Le brûlage des végétaux – réglementation dans l’Hérault

L’incinération et le brûlage des végétaux peuvent être concernés par 2 types de réglementation selon la nature des végétaux, leur origine, leur mode de récolte, leur situation géographique ou l’objectif de leur élimination.aaaadptCapture Cliquez sur les images pour les agrandir.

1) Le Règlement Sanitaire Départemental

D’une manière générale et sur l’ensemble du département, l’article 84 du Règlement Sanitaire Départemental stipule que le brûlage à l’air libre des ordures ménagères est interdit.

Dans le chapitre 20 de l’annexe 2 du décret n°2002-540 du 18 avril 2002, relatif à la classification des déchets, qui liste les déchets entrant dans la catégorie «Déchets municipaux (déchets ménagers et déchets assimilés provenant des commerces, des industries et des administrations) y compris les fractions collectées séparément », on trouve les « déchets de jardins et de parc » (rubrique 20.02).

Les déchets verts issus des jardins qui peuvent être définis comme les matières végétales issues de l’exploitation, de l’entretien ou de la création de jardins ou d’espaces verts publics et privés ainsi que les déchets organiques des activités horticoles professionnelles ou municipales, à l’exception des supports de culture entrent donc bien dans la catégorie des déchets ménagers et assimilés dont le brûlage est interdit par l’article 84 du Règlement Sanitaire Départemental.

aaaadptjoohoCapture

2) L’arrêté permanent d’emploi du feu n°2002.01.1932 du 25 avril 2002

 Cet arrêté a pour objectif de limiter ou de réglementer l’apport de feu en forêt et dans les zones exposées aux incendies de forêt tels que bois, forêt, landes, garrigues, maquis, plantations forestières ou reboisements et jusqu’à une distance de 200 mètres de ces terrains.

Cet arrêté n’a pas vocation à réglementer l’emploi du feu et les incinérations sur l’ensemble du département et à d’autres fins que la prévention des incendies de forêt.

a) L’incinération des végétaux

L’incinération des végétaux (coupés ou sur pied) qui est réglementé par l’arrêté préfectoral 2002.01.1932 du 25 avril 2002 ne concerne donc que les espaces naturels et agricoles situés à moins de 200 mètres des bois, forêt, landes, garrigues, maquis, plantations forestières ou reboisements, l’élimination des rémanents d’exploitation forestière, des produits issus du débroussaillement tels que définis par les prescriptions techniques de l’arrêté préfectoral n°2005.01.539 du 7 mars 2005 ainsi que l’élimination des supports de culture, souches, taille des arbres fruitiers, chaumes, etc.….

Ce type d’élimination ne doit toutefois entraîner aucune gêne ou insalubrité pour le voisinage.

b) L’emploi du feu

L’emploi du feu réglementé par l’arrêté préfectoral 2002.01.1932 du 25 avril 2002 concerne les barbecues, les pétards, les feux d’artifice, les cigarettes, la production d’étincelles, etc. …

L’arrêté n° 2007.1.705 du 4 avril 2007 complète donc l’arrêté permanent n° 2002.01.1932 du 25 avril 2002.

Les incinérations de déchets végétaux et de déchets verts qui sont interdites par l’article 84 du Règlement Sanitaire Départemental ne peuvent donc pas être traitées par l’arrêté permanent d’emploi du feu et en sont donc explicitement exclues.

Vous veillerez donc, lors de la signature du récépissé de déclaration d’incinération de végétaux à ne pas cautionner une incinération par ailleurs interdite par le Règlement Sanitaire Départemental. Vous devrez informer le déclarant de l’illégalité de son incinération.

Peut-on brûler des déchets verts dans son jardin (feuilles, branches, …) ?

De quoi s’agit-il ?

 

Protection Environnementale

Les déchets verts sont constitués des végétaux (secs ou humides) de jardin ou de parc. Il s’agit :

  • de l’herbe après tonte de pelouse
  • des feuilles mortes
  • des résidus d’élagage
  • des résidus de taille de haies et arbustes
  • des résidus de débroussaillage
  • des épluchures de fruits et légumes

  A savoir : les déchets verts font partie des biodéchets.

