Présentation de la mise en place d’un Plan Communal de Sauvegarde à Poussan

Dans le cadre de la mise en place d’un Plan Communal de Sauvegarde, la commune de Poussan recherche des volontaires pour former une Réserve Communale de Sécurité Civile.

Cette réserve aura pour but d’aider les services de secours et techniques en cas de catastrophes naturelles ou d’accidents majeurs. Une réunion d’information a eu lieu à la salle de spectacle (MJC) de Poussan,le mercredi 5 décembre à 18h30.

Récemment encore des événements tragiques comme les épisodes cévenols et les inondations dans l’Aude, l’épisode neigeux l’hiver dernier, les tempêtes ont touché notre région.

Ce mercredi soir, la Mairie avait organisé une réunion publique à la salle de spectacle de la MJC pour présenter cet appel à des volontaires pour former cette réserve communale de sécurité civile. De nombreux adjoints et membres du conseil municipal étaient présents, tandis que Jean-Claude Pagnier, Conseiller Municipal aux Sports, mais part sa formation, spécialistedans ce domaine,  allait animer la réunion.

Il précisait que l’élaboration d’un plan   était en cours, en souhaitant qu’il soit validé par la préfecture et opérationnel pour juillet 2019. hgfP1160886

Le plan communal de sauvegarde (PCS) est en France un outil réalisé à l’échelle communale, sous la responsabilité du maire, pour planifier les actions des acteurs communaux de la gestion du risque (élus, agents municipaux, bénévoles, entreprises partenaires) en cas d’évènements majeurs naturels, technologiques ou sanitaires. Il a pour objectif l’information préventive et la protection de la population.

Il se base sur le recensement des vulnérabilités et des risques (présents et à venir, par exemple liés au changement climatique) sur la commune (notamment dans le cadre du dossier départemental sur les risques majeurs établi par le préfet du département) et des moyens disponibles (communaux ou privés) sur la commune.

Il prévoit l’organisation nécessaire pour assurer l’alerte, l’information, la protection et le soutien de la population au regard des risques.

Contenu du plan

Le plan communal de sauvegarde décrit l’organisation et la mise en œuvre des dispositions répondant aux obligations légales telles que :

  • le recensement des « risques connus » et des « moyens disponibles » (moyens humains et moyens matériels) ;
  • la détermination des « mesures immédiates de sauvegarde et de protection des personnes » ;
  • la fixation de « l’organisation nécessaire à la diffusion de l’alerte et des consignes de sécurité » ;
  • les modalités de « mise en œuvre des mesures d’accompagnement, de soutien et d’information de la population » ;
  • le DICRIM (Documents d’informations communal sur les risques majeurs).

Mise en œuvre du plan

Elle comprend au moins :

  • l’alerte et la mobilisation des membres du poste de commandement communal ;
  • la localisation de l’« événement » sur la commune ;
  • la détermination de la « zone de danger » et son « périmètre de sécurité » (ceci peut par exemple dépendre de la force et la direction du vent ; des marées…) ;
  • la mise en place si nécessaire d’itinéraires de déviation ;
  • l’information à la population par tous les moyens de communication possibles : automate d’appels téléphoniques, fax, haut-parleurs, panneaux lumineux, haut-parleurs embarqués ;
  • la sélection de sites d’accueil ou d’hébergement en fonction de leur situation géographique par rapport au sinistre, ainsi que la mise en œuvre de la logistique ;
  • la tenue d’une main courante événementielle ;
  • la réquisition d’établissements conventionnés de la commune ;
  • l’organisation du retour à la normale et l’édition de comptes rendus d’événements.
  • Il y a alors une cellule de crise qui va gérer la situation sous la responsabilité du Maire de la commune.

