Un joli voyage dans le monde de la musique à la MJC

Un joli voyage dans le monde gigantesque de la musique.
Des grands compositeurs et interprètes de musique classique (Chopin, Mozart), aux vedettes de la Pop et autres musiques du XXème et WXXième siècles (The Beattles, Michael Jackson, Beyonce, …).
Les différents types de musiques sont aussi mis en lumière (Jazz, Musiques populaires, …) ainsi que divers instruments de musique (à cordes, claviers, …).
Expo_Musique_2019_02

Le club de l’Avenir fête les rois

  venirP1170944 (1)Ce jeudi 10 janvier 2019, dès le début de l’après midi, selon la tradition annuelle qui permet de se retrouver après les fêtes familiales, les aînés du club de l’avenir se sont rassemblés dans la salle du Foyer des Campagnes pour tirer les rois, fêter l’arrivée de la nouvelle année et partager de très bons moments dans la joie et l’amitié qui les unissent.

  Le bureau de l’association a souhaité aux 80 d’adhérents présents une très bonne année 2019.

 

Au Ball-Trap, un Concours FU bien sympathique

  Le Stand de tir de Poussan, sur la route de Villeveyrac,  organisait ce week-end un concours FU avec 39 compétiteurs car de nombreux autres n’avaient pu rejoindre le site pour des raisons de circulation automobile.

Les passionnés présents ont passé tout de même une bonne journée, alors que certains avaient déjà profité du samedi pour se mettre en forme. Ambiance sympathique et studieuse même si ce dimanche la météo n’était pas bien optimiste.

La Fosse universelle ou FU est une discipline qui demande patience, précision, endurance et dextérité : La Fosse Universelle comporte cinq appareils de lancement qui sont placés dans une excavation munie d’un toit fixe ou articulé. Les cinq appareils sont disposés en ligne droite sur des supports scellés, rigoureusement alignés et parfaitement de niveau, ils sont numérotés de gauche à droite, de 1 à 5.

                                                         —————————-trapP1010868

Les cinq supports sont placés de telle sorte que les cinq lanceurs sont armés avec un plateau sur le bras de lancement

De beaux scores tout de même pour les habitués, et de bons moments partagés avec du bonheur pour ceux qui ont pu tirer leur épingle du jeu, malgré le temps maussade…

contact@stand-poussan.com

http://www.stand-poussan.com/

MJC : 19 exposants pour le vide-grenier spécial jouets

  Ce dimanche 2 décembre, dès 9 h, la MJC de Poussan était visitée par de  personnes venues de Poussan ou du bassin de Thau, pour essayer de réaliser quelques affaires avant Noël ou tout simplement pour faire plaisir à leurs enfants. Le vide-grenier spécial « jouets » de la MJC, plus tard, cette année, c’était du sérieux et par les temps « qui courent » grâce à de tels événements l’on peut satisfaire les enfants à moindre coût et leur faire énormément plaisir sans avoir à arpenter les rayons des hypermarchés et sans se « ruiner ». Pourtant il n’y avait pas eu l’engouement des années précédentes de la part des vendeurs. 19, beaucoup moins qu’en 2017.JOUETP1160804

Enfants ou adultes avaient pris place dans la salle de gymnastique de la MJC qui avait été investie pour ce spécial jouets. L’on pouvait partager une bonne matinée placée sous le signe de l’enfance et du jeu. Noël approche.

Entre les châteaux et les maisons de poupées, les encastrements et les puzzles, les maquettes et les modèles réduits, entre les logiciels ou plus simplement les vieux jeux en bois, les voitures miniatures ainsi que les livres, il y en avait pour tous les goûts et toutes les bourses.

Il fallait attendre 11 h pour que les visiteurs soient nombreux mais cette année le vide grenier se poursuivait jusqu’à 13 h.

 

« Comme un destin à écrire » de Blandine Rouger

En 2016, nous avions découvert le roman de Blandine Rouger, qui nous avait prouvé qu’elle avait des talents pour l’écriture avec un très beau livre, « Tu aimeras ton Prochain comme Toi-Même ».

