Don du sang, il faudra poursuivre les efforts le 2 juillet 2021

La dernière collecte de sang en mai avait permis à de très nombreux volontaires de donner du sang  malgré la crise sanitaire.

Laure Mallen-Drouin, Chargée de la planification des collectes précise que le 2 juillet 2021 à la salle Jean Théron, il y aura une nouvelle collecte de sang, à partir de 14 h 30.Screen Shot 06-03-16 at 12.30 PM

« Les réserves sont toujours bien fragiles. »

« En cette période les besoins des malades ne faiblissent pas : ensemble, encourageons le plus grand nombre à ajouter le don du sang aux activités! »citro55Capture

Et elle rajoute : « Les besoins sont encore importants et le public doit se mobiliser pour participer à ces collectes qui permettent de subvenir aux besoins de malades. »

La constante augmentation des besoins en produits sanguins des malades rend ardue la tâche de l’EFS qui s’appuie sur la générosité du public. Les prélèvements connaissent des périodes de tensions de plus en plus fréquentes en raison de la difficulté à mobiliser de nouveaux donneurs : actuellement, 96% de la population compte sur 4% des donneurs au plan national.

Le centre de sauvegarde LPO de Villeveyrac a besoin de vous !

Avec 600 animaux de plus par rapport à 2020 à la même période, et des subventions en baisse, il se retrouve en manque de croquettes chien/chat/chaton. Afin de les aider dans la prise en charge de ses pensionnaires, le centre de sauvegarde fait appel à votre générosité.Peut être une image de chien
Que vous soyez particulier ou professionnel pour des dons de croquettes vous pouvez nous contacter sur l’adresse mail : crsfs.herault@gmail.com ou sur place au 15 rue Faucon crécerellette, 34560 Villeveyrac.

Jessica Olivet reçoit une médaille de bronze pour son engagement au service du sport et des autres

Samedi 12 juin, à 11h, salle Bouvier-Donat,  à Frontignan, la Fédération Française des Médaillés de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement Associatif (FFMJSEA) a décoré une 1/2 douzaine de personnes pour leur investissement.

 La journée a débuté dès 9h30 par l’AG du comité départemental de l’Hérault de la Fédération. Puis à 11h,  les médailles ont été remises par la  FFMJSEA et les diplômes par Georges Forner, conseiller municipal délégué aux jumelages, aux récipiendaires. Aux côtés de , Sandrine Munoz, médaille de bronze et Alain Viola, médaille d’argent (Frontignan), Annie Rey (Teyran) et Merle Blondeau (Balaruc les bains), médaillé.e.s de bronze et Alfonse D’acunto (Mèze), médaillé d’or, Jessica Olivet (Poussan) a été décorée :

Elle reçoit sa distinction pour son investissement au service du sport et des autres : une médaille de bronze pour son engagement au sein de l’As Poussan xv comme simple bénévole, puis secrétaire et à présent co-présidente. Mais aussi pour son bénévolat et son rôle de secrétaire au CAP foot

Félicitations…

jessicaCaptureLa fédération

La Fédération Française des Médaillés de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement Associatif est placée sous le haut patronage du président de la République et du ministre de la Jeunesse, des sports et de la vie associative.

Association loi 1901 elle est reconnue d’utilité publique le 9 juillet 1958.

Le principe fondamental exige que tout membre d’une association a le droit d’en faire la demande.

 Pour les clubs, le mémoire est déposé en mairie.

Le citoyen peut s’adresser à une personnalité élue de son choix. L’ensemble de ces mémoires est recueilli et analysé par les directions départementales de la jeunesse et des sports.

En fonction du quota départemental, une liste est dressée puis soumise au préfet pour les trois niveaux, bronze (six années d’ancienneté), argent (dix années d’ancienneté), et or (quinze années d’ancienneté). Le préfet transmet les mémoires, or et argent, au ministre. L’attribution du niveau bronze reste l’une de ses prérogatives.

 La médaille

 Le 4 mai 1929, par décret du président de la République Gaston Doumergue, était créée la Médaille d’Honneur de l’Education Physique.

À cette époque, suite aux Jeux Olympiques initiés en 1896 par Pierre de Coubertin, le sport prenait de plus en plus d’importance. ce fait fut pris en compte par Gaston Roux, alors attaché de cabinet de Henri Paté, sous-secrétaire d’Etat chargé de l’Education Physique, qui proposa la création d’une médaille destinée à récompenser le dévouement à la cause sportive.

