Journée nationale d’hommage aux morts pour la France en Indochine

En ce mardi 8 juin, à Poussan comme partout en France, nous avons une pensée pour ces soldats français qui se sont battus en Indochine, parce que c’était leur devoir, pour « un bout de France » qui avait nourri l’imaginaire de millions de Français,
Des soldats qui se sont battus pour leurs frères d’armes, légionnaires, parachutistes, aviateurs, marins, métropolitains, algériens, africains, vietnamiens.
Des soldats qui se sont battus contre un adversaire courageux, résolu ; contre la maladie, les éléments, contre la distance, contre l’indifférence.DIENCapture
Parce que c’était leur devoir.
Cette guerre nous oblige à poursuivre le travail de mémoire. Parce qu’une grande nation, c’est une nation qui regarde son histoire en face.

Discours de Geneviève DARRIEUSSECQ, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la mémoire et des anciens combattants.

 » Ce 8 juin, la nation française rend un hommage solennel aux morts pour la France en Indochine. En s’inclinant avec respect devant les anciens combattants de 40 et de 45, devant les anciens de la guerre d’Indochine, la France affirme une nouvelle fois sa reconnaissance à ceux qui ont combattu sous notre étendard et porté nos armes.

La République n’oublie aucune guerre, aucune génération du feu, aucune mémoire. Elle se souvient de l’histoire douloureuse que fut le coup de force japonais du 9 mars 1945 et de l’âpreté du conflit indochinois.

De 1946 à 1954, ce sont 500 000 membres du corps expéditionnaires français qui ont servi notre pays. A l’instar du lieutenant Bernard de Lattre, tué au combat il y a 70 ans, ils l’ont fait avec dévouement et sens du devoir, parfois dans l’indifférence ou dans l’incompréhension. Dans les airs, sur les mers, sur la terre, en combattant, en soignant, en assurant la logistique et le soutien, les militaires, supplétifs et personnels des armées ont lutté contre un adversaire résolu et ardent, en défiant la dureté des éléments et de la géographie, en repoussant la fatigue et la peur. Nombreux sont ceux qui ont subi une usante captivité, la plupart d’entre eux n’en sont pas revenus.

Aujourd’hui, nous transmettons avec ferveur cette mémoire et nous saluons celles et ceux qui la portent. Elle nous rappelle que notre pays peut compter, génération après génération, sur des hommes et des femmes prêts à l’engagement et au combat.

Aujourd’hui, nous rappelons également notre attachement à cette mémoire partagée, socle de notre amitié avec l’adversaire d’hier devenu un partenaire durable. « 

Cérémonies et fêtes de mariage : quelles sont les règles jusqu’au 30 juin ?

Couple, Mariage, Parc

La saison des mariages a débuté. À la mairie ou dans un lieu de culte (église, temple, synagogue, mosquée…), il est possible de se marier entouré de sa famille et de ses amis dans le respect d’un protocole sanitaire. Cérémonies civiles ou religieuses, quelles sont les règles ? Comment organiser ses noces ? Quelles sont les règles pour les repas et les fêtes de mariage ? Découvrez ce qui est actuellement possible et ce qui est annoncé pour les prochaines étapes du déconfinement jusqu’au 30 juin 2021.

Quelles sont les règles dans les lieux de culte et les mairies ?

Les offices de mariage peuvent se tenir dans les lieux de culte dans le respect d’un protocole sanitaire. Le port du masque est imposé.

Jusqu’au 8 juin 2021, seul un emplacement sur trois peut être occupé et le positionnement doit être organisé en quinconce entre chaque rangée. Les invités doivent donc être installés de manière à ce que deux sièges soient libres entre chaque personne ou entité familiale. Une seule rangée sur deux peut être occupée.

Dès le 9 juin 2021, il sera possible d’organiser le lieu de culte en laissant libre un siège sur deux entre chaque personne ou entité familiale.

À compter du 30 juin 2021, les restrictions seront levées.

Les mariages civils peuvent avoir lieu en appliquant des règles similaires à celles en vigueur dans les lieux de culte. Le nombre de personnes pouvant assister à la cérémonie peut varier en fonction de la taille de la salle. Il convient de se renseigner auprès de la mairie.

Quelles conditions pour les repas et les fêtes ?

