Pour les amateurs de crèches

  L’Association de Sauvegarde de la Chapelle des Pénitents de Gigean communique pour les amateurs de crèches :

 Le mercredi 1er Janvier à 18 h, a eu lieu en la salle polyculturelle de Gigean le vernissage de « l’Expo Crèche » qui s’y tient depuis le 25 Décembre.

 Cette exposition de crèches a été montée en très peu de temps. La salle servant a diverses manifestations , nous n’avons pu l’utiliser que très tardivement. Mr le Président de l’association tenait à remercier la Municipalité pour la mise à disposition cette salle , qui convient parfaitement à ce genre d’exposition, en temps qu’ ancienne église du village, parfaitement restaurée,bien éclairée et de plein pied.

Mr le Président a émis le vœu de pouvoir poursuivre l’année prochaine ce genre d’exposition en proposant de s’inscrire dans un circuit de crèche de Thau Agglo. Sète,Frontignan, Balaruc, Gigean et autres.

 Déjà quelques Gigeannais se sont inscrits pour présenter leur crèche, nous invitons tous ceux qui gardent leurs santons dans leur boîte en carton à faire de même.

 Pour terminer, quelques galettes (confection maison) et un verre de vin chaud (recette approuvée) ont permis aux uns et aux autres d’échanger leurs impressions et aussi leurs vœux pour l’année qui commence.Il reste encore quelques jours pour venir visiter cette exposition qui se terminera le  dimanche 5 janvier à 18h30, profitez-en !

 

 

MJC : Les fantômes déjà omniprésents

 Ce mercredi 16 octobre, avant  les congés scolaires, la La MJC de Poussan organisait un atelier enfants sur le thème « Halloween », animé par Cathy Pèzerat aidée pour l’occasion par Nicole et Monique. Au programme, créations de fantômes à cravate en rapport avec l’événement ainsi que de cartes d’Halloween.

Mais le matin, à la bibliothèque, Mireille avait mis l’eau à la bouche de plusieurs enfants en leur racontant quelques histoires de sorcières et de fantômes qui les avaient motivés. L’après-midi, pour tous les enfants présents, concentration sur la marche à suivre et le mode opératoire pour réaliser des fantômes qui ont toujours la cote et qui hanteront les maisons jusqu’au 31 octobre.

Sacs en plastique, cartons, journaux, feutres et matériaux divers étaient proposés aux participants qui, guidés par Cathy, suivaient les consignes transmises par la fiche technique.

Après avoir atteint son objectif, chacun des participants pouvait se lancer dans l’exploration des locaux accompagné par son fantôme pour apprécier l’effet rendu et tester ses compétences. Et après la réalisation d’une petite carte, après tous ces efforts, le réconfort avec  un goûter aux couleurs d’Halloween. Un atelier très bien organisé qui a connu un grand succès.

Les Fées Clochettes ne perdent pas de temps

        Le salon des loisirs créatifs Créativa Montpellier est un rendez-vous incontournable pour tous les adeptes des activités manuelles classiques (peinture, perles, couture, cartonnage, bricolage,…) et des techniques plus récentes ( scrapcooking, customisation, home déco, art textile, art floral, pâte polymère…). 

En réunissant simultanément des exposants pour l’achat de fournitures et matériaux, des ateliers pour s’initier et des expositions pour s’inspirer, le salon Créativa Montpellier propose au grand public un vaste bain d’idées et de découvertes pour faire soi-même et bien souvent à moindre coût.

Les Fées Clochettes n’ont pas raté ce rendez-vous et se sont tout de suite mises au travail : lundi dernier a eu lieu un atelier de création de lampes. De magnifiques réalisations dont les Fées Clochettes sont fières.

Pour trouver des idées :

http://www.creavenue.com/creativa/europe.aspx    

Les Fées Clochettes mobilisées pour le carnaval

Après avoir chanté dans les maisons de Retraite les Fées Clochettes ont repris leur atelier.
Elles ont fabriqué des gilets rouges, ceintures et cravates pour les enfants de l’Ecole des Baux qui participeront au Carnaval.
Elles ont également fêté les « rois » et ont profité de ce moment de convivialité pour remercier deux dames qui apportent beaucoup de leur « savoir » en Broderie : Roxanne Bonnafé et Simone Guilleux.
Un atelier « fabrication de lampe » va avoir lieu ces prochains jours.

Les filles partent à la recherche des cités d’or

La légende veut qu’en 1532, à Barcelone, Esteban, un orphelin d’une douzaine d’années qui semblait être capable d’appeler le soleil, accepta l’offre d’un mystérieux marin, Mendoza, de partir vers le Nouveau Monde afin de découvrir les légendaires Cités d’or.

Estéban découvrira qu’il possède un des pendentifs, un médaillon du soleil, censé être une clef de ces Mystérieuses Cités d’or qu’ils cherchera. Avec Zia, une jeune Inca, Il découvrira Solaris, la puissante nef solaire légendaire de l’empire de Mu qui leur permettra de se rendre à Tumbes, puis il trouvera le Grand Condor, un gigantesque oiseau volant en or massif qui leur permettra de parcourir l’Amérique du Sud et Centrale.

Le groupe des Filles, passionné par l’aventure, a voulu cette année, suivre les pas d’Estéban et de Zia. Composée de 23 membres, l’équipe a déjà choisi les costumes et avance petit à petit dans ses préparatifs pour un départ prévu début février, le jour de la cavalcade. Aidées par quelques garçons, elles ont déjà le grand oiseau, mais Solaris est encore en construction.

Pas de soucis tout de même, les fleurs sont prêtes à être collées. Dès que les Filles ont un peu de temps, elles hésitent pas à travailler sur le char qui nous l’espérons, fera venir le soleil pour la cavalcade mais ne provoquera pas d’éclipse.

En route pour le « JAPon »

Les parents volontaires réalisent des fleurs à la maison ou durant les cours de leurs enfants car, pour le char du JAP, qui sera une des structures les plus imposantes de la cavalcade 2013, il en faut pas mal.

Justement, côté architecture, pour en arriver à monter correctement le temple qui a été donné à l’association, il a fallu faire des recherches sur internet, dessiner quelques plans, puis se lancer dans le bricolage. Jour après jour, le char a pris forme, mais pour les carnavaliers qui s’en occupent, il reste beaucoup de travail. Le moral est bon, c’est le principal.

Déguisés en Samouraï, les plus petits du JAP pourront grimper sur le char, tandis que les autres seront derrière lui avec les adultes. Pour les costumes, rien n’a filtré mais l’on se doute que le club aura su faire le bon choix pour que ses membres incarnent de la meilleure des façons les membres d’une classe guerrière qui a dirigé le Japon féodal durant près de 700 ans.