Journée internationale des Droits des Femmes, à Poussan c’est toute l’année !

Parce que pour la Municipalité de Poussan la défense des droits et des libertés ne se cantonne pas à une journée par an, nous vous proposons à chaque 8 du mois, de découvrir un témoignage, une poésie, une chanson, un portrait… en hommage aux Femmes et à leur place dans la société. Ce 8 Juin c’est un poème de Lucie Delarue.
Lucie Delarue-Mardrus, née à Honfleur le 3 novembre 1874 et morte le 26 avril 1945 à Château-Gontier est une poétesse, une romancière, une sculptrice une dessinatrice une journaliste et une historienne française.
Ses parents ayant refusé la main au capitaine Philippe Pétain, elle épouse l’orientaliste Joseph-Charles Mardrus.
Elle considère ses productions en prose comme alimentaires, seule sa poésie a de la valeur à ses yeux. Des Années folles aux Trente Glorieuses (et même de nos jours), presque tous les petits écoliers français auront appris au moins une poésie d’elle.
Peut être une image de texte qui dit ’L'automne On voit tout le temps, en automne, Quelque chose qui vous etonne, C'est une branche, tout à coup, Qui s'effeuille dans votre cou. C'est un petit arbre tout rouge, Un, d'une autre couleur encor, Et puis, partout, ces feuilles d'or Qui tombent sans que rien ne bouge. Nous aimons bien cette saison, Mais la nuit si tôt va descendre Retournons vite à la maison Rôtir nos marrons dans la cendre. Lucie DELARUE-MARDRUS’

 

Journée internationale des Droits des Femmes à Poussan, c’est toute l’année !

Parce que pour la Municipalité de Poussan la défense des droits et des libertés ne se cantonne pas à une journée par an, nous vous proposons à chaque 8 du mois, de découvrir un témoignage, une poésie, une chanson, un portrait… en hommage aux Femmes et à leur place dans la société. Ce 8 août ce sont des peintures de Christine Bousquet.Peut être de l’art
Christine Bousquet est native de Poussan et vit dans notre commune où elle s’investit dans le social. Elle peint depuis une vingtaine d années, autodidacte elle réalise ses toiles au grès de ses envies et de ses émotions.Peut être de l’art

Journée internationale des Droits des Femmes à Poussan c’est toute l’année !

Parce que pour la Municipalité de Poussan la défense des droits et des libertés ne se cantonne pas à une journée par an, nous vous proposons à chaque 8 du mois, de découvrir un témoignage, une poésie, une chanson, un portrait… en hommage aux Femmes et à leur place dans la société. Ce 8 Juillet c’est un poème d’Isabelle Callis-Sabot.
Peut être une image de 1 personne et plein air
Isabelle Callis-Sabot est née à Montpellier en 1958. Après des études d’ergothérapie, elle se consacre à l’écriture. D’abord poète, elle commence par publier quelques recueils, avant de se tourner vers le roman. Le Bugey, où elle est venue s’installer, devient la source de son inspiration, par la richesse de son histoire et la beauté de ses paysages. Son premier ouvrage « Le Miracle de Mazières » témoigne de son attachement à cette région. Il remporte le prix d’Ambronay en 2000. Suivront ensuite d’autres romans historiques célébrant diverses périodes et différents lieux de l’Ain.
En 2009, Isabelle Callis-Sabot quitte son pays d’adoption et choisit de vivre dans le Sud de la France. Un retour aux origines, un choix déterminé, un endroit où elle puisera le thème de ses futurs ouvrages.
Souvenir
Il y avait dans mon enfance
Un grand figuier près du ruisseau ;
Je lui parlais en confidence
Du ciel du vent et des oiseaux.
Il abritait sous son feuillage
Mes jeux mes rêves ma candeur,
Mon insouciance mon jeune âge
Et tous les secrets de mon cœur.
Auprès de lui, sage et docile,
De longues heures je passais ;
La nuit tombait, douce et tranquille,
Au loin le rossignol chantait…

 

La Journée internationale des Droits des Femmes à Poussan, c’est toute l’année !