Que faire de ses déchets verts ?

Il est possible :

  • de les utiliser en paillage ou en compost individuel car ils sont biodégradables, c’est-à-dire qu’ils se décomposent avec le temps
  • de les déposer conformément aux règles mises en place par la commune (déchetterie ou collecte sélective)

Il est interdit :

  • de les brûler à l’air libre
  • de les brûler avec un incinérateur de jardin. Par ailleurs, vendre ou prêter un incinérateur de jardin est interdit.

Toutefois, des dérogations peuvent exister dans la commune que vous habitez :

Pour connaître le mode de traitement des déchets verts dans votre commune, ou savoir si une dérogation s’y applique, contactez votre mairie.

Où s’adresser ?

  A savoir : le préfet de département peut exceptionnellement délivrer une dérogation individuelle, pour combattre certaines maladies des végétaux ou éliminer des plantes envahissantes.

Pourquoi cette interdiction ?

Brûler des déchets verts, surtout s’ils sont humides, dégage des substances toxiques pour les êtres humains et l’environnement (des particules fines notamment) . Par exemple, brûler 50 kg de végétaux à l’air libre émet autant de particules fines que rouler pendant 14 000 km avec une voiture à essence neuve.

Il faut également tenir compte des possibles troubles de voisinage (odeurs ou fumées) et des risques d’incendie.

En cas de non-respect de l’interdiction

Il est possible d’alerter les services d’hygiène de la mairie en cas de non-respect de l’interdiction de brûler les déchets verts chez soi.

La personne qui brûle des déchets verts à l’air libre peut être punie d’une amende de 450 € maximum. Si ses voisins sont incommodés par les odeurs, ils peuvent par ailleurs engager votre responsabilité pour nuisances olfactives.

Une sortie « découverte des chauve-souris » a eu lieu le vendredi 09 octobre

Dans le cadre de l’ABC (atlas de la biodiversité communale) des garrigues, une sortie « découverte des chauve-souris » a eu lieu le vendredi 09 octobre de 18h à 20h à la crique de l’Angle. Organisée par la LPO et le CPIE, cette sortie, à laquelle une quinzaine de personnes ont participé, a permis de découvrir le monde fascinant de ces mammifères nocturnes (leur habitat, leur mode de vie, leur déplacement…). Chaque chauve-souris se nourrit d’environ 3000 insectes (dont des moustiques) par nuit; il faut donc en prendre soin et ne pas détruire ses habitats.
Peut être une image de 9 personnes, personnes debout et plein air
Durant cette sortie, de nombreuses chauve-souris ont pu être observées ou détectées grâce à la Batbox, appareil permettant de reconnaître l’espèce de chauve-souris grâce à la reconnaissance des ultrasons émis par l’animal pour se guider. 3 espèces ont ainsi été identifiées: la pipistrelle commune, pygmée et de Kuhl.
D’autres sorties ou ateliers auront lieu prochainement dans le cadre de cet ABC.

Des ateliers du territoire pour la préservation du trait de côte

aaaacvbimage00007

 Comment adapter les différentes facettes du territoire de Sète agglopôle méditerranée face à la montée du trait de côte ? C’est toute la réflexion initiée depuis maintenant un an par les services de la Dreal et de la DDTM, pleinement accompagnés dans cette démarche par l’agglopole, les 14 communes qui la composent et le Ministère de la transition écologique.

Les prochaines décennies verront nos communes littorales se transformer, s’adaptant progressivement à la montée des eaux qui ne cesse de gagner du terrain années après années. Habitations, activités industrielles et commerciales, infrastructures stratégiques… autant d’éléments structurants du territoire qui devront être repensés.aaaacvbimage00013

C’est pour renforcer cette démarche et évoquer les nombreuses problématiques qui y sont associées que les élus locaux et les services déconcentrés de l’Etat se sont réunis, jeudi 30 septembre, sur différentes communes de Sète agglopôle méditerranée :

A la plage des Aresquiers pour évoquer le devenir de Frontignan Plage

Au Port de Sète pour échanger autour des restructurations stratégiques de l’aire portuaire, du centre-ville et des différents quartiers sétois

