) et qui participent aux animations avec parade du matin dans Poussan et défilé de l’après-midi…retDSC_0028 (3)D’ailleurs, pour cette concentration, la 10ème du genre à Poussan, surtout le matin, pas mal d’amateurs de véhicules anciens, autos, motos, cyclomoteurs avaient fait le déplacement.retDSC_0022 (3) Il y avait de quoi avoir l’esprit festif et satisfaire sa passion auprès des belles anciennes qui ont marqué certaines décennies .retDSC_0019 (5)
 A 12 h 30 apéritif partagé avec les exposants et les visiteurs inscrits puis  un premier service pour les premiers avant que toutes les autres personnes inscrites ne dégustent un excellent repas  accompagné par un bon vin du pays.
A noter la participation de la Pédale d’Antan Uchaudoise qui a présenté de nombreux modèles durant la visite guidée du matin. retDSC_0016 (5)Elle a pour but est de faire connaître aux plus jeunes, l’histoire du vélo en montrant sa collection de vélos anciens (la draisienne, le vélo Michaux, le grand bi et autres vélocipèdes d’époque) que l’association fait vivre au mieux avec des costumes.locDSC_0009 (6)
A la périphérie du parc, un beau succès et une réussite aussi avec plus de 10 exposants : des professionnels, pièces, miniatures, revues et même des vêtements d’époque, qui ont animé cette belle journée.locDSC_0022 (4)
 Côté sonorisation et musique pas de problèmes et merci à Jérôme du Kosi pour la restauration et à de nombreux bénévoles pour la buvette, tandis que pour la sécurité, les services privés et la sécurité civile veillaient tout comme celui du Rétro Pouss’auto. Une bonne organisation appréciée par les très nombreux visiteurs.
  Screen Shot 08-07-16 at 04.03 PMEn début d’après-midi, le public a pu assister au  concours de la « Belle Au Thau » avec ses catégories : l’élégance, les « Coupés & Cabriolets », les Berlines. Ensuite, les jurys allaient délibérer et vers 16 h 30, l’on allait connaître les différents résultats précédés par ceux du tirage de la tombola.locDSC_0025 (4)
Après une remise de prix aux propriétaires des véhicules sélectionnés, il était temps pour le Rétro Pouss Auto de remercier les visiteurs et les exposants mais aussi tous ceux qui avaient œuvré pour que cette journée soit une réussite : des sponsors aux bénévoles, de la Mairie à la sécurité… 2 véhicules d’exception, une Traction et une Austin de 1926…
Pour l’élégance, un coupé-cabriolet bleu, Panther Lima à égalité avec un autre véhicule tout aussi beau et une Berline 4CH Renault.
locDSC_0027 (4)
 « Rendez vous pour la 11ème édition de la Festa de la Locomocion de Poussan en août 2018 à partir de 9 h » Précisait Jacques Carré, le Président du Rétro Pouss’Auto.

Succès de la campagne herbier 2017

 La campagne de sensibilisation du Syndicat mixte du bassin de Thau, animée par le réseau du CPIE Bassin de Thau, rencontre d’ores et déjà un franc succès.

Déjà plus de 600 personnes sensibilisées. Retrouvez les animateurs jusqu’en septembre sur les plages de Balaruc-les-Bains, Marseillan, Bouzigues et Mèze.

 

Voir l’agenda des animations: http://www.smbt.fr/

Voir le reportage de l’Office de tourisme de Balaruc-les-Bains : https://www.youtube.com/watch?v=ujhht7jZchs

« Don Pasquale » signé Jacques Brun au Festival d’Opéra du Grand Sud

Carmen eT2 2015 (2)Pour la quatrième année consécutive jacques Brun metteur en scène, auteur et bien sûr Poussanais, s’apprête à signer la nouvelle création phare du Festival d’Opéra du Grand Sud avec la mise en scène de « Don Pasquale ».Carmen Eté 2015 (1)

Après « Carmen » de Bizet en 2015 et « Le Barbier de Séville » de Rossini l’an dernier, c’est donc l’œuvre de Donizetti qui sera le clou de cette nouvelle édition.Barbier de Séville Eté 2016

Archétype de l’opéra Bouffe, « Don Pasquale » a pour cadre la Rome du milieu du XIXe siècle, et nous conte les déboires d’un vieux barbon qui s’entête à convoler avec une jeune fille de quarante ans sa cadette… La fable de cette histoire est féroce et emprunte beaucoup à la commedia dell’arte  par son rythme et les caractères de ses différents personnages; la musique de Donizetti quant à elle est somptueuse.