Jusqu’au 8 juin 2021, la restauration n’étant pas autorisée en intérieur, les fêtes et repas de mariage ne peuvent être organisés qu’en extérieur dans le respect des protocoles sanitaires, et le cas échéant, des jauges applicables aux établissements qui les accueillent, comme les restaurants, les gîtes, les hôtels, ou les châteaux. Le nombre de convives est donc défini en fonction des types d’établissements et de leur capacité d’accueil. Par exemple, sous un chapiteau, la jauge est fixée à 35 % de la capacité. Les invités doivent se restaurer assis, à raison de 6 personnes maximum par table.

Entre le 19 mai et le 30 juin 2021, les fêtes de mariage organisées dans l’espace public, comme par exemple dans des parcs et jardins publics, sont limitées à 10 personnes, comme tous les autres rassemblements.

À compter du 9 juin et jusqu’au 30 juin 2021, les repas de mariage seront de nouveau autorisés en intérieur mais les participants devront rester assis et leur nombre ne devra pas dépasser 50 % de la capacité d’accueil de la salle, avec un maximum de 6 personnes par table. La restauration debout, comme les cocktails et les buffets, ainsi que les pistes de danse en intérieur demeureront interdites.

À compter du 30 juin 2021, les mariages pourront être organisés sans restrictions, en intérieur comme en extérieur, mais dans le respect des mesures barrières et des règles de distanciation, et avec un protocole de test adapté.

Quelles sont les jauges dans les salles des fêtes et les salles de réunion ?

Depuis le 19 mai 2021, ces établissements sont autorisés à rouvrir avec une jauge fixée à 35 % de l’effectif autorisé, et un maximum de 800 personnes.

Dès le 9 juin 2021, la jauge sera réévaluée à 65 % de l’effectif autorisé, le plafond à 5 000 personnes maximum. Le pass sanitaire devra être utilisé au-delà de 1 000 personnes.

À compter du 30 juin 2021, la jauge ne sera plus en vigueur. Le pass sanitaire devra toujours être utilisé au-delà de 1 000 personnes.

27 mai : Journée nationale de la Résistance 2021

pourresCapture
En cette journée nationale de la Résistance, la ville de Poussan souhaite rendre hommage à tous ses enfants qui, au cours des siècles et plus particulièrement au cours du XXe, nous ont montré que, même quand tout paraît perdu, il ne faut pas céder au désespoir et que le redressement est toujours possible quand on ne se résigne pas.
Nous pensons à ces milliers d’anonymes, femmes et hommes qui, au passé comme au présent, se sont battus et se battent encore pour nous offrir le plus précieux des trésors, la paix.
Ce sont des modèles pour nous tous par leur courage et leur détermination à faire triompher nos valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

Discours de Mme Geneviève DARRIEUSSECQ ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants .

 » Aujourd’hui, nous honorons « l’armée des ombres », les héros de la Résistance et les éclaireurs de la liberté. Ceux qui, dans les heures sombres et dans les tourments de l’Occupation, malgré les vents contraires et la répression, ont saisi le flambeau du refus pour le hisser aux côtés de l’étendard de l’honneur.

Qu’ils soient célèbres ou anonymes, qu’ils aient accompli de petites ou de grandes actions, des faits d’armes mémorables ou des luttes du quotidien, qu’ils aient été le paysan devenu passeur sur la ligne de démarcation, le jeune réfractaire au STO venu grossir les rangs des maquis, la secrétaire muée en agent de renseignement, l’ouvrier étranger devenu combattant au grand jour, l’étudiante patriote continuant de fleurir la tombe du soldat inconnu ou l’écrivaine fait pourvoyeuse de tracts et de journaux clandestins, ils furent la fraternité au combat, le dévouement incarné et le visage de la France. Par leurs actions, dans leurs réseaux, dans leurs mouvements, ils ont préparé et organisé le retour de la République et de la liberté. Ils ont défié les risques et nombreux sont ceux qui ont sacrifié leur vie pour cet idéal.
Ce 27 mai, la Nation reconnaissante leur rend hommage et se souvient de l’esprit qui a présidé à leur combat. Cette lutte fut aussi celle de l’unité et du dépassement des clivages afin de faire d’un « désordre de courage» une Résistance française.

Il y a 78 ans, jour pour jour, la France avait rendez-vous avec le meilleur d’elle-même. Dans Paris occupée où flottait la bannière à croix gammée, se tenait la première réunion du Conseil National de la Résistance. Sous l’autorité de Jean Moulin, l’envoyé du général de Gaulle, les représentants de huit mouvements de Résistance, de six partis politiques et de deux syndicats décidèrent d’unir leurs forces pour lutter contre l’occupant et pour préparer l’avenir du pays. Ils préparèrent les réformes de la France libérée pour que le progrès réponde à l’abaissement.
Dans l’épreuve qui étreignait la Nation, ils ont su s’élever au-dessus des différences idéologiques pour placer haut l’intérêt supérieur de la patrie. Ils ont œuvré ensemble pour préparer « les jours heureux » et poser les fondations d’une France prête à bâtir le monde d’après.

