Les déchetteries de Sète Agglopôle méditerranée

Les encombrants, les végétaux ou les déchets potentiellement dangereux (batteries, peintures, …) doivent être amenés dans une des 7 déchetteries du territoire où ils seront triés et dirigés vers des filières adaptées.

 LES DECHETTERIES DU TERRITOIRE

Balaruc – le – Vieux (Route de la Rèche – 04 67 48 76 22) Ouverte du lundi au samedi : 8 h/12 h et 14 h/ 17h30. Dimanche : 8 h/12 h .

Bouzigues (Chemin de la Catonnière – 04 67 78 55 96 ) Ouverte lundi, mercredi, vendredi 8h30/12h. Mardi, jeudi samedi 13h30/17h. Dimanche 9h/12h .

Frontignan (Chemin des Près Saint Martin – 04 67 43 44 24) Ouverte du lundi au samedi : 8 h/12 h et 14 h/17h30. Dimanche : 8 h/12 h . 

Marseillan (Route d’Agde – 04 67 01 75 77) Ouverte du lundi au samedi : 8 h/12 h et 14 h/17h30. Dimanche : 8 h/12 h .

Mèze (35, route de Villeveyrac – 04 67 78 55 96 ) Ouverte d u lundi au samedi de 9h à 17h . Dimanche de 9h à 12h.

Montbazin ( Chemin du Pont de Vène – 06 12 13 25 46) Ouverte du lundi au samedi : 9h/17h. Dimanche : 9h/ 12h .

Sète (Zone Industrielle des Eaux – Blanches – 04 67 48 91 86) Ouverte du lundi au samedi : 8 h/12 h et 14 h/17h30. Dimanche : 8 h

LES DÉCHETS ACCEPTÉS dechCapture

La déchetterie mobile à Sète

Le système ancien des bennes à déchets verts tournantes a été supprimé au profit d’une véritable déchetterie mobile où les usagers peuvent déposer, outre leurs végétaux, leurs gros objets et leur bois. L’objectif est double, mieux trier et valoriser les déchets et répondre à la problématique des dépôts sauvages en rapprochant les conteneurs des habitants.

La déchetterie mobile est déployée sur 4 sites différents de manière à desservir tout l’Ouest de la Ville de Sète selon un planning établi à l’avance.TÉLÉCHARGEZ LE PLANNING EN COURS 

Le ramassage à domicile

Si vous avez des difficultés de transport pour vous rendre à la déchetterie, vous pouvez contacter directement le service Collecte de l’agglopôle (au 04 67 46 47 20) ou votre mairie pour connaître les possibilités de ramassage à domicile.

Le recyclage des meubles

Pour tous vos meubles démodés, endommagés, ou difficiles à vendre, adoptez le bon réflexe. Des conteneurs réservés ont été installés dans les déchetteries de Sète et Frontignan (celle de Marseillan sera bientôt équipée) et peuvent recevoir tous types de meubles…y compris la literie ou le mobilier de jardin.

On estime que chaque français jette l’équivalent de 26 kg de meubles par an. La récupération et le recyclage de ce mobilier permettent d’économiser des ressources naturelles et de réduire les coûts de traitement des ordures ménagères. Depuis 2014, près de 800 tonnes ont ainsi été collectées sans compter le mobilier déposé dans le conteneur « réemploi » au bénéfice d’ Emmaüs.

En savoir plus : http://www.agglopole.fr/preserverrecycler/trier-ses-dechets/les-dechetteries/

Le nouveau magazine de l’agglopôle vient de sortir

Au menu de cette première édition de l’année, de nombreux sujets abordés, dont notamment le bilan des 1 an de l’agglopôle, un coup de projecteur sur le projet de construction d’une nouvelle station d’épuration ou encore un article explicatif sur notre budget 2018…

Version PDF http://bit.ly/2lSJx2p

Version EBOOK http://bit.ly/2lRLkE4

Bonne lecture !

Bus : le planning de l’agence mobile

Afin d’améliorer significativement l’accès des habitants de l’agglopôle à la distribution des titres de transport et à l’information sur le réseau de bus, un véhicule aménagé sillonne toute l’année les communes du territoire.

L’agence mobile sera présente vendredi 19 janvier au lieu du mardi 16 janvier à Poussan

Afin d’améliorer l’accès des habitants de l’agglopôle à la distribution des titres de transport et à l’information sur le réseau de bus, l’agence mobile viendra à votre rencontre le vendredi 19 janvier de 7h à 12h30 sur la place de la Mairie.
(Pour connaître le détail des horaires et les tarifs du nouveau réseau de bus, notamment la ligne 21 qui relie Poussan à Sète).

busCapture

TÉLÉCHARGEZ PLANNING JANVIER 2018 

Le règlement des achats peut s’effectuer en espèces, par chèque ou carte bancaire. L’agence est équipée d’un terminal mobile de vente et de rechargement de cartes sans contact.

