Jusqu’au 30 juillet, de Léonard à Andréa

« Toute connaissance commence par les sentiments ».
C’est ainsi que débute l’histoire d’amour entre un génie, peintre et homme de science italien, Leonardo di ser Piero da Vinci et un architecte toscan de Larciano Andréa Néri.neri 05 05 17 3
Léonard de Vinci est né le 15 avril 1452 dans les environs de Vinci, un petit village de Toscane, en Italie, près de Florence, à seulement 5 kms de Larciano où vit Andréa Néri.
Andréa a toujours vécu dans le milieu du bois. Dans son atelier d’ébénisterie, son père a appris à ses quatre enfants à construire leurs propres jouets. Lui-même construisait ses machines à bois. C’est dire que dans cette famille, le travail du bois et l’amour pour cette matière prédominaient.
«Nous sommes nés dans la sciure de bois», s’amuse à dire Andréa. Au départ Andréa
a créé un pistolet, puis passionné, il s’est penché sur des réalisations plus complexes, des maquettes d’avion, de maison, de bateau comme le Titanic. «Si je n’avais pas consommé autant de bois quand j’avais 13 ans, se souvient Andréa, mon père serait
riche aujourd’hui !».
Puis vint l’amour d’une toute autre discipline, le basket. En jouant à un niveau professionnel, il n’avait alors plus de temps à consacrer au modélisme. Il faut vous dire qu’Andréa mesure 2m, il était donc prédestiné à ce sport !neriCapture
Une rencontre et 150 maquettes plus tard :  Adulte Andréa a toujours cette passion
pour le modélisme. Tout comme Léonard de Vinci, il aime dessiner, il aime comprendre, observer et expérimenter. Il va regarder tout ce qu’il peut améliorer de l’intérieur et décortiquer le fonctionnement d’un objet. Il aime également pardessus tout, l’histoire du Moyen-âge. Alors, avec son frère Alessandro, il intègre un groupe médiéval. Ils vont alors tous deux, rechercher les techniques, les costumes, les tissus de l’époque. Ils vont aussi se mettre à construire leurs propres «machines de guerre» comme la catapulte ou la baliste.neri 05 05 17 2
Ils vont également apprendre à tirer à l’arc en respectant en tous points les techniques
de l’époque. En plus de ce loisir, Andréa devenu architecte (on s’en serait douté,
tant il aime l’histoire et tant il aime construire), va participer à la rénovation du château de Larciano et même prouver à tous que cette bâtisse avait à l’époquequatre tours. Il va aussi se remettre au modélisme. Sa collection compte aujourd’hui 150 maquettes. Et comme son père, il imagine les outils et améliore les machines dont il a besoin pour ses créations. Il a d’ailleurs une foultitude de petits instruments minuscules pour travailler. Et l’on se demande comment avec ses «mains de charpentier», il arrive à concevoir des pièces infiniment petites avec une habileté, une finesse et un geste extraordinairement précis. Une rencontre avec le professeur Carlo Pedretti, historien de l’art Italien, l’un des meilleurs experts actuels de la vie et des œuvres de Léonard de Vinci, va permettre à Andréa d’avoir une autre vision des dessins du génie. Ensemble, ils vont étudier et interpréter les dessins. «Chacun avait sa propre interprétation, explique Andréa, tant historique que technique. Il nous a fallu également nous replonger dans l’univers de l’artiste et dans l’histoire pour ne pas commettre d’erreur dans la construction des maquettes. Impossible par exemple d’utiliser des vis car elles n’existaient pas à l’époque».neri 05 05 17 1
Une exposition incroyable. C’est lors d’une de ces multiples rencontres avec le comité de jumelage et notamment lors d’un dîner avec Nicole Zanetti, professeure au collège de Poussan, qu’est née l’idée d’exposer ici à Poussan, l’intégralité des maquettes représentant les dessins de Léonard de Vinci, réalisées par Andréa. «J‘avais 50 maquettes à exposer, explique Andréa, et en lisant le dossier de présentation de l’exposition, j’ai vu que vous aviez présenté des modèles que je n’avais pas encore construits. Alors pendant trois mois, j’ai vécu, mangé, dormi Leonardo Da Vinci,
pour présenter sept maquettes de plus. Ce n’était pas facile car il faut savoir que le
peintre a fait des dessins sans aucune proportion et qu’il faut donc entrer en quelque sorte
dans son cerveau pour comprendre l’objet et son fonctionnement». Pari tenu, 57 maquettes sont arrivées à Poussan. »neri g 060517
Lorsqu’Andréa a découvert l’exposition pour la première fois, il a été très ému.
«Je n’avais pas de mots, je suis resté bouche bée. L’émotion a été immense, jamais je n’aurais pensé que cela serait aussi beau. Ce fut une très belle surprise. Merci »
. Et si, comme le dit Léonard de Vinci, «toute connaissance commence par les sentiments», alors ici à Poussan, au foyer des campagnes, nous allons tous être riches de ces sentiments tant l’amour, la passion et l’émotion sont présents autour de chacune des maquettes d’Andréa. Merci à vous l’artiste.
Nathalie Chauvet
Foyer des Campagnes de Poussan
Jusqu’au 30 juillet (le samedi et le dimanche : 10h/12h et 15h/19h – Foyer des campagnes à Poussan