 

L’image contient peut-être : voiture, arbre, ciel, neige et plein air

Hors, il est à noter que la France n’est pas épargnée par ces phénomènes violents et nouveaux qui se développent depuis quelques années. Les communes françaises sont mal préparées pour faire face à ses risques majeurs du XXIème siècle. Comment réagirons-nous demain face à des catastrophes naturelles, technologiques, des tempêtes, des inondations, des feux de forêt coupant durablement l’électricité et les routes, empêchant un approvisionnement en eau et en nourriture dans tout le pays ? Le Plan Communal de Sauvegarde est un document opérationnel qui contribue à l’information préventive et à la protection des populations.

De plus en plus afin de se préparer à un événement majeur des communes préparent des plans communaux de sauvegarde.

Comme pour un PPMS pour les écoles (Plan de prévention et de mise en sécurité) mais à une autre échelle il détermine et fixe, en fonction des risques majeurs connus dans la commune, l’organisation locale pour faire face à une crise et la gérer.

Placée sous la haute autorité du Maire, une Réserve Communale de Sécurité Civile sera constituée de citoyens volontaires et bénévoles de tout âge et de tout métier pouvant être mobilisés en appui des pouvoirs publics afin de prévenir et gérer les risques majeurs présents sur le territoire de la commune.

L’objectif de la réserve communale sera d’aider les secouristes et les pompiers en cas de catastrophes naturelles ou d’accidents majeurs (industriels, écologiques…). Pas de limites pour l’âge et chacun pourra noter ses compétences. Pas d’obligation car l’on peut être aussi victime ou l’on peut être immobilisé.

En effet, lors de ces événements graves, la Croix rouge, le SAMU, les pompiers, sont saturés par les demandes d’interventions qui affluent. Les derniers événements dans l’Aude ont montré que cela s’avérait nécessaire afin de gérer au mieux les crises lors d’événements majeurs qui pourraient se produire.

Le service technique de la commune est souvent également mobilisé sur le terrain. Mais même si des entreprises qui possèdent du gros matériel peuvent le mettre à la disposition de la commune, l’aide des volontaires est alors nécessaire. Un contrat sera alors conclu entre le volontaire et le maire.hgfP1160884

« Cet acte d’engagement est un levier de solidarité. Ce n’est pas simplement un coup de main que vous allez donner, c’est une vraie entraide communale, une force collective que vous allez créer et développer. Il est important d’identifier les personnes susceptibles d’intervenir pour des actions de sauvegarde de la population, tels que le soutien et l’assistance en cas de crise sur notre territoire. »

C’est pourquoi la Mairie lance un appel à toute la population pour venir constituer une force d’appoint aux services de secours et aux services de la municipalité. Si vous souhaitez être volontaire à la Réserve Communale de Sécurité Civile, inscrivez-vous à l’accueil de la Mairie.

« Ainsi vous pourrez alléger tous les services qui assureront les secours ou l’aide aux personnes encas d’événement majeur, en fonction de vos compétences, que ce sioit au niveau technique, administratif, logistique, culinaire… Et autres…

Cette collaboration communale de service public  servira à mieux communiquer sur l’événement grâce au service communication de la Mairie, aux réseaux, au site et au blog municipaux, à anticiper ( avec des exercices  de simulation), à se préparer, et en cas d’événement à assurer le bon fonctionnement des secours, des aides, de l’accueil des personnes… »

Certains documents seront communiqués en temps voulu pour que ce plan Communal de Sauvegarde de Poussan soit un maximum opérationnel.

A savoir :

Les évènements concernés

Ils peuvent être :

  • risques naturels et climatiques : inondations, laves torrentielles, glissements de terrain (glissements, chutes de blocs, effondrements, affaissements, etc.), feux de forêts, séismes, canicules, tempêtes (vent violent), orages, cyclones, tornades, fortes chutes de neige, verglas, avalanches, risques glaciaires, éruptions volcaniques, tsunamis, submersions marines ;
  • risques technologiques : accident industriel, rupture de barrage, accident nucléaire, accident lors du transport de matière dangereuse (transport de matières dangereuses par la route, le fer, les canalisations, les voies fluviales et maritimes) ;
  • risques sanitaires : pandémie, pollution de l’air ou fluviale, pollution du réseau d’eau potable ;
  • En savoir plus : https://www.interieur.gouv.fr/content/download/73159/535169/file/guide%20PCS.pdf