Présentation du futur Pôle d’Echanges Multimodal de la gare de Sète

aggloDSC_0267 (16)Ce jeudi 29 juin 2017 se tenait une Réunion Publique à l’Espace Palace animée par les représentants de la plupart des partenaires qui permettront la réalisation du futur Pôle d’Echanges Multimodal autour de la gare de Sète.agglo6CaptureL’Etat, la Région, le Département, l’Europe avec des Fonds Feder, la CABT, la SNCF.

Ce projet qui ne sera possible que grâce au financement de tous, est chiffré à 16,4M€HT.aggloCapture

3 phases sont prévues : une partie sud entre 2018 et 2019, une phase 2 en 2021, et la phase 3 en 2022.

François Commeinhes, Président de la CABT et Norbert Chaplin, vice-Président délégué à la mobilité précisaient les objectifs de ce projet et principalement le but de la réalisation de ce nouveau pôle qui devrait permettre de mettre en connexion piétons, trains, bus, voitures, vélos et même navettes fluviales, afin de faciliter les déplacements de tous ?agglo 2Capture

« Ce sera le rôle du futur Pôle d’échanges multimodal (PEM) en gare de Sète, à la fois moderne et “pratique”, imaginée pour devenir un véritable relais entre ces différents transports. Pour cela, le PEM disposera de nouveaux parkings Nord et Sud, d’une nouvelle gare routière ainsi que d’une proximité avec une station fluviale d’embarquement. »

Restructurée “transversalement”, la nouvelle gare sera toujours accessible par l’actuelle entrée, face au pont, mais s’ouvrira également “à l’arrière”, côté Pointe courte. Ce nouvel accès offrira un parking qui permettra aux véhicules (voitures et bus) arrivant des communes du Nord du territoire de se garer ; évitant ainsi de surcharger cette entrée de ville souvent embouteillée. Si cette gare, va devenir un point de ralliement multi-transports, elle aura aussi l’avantage de s’inscrire dans un projet plus global, au cœur du nouvel éco-quartier de l’Entrée Est de Sète qui va se développer dans les prochaines années. »aggloDSC_0269 (15)

 « Destiné à mieux organiser les transports, la circulation et le stationnement dans les communes de l’agglomération, le Plan de déplacements urbains jusqu’en 2022, imaginé par Thau agglo renferme en son cœur un point-clé : la future gare multimodale. Les travaux devraient débuter en 2018. »

« A la fois moderne et “pratique”, imaginée pour devenir un véritable pôle de relais entre ces différents transports. Ainsi, une personne qui viendrait en voiture, mais aussi en vélo, pourra garer son véhicule pour prendre un train, un bus ou même une navette maritime. »agglo 4Capture

Ce nouveau pôle disposera de nouveaux parkings, d’une nouvelle gare routière ainsi que d’une très grande proximité avec une station fluviale d’embarquement, qui sera également construite. La nouvelle gare serait toujours accessible par l’actuelle entrée, face au pont, mais s’ouvrirait également “à l’arrière”, côté Pointe courte. Ce nouvel accès offrirait un parking qui permettrait aux véhicules (voitures et bus) arrivant des communes plus au Nord de se garer, ce qui éviterait ainsi de surcharger cette entrée de ville souvent embouteillée. Ce volet accessibilité consistera également à créer une passerelle qui enjambera les voies ferrées et desservira les quais par des ascenseurs. La SNCF, partenaire du projet, consacrera une grande partie de son intervention financière – soit un budget prévisionnel de l’ordre de 3 à 4M€ – à cette mise en accessibilité des quais et des équipements de la gare aux personnes à mobilité réduite.

Divers travaux sont prévus : mise en accessibilité (quais, sous-terrain, bâtiment voyageurs), aménagement des parvis nord et sud, création d’une passerelle entre les deux parvis pour accéder aux quais, création d’espace de dépose-minute, de desserte taxis et de stationnement pour les deux-roues, réalisation d’un parking relais accessible depuis la RD2, création d’une aire de régulation au nord et d’une gare routière au sud.aggloDSC_0261 (17)

« Cette gare aura aussi l’avantage de s’inscrire dans un projet plus global, au cœur d’un nouveau quartier qui va se développer. Le nouveau port de plaisance y a déjà pris place, et de nouveaux immeubles d’habitation et des commerces devraient y fleurir ces prochaines années… »

La SNCF et RFF souhaitent renforcer l’axe Lunel-Sète en mettant plus de TER à la disposition des voyageurs. En effet, le lien Montpellier-Bassin de Thau se renforce d’année en année, de nombreux habitants du territoire prenant leur train pour aller travailler dans la capitale régionale… Une façon pour Thau agglo d’accompagner ce développement par la création de cette nouvelle gare multimodale, en partenariat avec la SNCF, la Région, le Département et l’État.agglo 3Capture

Thau agglo et ses partenaires (État, Région, Département, Ville de Sète, RFF et SNCF) qui avaient engagé depuis 2007, une réflexion d’envergure pour transformer la gare de Sète en véritable pôle d’échange multimodal attendaient les observations du public qui se sont portées principalement sur les deux roues, les places de stationnement pour tous les véhicules, sur les déplacements doux, mais aussi sur les tailles des réalisations à venir.

