Information coronavirus. Suivi des Hôpitaux du Bassin de Thau

 Vendredi 29 juillet, 32 patients Covid étaient pris en charge (4 mois-100 ans) dont 19 en Médecine (Médecine, CSG, cardio, pédiatrie), 5 en réanimation et Soins Intensifs, 2 en SSR et 6 en EHPAD
 Depuis le mois de novembre, 782 patients et résidents ont été pris en charge correspondant à 878 séjours dont :
- 90 en réanimation (15 admissions en 3 semaines)
- 581 en médecine (+57 en 3 semaines)
- 207 en SSR-EHPAD (+ 21 en 3 semaines)
Parmi ces 782 patients, 668 sont rentrés à domicile, 19 ont été transférés (+1) , 63 sont décédés (+ 7 en 3 semaines soit 8% avec un âge moyen de 82 ans) et 32 sont hospitalisés actuellement…
 boisseCapture d’écran 2022-07-30 113912
 À retenir depuis le dernier point du 09/07 :
 82 nouveaux patients hospitalisés en 3 semaines
15 nouvelles entrées en réanimation et soins intensifs
Des femmes enceintes, des bébés et des enfants positifs et symptomatiques
7 décès
Néanmoins, ces derniers jours, la situation s’améliore avec une trentaine de patients pris en charge contre 55/60 entre le 15 et le 24/07
 Les nouveautés :
 La circulation du virus ralentit depuis la mi-juillet avec un R0 qui est passé au dessous de 1 (R0 = 0,81 en Occitanie et 0,75 en France)
 Conformément à la décision gouvernementale, à compter du lundi 1er août il n’y aura plus de contrôle du pass sanitaire à l’entrée de nos établissements.
Mais, le port du masque et le respect des mesures barrières restent obligatoires au sein des établissements de santé pour protéger les patients.
 Merci à tous nos patients et nos visiteurs de respecter strictement ces consignes y compris dans les chambres des patients…
 Le 2ieme rappel de vaccination est maintenant disponible pour tous les professionnels de santé et des établissements médico-sociaux…

 

L’Orchestre Jean Ribul a mis Poussan en fête et en danse

       redbulIMG_20220729_233953L’Orchestre de Variétés « Jean Ribul » a ouvert la fête avec brio sur le parking de la Mairie de Poussan ce vendredi 29 juillet avec des musiciens et des danseuses motivés et bien en forme. Il fait partie de la famille des  grands orchestres de variété, régionaux. Des artistes et des chanteurs de talent, des techniciens de bonne qualité, qui ont permis à tous de vivre une très bonne soirée  riche en couleurs et en sensations.

L’Orchestre Jean Ribul a proposé de la variété française et internationale sachant alterner les styles, les chanteurs et les  époques, mixant variété, musiques et standards, tubes des années 80 mais aussi succès actuels pour satisfaire un public intergénérationnel qui a su bouger au gré des rythmes et des mélodies. Que du bonheur de voir enfants, parents et seniors ne pas hésiter à se lancer sur la piste sur du Madisson, du rock…. Entre-autres. Un beau partage…redbulIMG_20220729_233708

 Quelques morceaux choisis mettaient Poussan en condition dès 21 h 15 et rapidement avec des musiciens de haut niveau ce ne fut que du plaisir. L’orchestre Jean Ribul est composé de 20 artistes qui présentant un spectacle musical moderne et original. Les musiciens viennent des quatre coins de la région Midi-Pyrénées et ont fait leur cursus musical au Conservatoire de Toulouse.
Avec 6 cuivres qui accompagnent un plateau associant chant et danse, c’est un résultat pétillant et chaleureux qui permet au public de se sentir proche des artistes qui ont le sens de la scène et une polyvalence remarquable.redbulIMG_20220729_224937

Une bonne équation qui permet de séduire des publics variés, car Jean Ribul et ses musiciens optent aussi pour un mixage musical où les styles et les sonorités sont mélangés avec succès : Jean Ribul présente chaque année un spectacle inédit dans le but d’associer la musique à une mise en scène surprenante mais il sait aussi enchaîner avec des morceaux actuels et des standards du jazz remis au goût du jour par des cuivres au swing décapant et des chorégraphies entraînantes !

