Vous êtes agriculteur(trice) ?

L’après-midi d’ateliers techniques organisé par la Chambre d’Agriculture de l’Hérault, ce mercredi 2 juin dès 14h au Domaine du Mas Piquet de Grabels, pourrait bien vous intéresser.
Les pulvérisateurs présents sur vos exploitations sont des objets parfois capricieux qu’il faut savoir dompter pour en tirer le meilleur parti. Si vous voulez savoir comment l’utiliser et l’entretenir, régler parfaitement le débit ou en maîtriser la répartition, c’est l’endroit idéal pour obtenir les meilleurs conseils et autres astuces qui simplifient la vie.Peut être une image de texte qui dit ’AGRICULTURES & TERRITOIRES CHAMBRE D'AGRICULTURE HÉRAULT Après-midi technique: Tirer le meilleur de son pulvérisateur Mercredi 2 juin à 14h Domaine Mas Piquet à Grabels 43°39'35.1"N 3°49'44.9"E/ 43.659760, 3.829146’
Renseignements auprès de Stéphanie Gendaud au 06 18 36 83 29 ou Christophe Auvergne au 06 12 51 78 44.

Une aide exceptionnelle de 5 millions d’euros pour les agriculteurs

Photo du Département

L’assemblée départementale a voté ce lundi matin une aide de 5 millions d’euros pour les agriculteurs ayant perdu une partie voire la totalité de leurs récoltes début avril.

Dans l’Hérault, les agriculteurs et les viticulteurs ont été durement touchés par la gelée noire du 7 et 8 avril dernier. Certains ont perdu jusqu’à 100% de leurs récoltes et se retrouvent dans une situation extrêmement précaire.
Ce lundi 10 mai, L’Assemblée départementale s’est réunie à l’Hôtel du Département de Montpellier. Elle a voté en faveur des professions ayant été touchées par cet épisode de gel, une aide exceptionnelle de 5 millions d’euros.

Chambre d’Agriculture de l’Hérault : numéro spécial GEL

L’urgence de communiquer auprès des agriculteurs et des collectivités après le gel d’avril qui a saisi cultures et élevages, s’est traduite par l’élaboration expresse d’un numéro spécial gel du Chambre Info.

Il  est d’ores et déjà, en ligne sur le site internet ou à consulter sur Calameo en suivant le lien ci-dessous.

https://www.calameo.com/read/0039918122629fde3dc05

chamCapture

Les vignerons de Montagnac-Domitienne fortement impactés par la gelée noire

Les gelées printanières, comme celles que la France a subi ces derniers jours, « arrivent » assez couramment. Mais elles peuvent causer d’importants dégâts, notamment en arboriculture ou en viticulture, selon la période à laquelle elles se produisent et selon les cultures, avec des pertes partielles de plus de 50 % des récoltes.

C’est au printemps que les épisodes de gels sont les plus dangereux car à cette période les cultures sont à un stade plus avancé…

« Les seuils de sensibilité au gel vont varier selon les cultures considérées, les variétés, mais aussi leur stade de développement. À titre d’exemple, certaines cultures peuvent très bien résister aux fortes gelées de janvier-février parce qu’elles sont en dormance/repos végétatif, mais subir des dégâts lors d’épisodes de gel beaucoup plus légers, en termes de température mesurée, une fois en phase de débourrement et lorsque les bourgeons sont alors bien plus fragiles. »Selon FranceInfo.

Hors, au mois de mars les température sont montées assez haut sur toute la France ce qui a accéléré la phase de sortie des bourgeons. souchIMG_20210420_174532  Certains s’attendaient à des gelées blanches, d’autres pensaient passer au travers,  mais peu d’agriculteurs auraient imaginé une gelée « Noire » aussi intense sur tout le territoire français.

Il semble suivant Météo France que  deux coulées d’air polaire arctique se soient succédées durant la première quinzaine d’avril (les 5, 6 puis les 11, 12 avril) en entretenant une ambiance bien fraîche sur le pays. Ces masses d’air polaires ont permis ensuite aux gelées de se multiplier sur la France en raison d’un air plutôt sec favorisant des nuits dégagées avec un fort refroidissement par rayonnement nocturne. Les gelées ont eu lieu pratiquement partout atteignant parfois des niveaux record et n’ont globalement épargné que certaines portions du littoral ouest (Mer du nord, Manche , Atlantique) et surtout méditerranéen.

Sauf durant la nuit du 7 au 8 avril  2021 sur l’Hérault où des températures sont descendues au-dessous de -5°.