Le 4 mai, le décret était signé par le président Doumergue et contresigné par Pierre Parraud, ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts.

Le 3 décembre 1956, les démarches d’Henri Schumacher, premier président de l’Association Nationale des Médaillés de l’Education Physique et des Sports (ANMEPS), mise en place en 1951, aboutissent à la création de l’Ordre National du Mérite Sportif avec trois grades et l’institution d’une Médaille d’Honneur de la Jeunesse et des Sports à un seul grade.

En 1963, le président de la République Charles de Gaulle et son gouvernement décident la création de l’Ordre National du Mérite et suppriment 17 ordres dont l’Ordre National du Mérite Sportif.

En 1969, la Médaille d’Honneur de la Jeunesse et des Sports est remplacée par la Médaille de la Jeunesse et des Sports avec trois échelons : bronze, argent et or, les durées de services étant fixées à 8, 12 et 20 ans minimum.

En 2013, le 18 décembre, un nouveau décret élargit le bénéfice de la médaille de la jeunesse et des sports au domaine de l’engagement bénévole.

La médaille s’appellera désormais Médaille de la jeunesse, des sports et de l’engagement associatif.

L’ancienneté nécessaire pour obtenir les médailles de bronze, d’argent et d’or est en outre réduite.

Elles sont aujourd’hui décernées aux personnes pour les services rendus ou d’un engagement bénévole en faveur de l’intérêt général.

Don du sang : appel à la mobilisation pour la journée mondiale du 14 juin



Don De Sang, Le Don De Sang, Sang

À l’occasion de la Journée mondiale du don du sang célébrée le 14 juin 2021, l’Établissement français du sang (EFS) vous invite à donner votre sang afin de sauver des vies et contribuer à soigner de nombreux malades.

La mobilisation des donneurs est essentielle chaque jour pour répondre aux besoins des malades qui restent permanents tout au long de l’année. En effet, les dons de sang doivent être réguliers et constants car la durée de vie des produits sanguins est limitée (7 jours pour les plaquettes, 42 jours pour les globules rouges). 10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour pour soigner 1 000 000 de malades par an.

Les réserves de sang étant trop basses, l’EFS lance un appel d’urgence à la mobilisation pour reconstituer un bon niveau de stock au cours de cette période sensible.

Qui peut donner son sang ?

En règle générale, pour donner son sang, il faut :

  • être majeur et avoir entre 18 et 70 ans ;
  • être en bonne santé et peser au minimum 50 kg.

Après 60 ans, le don est nécessairement soumis à l’autorisation du médecin responsable du prélèvement.

Il existe néanmoins un certain nombre de contre-indications liées à la situation de la personne souhaitant donner son sang (état de santé, antécédents familiaux, pratiques personnelles, séjours à l’étranger, pratiques sexuelles…).

Un test d’éligibilité vous permet de savoir si vous pouvez donner votre sang après avoir répondu à quelques questions.

  Attention : Si vous êtes si vous avez été testé positif au Covid-19, vous devez attendre 28 jours après le début des symptômes ou 14 jours après la disparition des symptômes avant de pouvoir donner votre sang.

Si vous êtes asymptomatique avec un test positif, vous devez attendre 14 jours à partir de la date du test.

Si vous avez été en contact étroit avec un cas confirmé de Covid-19, vous devez attendre 14 jours après le dernier contact sauf si le test PCR est négatif.

Vous ne pouvez vous rendre en collecte si vous présentez des symptômes grippaux.

 

Comment se passe le don du sang ?

Avant le prélèvement : vous pouvez manger en évitant cependant l’absorption de graisses et de boissons alcoolisées.

Lors de l’examen médical, vous devez remplir un formulaire et répondre aux questions du médecin.

Une pièce d’identité vous sera demandée lors de votre inscription administrative.

C’est le médecin responsable du prélèvement qui peut apprécier la possibilité d’un don au regard des contre-indications du donneur, ainsi que de la durée prévue du don.

Pendant le prélèvement : entre 420 à 480 ml de sang sont prélevés, en fonction du poids du donneur. L’acte lui-même dure 8 à 10 minutes. Si l’on ajoute le temps de l’entretien pré-don, puis le temps de repos et de collation qui suit le prélèvement, le don de sang prend environ 45 minutes à 1 heure.