« Léonardo da Vinci » et ses maquettes : exposition jusqu’au 30 juillet

Suite au succès de l’exposition des maquettes d’Andréa Neri d’après Léonard de Vinci, le service culturel de la Ville de Poussan a décidé de prolonger l’ouverture de l’exposition jusqu’au dimanche 30 juillet à 19 h.leonard

L’entrée est libre.

Le Samedi et Dimanche de 10 h à 12 h et de 15 h à 19 h, du Lundi au Vendredi de 15 h à 19 h

Le lien Youtube pour visionner le reportage diffusé sur France 2.

 

Florence Guy va exposer à Montbazin

mtb 28 7 17CaptureNée le 24 novembre 1986 à Montpellier, Florence GUY est attirée très tôt par le dessin et toutes les disciplines picturales. Réalisant des portraits dessinés très fidèles et étant depuis toujours fascinée par l’expression et le réalisme des statues, elle se lance dans la sculpture à l’âge de 18 ans. Ce don lui permet de modeler avec force et sensibilité des hommes, des femmes, des couples élancés et des bustes figuratifs et expressifs.

Autodidacte, elle réalise un certain nombre de pièces sculptées pour des particuliers, associations et collectivités publiques. Après avoir créé le buste de « Blanchette »* en 2005 pour le 50ième anniversaire de sa mort, elle réalise un buste de Jean Paul II, aujourd’hui exposé dans l’Allée qui porte son nom à côté de l’église St Jean-Baptiste (XIIème) de Castelnau-le-Lez.

Depuis 2005, elle crée chaque année le « Lez d’Or », trophée du festival régional de Théâtre « Festilez ».
En 2006, elle crée une sculpture symbolisant l’harmonie et l’alliance entre les peuples qui sera choisie par la ville de Castelnau-le-Lez comme cadeau lors du 25ième anniversaire du Jumelage avec Plankstadt (Allemagne).

Après l’obtention d’une licence en Arts Plastiques en 2007, Florence donne des cours de sculpture en structure associative, et depuis 2010, anime des stages proposés par le Service Orientation Jeunesse de la Ville de Castelnau-le-Lez pour des groupes d’enfants et adolescents.

Aujourd’hui installée sur la commune du Crès, elle dirige divers ateliers de dessin, peinture et sculpture au sein de l’association « Aletheia Atelier d’Art ».
En 2012, elle intègre une école d’animation 3D et d’effets spéciaux numériques, ARTFX, où elle enseigne le volume.

Pour Florence : « L’Etre » est au centre de mon projet sculptural. « Etre » signifie apparaître en s’épanouissant, sortir de l’occultation. La terre est un matériau de prédilection pour faire surgir au paraître, pour arracher à l’ombre, au bloc une idée, un mouvement, une attitude, une expression, une présence. »

Florence fait naître de la terre, des visages, des formes et des corps nus où s’harmonisent courbes, tendresse et volupté.

Ce jeu de contrastes, entre abstrait et figuratif, vides et pleins, rugueux et lisse, ombre et lumière, reflète une recherche d’harmonie entre la matière et le corps en mouvement.

Un événement : Leonardo da Vinci à Poussan

Exposition de maquettes d’après des dessins originaux du génie italien par Andrea Neri, architecte toscan de Larciano, ville jumellée à Poussan.

  Jusqu’au 30 juillet (le samedi et le dimanche : 10h/12h et 15h/19h – Foyer des campagnes à Poussan)
neri 05 05 17 3

La présentation des maquettes sera accompagnée d’éléments pédagogiques : descriptif explicatif de chaque machine, reproduction des croquis originaux de Leonard de Vinci, vidéo racontant la vie de Léonard de Vinci et son époque, vidéo sur les oeuvres de Leonard de Vinci (dessin, architecture, ingénierie, médecine…).