Et.  Qu’est-ce qu’un PCS ? Plan Communal de Sauvegarde

PLH : 4 prochaines réunions publiques pour les habitants


Le PLH :  un travail commun qui sera présenté lors de 4 prochaines réunions publiques pour les habitants

Les récentes loi Alur et Elan ont consolidé l’intercommunalité comme maillon essentiel de la cohérence et de la solidarité territoriales en matière d’habitat. Sur les cinq dernières années, malgré les contraintes budgétaires fortes qui impactent les collectivités et la diminution des aides de l’Etat en faveur du logement social, le niveau de production moyen a dépassé sur notre territoire les 200 logements sociaux par an (1500 logements financés depuis 2012).

Sète agglopôle méditerranée élabore à présent le PLH 2018-2023 relatif au « nouveau » périmètre communautaire (suite à la fusion des deux intercommunalités de Thau le 1er janvier 2017). Pour ce faire, elle a souhaité engager la réflexion à l’échelle du territoire et ses communes membres, afin de veiller à la réussite socio-économique et environnementale de celui-ci et garantir les équilibres territoriaux. Ce travail sera corrélé aux orientations fixées par le SCOT, ainsi qu’à la révision du Plan de Déplacement Urbain.Il doit être le fruit d’un compromis entre les réalités démographiques, les enjeux identifiés (foncier, sites préservés, besoins des habitants, contraintes environnementales…),  les attentes de l’Etat, la capacité de financement.

Le dernier COPIL s’est réuni le 27 novembre, avec une forte participation de ses acteurs (une centaine de personnes étaient présentes à l’agglo) : promoteurs, acteurs du logement social, élus des différentes mairies, du Conseil départemental, du Conseil régional, associations du logement. Il a été l’occasion de présenter les principaux enjeux et orientations, ainsi qu’un projet de scénario de développement avec des propositions d’actions.

Afin d’associer les habitants à ce grand projet, 4 réunions publiques se tiendront en décembre dans nos communes. Celles-ci ne relevaient pas d’une obligation réglementaire, mais elles témoignent de la volonté politique à construire un PLH réaliste, réalisable et surtout vivant et à l’écoute des habitants.

Nous vous donnons rendez-vous :

Mardi 11 décembre, à 18h, à Mèze (salle Jeanne Oulié – ancien Foyer municipal)

- Mercredi 12 décembre, à 18hà Sète (espace cinéma – le Palace)

- Lundi 17 décembre, à 18h, à Balaruc-les-Bains (Maison du peuple – quartier des Usines)

– Mercredi 19 décembre, à 18h, à Frontignan (salle Vincent Giner – Maison des séniors)

 

* * * * * * *

QUELQUES CHIFFRES CLES :

  • Parc de logement sur le territoire communautaire en 2017 : + de 82 000
  • Parc de logements sociaux en 2017 : +8000
  • Part en VEFA : 41%
  • Part en acquisition/amélioration : 8%
  • La période triennale 2017/2019 fixe 597 logements sociaux à réaliser sur les 7 communes SRU
  • Le nombre de LLS manquants au 1er /01/2017 était de 4557 (inventaire SRU 2017).

Poussan : Conseil Municipal le 3 décembre

Conseil municipalLundi 3 décembre 2018 à 19 heures Hôtel de ville – Salle du conseil municipal
Ordre du jour :

1 –  FINANCES – Indemnité de conseil au comptable public

2 – FINANCES – Participation financière pour l’hébergement estival 2018 des gendarmes mobiles

3 – FINANCES – Décision modificative 1 – Budget annexe

4 – FINANCES – Décision modificative 2 – Budget Principal

5 – RESSOURCES HUMAINES – Temps de travail

6 – COMMUNICATION – Adhésion à la mission de délégué à la protection des données auprès du CDG34