Après le prélèvement : il est utile d’observer un temps de repos, sous surveillance médicale. Une collation vous est ensuite proposée.

  A savoir : Il faut respecter un délai d’au moins 8 semaines entre 2 dons de sang. Une femme peut donner son sang au maximum 4 fois par an, un homme 6 fois par an.

Où donner son sang ?

L’EFS propose sur son site une cartographie des sites de collecte fixes et mobiles selon les types de don (sang, plasma, plaquettes) et la période qui vous intéresse, avec leurs coordonnées et horaires d’ouverture.

L’EFS recommande de privilégier les rendez-vous , lorsque cela est possible afin de réduire le temps d’attente et de mieux gérer la prise en charge de chaque donneur dans le respect des mesures de distanciation.

  Rappel : Plusieurs sortes de don sont possibles :

  • le don de sang total est le plus courant. Il est utilisé pour des transfusions sanguines et la recherche médicale ;
  • le don de plasma est utilisé pour préparer les vaccins, sérums, remèdes contre l’hémophilie. Il est également utilisé en prévention de la maladie du nouveau-né liée au rhésus (c’est par exemple le cas lorsqu’une femme Rh négatif est enceinte d’un bébé Rh positif) ;
  • le don de plaquettes sanguines sert notamment à soigner certains cancers, dont la leucémie.

  A noter : Il est important de continuer à respecter les gestes barrières dans le cadre de la prévention contre le virus Covid-19. Pour la sécurité des donneurs, l’EFS a mis en place sur les collectes les mesures barrières et de distanciation, avec port de masque fourni et obligatoire pour tous.

Espoir pour un enfant : grâce à vous une très belle journée

    Comme chaque année, les membres bénévoles de l’association « Espoir pour un enfant Hérault » organisaient leur braderie de Printemps, mais crise sanitaire oblige, cette année 2021, elle se déroulait au Jardin de la Grotte (Rue des Frères), en plein air, et uniquement ce samedi 22 mai avec son ouverture au public.

Avec ferveur et énergie, les nombreuses bénévoles avaient toutes préparé cette braderie car c’est toujours pour  l’association un des meilleurs moyens pour récolter de l’argent. Celui-ci leur permet de mieux s’occuper de l’enfance en détresse, que ce soit en France ou à l’étranger ou bien encore d’assurer d’autres actions caritatives envers les enfants qui en ont besoin.ESPOIRIMG_20210522_113314

Toujours à la recherche d’autres bénévoles qui souhaiteraient s’impliquer dans l’association, elles apprécient ces braderies dans les communes du secteur qui au-delà de la vente sont faites de rencontres et d’échanges, de convivialité et de gentillesse.

La direction collégiale est toujours très active pour aider et participer. Toujours la même envie de s’investir pour Espoir pour un enfant.

L’association précise qu’il est préférable pour ceux qui désirent déposer et offrir des éléments pour la vente, pour des raisons de logistique, de se rendre à Saint Jean de Védas, les lundis, jeudis et samedis, de 14 h à 16 h 30, 7ter rue Font de l’Hospital, Boutique rue Lou Planas.ESPOIRIMG_20210522_113412

 Un plaisir pour les bénévoles et les nombreux visiteurs qui se renouvelle. L’association souhaite donc remercier chaleureusement  tous ceux qui ont participé car tout en vous faisant plaisir vous aidez les enfants en détresse…

Et les visiteurs sont venus comme on l’attendait appréciant l’espace offert par le grand jardin, appréciant aussi un soleil timide mais généreux tout de même, durant toute la journée.

Une belle somme « récoltée » grâce aux ventes durant cette journée,  qui pourra servir à réaliser certains objectifs de l’association, Félicitations à tous….

Screen Shot 04-09-16 at 10.42 AM

.

Les équipes de l’EFS remercient chaleureusement les 74 personnes qui ont participé à la collecte de sang

Les équipes de l’EFS remercient chaleureusement les 74 personnes qui se sont déplacées à la salle Jean Théron lors de la dernière collecte de sang. La prochaine collecte est prévue le lundi 2 juillet 2021.Peut être une image de texte qui dit ’EFS ÉTABLISSEMENT FRANCAIS SANG Du donneur αux patients JE DONNE MOn SANG JE SAUVE DES VIES!’

