La réunion publique sur le projet de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan

P1510052 (2)Ce lundi, avait lieu une réunion publique sur le projet de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan organisée par la SNCF, à 18h, au foyer des campagnes de Poussan.

P1510042 (2)Avant des précisions ultérieures sur le déroulement de la réunion, voilà ce que propose la LNMP et Edouard Parant, qui est chargé de Mission sur ce projet.

Celle-ci rentrait dans le cadre des réunions de concertation car si le projet de la future ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan a été présenté aux élus et aux habitants des communes concernées depuis début avril, il semble loin de faire l’unanimité.

10 réunions de concertation d’ici à la fin du mois d’avril sont organisées dans l’Aude, l’Hérault et les Pyrénées-Orientales. Le projet définitif de SNCF réseau devrait être présenté au ministre des Transports, le 17 juin.

Screen Shot 04-26-15 at 04.58 PMPour la LNMP qui a en charge le dossier : « Pour faire de la grande vitesse, entre 300 et 320 km/h en vitesse commerciale, il faut une ligne spécifique. Surtout si la ligne doit aussi servir au fret. Et la SNCF précise  » Stratégique pour le développement et le rayonnement de la région Languedoc-Roussillon, la Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan s’inscrit dans le programme des grands projets ferroviaires nationaux conduits par Réseau Ferré de France. »DSC_0017La LNMP rajoutait : « Avec l’objectif de mieux desservir les territoires pour faciliter la mobilité des hommes et générer de nouvelles richesses pour la croissance de la région, le projet de Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan est aussi un enjeu majeur de développement durable. Il répond aux objectifs du Grenelle de l’Environnement en Languedoc-Roussillon.Le projet de Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan, parce qu’il a une forte dimension transfrontalière, répond à la volonté de l’État et de l’Union européenne de réaliser un réseau européen structurant et performant, tant pour la grande vitesse que pour le fret. Ce faisant, la région Languedoc- Roussillon devient un carrefour à la croisée des lignes d’Ouest en Est, vers l’Europe du sud, Espagne et Italie avec l’arc méditerranéen et vers l’Europe du nord, via Nîmes et Lyon. Mi-octobre, la Commission européenne a annoncé son intention de consacrer 26Mds€ sur la période 2014/2020 pour réaliser 9 corridors. La  LNMP fait partie du corridor méditerranéen. »

Screen Shot 04-26-15 at 05.01 PMEt ses représentants précisaient : « Le dynamisme du Languedoc-Roussillon est une réalité. Son positionnement stratégique sur l’arc méditerranéen reliant l’Espagne et l’Italie, ses bassins urbains à forte croissance démographique, son attractivité touristique et culturelle, son rayonnement européen et ses pôles de recherche universitaire reconnus, en font une région attractive, à fort potentiel de développement. La demande croissante de mobilité est l’un des enjeux majeurs de développement du territoire pour les 25 ans à venir. C’est bien pour accompagner, dans la durée, ce développement constant et faire face aux défis sociaux, économiques et environnementaux de demain, que le projet de Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan est un véritable projet d’avenir pour les hommes et pour les territoires. »

Cette réunion concernait les communes de Balaruc le Vieux, Villeveyrac, Loupian, Bouzigues, Mèze, Montagnac et Poussan et une fois précisés les objectifs du projet les intervenants présentaient :

  • Le tracé de 100 mètres proposé qui sera porté à l’enquête publique.
  • Les sites précis des gares nouvelles de l’agglomération de  Béziers et de Narbonne.
  • La définition du projet dans la perspective de l’enquête publique.

Screen Shot 04-26-15 at 05.12 PMCliquez sur l’image pour l’agrandir.

Plus de 350 personnes participaient à cette réunion qui avec une déclinaison des objectifs suivie d’un premier débat, puis avec une présentation du projet de tracé a duré près de 3 heures.

André Lubrano, Vice Président de la Région Languedoc Roussillon et Edouard Parant dirigeaient cette réunion présentée par une responsable de la LNMP qui allait mener les débats au niveau technique. D’ailleurs Monsieur Parant était entouré par une solide équipe de spécialistes et de techniciens.

DSC_0014Jacques Adgé souhaitait la bienvenue aux participants et aux intervenants comme à Monsieur  Jean-Pierre Richet, garant de concertation qui exposait son rôle dans cette réunion : le respect de chacun dans les débats avec aussi la rédaction d’un rapport.