Dernier conseil communautaire pour 2017 : 61 points à l’ordre du jour

Conseil Communautaire de Sète Agglopôle méditerranée à la salle Georges Brassens ce mercredi 20 décembre

Sète Agglopôle méditerranée tenait ce mercredi 20 décembre son quatrième conseil communautaire avec en outre des sujets prêtant à discussions sur le budget par exemple et sur l’assainissement.

François Commeinhes revenait sur le rapport de la situation en matière d’égalité Femmes-hommes et le présentait. L’assemblée prenait acte après quelques échanges durant lesquels il était précisé qu’au niveau de Sète Agglopôle il y avait des choses à faire à ce sujet en essayant de tendre vers des améliorations à tous les niveaux, chez les élus avec le nombre d’hommes et de femmes, et pour le personnel par exemple au niveau des salaires.

Ci-dessous le résumé des points principaux et des décisions prises.cabtDSC_0004 (2)

Aide à la pierre : 23,3 M€ pour les parcs privés et public

Dans le cadre de sa compétence « Equilibre social de l’Habitat », Sète agglopôle méditerranée s’est engagée dans des actions de réhabilitation et d’amélioration des logements du parc privé dans le cadre de l’OPAH RU dans les quartiers anciens de Sète et du Projet d’Intérêt Général pour le reste du territoire. Afin de permettre sa mise en oeuvre Sète agglopôle méditerranée attribue des aides, sur ses fonds propres, destinées aux propriétaires occupants, aux propriétaires bailleurs et aux syndicats de copropriétés qui disposent d’un délai d’un an pour démarrer les travaux et de trois ans voire 5 ans (en cas de prorogation) pour les achever. Pour compléter son action en matière d’habitat, Sète agglopôle méditerranée exerce depuis 2014 la délégation de la gestion des aides à la pierre en lieu et place de l’Etat. Pour les années 2018 à 2026, les « subventions parc privé » s’élèveront à 8,9 M€ et celles du « parc public » à 14,4 M€.

 606 000 € de subvention pour 61 logements sociaux

Sète agglopôle méditerranée a attribué à Thau Habitat Sète une subvention globale de 606 000 € pour soutenir les trois opérations suivantes :

- « Les balcons de la gardiole », à Gigean (327 000 €), pour la construction de 33 logements sociaux.

- « la Gloriette », à Villeveyrac (69 000 €), pour la construction de 7 logements sociaux.

- « Melody », à Sète (210 000 €), pour l’acquisition en Vente en l’Etat Futur d’Achèvement de 21 logements locatifs sociaux.

 Rénovation de l’habitat : un nouveau programme 2018/2023

Conformément aux orientations fixées dans le Programme Local de l’Habitat 2012/2017, l’agglomération mène une action forte en faveur de l’amélioration des parcs anciens privés. A cet effet, deux programmes ont été initiés en 2011 : une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (OPAH RU) lutte contre l’habitat indigne et très dégradé et lutte contre la précarité énergétique volet copropriétés dégradées sur le centre ancien de Sète et le Programme d’Intérêt Général (PIG) lutte contre l’habitat indigne et très dégradé et lutte contre la précarité énergétique sur le reste du territoire. Une évaluation qualitative et quantitative a permis de confirmer

l’efficacité des deux programmes et la nécessité de leur reconduction. L’OPAH RU 2017/2021 du centre ancien de Sète a été reconduite pour une durée de 5 ans. Le PIG a été prorogé sur les huit communes de l’ex Thau agglo pour l’année 2017 uniquement, car à l’issue de la fusion, les élus communautaires ont souhaité qu’un dispositif de réhabilitation des parcs anciens privés soit dès 2018 initié sur l’ensemble du périmètre de la nouvelle entité, dénommée Sète agglopôle Méditerranée (sauf écusson de Sète, déjà couvert par l’OPAH RU).http://blog.ville-poussan.fr/wp-content/uploads/2017/12/cabtDSC_0009-11.jpg

