Lundi 25 juin, venez donner votre sang !

L’équipe de l’Etablissement français du sang vous attend à la salle Jean Théron du jardin public, de 14h30 à 19h30, à Poussan.

 Le mois de juin est dédié à la Journée mondiale des donneurs de sang -14 juin – alors l’EFS compte sur vous pour montrer l’exemple ❣

Un doute sur votre capacité à donner ? Venez poser la question au médecin de collecte ou faites le test d’aptitude en ligne sur : https://dondesang.efs.sante.fr/test-aptitude-au-don !  #dondesang #dondevie #solidarité

 Le mois de juin est un mois important pour l’EFS qui célèbre la Journée mondiale des donneurs de sang.gna

 

Le but de cet événement est à la fois de remercier les donneurs fidèles et d’en recruter de nouveaux. Mais aussi de  réaliser un nombre important de prélèvements avant l’été, la période estivale étant sensible, car les départs en vacances entraînent une baisse de fréquentation des collectes.

Maladie d’Alzheimer : déremboursement des médicaments au 1er août 2018

Illustration 1Crédits : © sebboy12 – Fotolia.com

Illustration 1 undefined

La Haute Autorité de Santé (HAS) a réévalué le service médical rendu par les médicaments de la maladie d’Alzheimer et a conclu qu’ils présentaient une efficacité faible et des effets indésirables importants (digestifs, cardiovasculaires et neuropsychiatriques). En conséquence, un arrêté publié au Journal Officiel prévoit que ces médicaments ne seront plus pris en charge par l’Assurance maladie à compter du 1er août 2018.

La mesure concerne 4 médicaments (Aricept, Ebixa, Exelon, Reminyl) et leurs génériques, jusque-là remboursés à hauteur de 15 %, dont le coût pour l’Assurance maladie était évalué à environ 90 millions d’euros en 2015.

Concomitamment, et dans le cadre du Plan maladie neurodégénérative 2014-2019, la HAS publie un guide accompagné de fiches pratiques sur le parcours de soins [null – 779,86 Ko] et d’accompagnement des personnes malades et de leurs familles. Son objectif est de proposer aux professionnels des repères précis et des outils pour la mise en œuvre de soins coordonnés et d’aides adaptées dès les premiers signes jusqu’aux stades sévères de la maladie. Par ailleurs, le rôle des médecins généralistes dans le dépistage et l’accompagnement des 850 000 personnes malades a été renforcé.

  À savoir :

Le bien fondé du remboursement des médicaments par l’Assurance maladie est régulièrement réévalué par la HAS afin de s’assurer qu’ils présentent un intérêt thérapeutique suffisamment important.

Qu’est-ce que le service médical rendu (SMR) ?

Le SMR est un critère qui prend en compte à la fois la gravité de la pathologie pour laquelle le médicament est indiqué et les données propres au médicament lui-même dans une indication donnée :

  • efficacité et effets indésirables ;
  • place dans la stratégie thérapeutique (notamment au regard des autres thérapies disponibles) et existence d’alternatives thérapeutiques ;
  • intérêt pour la santé publique.

En fonction de l’appréciation de ces critères, plusieurs niveaux de SMR ont été définis :

  • SMR majeur ou important ;
  • SMR modéré ou faible, mais justifiant cependant le remboursement ;
  • SMR insuffisant pour justifier une prise en charge par la collectivité.

Le SMR d’un médicament est mesuré à un moment donné. Il peut évoluer dans le temps et son évaluation peut être revue, notamment lorsque des données nouvelles sur lesquelles son appréciation se fonde sont produites, ou lorsque des alternatives plus efficaces apparaissent.

Qu’est-ce que l’amélioration du service médical rendu (ASMR) ?

L’ASMR correspond au progrès thérapeutique apporté par un médicament. En fonction de l’appréciation, plusieurs niveaux d’ASMR ont été définis :

  • ASMR I, majeure ;
  • ASMR II, importante ;
  • ASMR III, modérée ;
  • ASMR IV, mineure ;
  • ASMR V, inexistante, signifie « absence de progrès thérapeutique ».

