Un mardi de tradition qui honore Poussan et son « Histoire (les vidéos)

      Vidéo du chevalet masculin : https://youtu.be/0Sf6izMnC74?t=14

traditionIMG_20220517_220858  traditionIMG_20220517_210814

    Cliquez sur les photographies pour les agrandir.

(Dès que possible) : panne d’internet en cours dans mon secteur, JMP.lantIMG_20220517_180427

Les vidéos par ordre chronologique : les deux dernières à venir…

https://youtu.be/c67p8j0a-z4

https://youtu.be/Hd5JJENK07k

https://youtu.be/4dBz6QJf8NY

https://youtu.be/clr0AVFGsTs?list=TLPQMTgwNTIwMjIALou4PrL03w&t=5lantIMG_20220517_182054

Pour les enfants, en ce Mardi 17 mai, le rendez-vous avait été fixé à 18 h, devant la Mairie.  L’on en était au 4ème jour de Carnaval, un carnaval presque estival, et ce 4ème jour est par tradition synonyme de traditions, de retour vers un passé qui nous a laissé un patrimoine culturel.

Et de nombreux Poussannais apprécient cette journée car ils apprécient de pouvoir partager leur amour pour un village dont l’histoire remonte à plus de 1000 ANS autour de son église

Et pour cette année 2022, alors que les jeunes danseurs du Branle de la chemise allaient être soit des petits de la Maternelle soit de l’élémentaire, et même des plus jeunes très en forme cette année, 8 groupes étaient présents pour le chevalet, des élèves de niveau CM1 venant des deux écoles : 3 de l’une et 5 de l’autre, des formations entraînées par des spécialistes de ces danses traditionnelles  A Véronique Hébert  Michel, Maxime et l’enseignante avaient joué les professeurs, tandis qu’aux Baux, Séverine et Michel s’étaient impliqués. Les beaux chevaux étaient prêts, les outils aussi car pour la fête, les enfants étaient bien motivés.       lantIMG_20220517_182453

Un beau ciel bleu, du soleil comme s’il en pleuvait, il faisait chaud, tout était OK, pour une belle soirée…

Les candidats au fameux branle de la chemise, le tube de la soirée, étaient en plus très  nombreux par rapport aux précédentes éditions et ils avaient répondu présents, assurant la relève devant un public toujours plus impressionnant et participatif.  Tous se sont rassemblé pour prendre le départ d’un défilé ludique et jovial mais contrôlé car il n’était pas question de déroger à la tradition qui se perpétue depuis des décennies.  La plupart des danseurs du « Branle de la chemise » avaient un peu répété la chorégraphie avec son saut particulier quand leurs parents la connaissait et si ce n’était pas le cas, il suffisait d’observer et de garder le rythme.

En présence de la Reine du Carnaval 2022, Tiphany Alibert, et de ses deux dauphines biren motivées, avec José Paras, Maître de cérémonie, en première ligne,  suivi par Séverine Campagna,  a lancé les festivités qui ont pu commencer rapidement. Et la soirée a débuté, sur le parvis de l’Hôtel de Ville.

Sous la houlette de plusieurs adultes , une belle chenille a pris forme. Pas de bougies, mais des enfants suivant tant bien que mal le rythme imprimé par la dizaine de musiciens sur l’air du : « Diga-me Jacou, Diga-me Margarita, per de qu’aves mes la camisa poulida? ». Tous sentaient qu’ils vivaient un moment important, au cœur de la tradition poussannaise et prenaient du plaisir, encouragés par des spectateurs qui partageaient sans retenue ces instants uniques. Tous étaient concentrés pour suivre le rythme répétitif  et surtout rester attachés à ceux qui les précédaient. Souriants et naturels, ils ont déambulé avec sérieux et organisation. Les candidats à la danse se sont faits de plus en plus nombreux. Habillés de blanc, même pour les plus petits, ils n’avaient pas tous la tenue réglementaire. Leurs ancêtres les pardonneront, ils préfèrent que des jeunes soient prêts à prendre le relais ce qui est bien nécessaire.lantIMG_20220517_183809

Car si la légende veut qu’il y a des siècles, des Poussannais, lassés par les exigences de leur seigneur, se présentèrent un soir devant le château, affublés d’une chemise de nuit en attestant qu’ils n’avaient plus rien, ils doivent être fiers que Poussan ne les ait pas oubliés.

Une très belle chenille a traversé le Riverain pour rejoindre le Foyer des campagnes qui les attendait.lantIMG_20220517_184858

Pas question de se séparer sans quelques rondes et farandoles toujours sur des airs de notre beau Languedoc ou de la Provence toute proche. Des enfants qui ont fait honneur à cette danse ancestrale en terminant par une belle ronde. Ils étaient même félicités par les musiciens car ils ont tenu le coup bien longtemps sans faiblir, toujours motivés.