Un réseau des médiathèques élargi à 5 établissements

A partir du 1er janvier, le réseau des médiathèques s’étend à tous les habitants du territoire et compte désormais 5 établissements : les 2 médiathèques Malraux et Mitterrand à Sète, la médiathèque Montaigne à Frontignan, la médiathèque La Fabrique à Marseillan et la bibliothèque de Balaruc-les-Bains. Un document emprunté dans l’une peut être ramené dans l’autre, ou commandé de l’une à l’autre. La mutualisation de ces médiathèques permet l’accès de plus de services à tous les abonnés. Pour ce faire, les tarifs ont été harmonisés : 13€ pour les adultes et gratuit pour les – de 18 ans, les étudiants ou les bénéficiaires de minimas sociaux. Les curistes et vacanciers peuvent également s’abonner pour 3 mois au tarif de 6,5 €. Les abonnés médiathèques auront également un tarif d’entrée réduit dans les établissements patrimoniaux de l’agglo (voir ci-dessous).

 Harmonisation des établissements patrimoniaux

La tarification du JAM à Balaruc-les-Bains, du Musée Villa à Loupian et du Musée de l’étang de Thau à Bouzigues, a également été harmonisée : 5€ pour les adultes, 7 € pour une visite avec un audio-guide, gratuit pour les enfants de – de 7 ans, 3,5 € pour les enfants de 7 à 15 ans, les seniors + de 65 ans, les étudiants et les demandeurs d’emploi, les personnes en situation d’handicap ou les abonnés médiathèques. Tous les tarifs sur www.agglopole.fr.

Une aide pour s’équiper de vélo ou trottinette électriques

Afin de lutter contre les émissions de CO2 mais aussi pour lutter contre l’engorgement de la circulation et encourager les modes de déplacements doux, Sète agglopôle méditerranée a adopté depuis 2015, un dispositif d’aide à l’achat de vélos à assistance électriques (VAE) à destination des habitants du territoire. En raison de l’émergence de nouveaux moyens de locomotion fiables, économiques, polyvalents et sans émissions directes de gaz à effet de serre lors de leur utilisation, il est proposé de faire évoluer quelque peu, dès 2018, le dispositif d’aide à l’achat. Ainsi, ce dernier s’étend à 150 foyers du territoire qui souhaitent s’équiper d’un vélo électrique mais aussi d’une trottinette électrique (certifiées CE et dotée d’un moteur de 350 watts minimum). Le montant de la subvention équivaut à 25 % de la valeur du véhicule  (hors accessoires: éclairage, antivol, casques…) avec un plafond maximum de 200€. Pour en bénéficier, la demande d’inscription se fait sur le site de Sète agglopôle Méditerranée: http://www.thau-agglo.fr/thau-agglo-vous-aide-pour-lachat-dun-velo-electrique/.

 L’agglo incite ses agents à la mobilité durable

Engagée dans un Plan de Déplacement Administration (PDA), Sète agglopôle Méditerranée souhaite proposer des actions permettant à l’ensemble des agents de la collectivité de se déplacer de manière plus éco-responsable et propose des aides à la mobilité.

- Tout abonnement de transport en commun annuel, mensuel ou hebdomadaire délivré par : Thau agglo Transport, Hérault Transport, la SNCF, ainsi que par les entreprises de transport public, ou les abonnements à un service public de location de vélo sera pris en charge à 100% (au lieu de 50%). Etant précisé que, conformément au décret en vigueur, cette prise en charge ne pourra excéder 83,60 €/mois ;

- 100% de prise en charge également pour les frais d’abonnement des parkings à vocation intermodale à la condition que l’agent présente également un abonnement de transport en commun. Etant précisé qu’à ce jour, un seul parking payant est identifié sur le territoire comme répondant à ce critère : Le parking du midi situé à proximité de la gare de Sète (22€/mois) ;

- Il sera également proposé une Indemnité Kilométrique Vélo (IKV) dont le montant annuel maximum est plafonné à 200€. Cette aide a vocation à compenser les coûts liés au changement de résidence familiale ou à l’allongement de la distance domicile-travail, suite à la réorganisation territoriale corrélée à la fusion des deux agglos de Thau.

 Transport de personnes à mobilité réduite

Sète agglopôle Méditerranée attribuera en 2018 une subvention prévisionnelle de 200 000 € au Groupement pour l’insertion des personnes Handicapés Physiques Languedoc Roussillon (GiHP-LR) qui assure le transport adapté des personnes à mobilité réduite.cabtDSC_0001 (3)

Un pacte financier et fiscal de solidarité

La signature d’un contrat de ville passé entre l’état et la communauté d’agglomération impose à la communauté et aux communes d’élaborer un pacte financier et fiscal de solidarité entre communes et communauté visant à réduire les disparités de charges et de recettes entre ces dernières. Il s’agit d’un outil de gestion des territoires, qui prend son origine dans les relations financières qui se tissent entre les communes et la communauté d’agglomération. Ce pacte permet d’entériner les relations financières existantes entre la communauté d’agglomération et ses communes membres, de partager les bonnes pratiques de gestion pour garantir la santé financière du territoire, de s’engager dans un processus d’amélioration continue, en s’appuyant sur les groupes de travail de techniciens et d’élus dans la réflexion et la proposition de dispositifs performants pour le développement du territoire. Pour autant, le pacte financier et fiscal n’a pas pour objectif d’encadrer étroitement les marges de manœuvre des élus dans leurs choix fiscaux. De ce point de vue, les dispositions du pacte préservent la liberté de vote des conseils municipaux en matière de fiscalité locale.