7 – COMMUNICATION – Adhésion à la charte régionale « Objectif Zéro Phyto »

8 – URBANISME – Autorisation du droit des sols – Désignation d’un membre du conseil municipal

9 – AFFAIRES SCOLAIRES – Accueil des enfants non résidents – CLIS de MEZE

10 – HERAULT ENERGIES – demande de subvention – Travaux rue Malesca

 

Mobilités : un projet de loi présenté au Conseil des ministres

Illustration 1Crédits : © scusi – Fotolia.com

Illustration 1

Dépendance automobile, transition écologique… Le projet de loi d’orientation des mobilités a été présenté au Conseil des ministres du lundi 26 novembre 2018 par la ministre chargée des Transports.

Ce projet de loi prévoit notamment :

  • de favoriser la vente de voitures électriques et de mettre fin à la vente de voitures émettant des gaz à effet de serre d’ici 2040 ;
  • de développer le covoiturage ou encore par exemple l’auto-partage ;
  • de créer un « forfait mobilité durable », permettant aux employeurs de verser jusqu’à 400 € par an, sans charges ou impôts, aux salariés ayant recours au vélo ou au covoiturage pour leurs déplacements domicile-travail avec l’État qui devrait généraliser ce forfait à tous ses agents en 2020 ;
  • de mettre en œuvre le plan vélo (pistes cyclables, marquage des vélos…) ;
  • d’encadrer les nouveaux services de mobilités (trottinettes en libre-service, vélos ou scooters sans station d’attache) ainsi que l’usage des véhicules autonomes ;
  • de mettre en place des zones à faibles émissions (ZFE) dans les plus grandes agglomérations, l’accès à ces zones étant réservé aux véhicules les moins polluants ;
  • de diffuser les données en temps réel des offres de mobilité pour que chacun puisse connaître toutes les solutions à sa disposition et mieux préparer son trajet ;
  • de réformer le permis de conduire, pour en réduire le coût et le délai d’obtention.

RECENSEMENT CITOYEN

Aucun texte alternatif disponible.Dans le cadre de la journée d’appel de préparation à la défense,
les jeunes gens nés entre le :
1er Octobre 2002 et le 31 Décembre 2002
et ayant 16 ans révolus doivent se faire recenser auprès du secrétariat de leur mairie munis du livret de famille et
de leur carte nationale d’identité

Le parcours de citoyenneté comporte pour chaque jeune, garçon et fille, trois étapes obligatoires : l’enseignement à la Défense, le Recensement et la Journée Défense et Citoyenneté.
Tous les jeunes Français, garçons et filles, doivent se faire recenser à la mairie.
Cette obligation légale est à effectuer dans les 3 mois qui suivent le 16ème anniversaire. La mairie vous remettra alors une attestation de recensement à conserver précieusement.

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes souriantes, texte

Service national universel

Résultats de la consultation auprès des jeunes

Le 12 novembre 2018, le groupe de travail sur le service national universel, présidé par le général Daniel Ménaouine, a publié un rapport sur les résultats de la phase de consultations organisée entre juillet et novembre 2018. En avril 2018, le groupe de travail avait présenté les grands principes du service national universel (SNU). L’objectif de la consultation était de… (lire la suite)

Le rapport « Développement Durable » de SAM, 2018 est arrivé

Sète agglopôle présente un bilan synthétique des actions et des politiques publiques menées par Sète agglopôle (plus de 100 actions) dans les domaines de l’habitat et de la rénovation urbaine, du transport, de la culture, de la gestion des déchets ou encore de la préservation des espaces naturels…qui contribuent particulièrement aux objectifs du développement durable.vbnCapture
Le rapport est décliné en 5 axes :
  • lutte contre le changement climatique,
  • préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources,
  • cohésion sociale et solidarité entre les territoires et les générations,
  • épanouissement de tous les êtres humains,
  • production et consommation responsable.

Synthèse du rapport 2018 en matière de développement durable