Le spectacle sera joué à quatre reprises dans le magnifique écrin du château de Roquedols à Meyrueis les 3, 4, 6 et 8 Août prochain.

Réservations 04 66 45 60 33 à l’office de tourisme de Meyrueis.
Tour de l’horloge – 48150 MEYRUEIS

Des extraits du Barbier de Séville créé l’an dernier : https://youtu.be/uBbS5rJvKIg

Une première : le syndicat de chasse au stand de tir

tirDSC_0035 (10)En 2017  le syndicat de chasse de Poussan voulait participer à la fête locale de Poussan. Il a donc organisé une journée ludique et conviviale, une journée ball-trap, sur le magnifique site du Stand de tir, le premier Trophée de la Moure, ce dimanche 30 juillet.standDSC_0024 (12)

En effet, Jean-Marc Dauga, le nouveau Président du Syndicat, accompagné les bénévoles du bureau de chasse et Noël Dardoise, le Directeur du stand de tir, ont décidé de faire découvrir cette activité aux passionnés Poussannais. Une façon conviviale de partager de bons moments encouragés par des supporters locaux.standDSC_0028 (11)

Ave un bel olivier à gagner et de nombreux lots à la clef, la compétition est tout de même restée des plus sportives. L’accueil était  assuré avec charcuterie, “l’assiette du chasseur”.DSC_0031 (10)

Et Jean-Marc Dauga précisait aux nombreux tireurs : « Les recettes seront consacrées aux missions du syndicat de chasse, principalement le respect du plan de gestion des espèces, le repeuplement, ainsi qu’à la conservation des habitats naturels de la faune et la flore sauvage. »DSC_0026 (12)

À l’issue de la remises des prix, une brasucade  a permis de clôturer cette première journée au stand dans le partage et l’amitié.tirDSC_0029 (11)

A l’heure des résultats :

Était déclaré 1er : Williams Védrine de Frontignan.

2ème : Damien Bénigno d’Aniane.

3ème : Serge Subirats de Mireval.

4ème : Pierre Pouget, d’Aniane.

5ème : Manu Dos Santos, de Poussan

Pour voir la vidéo des parties finales : https://youtu.be/-VpkXTwbucg

Un grand merci à tous les sponsors pour leur participation, aux commerçants poussannais, à la Mairie de Poussan et bien sûr félicitations au Stand de Tir de Poussan pour ses belles infrastructures.DSC_0033 (10)

Leonardo Da Vinci : une exposition de tous les records

DSC_0104 (1)Ce samedi 29 juillet, Clap de fin pour l’exposition des maquettes d’Andréa Neri, à partir des croquis et des dessins de Léonardo Da Vinci, une exposition qui aura battu tous les records en notoriété et en fréquentation. Un nombre impressionnant de visiteurs venus quelquefois de très loin, près de 3000, des journalistes et des télévisions, des radios, de nombreux élus, des scientifiques sans oublier les scolaires qui de la maternelle jusqu’au lycée sont venus admirer le travail d’Andréa et essayer de comprendre dans quel esprit Léonard da Vinci avait pu approcher la réalisation ou imaginer un aussi grand nombre de « Machines » et  » mécaniques ».neri 05 05 17 3

Cette année qui marque les 30 ans des échanges scolaires entre les villes de Poussan et de Larciano en Toscane qui sont officiellement jumelées depuis 2013 et l’année 2017 et qui marque également les 500 ans de l’arrivée de Léonard de Vinci en France restera donc dans les mémoires. LARCIDSC_0090 (3)

 L’Exposition de maquettes d’après des dessins originaux du génie italien par Andrea Neri a étonné même son concepteur : « Quand j’ai découvert l’exposition je suis resté bouche bée. L’émotion a été immense, jamais je n’aurais pensé que cela serait aussi beau. Ce fut une très belle surprise. Merci. »LARCIADSC_0084 (4)

Et si, comme le dit Léonard de Vinci, «toute connaissance commence par les sentiments», alors ici à Poussan, au foyer des campagnes, ceux qui l’ont découverte ont tous été riches de ces sentiments tant l’amour, la passion et l’émotion sont présents autour de chacune des maquettes d’Andréa. LARCIADSC_0082 (4)