Voir les vidéos dès que téléchargées…

Lien vidéo
Lien vidéo

Et c’est surtout le mouvement et la dynamique de scène qui ont plu durant toute la soirée, l’ensemble étant valorisé par une bonne rythmique et par certaines voix que l’auditoire a su apprécier.redbulIMG_20220729_222850https://youtu.be/F8PYbcF1svo

Quant aux différents manèges tenus par des forains ils connurent un grand succès. L’on se faisait peur, l’on s’amusait, l’on pêchait les canards ou l’on dégustait des sucreries….redbulIMG_20220729_222245 L’on était heureux et n’est-ce pas là le sens de la fête… Un très bon mix pour débuter cette fête locale 2022.redbulIMG_20220729_222139

Quels sont les bienfaits des arbres ?

Arbre, Prairie, Des Nuages
 

Lydie Dufour, de l’INRAE, nous parle des bienfaits des arbres pour la nature et dans l’agriculture.

Entretien avec Lydie DUFOUR, ingénieur d’études à l’INRAE, l’Institut National de la Recherche pour l’Agriculture, l’alimentation et l’Environnement de Montpellier.

Quels sont les bienfaits des arbres pour la nature ?

 » On peut citer trois principaux bienfaits :

  • pour la biodiversité, la présence d’arbres est favorable au développement, à la croissance et à la vie de nombreuses espèces animales et végétales. Les arbres et les végétaux qui les accompagnent sont un refuge pour les animaux. Pour la végétation basse, les arbres créent un micro climat qui la préserve du chaud et du froid et tempère les effets extrêmes qu’on connaît aujourd’hui, en particulier à cause du changement climatique. On le voit particulièrement en ce moment, la végétation sous les arbres arrive à rester verte.
  • Pour le stockage du carbone, l’intérêt des arbres par rapport à des plantes herbacées réside dans le fait qu’ils ont des racines beaucoup plus profondes, donc ils stockent le carbone plus en profondeur que des végétaux plus petits. Le carbone est ainsi stocké de façon plus durable.
  • Les arbres interviennent enfin dans le cycle de l’eau. Du fait de leur enracinement profond, ils peuvent aller puiser de l’eau plus loin dans le sol, et lorsqu’ils transpirent, ils restituent en partie cette eau dans l’atmosphère. »

Quels sont les bénéfices des arbres dans l’agriculture ?

 » C’est le principe de l’agroforesterie, qui consiste à associer des arbres à des cultures ou à de l’élevage sur une même parcelle.

Le micro climat créé par les arbres constitue une barrière de protection pour les cultures, notamment dans les périodes de gels tardifs ou les coups de soleil. Les cultures sont donc moins impactées par ces changements de climat.

Le deuxième bénéfice est l’apport de matière organique au sol. Grâce aux feuilles qui tombent d’une part, et grâce à ce qu’on appelle le turn-over racinaire. En effet, les arbres ont de grosses racines de structure qui leur permettent de s’ancrer dans le sol, mais aussi des racines plus fines qui absorbent l’eau et les minéraux. Celles-ci ont une durée de vie assez courte et quand elles meurent, elles représentent un apport très important de matière organique dans le sol.

Enfin la présence d’arbres améliore la structure du sol car les racines créent des systèmes d’écoulement d’eau dans la terre. »

En quoi consiste l’expérimentation agroforestière au domaine départemental de Restinclières ?

 » Le Département de l’Hérault est partenaire et financeur d’un projet intégré de recherche en agroforesterie à Restinclières : le projet PIRAT.

Le domaine se divise en 2 groupes de parcelles cultivées : de la vigne au nord et des céréales au sud.

L’équipe INRAE de l’Unité Mixte de Recherche ABSys compare 3 systèmes de culture : des arbres sans cultures (témoin forestier), des cultures sans arbres (témoin agricole) et des arbres intégrés aux cultures (agroforesterie). La croissance des arbres et le rendement des cultures sont mesurés dans ces différents systèmes.

