Une cérémonie au cimetière ce 5 décembre dans le respect des règles sanitaires

      algCapture

Le 5 décembre est une journée nationale d’hommage aux « Morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie. C’est ainsi que cette journée donne lieu chaque année, à des cérémonies à Paris et sur l’ensemble du territoire.

Elle a été instaurée par le décret n° 2003-925 du 26 septembre 2003. Elle a donné lieu à une cérémonie d’hommage à Paris, le 5 décembre 2013, en présence du ministre délégué auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants, quai Branly, devant le Mémorial national de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie.

  A Poussan, pour commémorer ce 5 décembre, une cérémonie avait lieu ce samedi au monument aux morts à 11 h dans le respect des règles sanitaires et donc dans un format adapté.

En présence de plusieurs anciens-combattants, certains étant venus de Bouzigues , avec Florence Sanchez, Maire de Poussan, de Michel Bernabeu, Adjoint au Maire de Poussan délégué aux Anciens Combattants, des représentants de la Mairie et de l’UNC, il fut fait lecture du discours de Monsieur le Président de l’UNC par Mr Moreau, Président de la section locale et par Florence Sanchez  pour le message de Geneviève Darrieussecq.alg2222Capture

Entre mémoire et fraternité le message de la Commission Nationale d’action civique et de mémoire souhaite que l’on n’oublie pas ceux qui sont morts pour défendre certaines valeurs : « Les armes se sont tues il y a cinquante-huit ans. Cette période occupe dans notre histoire et dans notre mémoire nationale une place toute particulière. L’histoire de la guerre d’Algérie est celle d’une déchirure, d’une blessure non-cicatrisée, de drames familiaux, personnels et même intimes, d’un enchevêtrement de destins bousculés parfois brisés.

Parce que cette histoire est complexe, sa mémoire est plurielle. Parce que cette histoire est la nôtre, il est nécessaire de continuer son enseignement et de permettre sa juste compréhension. parce que ces mémoires sont essentielles pour la construction de nos identités et pour notre cohésion nationale, sa transmission aux jeunes générations doit se poursuivre de manière apaisée.

Se souvenir, témoigner, raconter, expliquer, partager, en sont les maîtres mots. C’est aussi ce que nous faisons en cette journée nationale ».

L’intégralité du discours sur : http://lhistoireenrafale.lunion.fr/2020/12/04/algerie-maroc-tunisie-journee-du-5-decembre-le-message-de-genevieve-darrieussecq/

Une minute de silence permettait le recueillement nécessaire. Après avoir chanté la Marseillaise, les participants à la cérémonie ont déposé deux gerbes pour honorer toutes les victimes directes ou indirectes de cette guerre.

 

Les commentaires sont fermés.