   

Les thèmes de l’exposition

La scénographie de l’exposition d’une cinquantaine de maquettes (fabriquées en bois, balsa, métal et toile) s’articulera autour de quatre thèmes : l’air et ses machines volantes, l’eau avec les ouvrages hydrauliques, les ponts et les bateaux, le feu et ses machines de guerre, la terre avec les machines de chantier.


L’air

Le feu
 
La terre

L’eau

La présentation des maquettes sera accompagnée d’éléments pédagogiques : descriptif explicatif de chaque machine, reproduction des croquis originaux de Leonard de Vinci, vidéo racontant la vie de Léonard de Vinci et son époque, vidéo sur les oeuvres de Leonard de Vinci (dessin, architecture, ingénierie, médecine…).

neri 05 05 17 2

 

Leonard de Vinci

  • Une palette de talents
    Léonard de Vinci (Leonardo di ser Piero da Vinci, dit Leonardo da Vinci), né à Vinci (Italie) le 15 avril 1452, mort à Amboise (France) le 2 mai 1519, est un artiste florentin et un homme d’esprit universel, à la fois scientifique, ingénieur, inventeur, anatomiste, peintre, sculpteur, architecte, urbaniste, botaniste, musicien, poète, philosophe et écrivain.
  • Un esprit aiguisé
    Léonard de Vinci est souvent décrit comme l’archétype et le symbole de l’homme de la renaissance, un génie universel, un philosophe humaniste, observateur et expérimentateur, avec un rare don de l’intuition de l’espace et dont la curiosité infinie est seulement égalée par la force d’invention.
  • Un génie
    Nombre d’auteurs et d’historiens le considèrent comme l’un des plus grands peintres de tous les temps et certains comme la personne la plus talentueuse dans le plus grand nombre de domaines différents ayant jamais vécu.

<

Pascale Patissier expose à Loupian et à Pignan

Pascale Patissier, artiste peintre poussannnaise est sur tous les fronts en ce début d’été : à la chapelle Saint-Hippolyte de Loupian,  qui accueillera jusqu’en septembre plusieurs artistes. Après “Peintures, mosaïques et écorces” d’Abdel Aouatah, c’est “Tâches et traces”, de Pascale, qui vient illuminer la chapelle, jusqu’au 23 juillet. Le vendredi 30 juin, l’artiste poussannaise, en présence de Serge Allié, Adjoint au Maire de Loupian précisait :pat 04 07 17Capture

« Passionnée de dessin dès ma plus tendre enfance, j’ai seulement franchi le pas de la création en 2000 de façon autodidacte. Je me classe volontiers dans le mouvement de l’abstraction poétique qui me convient parfaitement ; je puise effectivement mon inspiration dans le monde onirique, et me laisse guider par mes émotions, mes états d’âme, et cela se sent au travers de mes œuvres. Je me nourris de la beauté du monde autour de moi et espère emporter le spectateur avec moi dans des voyages au pays de l’imaginaire. »pat 2Capture

N’hésitez-pas à aller à la chapelle du mercredi au dimanche, de 15 h à19 h.

Mais si vous désirez en savoir plus sur son œuvre, elle expose aussi  au caveau de Pignan les nus et les petits formats de sa collection et ce, jusqu’à fin juillet…

Jean-Claude Agullo, passion vitrail

agu 10 7 17DSC_0263 (34)Votre visite lui fait toujours chaud au cœur car Jean-Claude Agullo, un autodidacte de la sculpture sur bois et du vitrail, sait que la passion ça se partage. Jean-Claude est toujours motivé pour réaliser de nombreuses expériences et donc son amour pour le travail bien fait lui permet de s’épanouir dans sa passion. Et il expose ses œuvres jusqu’à dimanche soir à la salle Jean-Théron du Foyer socio culturel. Depuis près de 22 ans Jean-Claude réalise des objets pour le plaisir et souvent pour offrir à tous ceux qu’il aime. Heureux que d’autres s’intéressent à ce qu’il fait il a eu envie d’en faire profiter un maximum de personnes.agu 7 7 17DSC_0275 (23)