Nous n’oublions pas. « 

Cérémonie de commémoration de la victoire du 8 mai 1945, à Poussan

   A Poussan, en raison des règles sanitaires, la cérémonie de commémoration de la victoire du 8 mai 1945, marquant les 76 ans de la capitulation allemande, s’est déroulée en comité restreint et en l’absence de public.   poussan8183633368_763444357644999_7833488189796106104_n      

 Il est bon de revenir sur les événements de l’époque:

 Le 7 mai 1945, à Reims, puis le lendemain à Berlin, les derniers représentants du IIIe Reich actent la capitulation sans condition d’une Allemagne désormais vaincue et occupée par les forces alliées.

Elle entérine la victoire militaire des alliés en Europe et la défaite politique du nazisme. En six années, la Seconde Guerre aura causé la mort de 75 millions de personnes dont 49 millions de civils, l’assassinat dans le cadre de la Shoah de près de 6 millions d’hommes, de femmes et d’enfants, le développement d’un système concentrationnaire massif, le déplacement de 40 millions de personnes en Europe et aura laissé le continent en ruines.poussanhihioj20210508_110130

 La loi du 7 mai 1946, pose le principe de la commémoration de la victoire. Ce sont les lois du 20 mars 1953 et du 2 octobre 1981 qui feront du 8 mai un jour férié.

Le 8 mai est une date symbolique, célébrée dans toutes les communes. Lors de cette journée, l’ensemble des évènements de la Seconde Guerre mondiale est commémoré : aussi bien la victoire des Alliés que la fin de l’oppression nazie en Europe. Aujourd’hui, c’est aussi l’occasion d’un message à transmettre en faveur de la lutte pour la liberté et la démocratie.poussan88888888ihgfyrèty_y_ty_y_çyyy20210508_110422(1)

  Michel Bernabeu, Adjoint au Maire de Poussan, délégué à la culture, au patrimoine et aux anciens combattants, représentait Madame le Maire qui n’avait pu se libérer. Avec Michel Moreau, président de l’UNC Poussan-Bouzigues accompagné par Jean-Louis Lafon de l’Union Nationale des Combattants, il a été rendu hommage aux combattants de la seconde guerre mondiale au nom de toute la population de Poussan.

Réunis devant le monument aux morts pavoisé, la prise de parole et le dépôt de gerbes ont pris un caractère symbolique, et l’absence de public n’excluait pas une certaine émotion.poussan820210508_110934

 Une minute de silence et la Marseillaise chantée par les participants ont renforcé cet hommage tandis qu’il fut fait lecture du discours de Mme Geneviève DARRIEUSSECQ, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la mémoire et des anciens combattants :

Message de Madame la ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattantspoussan888888888888820210508_111040

 Par Mr Moreau il fut fait lecture du message de l’Union Nationale des Combattants…

« En ce 08 Mai 2021, nous célébrons la fin des combats de la Seconde Guerre mondiale en Europe, conflit qui a durablement marqué notre pays. Cette guerre, qui a duré 6 ans, a causé la mort de plus de 40 millions de personnes, civils et militaires, généré beaucoup de souffrances, entraîné de nombreuses destructions, provoqué trahisons, massacres, persécutions, déplacements de population et a profondément bouleversé la vie des français. Dans l’adversité, le peuple français, en métropole et dans les différentes parties de l’Empire colonial français – toutes origines et convictions politiques confondues – a su rester fidèle aux valeurs de la République : Liberté, Égalité, Fraternité. Il s’est engagé dans les unités combattantes sur tous les théâtres d’opérations ou dans les mouvements de résistance intérieure, face à un ennemi sans pitié. Le retour à la paix – ce 08 Mai 1945 – a été pour la France, le point de départ vers une nouvelle ère, marquée par l’effort de reconstruction de notre pays, la menace de la Guerre Froide, le début de la construction de l’Europe et l’amorce de la décolonisation de son Empire, avec son lot inévitable de succès, de drames et de rancoeurs. Nous n’avons pas à rougir d’être français, soyons fiers de notre passé. Ayons une lecture réaliste, assumée, décomplexée et constructive de l’Histoire de notre pays. »