 Les meneurs de ces derniers étaient  Jean-Michel et Marie-Josée Lhubac, formés par des Poussannais comme Fabien Martinez, Messieurs Larose et Patissier. Eux qui n’oublient jamais ce rendez-vous étaient sur scène pour assurer l’accompagnement musical. Ils avaient invité des amis et rajoutaient même des paroles à leurs interprétations musicales.traditionIMG_20220517_210424

 Les vidéos pour les adultes avec les 2 dernières à venir  :

https://youtu.be/HlEcrChAMJU?list=TLPQMTgwNTIwMjIALou4PrL03w&t=4

https://youtu.be/QthJtJxyZyk?list=TLPQMTgwNTIwMjIALou4PrL03w&t=26

https://youtu.be/gK-m0ku4rxI?list=TLPQMTgwNTIwMjIALou4PrL03w&t=5

https://youtu.be/DgZksIAZb4g?list=TLPQMTgwNTIwMjIALou4PrL03w&t=44

https://youtu.be/1J5ssHVi0xs?list=TLPQMTgwNTIwMjIALou4PrL03w&t=10

A venir : Chevalets Filles et garçonslantIMG_20220517_214739

D’autres de Pézenas, de Lézignan la Cèbe, de Montpellier et de Saint Pons avec fifres, clarinettes et hautbois, tambours traditionnels et boudègues viennent nombreux en général pour réveiller dans son château, l’esprit de ce seigneur.

 Vu la saison les hautboïstes n’avaient pu se libérer, ils reviendront en 2023 avec plus de plaisir..

En attendant, un foyer des campagnes très bien rempli, accueillait avec chaleur et ferveur les danseurs en herbe.

Soudain, le calme se fit, les spectateurs rassemblés côté scène et certains assis, laissant libre le centre du Foyer : les 8 groupes d’interprètes du chevalet allaient se succéder, réunis 2 par 2, pour une danse rituelle qui chaque année fait honneur aux chevaux et à tous les métiers qui s’y rattachent.

C’était parti, l’on prenait du plaisir et l’on appréciait la synchronisation des danseurs qui assureront plus tard s’ils le souhaitent le respect de la tradition. De longs applaudissements les remerciaient puis tous défilèrent comme des « pros », heureux d’avoir fait eux aussi honneur à Poussan souvent devant leurs familles attentives. Un grand succès qui prouve la bonne santé de cette danse traditionnelle.

Le 1er Acte de la soirée c’était déroulé de  a meilleure des façons. On se préparait déjà pour le second.

Avant que les adultes ne se rassemblent vers 20 h 45, il faisait bon partager un dernier repas tiré du sac. Une ambiance calme pour commencer, mais le cœur y était et  les corps et les cœurs commençaient à monter en rythme a l’issue de ce repas convivial réunissant des passionnés, des carnavaliers et les musiciens.          La musique permettait aux initiés de se préparer et aux hautboïstes de s’entraîner activement…

Le Branle de la chemise prenait sa source au centre du Riverain.

 traditionIMG_20220517_210800

 Les musiciens mettaient toute leur énergie pour rassembler les volontaires, la famille « chemise blanche » était au complet mais elle aussi avec autant de membres que lors des dernières éditions, dans les 160 personnes. (au plus fort de la déambulation)

(Cliquez sur les photos pour les agrandir.)

A 21 h, à partir des Halles, puis du café Beauséjour qui fut envahi rapidement et visité dès le départ, une théorie de silhouettes blanches s’est formée avec l’accompagnement motivé des musiciens qui s’étaient rassemblés.   lantIMG_20220517_211905  

Une fois accrochés les uns aux autres, les sauteurs-danseurs, derrière José, Séverine C, ainsi que derrière les dauphines les Reines du Carnaval, se sont engagés dans les ruelles du Centre Ancien à la  lueur des flambeaux et des lanternes.

 

Ils ont longé l’église et le château Montlaur, déambulé à travers les rues, allant narguer le fantôme du Seigneur qui avait fait souffrir leurs ancêtres, ont exploré le haut centre ancien puis  le Peyrou tout en chantant et en prenant leur temps..

 Ils sont alors redescendus vers le foyer en décrivant de joyeuses arabesques sur les Boulevards Prosper Gervais et René Tulet.lantIMG_20220517_213022

De plus en plus forte, la musique a alors entraîné les danseurs dans une queue leu-leu se transformant en farandole, en escargot puis en ronde, les musiciens se joignant alors aux danseurs, pour mieux les motiver.

Un moment inoubliable pour eux comme pour les musiciens heureux de partager leur passion. Le tout s’est terminé par un petit colimaçon bien sympathique, les danseurs remerciant leurs accompagnateurs du soir.

Danses occitanes et provençales ont encore permis au public et à certains danseurs de découvrir une infime partie de ce patrimoine culturel qu’essayent de valoriser Jean-Michel et Marie-Josée Lhubac .  Une bonne participation et ce moment ludique fut très apprécié…lantIMG_20220517_214415

Mais déjà, les équipes qui allaient interpréter le  chevalet dans les  règles de l’art se présentait :  Maurice Bousquet, au Cheval, Jérémy Galindo , Kévin Cabanac, Jérémie Garcia Terry Adgé et Olivier Bernabeu l’accompagnant. Maurice faisait son grand retour après l’avoir dansé il y a plus de trente ans. Ils furent longuement applaudis avant de revenir à cinq, laissant Maurice Bousquet savourer le plaisir de les avoir rejoints. Ils sont alors apparus très motivés, et leur danse fut  appréciée par le public avec une motivation sans limites suivant une chorégraphie de légende. Ils donnaient le meilleur d’eux-mêmes.