A Marseillan  Plage pour anticiper l’évolution des activités de loisirs et de plein air

Au Cap de Tourre à Mèze pour évoquer les conséquences de la montée des eaux sur les activités économiques et conchylicoles

A l’Abbaye Saint Felix de Montceau de Gigean pour une étude paysagère du territoire

Le lendemain les élus, techniciens et représentants des différentes administrations se sont retrouvés au centre socio-culturel Nelson Mandela de Loupian autour d’ateliers participatifs, qui ont permis de confronter les différentes visions stratégiques qui existent à ce jour. L’objectif de ces ateliers : faire naitre un nouveau paradigme de gouvernance publique, collectivement partagé, permettant de concilier protection de notre territoire et développement raisonné du territoire.aaaacvbimage00010

Les conclusions de ces temps forts pour le territoire seront rendues lors d’une présentation nationale, Sète agglopôle méditerranée ayant été retenue comme territoire pilote à l’échelle nationale sur ces enjeux de montée du trait de côte, et serviront de base aux futures évolutions législatives qui pourraient être prises en matière d’aménagements durable des territoires.

Ne laissons pas proliférer le frelon asiatique

Ne laissons pas proliférer le frelon asiatique.

vous avez repéré un nid de frelons asiatiques n’hésitez pas à le faire détruire.
Il en va de votre sécurité et de celle de votre entourage mais aussi de la préservation de la biodiversité.

Un exemple….

Un nid de frelons asiatiques,  abandonné ou pas, il faut le signaler.

Sur un terrain privé, le propriétaire doit suivre une démarche particulière pour le faire enlever.

Liens :
Le GDSA de l’Hérault a mis en place une cartographie avec le nom et le contact des référents ainsi que la situation géographique des nids recensés.
Contact : Voir référents sur la cartographie
Site internet dédié au frelon : http://frelons.reah-chateaudecastries.org/
Ce ne sont pas les abeilles qui attirent le frelon, le développement de cette espèce invasive est très rapide.

frelDSC_0009 (16)

Ces nids en forme de boule, perchés souvent en haut des arbres sont peut-être inactif. En effet, la nature et les conditions météo ont souvent raison des nids. Les professionnels rappellent l’importance de signaler la présence de frelons et de frelons asiatiques dés leur apparition. En l’espace de 3 mois, la taille des nids peut prendre des proportions impressionnantes. Cette espèce qui s’attaque notamment aux abeilles ouvrières est légèrement plus petite que le frelon européen.

La couleur du frelon asiatique est particulièrement foncée. Sa tête est noire, sa face et ses pattes sont jaunes. Il mesure entre 2,5 et 3 cm. Comme le frelon européen, le frelon asiatique construit des nids principalement élaborés à base de particules de bois prélevées sur les arbres. Bien souvent, il fixe son nid en hauteur, dans les arbres. Cette habitation sphérique peut attendre jusqu’à 100 cm de diamètre.

 En présence d’un nid de frelons, il est impératif de ne pas détruire seul(e) l’habitat. Se sentant menacés, les insectes peuvent devenir agressifs et multiplier les piqûres. Une intervention inadéquate peut également conduire à la dissémination puis à la prolifération de l’espèce dans la nature. Il est vivement recommandé d’informer la FDGON (Fédération départementale des groupes de défense contre les organismes nuisibles) de la présence d’un nid. Très peu de sapeurs-pompiers interviennent dans la destruction des nids repérés. Mieux vaut faire appel à des entreprises spécialisées pour s’en débarrasser. Une prestation payante dont les prix diffèrent selon les professionnels « La reine mesure jusqu’à 3,5 cm. Sa durée de vie est d’un an. Chaque reine fonde sa propre colonie au printemps du mois de mars jusqu’à début août.

Elle se compose alors de larves qui deviendront les premières ouvrières, aussi appelées ouvrières de « première caste ». À partir du début du mois de juin, la colonie est composée d’ouvrières adultes et vers la fin de l’été, également de mâles et de femelles sexuées. Les femelles sexuées, futures reines, passent l’hiver en diapause dans un endroit abrité, souvent enterré, et sortent au printemps pour fonder de nouvelles colonies. » Wikipédia. Le nid ou « guêpier », fait de fibre de cellulose mâchée comme chez la majorité des guêpes (certaines, non Vespidae, construisent avec de la boue), peut atteindre un mètre de haut et 80 cm de diamètre.