Résidant à Poussan depuis plus de quarante ans, élevée dans des valeurs d’entraide, elle a toujours été portée par un esprit bienveillant. D’autant qu’ayant pas mal voyagé, et souvent dans des conditions simples avec sa famille et ses amis, elle a pu apprécier la beauté de notre planète et acquérir ainsi une ouverture d’esprit qui lui a permis d’explorer son moi-intérieur et la richesse de celui des autres.rougerP1150263

Après avoir commencé un premier livre, elle dut attendre la conjugaison de différentes expériences vécues qui ne la laissèrent pas indifférente pour que celui-ci puisse se réaliser avec entre-autres, sa participation à un mariage et des observations lors d’un vol, Paris/Montpellier…

Car Blandine aime écrire et depuis le Lycée elle sait qu’en fermant les yeux, en se concentrant, parviennent les mots et les idées pour les mettre en page et la possibilité de retranscrire ce qu’elle ressent et ce que son imaginaire lui dicte.

Monsieur Pills, le personnage principal de son premier roman sut captiver les lecteurs. Avec sa personnalité exécrable, il en a surpris plus d’un et Blandine a vécu, grâce à la mise en avant de son livre, une belle expérience avec des retours très variés et inattendus.

« Plusieurs sens ont été donnés à ce premier roman, même politique et social … « J’ai été surprise par l’étonnement des lecteurs et ravie par le fait que ceux-ci lui attribuent des valeurs d’espoir. Chacun d’eux met sa plume après moi car si l’auteur se livre, toutes les lectures qui en découlent sont différentes. Les lecteurs, à partir de mes lignes, me raconteront leur propre histoire. Les échanges avec eux n’en sont que plus enrichissants et me permettent de recevoir énormément. » précise Blandine qui rajoute :

« Ecrire et présenter « Tu aimeras ton Prochain comme Toi-Même » fut donc un grand plaisir et une expérience passionnante et ne fit que renforcer l’envie d’écrire un second  livre, mais, celui-ci, pas du tout dans la continuité du premier. »

En effet, l’histoire de cet opus va débuter au début du 20ème siècle en Algérie et se terminera en France dans les années 2000. Blandine fut poussée par le désir de décrire au travers d’une vision romanesque, pas du tout historique et sans à priori, le destin d’un couple plongé dans l’épopée des Français d’Algérie: « Une façon de laisser une trace et de rendre hommage à ses grands-parents qui malgré vents et marées entre disparitions et décès, dans un monde de brassage, fait de trajets, de « bruits », de couleurs, d’odeurs, de joie de vivre allaient de l’avant guidés par des vecteurs multi-culturels.

« Une façon d’ancrer dans la mémoire collective une culture qui disparaissait progressivement et de rendre hommage à des personnes essentielles dans ma vie en les replongeant dans une autre vie ».

Pour Blandine, l’écriture est en fait devenue une sorte de jeu avec les mots. L’écrit permettant de laisser des traces presque indélébiles, elle compte bien poursuivre dans ce sens. Son premier roman, portait presque une unité de lieu, de temps et d’action. Dans ce second roman, il s’agit de découvrir un parcours de vie fait de déplacements géographiques avec des évolutions et des rencontres.

 » En 2007, j’avais commencé à écrire quelques pages de ce roman en me remémorant mes voyages à Malte et en Algérie (Constantine, Alger, Annaba…). L’Algérie est un pays magnifique, contrasté, posé entre mer, déserts, montagnes, marqué par l’histoire romaine, maure… qui m’offrit des visions féériques. C’est aussi un pays marqué par la douleur, les luttes fratricides. D’où sont natifs mes grands-parents… »rougerP1150255

Mon 1er livre m’a boosté pour reprendre l’écriture de ce qui pour moi, fut comme « un destin à écrire », un destin porté par des valeurs : l’acceptation de la différence, l’absence de certitudes, le choix du libre arbitre, le désir de construire ou reconstruire sa vie, de lui donner un sens avec, en outre et surtout, la force offerte par le sentiment amoureux. Des valeurs qu’il faut transmettre aux autres. »

Deux personnages principaux vont animer ce parcours dans « Comme un destin à écrire ».