Et comme en 2019 un autre groupe allait lui aussi assurer un maximum, un groupe féminin : l’idée avait germé en 2018, elle se réalisait en 2019 et se ré-éditait en 2020 avec bonheur, en revenant en 2022 avec au cheval, Séverine Campagna, entourée par Laure Artières,  Gaëlle Guénal, Sophie Souverain et Fleur Boédot… Ce fut une très belle interprétation qui fit sensation d’autant que garçons et filles dansèrent ensuite en commun…

 traditionIMG_20220517_215344

Il fallait tout de même se séparer après avoir profité des groupes, enfants et adultes, qui ont dansé ce chevalet. Quelques carnavaliers poursuivaient la soirée par des danses traditionnelles qui résonnaient encore beaucoup plus tard dans les cœurs et dans les corps et même dans les rues. Si le chevalet allait rendre visite au café Beauséjour, ce qui est devenu une coutume,  c’était pour poursuivre ce carnaval et finir en beauté cette belle soirée. Des moments de tradition vécus et revécus par des passionnés. Que du bonheur pour ceux qui aiment la Région, le Languedoc et bien-sûr Poussan.

La soirée avait tenu ses promesses, calmement, avec sagesse mais avec plaisir, toujours avec ferveur et passion.Peut être une image de 4 personnes, personnes qui marchent, personnes debout, personnes qui jouent d’un instrument de musique et plein air

Ils sauront profiter de cette joie intérieure jusqu’à ce que Paillasse ne soit jugé ce mercredi.

L’esprit de Poussan était bien passé sur le village,  en cette belle soirée  de partage et en souvenir de ceux qui ont permis à la cité de perdurer, il y a des siècles et des décennies…

Peut être une image de 11 personnes, personnes debout et plein air

Paillasse, bouc émissaire, a flambé, il le fallait…

paillIMG_20220518_185758

Cette année, Paillasse encore une fois a été puni même si l’on avait pu le voir trôné au dessus de la  » Bascule du Riverain » et sans pantalon, ce mardi, tard dans la nuit… Et cette fois ce fut une double peine car il n’a pas profité  des festivités, n’a pas pu être soutenu par la foule qui à cette occasion aurait l’encourager. Ce mercredi 18 mai 2022 , du côté du public l’on était dans la moyenne avec un foyer des Campagnes bien rempli,  et la Cour du Strapontin bien représentée avec un procureur venu de Montpellier  a pris son temps. Précédés par la fanfare de la Jeune France de Villeveyrac, les membres de la cour, ont pris place face au nombreux public. Ils le remerciaient.  Le show médiatique pouvait commencer. De toute façon, le public était presque tout acquis et la Cour l’a mis dans sa poche.    paillaIMG_20220518_200909

 

Si dès le début du jugement les débats s’annonçaient animés , il apparu que Paillasse avait été un animateur des anti-vacc, des anti-radars et de tous les mouvements contre  contraintes que les évolutions de la loi nous font subir

 

Depuis deux ans que de malheurs sur notre planète et que de maux qui ont fait souffrir les terriens.  Des Guerres, des tueries, des virus……Et il semble que depuis février, au niveau National et Mondial surtout, il y a eu du mal et du bien comme d’habitude mais que tout s’accélère, du réchauffement climatique aux tensions à tous les niveaux et même au niveau « du coût de la vie » . paillIMG_20220518_190500Toujours des souffrances et des massacres, des populations qui sont opprimées, d’autres qui sont déplacées,  toujours le chômage, des catastrophes ou événements malheureux, des problèmes de société, des soucis pour l’environnement…. Ceux-ci nous ont ébranlés et ont noirci notre quotidien et que de disparitions, encore et encore.. Mais si cette année il n’avait pas trop joué avec le feu, il avait surtout officié à Poussan.

Plusieurs vidéos en téléchargement

Et c’est ainsi qu’il nous a fait payer plus d’impôts en faisant en sorte que certains chemins soient goudronnés pour favoriser ses amis, les marcheurs du lundi.

Puis il aurait-été à l’origine du déplacement du Boulodrome au complexe des Baux pour créer des places de parking alors qu’avant il n’en voulait pas…

Les Poussannais savaient bien que l’on pouvait rendre Paillasse responsable de bon nombre de nos malheurs et particulièrement de ceux qui ont touché la commune, ainsi ils allaient découvrir que ce personnage a un peu tout « compliqué » : Il a fait jouer les acteurs au Père Bogdan pour concurrencer le Strapontin, et il a fait en sorte de récupérer des budgets grâce à des opérations de recrutement de célèbres jardiniers, mais surtout au niveau de la LGV, il aurait acheter la gare du côté du camping pour qu’elle devienne celle du TGV. Mais Castex a eu le dernier mot.

Et en dernier lieu, Paillasse serait un ami « De Poutine »…………………….. Alors sans  réfléchir, pendant que Paillasse essayait de se sauver, le verdict était communiqué, il serait brûlé.