Le niveau d’ASMR intervient dans la fixation du prix d’un médicament remboursable.

Tabac-info-service.fr : le site pour vous aider à arrêter de fumer

Illustration 1Crédits : © svtdesign – Fotolia.com

Illustration 1 undefined

Comment arrêter de fumer ? Quel est le meilleur moment ? Comment faire face à l’envie de refumer ? Alors que le 31 mai est la journée mondiale sans tabac, retrouvez sur le site tabac-info-service.fr toutes les informations pratiques pour vous accompagner dans cette démarche pour arrêter la cigarette.

Le site tabac-info-service.fr vous propose plusieurs rubriques pratiques :

  • le tabac et moi (mon rapport au tabac, mon rapport à l’arrêt, les effets néfastes du tabac, ce que l’arrêt va m’apporter, comment arrêter ?) ;
  • j’arrête de fumer (je fais le point sur ma motivation, ma consommation et mes habitudes, je choisis ma stratégie, j’anticipe les difficultés, je choisis une date et je m’organise, je gère le jour J…) ;
  • je tiens bon (je fais face à l’envie, j’apprends à vivre sans tabac, je gère mes difficultés, ce que je dois faire si je refume quelques cigarettes) ;
  • j’aide un proche (j’aide un fumeur à arrêter, je dialogue avec mes enfants, je parraine…) ;
  • vos questions/nos réponses.

Par ailleurs, du lundi au samedi de 8h à 20h, vous pouvez également téléphoner au 39 89 (service gratuit + coût de l’appel) où des tabacologues vous répondront pour vous aider dans votre démarche d’arrêt du tabac.

Enfin, vous pouvez aussi bien sûr télécharger sur votre téléphone l’application Tabac info service afin de bénéficier d’un accompagnement 100 % personnalisé permettant de :

  • vous préparer pour le jour J ;
  • personnaliser le coaching en fonction de vos habitudes de vie ;
  • suivre en direct les bénéfices tant au niveau de votre santé qu’au niveau de votre porte-monnaie ;
  • gérer votre stress et votre poids grâce à des conseils d’experts et des exercices de relaxation…

  À noter :

Les fumeurs qui souhaitent arrêter de fumer peuvent bénéficier depuis peu d’une prise en charge de l’Assurance maladie à hauteur de 65 % avec :

  • la gomme à mâcher Nicotine EG 2 mg / 4mg (fruit ou menthe) ;
  • le dispositif transdermique en sachet (patch) Nicorretteskin 10 mg / 15 mg / 25 mg.

Tabac : des gommes à mâcher et des patchs désormais remboursés

 

Illustration 1Crédits : © siraanamwong – Fotolia.com

Illustration 1 undefined

Les fumeurs qui souhaitent arrêter de fumer peuvent désormais bénéficier d’une prise en charge par l’Assurance maladie de deux traitements de substitution nicotinique. C’est en effet ce qu’a confirmé le ministère des Solidarités et de la Santé suite à la publication au Journal officiel de deux arrêtés modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux.

Cette prise en charge à hauteur de 65 % concerne :

  • la gomme à mâcher Nicotine EG 2 mg / 4mg (fruit ou menthe) ;
  • le dispositif transdermique en sachet (patch) Nicorretteskin 10 mg / 15 mg / 25 mg.

Cette aide doit permettre de supprimer l’avance de frais systématique tout en proposant le même tarif pour un même produit sur l’ensemble du territoire.

Par ailleurs, le ministère a confirmé que le forfait d’aide au sevrage de 150 € par an et par assuré est maintenu jusqu’à la fin de l’année 2018.

  Rappel :

Le site Tabac info service propose également des informations utiles dans la rubrique j’arrête de fumer (motivation, stratégie, anticipation des difficultés, gestion du premier jour sans tabac…).

EFS : certaines lettres ont plus de pouvoir que d’autres…

Certaines lettres ont plus de pouvoir, faites-les disparaître !