A Poussan, braderie d’ « Espoir pour un enfant » (vêtements, livres, jouets…) samedi 22 mai

L’association « Espoir pour un enfant » avec le soutien de la Ville de Poussan organise une braderie (vêtements, livres, jouets…) samedi 22 mai de 9h à 19h au Jardin des Frères.
Cette braderie caritative sera organisée en tenant compte du protocole sanitaire en vigueur ( port du masque obligatoire…)
Peut être une image de texte qui dit ’MEAUL Espoir Pour un En Enjant ant 1901 Braderie à POUSSAN Samedi 22 mai de 9h à 19 au jardin des frères Livres, brocante, jouets, vêtements, bijoux... consulteznotre site pour plus d'informations νές SOIGNER, PARRAINER, AIDER au bénéfice de l'enfance en détresse Tel 04 67 47 69 07 https://espoirenfant34.fr’

Journée de solidarité : comment ça marche ?

Pixabay

Mise en place en 2004 pour financer des actions en faveur de l’autonomie des personnes âgées ou handicapées, la journée de solidarité concerne tous les actifs. Comment s’applique-t-elle pour les salariés du privé et pour les agents publics ?

Secteur privé

Les modalités d’accomplissement de la journée de solidarité sont fixées par convention ou accord d’entreprise (ou d’établissement) ou par accord de branche. À défaut d’accord collectif, elles sont définies par l’employeur après consultation de l’instance de représentation du personnel.

En règle générale, la journée de solidarité dans le privé prend la forme d’une journée de travail supplémentaire sur l’année, cette journée n’étant pas rémunérée. Il peut s’agir de travailler :

  • soit pendant un jour férié qui était précédemment chômé autre que le 1er mai (comme le lundi de Pentecôte) ;
  • soit lors d’une journée de RTT ;
  • soit selon toute autre modalité permettant le travail de 7 heures précédemment non travaillées (comme travailler un samedi, par exemple).

Les heures travaillées durant la journée de solidarité ne sont pas considérées comme des heures supplémentaires (ou complémentaires).

Secteur public

La journée de solidarité dans la fonction publique se traduit par une journée supplémentaire de travail non rémunérée. Elle peut être accomplie selon l’une des modalités suivantes :

  • travail le lundi de Pentecôte ou un autre jour férié précédemment chômé (autre que le 1er mai) ;
  • suppression d’une journée de RTT ;
  • toute autre modalité permettant le travail de 7 heures précédemment non travaillées, à l’exclusion de la suppression d’un jour de congé annuel (par exemple, travail un jour supplémentaire, hors temps scolaire pour les enseignants).

  A savoir : 

  • Si la journée de solidarité est fixée un jour férié, elle ne concernera pas les travailleurs mineurs puisque, sauf rares exceptions, le travail des salariés de moins de 18 ans est interdit pendant les jours fériés. Si un accord collectif fixe un jour non férié comme journée de solidarité, il appartient aux partenaires sociaux de se prononcer sur les conditions dans lesquelles ces jeunes salariés effectueront cette journée.
  • Quant aux salariés à temps partiel, la limite de 7 heures est réduite proportionnellement à la durée de travail prévue par leur contrat de travail (par exemple, pour un salarié à mi-temps, la limite sera fixée à 3,5 heures). Les heures effectuées au-delà seront normalement rémunérées.

  A noter : Des dispositions sont prévues pour que les salariés changeant d’employeur en cours d’année n’aient pas à effectuer cette journée plusieurs fois dans l’année.

2ème distribution par le sac solidaire étudiants 34 à l’Ifsi de Sète

 2ème distribution par le sac solidaire étudiants 34 à l’institut de Formation en Soins Infirmiers de Sète le 6 mai. Elle s’est parfaitement déroulée avec la venue de l’équipe de Mèze qui a apporté pas moins de… 80 beaux sacs bien pleins. Auxquels se sont ajoutés les sacs de la collecte de St Pons de Thomières accompagnés des créations des élèves des écoles de St Pons de Thomières, et les sacs de la collecte de Poussan !
Joëlle Gilet était là bien sûr, car sans elle le sac solidaire étudiants 34 n’aurait pas connu les besoins de l’ifsi Sète ! La directrice et le personnel ont aussi aidé.
Et peut être, au mois de juin, si les bénévoles réussissent à réunir un autre lot de sacs, une autre distribution. Ce 6 mai ils ont pu donner 2 sacs par étudiants…
Une soixantaine d’entre-eux ont alors reçu ces sacs…