 C’est donc dans une ambiance très chaleureuse que les membres du Comité de Jumelage Larciano-Poussan et de nombreux élus de Poussan, dont Jacky Adgé, ont accueilli Andréa Néri accompagné pour l’occasion par Lisa Amidei, Maire de Larciano qui sur les traces de Mr Papallardo (son prédécesseur à Larciano) a salué la réussite de cette belle exposition mais aussi les efforts de tous pour obtenir un tel résultat après des années d’échanges scolaires, après un jumelage qui s’inscrit ans la durée et qui ne fait que se développer pour le bonheur de tous et l’enrichissement culturel des 2 villes.

Si Andréa était encore impressionné par cette exposition qui selon Henri-Jean Servat pourrait trouver sa place au Grand Palais, il n’oubliait pas de remercier par de multiples cadeaux et des mots très gentils, tous les partenaires qui ont donné de leur temps et de leur énergie pour obtenir un aussi beau résultat quia permis aussi à Poussan de devenir durant 3 mois un centre culturel.

Pour Madame Zanetti, Présidente du Comité de Jumelage, pour Jacky Adgé, Florence Sanchez, Adjointe au Maire, déléguée à la Communication, à la Culture et au Patrimoine, et Michel Bernabeu, Conseiller Municipal, délégué à la Culture, cette réussite est le résultat en premier lieu des travaux de Léonardo Da Vinci puis de l’exploitation scientifique et technique qu’Andréa Neri a su en faire. Beaucoup de volonté, de passion et d’énergie.

Mais c’est aussi la conjugaison de l’audace d’un groupe qui a su y croire, la volonté de la Mairie de Poussan d’accompagner la réalisation du projet, et l’engagement de tous pour montrer que le jumelage permet de réaliser des événements majeurs qui dans des moments privilégiés permettent à tous, des enfants aux seniors, des Italiens aux Français de développer des liens et tout simplement d’être heureux ensemble…  » Félicitations à tous pour cet événement majeur et un grand Merci aux différents partenaires pour sa réalisation, cConcluait Jacques Adgé.

LARCIADSC_0096 (3)

Becker a mis Poussan en fête

beckerDSC_0078 (3)L’Orchestre de Variétés Bernard BECKER a envahi le parking de la Mairie de Poussan ce vendredi 28 juillet car avec plus de nombreux membres tous professionnels et riche de plus de 40 ans d’expérience l’on a retrouvé jusqu’à 12 artistes sur scène.beckerDSC_0047 (5)

Kévin ROCHE, son manager, a pris les commandes du groupe en apportant du nouveau mais en préservant l’identité initiale de l’Orchestre dont les cuivres et surtout une interaction avec le Public qui plaît beaucoup, sont des éléments essentiels.

beckerDSC_0090 (2)

A 19 h, à l’heure de l’apéritif, après les balances de l’après-midi, quelques morceaux choisis mettaient Poussan sous condition durant quelques instants.

S’il n’avait pu se produire l’an dernier, cette fois le ciel était bien plus accueillant.

Et c’est surtout le mouvement et la dynamique de scène qui a plu durant toute la soirée, l’ensemble étant valorisé par une bonne rythmique, par le pupitre cuivres très solide et un son de bonne qualité. beckerDSC_0066 (3)