Nous constatons d’une part que les arbres poussent plus vite en agroforesterie. D’autre part, la productivité globale d’une parcelle est accrue par l’association arbres-culture car les ressources naturelles (eau, lumière, minéraux) sont utilisées toute l’année du fait du décalage des cycles des arbres et des cultures d’hiver. »

En savoir + sur nos forêts héraultaises : bons plans balades, bons gestes pour la protéger, quiz, informations…

Fiest’à Poussan 2022 : créations jubilatoires à sonorités africaines et musiques Afro-latines, pour rythmer une excellente soirée festive

yaIMG_20220723_212730La 26ème édition de Fiesta Sète s’annonçait comme  son habitude riche en découvertes et surprises avec un festival qui sait associer des artistes de renommée internationale et de nombreuses découvertes, toujours axées autour de la richesse et de la diversité des musiques vivantes. ».« musiques vivantes plutôt que musiques du monde tout simplement parce que celles que nous chérissons parlent au présent de notre monde d’aujourd’hui. Nos choix restent ainsi guidés, pour l’essentiel, par une certaine idée de la modernité, du métissage et du mouvement. Rien ne nous enthousiasme autant que les propositions musicales aux saveurs inédites, les mixtures les plus audacieusement relevées, à condition que qualité et plaisir soient au rendez-vous ! »

Il faut savoir qu’en 1997, étourdi par une petite brise de mer, José Bel, Monsieur Open Music, disquaire mythique à Sète (de 1975 à 2002), passionné de musique et militant culturel au sein des maisons de jeunes et ciné-club décide de prolonger son amour pour la musique en créant un festival. Accompagné de quelques locos locaux tout aussi passionnés ils ont décrété que la Corniche sétoise valait bien le Malecon havanais, et que le temps était idéal pour mettre à flots le festival Fiesta Latina. La voile latine les a ensuite poussés vers d’autres rivages, de l’océan Indien à l’Afrique en passant par les Balkans : tout un monde de musiques que le festival, judicieusement rebaptisé Fiest’A Sète, n’a de cesse d’explorer depuis pour vous en faire partager les richesses.

25 ans plus tard, le festival,  partage avec une passion indemne sa fringale de découvertes, toujours animé par la certitude que la musique, d’où qu’elle vienne, est un langage universel, une source inépuisable d’émotions et un puissant vecteur de fraternité et de dialogue interculturel.yaIMG_20220723_231454

À l’instar de la danse, sa sœur siamoise, la musique est une affaire de rites, et les rites ont été inventés par l’humanité à son aube pour se reconnaître en tant que telle, s’accepter, se forger un destin collectif, véhiculer des épopées, des histoires, des mémoires, des valeurs, et s’abreuver à des sources sacrées ou profanes, savantes ou festives.
Parce que cette richesse est infinie, Fiest’A Sète a toujours ignoré les formatages dictés par l’industrie du divertissement, privilégiant les croisements esthétiques audacieux et les formes porteuses de sens.
À force d’exigence, de passion, d’authenticité et de prise de risques, notre festival a gagné une place de choix parmi la vingtaine de rendez-vous européens qui comptent dans le registre de ce que nous aimons qualifier de « musiques vivantes » : châabi, ma’louf, raï, éthio-groove, vodoun, funaná, batuque, danzón, mambo, maloya, cante jondo, reggaeton, fado, musique carnatique, hindoustani, kawwali, afrobeat, gwoka, rebétiko, sembe, cumbia, transe gnawa, rumba congolaise, blues songhaï, forró, bossa, funk créole, musiques rom et klezmer, pour n’évoquer que quelques formes plus ou moins patrimoniales dont on sait l’aptitude globale au métissage tous azimuts.

Oui, musiques vivantes plutôt que « musiques du monde », tout simplement parce que celles que nous chérissons parlent au présent de notre monde d’aujourd’hui. Plus profondes sont les racines, plus belles et élancées sont les branches. Nos choix restent ainsi guidés, pour l’essentiel, par une certaine idée de la modernité, du métissage et du mouvement. Rien ne nous enthousiasme autant que les propositions musicales aux saveurs inédites, les mixtures les plus audacieusement relevées, à condition que qualité et plaisir soient au rendez-vous !