Vous pouvez retrouver la vidéo de la cérémonie sur la page You tube de la Ville de Poussan : https://youtu.be/8ZEB5eD0Mfopoussan888yyyuuuçuçuç20210508_111141

 

La cérémonie du 8 mai 2021 à Poussan

En raison de la situation sanitaire actuelle, la cérémonie du 8 mai 2021 se déroulera en comité restreint, sans public, devant le monument aux morts.
Il n’y aura ni défilé, ni fanfare, ni vin d’honneur.Peut être une image de une personne ou plus, personnes debout, monument et plein air
« L’Hôtel de Ville sera éclairé en bleu blanc rouge et nous invitons les Poussannais à pavoiser leur maison aux couleurs de la République Française.
Que chacun de nous ait une pensée pour tous ceux qui ont donné leur vie pour notre pays et notre liberté. »

 

La boutique Odly’s a reçu le prix du concours de l’édition 2020 de la « plus belle vitrine de Noël »

L’image contient peut-être : 2 personnes, intérieurVendredi 22 janvier, M. Pagnier, Adjoint aux Festivités et Mme Arrigo, Adjointe à la vie associative ont remis à M. Bastide d’Izard de la boutique Odly’s le prix du concours de l’édition 2020 de la « plus belle vitrine de Noël » et offert des bons d’achats pour une valeur de 100 euros dans des commerces Poussannais.
« En effet, le jury composé de petits lutins, après avoir découvert les décorations des 25 vitrines des commerçants participants, avait désigné la boutique de phytodiététique située au 4, rue Marcel Icard, comme gagnante de cette quatrième édition.L’image contient peut-être : intérieur
Un grand merci à tous les commerçants qui ont participé à ce concours en décorant leurs vitrines et ont permit ainsi d’égayer un peu plus ces fêtes de fin d’année. »

Découvrez en vidéo la cérémonie de Commémoration Nationale d’hommage aux « Morts pour la France » du 5 décembre

Découvrez en vidéo la cérémonie de Commémoration Nationale d’hommage aux « Morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie qui a eu lieu samedi 5 décembre au cimetière de Poussan en comité restreint en raison du Covid.

Cette cérémonie a débuté par un hommage aux combattants de la Première Guerre Mondiale avec le fleurissement des tombes des poilus Poussannais par les élus et les représentants de l’UNC.
Vous pouvez retrouver cette vidéo sur notre page Yotube : https://youtu.be/dDdByt9lN2s

 

Chapelle des Pénitents Blancs de Poussan, un bail emphytéotique de 66 ans

beniIMG_20201113_143418Bail emphytéotique sur la Chapelle des Pénitents Blancs

La municipalité de Poussan a signé ce vendredi 13 novembre un bail emphytéotique de 66 ans avec l’association Saint-Vincent, pour la Chapelle des Pénitents Blancs.anitCapture

Si l’association était représentée par son président, Fabrice Bertrand et par Nicole Portero, Florence Sanchez, Maire de Poussan, Henry-Paul Bonneau, 1er Adjoint et Michel Bernabeu, Adjoint délégué à la Culture et au Patrimoine, représentaient la municipalité.

Tous se sont félicités que cette Chapelle, haut lieu patrimonial de Poussan puisse grâce à ce bail retrouver bientôt un certain éclat et devenir certainement un lieu culturel et patrimonial dans lequel des événements ouverts aux Poussannais pourront être réalisés.

Il faut savoir que la confrérie des Pénitents Blancs a été fondée en 1464 par Sébastien de Coeuret « pour faire obstacle au démon qui, profitant des malheurs de l’époque, cherchait à étendre son empire. ».

La chapelle de Poussan a été construite, ainsi qu’en témoignent divers devis retrouvés dans les archives, en 1656 (face au presbytère) afin d’accueillir les célébrations de la confrérie des pénitents blancs, une des plus puissantes du Bassin de Thau, et qui avait été fondée le 1er novembre 1590 à Poussan, en réaction au développement du culte protestant dans notre secteur.

La confrérie des pénitents blancs de Poussan a joué un rôle majeur dans la vie sociale poussannaise durant l’Ancien régime jusqu’aux années 1880, offrant assistance et secours entre ses membres. On peut dénombrer plus de 300 de nos prédécesseurs qui en ont été membres. Ils revêtaient le sac, c’est-à-dire cette tunique blanche, dont chacun de nous a gardé la mémoire et qui témoignaient d’une volonté d’égalité.beniIMG_20201113_144231

Les membres de la confrérie étaient de fervents catholiques mais n’étaient ni prêtres ni moines (ce sont des laïques).