Les agriculteurs connaissent bien ce fléau et, pour certains, sont assurés et/ou équipés pour lutter contre les températures négatives sur leurs parcelles.
« On parle de lutte indirecte quand l’agriculteur met en place des stratégies d’évitement et pratiques culturales pour ne pas confronter ses cultures aux gelées pendant les phases où elles sont le plus sensibles (décalage des semis, adaptations des variétés, …). Cette technique n’est pas toujours applicable dans les vergers et pour les vignes notamment.
La lutte directe consiste à déployer des moyens de protection, de brassage de l’air, de chauffage, ou d’aspersion des cultures… »

Oui, mais ces techniques sont assez onéreuses et dans le secteur qui nous concerne, les revenus ne sont pas suffisants pour envisager chez les viticulteurs des dépenses pour le gel. De toute façon, les températures étaient bien trop basses et à 6 h AM, ce fut une gelée noire, avec des petites feuilles, des bourgeons et des petites poussent qui furent brûlées par le froid, et donc qui ont noirci. Si la gelée blanche est moins agressive (gelée de rayonnement), cette gelée noire a même impacté des parcelles pourtant réputées à l’abri…(-4;-5°)

Pour les secteurs qui concernent la Cave Montagnac-Domitienne, Frédéric Clérissi, Technicien « Amont » de la structure nous précise que  85% des parcelles viticoles ont été touchées et au niveau des bourgeons pratiquement entre 90 et 100%…

« Cela va impliquer une perte de récolte évaluée pour la cave Montagnac-Domitienne à 110 /115  000  HL, soit les 2/3 d’une récolte moyenne. (170 000 HL) »

Une catastrophe souchIMG_20210418_173207

Toutefois, il semble qu’il reste un peu de potentiel pour 2021, avec une seconde sortie de la végétation qui ne devrait pas être trop fructifère, mais pour évaluer celle-ci il faudra attendre fin avril.

Question assurances il faut savoir que seulement 16% des exploitations agricoles seraient assurées dans l’Hérault. Pour toutes les autres les mois à venir seront très compliqués et fonction des décisions à venir de l’ETAT. Celles qui sont assurées auront des indemnités (franchise de 30%), sachant qu’en général les exploitants ont souscrits des contrats socles, financés à 60% par l’Europe  pour le gel, la grêle, les événements climatiques…

Pour l’instant, mis à part de « ne pas tomber les bouts,morts », il faut attendre, assurer une bonne protection de ce qui va pousser pour que les souches ne souffrent pas trop cette année en se préservant pour 2022. Eventuellement, en mai, au moment de la floraison les viticulteurs pourront utiliser des stimulateurs de croissance.

Et du côté financier chacun va gérer comme il peut :

 Le Premier Ministre lors de sa venue à Montagnac, à la cave coopérative a annoncé une série de mesures qui représentent une mobilisation estimée à près de 1 milliard d’euros. Au programme : exonération des cotisations sociales et patronales, dégrèvement de la TFNB, recours possible au chômage partiel, accès exceptionnel au régime des calamités agricoles pour les viticulteurs, etc.

La Fédération Française des Assurances a annoncé le 15 avril 2021 des mesures pour les agriculteurs assurés, et notamment un étalement des cotisations, et le versement rapide des indemnisations. Les assureurs préconisent également une réforme du régime des couvertures des risques agricoles.
La Région, le Département,les Agglos et les communes se sont mobilisés et s’adapteront aux décisions finales prises par le Gouvernement.
Car il faut savoir que même si le système de calamités agricole sa été enclenché, en principe, pour la vigne cela ne concerne pas la récolte mais uniquement les souches… Car les viticulteurs peuvent assurer leurs vignes, tandis que (par exemple) les arboriculteurs ne peuvent assurer leurs cultures.souchIMG_20210420_175746
Qu’en sera-t-il du fonds de solidarité ? C’est le Gouvernement qui est aux commandes pour peut-être l’ouvrir exceptionnellement cette fois en sachant qu’il y a un problème d’éthique, les aides devant être distribuées d’une façon égalitaire…
Et si 1 milliard a été proposé par le 1er Ministre, à Montagnac, l’on estime pour la viticulture française des pertes à hauteur de 3 milliards et pour l’agriculture française, entre 4 et 5 milliards
Les dernières mesures prises par le Gouvernement :
 
(Rien d’officiel à priori, mais il serait envisagé outre, les mesures citées plus haut, de faire rentrer la viticulture en « calamités agricoles » avec un déplafonnement à 40%, et la mise en place du Fonds de solidarité ? A suivre et à vérifier… …
Toutefois, il ne faut pas éluder la multiplication de ces gelées qui avec les modifications du climat risquent d’être récurrentes…
Pour le long terme des idées apparaissent comme, pour les assurances, le fait que tous les vignerons assurent leurs vignes pour que les primes puissent ainsi être moins onéreuses ?… Cela suffira-t-il ?
Et pour ne pas faciliter les choses, la sécheresse pourrait être de la partie en 2021.
Les terroirs de l’Hérault sont déjà en déficit hydrique. Si pour cette année, suite à la gelée noire, il y aura peu de charge en raisins, les modifications météorologiques liées aux changements climatiques sont à prendre en compte pour que dans notre région le monde viticole puisse se projeter dans un avenir meilleur…

Soutien à la filière agricole : intervention du Premier ministre depuis la cave coopérative de Montagnac.

 Le Premier ministre Jean Castex a annoncé la création d’« un fonds de solidarité exceptionnel » d’un milliard d’euros pour les agriculteurs.castCapture

Soutien à la filière agricole : intervention du Premier ministre depuis la cave coopérative de Montagnac.