Les objectifs et les désirs de Métisète et de son équipe de bénévoles n’ont guère changé depuis 1997 : faire vivre une grande manifestation culturelle globale, qui mette en avant la diversité et la richesse des cultures et musiques du monde.

Il y a vingt-cinq ans, la musique n’était évidemment ni dématérialisée, ni « streamée », pas encore convenablement rangée en playlists, en plateformes, en algorithmes détecteurs d’affinités.  Et si pour les musiciens comme pour les mélomanes, les nouvelles technologies constituent un progrès inestimable en termes d’accès, de découverte, d’exploration de mondes musicaux inconnus, rien ne saurait remplacer l’ivresse que procure l’étourdissante brise de mer mélangée aux notes de balafon, le parfum du large imprégnant les harmonies tziganes, la douceur d’un soir d’été sublimée par une langue inconnue, l’émotion de la rencontre, l’intense vibration de la fête partagée, l’éclat de la musique vivante.

Aujourd’hui Fiest’A Sète c’est au moins:

  • 15 jours de festival
  • plus de 200 artistes issus des 4 coins du monde
  • 12 concerts au Théâtre de la Mer
  • 8 concerts gratuits dans les communes autour du Bassin de Thau et à Sète
  • Des séances de cinéma
  • Des tchatches musicales
  • Des ateliers enfants et adolescents
  • Des stands de cuisine du monde sur les lieux des concerts
  • Plus de 300 adhérents à l’association Métisète qui organise le festival

 


  • La fête populaire, telle que la font vivre nos villes et villages languedociens, semblant parfaitement compatible avec la plus grande exigence musicale, Fiest’A Sète débute avec une semaine de réjouissances musicales gratuites dans les communes qui bordent l’étang de Thau : Balaruc-les-Bains, Marseillan et Poussan. Ces soirées régies par une volonté d’éclectisme, avec des artistes venus d’horizons différents, expriment on ne peut mieux notre désir de rendre accessible la musique au plus grand nombre

    Un lieu magique : le Théâtre de la Mer


    Le festival ne serait pas ce qu’il est sans son berceau historique : Sète, une ville qui invite au voyage, avec son ambiance portuaire et son tempérament méditerranéen. C’est dans l’un des lieux les plus majestueux et emblématiques de Sète que se tient traditionnellement le temps fort du festival : le bien nommé Théâtre de la Mer. Cet amphithéâtre à ciel ouvert et à flanc de corniche est un ancien fortin côtier qui nous offre la Méditerranée en fond de scène. C’est sur ce belvédère que se succèdent une semaine durant les plus grands artistes internationaux et nouveaux talents, lors de soirées thématiques pleines d’éclat.

    Des rencontres inédites sur scène


    Ce cadre exceptionnel qu’est le Théâtre de la Mer a inspiré de nombreuses rencontres exceptionnelles au fil des ans : un grand moment de complicité entre Taj Mahal et Bassekou Kouyaté, Manu Dibango invitant Hugh Masekela, Lili Boniche et Idir, la nuit Ethiopiques avec Mahmoud Ahmed et Alémayèhu Eshèté, Ibeyi et Yael Naim, Omara Portuondo & Diego el Cigala rejoints par Yilian Cañizares, Oumou Sangare par Fatoumata Diawara & Hindi Zahra ou encore Eliades Ochoa et Roberto Fonseca…

    Sans oublier, qu’en plus de la musique, Fiest’A Sète c’est aussi une programmation culturelle plurielle en lien avec les concerts : des tchatches musicales, des séances de cinéma, des expositions dans différents lieux de la ville, des ateliers enfants et adolescents
    Avant de voyager autour de l’étang de Thau, ce samedi 23 juillet, c’était à Poussan

  D’ailleurs pour en savoir plus sur les concerts, une seule adresse :

Retrouvez la programmation complète sur https://www.fiestasete.com/presentation.html
A partir de 20 h 30, ce samedi soir, sur le parking de l’Hôtel de Ville de Poussan,  les choses se sont donc accélérées : Bien que le public se soit fait attendre en tout début de soirée, vu la chaleur ambiante,  José Bel qui s’occupe de l’association Métisète invitait le public à se rapprocher de la scène pour présenter Fiest’A Sète 2022, ou Fiest’A Poussan  et pour l’inviter à voyager avec les 2 formations qui allaient animer la soirée :yaIMG_20220723_204141
 
