Paren’Thau : La garrigue en porte-bébé

A l’occasion de la semaine internationale du portage l’association Parenthau organise une balade de bébé-portés. screen-shot-09-23-16-at-04-12-pm

« Le portage permet de créer une relation particulière avec son bébé, voire son bambin, et de donner beaucoup de liberté de mouvements aux jeunes parents. Tous les spécialistes s’accordent à dire qu’un bébé porté physiologiquement (c’est à dire, les genoux plus haut que les fesses, pas suspendu par l’entrejambe, et pas face au monde), est bénéfique pour le bébé. Cela le rassure, lui permet de découvrir le monde qui l’entoure de manière rassurante, et à hauteur d’adulte. » explique Mathilde membre de l’association, et passionnée par le portage.

 « Il nous semblait évident d’organiser une rencontre pour cet événement, puisque le portage fait partie de la parentalité bienveillante. Nous espérons faire découvrir cette activité à certains parents, qui aimeraient porter,  ce sera aussi l’occasion de découvrir ou redécouvrir pour certains, la garrigue poussanaise » ajoute, Mathilde encore une fois.

Rendez-vous donc le dimanche 16 octobre à 10h devant le collège de Poussan, pour environ 1h30 / 2h de balade.

Un repas tiré du sac sera ensuite partagé entre les marcheurs.

des porte-bébés physiologiques pourront être prêtés aux parents souhaitant les découvrir (penser à en informer les organisateurs au 06.64.26.59.12 ou parenthau@hotmail.com ou sur la page Facebook de l’association)

Alimentation des enfants de moins de trois ans

Attention aux métaux lourds et aux PCB

Illustration 1Crédits : © Anses

Illustration 1 Logo Anses

Au cours d’une étude sur l’alimentation infantile (enfants de moins de trois ans) menée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) sur 95 % du régime alimentaire des tout-petits, environ 670 substances ont été analysées. Parmi toutes ces substances, l’Anses recommande de diminuer l’exposition de « manière prioritaire » sur 9 d’entre elles (métaux lourds comme l’arsenic, le plomb ou le nickel et PCB notamment).

L’Anses rappelle par ailleurs l’importance de suivre les recommandations du Programme national nutrition santé (ne pas introduire d’aliments autres que les préparations infantiles avant 6 mois et ensuite varier le régime alimentaire et les sources d’approvisionnement).

Les substances pour lesquelles il existe un nombre non négligeables d’enfants présentant une exposition supérieure aux valeurs toxicologiques de référence sont notamment :

  • l’arsenic inorganique présent dans le riz et les céréales infantiles ;
  • le plomb qui se trouve dans les légumes et l’eau ;
  • le nickel qui apparaît dans les produits à base de chocolat ;
  • les PCB (polychlorobiphényles) dont les poissons sont les aliments les plus touchés.

  À savoir :

L’Agence indique également que seuls le lait maternel ou les préparations infantiles permettent de couvrir les besoins d’un nourrisson, le lait courant, quelle que soit l’espèce animale productrice, n’étant pas adapté aux besoins nutritionnels des enfants de moins d’un an.

Assistante maternelle : ce que les parents employeurs doivent savoir

Illustration 1Crédits : © Pixabay.com

Illustration 1 emploi d'une assistante maternelle agréée

Contrat de travail, formalités déclaratives d’embauche, convention collective, temps de travail, congés, rémunération, rupture du contrat de travail… Vous avez des jeunes enfants gardés par une assistante maternelle agréée ? Service-public.fr fait le point sur toutes les questions que vous vous posez en tant que particulier employeur.

Les fiches pratiques reprennent tout ce qu’il faut savoir concernant l’emploi d’une assistante maternelle :

  • contrat de travail et formalités déclaratives d’embauche (établissement du contrat, période d’essai, formalités déclaratives d’embauche, litiges) ;
  • temps de travail (durée de travail, repos hebdomadaire, heures supplémentaires, jours fériés, litiges) ;
  • congés (congés annuels, congés liés aux enfants, absence pour événement familial, congé pour convenance personnelle) ;
  • rémunération (salaire de base, rémunération en cas d’absence de l’enfant, indemnités diverses, heures complémentaires et supplémentaires, indemnités de congés payés, rémunération en cas de travail les jours fériés, litiges) ;
  • rupture du contrat de travail (dispositif, retrait de l’enfant à l’initiative du parent employeur, rupture pour suspension ou retrait de l’agrément) ;
  • démission (procédure, indemnité compensatrice de congés payés, documents de fin de contrat).

  À noter :

Le centre Pajemploi est l’interlocuteur privilégié du particulier employeur.

« 4 Pattes et Petits pas », respire le bonheur

La micro crèche « 4 Pattes et Petits pas »  qui se situe 20 Avenue de la gare à Poussan a  ouvert ses portes le 16 Août 2016.DSC_0278 (3)Avec ses 2 dortoirs de 12 m2 chacun, avec Un bâtiment neuf de 120 m2 et un vaste jardin privatif  c’est une magnifique structure d’accueil de 10 places pour les enfants à partir de 10 semaines jusqu’à 4 ans. Et en outre, elle peut accueillir les enfants scolarisés le mercredi jusqu’à 4 ans.DSC_0282 (2)Cette structure étant accueillante et respirant le bonheur, les enfants y sont reçus avec une sécurité maximale tout comme les mesures d’hygiène qui y sont scrupuleusement respectées pour la sécurité de tous.