Comme en 2017, l’EFS renouvelle l’opération #MissingType pour sensibiliser le plus grand nombre autour du don de sang en amont de la Journée mondiale des donneurs de sang.

Ainsi, l’EFS invite les marques, les institutions et les entreprises à retirer de leur logo les lettres A, B, O. L’objectif est d’attirer l’attention et de rappeler l’importance de donner son sang régulièrement. Une opération simple, spontanée et virale qui peut être relayée grâce à l’engagement de tous ceux qui partagent l’idée que le don de sang est un acte citoyen, solidaire et indispensable.

 

Comment devenir les ambassadeurs de #MissingType ?

Toutes les initiatives sont les bienvenues, collectivement ou à titre individuel. Un seul mot d’ordre faire disparaître temporairement de votre logo sur les sites internet, intranet, enseignes, profils de réseaux sociaux…ou de vos signatures mail, ces lettres A, B, O qui ont plus de pouvoir que d’autres.
Pour faire le buzz autour de cette opération inédite et mobiliser le maximum de personnes, partagez votre pouvoir, devenez ambassadeur de #MissingType !

Une idée qui a séduit l’année dernière 650 ambassadeurs en France. A vous de jouer !

Donneur ou non donneur, vous souhaitez soutenir le don de sang !

Téléchargez votre buzz box 2018MISSCapture

Cancer du col de l’utérus : mise en place d’un dépistage généralisé et gratuit

Illustration 1 undefined

Le dépistage du cancer du col de l’utérus va être généralisé et entièrement remboursé par la Sécurité sociale pour les femmes de 25 à 65 ans qui n’ont pas réalisé de frottis du col de l’utérus depuis 3 ans.

Le cancer du col utérin est l’un des seuls pour lequel le pronostic se dégrade en France, avec près de 3 000 cas diagnostiqués et 1 100 femmes qui en meurent chaque année. Afin de réduire cette mortalité trop élevée, toutes les femmes de 25 à 65 ans vont pouvoir bénéficier d’un dépistage régulier. Ainsi, celles qui n’ont pas réalisé de frottis du col de l’utérus dans les 3 années précédentes vont être invitées par courrier à se rendre chez un médecin ou une sage-femme pour effectuer cet examen qui sera pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie.

  À savoir :

Des moyens importants ont déjà été mis en œuvre pour prévenir cette maladie :

  • un frottis du col de l’utérus à partir de 25 ans pour dépister des lésions précancéreuses et des cancers à un stade permettant plus facilement la guérison ;
  • un vaccin avant 19 ans contre le principal facteur de risque de ce cancer, le papillomavirus.

  À noter :

Ce programme de dépistage organisé est le troisième en France, après celui du cancer du sein qui s’adresse aux femmes entre 50 et 74 ans depuis 2004, et celui du cancer colorectal qui s’adresse aux femmes et aux hommes entre 50 et 74 ans depuis 2009. Il suit les préconisations du plan cancer 2014-2019.

Démographie médicale : quel accès aux médecins et aux infirmiers ?

Avec 226 000 médecins en activité au 1er janvier 2018, la France compte 10 000 médecins de plus qu’en 2012. 45 % des médecins sont des médecins généralistes. La moyenne d’âge des médecins actifs est assez élevée… (lire la suite)

Il faut vérifier la profondeur de l’eau avant de plonger

Illustration 1Crédits : © ONYXprj – Fotolia.com

Illustration 1 undefined

Celui qui plonge doit vérifier la profondeur de l’eau de la rivière avant de plonger. Le vacancier imprudent ne peut pas ensuite reprocher au plagiste de ne pas avoir prévu une signalisation pour prévenir du danger. C’est ce qu’a jugé la Cour de cassation le 29 mars 2018.

Un vacancier s’était grièvement blessé en plongeant dans la rivière de la plage du camping où il était hébergé. Il estimait que le propriétaire de la plage était responsable de son accident du fait que les lieux ne faisaient l’objet d’aucune signalisation concernant la baignade ou l’interdiction de sauter ou de plonger.