Construit au printemps, il est aérien, le plus souvent situé dans des arbres à plusieurs mètres de hauteur, quelquefois au ras du sol, sous une charpente ou dans des cheminées. Ce frelon étant opportuniste, son nid est retrouvé aussi bien dans des habitations que sur du mobilier urbain. Il est généralement de forme sphérique et possède un orifice de sortie latéral. Chaque nid abrite quelque 2 000 frelons, dont plus de 550 fondatrices qui peuvent, l’année suivante, nidifier si elles sont fécondées. Cependant, un grand nombre de ces reines ne passeront pas l’hiver. Il est abandonné pendant l’hiver.

Durant cette période, il a été observé en France que certains oiseaux ravageaient le nid. Ce comportement n’a aucune conséquence sur la pérennité de l’espèce puisque le nid est vide.

  La plupart du temps, une piqûre de frelon asiatique n’est pas plus dangereuse qu’une piqûre de guêpe pour l’homme. Elle le devient si les personnes piquées développent une réaction allergique. Dans ce cas, les répercussions peuvent être dramatiques. Une simple piqûre peut ainsi entraîner une forte baisse de tension, un œdème ou encore un choc anaphylactique.

Agressifs, les frelons, et particulièrement les asiatiques, n’aiment pas que l’on s’approche de leur nid, il vaut mieux rester à distance si vous en avez un chez vous ou si vous en découvrez un, et le signaler en Mairie qui vous conseillera si nécessaire.

« Prenez l’Air » du 11 au 17 octobre avec le CPIE

Lundi prochain, retrouvez-nous en Live avec Laurent Fabre du Service patrimoine de Sète agglopôle ! Nous aborderons la thématique des relations entre l’Homme et la nature ! 
Pour les amoureux des chauve-souris , une sortie nocturne vous est proposée mardi à Villeneuve-lès-Maguelone !
Peut être une image de texte qui dit ’BASSIN PRENEZ L'AIR Vos animations du 11 au 17 octobre 11/10à live page facebook Thau Lundi Cpie. L'Homme et nature Laurent Fabre (Responsable du Patrimoine etArchéologie Agglopole Mediterranée). 12/10à 18h30 Villeneuve-lès-Maguelone Des 12/10à Tchatch débat. Gratuit. Caveirac Débat 13/10à 10h30 Balade littorale. Gratuit. cadre du débat public EOS. Sortie nature dans cadre cliquant débat public EOS. 13/10à Pézénas Visite chez dela biodiversité dégusation 16/10à 11h Marseillan Inscription: 16/10à 64910733 producteur. Découverte l'activité de viticultrice enfant. Inscription 1051909 en bateau 13€ adutle/8,50€ Montbazin Sortie nocturne. crépuscule! Inscription 06 ceT AUTOMNE, PRENEZ L'AIR EMBRE DÉCEMBRE Infos & Inscriptions au 06.95.53.78.81 WWW.CPIEBASSINDETHAU.FR’
Kimiyo vous embarque dans une Tchatch’débat et balade littorale dans le cadre du Débat EOS EOliennes flottanteS en Méditerranée.
Mercredi prochain, venez à la rencontre de la viticultrice des Paniers de Thau Marie-Hélène Chassagne ! Vous pourrez découvrir sa production de vin et ses pratiques en faveur de la biodiversité ! Dégustation offerte bien entendu.
Pour le week-end, partez en balade en bateau samedi sur Bateau « L’étoile de thau IV » à Marseillan ou en balade au crépuscule pour découvrir les drôles de créatures nocturnes à Montbazin avec la LPO Occitanie – Hérault !
 réservation obligatoire aux numéros de téléphones indiqués
 plus d’informations au 06 95 53 78 81

Venez participer à l’atelier CPIE pour construire votre capteur à particules fines !