Jusqu’au 30 juillet, de Léonard à Andréa

« Toute connaissance commence par les sentiments ».
C’est ainsi que débute l’histoire d’amour entre un génie, peintre et homme de science italien, Leonardo di ser Piero da Vinci et un architecte toscan de Larciano Andréa Néri.neri 05 05 17 3
Léonard de Vinci est né le 15 avril 1452 dans les environs de Vinci, un petit village de Toscane, en Italie, près de Florence, à seulement 5 kms de Larciano où vit Andréa Néri.
Andréa a toujours vécu dans le milieu du bois. Dans son atelier d’ébénisterie, son père a appris à ses quatre enfants à construire leurs propres jouets. Lui-même construisait ses machines à bois. C’est dire que dans cette famille, le travail du bois et l’amour pour cette matière prédominaient.
«Nous sommes nés dans la sciure de bois», s’amuse à dire Andréa. Au départ Andréa
a créé un pistolet, puis passionné, il s’est penché sur des réalisations plus complexes, des maquettes d’avion, de maison, de bateau comme le Titanic. «Si je n’avais pas consommé autant de bois quand j’avais 13 ans, se souvient Andréa, mon père serait
riche aujourd’hui !».
Puis vint l’amour d’une toute autre discipline, le basket. En jouant à un niveau professionnel, il n’avait alors plus de temps à consacrer au modélisme. Il faut vous dire qu’Andréa mesure 2m, il était donc prédestiné à ce sport !neriCapture
Une rencontre et 150 maquettes plus tard :  Adulte Andréa a toujours cette passion
pour le modélisme. Tout comme Léonard de Vinci, il aime dessiner, il aime comprendre, observer et expérimenter. Il va regarder tout ce qu’il peut améliorer de l’intérieur et décortiquer le fonctionnement d’un objet. Il aime également pardessus tout, l’histoire du Moyen-âge. Alors, avec son frère Alessandro, il intègre un groupe médiéval. Ils vont alors tous deux, rechercher les techniques, les costumes, les tissus de l’époque. Ils vont aussi se mettre à construire leurs propres «machines de guerre» comme la catapulte ou la baliste.neri 05 05 17 2
Ils vont également apprendre à tirer à l’arc en respectant en tous points les techniques
de l’époque. En plus de ce loisir, Andréa devenu architecte (on s’en serait douté,
tant il aime l’histoire et tant il aime construire), va participer à la rénovation du château de Larciano et même prouver à tous que cette bâtisse avait à l’époquequatre tours. Il va aussi se remettre au modélisme. Sa collection compte aujourd’hui 150 maquettes. Et comme son père, il imagine les outils et améliore les machines dont il a besoin pour ses créations. Il a d’ailleurs une foultitude de petits instruments minuscules pour travailler. Et l’on se demande comment avec ses «mains de charpentier», il arrive à concevoir des pièces infiniment petites avec une habileté, une finesse et un geste extraordinairement précis. Une rencontre avec le professeur Carlo Pedretti, historien de l’art Italien, l’un des meilleurs experts actuels de la vie et des œuvres de Léonard de Vinci, va permettre à Andréa d’avoir une autre vision des dessins du génie. Ensemble, ils vont étudier et interpréter les dessins. «Chacun avait sa propre interprétation, explique Andréa, tant historique que technique. Il nous a fallu également nous replonger dans l’univers de l’artiste et dans l’histoire pour ne pas commettre d’erreur dans la construction des maquettes. Impossible par exemple d’utiliser des vis car elles n’existaient pas à l’époque».neri 05 05 17 1
Une exposition incroyable. C’est lors d’une de ces multiples rencontres avec le comité de jumelage et notamment lors d’un dîner avec Nicole Zanetti, professeure au collège de Poussan, qu’est née l’idée d’exposer ici à Poussan, l’intégralité des maquettes représentant les dessins de Léonard de Vinci, réalisées par Andréa. «J‘avais 50 maquettes à exposer, explique Andréa, et en lisant le dossier de présentation de l’exposition, j’ai vu que vous aviez présenté des modèles que je n’avais pas encore construits. Alors pendant trois mois, j’ai vécu, mangé, dormi Leonardo Da Vinci,
pour présenter sept maquettes de plus. Ce n’était pas facile car il faut savoir que le
peintre a fait des dessins sans aucune proportion et qu’il faut donc entrer en quelque sorte
dans son cerveau pour comprendre l’objet et son fonctionnement». Pari tenu, 57 maquettes sont arrivées à Poussan. »neri g 060517
Lorsqu’Andréa a découvert l’exposition pour la première fois, il a été très ému.
«Je n’avais pas de mots, je suis resté bouche bée. L’émotion a été immense, jamais je n’aurais pensé que cela serait aussi beau. Ce fut une très belle surprise. Merci »
. Et si, comme le dit Léonard de Vinci, «toute connaissance commence par les sentiments», alors ici à Poussan, au foyer des campagnes, nous allons tous être riches de ces sentiments tant l’amour, la passion et l’émotion sont présents autour de chacune des maquettes d’Andréa. Merci à vous l’artiste.
Nathalie Chauvet
Foyer des Campagnes de Poussan
Jusqu’au 30 juillet (le samedi et le dimanche : 10h/12h et 15h/19h – Foyer des campagnes à Poussan