Louis, sensible à la Nature, en perpétuelle réflexion sur « l’être humain » ainsi qu’Alice, bonne vivante, d’origines maltaise et espagnole et commerçante.

De leur jeunesse à la fin de leur vie nous les découvrirons dans leurs relations amicales, familiales, professionnelles, avec leur attachement à leur ville mais aussi à leurs racines ainsi qu’à leurs traditions…

Au sein de leur vie souvent difficile, ils côtoieront bon nombre de personnes, souvent des gens simples de différents milieux et de toutes religions. Ils vivront avec eux, parviendront à nouer des relations privilégiées et partageront leur destin. L’importance de ce brassage. Un message universel et toujours actuel. Le « vivre ensemble »

« D’autant qu’entre mauvais et bons souvenirs, leurs valeurs et leur envie de vivre furent des chances qu’il fut bon de mettre en avant pour que nous nous en inspirions. » Leur forte capacité à avancer malgré une réalité de vie objectivement douloureuse. Leur jeunesse, la douleur de l’exode forcé. Une reconstruction difficile mais réussie.

A ce sujet, Blandine nous précise qu’elle a été marquée indéniablement par ceux qui ont guidé ses premiers pas : « le fait d’en parler permet d’ancrer les traces qu’ils ont laissées et leur assure une sorte d’éternité en les inscrivant dans l’histoire :  Romancer, c’est devenir historien avec sa propre réalité historique, tout en restant lucide ».

Avec « Comme un destin à écrire » plongez donc dans une nature envoûtante, en allant à la rencontre de Louis, l’enfant qui marche dans la montagne, dans les traces de pas de son grand frère, au cœur de l’Algérie, dans un matin glacial d’hiver, vers la lanterne de la connaissance. « Malgré l’aide de son aîné, sa vie ne sera pas facile. Mais il portera toujours en lui cette belle trace de pas et la transmettra, avec ses valeurs et sa joie de vivre, à ceux qu’il a aimé. En construisant cette formidable épopée qu’est la vie. En écrivant son destin. »

 Le livre de Blandine ROUGER est en vente sur le site Amazon https://www.amazon.fr/

Pour en savoir plus sur son auteur :

http://aufilsdelalune.wixsite.com/aufilsdelalune

Une Sainte Catherine raccourcie par la pluie

              Cette année 2018, la Foire de la Sainte Catherine avait  des connotations particulières puisqu’elle avait lieu de l’ancienne mairie au Boulevard René Tulet et elle devait être agrémentée par quelques nouveautés comme un concours de belote, un concert de M Sempéré au Foyer des Campagnes et une course d’ORNIs qui devait animer une bonne partie de l’après-midi. Le programme était bien varié.

Pourtant, autrefois, sur les boulevards et sur le riverain c’était un jour de grande « foire » pour de nombreux Poussannais. Même le jardin public fut sollicité jadis.

Cette année, des mesures particulières pour le stationnement et la circulation avaient été prises et à cet événement venait s’associer la réception d’une délégation de Larciano, la ville avec laquelle Poussan est jumelé.xcvP1160628 (1)

De nos jours marchés de Noël et autres commerces se sont multipliés et pour donner un nouveau souffle à cette fête la Mairie comptait sur ces nouvelles animations. Peu de stands de vente donc mais de multiples animations.

Il ne faisait pas bon de bon matin, du froid et de l’humidité, et le long des boulevards, Poussannais les visiteurs profitaient de l’exposition des nombreux ORNIS. Certains avaient partagé un petit-déjeuner tardif assis autour de tables, mais cette fois encore pour la plupart ce fut à l’intérieur du café.xcvP1160632 (1)

  Après  le repas du samedi, pour faire honneur aux invités et afin que les Poussannais en profitent au maximum une sortie du petit cochon accompagnée de la danse du Chevalet par des scolaires devait animer l’heure de l’apéritif.  