Jeudi prochain, venez participer à l’atelier CPIE pour construire votre capteur à particules fines !
Quelle est la qualité de l’air chez vous, dans votre quartier ?  A l’occasion de la journée nationale de la qualité de l’air , cet atelier vous permettra de construire votre propre capteur de particules fines à installer chez vous ! 
Les capteurs envoient les données sur un serveur relié à un dispositif de science citoyenne : vous pourrez contribuer ainsi à la récolte de données sur la qualité de l’air, facilement suivre la teneur en particules fines chez vous, mais également consulter les données des autres capteurs installés dans le monde entier ! Peut être un dessin animé de enfant
 Rendez-vous le 14 octobre 2021, de 17h30 à 19h30 dans les locaux du CPIE
 Informations et inscriptions obligatoires à m.comptour@cpiebassindethau.fr /09 72 55 89 63

CPIE : Découvrez le catalogue d’animations pédagogiques 2021-2022 !

aaaacaviCapture

En cette rentrée scolaire, le catalogue d’animations pédagogiques fait peau neuve !

Plus de 100 animations en extérieur ou en classe de la maternelle au lycée, avec des approches scientifiques, ludiques, expérimentales, artistiques, sensibles… pour faire découvrir l’environnement aux élèves sur les temps scolaires et périscolaires.

Les petits nouveaux de cette année ? Des animations sur les bêtes du sol, sur la sélection naturelle, l’esprit critique, le numérique, les arts de rue appliqués à l’environnement … et bien d’autres encore !

Cliquez ici pour consulter le catalogue

+ de 100 animations réparties dans 11 thématiques environnementales !

 Des animations pédagogiques de la maternelle au lycée, autour de 11 thématiques :

  • Lagune et mer
  • Garrigue 
  • Paysages, écosystème et aménagements
  • Environnement et art 
  • Eau
  • Alimentation et jardin
  • Climat, énergie et air
  • Déchets
  • Métiers du territoire
  • S’engager pour la nature
  • Sciences de la nature

Vous pouvez choisir une ou plusieurs animations pour composer votre programme « à la carte », sur une même thématique ou sur des thématiques différentes. L’équipe du CPIE BT est à vos côtés pour vous accompagner dans la construction de la programmation correspondant le mieux à vos attentes et à votre projet pédagogique.

Ici la thématique « lagune et mer » dans laquelle vous pouvez retrouver près de 20 animations sur la faune et la flore aquatique, les coquillages, les plantes du littoral, la formation du sable ou autour des oiseaux des lagunes.

Ils ont osé Poussan bat Night

aaaayuIMG_20211008_192323La Ville de Poussan, en partenariat avec le CPIE du Bassin de Thau et la LPO, vous invitait ce vendredi 8 octobre en soirée à participer à une animation nocturne sur les chauves-souris, dans le cadre de l’ABC (Atlas de Biodiversité Communale) des Garrigues et à découvrir aussi, en partie, le monde de la nuit, en pleine Nature…  
 » Les chauves-souris sont en effet les seuls mammifères à avoir acquis la capacité du vol actif. Ces petites créatures s’éveillent à la tombée du jour pour partir animer notre ciel nocturne et partir sur leur territoire de chasse. Le challenge était d’aller à la rencontre de ces petits êtres de la nuit et découvrir leur vie fascinante, loin des préjugés qui leur collent aux ailes. «

Camille Montégu de la Lpo 34 avait fixé le rendez-vous à l’aire de covoiturage de Poussan sur la RD2E5
aaachC Camille Fraissard

Elle allait entraîner la  vingtaine de volontaires inscrits, dans le monde nocturne où l’oreille donne plus d’informations que la vue.

 Car nuit venue, d’inquiétantes bêtes à poils et à plumes prennent en effet leur envol au dessus de la Crique de l’Angle, le long de la Vène ou de la voie verte.  Pas besoin d’attendre trop longtemps, dès que le soleil a faibli en intensité, dès que l’air s’est rafraîchi, des oiseaux sont venus trouver un havre de paix et de quoi manger au-dessus des bassins de l’ex lagunage mais il fallait attendre un peu pour les stars de la soirée.

Camille a profité  des dernières  lueurs du jour pour présenter les championnes de la nuit, ces volatiles qui sont à l’aise quand les autres dorment mais pas en toutes saisons.