Parce que pour la Municipalité de Poussan la défense des droits et des libertés ne se cantonne pas à une journée par an, nous vous proposons à chaque 8 du mois, de découvrir un témoignage, une poésie, une chanson, un portrait… en hommage aux Femmes et à leur place dans la société. Ce 8 mai c’est une poésie d’Anna de Noailles.
Anna de Noailles, née Anna Elisabeth Bassaraba de Brancovan, est une poétesse et une romancière française d’origine roumaine, née à Paris le 15 novembre 1876 et morte dans la même ville le 30 avril 1933.
La poésie d’Anna de Noailles porte d’abord sa préférence pour la beauté tranquille et l’exubérance de la nature, contrastant avec l’environnement urbain dans lequel elle passera la suite de sa vie.
Anna de Noailles a écrit quatre romans, une autobiographie et un grand nombre de poèmes.
Son lyrisme passionné s’exalte dans une œuvre qui développe, d’une manière très personnelle, les grands thèmes de l’amour, de la nature et de la mort.
Le printemps Poussannais, dans les vignes, la garrigue ou au bord de l’étang suggère au promeneur les mêmes sensations de beauté, de fraîcheur et de multiples odeurs l’enivrent délicieusement.Peut être une représentation artistique de 1 personne
photo : mairie de Poussan
En ces temps compliqués, il est bon de se poser un peu, dans son jardin, sur sa terrasse ou en pleine nature, de fermer les yeux pour s’adonner à la méditation consciente puis, comme Anna de Noailles, de se laisser surprendre et éblouir par la splendeur et l’harmonie de la nature bienfaisante.
« Je méditais; soudain le jardin se révèle
Et frappe d’un seul jet mon ardente prunelle.
Je le regarde avec un plaisir éclaté;
Rire, fraîcheur, candeur, idylle de l’été!
Tout m’émeut, tout me plaît, une extase me noie,
J’avance et je m’arrête; il semble que la joie
Etait sur cet arbuste et saute dans mon cœur!
Je suis pleine d’élan, d’amour, de bonne odeur,
Et l’azur à mon corps mêle si bien sa trame
Qu’il semble brusquement, à mon regard surpris,
Que ce n’est pas ce pré, mais mon œil qui fleurit
Et que, si je voulais, sous ma paupière close
Je pourrais voir encor le soleil et la rose »
Poème « Surprise » issu du recueil « Les éblouissements »

Journée internationale des Droits des Femmes à Poussan c’est toute l’année !

 Parce que pour la Municipalité de Poussan la défense des droits et des libertés ne se cantonne pas à une journée par an, nous vous proposons à chaque 8 du mois, de découvrir un témoignage, une poésie, une chanson, un portrait… en hommage aux Femmes et à leur place dans la société.
Ce 8 avril c’est un texte et une œuvre de la Poussannaise Pascale Patissier, issuent de son livre « Mots d’Elles ».
Peut être de l’art
« MON CIEL SERA TOUJOURS BLEU »
13 novembre 2015, ce soir, tu as semé la terreur
dans la joie et le bruit ambiant, tu as pris tant de vies
A tout jamais, tu as brisé nos coeurs
Ceux de la famille, ceux des amis
13 novembre 2015, le sang, les cris, l’horreur
Je ne te vois pas mais je te sens sournois et haineux
Je te devine à l ‘affût, voulant attiser notre peur
Je ne te connais pas et je plains ce dieu
Je voulais te dire que nous sommes forts
que l’amour nous rassemble en ces temps torturés
Nous semblons affaiblis, mais tu as tort
Jamais nous n’avons été si liés
Tu as voulu nous mettre à terre,
Tu as voulu nous diviser
Nous nous sommes relevés
Nous avons aidé nos pairs
Chaque jour je chasserai les nuages
Au-dessus de ma tête mon ciel sera toujours bleu
Si besoin je hurlerai ma rage
mais au-dessus de ma tête mon ciel sera toujours bleu »