 Pour lui, de toute façon, il y avait une infime chance d’être déclaré non coupable ou d’être gracié car les Poussannais se sentent toujours mieux s’il est condamné et oublient les erreurs et les fautes de l’année passée. Et il permet d’expier leurs fautes,  de permettre à tous de ressortir plus « net »…paillaIMG_20220518_193103

Paillasse savait donc en se réveillant,  ce mercredi  qu’il allait mourir sur le bûcher le soir même, car étant un exutoire, il devait être brûlé pour que chacun puisse se sentir revigoré.. Jamais son jugement ne lui avait permis d’échapper à la crémation durant un carnaval et ce mercredi ce serait le cas, même s’il avait eu quelques mois de sursis.

paillaIMG_20220518_193121

Il ne fut donc pas nécessaire d’entendre la plaidoirie de la défense ! PAILLASSE allait être brûlé ! On l’amenait rapidement au bûcher, à quelques dizaines de mètres.

Le Président du tribunal, vu ses fautes présumées et avec l’approbation du public avait rapidement décidé, en effet, qu’il meure par crémation au Jardin Public.

 

La foule des grands jours s’était déplacée. Partagée entre joie et tristesse elle avait doublé à l’heure fatidique et le vent d’oust a accéléré les choses ensuite en attisant le feu..paillaIMG_20220518_193859.

Alors que la Fanfare de Villeveyrac, respectant la sentence, accompagnait Paillasse vers les cieux  alors que quelques prières intérieures  étaient dites pour qu’il soit pardonné dans l’au-delà, le public restait silencieux jusqu’à ce que le coupable disparaisse en fumée. Il n’était pas ignifugé et il partit dans les cieux très rapidement cette fois..

Sans dire un mot, Paillasse a flambé, sa tête a résisté puis son squelette fut réduit rapidement en poussière par les flammes et par plus de 1000 pétards.

Le public l’oubliait vite, les sourires remplaçaient la tristesse. L’on pouvait tourner la page. Pour clôturer ce Carnaval 2022 en beauté, un carnaval sous un soleil de début d’été, sympathique et tonique,  vécu dans le partage des traditions, l’apéritif offert par la Mairie qui réunissait tous les acteurs et les spectateurs, les carnavaliers et les musiciens, avait une saveur particulière et connaissait un beau succès avec même la projection de vidéos sur les carnavals passées qui furent tous à la hauteur de ce dernier.  Chacun aura pu trouver durant ces 5 jours des animations à son goût……paillaIMG_20220518_194602

Carnaval était terminé.Tout irait mieux pour quelques temps car Paillasse s’était envolé avec ses maux, en brûlant, pour que nous repartions de plus belle toujours  sans faute et sans lui.

 Paillasse s’en est allé. Rendez-vous en 2023. Il devrait alors renaître de ses cendres…

 


MJC : un bon programme pour l’atelier fête des mères

  Après ceux de Pâques et du Carnaval 20022, la MJC proposait aux enfants de 6 à 10 ans, ce mercredi 18 mai, un atelier manuel animé par Cathy Pézerat aidée par Simone et Sabrina, des bénévoles volontaires. Près de  7 enfants présents, les autres ayant peut-être préféré profiter du temps presque estival.

Une bien belle animation durant laquelle il fallait suivre une chronologie dans les activités mais aussi faire appel à son sens artistique pour décorer deux éléments différents. Un très bon programme…floIMG_20220518_160130  Des le début il fallait être attentif et concentré avec la réalisation et la décoration d’un cadre.

Mais c’est l’œuvre qu’il allait mettre en valeur qui nécessitait un long travail et demandait beaucoup d’attention. découpages de feutrine et de papiers colorés, collages symétriques, décorations diverses avec ficelles et rubans, coloriages, il fallait faire des choix… Et comme la réalisation était destinée à Maman, on restait concentré  Pas question d’en rester là, tout de même,  les volontaires poursuivaient leurs travaux manuels en réalisant la décoration de belles cartes pour les mamans. les artistes en herbe faisaient au mieux avec différents outils pour leur donner le plus d’éclat possible. N’en doutons-pas elles auront elles aussi beaucoup de succès durant cette fête des mamans surtout si ces dernières trouvent un petit message d’amour à l’intérieur.floIMG_20220518_160339

   Ce fut un bel après-midi à la MJC qui s’est bien-sûr terminé par un bon goûter collectif.

Le carnaval fêté à la maternelle et à l’élémentaire des Baux

bauxIMG_20220517_153654  Ce mardi 17 mai, journée des traditions à Poussan, dans un carnaval 2022 reporté pour des raisons sanitaires, c’était aussi Carnaval à l’école maternelle des Baux qui en a profité pour partager des instants festifs avec la plupart des enfants déguisés pour l’occasion.

Ce fut pour les élèves l’occasion de s’imprégner de l’ambiance carnaval de Poussan qui anime la commune cette semaine

Ce mardi après-midi, des danses et de la musique pour animer des moments  ludiques tandis que les enfants de la maternelle pensaient déjà au goûter qui allait suivre. Que du bonheur, sous le soleil…baux IMG_20220517_153044

ALP et école élémentaire avaient aussi décidé que cette journée serait dédiée au carnaval, alors les déguisements étaient de rigueur et l’ambiance fut festive durant une grande partie de ce mardi…


Don du sang, il faut poursuivre les efforts le 25 avril 2022

La dernière collecte de sang avait permis à de nombreux volontaires de donner du sang  malgré la crise sanitaire.