A l’aide d’animaux en plastique, presque aussi vraies que des chauves-souris réelles, les participants pouvaient se familiariser avec ces mammifères qui volent et qui ont des caractéristiques qui leur sont vraiment propres.

Insectivores et quelquefois frugivores, il en existe des vampirisées mais pas en France, ,en Amérique du Sud.  On compte 1200 espèces sur Terre, 36 en France métropolitaine et 30 en Occitanie…aaaayuIMG_20211008_183247

 vidéo : https://youtu.be/mdJFFhkdPOE

Alors que la nuit avait enveloppé la Crique  de l’Angle, que les premières chauves-souris pouvaient être  aperçues, les animateurs de la LPO allaient aider  les participants à mieux connaître ces animaux qui font partie de l’ordre des chiroptères : « qui volent avec les mains. », à l’ide de jeux.

Avec plus d’un millier d’espèces, c’est l’ordre de mammifères le plus nombreux après celui des rongeurs, auquel il est parfois associé. Ces animaux, comme les Cétacés, sont souvent capables d’écholocation. Généralement actifs la nuit, ils peuvent se diriger dans l’obscurité en émettant des ultrasons dont ils captent la réflexion, écholocalisant ainsi leurs proies et les obstacles. Les chiroptères sont les seuls mammifères doués du vol actif et se déplacent dans les airs grâce à une aile formée d’une membrane de peau entre le corps, les membres et les doigts. De nombreux détails étaient donnés à l’auditoire sachant que souvent, les chauves-souris sont  victimes d’idées reçues qui leur ont valu longtemps d’être persécutées par l’homme. En France et même dans la région, certaines font l’objet de plans de restauration ou bénéficient d’un statut de protection. Vidéo : https://youtu.be/NkkB_bnt5VQ

 

 Les fréquences pratiquées par les chauves-souris françaises s’échelonnent de 12 à 120 kHz suivant les espèces. Chacune possède sa propre plage d’utilisation de fréquence. Chez les chauves-souris, on peut distinguer deux types d’émissions :

• Des signaux émis à fréquence constante, de plusieurs dizaines de millisecondes. C’est le cas de la famille des rhinolophidés. Leur fréquence élevée (plus de 80 kHz), la durée longue d’émission (65 millisecondes) permettent de repérer et identifier des proies à courte distance, en milieu encombré. Une brève modulation en fin d’émission donnera précisément la distance.

• Des signaux en fréquence modulée et brefs, sans chevauchement avec l’écho. Typique chez les vespertilionidés, d’une durée de 1 à 5 millièmes de seconde, ils semblent mieux appréhender la distance et la direction des objets visés.

Les chauves-souris souffrent actuellement d’une baisse significative en effectifs, même si elles sont protégées par la loi. L’urbanisation qui est source d’éclairages intenses, la nuit, les animaux qui la chassent comme la chouette, la fouine ou les chats, des Mustélidés, des pollutions diverses et les insecticides ont un réel impact sur les chauves-souris qui ont des nuits rarement sombres sauf dans certains départements comme l’Ariège.aaaayuIMG_20211008_191635

Ces mammifères volants qui ont des bras avec des ailes et des pieds avec une membrane bien innervée qui les recouvre mangent souvent 1/3 de leur poids par jour (araignées, insectes… en France), n’ont pas de nids, ne peuvent pas s’envoler à partir du sol, ne sont pas aveugles, bien au contraire et s’orientent avec des ultra-sons et avec leurs échos en produisant des sons jusqu’à 120 KHertz.

Elles ont donc un 6ème sens.

Si elles vivent principalement en colonie entre femelles, elles ont des gîtes d’été, d’hiver et souvent des gîtes de secours intermédiaires car elles hibernent en vivant au gré des saisons : hibernation, l’hiver. Au printemps naissance des petits(1 fois par an et au maximum,2), en été développement car en 1 mois le jeune a une taille adulte, puis en automne, accouplement, et mise en sommeil du système de reproduction par une baisse de température : en effet,vu sa position de repos, l’hiver seul son cerveau reste réactif et bien irrigué.

