Claude Bonnel reste confiant en l’avenir

Depuis le 1er juillet 2016, Claude Bonnel a pris la succession de Jacques Fournier comme Directeur de la cave coopérative des Terroirs de la Voie Domitienne, sur le Site de Cournonsec. Depuis 1991, il y était déjà Directeur adjoint après avoir dirigé la cave coopérative de Cournonsec. Une succession logique plébiscitée par le Conseil d’Administration des Terroirs.zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzdsc_0057-1

Rapidement, mais il avait tout de même l’habitude, il a eu des décisions à prendre pour préparer les dernières vendanges et leur déroulement.

Le personnel de la cave qui est toujours le même l’a aidé à franchir ce cap avec des vendanges qui se sont bien déroulées en interne et pour les coopérateurs aussi : « Il y a eu un orage au milieu qui a impliqué une réorganisation qui a été profitable pour la récolte. Les coopérateurs ont alors transmis de nombreuses informations pour optimiser la reprise et le déroulement de la fin des vendanges. » Précise Claude.

Et même si la sécheresse a impacté certaines zones qui ne sont pas irriguées grâce à l’eau du canal du Bas-Rhône, comme à Poussan qui n’est pas encore desservi, cela a été fonction des parcelles.

« Avec un état sanitaire exceptionnel, cela a équilibré la diminution de 6% en quantité par rapport à l’an dernier. Une très bonne qualité qui satisfait déjà les clients qui en principe ont déjà réservé 100% de la récolte et qui confirment actuellement leurs réservations. A ce sujet, le doigté de Delphine Bristac, l’œnologue de la cave, y est aussi pour quelque chose. »screen-shot-11-22-16-at-10-18-pm

Après échantillonnages et contrôles analytiques associés à d’autres tests comme celui de la dégustation, la date du début des vendanges a donc été déterminée . Les différents cépages ont alors été vinifiés séparément sauf demandes particulières des clients : 5800 hl en blancs, 31 000 hl en vins de Pays d’Oc Rouge, 11 300 hl en IGP (Colline de la Moure et Vin de l’Hérault), et 25 000 hl en vins sans IGP.

Soit 73100 hl , pour 830 ha et 240 coopérateurs.

« La vinification s’est déroulée en fonction des souhaits des clients et des objectifs prévus par la cave. Car le marché est tout de même devenu fragile en 2016. La vigilance s’impose pour maintenir un prix raisonnable. Des importations venues d’Italie et surtout d’Espagne ont déstabilisé le marché dans lequel il faut défendre sa place, face à des pays dans lesquels la réglementation est moins stricte. »

En principe, pas de soucis particuliers pour cette récolte mais il faut déjà réfléchir sur des options en fonction de la concurrence étrangère sur certains segments.

Et Claude conclut en précisant : « Chaque type de production doit trouver le meilleur  écoulement possible et le plus valorisant. C’est le souhait que je formule pour les années à venir. »

Les commentaires sont fermés.