Il avait même proposé à des scolaires de lui rendre visite . Cette année cela n’a pu se réaliser. Jean-Claude était très heureux d’expliquer sa technique et de pouvoir initier enfants ou adultes à cet art du vitrail.
Entre soudure et maniement du verre, entre ombre et lumière, chacun a pu apprécier le travail de ce passionné qui c’est certain, n’est pas au bout de ses découvertes bien qu’il se lance dans des grandes dimensions avec des psychés et dans les 3 Dimensions avec son Iceberg .DSC_0276 (22)

 Pour ceux qui ne pourraient se rendre à Poussan, sachez qu’il exposera ses œuvres près du Théâtre de verdure à Balaruc les Bains, du 13 au 16 juillet, au 12 Rue Maurice Clavel, avec tirage de la tombola le 16 à Balaruc Les Bains. Profitez-en.agu 10 7 17DSC_0265 (33)

  

Jean-Claude va exposer ses œuvres au foyer socio-culturel

DSC_0081Jean-Claude Agullo va exposer ses œuvres à la salle Jean-Théron du Foyer socio culturel.

(Rectificatif : 7, 8 et 9 juillet, tirage loterie, le 16 à Balaruc Les Bains)

Depuis près de 20 ans Jean-Claude réalise des objets pour le plaisir et souvent pour offrir à tous ceux qu’il aime. Heureux que d’autres s’intéressent à ce qu’il fait il a eu envie d’en faire profiter un maximum de personnes. Cette autodidacte de la sculpture se passionne maintenant pour les vitraux. agudDSC_0274 (14)

Vous profiterez de ces conseils très éclairés sur sa technique. Il en réalise régulièrement en fonction de son inspiration.

« Avec du plomb en U pour les bords et en H pour le reste, avec du verre coloré de 3 mm d’épaisseur, en utilisant quelques outils dont principalement un diamant en tungstène, il réalise de beaux vitraux grâce surtout à son talent et à son imagination débordante. »

Et pour souder, c’est à l’étain.

Il vous attendra du 7 au 9 juillet. Il vous expliquera avec beaucoup de gentillesse et de passion comment il procède, puis il vous montrera ses outils.

Profitez-en, c’est vraiment rafraichissant et lumineux.

Andrea Neri, sur les traces de Leonardo da Vinci

neri 05 05 17 2Cette année marque les 30 ans des échanges scolaires entre les villes de Poussan et de Larciano en Toscane qui sont officiellement jumelées depuis 2013 et l’année 2017 marque également les 500 ans de l’arrivée de Léonard de Vinci en France. neri 05 05 17 3

La commune de Larciano étant limitrophe de celle de Vinci où est né Leonard de Vinci, Andréa Neri, architecte, membre de l’association italienne du comité de jumelage italien, un passionné qui a réalisé une cinquantaine de maquettes d’après les croquis du génial créateur de la renaissance, les a mis généreusement à la disposition du service culturel de la ville de Poussan. Mais il faut savoir qu’il en possède plus de 150 autres sans rapport avec Léonard de Vinci.

Diplômé en architecture à l’Université degli Studi di Firenze en 1980, sa thèse sur les « Interventions et restaurations sur les ouvrages en béton armé endommagés par des événements sismiques » reçoit la mention très bien et les félicitations du jury. Il devient ensuite un expert en études sismiques pour l’Italie. L’université de Florence l’a chargé d’étudier et de suivre différents événements telluriques survenus en Italie et à l’étranger. Durant toutes ses années son esprit aiguisé, son intérêt  pour tout ce qui peut rentrer en mouvement, pour tout ce qui fonctionne et devient mobile seront mis au service de son métier qui du dessin à la conception, de plans à la réalisation de maquettes a un lien très étroit avec sa passion pour Léonard de Vinci et pour son œuvre extraordinaire.neri 12 05 05 17

Dès l’âge de 14 ans, en effet, dans l’usine de menuiserie de son père, il réalise des maquettes statiques et dynamiques en bois et se découvre une passion pour le modélisme. Tout y passera, les avions, les automobiles, les maisons, les voiliers et les paquebots comme le Titanic. Mais emporté par le sport (Basketteur de très haut niveau) et par sa profession, il ne s’y remettra qu’après sa retraite sportive. Parallèlement il participera avec quelques amis à la construction de différentes machines de siège, armes et équipements militaires pour la promotion du château médiéval de Larciano, son village.neri 11 05 05 17