 Des actions pour les jeunes

* En 2018, Sète agglopôle Méditerranée» soutiendra la MJC à hauteur de 140 000 € dans le cadre d’un partenariat qui s’inscrit dans le Contrat de ville 2015-2020 en faveur des jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville. La MJC conduit des actions visant l’insertion et l’accès vers l’autonomie des jeunes des quartiers prioritaires. Elles s’articulent avec le développement de l’économie et de l’emploi, mais aussi la cohésion sociale comme cela est défini dans le contrat de ville. En 2018, la MJC développera un objectif complémentaire visant à gérer et animer un projet global d’Accueil Jeunes Sans Hébergement (AJSH) pour les jeunes de 14 à 17 ans.

* L’agglo soutient également la MLIJ du Bassin de Thau qui œuvre pour l’insertion des jeunes 18/25ans des 14 communes du territoire de l’agglomération. Ce partenariat s’inscrit également dans le cadre du contrat de ville en faveur des jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville. La convention d’objectifs passée avec la MLIJ définit ses missions et objectifs pour une durée de trois ans de 2016 à 2018. Visant l’insertion socio professionnelle et l’accès vers l’autonomie des jeunes, ces actions s’articulent avec le développement de l’économie et de l’emploi, la cohésion sociale, la santé et le logement. Elles ciblent également les publics des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Le montant de la subvention pour l’année 2018 s’élève à 560 000 €.

 Sécurité, prévention de la délinquance et de la radicalité

Face au constat partagé également par l’ensemble des organismes concernés sur le territoire communautaire, la mise en oeuvre d’une politique de prévention globale se révèle nécessaire. Les conseillers communautaires ont approuvé la création d’un Conseil Intercommunal de Sécurité de Prévention Délinquance et Radicalité (CISPDR) de Sète agglopôle Méditerranée. Celui-ci constituera une instance pivot de la coordination entre les acteurs du territoire communautaire. Il sera un lieu privilégié d’échanges, de concertation et de coopération entre les partenaires concernant la prévention sécurité, la prédélinquance et la radicalité.

 cabDSC_0011 (1)

Assainissement : des tarifs lissés d’ici 2021

Ces 6 dernières années, l’ex Thau agglo avait harmonisé les tarifs de l’assainissement concernant les 8 communes de son territoire, jusqu’ici très variés. Suite à la fusion avec la CCNBT, Sète agglopôle méditerranée va faire de même avec les communes « du Nord » du nouveau territoire. Ce lissage s’effectuera progressivement sur les 4 prochaines années afin d’aligner les 14 communes sur le tarif de 2,08 € HT en 2021.

 Plan Climat Air Energie Territorial : la démarche est lancée

L’agglolance un Plan Climat Air Energie pour une période de 6 ans, qui viendra se substituer, après approbation définitive, au Plan Climat Energie Territorial actuel. Le Préfet de Région et le Président du Conseil Régional disposeront d’un délai de deux mois pour adresser à Sète agglopôle méditerranée les informations qu’ils estiment utiles dans l’élaboration de ce Plan Climat Air Energie Territorial. Seront concertés les maires des communes concernées, les autorités concédantes de la distribution publique d’électricité et de gaz du territoire, les présidents des organismes consulaires compétentes sur son territoire, les gestionnaires de réseaux d’énergie présent sur son territoire, ainsi que le Conseil de développement et les habitants des communes du territoire. Ce PCEAT sera mis en place d’ici au 31 décembre 2018.

Un plan de gestion pour la Grande Palude

Dans le cadre de l’exercice de la compétence espaces naturels, les conseillers communautaires ont adopté le plan de gestion du marais de la Grande Palude, situé sur la commune de Vic-la-Gardiole. Ce plan de gestion définit les enjeux de protection, les programmes d’entretien, les travaux de réhabilitation à engager ainsi que les modalités de mise en oeuvre. Etabli pour cinq ans, (de 2017 à 2021), ce plan de gestion pourra être si besoin (actions inadéquates, changement des usages ou évolution naturelle) réactualisé afin de correspondre au mieux à la réalité du site. Dans le cadre de la protection et de l’aménagement durable du lido de Sète à Marseillan géré par Sète agglopôle Méditerranée, un ouvrage atténuateur de houle sur le lido de Sète à Marseillan.