Laure Mallen-Drouin, Chargée de la planification des collectes précise que le 27 JUIN 2022 à la salle Jean Théron, il y aura une nouvelle collecte de sang, à partir de 14 h 30 jusqu’à 19 h 30.Screen Shot 06-03-16 at 12.30 PM

« Les réserves sont toujours bien fragiles. »

« En cette période les besoins des malades ne faiblissent pas : ensemble, encourageons le plus grand nombre à ajouter le don du sang aux activités! »citro55Capture

Et elle rajoute : « Les besoins sont encore importants et le public doit se mobiliser pour participer à ces collectes qui permettent de subvenir aux besoins de malades. »

La constante augmentation des besoins en produits sanguins des malades rend ardue la tâche de l’EFS qui s’appuie sur la générosité du public. Les prélèvements connaissent des périodes de tensions de plus en plus fréquentes en raison de la difficulté à mobiliser de nouveaux donneurs : actuellement, 96% de la population compte sur 4% des donneurs au plan national.

Les curiosités du carnaval de Poussan, à découvrir, en 2022, le 17 mai

Parmi toutes les festivités qui marquent chaque année le carnaval de Poussan, certaines sont synonymes de traditions ou de cérémonies. Les plus curieuses sont celles qui se placent en principe le Mardi Gras, avec particulièrement le fameux Branle de la chemise. Mais en 2022, vu le report du Carnaval de Poussan, ce sera le mardi 17 mai…

Certains anciens, quand ils étaient très jeunes,  ont pu le voir avant la guerre de 40/45. Il survit encore. Tel un livre d’histoire que l’on ouvre chaque année pour vérifier que ce n’est pas un rêve, entre 80 et 200 Poussannais participent ce jour-là à cette curieuse procession qui déroule ses arabesques à travers le village.

Vers 21 h, le Mardi de carnaval, l’on voit devant les Halles de Poussan, se former une étrange théorie composée d’hommes portant des chemises de nuit et des bonnets de femme, tandis que pour les dames, c’est l’inverse. Chacun porte à la main une bougie protégée maintenant par du papier aluminium.

A la lueur des flambeaux et des lanternes, pendant que les hautbois et les tambours font retentir une trépidante musique, les danseurs sauteurs vont en une curieuse procession traverser le village ancien pour se rendre au Foyer des Campagnes.

Pour certains cette tradition viendrait du Moyen Age, pour d’autres ce serait une survivance unique en France de farces tusculanes, où s’exprimaient la joie des colons du Latium et des vétérans de la 7ème Légion.

Un colimaçon géant va  se former alors pour s’enrouler et s’enrouler encore jusqu’à ce qu’une farandole délirante emporte ses participants dans un tourbillon sympathique, jusqu’à l’épuisement.

Tandis que les musiciens vont reprendre des airs  de chants occitans, les derniers danseurs, main dans la main tourneront encore avant de libérer la piste.

Si vous voulez participer, rendez-vous en tenue (chemise de nuit et bonnet de nuit, les 2 blancs) avec une bougie, le mardi 17 mai 2022, vers 20 h 45, devant les Halles de Poussan.

Si quelquefois, l’on a pu voir la danse de  l’échelle pratiqué par des volontaires, la tête entre les barreaux, c’est celle du chevalet sur laquelle vont  se concentrer tous les regards.

Celle-ci se pratique dans de nombreuses localités. Traditionnellement appelé le « cheval-jupon », cette coutume serait d’abord née en Provence ou en Espagne, vers la fin du Moyen-âge et aux débuts de la Renaissance.

A Montpellier, on la retrouve dans la danse du Chibalet qui fait partie de celle des Treilles.
On pensait jadis qu’il s’agissait d’une parodie des tournois. Aujourd’hui, Les avis sont partagés car certains y voit la volonté de domestication du cheval par l’homme tandis que d’autres y voit une allusion au Centaure ou à un vieux mythe où un homme revêtu d’une peau de cheval, coiffé d’une tête, symboliserait une union rituelle.

Pourtant, la danse, réglée comme un ballet, est composée de figures qui se suivent selon un ordre fixe et la coutume est restée tellement ancrée que l’on fabriquait, il y a peu de temps encore, de nouveaux chevaux quand on en avait besoin. Dans certaines communes Ils portent des clochettes et alternativement s’éloignent de leur donneur d’avoine ou le poursuivent ; un serviteur les accompagne avec un chasse-mouche fait d’une queue de cheval. A Poussan, un autre danseur tient la brosse et l’étrille, et enfin le 5ème, à l’arrière, tient une tenaille et un marteau. Il représente le maréchal ferrant chargé de ferrer le cheval.

A Poussan aussi, pour faire honneur au cheval de trait, il est nécessaire que le chevalet soit exécuté correctement. Il faut 5 bons danseurs vêtus avec un pantalon blanc, une chemise et des tennis blancs, un gilet, une cravate et une taillole rouge ainsi qu’un chapeau de paille (canotier).


Alors rendez-vous au foyer des campagnes vers 21 h 30, toujours le 17 mai, pour ce ballet dansé dans les règles de l’art. Et profitez-en, des surprises vous attendent…

À l’approche des festivités poussannaises :

Carnaval de Poussan 2018 : cavalcade

https://youtu.be/hNXpZU40PQg

Pour Espoir pour un Enfant, une braderie

Ces vendredi 25 et samedi 26 mars 2022, il faut venir nombreux pour la braderie de printemps  d’Espoir pour un enfant de l’Hérault au Foyer des Campagnes de Poussan. Que ce soit pour acheter, pour « espincher », pour chiner, ou encore parler avec les organisateurs, les Poussannais et les visiteurs peuvent permettre à l’association locale de récolter des fonds qui serviront à financer des projets d’ordre caritatif pour l’enfance en détresse, en France et à l’étranger.