« Tout m’intéresse dans la réalisation des maquettes. Le dessin, la conception, le montage. J’ai été fasciné par Léonard de Vinci qui habitait jadis à 10 kms de chez moi. J’ai rapidement eu envie de réaliser moi-même des maquettes en rapport avec le métier de mon père, le côté médiéval de Larciano et ma passion pour le dessin. Le lien était logique avec Léonard de Vinci qui dans ce domaine a surtout réalisé des plans ou des dessins d’observation touchant même à l’anatomie, des travaux qu’il faut interpréter en se replongeant dans son époque. Il dessinait tout et comprenait tout rapidement et souvent d’une façon obsessionnelle. »neri 05 05 17 1

Andréa s’est laissé prendre par cette belle passion pour Léonard il y a plus de 15 ans . Après quelques réalisations, il est allé à la rencontre de Carlo Pedretti pour avoir son avis.

Carlo Pedretti est professeur émérite d’histoire de l’art italien et titulaire de la chaire d’études léonardiennes de l’Université de Californie à Los Angeles, un professeur avec qui il a toujours des échanges très enrichissants… C’est l’opportunité pour lui de réaliser des maquettes des « Machines de Leonardo. » en s’approchant le plus possible des dessins de l’époque. Ayant construit aujourd’hui plus d’une cinquantaine d’entre-elles, le dernier modèle réalisé à la demande du professeur Pedretti est le « Compteur d’eau » étudié par Léonard de Vinci en 1510 pour Bernardo Rucellai.neri 14 05 05 17

Stimulé par ce spécialiste devenu son ami, Andréa ne s’arrête plus et travaille déjà sur de nouvelles maquettes pour toujours et toujours explorer l’univers de Léonard de Vinci, cet homme né le 15 avril 1452, un peintre florentin et un homme d’esprit universel, à la fois artiste, organisateur de spectacles et de fêtes, scientifique, ingénieur, inventeur, anatomiste, peintre, sculpteur, architecte, urbaniste, botaniste, musicien, poète, philosophe et écrivain… Et quel plaisir pour Andréa de voir ses maquettes exposées à Poussan, une seconde naissance pour elles…neri 10 05 05 17

 Exposition de maquettes d’après des dessins originaux du génie italien par Andrea Neri.
Jusqu’au 30 juillet

L’entrée est libre.

Le Samedi et Dimanche de 10 h à 12 h et de 15 h à 19 h, du Lundi au Vendredi de 15 h à 19 h

 

 

A la MJC, la belle exposition des ateliers de peinture

aDSC_0009 (20)Du 15 au 30 juin, après l’exposition des ateliers d’art, c’est au tour des ateliers de peinture de montrer une grande partie de leurs réalisations dans la salle d’accueil de la MJC. aDSC_0005 (22)Le vernissage de cette exposition avait lieu ce jeudi 15 juin, à 18 h. C’est toujours très rafraichissant de voir que des amateurs conseillés par leur professeur, peuvent grâce à leurs dons mais aussi leur passion, créer et se dépasser pour réaliser des œuvres qui seront appréciées par leurs pairs. aDSC_0003 (23)

(Cliquez sur les tableaux pour les agrandir.) Et pour la plupart de ces artistes féminines, elles le font depuis plusieurs années avec un grand plaisir et beaucoup d’énergie.aDSC_0015 (16)

Monique, Yolande, Marie-Christine, Aline, Aurore, Suzy, Ghislaine et Dominique étaient très heureuses d’exposer. Comme le précisait Marina Dumonceaud, c’est toujours très enrichissant pour les visiteurs de pouvoir apprécier des réalisations d’amateurs qui ont mis tout leur cœur dans leur travail :DSC_0014 (16)  » Et il est important que bon nombre de personnes puissent en profiter. Avec les galas et les spectacles en juin, ce devrait être possible. Félicitations à vous toutes. »DSC_0016 (16)

aDSC_0006 (22)Marie-Jo Ligas, le professeur qui anime ces ateliers depuis plus de 12 ans, précisait qu’avec ses élèves qui sont devenues des copines, c’est toujours un plaisir de se retrouver dans une passion commune : « Je les aime, mais je souhaite aussi qu’elles aient un espace de liberté pour pouvoir s’exprimer grâce à la Peinture. »

Toujours est-il que les réalisations de qualité témoignent de bases solides pour chacune des artistes qui exposent et pour toutes celles qui viennent d’une année sur l’autre, que de progrès techniques et artistiques. Alors, n’hésitez pas, un petit tour à la MJC ne peut être que bénéfique.