 cabtDSC_0003 (3)

Déploiement de l’atténuateur de houle sur le lido de Sète à Marseillan

De 2007 à 2012, Sète agglopôle Méditerranée a conduit les aménagements sur le lido de Sète à Marseillan, visant à lutter contre l’érosion du littoral. Des dispositifs de protection maritime complémentaires aux aménagements terrestres ont été nécessaires dans la partie Est du lido très soumise à l’érosion afin de reconstituer ici la largeur de plage que le recul de la route seul n’a pas permis. Dans le même temps, deux techniques novatrices, durables et réversibles ont été expérimentées : ouvrage atténuateur de houles et système Ecoplage, associées à un rechargement massif de 350 000 m3 de sable. Trois années d’observations et d’analyse des données issues des suivis caméra et de la topobathymétrie ont permis de dresser un bilan positif du dispositif atténuateur de houle. En concertation avec les différents partenaires techniques et financiers, l’agglo a décidé de déployer l’ouvrage atténuateur de houle sur un linéaire supplémentaire de 1 400 mètres.

Le programme Dem’eaux lance les premières investigations

RESSOURCE EN EAU SUR THAU : LE PROGRAMME DEM’EAUX THAU LANCE LES PREMIERES INVESTIGATIONS

Lancé en juillet dernier par le BRGM et ses partenaires scientifiques, l’Etat, l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, la Région Occitanie, le Syndicat mixte du bassin de Thau et la commune de Balaruc-les-Bains, le programme Dem’eaux Thau(*1), démarre. 1ers équipements, 1er forage et 1ères acquisitions de données géophysiques vont permettre de mieux connaître le fonctionnement d’une ressource en eau essentielle pour le territoire : le karst du Bassin de Thau appartenant au pli Ouest de Montpellier.

Les météorologistes le confirment : 2017 risque de devenir l’année la plus sèche à Sète depuis 1998 et 1989. Les effets du changement climatique se font sentir sur le bassin de Thau qui enregistre selon Météo France un déficit de précipitations de près de 16% depuis 40 ans. Dans ce contexte, préserver et gérer les ressources en eau qui alimentent le territoire devient primordial. Doté de 5,2 millions d’euros, le programme Dem’eaux Thau poursuit cet objectif. D’une durée de quatre ans, il doit permettre notamment d’ « imager » le sous-sol du bassin de Thau pour mieux connaître les capacités et le fonctionnement du karst du pli Ouest de Montpellier dans ce secteur, et fournir aux acteurs locaux des outils d’aide à la décision permettant de mieux gérer cette ressource. Les travaux ont déjà démarré avec l’acquisition par le Syndicat mixte du bassin de Thau de six sondes installées sur des forages permettant de suivre les niveaux et les caractéristiques de ces eaux souterraines.Capture

Pour déterminer leur emplacement, le Syndicat mixte a mis à profit sa connaissance du fonctionnement du bassin versant et a bénéficié de l’expertise technique du BRGM. Ces mesures, acquises en continue, sont indispensables à la compréhension des différents aquifères et de la circulation des eaux qu’elles soient thermales (*2),, douces ou saumâtres. A terme, ce réseau sera, grâce à des partenariats avec différentes structures, étendu à une trentaine de forages. Toutes ces données seront télétransmises et feront l’objet d’interprétation

En parallèle, le BRGM coordonne la réalisation d’un forage profond de plus de 100 mètres dans le quartier des Métairies à Sète, un secteur connu pour abriter des eaux chaudes et minéralisées. Ce forage va permettre de préciser les caractéristiques chimiques des eaux chaudes et minéralisées du réservoir karstique dans le secteur sétois et les modalités de son fonctionnement.

Enfin, dans les semaines à venir, le BRGM va imager la structure des formations géologiques du sous-sol jusqu’à plus de 1000 mètres de profondeur. Plusieurs techniques complémentaires seront utilisées : la gravimétrie qui mesure les variations spatiales de l’attraction terrestre en surface et la méthode CSEM qui évalue le champ électromagnétique naturel grâce à des capteurs et un courant électrique à basse fréquence.

Enfin, une campagne de sismique réflexion se déroulera sur un profil de 10 km à l’aide de camions qui effectueront des vibrations à la surface du sol pour l’enregistrement en surface les ondes réfléchies dans le sous-sol. L’interprétation de l’ensemble de ces données par le BRGM et Géosciences Montpellier, couplée avec l’analyse de données déjà existantes, de reconnaissances géologiques et géomorphologiques, va permettre de préciser la structure géologique en profondeur et permettra d’élaborer un modèle géologique centré sur l’hydrosystème de Thau. A suivre.