 » C’est la 20ème fois que nous sommes reçus à Poussan et que nous pouvons y organiser une soirée de Fiest’A Sète, Poussan une ville bien fidèle,   avec encore 2 menus, toujours en partenariat avec la Mairie et le comité des Fêtes du Carré d’As. C’est toujours un plaisir et cette année nous allons commencer par FOUFOUTA ORCHESTRA. »

Vidéos : https://youtu.be/CkVSyHZfnU0

https://youtu.be/WInMMOOJZyk?t=6

https://youtu.be/6RspENblDC0?t=6

Foufouta Orchestra est mené par Thomas Vahle à Washington et Montpellierain d’adoption et ce  « Peul blanc » baroudeur afrophile,  éprouvera un choc esthétique lors d’un concert de flûte peule au…Théâtre de la Mer ! Cinq ans d’apprentissage rigoureux au Sénégal et d’innombrables rencontres (avec Cheikh Lô et Mory Kanté notamment) l’amèneront à multiplier les projets ici et là-bas, l’Afrique au cœur, toujours.yaIMG_20220723_210013

Avec Foufouta, un  grand ensemble cosmopolite de fines lames, le multi-
instrumentiste greffe à l’âme mandingue les jambes de l’afrobeat. Explosif !

SA musique festive et dansante se démarque des fanfares habituelles par la place donnée aux instruments traditionnels d’Afrique de l’ouest : percussions et xylophones (balafon) dont les sonorités se mêlent harmonieusement aux incontournables« cuivres», créant ainsi un cocktail puissant très original!

Le public s’est laissé porter et emporter par ses créations jubilatoires avec même des arrangements des morceaux cultes de la diaspora africaine.yaIMG_20220723_210110

Sous la direction de Thomas VAHLE (spécialiste de musique Africaine et musicien de l’orchestre de MORY KANTÉ), on y rencontre Kalifa Héma (du groupe FARAFINA) et Jaky Diabaté issu d’une famille de griots du Burkina Faso.

Pas de chants mais une fusion instrumentale du groupe qui fut  jouée avec le sourire, avec une bonne humeur communicative que Foufouta a su transmettre au public.

.Aucun problème pour les spectateurs qui se laissaient entraîner sans retenue dans des rythmes bien particuliers et des mélodies surprenantes dans subtil mélange bien entraînant.

Sétois, vacanciers, Poussannais,  connaisseurs ou  néophytes, profitaient de cette opportunité pour passer un bon début de soirée. Le public s’approchait peu à peu des 600 spectateurs au meilleur de la soirée (22 h 45). tandis que déjà la pause technique était à l’ordre du jour.

Les spectateurs appréciaient cette douce nuit qui s’annonçait musicale. A l’heure de la Pause, direction les rafraîchissements et les points snacks car même si cela fait longtemps  que Poussan s’associe à Fiesta Sète pour l’organisation d’une soirée, le Carré d’As, de la buvette à l’accueil des groupes, fait son maximum.

 Après près d’une heure trente de concert, José  Bel revenait sur Fiest’A Sète et sur les formidables concerts de cet été en précisant qu’il fallait faire vivre avec Fiest’à Sète et adhérer au projet pour que cela perdure.yaIMG_20220723_230833

 Se profilait alors un autre voyage  Onda Ya. Voir vidéo : https://youtu.be/H7NBi0hDons?t=39

Un voyage entre France et Cuba avec FRANCE Chansons afro-latines. 

C’est bien la seule étiquette que tolère Onda Ya, un sextet viscéralement sudiste (à tous les sens du terme). Emmenée par un duo de chanteuses aux harmonies vocales acidulées, cette formation cosmopolite a choisi de ne pas choisir entre Brésil, Mexique et Colombie, avec des compositions originales et reprises (Flavia Coelho, Caetano veloso ou Luiz Gonzaga, légende du baião nordestin), cumbia, dub latino et douceurs tropicales.

Et avec « Le mouvement ondulé » si possible, qui est  leur vraie passion, leur credo et leur boussole.