                                                             ———————-xcvP1160615

Car la fête de la Sainte-Catherine se célèbre en principe le 25 novembre de chaque année depuis le Xe siècle et commémore le martyr de Catherine d’Alexandrie. En France, la fête était l’occasion pour les femmes célibataires de prier pour avoir un mari et pour célébrer les Catherinettes, c’est-à-dire les femmes ayant atteint l’âge de 25 ans sans s’être mariées.

Peu de Catherinettes et peu de visiteurs jusqu’à 11 h. Peu de stands ouverts sur le Riverain et sur le Boulevard René Tulet. On notait tout de même la présence de Génération SED.

L’on sait bien que les Poussannais sont fidèles à la Sainte Catherine qui, il  y a quelques décennies, permettait aux viticulteurs ayant rentré leur récolte de dépenser un peu d’argent, d’acheter des provisions pour l’hiver et quelquefois un cochon ou d’autres victuailles.

Certains vendeurs courageux, vu les conditions météo, avaient tout de même tenu à participer.xcvP1160598 (1)

L’on pouvait se faire un peu plaisir.  La fin de matinée devait être particulièrement appréciée par les Poussannais mais tandis que la foule se faisait plus dense, dans le nord de notre ciel poussannais, d’un seul coup, les nuages noirs se développèrent avant qu’un grand coup de vent du nord ne déclenche des hostilités qui durèrent jusqu’à près de 14 h.xcvP1160618 (1)

Direction les Halles et le Café Beauséjour dans lequel se poursuivait le concours de belote auquel plus de 10 binômes avaient participé. Une très belle initiative des Amis du Clocher de Poussan. Une joyeuse folie lors de cette bourrasque dans le bar surchauffé, à l’heure de l’apéritif.

Si la visite de Poussan, théâtralisée, en compagnie des membres du Strapontin était terminée après avoir rencontré un beau succès, la pluie est venue cueillir à froid les petits danseurs du chevalet et les membres du Carré d’As accompagnant le petit Cochon poussannais au meilleur moment. Direction les Halles pour tous : danseurs et spectateurs.xcv

L’on comprenait alors les commerçants qui mettaient leurs produits à l’abri, et le fait que la Sainte Catherine soit raccourcie, car la pluie perdurait.xcvP1160596 (1)

Même la délégation italienne qui proposait, comme d’habitude, des produits élaborés dans sa localité :  des cosmétiques, des produits de beauté, du jambon et du fromage, des confitures, différents vins, de l’huile… N’a pas résisté au mauvais temps.

Des enfants stoïques qui participaient aux ateliers de réalisation de pâtes poursuivaient leurs activités concentrés sur leur tâche pour rendre hommage aux représentants de Larciano et à l’Italie.xcvP1160581 (1)

Vers 13 h, il était décidé que la course d’ORNIs serait annulée  (Elle sera certainement reportée) et l’on se donnait rendez-vous pour le concert du soir.xcvP1160576 (1)

Pour terminer la journée en beauté Mathieu Sempéré, ténor des Stentors, allait se produire au Foyer des Campagnes de Poussan devant plus de 250 spectateurs, permettant à ceux-ci d’apprécier son talent , avec un concert de plus de deux heures.xcvP1160664

Un spectacle solo qui rendait hommage aux géants de la chanson française d’un temps révolu mais à tout jamais mémorisés, avec, Piaf, Bécaud, Jacqueline François …etc). Accompagné  au piano par Jacky, il a parcouru pour le plus grand plaisir de l’auditoire, les plus belles chansons françaises, espagnoles et napolitaines ( Hymne à l’amour, Nathalie, chanson douce …. Besame mucho, o sole mio … etc) sans oublier quelques airs de Luis Mariano, dont il a le secret pour une interprétation de très haut niveau.xcvP1160650

Une belle conclusion pour une foire qui a souffert d’une météo capricieuse avec une instabilité qui aura caractérisé un mois de novembre peu sympathique pour ceux qui apprécient le soleil. Elle aura permis aux Poussannais de se rencontrer, de dialoguer dans une convivialité que la plupart apprécient autour d’un autre partage, celui des Français et des Italiens.xcvP1160649