Lorsque l’état de santé d’un enfant nécessite des soins qui ne peuvent être assurés dans son pays, Espoir pour un Enfant Hérault essaye de dégager des fonds et de faire venir l’enfant pour le confier à une famille d’accueil bénévole et met à sa disposition le potentiel médical et chirurgical des établissements hospitaliers dans l’Hérault. Cette action constitue la véritable spécificité de l’association. Et l’association a toujours besoin de familles d’accueil qui en ce moment ne sont pas assez nombreuses.

                                                                 ——————-

Vous pouvez soit contacter Espoir pour un enfant, soit les bénévoles de Poussan au Foyer des Campagnes.

Mais au-delà de cette belle action caritative, les organisateurs qui souhaitent le plus de monde possible, sont toujours heureux de baigner dans une ambiance particulière, celle qui se développe autour de leurs braderies.

 

Jusqu’au XIVème, le 1er objectif pour Poussan : se défendre

Après l’occupation des sites gallo-romains par les Barbares jusqu’en 725 environ, les Arabes occuperont pendant 40 ans le territoire de Poussan. Le monde méditerranéen de l’Antiquité s’éteindra alors, pour celui  du nouveau monde du nord, celui des Francs. Les comtes vont donner un nouveau dynamisme qui conduira à la création du castrum.

La voie Domitienne sera alors délaissée au profit d’un tracé plus méridional le long de l’étang de Thau, avec à Poussan, deux lieux de culte qui se développeront : Saint-Vincent et Saint-Cléophas. Poussan est toujours une limite, mais entre deux évêchés, celui d’Agde et de Maguelone.

De St-Cléophas-des-Moulières il ne reste aucune trace. Exploitation agricole devenue hôpital pour permettre aux pèlerins de se reposer, il fut détruit durant la guerre de Cent ans, certainement. En revanche, Saint-Vincent-de-Jonquières, en bordure de la nouvelle voie, était un prieuré dépendant des Bénédictins de la Chaise-Dieu et un noyau d’habitat se serait constitué autour de l’église dont il reste certaines ruines, aujourd’hui. D’autres lieux de culte comme celui de Saint-Sulpice-de-Thoron, ou celui de l’Ermitage en allant vers le Puech Gayès montrent avec d’autres sites comme celui du Cous où une nécropole a été mise à jour, que des points de peuplement, bien que très dispersés, étaient nombreux sur la commune.

                Tous disparaîtront à plus ou moins long terme car certainement à partir de l’ancienne villa Porcianus ou plus précisément sur son territoire vont apparaître l’église Saint-Pierre et le château. L’église sera mentionnée en 960 certainement construite sur un lieu de culte du IXe siècle. En 990, elle est associée à un château construit à la place d’une tour qui l’aurait précédé.

Le village ou castrum ne sera clairement cité qu’en 1105 se développant d’abord sur les flancs sud et ouest du plateau où dominent église et château. Le premier plan cadastral  de Poussan, datant de 1823, fut dressé sur ordre de Napoléon 1er. L’on y distingue l’ensemble des parcelles formant le vieux village avec au centre, mais déporté vers l’orient, le château Montlaur et tout autour un ensemble de bâtiments officiels.

La place centrale, espace public, était à la fois agora et acropole, le reste du village étant réservé à l’habitat. La structuration du paysage bâti avec des plans basés sur la forme circulaire ne doit pourtant rien à l’évolution récente. Ce serait, d’après Krzysztof Palowski, architecte et urbaniste, un héritage qui remonterait à l’an mille.
Poussan qui fait partie de cette catégorie de villes ou villages avec une organisation spatiale basée sur la circularité est à ce titre-là une circulade. Car l’agglomération est née au pied d’un château et d’un prieuré bénédictin gardant une forme spécifique avec une partie haute et une basse contournées par une double enceinte de forme circulaire, abritant du bâti non structuré.

Tout en s’adaptant aux éléments préexistants, et à la configuration du terrain, la tendance vers la circularité s’est faite par rapport aux remparts construits selon les historiens vers 1350 par le seigneur de Lévis Mirepoix.

Si les anciennes fortifications endommagées en 1748 par une grave inondation sont bien conservées dans la partie haute, elles sont encore lisibles dans la partie basse avec des portes d’entrée sauvegardées.

Pour Palowski : « L’homogénéité de l’ensemble est assurée par le bâti qui épouse la forme circulaire des enceintes fortifiées, les limites de la première enceinte étant bien déterminées par la place du Marché et de la République. En gardant ce caractère authentique, Poussan nous montre que les impératifs de défense ont certainement joué un rôle primordial dans son développement. »

Techniquement les constructeurs devaient connaître l’arpentage, pourtant, il fallait aussi que la population veuille bien se regrouper et organiser un système de défense planifié, d’abord autour du château puis en s’en éloignant.