(*1), Le programme Dem’eaux est inscrit au plan Etat/Région 2015-2020. Il est financé par l’Etat (12%), la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée (26%), l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse (17%), le fonds européen FEDER (11%), Montpellier Méditerranée Métropole (4%), la commune de Balaruc-les-Bains, le Syndicat Mixte du Bassin de Thau, les unités de recherche (Géosciences et HydroSciences Montpellier) et entreprise (Synapse) partenaires.

(*2)Le karst du Bassin de Thau alimente la Ville de Sète en eau potable, Balaruc-lesBains en eau thermale et joue également un rôle dans l’écosystème de la lagune de Thau grâce à ses apports en eau douce par la résurgence sous-marine de la Vise.

Des pianistes du monde entier concourent à Sète

pianoCaptureLa 11eme édition du concours Claude Bonneton aura lieu les 2 et 3 décembre à Sète.

Ce concours, qui porte le nom d’un extraordinaire pianiste, trop tôt disparu, relève d’une tradition qui réunit chaque année des pianistes du monde entier, âgés de 15 à 30 ans. Cette année, ils seront 22, venus de Corée, Japon, Chine, Australie, Russie…, à concourir dès le samedi 2 décembre au Conservatoire de Sète.

Les 6 finalistes retenus se donneront en concert, dès le lendemain, au théâtre Molière cette fois. Pour cette finale, le public sera également impliqué, car un « Prix spécial » sera également décerné par ce dernier.

Ces deux journées de manifestation (accessibles à tous et totalement gratuites) demeurent l’occasion de venir écouter du piano de très haut niveau. Même si ce n’est pas le cas cette année, le Conservatoire a présenté il y a quelques années de brillants lauréats qui n’avaient pas 20 ans. Assister à ce concours reste très enrichissant pour tous, initiés comme profanes, et d’autant plus motivant pour tout élève, puisqu’il illustre concrètement la notion d’effort menant au plus haut niveau.

Rendez-vous samedi 2 décembre (de 9h à 12h et de 14h à 17h) au Conservatoire de Sète, salle Ravel, pour les épreuves éliminatoires et dimanche 3 décembre, à 14h, au théâtre Molière, pour les 6 finalistes en concert. 

Quand les élus de l’Agglopôle rencontrent les députés du territoire

François COMMEINHES et les membres du bureau communautaire de Sète Agglopôle Méditerranée recevaient, lundi 27 novembre 2017, Christophe EUZET et Nicolas DEMOULIN députés élus respectivement sur les 7ème et 8éme circonscriptions de l’Hérault ainsi que l’attaché parlementaire de Jean-François ELIAOU (député de la 4ème circonscription), tous membres de la majorité présidentielle, pour une matinée de travail, d’échanges et de visites sur le territoire.

Après une brève présentation à l’hôtel d’agglopôle, des principales missions de l’agglomération et de ses projets structurants (ZAC Entrée Est, ZAE Balaruc Loisir, Palais des sports, programme de requalifications des zones économiques, plans de sauvegarde des espaces naturels, Pôle multimodale, rénovations et constructions de bâtiments communautaires, etc…), jugés « très divers et ambitieux au service des habitants du territoire » par les parlementaires, les échanges se sont rapidement portés sur les diverses problématiques rencontrées par l’EPCI et les communes membres.

Parmi elles, les incertitudes juridiques liées aux statuts des Entreprises Publiques Locales. Avec 50 créations par an, les EPL investissent de nouveaux champs de compétences pour répondre aux enjeux des territoires et doter les collectivités d’opérateurs modernes. Cependant, des jurisprudences sur des contentieux laissent planer un doute sur les compétences partagées entre les communes et les EPCI et compliquent la création de Sociétés Publiques Locales. Les élus ont souhaités obtenir des précisions sur cette répartition des compétences composant l’objet social des SPL.

parle3Capture

Sur la compétence GEMAPI (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) qui deviendra obligatoire à partir du 1er janvier prochain, les élus souhaitent déléguer une partie des 4 missions inscrites dans la loi au Syndicat Mixte du Bassin de Thau, futur Etablissement Public Territorial de Bassin dont l’expertise est reconnue pour l’évaluation des risques et les études hydrauliques. Ils ont donc proposé aux parlementaires de déposer une proposition de loi visant à autoriser explicitement cette sécabilité interne pour toutes les missions rattachées à la compétence Gemapi pour en assouplir les modalités d’exercice.