Ils se retrouvaient pour la prière collective, participaient aux pèlerinages et aux processions.

En signant un bail emphytéotique de 66 ans avec l’association Saint-Vincent, la municipalité de Poussan a souhaité que ce lieu emblématique, chargé d’une longue histoire, retrouve sa place au sein du patrimoine poussannais. Après les travaux nécessaires à sa sécurisation, la chapelle pourra être utilisée à des fins culturelles et patrimoniales, toujours dans un souci de respect du lieu : expositions, conférences, petits concerts, chorales…

Elle sera bien entendu incluse dans les visites historiques de la ville.beniIMG_20201113_144258

A ce sujet, Fabrice Bertrand tient à préciser que la signature de ce bail emphytéotique n’a d’autre objectif pour l’association Saint Vincent que de permettre à ce bâtiment de retrouver sa place dans ce riche patrimoine que la commune de Poussan se doit de reconquérir et de mettre en valeur, un patrimoine qui témoignera de l’importance de notre cité dans les siècles passés et qui forgera le socle d’un cadre de vie agréable pour les prochaines générations.

Et il nous confie quelques données précieuses sur cet élément majeur du patrimoine poussannais, »qui participe au caractère exceptionnel de la place de l’Eglise, où se concentrent toutes les formes de pouvoir de l’Ancien régime : pouvoir seigneurial avec le château de Montlaur, pouvoir ecclésiastique avec l’église, le presbytère (au niveau de l’impasse de la Clastre) et le prieuré bénédictin des religieux de la Chaise Dieu, actuel presbytère, pouvoir consulaire avec le premier hôtel de ville, et pouvoir des notables qui y avaient fait construire les plus beaux hôtels particuliers de notre ville.

Edifice fort simple, en adéquation avec les aspirations religieuses des Pénitents, la chapelle des Pénitents se présente sous la forme d’une nef unique éclairée à l’origine par 6 baies, dont deux oculus, et se termine par un chevet quadrangulaire dans lequel a été peint au 18ème siècle un décor en trompe-l’œil d’architecture, assez intéressant, pouvant apparaître comme le troisième décor peint d’intérêt majeur de Poussan (château de Montlaur, château de Malbois).beniIMG_20201113_142536

Au 19ème siècle, après la renaissance de la confrérie sous le premier Empire, la chapelle bénéficie d’importants travaux d’embellissement, et se voit parée de riches objets (tableaux, lustres de cristal, objets liturgiques) qui ornent l’église Saint-Pierre et qui sont devenus patrimoine communal. Profitant d’une nécessaire campagne de travaux sur la toiture, les pénitents y aménagent deux voûtes d’apparence gothique dont les empreintes sont encore visibles sur le haut des murs.

Toutefois, le désintérêt des Poussannais à la fin du 19ème siècle pour cette confrérie vieillissante, en butte avec la laïcisation de la société a entraîné son abandon. Les voûtes se sont effondrées, laissant apparaître à terme une toiture fort endommagée qui fut consolidée par une solide charpente et des tuiles de récupération, provenant de la gare des Oulettes.beniIMG_20201113_142607

C’est dans ce contexte qu’en 1980, face aux importants travaux que l’état du bâtiment nécessitait, la municipalité de Poussan décide de s’en séparer. Plusieurs acquéreurs se présentent et souhaitent faire disparaître l’édifice. L’association Saint-Vincent, animée par M. Jean-Marie Négri, parvient, grâce au don d’une poussannaise bien connue pour sa générosité, Mme Vinas, à en devenir propriétaire. L’association Saint-Vincent a en quelque sorte permis le sauvetage de cet élément majeur de notre patrimoine »…

En savoir plus : http://blog.ville-poussan.fr/?p=105872

Dans un format adapté à la crise sanitaire « la cérémonie commémorative de l’Armistice » à Poussan.

richjkCapture     Commémoration du 11 novembre, ce mercredi à Poussan dans le respect des règles sanitaires.Résultat de recherche d'images pour "gerbe mortuaire images libres"