Un fonctionnement particulier : Elles doivent faire un effort musculaire pour ouvrir leurs petits pieds et donc ne tombent pas en dormant et comme certains animaux, les petits qui apprennent à voler collés à leurs mères, sont gardés en nurserie jusqu’à leur autonomie.

Fidèles à leurs gîtes il est donc préférable de ne pas les ennuyer.

Une petite pause permettait aux plus grands d’enrichir leurs connaissances à l’aide de documents mis à leur disposition.

  Il ne restait plus qu’à partir à leur recherche munis d’amplificateurs de sons et ultras sons. Une belle découverte : celle d’une faune méconnue qui vit pourtant à côté de nous. 

Camille nous précisait que plusieurs espèces avaient  pu être identifiées et contactées dans l ‘Hérault grâce aux Batbox : la Pipistrelle commune, la Pipistrelle pygmée, la Pipistrelle de Kuhl, le Murin de Daubenton et le Grand rhinolophe. Un monde magique s’offrait aux visiteurs qui purent, avant de se séparer, aborder les problèmes relatifs à la pollution lumineuse sur la biodiversité.

la « chasse » à la chauve-souris s’est révélée très efficace. La Batbox a joué son office en laissant entendre très clairement les sons émis non seulement par la chauve-souris, mais également par l’insecte qu’elle poursuivait et qu’elle finissait par dévorer en direct.
Grâce à la mesure précise des ultrasons captés par la batbox, et en peu de temps, différentes sortes de chauve-souris ont été identifiées :
- La Pipistrelle Kuhl, La Pipistrelle Pygmée, La Noctule (de plus grand gabarit)
Les participants se quittèrent donc heureux d’avoir pu compléter l’exposé par une expérience pratique si convaincante.
Merci à la LPO et à Camille, une chiroptérologue passionnée et passionnante !

Et si vous désirez aider la LPO à prendre soin de ces volatiles nocturnes vous pouvez contacter le 06 81 37 81 63. L’on pourra vous confier un gîte adapté ou vous montrer comment en construire un.

Malus automobile 2022 : durcissement du barème

Pot D'Échappement De Voiture

À compter du 1er janvier 2022, un nouveau barème du malus automobile s’appliquera aux véhicules neufs immatriculés à partir de cette date. Cette évolution était déjà prévue à l’article 55 de la loi de finances pour 2021. Ce malus écologique est une taxe à payer lors de l’immatriculation de certains véhicules particulièrement polluants. Par ailleurs, un nouveau « malus au poids » sera mis en place pour les véhicules neufs pesant plus de 1,8 tonne.

Le malus sur les véhicules les plus polluants

À partir du 1er janvier 2022 :

  • Le malus s’appliquera à partir de de 128 grammes de CO2/km (au lieu de 133 grammes de CO2/km en 2021) avec pour ce niveau de pollution une taxation de 50 €.
  • Le seuil de 1000 € sera atteint dès 151 grammes de CO2/km (1074 €), au lieu de 156 grammes de CO2/km en 2021.
  • La dernière tranche du barème s’élèvera à 40 000 € pour les véhicules ayant un taux de CO2 supérieur à 223 grammes de CO2/km (au lieu de 30 000 € en 2021 pour les plus de 218 grammes de CO2/km).

Le montant du malus ne pourra pas dépasser 50 % du prix TTC du véhicule.

  A noter : Une évolution du barème du malus est déjà prévue pour l’année 2023 :

  • il s’appliquera à partir de 123 grammes de CO2/km ;
  • il s’élèvera à 50 000 € en 2023 pour les plus de 225 grammes de CO2/km.

Un nouveau malus au poids

Par ailleurs, un nouveau « malus au poids » sera mis en place à partir du 1er janvier 2022. Il concernera les véhicules neufs pesant plus de 1,8 tonne (1 800 kg). Son tarif unitaire sera de 10 € par kilogramme. Une famille nombreuse (au moins 3 enfants à charge), y compris une famille d’accueil, peut bénéficier, sous certaines conditions, d’une minoration de ce malus. Les véhicules électriques et hybrides rechargeables seront exonérés de cette taxe.