Dans le domaine de la mobilité, le projet de doublement de la RD600 pour améliorer les flux routiers liés au port et à la desserte de l’aire urbaine sétoise (20.000 véhicules/jour dont 20% poids lourds) a été abordé, notamment avec la possibilité, par le déclassement de la route départementale, de lier cet aménagement aux plans de relance autoroutiers en le confiant au futur concessionnaire de l’A9. En l’état actuel des choses, il est impossible de transférer cette voirie du département vers le réseau autoroutier sans une étape par le réseau routier national. Les élus de l’agglo ont suggéré aux députés une possibilité d’amendement législatif sur le Code de la voirie routière.

parle4Capture

 

En matière de règlementation des zones conchylicoles, les élus communautaires ont soulevé l’interprétation restrictive de la DDTM 34 sur l’interdiction liée au code de l’urbanisme de toute activité ne nécessitant pas la proximité immédiate de l’eau qui, et contrairement à ce qui se pratique sur la zone atlantique, empêche toute politique de diversification et de valorisation des sites en interdisant la dégustation et l’accueil du public dans la zone des 100m.

 

Enfin, un dernier point concernait la situation du logement, et plus particulièrement la réduction prévue dans le Projet de loi de Finances 2018 des crédits affectés au logement social (baisse des loyers des logements conventionnés APL jusqu’à 60€/mois/foyer). Une décision qui apparait comme une réelle menace sur l’investissement des organismes et sur l’emploi, mais aussi sur les finances des collectivités garantes des emprunts (62M€ pour l’agglomération depuis 2012). Les élus communautaires ont alertés les députés sur la remise en cause possible, par cette réduction, des objectifs d’amélioration de l’habitat (efficacité énergétique, etc.), de la réhabilitation et de l’entretien du parc existant.

A titre d’exemple, pour les 1871 loyers APL de l’OPH communautaires (sur un total de 3029) la baisse prévisible des recettes serait de 1,34M€ sur un total de 12M€, impactant fort logiquement le rythme annuel de production de 180 logements et objectifs du Plan Local d’habitat.parl1Capture

Visite du site Lafarge et de l’UVE

La séquence de travail s’est poursuivie sur le terrain par la visite de deux sites « projets » : le site « Lafarge » de Frontignan et l’Unité de valorisation énergétique (UVE) de Sète.

La visite du site « Lafarge » a permis aux députés de « visualiser » le site du futur palais de sports. Un projet qui regroupera un équipement sur la partie à l’ouest de la RD2 du site Lafarge de Frontignan comprenant une salle de 1800 places, des locaux techniques, des locaux administratifs et des activités économiques et de loisirs de plein air sur la partie est de la RD2.

La visite de l’Unité de valorisation énergétique a été l’occasion d’alerter les parlementaires sur la situation de la société SAIPOL, principal acheteur de la vapeur produite par l’UVE (47GWh/an). Confronté à l’arrivée sur le marché européen du biodiésel argentin, largement moins cher, le groupe Avril, propriétaire de l’usine, a annoncé que le site basculerait, à partir de février 2018, en “activité partielle” pour une durée de 6 mois. 88 emplois sont concernés ainsi qu’une baisse prévisible du chiffre d’affaire de l’UVE de l’ordre de 450.000€ (sur 880 000€). Les élus communautaires ont fait part de leurs craintes en terme d’emploi et sur la possibilité de valorisation énergétique de l’UVE qui risque de perdre son principal « client ».

Les élus de Sète Agglopôle rencontrent les parlementaires du territoire

L’image contient peut-être : texteFrançois Commeinhes, Président de Sète Agglopôle Méditerranée a convié, lundi 27 novembre 2017, les parlementaires récemment élus sur les circonscriptions de l’agglomération à une réunion de travail avec les membres du bureau communautaire.

Au programme de cette matinée, une présentation des missions de l’agglomération et de ses grands projets structurants, un échange sur les diverses problématiques rencontrées par l’EPCI et les communes membres et un point sur l’actualité parlementaire.

Une visite de terrain de sites communautaires proches clôturera cette rencontre.

Le Conseil de développement de Sète agglopole Méditerranée pose les bases d’un réseau régional

réunionC2DVendredi 17 novembre, Jean-Guy Majourel, Président du Conseil de développement de Sète agglopôle Méditerranée et Didier Bardy, Président du Conseil de développement « Portes de Gascogne » ont réuni les Présidents des Conseils de développement d’Occitanie afin de leur proposer la création d’un réseau régional.

L’objectif de ce réseau serait d’échanger et de mettre en commun les bonnes pratiques, de travailler sur des thématiques communes transversales et de partager des données utiles à l’ensemble des Conseils de développement.

Eliane Rosay, vice-président de Sète agglopôle Méditerranée, chargée de l’interface entre les élus et le Conseil de développement a vivement encouragé cette initiative innovante et qui apportera une réelle efficience aux travaux déjà portés par le Conseil de développement de l’agglopôle.

Pour rappel : Le Conseil de développement de Sète agglopôle méditerranée est une instance de démocratie participative composé de 102 membres bénévoles issus de la société civile.

Il constitue une instance de consultations, de réflexions et de propositions sur les orientations majeures des politiques publiques locales.