 « Répondre sans délai à l’urgence mais aussi aider nos agriculteurs à rendre leurs exploitations plus résilientes, voilà l’objectif des mesures de soutien que le Premier ministre Jean Castex présente ce samedi 17 avril 2021 en région Occitanie : il les détaille depuis la cave coopérative de Montagnac, dans l’Hérault. » Précise le Gouvernement.

Voir sur : https://fb.watch/4WpbPhoi2B/

Chambre d’agriculture de l’Hérault : conférence de presse du 09 avril 2021 sur l’épisode de gel du 7 Avril

Le gel de ces derniers jours a très fortement impacté l’ensemble des cultures du département.
Afin de recenser les impacts au plus près de la réalité, la Chambre d’agriculture met en place un questionnaire de recensement afin de vous accompagner dans ces moments difficiles.
Cliquez sur remplir le formulaire. Répondre à l’ensemble des questions et cliquer à la fin sur envoyer : https://docs.google.com/forms/d/e/1FA…

Carole Delga :  » La Région va voter vendredi une aide exceptionnelle aux viticulteurs et arboriculteurs « 

Carole Delga : « La Région va voter vendredi une aide exceptionnelle aux viticulteurs et arboriculteurs et je demande la création d’un fonds commun avec l’Etat »

 

Au lendemain de l’épisode de gel qui a touché tous les vignobles et vergers du territoire régional, la présidente de Région avait immédiatement demandé à la Chambre régionale d’agriculture et ses représentants départementaux, un bilan précis des pertes, filière par filière et territoire par territoire. Dans l’attente de ce retour détaillé des professionnels qui permettra d’ajuster les mesures d’aide à chaque situation, Carole Delga soumettra vendredi 16 avril, une enveloppe d’aide exceptionnelle aux élus de la Commission permanente.

 « La situation est inquiétante pour nos viticulteurs et arboriculteurs, avec des pertes qui s’annoncent importantes voire totales. Aussi, je demanderai vendredi aux élus du Conseil régional de soutenir ma proposition d’aide exceptionnelle aux producteurs. Ces événements climatiques qui sévissent chaque année en Occitanie font de nombreux dégâts, c’est la raison pour laquelle, depuis 2016, j’ai décidé la création d’un fonds de réserve pour soutenir les agriculteurs et viticulteurs victimes d’intempéries. Comme nos viticulteurs ne peuvent être soutenus par le régime de calamité agricole, comme c’est le cas des arboriculteurs, et au regard de l’ampleur du sinistre, je propose au gouvernement, la création d’un fonds commun destiné à la filière viticole qui permettrait de décupler la force des interventions de l’Etat, la Région, les Départements et Intercommunalités. Avec le concours des banques et assurances, nous devons réagir fortement pour accompagner les viticulteurs.

 Ce fonds commun national, décliné dans les régions viticoles, doit permettre de créer un guichet unique pour les producteurs, facilitant ainsi l’obtention d’une aide d’urgence. La Région jouera collectif et contribuera fortement à ce fond. Il est par ailleurs urgent de remettre à plat le système assurantiel pour permettre aux viticulteurs de se protéger de ces aléas.

 La répétition des épisodes climatiques nous pousse à poursuivre collectivement notre action pour préserver notre région de l’aggravation des changements climatiques, protéger les producteurs et limiter les impacts sur leurs productions. Plus de la moitié de notre budget d’investissement est dédiée à la transition climatique et nous avons doublé notre budget en faveur de l’agriculture afin d’accompagner leur adaptation. », a déclaré la présidente de Région Carole Delga.

Rencontre avec les producteurs :

La semaine qui vient étant réservée à l’évaluation plus précise des dommages en lien avec les professionnels des filières concernées, la présidente de Région se rendra mercredi et vendredi auprès des viticulteurs des deux côtés du territoire régional. Elle pourra ainsi échanger directement avec eux sur les mesures qui sont proposées et leur mise en œuvre dans les prochaines semaines.

 

Gel du 7 au 8 avril : soutien aux agriculteurs touchés par cette catastrophe

L’épisode de gel du 7 au 8 avril a été très important sur l’ensemble du département et a affecté la quasi-totalité des productions agricoles.
Afin de recenser l’ensemble des dégâts, un questionnaire a été mis en ligne pour les agriculteurs sinistrés par la Chambre d’agriculture de l’Hérault sur https://bit.ly/2ODGs86Peut être une image de nature
Cela permettra le déclenchement des mesures d’aides (exonération de la TFNB, prise en charge partielle des cotisations sociales…).
Par ailleurs, une procédure de reconnaissance pour les calamités agricoles est également mise en œuvre. Ce sont les données de Météo France qui détermineront automatiquement le classement des communes concernées.
La Commune de Poussan et les élus apportent tout leur soutien aux agriculteurs touchés par cette catastrophe et sont bien évidemment disponibles pour les accompagner dans ces moments difficiles.