Mais ce n’est pas l’avis des juges. La Cour de cassation a jugé que la victime avait commis une faute d’imprudence en plongeant à nouveau dans la rivière, alors qu’elle connaissait les lieux et savait que l’eau était trouble et peu profonde tout en ayant consommé de l’alcool dans des proportions importantes. Elle a considéré que cette faute était à l’origine exclusive de l’accident et que le propriétaire de la plage n’avait commis aucune faute en ne mettant pas en place des panneaux de signalisation et d’interdiction de plonger.

Les Paniers de Thau à la « Une »

Voici une belle initiative mise en place par le CPIE Bassin de Thau pour vivre son alimentation autrement :

Screen Shot 03-05-16 at 07.38 AML’association coordonne depuis 2008 le projet citoyen « Paniers de Thau » qui consiste à pratiquer la vente directe de produits du terroir grâce à l’implication d’intermédiaires bénévoles (les consommateurs relais).

Une simple inscription sur le site www.paniersdethau.fr suffit pour pouvoir remplir son panier en ligne au grès de ses envies (pas d’obligation d’achat hebdomadaire).

Plus qu’une volonté d’encourager une consommation responsable et locale, il s’agit de favoriser les échanges entre citoyens du territoire et tenter de voir plus loin pour l’alimentation de demain.

Si vous souhaitez l’adopter ou tout simplement vous en inspirer, ici tous les détails du projet : http://www.cpiebassindethau.fr/accompagner-les-territoir…/…/

Excellente mobilisation pour la collecte de sang

A Poussan, les collectes de sang ont lieu régulièrement, à la salle Jean-Théron du Jardin Public. Le Docteur responsable de la journée de prélèvements de ce lundi 23 avril précisait que si la dernière fois 70 personnes avaient été prélevées cette fois-ci, il y a eu 71 donneurs qui se sont présentés, 71 prélevés dont 12 nouveaux donneurs.

 Excellente collecte ! Précise Laure MALLEN-DROUIN

« Les résultats de la collecte de sang sont encore exceptionnels ! » capDSC_0002 (10)« Pour vous donner une idée, la moyenne des prélèvements des dernières années  était de 52 poches par collecte. »

Les donneurs sont tous remerciés pour leur don.

zzzzzzzdsc_0002-27  « Les équipes de l’EFS remercient chaleureusement toutes les personnes qui se sont déplacées à la salle Jean Theron. » Précisait Alexandra Luchez, Chargée de Communication Gard – Hérault de l’EFS.

En France, chaque année, plus de trois millions de dons de sang sont nécessaires pour assurer la survie des malades et blessés auxquels il manque un composant sanguin. Cependant,  4 % des Français de 18 à 65 ans en âge de donner leur sang effectuent chaque année ce geste indispensable de santé publique.

P1510145 (2)Il suffirait d’un don supplémentaire par an et par personne pour répondre à l’augmentation des besoins avec des périodes de tension.

« Les donneurs du groupe O sont particulièrement recherchés mais toute personne reconnue médicalement apte au don par le médecin de prélèvement peut donner. »
N’oubliez pas, avec un petit effort, vous pouvez faire un grand geste pour une bonne cause et sachez que l’Etablissement français du sang collecte tous les types de don de sang : don de sang total, don de plaquettes, don de plasma, et don de sang placentaire. Il participe aussi au prélèvement de moelle osseuse. Le don de sang dit « total » est le don le plus courant. Après le prélèvement, les trois principaux composants sanguins -globules rouges, plaquettes, plasma – sont séparés. Le don de plasma permet par exemple de soigner les grands brûlés mais aussi de préparer des médicaments pour soigner les hémophiles.

Le don de plaquettes permet de traiter les hémorragies chez les malades. Le don de moelle osseuse et le don de sang placentaire sont utilisés pour la thérapie cellulaire. L’EFS prend toutes les précautions pour que le don, qu’il s’agisse de sang total, de plaquettes, de plasma, de moelle osseuse ou de sang placentaire, soit effectué dans des conditions de qualité et de sécurité optimales pour le donneur ainsi que le receveur.