Screen Shot 09-05-16 at 06.31 PMUn vrai havre de paix qui après un accueil en douceur durant l’été va avoir un effectif complet en décembre.

Toutes les activités sont adaptées aux rythme de vie de chacun des enfants et le personnel reste attentif aux besoins de chacun d’eux.

 

Car ceux-ci, qu’ils soient inscrits à la 1/2 journée, à la journée, avec ou sans repas, vont y développer leur autonomie et leur personnalité, mais aussi se socialiser tout en s’épanouissant au niveau motricité.

Screen Shot 09-05-16 at 06.31 PM 001Et pour permettre tout cela dans de très bonne conditions, Odile, la gérante de la micro-crèche est aidée par Sandrine, éducatrice de jeunes enfants et référente technique, ainsi que par 2 employées qui ont le CAP Petite Enfance. La plupart des enfants sont de petits Poussannais mais certains viennent aussi des communes voisines selon les besoins des parents en appréciant la sérénité du lieu.

Au mois d’août, « 4 Pattes et Petits pas » ouvrira ses portes

Ouverture d’une micro crèche au mois d’août : Screen Shot 04-15-16 at 05.15 PMLa micro crèche « 4 Pattes et Petits pas » située 20 Avenue de la gare à Poussan ouvrira ses portes en Août 2016 avec un accueil  du lundi au vendredi de 7 h 30 à 18 h 30.
Un bâtiment neuf de 120 m2 et un jardin privatif de 100 m2 avec 2 dortoirs de 12 m2 chacun sera une structure d’accueil de 10 places pour les enfants à partir de 10 semaines à 4 ans, et pouvant accueillir les enfants scolarisés le mercredi jusqu’à 4 ans.


Vos enfants seront encadrés par des professionnelles de la petite enfance dont une Éducatrice de Jeunes Enfants à temps complet. La micro crèche proposera un accueil adapté aux besoin de chaque famille : régulier et occasionnel.

« Ce type d’accueil se révèle être un bon compromis entre la nourrice individuelle et la crèche collective, bébé se socialisera sereinement. Soin, développement, éveil, épanouissement et bien-être seront les objectifs de l’équipe éducative qui sera attentive aux besoins individuels de chaque enfant en respectant son rythme. » Précise Odile Pauzes.

Pour avoir des renseignements ou réserver la place de votre enfant, veuillez contacter le :
06 48 09 55 81 ou bien : 4pattesetpetitspas@gmail.com

                                                 

 

L’inauguration du Cocon, festive et conviviale

Screen Shot 05-14-16 at 01.12 PMCe samedi 14 mai, à partir de 10 h, avait lieu l’inauguration du Cocon, la Micro-crèche de Poussan qui a ouvert ses portes en septembre 2015, rue du Chemin neuf, proche de l’école primaire Véronique Hébert.

Autour de l’épanouissement de l’enfant et du développement de sa personnalité, le projet pédagogique de la structure lui permet d’accueillir un groupe de 10 enfants, de 10 semaines à 4 ans, du lundi au vendredi, de façon régulière ou occasionnelle en fonction des besoins.Screen Shot 05-14-16 at 01.12 PM 001La crèche « Le Cocon de Poussan » a pu voir le jour grâce au soutien de la mairie de Poussan, du Conseil départemental de l’Hérault et de la CAF. Elle a accueilli pour sa première année près de 23 Enfants !

Screen Shot 05-14-16 at 05.44 PMAfin de fêter cette première année et de remercier les familles qui ont fait confiance à la structure, les partenaires qui ont permis ce succès, mais aussi Clotilde, Virginie, Naïla, Nadège et Anaïs (toutes recrutées en CDI ) qui accompagnent cette réussite, Céline Combettes a tenu à organiser cette inauguration qui rassemblait, des élus aux partenaires, des architectes aux Directeurs de crèche et d’école, tous ceux et celles qu’elle côtoie depuis l’origine du projet qui s’est réalisé.

Screen Shot 05-14-16 at 05.47 PMC’est d’ailleurs avec beaucoup d’émotion que Madame Combettes qui a déjà créé 2 autres crèches depuis 2010, remerciait tous ses invités, qui pour certains ont permis la réalisation de son dernier projet.

Elle fut aussi très touchée par les félicitations de la représentante de son personnel qui saluait les valeurs éducatives qui aiment le Cocon, sous l’impulsion de sa Directrice avec 13 CDI créés sur les structures dont elle est responsable.