Se succèderont à la tête des seigneuries de puissantes familles languedociennes comme  les Castres, les Montlaur, les Lévis de Mirepoix, les de Ricard, de Crussol ou encore Barrière et Tournezy. Celles-ci lègueront des demeures d’exception. Du Xe siècle jusqu’au premier tiers du XIVe siècle, il n’existait qu’une seule seigneurie dont le siège se trouvait au château de Montlaur.

En 1300 il y avait trois co-seigneurs de Poussan, issus des familles de Ricard, de Crussol et de Lévis. Poussan était alors à l’aube d’une expansion prodigieuse.

La ronde des Piochs 2022 : de belles randos printanières pour un 30ème anniversaire de l’ECP

    aaaabpiochsIMG_20220306_084557     20EME RANDO        Si en 2020 même les plus tardifs des coureurs avaient pu profiter d’un franc soleil, si en 2021 il n’y avait pas eu de ronde, coronavirus et pandémie obligent, cette fois, en 2022, ce 6 mars,  grand beau temps, pas de vent, de la fraîcheur, et le covid s’éloignant, les voyants étaient au vert. Des conditions bien correctes pour fêter le VTT et pour le pratiquer en participant à cette édition de la ronde des Piochs, la course annuelle transformée en randonnée pour des raisons réglementaires imposées par la Préfecture depuis plusieurs années, une épreuve organisée par l’ECP.

L’incontournable Ronde de des Piochs de l’ECP revenait enfin cette année avec plusieurs tracés adaptés à tous les niveaux et pour fêter les 20 ans de cet événement un départ du centre-ville devant les Halles et une nouveauté, un tracé spécial Gravel, le tout traversant les paysages de notre territoire du beau Bassin de Thau.aaaabpiochsIMG_20220306_091021

Cette année un parcours de 30 km auquel pouvaient être rattachées 2 boucles.
La 1ère en direction du plateau d’Aumelas, via Antonègre et Roquemale,  25 km (500m D+)
La deuxième 6 km,sur villeveyrac et son petit lac.
Un tracé de 18 km était accessible aux moins entraînés, mais ce parcours nécessitait une bonne pratique du VTT.
Le parcours Gravel était long de 65 km, il passait sur les communes de Poussan, Villeveyrac,  Montagnac ( ravitaillement à  Bessilles) ,Mèze, Loupian,  Bouzigues, avec retour sur Poussan par les garrigues.

Avec des circuits de 18 kms, 32 kms, 40 et 44 kms et avec des boucles en option pour les plus courageux et les plus entraînés il y avait le choix, des possibilités pour s’adapter, pour gérer en cours de route.      

Pour ces Randos, avec un départ du Riverain, les inscriptions des 420 à 440 sportifs se sont faites dans les Halles et elles ne furent pas envahies  car elles ont débuté très tôt  et se sont poursuivies après 9 h, pour quelques cyclistes plus tardifs.  Pour tous c’était l’occasion de réaliser une belle balade tout de même bien sportive et assez ludique avec des circuits bien modifiés offrant aux coureurs différentes caractéristiques : Sportives, ludiques, panoramiques, il y en avait pour tous….

D’autant qu’une trace GPS était donnée aux participants au moment de l’inscription, et, une signalisation était en place aux intersections de routes. (Ouvert aux VAE) avec pour le VTT, 3 ravitaillements.aaaabpiochsIMG_20220306_091530

Départ : vidéo https://youtu.be/H_M8qbd4dW4?t=20

De nombreux bénévoles étaient déjà sur le tracé à des points stratégiques pour guider les cyclistes ou pour  assurer leur sécurité et leur ravitaillement. Rien n’avait été oublié. Ils avaient été réunis dernièrement pour un dernier briefing.  Le samedi les responsables de l’ECP s’étaient assurés que marques, rubalises, flèches et panneaux étaient TOUJOURS en place. Un travail vraiment nécessaire pour la sécurité des cyclistes. Il le fallait car la surveillance était maximale.

Un bon bilan quantitatif :  environ 400 cyclistes pour les rondes et 35 pour le gravel.

La renommée de l’épreuve poussannaise, avait attiré les vététistes locaux ou ceux du bassin de Thau et même certains d’autres secteurs et de Montpellier  venus apprécier les circuits.

Avant de partir, la tension ne montait pas du tout car depuis plusieurs années le départ est échelonné . L’on remarquait quelques Poussannais, mais peu de dames sur l’ensemble des participants.aaaabpiochsIMG_20220306_083351

Avant le départ, chacun se recentrait sur soi-même et  vérifiait alors minutieusement son équipement et son matériel pour qu’aucun problème ne l’empêche de terminer le circuit. Enfin, il était temps de se désaltérer, d’aller aux toilettes, et, en route, souvent par petits groupes en fonction des affinités, avec ou sans vélo à assistance électrique…

Les parcours répondaient aux attentes, en général  : les parties techniques alternaient avec celles plus sportives et physiques qui demandaient de l’endurance .

Les longs parcours de cette année avaient des variantes techniques, des passages sensibles, où « le pilotage » prenait toute sa signification. Car il fallait s’adapter à un circuit modifié : direction le nord, puis le nord-ouest de Poussan avant de séparer en fonction de l’option retenue…

Que du plaisir comme le précisaient de nombreux cyclistes heureux d’avoir pu participer et rouler sur un sol sec, à leur retour.   Avec des monotraces, des grimpettes et de belles descentes, du vrai VTT pour les jeunes et sur les parcours sportifs de plus de 32kms plus exigeants de multiples relances, des passages techniques et d’autres piste plus rapides…aaaabpiochsIMG_20220306_083549

Chacun s’adaptait en fonction de ses possibilités et des ses moyens techniques pour parvenir à terminer son circuit.