 

Difficile de résister à cette folle invitation à la fête et une très grande partie du public y a participé en dansant jusqu’à plus de minuit en redemandant encore et encore.

yaIMG_20220723_231613

L’on y était,  l’on se laissait porter par ces sonorités si particulières qui nous invitaient encore au voyage musical dont Fiest’à Sète a le secret, dans  un univers de musiques Afro-latines porté par deux voix aux ondes envoûtantes et harmonieuses, celles des chanteuses Ambar et Elsa, ainsi que leurs « compadres », quatre musiciens expérimentés qui redessinent un répertoire de chansons latines teintées de sonorités afro.
Un univers festif pour un voyage aux nombreuses escales: Espagne, Portugal, Angola, Colombie, Brésil….
« Un univers musical qui se passait là, à Poussan, ya, ce 23 juillet » !!

Deux  concerts très différents, par deux groupes qui s’appréciaient mais qui se découvraient. Il y avait de la  qualité, et surtout la  joie et du plaisir  avec l’envie de partager outre leur conception de la musique, l’opportunité de se faire connaître.

Objectif  atteint car  une des volontés premières de ce festival est de est de s’affirmer en tant qu’entité culturelle, loin des tendances et des modes. L’on a pu le vérifier encore. Et n’hésitez pas à poursuivre car le festival s’attache cette année à mettre encore en lumière la diversité du patrimoine musical mondial, et à partager sans la moindre modération ces immenses richesses, fidèle à ses objectifs.

Pour en savoir plus : www.fiestasete.com/

 

Prévention des feux de forêt : la Gardiole concernée

Avertir, InflammableLe préfet de l’Hérault a décidé d’interdire la fréquentation du Massif de la Gardiole, en cas de risque incendie. Jusqu’au 11 septembre 2022, l’accès aux personnes et aux véhicules, motorisés et non motorisés, sera réglementé :
  • Vigilance orange : accès interdit de 11h à minuit
  • Vigilance rouge : accès interdit toute la journée

La carte de vigilance « risque incendie » publiée quotidiennement (la Gardiole est le secteur 8) permet de sensibiliser la population aux dangers des feux de forêt, et de contribuer à faire évoluer les comportements des professionnels, touristes, et résidents qui, par leurs pratiques de loisirs ou lors de leurs déplacements, peuvent être la cause de départ accidentel de feu. Il est important de rappeler que les feux sont d’origine humaine dans 9 cas sur 10.

Elle est consultable sur les supports suivants  :

Tous aux assiettes gourmandes ce 26 juillet à Poussan !.

aaaaaazzi

Rendez-vous ce soir mardi 26 juillet pour la dernière date place de la Mairie à 19h30.
Amenez vos couverts...
Profitez du meilleur du terroir local dans une ambiance festive et musicale. Les Paniers de Thau, les consommateurs relais et les producteurs du groupement d’achat des Pouss’en faim vous proposent des assiettes de produits locaux à déguster sans modération.

Vigilance Canicule

 Vigilance Canicule

Les températures minimales dans notre département vont être comprises, dans les heures à venir, entre 20 et 25 degrés et les températures maximales atteindront 37 à 38 degrés par endroits.
Météo France place donc le département de l’Hérault en vigilance ORANGE canicule à compter de samedi 23 juillet 12h00.
Quelques conseils pratiques :
Attention au coup de chaleur  :
Boire de l’eau régulièrement
Fermer les volets en journée
Prenez des nouvelles de vos proches
Évitez les sorties aux heures les plus chaudes
Éviter les efforts physiques,…

Montbazin : la déchetterie fermée pendant deux semaines

La déchetterie de Montbazin sera fermée pour travaux, du lundi 18 au dimanche 31 juillet inclus (réfection des portails et des garde-corps, réparation des nids-de-poule…).
Les usagers pourront utiliser celles de Balaruc ou de Mèze durant les deux semaines concernées.
 
La brigade territoriale de Sète agglopôle méditerranée, la gendarmerie nationale et la police municipale de Montbazin multiplieront les rondes pour éviter les dépôts sauvages.

ROBESCapture d’écran 2022-07-15 163320