 Screen Shot 05-14-16 at 05.46 PMA cette occasion, l’on pouvait noter la présence de Jacques Adgé qui précisait que si le projet de départ prévoyait l’implantation du Cocon sur un terrain communal il avait fallu s’adapter et que même si sa réalisation fut « un parcours du combattant »,  cela en valait la peine car le résultat était probant ; belle réalisation, enfants et parents heureux qui vont croître en nombre car les travaux sont terminés autour du site. Et si Kleber Mesquida, Président du Conseil Départemental de l’Hérault, avait d’autres obligations il était représenté par Audrey Imbert et Christophe Morgo, nos Conseillers Départementaux.

Outre des représentants de certains services qui sont en lien avec la structure comme la PMI, même le Crédit Maritime de Sète qui s’est occupé des finances était représenté par Eric Guinet et Cédric Reboulet pour apporter son soutien au développement du Cocon.Screen Shot 05-14-16 at 05.45 PM 001

Monsieur Guy-Charles AGUILAR, Président du conseil d’administration de la Caisse d’allocations familiales de l’Hérault, souhaitait une longue vie à ce lieu qui témoigne de la vitalité de Poussan, qui est un élément parmi d’autres symbole la fraternité que nous devons développer dans les communes. Et même si la courbe de la démographie s’inverse peu à peu, le développement de Poussan assurera celui du Cocon

D’ailleurs, Monsieur Thierry Mathieu, Directeur de la Caisse d’allocations familiales de l’Hérault revenait sur la participation de la CAF à ce projet (84 000€) qui est un bel investissement quand l’on réalise l’utilité de la structure qui est nécessaire à Poussan, pour les enfants, pour leurs parents, et qui en plus, pour son fonctionnement nécessite du personnel. Elle a permis de créer des emplois.

DSC_0026C’est sur cette note d’optimisme en rapport avec l’avenir du Cocon que Madame Combettes invitait toutes les personnes présentes à partager un apéritif dînatoire bien convivial.Screen Shot 05-14-16 at 05.45 PM

Pour toute information complémentaire, contact :

Céline Combettes : 06.14.42.57. 82 ou le-cocon@orange.fr

Jean Reboul nous éclaire sur le mystère de la procréation

Le mardi 26 avril 2016 le Docteur Reboul, Gynécologue et Psychanalyste, Membre de l’École de la Cause Freudienne était l’invité sur France Culture du professeur René Frydman, ancien chef de service de gynécologie obstétrique à l’hôpital de Clamart à Paris qui a réalisé la première fécondation in vitro en France en 1982.Screen Shot 04-18-16 at 10.19 PM

                                

                                                   Docteur J Reboul

Le Professeur Frydman, dans son émission :  » Révolution médicale  » proposait une réflexion sur la procréation à laquelle, avec le Professeur François Ansermet, professeur de pédopsychiatrie à Genève, dans laquelle chacun d’eux a pu s’exprimer en fonction de ses expériences, de ses interrogations sur le désir d’enfant, l’énigme de la féminité, le mystère des origines, celui de la vie.Screen Shot 04-28-16 at 10.44 AM

                                                   Professeur F Ansermet

Ce débat concernait aussi bien les progrès des biotechniques, la question du désir d’enfant, ses paradoxes et les progrès de la science qui vont souvent plus vite que ce que l’être humain ne peut supporter… (Le sujet humain à qui le Docteur Reboul accorde toujours confiance !)

D’ailleurs Jean Reboul a bien voulu nous préciser quel était le sens de son discours durant l’émission concernant dans un premier temps » la descendance, la société et la médecine  » :

“Un couple qui décline les variations de son désir d’enfant évoque la transmission, l’amour, la continuité. Le fantasme d’immortalité est aussi contenu dans le désir d’enfant. Influencé par le discours de la société, avoir un enfant est une reconnaissance. La société fait entendre même que la féminité dépend de la maternité. Ne pas « avoir » est donc, pour certains, une insupportable distinction. La frénésie du comblement dans une société de consommation situe le bonheur au niveau du besoin qui destitue le désir d’exister… mais la clinique me rassure toujours car une femme appréhende sa féminité avec son manque, son désir, son vide créateur, source de toute vie.”

Screen Shot 04-18-16 at 10.19 PM 001Puis au sujet du devenir de l’enfant : « Les enfants des couples qui ont eu recours aux Procréations Médicalement Assistées ne sont pas désignés par la technique de leur conception. Ils sont des témoins de vie nés de l’élan de création que le désir et l’amour des parents ont mobilisé pour leur existence. L’expérience clinique nous rappelle tous les jours qu’il n’y a que des cas particuliers. Et qu’en tant que sujet humain, quel que soit le mode de sa conception, un enfant trouvera les ressources pour aborder l’énigme de l’origine et le mystère de la vie pour construire son destin. Notre rôle, si nous le rencontrons, cet enfant, n’est-il pas de le reconnaitre à cette place-là pour qu’il trouve à son tour cet élan de vie, source de liberté ? »

Jean-Reboul a bien sûr abordé bien d’autres domaines dans cette émission qui a pour objectif de prévenir, d’informer, et de faire réfléchir. Mais grâce à ses précisions nous pouvons en retenir quelques idées essentielles.

Et pour écouter l’émission : http://www.franceculture.fr/emissions/revolutions-medicales/reflexions-autour-des-nouveaux-modes-de-procreation