Sur le 18 km, c’était plus plat : Les moins entraînés et les « ados » trouvaient avec lui des sentiers ludiques assez plaisants…

Enfin, après s’être rapprochés de la plaine l’arrivée n’était pas loin pour les vaillants coureurs…farr22Capture

Les ravitaillements proposés étaient animés par des volontaires et ils permettaient  aux organismes de récupérer, mais aussi de multiplier des échanges dans la convivialité qu’offre ce style  de course.

Vers 10 h 40 , les premiers participants s’approchaient de la ligne d’arrivée.

Tous étaient contents d’avoir pu terminer la boucle, enchantés par des circuits qui demandaient des efforts soutenus en appréciant les multiples possibilités. Pas de vainqueurs dans les différentes catégories pour cette ronde qui s’est transformée en randonnée mais des remises de coupe et de trophées aux clubs les plus représentatifs et aux plus jeunes.aaaabpiochsIMG_20220306_112232

Le challenge AllBike était remis au club le plus représenté à VTT.
Le Challenge AllBike pour le club le plus représenté sur le Gravel.
Le Trophée Jean Raibaut allait à la plus jeune participante : il était remis à Valentine Ortigosa, 8 ans.
Le Trophée Jean Raibaut allait au plus jeune participant , sur 35 kms, et il était remis à Thiméo Galtranod, 10 ans  , du club Frontignan Gravel,sur BMX …

Résultats définitifs à venir…

Dominique Brun, Président de l’ECP se félicitait de la motivation de ses troupes, mais aussi de l’aide des nombreux bénévoles avec de nombreux volontaires non licenciés à l’ECP.aaaabpiochsIMG_20220306_110436

Les participants remerciaient les membres de l’ECP, Hérault Sport, les sponsors et les bénévoles du village qui avaient permis de faire de cette matinée un beau succès car une telle épreuve, demande une organisation rigoureuse.

Un dernier moment de partage pour tous les concurrents  : ils pouvaient  reprendre des forces au buffet spécialement adapté aux sportifs . Et félicitations aussi à tous les membres de l’ECP, amis et partenaires pour cette matinée sportive et conviviale.  Les membres de l’ECP prenaient  rendez-vous avec les vététistes pour la prochaine édition, en mars 2023.

Nourrir les oiseaux quand il fait froid

  A Poussan, nous avons la chance d’avoir des oiseaux présents toute l’année comme les mésanges charbonnières, les mésanges bleues, les moineaux domestiques, les verdiers d’Europe, les merles noirs, les tourterelles turques, les chardonnerets, les rouges-queues noirs, et l’hiver , on voit aussi, poussés par le froid, des rouges-gorges, des pinsons des arbres, des accenteurs mouchets, des troglodytes mignons et pinsons des arbres…Merle, Oiseau, Oiseau Chanteur, Le Noir

Quand le sol est gelé ou recouvert de neige le plus grand risque de mourir pour les oiseaux sauvages est de ne pas trouver de nourriture plutôt que d’avoir froid.

La lutte contre le froid entraîne une grande déperdition de poids et fait baisser la température interne des petits oiseaux.

Pour compenser ces risques mortels les oiseaux ont un besoin vital de se nourrir presque à longueur de journée et on peut les aider en mettant de la nourriture à leur disposition.Oiseau Pinson Des Arbres, Forêt, Plumage

Quelle nourriture ?

Jacques Bougard, Poussannais, membre de la LPO, nous donne quelques conseils :

  « On peut proposer aux oiseaux des boules de graisse contenant des graines diverses à accrocher en hauteur. Proposer aussi des graines de tournesol qui sont les graines les plus caloriques, disposées dans ou sur des mangeoires mises en place à 1 m 50 du sol pour les mettre à l’abri des chats et autres prédateurs. On mettra aussi des graines au sol pour les oiseaux qui se nourrissent exclusivement au sol comme les Pinsons des arbres, les Rouge-gorges… On peut aussi disposer quelques morceaux de pain sec et de la matière grasse (beurre, margarine). Enfin on mettra un petit abreuvoir à fond plat (assiette par exemple) à disposition pour que les oiseaux puissent boire. Par temps de gel vérifier que l’eau ne gèle pas ou la remplacer régulièrement par de l’eau tiède. Boules de graisse et graines de tournesol se trouvent facilement dans le commerce. »

  Des mangeoires de différentes formes et des supports de boules se trouvent aussi dans le commerce mais on peut très bien bricoler par soi-même, comme de simples plateaux par exemple.

  Pour éviter la transmission des maladies entre oiseaux il faut nettoyer régulièrement ces accessoires à l’eau savonneuse. Positionner ces dispositifs si possible au soleil et à l’abri du vent du nord.

  « A leur réveil, les oiseaux sont frigorifiés et affamés et il faut les nourrir chaque matin dès le lever du jour et le soir une heure avant le coucher. La période va de novembre au printemps selon les intempéries. » Rajoute Jacques, un passionné.