Au cimetière en l’honneur des soldats poussannais morts pour la France, face au monument aux morts en présence de Florence Sanchez, Maire de Poussan, de Michel Bernabeu, Adjoint au Maire de Poussan, de représentants, d’anciens combattants dont le Président de l’UNC Poussan-Bouzigues, Michel Moreau, du Général de Brigade, Jean-Luc Brousse, d’un porte-drapeau et de représentants des sapeurs-pompiers de Bouzigues a eu lieu dans un format adapté à la crise sanitaire « la cérémonie commémorative de l’Armistice »….ricgugu

 

 Après la levée des couleurs, ont eu lieu les discours de l’UNC et de la secrétaire d’état aux Anciens combattants, Geneviève Darrieussecq, respectivement lus par Michel Moreau et par Madame le Maire, ainsi que par Michel Bernabeu, Adjoint au Maire de Poussan avec un hommage appuyé pour les soldats morts pour la France en opérations extérieures, dont ceux décédés en 2020. rucCaptureEnsuite, une minute de silence, et un dépôt de gerbes, se sont succedés avant que la Marseillaise ne soit chantée .ricdsCapture

Les soldats morts pour la France en 2020 ont donc été nommés pour que leur engagement ne soit pas oublié .

Pour terminer, Monsieur Hurabielle-Péré Jacques a reçu la médaille militaire des mains du Général Brousse…

M. Jacques HURABIELLE PÉRÉ est né le 11 octobre 1938 à NAY, petite ville béarnaise des Pyrénées Atlantiques.
« Il s’engage dans l’armée de l’air en 1956 à l’âge de 18 ans sur la base aérienne de NÎMES-GARONS. De là, il part pour la base de ROCHEFORT en Charente-Maritime afin de suivre une formation de mécanicien avion. Il effectuera sa spécialité sur des avions de type DC 3, Dassault 315, Mistral….
En juillet 1958 il est volontaire pour partir en Algérie où après un bref passage, il rejoindra la base 156 de BIZERTE-SIDI AHMED au nord de la Tunisie. Il y restera jusqu’en 1961.
Pendant son séjour, il fait la connaissance de Melle Paméla ACAYNA. Ils se marient à MENZEL BOURGUIBA le 20 octobre 1959. Ils auront un fils Serge, qui leur donnera deux petites-filles, Caroline et Clémence.
Libéré de ses obligations militaires en 1961, il travaille, toujours comme mécanicien, chez GIRAFRANCE, une entreprise de transport agricole, puis chez AIR SERVICE LOCATION, entreprise de travaux publics.
Poussannais depuis 1990, Il prend sa retraite le 1er octobre 1998.
Monsieur HURABIELLE PÉRÉ est Médaillé Militaire, titulaire de la Croix de la valeur militaire, de la Croix du Combattant, avec citation à l’ordre du régiment, du Titre de Reconnaissance de la Nation.
Il fut longtemps porte-drapeau de l’UNC et il est médaillé de bronze du Mérite UNC.
Au nom de tous les poussannais, nous adressons toutes nos félicitations à Monsieur Jacques HURABIELLE PÉRÉ. »

RICGHCapture

11 NOVEMBRE 2020 / Discours de Geneviève DARRIEUSSECQ

L’UNC précisait :

 « Il y a cent ans, le 11 novembre 1920, un soldat inconnu achevait le long périple l’amenant du champ de bataille sur lequel il est tombé à l’Arc de Triomphe. Parce qu’il n’a pas d’identité, parce qu’on ne sait pas où il est mort, il représentait tous les soldats morts au cours de ce conflit que les survivants ont appelé la Grande Guerre. »

« Aujourd’hui, il représente tous ceux qui sont morts pour défendre notre Patrie : la France. Par-delà ceux qui sont tombés, le soldat inconnu représente tous ceux qui ont combattu sous le drapeau tricolore :
Ø Les Français de Métropole et d’Outremer,
Ø Les ressortissants des territoires sur lesquels notre drapeau a flotté,

Ø Et les étrangers ayant deux patries : la leur et la France.

Par-delà les combattants, le soldat inconnu représente les familles, éprouvées pour la plupart, qui ont tenu au prix de sacrifices souvent oubliés. Et par-delà les familles, le soldat inconnu représente une civilisation :

Ø Affirmant que tous les êtres humains naissent libres et égaux en droit, Ø Voulant que la liberté de chacun s’arrête là où commence la gêne des autres,
Ø Confiant à chacun de ses membres la propriété du patrimoine culturel, matériel et spirituel de notre Patrie.
En un temps où ce patrimoine est menacé, chacun d’entre nous a le devoir impératif de se montrer digne de ceux qui ont défendu la France au prix de leur vie.