Tout était en place avec des Maires et des élus des communes concernées dans les premiers rangs. Revenant sur la possibilité pour chacun de se documenter ou de suivre l’évolution du projet sur lalignenouvelle.com un membre de la LNMP donnait des précisions sur les documents distribués : fiches thématiques, cartes et flyers.

Mr Parant revenait sur l’historique de ce projet mais envisageait surtout l’avenir après avoir fait le point sur la situation actuelle avec d’abord des réunions de concertation, des vérifications avec les différents services techniques et des rapports sur les différentes phases d’étude et de concertation.DSC_0022

Un comité de pilotage devrait choisir un projet définitif de tracé le 17 juin puis si après vérification par Monsieur le Ministre, un accord est donné, il y aura urne étude d’impact puis une enquête publique en 2016.

Pour Mr Parant, c’est une opportunité : « Il y aura plus de places sur la ligne actuelle car les TGV et des trains de fret pourront circuler sur cette nouvelle ligne. » André Lubrano précisait que ces travaux devenaient nécessaires pour maintenir et assurer le développement de la Région dont les transports ferroviaires commencent à saturer au niveau du fret, des TER et des TGV. Si l’Europe s’investit dans ce projet, avec l’aide d’un référent National, sa réalisation peut-être réalisable malgré son coût qui s’élève à plusieurs milliards d’euros. (plus de 7 Mds euros).

DSC_0037Un premier débat allait s’instaurer sur le bien fondé de ce projet et sur ses objectifs.

-Est-ce que le projet est vraiment pertinent alors que la Cour des Comptes a signalé que le modèle « Tout TGV » devait être remis en cause ?

-Pour la LNMV, l’État a décidé de poursuivre le travail sur ce projet.

DSC_0044-L’intérêt général n’est pas démontré et les lignes secondaires risquent d’être oubliées.

-Pour André Lubrano et pour Mr Parant, le désengorgement devient nécessaire, il faudra au moment voulu que l’on puisse avoir d’autres alternatives au camion en pensant à l’environnement et au développement économique.

-Est-ce que cette ligne, vu son coût est vraiment nécessaire, son intérêt commercial est-il vraiment satisfaisant ?

-Pour les intervenants il faut penser National et International avec un transport de masse qui justifient la nécessité.

Mais pour la Région des inconvénients avec des gares éloignées, un environnement impacté et peu d’avantages pour une grande partie du public. Gares éloignées, problèmes avec les Tram, les Bus… La population locale ne profitera pas de la LGV ?

DSC_0055 (2)-Ne serait-il pas plus utile de relocaliser l’économie locale ?

-Pour le choix des gares, l’idée maîtresse a été de mettre les gares au plus près des infrastructures de transport tandis que Mr Parent prévoit plus de 10% de fréquentation en plus grâce à la LGV.

Au nom d’associations ou en leur nom, les participants intervenaient soit pour demander des précisions soit pour montrer leur désaccord avec ce projet.

DSC_0054 (2)Mais il fallait déjà passer à la présentation du tracé avec ses différents impacts qui ont été étudiés : Sur Thau, cela ne devrait plus bouger dans la zone des 100 m retenue.

-« L’acceptabilité sociale et les coûts de réalisation ont été déterminants dans les choix de la LNMP » selon les intervenants.

DSC_0075Au départ de la commune de Mèze, nous embarquions sur la ligne en trois dimensions pour arriver à celle de Gigean : Les remblais ou les déblais, ainsi que les ouvrages d’Art auront entre 10 et 30 m de haut, les constructions situées en-deçà de 50 m de la Ligne seraient achetées…

DSC_0081 (2)Réactions en chaîne du public qui pense que la Nature sera fortement impactée avec en plus plusieurs campagnes ou maisons très proches de l’axe LGV, avec des sites comme la zone des Clash ou le parc d’Issanka sous ou bien près de la Ligne.

Pour certains qui ont découvert en images le projet de réalisation, les réactions furent instantanées : « C’est une Honte », « Cela va tout changer », « Pas de quoi être fier »…

Le débat était lancé.

Chacun peut réagir soit sur internet avec www.lalignenouvelle.com soit à l’aide de fiches à imprimer.

Rien n’est encore arrêté et toutes les observations devraient être prises en compte même si certains pensent que « tout est déjà ficelé ».

DSC_0087 (2)

Les commentaires sont fermés.